Grève du 5 décembre : le jour où la France s’est arrêtée

La grève dans les transports publics marque un coup d’arrêt de toute l’activité économique en Île-de-France, qui se répercute dans tout le pays.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Panneau gare SNCF By: Frédéric BISSON - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Grève du 5 décembre : le jour où la France s’est arrêtée

Publié le 5 décembre 2019
- A +

Par Frédéric Mas.

Transilien, 1 train sur 10. TER, 1 train sur 5. TGV 1 train sur 10. Intercités, 1 train sur 10. Aujourd’hui, les grévistes, avec la SNCF et la RATP en tête, bloquent le pays pour protester contre la réforme des retraites. Mais la grève ne concerne pas que les transports.

Des manifestations partout en France, et en particulier à Paris, rassemblent enseignants, avocats, syndicats pour freiner la réforme ou simplement exprimer leur colère, au grand bénéfice de certains et au détriment du plus grand nombre dans le flou le plus total. Comment gouverner 37 régimes spéciaux ? Impossible !

Une nouvelle fois, pour les revendications de certains, c’est une grande partie de la France productive qui est immobilisée, et qui doit aujourd’hui jongler entre les rares transports, les écoles fermées et les mouvements de foules pour aller travailler. Maintenant, la colère anti-Macron a mobilisé bien au-delà de la SNCF et de la RATP.

Un référendum anti-Macron ?

Il existe chez des organisateurs des grèves une nette volonté de transformer cet événement en référendum anti-Macron. Avec une partie de la gauche de la gauche, les syndicats espèrent changer la grogne sociale diffuse, parfois légitime en point de cristallisation politique clairement socialiste.

L’hostilité grandissante à l’égard de l’exécutif pourrait stratégiquement être l’occasion pour la gauche française de se refaire une santé. Encore faut-il que les organisations syndicales réussissent à mobiliser, et que les salariés suivent sur le temps long.

Tous les syndicats rêvent de refaire en 2019 les grandes grèves de 1995, qui ont mis un coup d’arrêt au plan de réforme des retraites du gouvernement Juppé. Cette victoire symbolique qui a fédéré la gauche pendant presque une décennie a aussi accéléré la dégradation du système de retraites actuel.

Paris se bloque, et c’est tout le pays qui est immobilisé. La grève dans les transports publics, qui conduit le mouvement social, marque un coup d’arrêt de toute l’activité économique en Île-de-France, qui se répercute dans tout le pays. Ce sont des milliers de personnes qui se trouvent au chômage technique, des commerces qui s’arrêtent et des services qui ralentissent pour que les revendications des syndicats soient satisfaites.

Après la mobilisation des Gilets jaunes, c’est un nouveau coup dur pour l’activité commerciale de la capitale. Ce sont aussi les administrations publiques qui fonctionnent au ralenti. Mais tout le monde s’y est habitué depuis longtemps. C’est comme cela que ça marche en France depuis des décennies.

La grève est interprofessionnelle et se fait partout en France. Mais pour être entendu, c’est à Paris que les syndicats défilent. Comme pour les manifestations d’agriculteurs, la Manif pour tous ou les Gilets jaunes, la démonstration politique doit se faire à Paris pour être prise en compte par les pouvoirs publics.

Fragilité d’un système économique et politique centralisé

Cette grève est aussi révélatrice de la fragilité essentielle du modèle économique et politique français, à savoir son hypercentralisation. Il suffit que certains syndicats bien organisés décrètent le blocage des transports publics à Paris pour entraver la circulation dans le principal bassin d’emplois du pays, gêner ses principales administrations publiques et se faire connaitre auprès des centres de décision politique. Même si l’impact de la grève des transports se limite à l’hypercentre parisien, cela suffit à enrayer toute une mécanique économique française largement dépendante de son administration centralisée.

Pour desserrer l’étau politico-syndical qui prend en otage les citoyens pour préserver les intérêts de quelques-uns, la réforme passe par la libéralisation du rail et la mise en concurrence des transports en commun. Plutôt que d’être les instruments entre les mains des syndicats, les usagers ont le droit de demander des comptes et d’être au centre des préoccupations des fournisseurs de service.

Le système des retraites nécessite une réforme, et passe par l’adjonction d’un volet par capitalisation. Permettre aux Français d’augmenter la part de revenu de leur patrimoine pourrait renouveler un modèle à la dérive.

Décentraliser

Plus généralement, la décentralisation économique doit être accompagnée de celle politico-administrative : plutôt que de rendre l’intégralité de l’économie du pays dépendante d’un seul centre de décision, qui, en cas de blocage ou de faillite, met en danger toute l’activité du pays, tout doit être fait pour intégrer l’antifragilité à notre modèle social.

Pour Nassim Nicholas Taleb, dans le monde complexe et volatil qui est le nôtre, il ne suffit pas de se reposer sur des institutions robustes, qui peuvent résister à l’adversité et aux crises. L’avenir est davantage pour celles qui non seulement absorbent les chocs mais ressortent plus fortes et plus solides encore des événements inattendus qui sont le lot commun de la vie en société.

Créer les institutions de la liberté qui résistent au temps et absorbent les crises pour les mettre à profit pourrait être notre horizon de réflexion pour penser les retraites de demain. Mais pas aujourd’hui, parce qu’il y a grève.

Voir les commentaires (40)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (40)
  • Un jour normal en France..

  • Paris n’est pas la France mais un petite bout de France .la sncf n’est qu’un moyen de tranport parmis d’autres ….y a les trotinettes maintenant pour les jours de grève ,les velos electriques ….et les rtt .

    • Faites 300km en trottinette le matin et retour le soir !
      Ma dernière mission m’obligeais de faire l’A/R entre la RP et Le Mans chaque jour… Mais le pire, la précédente, tout en restant en RP, j’avais un plus de 2 heures matin et soir avec la RATP (quand tout allait bien, c’est à dire pas souvent).

    • et les nkons comme reactitude

  •  » qui se répercute dans tout le pays. »
    ben non , nous a la campagne on est peinards !!
    tiens je vais reprendre 2 ois des moules pour fêter çà

    • Oui mais l’agriculteur du coin est parti à la retraite (maigre pension) à 70 ans et les taxes et impôts divers qu’il paye, il y en a une partie pour payer celles des transports parisiens qui partent en moyenne à 57 ans (avec la même espérance de vie (83 ans). Mais c’est une moyenne, en fait étudions à 83 ans, quel est le pourcentage d’ouvrier du privé survivant et ce même pourcentage pour les ouvriers « du rail » ou de l’EDF… C’est assez intéressant !
      Pourquoi nous dans nos campagnes sommes nous obligé d’engraisser des services (où se nichent des privilégiés) qui ne nous concernent absolument pas ?

      • bonne question , en fait la région parisienne est un furoncle … farcie de privilèges pris sur le dos du peuple
        on sait comment çà va se terminer.. en un immense incendie

      • @jean M64 vous expliquez la ou les raisons pour lesquelles les gvts ne veulent rien savoir d’un recensement de quelle ordre que ce soit.
        Ethnique, sociale, religieux, sauf tous ceux qui concerne les homos, trans et autres minorités visible vu que nous autres qui nous cassons le Q pour payer toute cette populace sommes des anarchistes, réacs, et autres qualificatifs. Ce soir, plus que jamais j’exècre tous les syndicats, et tous les personnes de gooooche, mais je présume que demain je pourrais faire alliance avec le diable pour dégager ces fous furieux de mon pays. On ne parle même pas de sydet qui déconnecte tous les écrans.

  • Comme pour les Gilets Jaunes, le gouvernement compte sur tout ce que le pays compte de gauchistes pour invisibiliser la profonde colère de la classe moyenne contre le centralisme autoritaire de Macron (censure comprise). Et dresser les uns contre les autres.
    L’étatisation des retraites n’est que le dernier clou du cercueil des libertés…

    • liberté de payer les regimes speciaux?

      • Justement, il s’agit de se servir de l’opposition, majoritaire maintenant, à leur maintien pour faire oasser une réforle qui va spolier tout le monde.
        En tant que libéral, on peut être opposé aux régimes spéciaux (sauf quand ils ne demandent rien au contribuable) ET opposé à une étatisation de toutes les retraites (= mauvaise gestion pour tout le monde!)

    • @la petite bête, en Allemagne, savez-vous où se trouve géographiquement parlant l’instance suprême du pouvoir politique? à Karlsruhe. Chez nous les bobs profil manu fifi et autre griveau veulent tout! le beurre l’argent du beurre, et la crémière.
      Actuellement, ils sont tellement narcissique qu’ils ne Veulent même plus se rendre compte qu’ils ne sont que de fichus IMBECILES concentrant tout ce qu’il y a de pire sur la planète du point de vue politique. Tous le monde se fout de sa gueule en public et enfermé dans son esprit monolithique, fidèle à ce que maman dit, relève des urgences psychiatrique.

      • Ce serait plutôt l’instance suprême du pouvoir judiciaire…

        Karlsruhe est le siège de la Cour constitutionnelle fédérale (Bundesverfassungsgericht) et de la Haute Cour fédérale (Bundesgerichtshof).

  • Si les fonctionnaires sont en grève… Peut-on espérer ne pas payer d’impôts ce mois-ci ?
    Par exemple une journée de gréve = une journée Hors Taxes (sans TVA ni TIPP). Ça peut être écrit dans la Constitution Jaune ???

    • On paie les fonctionnaires -car s’ils travaillent ils n’existent que parce que nous avons travaillé et créé des richesses-, ensuite ils pondent des cerfa et nous payons les taxes qui vont bien avec, ils ont la garantie de l’emploi à vie, nous avons l’incertitude, leurs salaires et retraites sont supérieurs aux nôtres, ils partent plus tôt en retraite avec des avantages pendant la vie active dont nous pouvons rêver, et en plus ils ont le droit de grève qui n’est utilisé que par eux la plupart du temps

      • «…leurs salaires… sont supérieurs aux nôtres…» Non pas toujours car quand « ON » est sur-diplômé pour un poste (particulièrement planqué) « ON » est mécontent car insuffisamment rémunéré par rapport au diplôme…. Mais c’est un choix car tu fais une proposition d’embauche mieux payé mais dans le privé, tu te fais jeté !
        En fait ils coûtent deux fois trop au privé… ils ont passé trop de temps à l’École (ÉNA, entre autre) à la charge de la société, et font mal leur boulot car ils s’y emmerdent ! Le seul bon rendement c’est pour les marchants de sudoku et de mots croisés.

        • @jean M64 sauf qu’il y en a certain qui ce lèvent les fesses et qui après avoir suivi de longues études quittent, encore jeune ce pays de M… pour vivre de leur travail étant donné qu’en métropôle, ou vous faites de la politique et vous avez des homards géant comme menu du jour ou c’est ravioles spanguero. Aux states il a crée sa start up financé par des ents françaises qui préfèrent investir chez boys que chez les gaulois. Cherchez l’erreur.
          Cordialement.

  • En même temps, grâce à eux, ce matin, 90km de bouchons au lieu des 300km habituels (minimum) !
    Merci aux syndicats ! 😀

  • Dans ma petite ville, journée totalement normale de plus, avec le soleil…

    Tant qu’aux trains, pour moi, trop chère et de plus en plus incertains, je voyage par BlaBlaCar depuis que j’ai été bloqué 2 jours par une grève SNCF…

    Ce matin j’entendais un conducteur SNCF qui se plaignait de l’abandon des transports de marchandises par le train, il me semble qu’il a oublié que cet abandon par « les clients » SNCF à été principalement du aux grèves à répétions, mauvaise organisation, (lourdeurs administratives) + cout et enfin, risque important de perte des marchandises fragiles autant pour l’envoyeur fabriquant que son client acheteur, le commerçant distributeur…

    Bon, pour moi, disons plutôt une grève du « mal-être » de nos services publics, transports, hôpitaux, administrations, Etc.

    II faudrait plutôt chercher et réparer les causes de ce « mal-être » que je pense totalement dû au mauvais « administratif », de toutes nos « administrations publiques », administratif devenus « totalement fou et débile » de nos services publics et assimilé…

    Je précise, par le « surnombre de petits chefs inutiles et improductifs » dû à l’avancement systématique « aux grades » par « ancienneté », première raison du surnombre et de « l’incapacité technique » à assurer correctement les missions de nos « devenus dits » services publics.

  • « Créer les institutions de la liberté qui résistent au temps et absorbent les crises pour les mettre à profit pourrait être notre horizon de réflexion pour penser les retraites de demain » . . . Aïe ! c’est pas clair et très théorique tout cela ! allez dire ça à un cheminot, bien rougeot et enrobé, qui vient de se délecter d’une paire de merguez et d’un verre de rouge après avoir scandé « touchez pas à MA retraite » !!!

  • A privatiser comme France Telecom ,ils commenceront à bosser.

  • Je ne suis pas pas Parisien, mais je doute que cette gréve va paralyser le pays.

    Bien des gens peuvent maintenant télétravailler ou utiliser des méthodes de transport alternatives aux transports en communs, supprimant de fait le pouvoir de nuisance des syndicats.

    La décentralisation est en cours mais pas à travers le système administratif dont on se doute bien de l’allant qu’il met à s’auto reformer.

    Pour le coup ce sont des mouvements types gilets jaune qui sont maintenant capable de bloquer le pays , et pour de bon.

    Ils étaient à tous les ronds points de quelques importances, comme ils étaient bien gentils , ils n’ont que très rarement bloqués la circulation, mais ils étaient en capacité de le faire et en quelques heures.

    Nul besoin de monter sur Paris, le vrai pouvoir n’y est déjà plus,il suffit de bloquer les poids lourds qui y vont pour que tous les supermarchés soient en rupture de stock en 4 jours.

  • ce qui peut interpeller, c’est que même flamby (qui n’a comme cerveau que ce qui lui sert à soulager sa vessie ) en 5 ans n’était pas parvenu à foutre autant de bordel que le pré-adolescent qui fait sa crise devant maman qui elle devrait être pour 30 ans en prison pour détournement de mineur. Je viens d’écouter l’émission de Zémour avec monsieur Maffesoli. Un instant de pure bonheur!

  • Le pays était peut-être à l’arrêt, mais pour aller travailler, la circulation était exceptionnellement fluide. Ils devraient faire la grève plus souvent.

  • pour achever la soirée, Latécoère, l’originale de l’aviation civile française vient de passer avec armes et bagages sous pavillon ???? U.S. et rejoint ainsi Alstom comme tant d’autre. Et bruno et manu et fifi et brigitte la clique des SUPER INTELLIGENTS…. ils ne disent rien même au prix auquel ils nous coutent, ils sont occupé à quoi? A envenimer la situation car sans cela ils disparaissent des écrans du Pays.

    • Bien évidemment qui voudrait d’usines avec des cégétistes braillards qui clament le « droit à  » à tout va avant même de travailler!
      Et les dockers cgt de Marseille qui se permettent de la ramener alors qu’ils ruinent le port de Marseille et se servent largement!

  • Ce n’est pas le 5 décembre, mais il y a déjà 30ans que l’Ile de France s’est arrêtée de travailler !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Candidat déclaré depuis peu, Emmanuel Macron a commencé à divulguer son programme en vue d’un second mandat présidentiel. Au menu, une réforme des retraites qui passerait par le recul de l’âge légal de 62 à 65 ans. Interrogé à ce sujet dans Marianne, l’économiste atterré Henri Sterdyniak a expliqué que ce projet revenait ni plus ni moins à « faire payer le quoi qu’il en coûte aux travailleurs ».

Disons qu’il n’a pas complètement tort.

Oh, bien sûr, la formulation « faire payer aux travailleurs », lourde d’indignation, renvoie i... Poursuivre la lecture

Évidemment, en France, ce titre risque d'être considéré comme une provocation. C’est un peu comme si on ouvrait un parapluie à l’intérieur d'un logement, ou si on proférait des injures à l’égard d’un défunt dans la chambre mortuaire.

La répartition est injuste

Aussi, dois-je m’efforcer de présenter immédiatement, non pas les excuses que certains lecteurs attendent peut-être, mais des arguments sur ce que j’avance.

Les voici :

Le système de retraite par répartition consiste à payer les retraites des pensionnés en prélevant... Poursuivre la lecture

Cette fois-ci, c’est vraiment parti : avant-hier, j’ai reçu le premier tract électoral de la présidentielle 2022 dans ma boîte aux lettres ! C’était un petit mot de notre insoumis national Jean-Luc Mélenchon. Enfin, insoumis… À la façon particulière des politiciens incrustés depuis toujours dans le système. Il fut quand même vingt ans sénateur, ministre de Lionel Jospin (PS), député européen pendant huit ans, et il est actuellement député français depuis 2017. Mais bref. J’avais cinq minutes, j’ai lu.

Et puis il ne faudrait pas oublier... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles