Brexit : le steeple-chase de Boris Johnson

Le nouveau Premier ministre du Royaume-Uni Boris Johnson sera confronté à un challenge : réconcilier son parti, tenir ses promesses sur le Brexit et rester au pouvoir. Ces options ne sont pas conciliables.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Brexit : le steeple-chase de Boris Johnson

Publié le 2 août 2019
- A +

Par Bill Wirtz.

Boris Johnson succède à Theresa May à la tête du gouvernement conservateur britannique. Ancien maire de Londres, ancien député, ancien ministre des affaires étrangères, Johnson est de loin une des figures les plus exotiques de la vie politique du Royaume-Uni. Connu pour sa chevelure désorganisée et son vocabulaire éléphantesque, il est à la fois aimé pour ses manières excentriques, détesté pour son euroscepticisme cohérent. Durant son passage au journal conservateur Daily Telegraph, il était dans la première ligne des contributeurs anti-Union européenne comme correspondant à Bruxelles.

Négocier avec l’UE

Vytenis Andriukaitis, membre de la Commission européenne chargé de la santé, a comparé Boris Johnson à l’ancien président russe Boris Eltsine, dans un billet publié sur le site web de la Commission, intitulé Boris you are wrong (« Boris tu as tort »).

Dans ce dernier, le commissaire l’accuse d’être responsable du trucage de la campagne pour la sortie de Royaume-Uni de l’Union européenne, dont Johnson était le personnage phare. Son tort ? Affirmer que sortir de l’UE donnerait la possibilité de réinvestir 350 millions de livres par semaine dans le système de santé. Les supporters lui reprochaient d’avoir utilisé la somme brute, au lieu de la somme nette.

Mais le problème de Boris Johnson est beaucoup plus important que ses déclarations antérieures. Il lui reste jusqu’au 31 octobre pour décider que faire au niveau du Brexit. La nouvelle présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, se montre « ouverte » à une extension de ce délai, mais c’est le Conseil européen qui aura le dernier mot. Pas elle.

Pour Boris Johnson, la date est importante car il a déclaré pendant sa campagne au sein du parti conservateur que le 31 octobre sera un jour de deal or no deal. En l’occurence, le no deal est plus probable que jamais.

Les options de Johnson sont limitées : soit il convainc l’UE d’apporter des changements fondamentaux à l’accord de retrait négocié par Theresa May — ce qui semble peu probable — soit il annule le déclenchement de l’article 50 et ne quitte pas du tout l’UE — ce qui signerait la fin de son mandat — soit il risque de quitter l’UE sans accord. Dans le passé, il a dit clairement qu’il était ouvert à la troisième option. Dans un scénario sans accord, le Royaume-Uni et l’UE reviendraient aux règles de l’Organisation mondiale du commerce (OMS), qui réintroduiraient des droits de douane sur les marchandises en provenance de l’UE.

Johnson a une carte dans sa manche

La solution de Johnson ? GATT 24. Le General Agreement on Tariffs and Trade (accord général sur les tarifs douaniers et le commerce), article 24. Le paragraphe 5b de cet article donne la possibilité au Royaume-Uni et à l’Union européenne de maintenir leur relations commerciales en intérim. Par contre, le paragraphe 5c (que Boris Johnson ne semblait pas connaître dans une interview à la BBC), dispose que les deux partis doivent avoir une chronologie d’adoption d’un nouveau traité avant que cette période d’intérim puisse s’activer. En gros, dans le meilleur cas GATT 24 donne la possibilité de créer des retards tout en quittant officiellement l’Union européenne.

Si Johnson n’arrive pas à trouver une solution, les problèmes politiques pourront être considérables. Si le Royaume-Uni et l’UE réintroduisent des tarifs douaniers, les longues files d’attente à la frontière (y compris en Irlande du Nord) pourraient interrompre la chaîne d’approvisionnement et provoquer des pénuries et une hausse des prix. D’autre part, les Brexiteers ont assuré à leurs détracteurs que les améliorations technologiques peuvent rendre le processus plus fluide et moins convenable, et que les tarifs ne seraient appliqués que si l’UE prenait cette mesure. Du point de vue du Royaume-Uni, aucune frontière ne devrait être érigée, mais si Bruxelles insiste sur le contrôle de ses normes alimentaires, elle pourrait insister. Une nouvelle frontière en Irlande du Nord pourrait aussi recréer les violences politiques entre les loyalistes et les républicains irlandais.

Si Johnson se décide de prolonger le Brexit, les membres eurosceptiques de son propre parti pourraient faire tomber son gouvernement, et aider l’arrivée au pouvoir du Brexit Party de Nigel Farage. Dans les dernières semaines, Farage se montre de plus en plus hostile à Johnson. Il sait qu’il pourrait très bien le remplacer sur son poste. Un nouvel indice signifiant que le Royaume-Uni pourrait « peut-être » rester dans le marché intérieur de l’Union européenne ne fera qu’avancer la cause des eurosceptiques radicaux.

Ne nous privez pas déjà de Boris

Il reste difficile de faire des pronostics sur le Brexit. Johnson a promis des centaines de fois durant sa campagne qu’il est prêt à risquer le no deal, même si cette absence d’accord peut provoquer la fin de son mandat.

D’un point de vue libéral, on nous fait passer le dessert devant le nez. Johnson est plus économiquement et socialement libéral que ses prédécesseurs. Il argumente pour des réduction d’impôts, veut mettre fin à l’État-nounou (par exemple à travers son opposition à la taxe sur le sucre), et se dit en faveur de la légalisation des OGM et du génie-génétique.

Une fin de son mandat pourrait faire revenir les conservateurs mous et ennuyeux, ou pire, propulser l’arrivée au pouvoir du socialiste Jeremy Corbyn, qui propose une énorme croissance des dépenses, des impôts, et de nationalisations.

Il n’y a aucune solution simple pour Boris Johnson. Le premier jour de son mandat comme Premier ministre, ce qui fût toujours son rêve, était aussi le début de son cauchemar.

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • les anglais veulent sortir? qu’ils sortent une bonne fois pour toute merde!
    Apres tout , l((europe ne s’en portera pas plus mal.. qu’ils se démerdent!

    • « se démerder », c’est sortir de la merde, en effet. Mais c’est la merde qui colle aux fesses et dont n’arrive pas à se débarrasser, pas la propreté…

  • Beaucoup de conditionnel et de « si » ce qui me conforte dans l’ idée d’ un Brexit dur sans accord, tout simplement parce que les problèmes à résoudre générés par la sortie de l’ UE ne sont rien comparés à la trahison d’ un résultat démocratique. Et puis je ne m’ inquiète pas du tout pour ces emmerdeurs de rosbifs.

  • Un doute m’envahit au vue des articles sur le RU :
    Les politiciens de l’europe et des nations ne veulent surtout pas pas d’un brexit Hard auqu’elle cas ils ont peur de leur réussite libérale, ils veulent garder la main mise sur une leur politique de l’état nounou avec un brexit moue qui mettrait la GB dans un salle état.
    Les anglais ont peur du résultat d’un brexit Hard et préfère un brexit moue.
    j’ai hâte du brexit hard , ils sont bien fou pour le tenté et au final qu’ils vont etre gagnant à une vitesse qrand V et faire des réforme en 2 a 3 ans alors que nous on mettra 30 ans.
    Au final la sortie de la GB pourrai bien nous etre d’un grand secours dans 2 à 3 ans

  • Il faut souhaiter good luck aux rosbifs. S’ils réussissent à s’en sortir avec plus de libéralisme face à une Europe de plus en plus nounou, ils montreront peut-être la voie. Nous pourrons toujours refaire un club ou une union nouvelle formule avec les Britanniques dans le futur avec moins de bureaucrates.

  • Il n’y aura pas de Brexit. Le peuple a mal voté donc on n’appliquera pas sa décision.
    L’Europe est là pour ça : abolir le pouvoir du peuple.

  • Après un Brexit dur, l’UE et ses Etats inféodés, qui signent à tout va des traités de Libre-échange avec le monde entier, refuserait de le faire avec son ancien partenaire ? …
    Ceci montre bien qu’il s’agit là de rétorsion et de tout faire pour empêcher que ce Brexit ait lieu. Et un Brexit « mou » serait une contrainte inacceptable pour les anglais, les muselant pour empêcher leur réussite.
    Car ne nous y trompons pas. Brexit dur et politique libérale en Grand Bretagne pour moins d’Etat, ce sera la porte ouverte à la fin de cette UE qui d’abord nie la Liberté et des individus et des peuples et veut, par le socialisme les maintenir en laisse pour le seul avantage de leurs nomenklatura.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par François-Joseph Schichan. Un article de Conflits

Qu’il s’agisse des sanctions, des livraisons d’armes ou de la rhétorique, le pays a joué un rôle central dans la mise en œuvre de l’unité occidentale face à Vladimir Poutine.

Ceci malgré un contexte interne difficile. Au début de l’année 2022, Boris Johnson est attaqué de toute part, affaibli au sein du Parti conservateur et dans le pays après des révélations sur son comportement au cours des confinements successifs. Mais par contraste avec ses atermoiements face à la pandémie... Poursuivre la lecture

Par John Blundell, depuis le Royaume-Uni[1. John Blundell fut directeur général de l’Institute of Economic Affairs, considéré comme le laboratoire d’idées le plus prestigieux au Royaume-Uni, de 1993 à 2009. Il a participé à la création et au développement de nombreux organismes de recherche aux quatre coins du monde. Cet article est la traduction du chapitre 26 du livre Margaret Thatcher : A Portrait of the Iron Lady. L’auteur de ce livre, M. John Blundell, a été décrit par Mme Thatcher elle-même comme l’une des personnes les plus efficaces d... Poursuivre la lecture

Liz Truss
1
Sauvegarder cet article

Par Robert Jackman.

Après six semaines de lutte acharnée, le résultat est là : Liz Truss sera le nouveau Premier ministre de la Grande-Bretagne. Cette ambitieuse politicienne conservatrice, qui a été la secrétaire aux Affaires étrangères de Boris Johnson pendant la crise ukrainienne, a pris officiellement ses fonctions mardi. Mais son arrivée à Downing Street mettra-t-elle fin au style grand État et grandes dépenses de son prédécesseur ?

Il y a certainement des raisons d'être optimiste. Au sein du village de Westminster, Mme Tru... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles