Le vrai libéralisme, de Pascal Salin

Au travers de ses chroniques, Pascal Salin refait moins l’Histoire qu’il ne repense les fondements de la société. Il expose, avec sa clarté habituelle, les principes qui devraient servir de pierres angulaires au monde libre.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le vrai libéralisme, de Pascal Salin

Publié le 5 décembre 2019
- A +

Par Jean-Philippe Delsol.
Un article de l’Iref-Europe

Dans un florilège d’articles publiés au cours des dernières décennies, Pascal Salin nous offre sa rétrospective de l’histoire politique et économique française. Hélas il nous montre surtout que la droite française est souvent restée la plus bête du monde à se vouloir conservatrice des politiques étatistes léguées par les socialistes sans chercher à comprendre les vertus d’un « vrai » libéralisme.

Certes, il y eut quelques périodes favorables aux idées libérales lorsqu’Alain Madelin devint ministre ou lorsque Jacques Chirac, en 1984, répondit dans Le Figaro Magazine aux questions énoncées par Pascal Salin.

Ce dernier l’aidait à tenir la plume, mais c’est bien celui qui deviendra président de la République en 1995 qui exprima, dans la foulée peut-être du reaganisme et du thatchérisme triomphants, que « la production de richesses ne peut être que le fruit du travail et de l’ingéniosité des hommes et que l’État, en tant qu’organisation est inapte à produire », la solution étant « dans l’autonomie et l’initiative individuelle plutôt que dans les interventions collectives ou étatiques. » Jacques Chirac disait encore alors que « le profit n’est pas un prélèvement arbitraire sur la richesse ou le travail d’autrui, mais il est la sanction de la création de richesses, du service rendu… »

Les droites sans courage

Las, Jacques Chirac ne fut libéral que le temps d’une interview ! Les droites n’ont jamais eu le courage de réduire les dépenses publiques et ont laissé filer le déficit en laissant exercer le pouvoir à une technocratie nourrie « d’un keynésianisme vague consistant à croire à une mécanique globale dans laquelle l’élément moteur se trouverait être la demande et, plus précisément, la consommation ».

Après Chirac, Sarkozy répéta l’histoire et Fillon ne fût qu’un court espoir.

Les Français sont désabusés de ces politiques qui renouvellent sans cesse les mêmes erreurs. La seule solution est dans la baisse des prélèvements et dans un allègement significatif des règlementations. L’important est de redonner toute sa liberté à l’homme et la maîtrise de sa vie :

« l’individu est le seul souverain, et l’État, nécessairement limité, a pour rôle de garantir l’exercice des droits individuels, par exemple le droit à la vie, la liberté de pensée, le droit de propriété. L’avenir n’est alors pas prédéterminé à l’avance, il résulte des milliards de décisions individuelles, prises dans le respect du droit des autres. »

Même s’il n’y a pas d’incompatibilité de principe entre conservatisme et libéralisme, la droite conservatrice est souvent constructiviste, comme les socialistes, elle croit possible de construire une société conforme à ses vœux, alors que

« les libéraux, pour leur part, estiment qu’une société se construit elle-même de manière imprévisible grâce à des processus de coordination interindividuels et de création continuelle d’information. »

Pascal Salin souligne que ce libéralisme est profondément social et moral, parce que

« si une société est totalement fondée sur le respect des droits d’autrui, elle repose alors sur un principe universel et non contradictoire. À partir du moment où les droits de chacun sont définis, deux personnes ne peuvent pas prétendre en même temps à la possession d’un bien ou d’un service donné. Chacun peut alors décider de disposer de ses ressources pour lui-même ou d’exercer son sens de la solidarité de la manière qui lui paraît moralement fondée ».

L’éthique du libéralisme est dans ce respect de la liberté humaine.

Au travers de ses chroniques, Pascal Salin refait moins l’Histoire qu’il ne repense les fondements de la société. Il expose, avec sa clarté habituelle, les principes qui devraient servir de pierres angulaires au monde libre. À ce titre, il pourfend aussi l’égalitarisme vénéneux et arbitraire qui est au fond une revendication de résultat incompatible avec l’égalité en droit. Il observe que les revendications égalitaires sont des ferments de destruction sociale en suggérant que

« les uns ont des droits sur les autres pour la seule raison qu’ils ont des revenus moins importants ».

L’économie n’est pas un gâteau à partager mais elle génère davantage de richesses, pour tous, à la mesure de l’augmentation du travail et de la créativité de tous. Il défend ainsi l’inégalité que génère l’échange libre par lequel « celui qui possède plus est celui qui a créé plus de valeur pour autrui.

De Barre à Macron

Au travers de ses commentaires sur chacune de ces époques récentes, Pascal Salin livre les cas concrets des échecs successifs des politiques de Barre, de Delors, de Chirac… à défaut d’avoir fait confiance à la liberté.

Elles se sont toutes noyées dans les errements de l’étatisme attendant le salut illusoire de la France d’une augmentation des dépenses, des investissements et de la dette publics. Mais la croissance, explique-t-il, ne sera jamais relancée en misant seulement sur le secteur public. Malheureusement, la politique actuelle du gouvernement ne dépare guère celles de ses prédécesseurs et reste étatiste.

« On a présenté Emmanuel Macron comme un politicien libéral avant même son élection et, curieusement, on continue souvent à lui donner cette étiquette, alors que sa politique fiscale –ainsi d’ailleurs que la plupart de ses autres politiques- atteste du contraire de manière évidente. Il conviendra alors de ne pas attribuer à son prétendu libéralisme l’échec de ses politiques. »

Pascal Salin, Le vrai libéralisme. Droite et gauche unies dans l’erreur, Odile Jacob, 2019, 306 pages.

Sur le web

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Le gag de l’interview de Chirac :
    P.Salin nous prévient avant qu’il avait fait les questions et les réponses, et effectivement on se rend bien compte à la lecture que Chirac aurait été bien incapable de prononcer de tels propos …

  • A force d’exposer des généralités, on se perd devant le choix des actions à entreprendre: on ne peut pas répondre à tout et c’est là le défaut du philosophe y compris politique ou même du politicailleur de base qui sait tout mieux que vous même !
    UNE ACTION, UNE SEULE permet un résultat de valeur :
    par exemple diviser par 2 le nombre des élus (qui entretiennent une cacophonie assourdissante tout en nous coûtant fort cher).
    Une fois ce résultat acquis, on peut passer à une autre mesure de force.
    Nb. Les députés et sénateurs se votent leurs émoluments avec privilèges sans coup férir y compris l’inamovibilité de leur statut.

  • L’état est une organisation que personne ne contrôle, évidemment pas lui meme, et qui n’a aucun contre pouvoir dans ce pays. Celui-ci a pris , depuis la fin de la deuxième guerre mondiale une ampleur sans précédent dans l’histoire de notre pays, le ruinant à petit feu sous le poids de ses besoins financiers et de sa décadence qui se constate tous les jours, en particulier dans ses fonctions régaliennes (voir l’éducation nationale). Depuis les attaques terroristes dont la France a fait l’objet l’état a accru son contrôle sur nos libertés. Les politiques, qu’ils soient de droite ou de gauche sont maintenant surveillés étroitement, et soumis à un contrôle permanent et de plus en plus tatillon sur leurs revenus et leurs patrimoines. Tout le monde trouve cela trés bien puisque cela est fait pour lutter contre la corruption des élus. Mais le résultat est qu’ils n’osent plus s’opposer aux demandes de l’état concernant ses « besoins » et deviennent de gentils petits commissionnaires qui votent en bon ordre toute les taxes qu’il « suggère ».
    L’état ne nous protège en rien, il est devenu au fil du temps un véritable prédateur qui entraine ce pays dans sa chute. Et nous n’avons aucun moyen de l’en empecher, malheureusement.

  • M. Salin exprime parfaitement clairement ce qu’est le vrai libéralisme et c’est bien celui que j’espère, mais quand?

  •  » celui qui possède plus est celui qui a créé plus de valeur pour autrui. » ? lol

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

En 2019, le Parlement européen a déclaré l’état d’urgence climatique. Il faut dire que les sujets liés à l’environnement ont pris soudainement une ampleur considérable en 2019 : réchauffement climatique, extinction des espèces, effondrement de la société humaine… plus personne ne peut les éviter.

En tant qu’acteurs du débat politique, les libéraux ont évidemment leur rôle à jouer. Pourtant, face à l’ampleur des enjeux, force est de constater que nombre d’entre eux ne sont pas à la hauteur, loin de là.

L’ensemble de notre économi... Poursuivre la lecture

union européenne
1
Sauvegarder cet article

Comme si souvent, l’Union européenne vient de démontrer encore une fois son manque de connexion avec la réalité et sa préférence avant tout pour la communication politique. Étant donné les circonstances actuelles dans lesquelles se trouve l’Ukraine – sa lente mais inéluctable défaite militaire et son économie en chute libre – que fait alors l’Union européenne ?

 

Un geste politique

Est-ce qu’elle fait ce qui aurait été le plus logique, le plus humain et le plus à même de limiter des victimes et des dégâts ultérieurs en Ukra... Poursuivre la lecture

Le monde francophone compte plusieurs centres de réflexions libéraux. L'un des principaux est l'Institut économique de Montréal, situé au Québec. Il est dirigé par Michel Kelly-Gagnon que nous avons l'honneur d'interviewer. Michel fut l’un des cofondateurs des Amis de la Liberté au milieu des années 1990 et a contribué à la relance de l’IEDM à partir de 1997, notamment grâce à ses talents de leveur de fonds. Après avoir dirigé l’IEDM de 1999 à 2006, il a été président du Conseil du patronat du Québec de mars 2006 à décembre 2008. Au début de ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles