Diversifier le système des retraites devrait être le véritable enjeu de la réforme

Les gérants d’actifs connaissent bien le principe de diversification. Et notre gouvernement devrait s’en inspirer.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Edouard Philippe by Jacques Paquier(CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Diversifier le système des retraites devrait être le véritable enjeu de la réforme

Publié le 12 décembre 2019
- A +

Par Justine Colinet.

L’Institut économique Molinari a publié en partenariat avec Contrepoints une étude inédite qui démontre que les véritables enjeux de la réforme des retraites sont complètement négligés par le gouvernement.

Le système de retraites par répartition coûte cher aux Français, beaucoup trop cher.

Comme on peut le constater sur le graphique ci-dessous, les retraites françaises représentent 59 % de la progression des dépenses et des déficits publics de 1959 à 2017.

étude retraites Molinari - ContrepointsLa logique de la répartition veut que les cotisations sociales, qui constituent les ressources, ne sont pas épargnées par les acteurs économiques mais directement destinées à payer les pensions des retraités.

Il est temps de privilégier et promouvoir une épargne retraite qui puisse répondre aux enjeux démographiques et économiques d’aujourd’hui.

Diversifier le financement

La plupart de nos voisins combinent un pilier par capitalisation aux côtés de la répartition. C’est en s’inspirant de cette démarche que nous pourrions arriver à diversifier le financement des retraites et à remonter la pente à laquelle nous faisons face depuis trop longtemps.

En plus de diversifier le financement, cette combinaison permettrait de réduire les risques liés à la volatilité des marchés financiers.

Comme l’a expliqué Édouard Philippe hier, le gouvernement insiste sur le caractère universel de la réforme, mettant ainsi fin à un régime trop centré sur les régimes spéciaux. Seulement, comme l’a bien vu Gérard Maudrux, celui-ci ne peut pas se passer d’une réflexion générale sur la démographie, qui nous oblige à ne pas penser qu’en termes de répartition pour les retraites.

La diversification a un sens

Pourquoi le duo répartition/capitalisation serait créateur de valeur pour la France ?

La répartition ne délivre des retraites intéressantes qu’en fonction de la démographie et du développement économique de la collectivité qui va la financer.

Aussi, notons que la répartition se fait en temps réel : les cotisations prélevées financent des retraités. Cela signifie que si ces réserves viennent à manquer, relativement au contexte démographique ou économique, le système fait face à un déficit.

C’est là qu’entre en jeu tout l’intérêt du mix entre la répartition et la capitalisation.

L’épargne retraite se ferait sur des marchés des capitaux mondiaux. Cela nous offrirait des capacités de diversification géographique primordiales à la viabilité du système, qui n’existent pas avec la répartition. Il serait alors possible d’investir dans des pays démographiquement plus jeunes ou économiquement moins matures.

La capitalisation n’est pas à l’abri des chocs économiques que peuvent rencontrer nos sociétés mais elle les absorbe différemment et en permet une gestion différente.

Mixer répartition et capitalisation, une démarche responsable

Les crises financières ont incité à tort à la méfiance en ce qui concerne les fonds de capitalisation.

Si des niveaux de pensions plus faibles que prévus ont obligé certains travailleurs à retarder leur départ à la retraite, ne nous méprenons pas et restons conscients du fait que la gestion des systèmes en capitalisation a été impactée tout comme les régimes en répartition. Jusqu’en 2013, la crise de 2008 s’est traduite par une sous-capitalisation.

Pour un régime par capitalisation, toute crise économique engendrant une baisse des marchés a des conséquences sur la valorisation du portefeuille, mais rien n’est perdu tant qu’il n’y a pas eu de vente.

En ce qui concerne les systèmes par répartition, c’est la masse salariale et donc l’assiette des cotisants qui s’effondre. Et c’est par cette accumulation de déficits que l’on en arrive à financer les retraites par la dette.

« les déficits cumulés de la Caisse nationale d’assurance-vieillesse (CNAV) et du Fonds de solidarité vieillesse (FSV) étaient de 11,1 milliards d’euros en 2011, 9,3 milliards en 2012 et 13,9 milliards en 2013. Dans le même temps, en 2013 les régimes de capitalisation avaient effacé les baisses de valorisation des actifs de 2008. »
Cécile PHILIPPE, Nicolas MARQUES, Retraites françaises, sortir de l’impasse, préparer l’avenir, p41.

Les gérants d’actifs connaissent bien le principe de diversification. Et notre gouvernement devrait s’en inspirer.

La complémentarité d’un pilier par capitalisation au système de répartition est essentielle pour sortir de la crise actuelle. Le système par répartition dépend de la croissance économique et de la volatilité des marchés financiers.

Le mix des deux régimes permet de s’adapter aux phases des cycles économiques, et assure la stabilité du système dans sa globalité.

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • on ne pourra pas faire autrement, ceci dit ceux qui veulent le faire sont libres de faire un plan retraite a sa banque

  • « Diversifier le système des retraites devrait être le véritable enjeu de la réforme » : c’est le véritable enjeu.
    Les syndicats et collectivistes de tous bords l’ont d’ailleurs bien compris, mais imaginez ce que serait la contestation si les compléments par capitalisation, qui deviendront rapidement nécessaires, étaient annoncés dès maintenant …

  • C’est bien vrai. Les Français en sont sans doute plus ou moins conscients, ce qui expliquerait leur inquiétude, mais ils ne voient pas de manière réaliste et néanmoins politiquement correcte de mettre cette réforme en place. Les anti-capitalistes/anti-capitalisation ont donc un avantage considérable dans les médias (sauf Contrepoints, bien sûr 🙂 ). Il nous manque une étude chiffrée indiquant « Voilà, si depuis 40 ans, la répartition était limitée à garantir 65% du smic, et les cotisations supplémentaires investies dans des fonds de pension genre fonds norvégien, la retraite dont disposeraient, partant aujourd’hui, les divers types de profils de carrière ». Je suis d’ailleurs surpris qu’aucun des Instituts de la place ne semble avoir sorti une telle étude.

  • « investir dans des pays démographiquement plus jeunes ou économiquement moins matures »

    En ce qui concerne la capitalisation, la démographie est sans intérêt. C’est la productivité qui importe. Si on recherche la productivité, on évite les secteurs les plus collectivisés qui, par définition, ne sont pas productifs. De même, l’investissement dans les pays à faible maturité économique est de peu d’intérêt, un éventuel levier très marginal. La prudence exige de ne pas tenter de coup boursier avec l’épargne retraite.

    Gérer l’épargne retraite, ça doit s’assimiler à regarder l’herbe pousser, avec passion.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le marché français est en baisse de 6 % depuis jeudi.

Les actifs tangibles comme l’or et le pétrole résistent plus. L’or a baissé de 10 % depuis son record du mois de mars. Mais il affiche toujours un léger gain sur 6 mois. Et le baril de pétrole reste au-dessus des 100 dollars... bien au-dessus des niveaux de l’an dernier.

Au contraire, le marché-actions est en baisse de 12 % sur les 6 derniers mois.

La plupart des investisseurs croient sans doute à l’abandon des tentatives de normalisation de la part de le Fed. Les auto... Poursuivre la lecture

Pour ceux qui me lisent, la baisse des actions n’est pas totalement une surprise.

Dans cet article, j’expliquais une règle immuable : c’est lorsque les hypothèses implicites du marché divergent des vôtres que vous pouvez réaliser des performances exceptionnelles. Et les miennes se résumaient en un mot : récession. J’estimais et estime toujours que les marchés d’actions et de taux doivent intégrer la perspective d’une récession. De ce fait les premiers devaient baisser de 30 % et les seconds se détendre nettement.

Les actions ont... Poursuivre la lecture

À peine Elon Musk avait-il annoncé que son offre de racheter Twitter pour 44 milliards de dollars avait été acceptée qu’il s’est trouvé nombre d’obligeants commentateurs pour expliquer à quel point la somme était indécente et comment il aurait dû la dépenser s’il était vraiment sérieux et moralement engagé pour l’avenir de l’humanité et de la planète. Ajoutez à cela son intention d’élargir la liberté d’expression sur le réseau social et la conclusion s’impose d’elle-même : cet homme n’a qu’irrévérence pour les sensibilités légitimes de ses se... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles