L’homéopathie enfin déremboursée

L’homéopathie n’a aucune raison scientifique d’être remboursée, et ne survit que grâce au capitalisme de connivence.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Macro Mondays Remedy Homeopathic by Giancarlo Foto4U

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’homéopathie enfin déremboursée

Publié le 22 juillet 2019
- A +

Par Benjamin Faucher.

Ça sent le sapin pour l’homéopathie. Et il était temps. La Haute Autorité de Santé a remis son avis le 28 juin 2019 pour permettre au gouvernement de trancher sur la question du remboursement par l’assurance maladie. Le collectif MonHomeoMonChoix, sentant probablement l’orage arriver, a fait actuellement circuler une pétition pour défendre cette pratique.

Des méta-analyses (c’est-à-dire des comparaisons de plusieurs études évaluant leur méthodologie) ont déjà établi depuis longtemps que l’homéopathie n’avait aucun effet clinique supérieur à un placebo, il ne s’agit donc pas ici d’apporter d’autres éléments à ce débat. Le but est de répondre aux différentes objections au déremboursement souvent entendues et celles soulevées par la pétition MonHomeoMonChoix, ainsi que d’expliquer les raisons politiques qui sous-tendent le bienfondé du déremboursement.

« Oui mais moi je vois bien que sur moi ça marche ! »

Cet argument, bien que courant, cache en fait de nombreux biais. Il démontre d’abord une confusion entre corrélation et causalité. Le raisonnement est le suivant : j’ai un bleu. Je prends des granules d’arnica et le lendemain je n’ai plus de bleu. J’en déduit que l’arnica a guéri mon bleu. Limpide non ?

Considérons une autre situation : Martin le Martien arrive pour la première fois sur Terre. Il observe que la vente de parapluies augmente les jours de pluie. Il en déduit que la vente de parapluies a pour conséquence l’arrivée de la pluie. Absurde non ? Pourtant, dans les deux cas, l’erreur de raisonnement est la même. Le patient ne peut pas déterminer avec sa seule expérience si un médicament, quel qu’il soit, est efficace, puisqu’il ne peut pas la comparer avec la situation où il n’aurait rien pris.

Mais il y a pire car le patient qui utilise son expérience personnelle peut être soumis à un biais de confirmation. S’il est lui-même favorable à l’homéopathie, il aura tendance à surestimer la capacité de guérison du médicament, et à se déclarer plus facilement « guéri ». On ne peut pas être à la fois juge et partie. Cela est évité dans le cadre d’une expérience clinique, grâce à un protocole rigoureux. Les patients sont séparés en deux groupes : au premier groupe, on donne le médicament, et au second un comprimé identique, mais sans principe actif. Aucun des sujets de l’expérience ne sais lequel il a reçu. Le médicament est déclaré efficace s’il a un meilleur effet dans le groupe qui a reçu le vrai médicament. Évidemment, chacun des groupes doit être suffisamment grand pour que l’expérience soit validée.

En fait, l’expérience doit même être réalisée en double aveugle, c’est-à-dire que l’expérimentateur lui-même ne doit pas savoir qui a reçu un vrai médicament. Ainsi, est irrecevable une expérience qui fait intervenir des bébés ou des animaux, mais dont l’expérimentateur n’est pas aveugle aux conditions de l’expérience. Ce sont des faiblesses méthodologiques comme celles-ci qui ont été relevées dans les études soutenant l’efficacité de l’homéopathie.

« Oui mais la science, elle ne peut pas tout expliquer »

Si on entend par « la science », l’ensemble des résultats produits par une méthode qui évite les biais énoncés plus haut, alors en effet, elle ne peut pas tout expliquer, et de plus elle peut évoluer. C’est d’ailleurs ce qui fait le propre des connaissances scientifiques : elles sont sans cesse remises en cause. Cela permet de discuter, de tester et de formuler de nouvelles hypothèses. À l’inverse, les médecines dites alternatives reposent sur une tradition qui n’a jamais été remise en cause depuis des centaines d’années, et qui n’ont donc jamais été confrontées aux faits.

Ensuite, avant d’envisager expliquer un phénomène, il faut d’abord prouver qu’il existe. Chercher une explication à un phénomène qui n’existe pas revient à discuter du sexe des anges, ou à se demander par combien de rennes le traîneau du Père Noël est tiré…

Celui qui défend la position rationnelle et scientifique est souvent accusé à ce moment du débat de faire preuve d’arrogance. En réalité, c’est tout l’inverse, la démarche scientifique appelle à une grande humilité et à reconnaître que nos raisonnements peuvent être biaisés. Dans un autre domaine, il est toujours surprenant d’entendre des raisonnements du type « La science ne peut pas tout expliquer, donc j’explique les bruits dans ma maison par la présence de fantômes ». Cherchez l’erreur…

« Parce que des millions de Français se soignent avec de l’homéopathie »

Cet argument soulève deux questions. La première est celle de la légitimité du nombre. L’homéopathie serait efficace parce que des millions de personnes le penseraient ? Cet argument ne tient pas une seule seconde. Ce n’est pas parce qu’un grand nombre de personnes croient une chose fausse que celle-ci est vraie et les faits sont indépendants du nombre de personnes qui y croient.

Galilée était pourtant en minorité quand il affirmait que la Terre était ronde, et si la majorité a changé de camp entre le XVIe et le XXe siècle, la Terre, elle n’a pas changé de forme. Cet argument est d’autant plus pervers que le sous-texte à peine voilé est souvent « Si vous pensez que l’homéopathie n’a pas d’effet, cela signifie que vous pensez que les millions de Français qui se soignent avec sont stupides ».

Ajoutez à cela le fait que certains parents pensent soigner leurs enfants avec l’homéopathie, et on vous accuse vite d’insinuer qu’ils sont de mauvais parents. Cette façon d’introduire du pathos dans le débat est on ne peut plus malhonnête. Ne pas être d’accord avec quelqu’un sur un point ne signifie pas remettre en cause son intelligence.

Si la majorité était le critère de la vérité, alors cessons de financer des centres de recherche scientifique, et faisons avancer la science avec des débats à main levée. Si l’expression d’un désaccord est irrecevable parce qu’elle exerce un inconfort chez la personne mise en doute, alors cessons tout débat et abolissons la liberté d’expression.

La deuxième question soulevée par cet argument est celle de la liberté de choix. Le déremboursement ne remet nullement en cause la liberté d’avoir recours à l’homéopathie. Il ne s’agit en aucun cas d’interdire cette pratique, ce qui reviendrait à remettre en cause la liberté de croyance et la liberté de disposer de son corps. La question est plutôt, pourquoi mon voisin payerait il pour moi ? En effet, la France ayant fait le choix d’une assurance maladie entièrement assurée par l’État, c’est l’argent de chacun qui finance cette pratique.

Or, ce que l’État finance, il le prend de facto par la force. Il ne s’agit nullement de remettre en cause, du moins ici, ce mode de financement, mais plutôt de se demander quels critères permettent de décider ce qui, dans ma consommation, peut être financé en prélevant dans la poche de mon voisin. Dans le cadre de médicaments, le minimum semble être son efficacité reconnue scientifiquement.

Sinon, faisons payer par l’impôt le remboursement du chocolat. Après tout, si j’estime qu’une plaquette de chocolat est bonne pour moi, de quel droit je n’aurais pas le droit d’être remboursé ?

« L’homéopathie est exercée par des professionnels »

Cet argument révèle une étrange fascination française pour les diplômes. Le fait de recevoir une formation et un diplôme pour une pratique ne la justifie pas a priori.

Il est vrai qu’il existe des médecins homéopathes. Mais ces deux pratiques sont parallèles, l’une ne peut servir à justifier l’autre. Preuve en est qu’il n’est pas nécessaire d’être médecin pour suivre une formation à l’homéopathie. Par ailleurs, ce mélange des genres est tout à fait discutable.

« En cas de déremboursement il y aurait un transfert vers des médicaments plus coûteux pour la collectivité »

Cet argument soulève la question de l’usage abusif des médicaments. Le constat est le suivant : quand ils ont une maladie bénigne (rhume, mal de tête…) certains patients se « soignent » à l’homéopathie et déclarent se sentir mieux au bout de quelques jours. En réalité, la situation aurait été la même si le patient n’avait rien pris du tout.

Il faut donc remplacer le traitement homéopathique par… rien du tout. Le traitement homéopathique fournit une excellente expérience naturelle pour démontrer que certains maux ne requièrent aucune intervention médicale. S’il est en effet pénible d’avoir le nez qui coule pendant plusieurs jours, cela ne nécessite pas forcément la prise d’un médicament.

En réalité, la pratique de l’homéopathie conforte les Français dans l’idée que la prise de médicament est absolument indispensable pour le moindre problème de santé. Il s’agit ici de faire preuve de courage et de remettre en cause la médicamentation systématique plutôt que faire preuve de clientélisme et donner au patient un remède inutile mais coûteux pour la collectivité. Évidemment, si les symptômes persistent, il est indispensable de consulter un médecin.

« L’homéopathie n’a pas d’effets secondaires »

Encore heureux, puisqu’elle n’a pas d’effet primaire, il ne manquerait plus que ça. Imaginez si quelqu’un vous disait que pour soigner un rhume, il suffisait de vous rouler tout nu dans la boue sous le clair de lune sous le prétexte que cela, au moins  n’aurait pas d’effet secondaire.

« L’homéopathie sert de complément à des personnes qui subissent un traitement plus lourd »

Il est vrai que l’homéopathie peut apporter de l’aide à des personnes subissant des traitements lourds, et ce pour deux raisons :

— la première est que ce traitement constitue en lui-même un système de croyance qui peut même aider le patient à guérir. Certains font appel à des guérisseurs, à des magnétiseurs, ou plus classiquement à la religion. La médecine conventionnelle joue également sur ce phénomène de croyance. Le seul fait d’aller chez le médecin permet de se sentir mieux. La présentation du médecin en tant que figure d’autorité, ainsi que l’aspect des médicaments (forme, couleur…) sont étudiés pour amplifier cet effet. C’est le fameux effet placebo.

Même si cet article défend le rationalisme et la rigueur scientifique, je ne cherche en aucun cas à discréditer absolument le recours à un système de croyance qui relève d’un choix personnel et peut aider dans les cas difficiles. En revanche, il me semble difficile de justifier le remboursement par le contribuable d’un système de croyance. Chacun serait alors en droit de réclamer le remboursement de sa pratique religieuse, au nom de sa propre croyance. N’ouvrons pas la boîte de Pandore…

— La deuxième raison est que l’homéopathe peut également aider car il apporte une écoute attentive, ainsi qu’un soutien psychologique comparativement à la froideur du personnel médical. Il ne s’agit pas ici de jeter la pierre aux médecins qui voient des malades en phase terminale quotidiennement et doivent se protéger psychologiquement. Mais plutôt que de financer des granules de sucre, pourquoi ne pas plutôt réfléchir à la mise en place dans les hôpitaux de services d’accompagnement, de cellules de soutien, de groupes de parole. Les solutions humaines sont nombreuses, et ne nécessitent pas forcément la défense d’une pratique aux fondements scientifiques douteux.

« Le déremboursement de l’homéopathie va supprimer des emplois »

On entre ici dans la question politique du sujet. Cet argument relève du pur et simple chantage à l’emploi pour permettre à certaines entreprises de conserver une rente de la part de l’État. D’abord, il est faux d’affirmer que la pratique de l’homéopathie va être réduite à zéro d’un coup. Si elle a des effets aussi miraculeux que le prétendent ses défenseurs, certains continueront à l’utiliser, mais par leurs propres moyens.

Ensuite, il faut renverser la charge de l’argument. Le déremboursement est un retour à la normale, la mauvaise décision était le remboursement. Comme d’habitude, l’État octroie des rentes de façon irresponsable et lorsqu’il s’agit de corriger la situation, il y a des perdants. De plus, les employés de ces entreprises n’ont aucune raison de ne pas trouver un travail ailleurs.

Enfin, il convient de souligner le double jeu depuis des années de certains professionnels de santé, et plus particulièrement les pharmaciens. Ces derniers bénéficient d’une double rente de la part de l’État qui leur assure des revenus réguliers et conséquents. Les débouchés d’un pharmacien sont en effet assurés par le fait que les produits qu’il vend sont remboursés par l’État ; il n’a donc pas à s’inquiéter des variations de la demande.

De plus, le quota maximum de pharmacies dans une certaine région lui assure un monopole local permettant d’éviter la mise en concurrence. Ce traitement de faveur est justifié par le fait que le pharmacien n’est pas un commerçant comme les autres puisqu’il dispose d’une autorité scientifique indispensable au bon traitement du patient.

Il est donc franchement discutable que certains parmi eux utilisent cette légitimité pour vendre des produit justement remis en cause scientifiquement. Il s’agit là de l’un des nombreux exemples de capitalisme de connivence, ou des insiders profitent du système pour vivre d’une rente au détriment de la collectivité.

Article initialement publié en juin 2019.

Voir les commentaires (223)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (223)
  • La connivence dans le marché des médicaments n’ est certainement pas l’ apanage de l’ homéopathie. Soignez honnêtes: déremboursons tous les traitements, il y aura moins d’ antibiotiques dans les rivières.

    • il suffit de faire payer le patient plutôt que de lui faire croire que c’est gratuit.. en mettant un seuil aux remboursements par exemple
      mais là toute le monde médical va hurler vu que les patients sont sociabilisés par la secu..
      sans la secu , les toubibs claqueraient du bec , et les urgences n’auraient aucun probleme

      • « sans la secu , les toubibs claqueraient du bec « .
        Vous n’y êtes pas du tout. Sans la sécu, plus d’honoraires légaux. C’est le patient qui va rigoler quand il sera obligé de débourser entre 80 et 100 € minimum la consult (prix du marché) sans espoir de remboursement.
        Et à ce prix, les toubibs ne claquent pas du bec.

        • bien sur que non , comme aux usa des assureurs pourraient passer des accords avec certains praticiens.. client solvable car assurés contre modération des prix..
          de toutes les façons a 100 euros la consultation les toubibs feraient 4 clients par jour

          • « sans la secu , les toubibs claqueraient du bec , »
            Il y avait des médecins avant la sécu. Et les médecins, les bons tout du moins, vivaient bien, et même plutôt très bien.
            Les moins bons s’installait dans des zones avec moins de concurrence. Et ils vivaient également très bien. IL faut sortir de cette propagande qui vise à faire croire que les médecins ne vivent que grâce à la SS. D’ailleurs, il y a de plus en plus de médecins qui se déconventionnent, ce qui était quasi-inconnu avant.

          • « comme aux usa des assureurs pourraient passer des accords avec certains praticiens.. client solvable car assurés contre modération des prix.. »
            Ce n’est pas si simple la vie réelle!
            Des médecins qui acceptent ce deal, ce ne sont pas les meilleurs. Ce sont ceux qui ont besoin de clientèle. Les bons sont plus chers et n’ont pas besoin d’accord avec les assurances. Et ceux qui sont relativement isolés n’en ont pas besoin non plus par absence de concurrence…
            En fait il y a plusieurs types d’assurances. Celles moins chères qui vous assurent un remboursement de consultation avec leurs médecins agréés (ou qui limite le remboursement de consultation) et celles bcp plus chères qui vous couvrent quelque soit le médecin que vous consultez avec, bien sûr, tous les cas intermédiaires en niveau de contrat. Toutes ces assurances ont des limites de dépenses annuelles et une franchise avant que les 1ers soins soient remboursés. Évidemment, en fonction de ce que vous prenez comme limites, cela influe sur le niveau des cotisations. Sans parler des assurances d’entreprises…
            Les assurances savent trrèès bien ce qu’elles font car elles ont des statistiques sur tout : épidémiologie des maladies mais aussi prescriptions médicales et de la relative efficience de chaque praticien de santé.
            Un « bon » médecin coutera plus cher et mettra quelquefois en œuvre des thérapeutiques plus couteuses (pas forcement d’ailleurs) mais il sera bien souvent plus efficace et donc, in fine, fera économiser des dépenses supplémentaires à l’assurance qui, d’autre part, valorisera auprès de sa clientèle cet accès à des soins de meilleure qualité.
            Inversement, une assurance bas de gamme donnera accès à ses clients à des médecins moins chers et souvent moins bons. Le cout immédiat pour l’assurance sera moindre mais contre-balancés par un plus grand nombre de consultations, examens complémentaires et traitements pour résoudre le problème donc des dépenses secondaires supérieures. Ces dépenses secondaires seront limitées par un plafond de dépenses annuelles plus bas. N’oubliez pas de plus que bcp d’assurances demandent un accord préalable pour certains examens complémentaire couteux ce qui permet de limiter les frais. Bien sûr, cet accord préalable sera plus ou moins facilement accordé selon les termes du contrat signé initialement…
            Quoiqu’en disent nos socialos, dans c pays, les gens sont parfaitement au courant des ces différences. Après c’est eux qui choisissent en toute responsabilité en fonction de leur revenu mais également de leurs priorités.

  • On pourrait remplacer l’homeopathie par…………comme quoi l’homeopathie est un médicament pas cher contre le’stress de la maladie.
    Il faudrait sans doute rembourser les marabouts l’herboristerie chinoise la cartomancie au meme titre que le psychologue ou le psychiatre….une etude de cout doit etre fait avant toute prise de decision sur l’homeopathie !
    Je me demande si le loto ne devrait pas aussi…..

  • Excellent papier qui, pour une fois, couvre l’ensemble du sujet.

    Que ceux qui tiennent à l’homéopathie continuent, mais je n’ai aucune raison de la leur payer.

    • a ce tarif la j’ai aucune raison de payer les traitements de ceux qui arretent de fumer, de boire ou encore de celles qui avortent pour des raisons de confort ….

    • Ce sujet sur CP est une véritable tarte à la crème, je me délecte d’ avance de lire dans les commentaires ceux qui prennent leurs gougouttes quotidiennes 🙂
      Que ceux qui tiennent aux antibiotiques continuent, mais je n’ ai aucune raison de les payer.

      • le débat est sur la sécurité sociale…et accessoirement sur les « politiques de santé publique »…
        il n’y a pas de débat sur l’homéopathie..c’est un placebo.
        il n’y a pas de débat sur les antibiotiques..ils luttent contre des infections bactériennes..

        une assurance privées aurait parfaitement le droit de le rembourser…

        • pardon..il n’y a aucune preuve d’un effet de médicament homéopathique autre que placebo…

          mais ce serait une super découverte si l’homéopathie fonctionnait!!! parce que trouver comment… ça serait une sacrée gageure…
          si on croit à la théorie de l’atome…si on admet les conséquence de dilutions…la composition chimique de deux m »médicaments homéopathiques 30 ch est identique..

          donc le soin est dans l’étiquette ou…il se passe des trucs VRAIMENT exotiques…et qui vont à l’encontre de tout ce qu’on connait en chimie voire en science..ce qui’ n ‘est pas rien…

          • « …il se passe des trucs VRAIMENT exotiques…et qui vont à l’encontre de tout ce qu’on connait en chimie voire en science..ce qui’ n ‘est pas rien… »
            Oui car même la physique quantique que les homéopathe n’hésitent pas utiliser pour dire que ça marche, ne va pas du tout dans leurs sens.

            • je n’ai pas regardé ça, mais c’est un reproche qu’on entend adressé envers les sceptiques de l’homéopathie, serait qu’ils sont « conservateurs »..non, j’adorerais que l’homéopathie marche!!! ce serait un sacré challenge à expliquer…

        • Bactérienne par définition mais utilises larga Manu dans les infections virales
          La grippe par exemple

    • Et si moi, je n’ai pas envie de vous payer des antidépresseurs qui vous ruinent la santé?

      • la seul question est la liberté de choix..pas l’efficacité ou l’intérêt therapeutique

      • Le problème est que les français ont fait le choix d’un système de santé collectiviste (et en sont très contents pour la plupart!!!) , donc le choix de ce que vous voudriez voir remboursé ou pas ne vous appartient pas.
        Si vous pouviez prendre une assurance santé privée, vous ne payeriez pas pour les choix de vie et les pathologies de votre voisin.

      • Prouvez-le s’il vous plait?

  • Vous me semblez être un site libéral mais avec certaines limites: au niveau médical, vos principes soviétiques sont donc vaccins gentils obligatoires et homéopathie méchante interdite.
    Mitterand avait bien raison sur la droite au final.

    • Libéral, soviétique, droite !? Il va falloir revoir les bases.

      Et vous en remettez une couche avec votre opinion sur l’homéopathie et les vaccins, le tout contre la science.

      COMBO !

    • – « Gentils » contre « méchants » … Ridicule, le degré zéro de l’argumentation.

      – Assimiler le libéralisme à la droite … Contrevérité.

      – Citer François Mitterrand … C’est faire trop d’honneur à cet arriviste sans scrupule.

      • Il me semble que l’argumentation « gentils » vs « méchants » vise justement la communication simplificateice dont on nous assomme. Comme si c’était si simple…

        • Pour l’homéopathie c’est simple, aucune études sérieuse ne montre que ça marche.

          • Non, juste des milliers de gens qui en sont satisfaits. Il faut considérer par qui sont faites les études. Dénoncer les connivences pour l’homéopathie et ne pas voir celles qui touchent les multinationales pharmaceutiques c’est filtrer le moucheron et avaler le chameau.
            C’est étrange la coïncidence de ce déremboursement (auquel Mme Buzyn était opposée en 2018…) avec les statistiques montrant la baisse de consommation de l’allopathie pour l’automédication…

            • Peut-être que l’homéopathie non remboursée serait plus active que celle remboursée, renforçant l’effet placebo? Le chocolat a par contre des principes actifs anti-dépresseurs!

              •  » l’homéopathie non remboursée serait plus active que celle remboursée, renforçant l’effet placebo? »
                Surement. L’effet placebo est fonction, entre autre, de l’implication du patient lui-même. Quand vous payez de votre poche, l’implication est plus grande… 🙂

            • « avec les statistiques montrant la baisse de consommation de l’allopathie pour l’automédication… »
              Ben oui, évidemment. L’automédication n’est pas remboursée et comme les français ont moins d’argent, ils vont se faire prescrire leurs médocs sans rien débourser grâce au tiers payant. C’est juste un transfert de dépenses d’un poste à un autre.

    • certainement pas « interdite », vous avez lu l’article ? Juste « payée par ceux qui l’utilisent » par opposition à « payée par tout le monde ». C’est ce que signifie « déremboursé », ça ne veut pas dire que la vente en devient interdite – quoique, vu les doses de sucre présentes dans l’homéopathie l’interdire pourrait être une cause de santé publique… 😉

      Quant aux vaccins, ce n’est pas le sujet ici.

      • Les vaccins ne sont pas le sujet ici.
        Oui et non. Car ce qui est en cuse c’est le procédé sous-jacent du gouvernement qui, à travers une campagne de communication partiale sinon biaisée, détourne les discussions des citoyens sur le terrain scientifique (ce qui est sans fin sur des sujets complexes), ridiculise/diabolise ceux qui sont opposés à la politique gouvernementale (dans un cas, une politique de déremboursement… même sur des médicaments efficaces en conséquence d’une gestion calamiteuse de la sécu, dans l’autre une politique vaccinale discutable, j’insiste politique vaccinale pas vaccins).
        Le but est de rallier à l’Etat une partie de la population plutôt éduquée, sensible à une argumentation scientifique volontairement partielle (avez-vous entendu un homéopathe sur les grands médias? ou le professeur Montagnier) en dénigrant les opposants comme obscurantistes, négationnistes etc…
        Même manip pour les GJ en les assimilant à l’extrême gauche (laquelle a commodément, infiltré le mouvement).
        Sans compter le RCA qui a suivi exactement le même processus…
        La vérité est que nous avons un gouvernement autoritaire et manipulateur comme jamais.

    • Vaccins obligatoires pour ceux qui risquent de me contaminer et pour ceux qui feront appel à mes cotisations sociales pour payer leurs soins. Les autres peuvent crever s’ils le veulent.

    • Les vaccins ont déjà largement prouvé leur efficacité.
      Pour l’homéopathie, on attend toujours, depuis des siècles !!!

  • Le collectif MonHomeoMonChoix serait mieux avisé de se renommer MonAssuranceSantéMonChoix, il récupèrerait beaucoup plus de signatures.

  • Il me semble que l’article oublie une vérité scientifiquement prouvée : l’effet placebo existe, et le médecin qui dit à son patient, qui croit en l’homéopathie, que tel granulé est efficace contribue effectivement à sa guérison. Dès lors la question devient : faut-il rembourser un médicament qui n’est pas plus efficace que l’effet placebo, mais auquel des millions de gens croient, pour le remplacer par un médicament auquel ces millions de gens attribueront un effet nocebo ?

    • l’effet placebo serait multiplié par 10 si le patient payait le produit

    • L’effet placebo existe t il vraiment ou n’est ce qu’un test permettant d’etablir un seuil a partir duquel un medicament est considere comme d’une certaine efficacite ?
      De plus cela s’adresse a quel type de medicament ,un antiseptique ca marche ou pas ,effet placebo nul.
      L’homeopathie n’a pas d’effet placebo ,un bleu ne disparaitra pas avec une gellule d’arnica plus rapidement !
      L’homeopathie ne fonctionne que pour de pseudos maladies

      • oui l’effet placebo existe..
        C’ets la base meme de la medecine chamanique et pour partit de la medecine chinoise traditionnelle

      • Après avoir testé statistiquement l’efficacité des médicaments contre placebo, actuellement, les nouveaux médicaments sont testés par rapport à des médicaments connus pour être actifs (au moins nettement plus que les placebos).

    • Il faudra m’expliquer pourquoi un médicament allopathique auquel on « croit » n’a parfois aucune efficacité… et pourquoi, un médicament homéopathique ensuite essayé en désespoir de cause, a eu un effet…
      On aurait dû y penser plus tôt: les ledecins homèopathes sont des charlatans et les patients sont d’une stupidité sans nom de continuer â les consulter alors que leurs traitements n’ont aucun effet.

      • L’effet placebo existe, c’est un effet psychologique qui ne peut en aucun cas servir de traitement à lui seul. Comme tout peut avoir un effet placebo, il est donc pris pour base pour savoir si un futur médicament à un effet ou pas. Normalement on ne rembourse que les médicaments qui ont un effet au delà du placebo.
        Le terme allopathie à été créer par les homéopathe pour créer une fausse équivalence. Le terme lui même est faux, il signifie que ce type de médecine soigne avec les principe contraire par rapport à l’homéopathie qui utilise les principe de similitude. Mais cette description n’a pas de sens car elle ne correspond pas du tout à ce qu’est la médecine conventionnelle. C’est juste un délire des homéopathe.

    • Mais alors, il suffit de ne pas nommer le produit comme homéopatique, dès lors 10x plus de gens y croiront, et l’effet augmentera.
      Sympathique, non ❓

  • cette histoire confirme bien ce qu’on soupçonne tous .. le capitalisme de connivence , le chantage a l’emploi, voire le financement occulte des partis ..
    Là c’est clair et précis, mais je soupçonne cette gangrène de miner tout le corps social

    • Bon article. Un chapitre aurait pu être ajouté sur les cures…
      J’ai vu un certain nombre de personnes prendre ça pour des vacances relaxantes et pas chères (merci la sécu)…
      Une phrase intéressante relevée dans cet article qui me semble être un mal de plus en plus important pour lequel la science n’a malheureusement pas trouvé de médicament : « Si l’expression d’un désaccord est irrecevable parce qu’elle exerce un inconfort chez la personne mise en doute, alors cessons tout débat et abolissons la liberté d’expression. »

  • Oui mais si l’homéopathie perlimpinpinesque dissuade de se gaver de remèdes coûteux, inefficaces voire toxiques, elle fait faire des économies à la « Sécu ». Son remboursement franchement dérisoire est peut-être une incitation à éviter des remboursements plus importants.
    My two cents …

    • Pas faux ! Et effectivement, certains médocs allopathiques ont tout juste le même effet que le placebo (je pense à certains antidépresseurs) sauf sur le plan des effets secondaires…

    • Je partage cet avis : justement dans cet article manque l’étude du ratio coût/bénéfice pour la sécu : les remboursements d’homéopathie sont ridicules par rapport aux bienfaits qu’ils apportent aux personnes, et évitent d’avoir à engager des traitements couteux dans la plupart des cas ; j’ai du mal avec le ton de cet article car on est vraiment dans l’idéologie, tout ce qui est du domaine « préventif » est très mal vu en France, y compris les médecines alternatives dont les bénéfices sont concrètement visibles, et que la sécu ne veut évidemment pas rembourser. On préfère rembourser quand le patient est à l’article de la mort, qu’il est bien trop tard, et que là ça coûte une blinde… En France, il y a encore un très gros travail à faire sur les mentalités !

    • En effet, mais l’argument demanderait que la Sécu soit gérée comme une assurance normale, où les primes correspondent effectivement au risque financier couvert.

    • Payez-moi des putes sinon je vais enlever, violer et tuer dans gamines de 17 ans.
      Ce remboursement sera dérisoire par rapport au coût total (destruction des familles, indemnisation des victimes, …)
      J’ai tout bon?

    • « Oui mais si l’homéopathie perlimpinpinesque dissuade de se gaver de remèdes coûteux, inefficaces voire toxiques, elle fait faire des économies à la « Sécu » » Pour la toxicité je rappel que les médicaments ne sont pas des putains de bonbons.
      « Je partage cet avis : justement dans cet article manque l’étude du ratio coût/bénéfice pour la sécu »
      Il vaut mieux dire aux patients de ne pas prendre de médicament quand ce n’est pas nécessaire? Ce seras bien plus économique et éthique que de lui donner du sucre.
      « j’ai du mal avec le ton de cet article car on est vraiment dans l’idéologie, tout ce qui est du domaine « préventif » est très mal vu en France, » L’homéopathie est dans l’idéologie et elle ne participe nullement à la prévention au contraire. Il y a des choses à modifié sur l’accompagnement du patient en France mais pas avec des médecines alternative inefficaces.
      « Et effectivement, certains médocs allopathiques »
      Il faut arrêter avec se terme qui ne correspond en rein à la médecine conventionnelle.

      • Le pire, c’est que certains vont y croire à fond, et refuser de se soigner, puis venir chialer sur la nécessaire solidarité quand ils seront aux urgences.

        Supprimons le terme l’homéopathie .

  • « Galilée était pourtant en minorité quand il affirmait que la Terre était ronde »
    petit détail : non, il défendait l’héliocentrisme – la Terre tourne autour du soleil et non l’inverse. On savait depuis longtemps que la Terre était ronde et c’était accepté par l’Eglise.

  • « OUI MAIS MOI JE VOIS BIEN QUE SUR MOI ÇA MARCHE ! »

    Que l’homéopathie ne soit pas remboursée m’importe absolument peu, pas plus d’ailleurs que prendre du miel dans un thé chaud quand on a un rhume, ou du Ravintsara (huile essentielle) quand on est fébrile, ne devraient l’être. On est dans le registre des médecine douces.

    Votre argument sur la corrélation et la causalité me concerne totalement. En tant que (vieux) statisticien, j’ai passé une partie de ma vie à essayer d’éviter ce piège, ce n’est pas toujours évident. Mais quand je me réveille la nuit avec une crampe à la limite de me faite hurler, et que je prends trois granulés de Cuprum metallicum 9 CH et que la crise est stoppée radicalement et immédiatement, à chaque fois, je m’interroge sérieusement sur la théorie du placebo. D’autant plus que le jour, quand je pratique du paramoteur, confiné dans ma sellette de vol, cela m’a fréquemment amené à avoir des crampes très ennuyantes (atterrir avec une jambe quasi inutile et douloureuse n’est pas une bonne idée) ; ce qui n’arrive jamais quand je prends les trois fameux granulés à titre préventif.

    Mais chacun est libre de faire ce qu’il veut, sans porter de jugement sur ce que les autres font.

    • Ha ha ha , vous avez decouvert par inadvertance la disparition d’une crampe par gymnastique linguale ou comment reveiller son systeme nerveux endormi ..et un bobon a la menthe ,ca ne marche pas ?

      • Peu importe ce que j’ai découvert, ça marche, au propre comme au figuré.

        • « Immédiatement » laisse donc penser qu’il n’y a pas de cheminement chimique dans le corps ce qui est nécessaire à l' »allopathie » et à l’homéopathie. Il y a donc un effet de transfert rapide de nature neuronal, ce qui confirme donc le diagnostic d’effet placebo.

    • et pourtant, c’est bien exactement ce qu’est un placebo… un placebo marche bel et bien!!!

      donc non..pas d'(interrogation ni de découverte sur l’homéopathie…c’est exactement ça..un placebo…

      ça a étonné aussi ceux qui l’ont découvert!!!

      • L’effet placebo..c’est uniquement une erreur de diagnostique ,des malades imaginaires reproduisant les symptomes d’une maladie reelle par exemple

        • Non. D’une part ce n’est pas parce que la cause est psychologique que le trouble n’existe pas, d’autre part l’effet placebo peut être utilisé en complément d’un vrai traitement, parce que la dualité corps/esprit est une vison de l’esprit justement, et l’un influe bien sur l’autre, c’est bien renseigné scientifiquement.

          Mais bien évidemment ce n’est pas une raison pour rembourser le système de croyance des gens, l’article présente bien les alternatives pour continuer à exploiter l’effet placebo sans mystifier les patients.

          Donc oui, les malades imaginaires existent, mais non l’effet placebo n’est pas uniquement lié une erreur de diagnostic.

    • ls crampes sont plurielles.. essayez 1 sucre , çà fera le meme effet vu qu’une crampe dure moins d’1 minute..meme 1 doigt dans l’anus fera stopper la crampe???

      • Encore une crampe cette nuit: j’ai mis un doigt dans mon claude henry, en vain. Le cuprum a par contre de nouveau bien réagi…..l’essayer, c’est l’adopter!

  • notez quand meme que le placebo est AUSSI efficace que le medicament lui-même dans la majorité des cas. Que donner de l’homeopathie aux enfants et que ca marche, ca laisse un grand avenir au placebo, les enfants sachant parfaitement ce qu’est le placebo…
    d’autre part faudrait couper le lien entre labos, medecins et buzin(ness)

    • On m’a dit que l’homéopathie marchait aussi avec les animaux. Qui peut me le confirmer ou l’infirmer ?

      • En tout cas, ca marche avec les plantes, j’utilise tout les jours dans mon jardin; glyphosatum monsantum dilué et secoué, c’est radical sur les mauvaises herbes ;).

      • oui….ça marche…et toujours comme un placebo…
        et ça étonne aussi pas mal l’effet placebo marche aussi avec les animaux!!!!

        justement un médicament est considéré comme efficace et non placebo si il donne des résultats supérieur à ..un placebo autrement dit une substance quelconque…

    • Le placebo n’est en aucun aussi efficace qu’un véritable médicament.

  • Le plus amusant c’ est quand ce sont des « croyants » de l homeopathie qui vous disent  » écoutez les scientifiques! » quand il s’ agit du climat !!

    • La démarche scientifique commence par observer les faits

      • Précision: les faits sans exclusion et sans a priori. Et c’est sans doute ce qui est le plus difficile.
        A partir du moment où certains faits sont tus, où certaines voix sont ignorées, on n’est plus dans une démarche scientifique, mais politique.
        Les conclusions ne peuvent alors qu’être viciées.

      • Mais surtout sans limiter le débat!

      • Et les fait pour l’hémopathie sont, ça ne marche pas.

  •  » se demander quels critères permettent de décider ce qui, dans ma consommation, peut être financé en prélevant dans la poche de mon voisin.  »

    Et si vous vous posiez la question : ‘ pourquoi, alors que je dois payer mon homéopathie de ma poche, l’état continue t’il à prélever dans cette même poche pour l’allopathie de mon voisin ? ‘

    ça me fait penser à un groupe d’immeubles des années 70 près de chez moi:
    une petite partie, de construction identique, est classé HLM.
    Les heureux propriétaires du privé ont pu ainsi voir de leur balcon le groupe hlm passer en basse consommation, avec isolation extérieure, triple vitrage et capteurs solaires, tout ça avec leurs impôts !
    Quand à eux mêmes, souvent âgés, les devis pour isoler leurs appartements s’allongent à l’infini, tout de leur poche, et rien ne se fait…

  • Je viens de lire dans une revue relativement récente un article sur les bienfaits de l’homéopathie. Je m’interroge, si l’homéopathie est soudainement considérée comme « bidon » et les médecins homéopathes comme des charlatans, qu’on rembourse les visites médicales des patients qui ont pu se faire berner pendant des années en « croyant » aux bienfaits d’un tel traitement. Que tous ces patients dupés créent un collectif pour intenter un procès aux imposteurs et exiger le remboursement de leur inutile dépense.

    • Non ça fait 200 ans que c’est considérer comme bidon. Même aux USA ils doivent marqués sur les boitent que ça ne marche pas. Il n’y a quand France que l’on trip encore sur les petites boules de sucre.

    • Ce ne sont pas les patients qui ont été dupés, ils ont eu ce qu’ils souhaitaient, ce sont les contribuables qui leur ont remboursé leurs frais médicaux comme si c’était un devoir de payer au patient ce qu’il désire.

      • Ah, les contribuables ? Je croyais que que c’était les cotisants qui finançaient la Secu. Vous dîtes que les patients ont eu ce qu’ils souhaitaient mais souhaitaient-ils payer un médecin (diplômé) considéré depuis peu comme un charlatan.

        • Vous avez sans doute raison sur la distinction entre cotisants et contribuables, bien que je la trouve un peu spécieuse vu l’opacité des circuits de financement public. En revanche, j’ai du mal à imaginer qu’un changement postérieur au traitement dans les souhaits du patient ou la réputation du médecin puisse justifier une quelconque remise en cause.

    • On aussi faire le lien entre la lutte contre l’homéopathie et celle contre les pharmaciens qui pratiquent encore l’herboristerie (avec procès à la clé). Et là, on ne peut invoquer la question d’absence de produit actif.
      Bizarre que, sur un site libéral, et quels que soient les choix des uns et des autres, on ne voie pas que la politique de ce gouvernement consiste à restreindre toutes les libertés… en s’attaquant successivement aux uns et aux autres, et en dressant les uns contre les autres avec des campagnes de communication ciblées.

      • J’ajoute que ce déremboursement intervient juste avant que la sécu prenne en charge la généralisation de la PMA…
        Tout ça est cousu de fil blanc.

  • Pourquoi tant d’agressivité contre une pratique médicale qui ne coûte pas très cher, que les gens choisissent volontairement, et qui ne fait de tort à personne? Sauf à big pharma….
    Bizarre, bizarre.

    • « qui ne fait de tort à personne »
      ben si.
      des personnes qui ont refusé et ont fait reculer des traitements « lourds » en faisant confiance à l’homéo, puis, devant l’avancée de la maladie, ont finalement accepté les traitements…parfois trop tard.
      Après, c’est le remboursement dont il est question: que des personnes se promènent avec leur arnica, ça ne me dérange pas, si c’est avec leurs sous.

    • quand vous parlez de « big pharma », vous parlez bien sûr entre autres d’une firme installée dans l’ouest de Lyon…

      • Big pharma, c’est plutôt ça
        https://francoisruffin.fr/dolder-macron-sanofi/
        Les grands médias ont-ils parlé de cela?

        • Non, ils n’en ont pas parlé parce que pour une fois, il n’y a pas grand-chose à dire. Citer Ruffin comme référence sur CP, voilà qui ne manque pas de piquant! 🙂
          Reprenons les « arguments  » de votre articule.

          Scandale du Dépakine avec 16000 à 30000 enfants exposés pendant la grossesse de leur mère depuis 50 ans.
          Quel scandale? La Dépakine présente des effets toxique sur le foetus en développement. Quand cela a été connu, la Dépakine a été interdit aux femmes enceintes (depuis plus de 30 ans). Si une femme se respecte pas sa contraception ou refuse l’avortement thérapeutique une fois enceinte, si le prescripteur méconnait cette contre-indication, c’est le labo le responsable? Sachez qu’il y a des patientes pour qui il est quasi-impossible d’arrêter le traitement au vue des conséquences. pourquoi le labo devrait indemniser?
          D’autre part, si la Dépakine est toujours prescrite (mais de moins en moins) , c’est parce que c’est encore le seul médicament qui marche sur certaines épilepsies.

          2000 postes de chercheur supprimés en France
          Plutôt postes de chercheur transférés dans d’autres pays. En Inde en particulier.
          La faute à qui? Quand on augmente sans cesse les contraintes réglementaires au travail et au fonctionnement des labos pharmaceutiques, quand on augmente sans cesse taxe et impôts dont Ruffin et ses coreligionnaires LFI sont les premiers demandeurs, vous vous étonnez que les labos s’en aillent? Vous n’êtes pas sur l’Humanité ici. 🙂

          Usine Mourenx
           » L’usine aurait rejeté,… »  » Le site rejetterait aussi  »
          Que de beaux conditionnels… Pourtant au vue des quantités alléguées (des tonnes 🙂 ), cela devrait être facile à confirmer, non?
          « Les services de l’Etat avaient de fait, en avril 2018, mis en demeure le groupe Sanofi de respecter les valeurs limites d’émission de différents composés organiques volatils (COV) sous trois mois sous peine de fermeture administrative.  » Et… l’usine a définitivement fermé de sa propre décision.
          Au vue des conditions réglementaires, fiscales, taxatoires, environnementales et de tout ce qu’on reproche au labos pour lui soutirer de l’argent, le labos n’avait aucun intérêt à se mettre aux normes de ces COV (composés volatiles qui auraient été mesurés mais pas les tonnes d’autres, solides, allégués dans l’article. lol). Il n’y avait pas besoin de les menacer sauf à vouloir jouer la goutte d’eau qui fait déborder le vase… Cela fera le bonheur d’un autre pays d’accueil.

          « Vous y avez annoncé des mesures en faveur de l’industrie pharmaceutique : délais raccourcis de mise sur le marché, diminution des contraintes de commercialisation, ou encore garantie d’un taux de croissance minimal de 0,5 % par an minimum sur les trois prochaines années pour le chiffre d’affaires des médicaments remboursables.  »
          Oui et alors? Cela s’appelle du lobbying. Quand LFI et les écolos (et tous les autres partis d’ailleurs) font la même chose pour leur projets ou intérêts.. c’est mieux??
          Les prix des médicaments vendus en France sont parmi les plus bas d’Europe avec des contraintes de commercialisation augmentant d’années en années. Les prix et ces contraintes sont fixés par l’Etat, c’est donc l’Etat qu’il faut rencontrer pour en discuter. C’est incontournable dans tout système économique étatisé.
          Ensuite, si les labos n’avaient pas obtenu certaines garantis, que croyez vous qu’il se serait passé? La France est un nain sur le marché mondial des médicaments et il n’est pas le marché préférentiel des labos. La multiplication des pénuries itératives de certains médicaments en est une des conséquences.
          Bref si l’Etat n’avait pas passé cet accord, ce sont les patients français qui auraient trinqué et non les labos.

          Qu’on aime pas les labos pharmaceutiques, c’est une chose classique dans la République Populaire de France. Faudrait quand même aller voir un peu plus loin que les analyses basses du front du sieur Ruffin dont lui et ses acolytes sont au point de départ de la quasi-totalité des conséquences dont ils se plaignent. 🙂

    •  » et qui ne fait de tort à personne? » Sauf au personne ayant une pathologie lourde (comme le cancer) qui persuader que l’homéopathie marche ne prendra pas de vrai traitement et se retrouve en phase terminale à souffrir le martyr. Tous ça alors qu’il aurait pu vivre et guérir si il ne c’était pas soigné avec du sucre.

      • @Max
        D’accord avec votre remarque : le cancer est une maladie redoutable très évolutive.On ne peut éteindre un incendie qui se propage rapidement avec de simples bassines d’eau, et le principe élémentaire de précaution est de se tourner d’emblée dans ce cas vers la médecine conventionnelle, les médecines douces devenant éventuellement complémentaires.
        Encore faut-il pouvoir supporter la chimiothérapie ce qui est loin d’être évident!

  • Si le capitalisme de connivence ne touchait que l’homéopathie… Mais il est tout aussi présent dans le domaine de la pharmacie traditionnelle. Voir MERCK avec son nouveau Lévothyrox…
    De plus, si la « sécurité sociale » se comportait comme une véritable compagnie d’assurance, ce qu’elle est, le problème ne se poserait pas car avant d’accepter un « risque » elle ferait une analyse préalable et mettrait ses primes en phases avec les aléas. En la circonstance elle adapterait ses remboursements ou indemnisation avec des effets scientifiquement constatées.

    • Oui, et elle proposerait éventuellement des contrats différents selon ce que souhaitent les clients (qui ne seraient plus des « usagers »!!!)

      • En effet!!! car le mot « usager » est la porte d’entrée de beaucoup de dérives. Un « usager » à bien sûr le pouvoir d’user mais bien souvent aussi celui d’abuser, alors qu’un assuré ou un sociétaire est lié par un contrat comprenant des conditions générales et particulières qui prévalent sur les premières mais qui ont un prix et il a, en plus, des obligations morales ( voir faux sinistres).

    • La nouvelle formulation du nouveau Lévothyrox à remplacé le lactose par de l’acide citrique (trouvé dans les fruits) et du mannitol (trouvé dans chewing-gum, et diarétique à partie de 20g). Les effets secondaires observés sont du à l’hystérie collective entretenue par les médias (un belle exemple d’effet nocebo).

      • @Max

        L’on peut légèrement douter que la notion à géométrie variable et indéfinissable, selon que l’on soit ou non concerné, « d’hystérie collective » ait quelque valeur scientifique que ce soit!

        • Merck a prévenue du changement de formulation. Des personnes, par simple effet nocebo ont développer des effets secondaire (ça arrive même quand on change la forme du médicament. Ma grand mère était comme ça). Des célébrités prenant le médicament on eux cet effet et se sont plainte, les médias on vu là une manne à exploiter (le grand méchant big pharma qui fait encore des méchancetés). Une la rumeur relayer par les médias, plus de personnes se disent « et moi aussi je suis peut-être touché ? ». Et la vous avez une hystérie collective.

          • @Max

            L’hystérie collective existe bien et l’expression « aboyer avec les loups »ne vient pas du hasard !
            L’homme est ainsi fait que ses comportements individuels et collectifs sont incomparables.
            il est donc difficile de trier le bon grain de l’ivraie, puisque les rumeurs ou autres fake news peuvent prospérer dans notre monde connecté,et seuls devraient être pris en considération les arguments scientifiques
            vérifiés et le témoignages authentiques.
            L’effet placebo a bien été scientifiquement vérifié.il nous montre à quel point le corps humain est COMPLEXE,et la part importante d’éléments parfaitement inconnus de la science dans le processus de lutte contre la maladie.
            il est par conséquent téméraire d’affirmer catégoriquement un savoir par nature aléatoire, en écartant d’office les médecines douces qui réussissent à certains patients.
            Les maladies iatrogènes consécutives aux effets secondaires relatifs à certains médicaments représentent un coût non négligeable à la société qu’il serait impossible d’ignorer.
            il est indéniable que la médecine allopathique a fait ses preuves en contribuant à l’augmentation de l’espérance de vie.C’est bien la raison pour laquelle certaines dérives actuelles ne sont pas acceptables puisqu’il s’agit de la santé de chacun qui ne l’oublions pas reste un malade qui s’ignore.
            Le déremboursement de l’homéopathie envisagé n’est donc pas indissociable de celui des médicaments classiques, à plus ou moins long terme.Ce choix économique possible, avec un bouleversement total de certaines règles établies, reste bien le cœur du problème au delà de l’ efficacité médicamenteuse en question.

            • « il est donc difficile de trier le bon grain de l’ivraie, puisque les rumeurs ou autres fake news peuvent prospérer dans notre monde connecté,et seuls devraient être pris en considération les arguments scientifiques »
              Pour le Lévothyrox, c’est ce que les médias n’ont pas fait. Ils ont relayer les rumeurs et non les faits, participant ainsi à répandre la panique.
              « L’effet placebo a bien été scientifiquement vérifié. »
              Oui c’est phénomène connue et pris en compte. Mais de par son origine psychologique, il peut être provoqué par tous. L’homéopathie n’ayant pas d’effet au delà du placebo, il faudrait alors aussi rembourser tous ce qui provoque cet effet. Donc il faudrait tous rembourser.Le choix d’une efficacité au delà du placebo pour critère au remboursement permet d’éviter de rembourser n’importe quoi.
              « il est indéniable que la médecine allopathique »
              Je le répète encore une fois le terme allopathie ne correspond en rien à la médecine conventionnelle. C’est un terme inventer par Hahnemann (inventeur de l’homéopathie) pour désigner les médecines ne suivant pas le principe de similitude mais utilise des produits contraire à ce qui cause le symptôme. Il n’a donc pas de sens, vu que la médecine conventionnelle ne repose pas là dessus. Les partisans des « médecines » alternative utilise souvent ce terme sans se rendre compte que tous ce qui n’est pas de l’homéopathie (comme l’acupuncture et la médecine chinoise par exemple) sont aussi catégorisé comme allopathie selon l’homéopathie. Conclusion, arrêter d’utiliser ce terme qui ne vient rien dire.

    • « si la « sécurité sociale » se comportait comme une véritable compagnie d’assurance, »
      elle ferait payer tout le monde , ce qui est loin d’etre le cas

  • C’est un peu la même problématique que pour les vaccins: les gens s’écharpent sur les questions d’efficacité et d’innocuité qui sont les vraies questions scientifiques devant être débattues entre experts, et en dehors des pressions politiques, alors qu’un problème de fond est celui de l’interposition de l’Etat dans la relation médecin-patient.

    • pas tout à fait…on peut penser qu un médecin peut avoir recours à un placebo dans certains cas..notamment parce que un placebo est mieux que rien!!
      il n’y aurait rien de choquant à maintenir même le remboursement de placebos..

      par contre entendre que on a des preuves l’homéopathie est autre chose qu’un placebo… c’est mentir.

      • Réservons les aux cancéreux alors…

        • rigolez…mais quand le médecin est à bout de ses capacité thérapeutique…TOUT ce qui améliore le bien être patient est bienvenu..

          il y a aussi les gens qui apparemment sont juste avides de médicaments pour des raisons qu’on pense psychologiques..

          • Vous prenez les médecins pour des billes? Vous croyez qu’ils vont servir des sucrettes d’homéopathie à un cancéreux pour avoir un effet placebo. Faut un peu plus lourd pour ce genre de patients.
            Pour en avoir discuter avec des médecins, ils n’hésitent pas à donner des produits peu ou pas efficaces mais avec tout le cérémonial nécessaire pour avoir cet effet. Mais pas de l’homéopathie!!

    • @Max
      Les insultes signent en général une faiblesse de l’argumentation.

      • Et parfois elles signent la simple caractérisation de l’adversaire quand elles sont appuyées par une argumentation précise. Le respect n’existe pas face à la mauvaise foi et aux mensonges.

    • C’est aussi Boiron qui bénéficie de l’effet capitalisme de connivence.
      L’argument Big Pharma, quand on connait les tarifs octroyés par les autorités et les difficultés pour obtenir une AMM (autorisation de mise sur le marché) en France, explique les pénuries actuelles et en perpétuelle aggravation [on est à la limite d’être solvable mais les pays qui offrent plus sont servis les premiers], la faiblesse de la recherche pharmaceutique chez nous (des médicaments de sociétés françaises sont découverts dans leurs filiales étrangères [comme c’est curieux!]).

  • Ne tournons pas autour du pot: la décision est politique donc le principal déterminant de l’éventuel déremboursement sera son incidence supposée sur le résultat des prochaines élections.

  • Pour l’avoir testé et sans aucun à priori ni connaissance sur l’homéopathie au départ, le résultat s’est avéré positif. Un traitement allopathique aurait coûté certainement beaucoup plus à la société.
    Un remède efficace pour moi ne le sera pas forcément pour vous et réciproquement. Pour cette raison, scientifiquement on ne pourra pas reproduire le phénomène.
    Le remboursement des cures pourrait aussi être remis en cause ainsi que bien d’autres choses.

    • Moi, c’est le contraire: après avoir, pendant assez longtemps utilisé des traitements homéopatiques, sans effets, j’ai fini par abandonner…et mes (petits) problèmes (maux de gorges récurrents) ont disparu. Il faut dire que j’ai changé de région, pris quelques années et mon système immunitaire a dû évolué.
      le pompon a été atteint quand des amis se sont « vaccinés » contre la grippe avec l’oscil… avec un résultat impressionnant: sur 6 personnes, 4 ont contracté la grippe. Efficace pour deux. Balaise.

      • Sur le vaccin contre la grippe, il y avait eu une enquête il y a 2-3 ans dans les maisons de retraite. Résultat: la moitié des personnes décédées de la grippe étaient vaccinées.
        On pourrait en conclure que le vaccin n’est pas efficace. J’ai ceoendant entendu depuis un épidémiologiste qui dit que le vaccin sur les personnes âgées était stupide car son efficacité diminue avec l’âge 25% d’efficacité sur les +65ans)
        Tout cela est sans doute plus compliqué que ce que on croit, y compris pour l’homéopathie. Et on peut legitimement se poser des questions sur les politiques dites de santé publique.
        Quand à l’oscillococcinum, à ma connaissance il est efficace en curatif davantage qu’en préventif…

        • La question n’est pas combien des personnes vaccinées sont décédées, mais combien des non-vaccinées ont survécu.

        • Intéressant mais gros biais de recrutement dans votre échantillon: les personnes vaccinées en priorité sont les plus fragiles. Donc les plus susceptibles de mourir ou d’avoir des complications graves en cas de pépin même mineur.
          En théorie, si vous voulez avoir une bonne évaluation du vaccin vous séparez de manière aléatoire (tirage au sort) une population âgée éligible à la vaccination anti-grippale en 2 groupes. Vous en vaccinez un et pas l’autre… Puis vous faites le décompte.

          Malheureusement, ce genre de « constat » que vous rapportez, a la même valeur que certains articles de journaleux en mal de vente qui font l’analyse des scores de mortalité, d’infection ou de complications des services médicaux hospitaliers. Par exemple, si vous comparez un service d’orthopédie qui ne fait que dans la prothèse de hanche programmée sans urgence au service d’orthopédie spécialisé dans les complications infectieuses de chirurgie ou dans les traumatisés graves, les scores ne sont pas du tout les mêmes. Est-ce pour autant qu’un des services est meilleur que l’autre? Cela n’a rien à voir puisque, même s’ils s’appellent Orthopédie, ils ne font pas la même chose.
          Mais cette analyse est hors de portée de la plupart de nos journaleux et cela ne permettrait pas d’avoir quelques titres croustillants…

      • @nevez

        Vos maux de gorge récurrents seraient ils corrélés à un lieu de résidence ?Faut il conclure que l’air pollué était à l’origine de votre pathologie chronique, ou que votre système immunitaire était défaillant dans ce contexte environnemental ?
        La réponse à ces questions semble à priori évidente !
        S’interroger sur le supposés bienfaits des traitements homéopathiques est parfaitement légitime.
        S’interroger sur certaines retombées de la médecine allopathique avec ,suivant les cas une recrudescence de maladies iatrogènes fort coûteuses pour la société n’en l’est pas moins.
        il serait temps de considérer cette problématique qui n’est pas une simple vue de l’esprit.
        https://blogs.legeneraliste.fr/humeursmedicales/tag/pathologie-iatrogene/

    • « Un traitement allopathique aurait coûté certainement beaucoup plus à la société. » Non car déjà l’allopathie ça n’existe pas et un traitement sans effet comme l’homéopathie coûte toujours plus chère car il ne sert à rien.
      « Un remède efficace pour moi ne le sera pas forcément pour vous et réciproquement. Pour cette raison, scientifiquement on ne pourra pas reproduire le phénomène. » Les remède efficace se basant sur la biologie, leurs effets restent globalement (il y a toujours des cas d’allergie, de tolérance ou d’intolérance) les mêmes quelque soi la personne. Un phénomène non reproductible n’a rien de scientifique, ça permet même à des charlatant d’affirmer ce qu’ils veulent.

      • @Max

        Je n’ai en aucun cas écrit ou sous entendu qu’un »traitement allopathique aurait coûté certainement beaucoup plus à la société »,car il serait en effet hasardeux de défendre systématiquement la médecine homéopathique.
        Pour la communauté scientifique il n’existe qu’UNE médecine tout court qui accepte toutes les approches pour peu qu’elles aient été validées.
        La population occidentale avait encore récemment une confiance aveugle en la médecine, sauf que depuis quelques scandales ayant défrayé la chronique, (Médiator,pilule de 3ème et 4ème génération,Vioox,etc…etc…,liste non exhaustive),de plus en plus de personnes commencent à douter de cette confiance qu’ils avaient en la médecine moderne.

        Même si l’homéopathie ne doit pas être prise pour argent comptant, comment ne pas constater que la médecine moderne a trop tendance à ne pas traiter la cause d’un problème ou d’une maladie mais se borne simplement à traiter sa conséquence : le symptôme?

        Le centre de la problématique est bien là !
        Où sont passés les millénaires de médecine à base de produits naturels efficaces que l’on synthétise désormais grâce à l’arrivé dans les années 90 d’une nouvelle technologie : le criblage haut débit, qui consacre le rôle des robots détectant les molécules actives susceptible d’être efficace contre telle ou telle pathologie ?

        Les plantes restent donc au cœur de la pharmacopée humaine, et des familles entières de substances chimiques proviennent d’extraits purifiés de substances végétales ou marines.

        La médecine chinoise toujours d’actualité montre bien que le » tout chimique », dans de nombreux cas hélas inévitable , a aussi ses limites avec de trop fréquentes réactions secondaires. L’acupuncture peut par exemple dans certains cas s’avérer très efficace : Je peux citer l’exemple d’un ami qui est guéri quasi instantanément des séquelles d’un traumatisme crânien sévère datant de 8 mois.

        Comme quoi lorsque l’on est en état de détresse, il ne faut rien négliger sans pour autant accepter le charlatanisme trop répandu.

        • « Je n’ai en aucun cas écrit ou sous entendu qu’un »traitement allopathique  »
          Arrêter d’utiliser le terme allopathique (qui signifie une médecine par les principes contraire), il ne correspond en aucun cas à la médecine conventionnelle.
          « Pour la communauté scientifique il n’existe qu’UNE médecine tout court qui accepte toutes les approches pour peu qu’elles aient été validées. »
          Oui tant que c’est scientifiquement validé, ça prouve que ça marche. Et l’homéopathie n’a pas fait ses preuves (et pourtant elle en à eu l’ocasion)
          « la médecine moderne a trop tendance à ne pas traiter la cause d’un problème ou d’une maladie mais se borne simplement à traiter sa conséquence : le symptôme? »
          j’entends souvent cette phrase qui n’a pas de sens. La médecine conventionnelle traite autant l’origine de la maladie que les symptômes selon le besoin. C’est un argument souvent sortie par les tenants des médecines alternative pour donner une image froide et inefficace de la médecine conventionnelle.
          « Où sont passés les millénaires de médecine à base de produits naturels » »Les plantes restent donc au cœur de la pharmacopée humaine »
          Oui la médecine conventionnelle utilise tous ce qui marche, y compris les plantes. Mais elle ne se contente pas de produits « naturelles », elle les améliores (comme l’acide salicylique extrait d’une plante, amélioré en acide acétyle salicylique aussi nommé aspirine) ou en créer de nouveau. Le tout naturelle n’est qu’une idéologie n’ayant pas de base scientifique.
          La médecine chinoise utilise des corne de Rhinocéros composé de kératine (la même chose que les ongles et cheveux) pour lutter contre l’impuissance. Et ce n’est qu’un de ces traitement foireux. De plus tout est chimique, c’est la nature même de la matière. Donc par extension tous traitement l’est.
          Sur l’acupuncture vous faite appel à une anecdote, le même argument du « ça marche pour moi » critiqué dans l’article. Les études ont montré que ça ne va pas au delà du placebo. Il y en a même une qui chez qui des aiguilles plantés au hasard était plus efficace que celle planté suivant les méridiens.

          • @Max

            Le choix du terme « conventionnel » ne me gêne nullement pour qualifier la médecine à laquelle vous faites allusion,car contrairement à ce que vous imaginez je suis parfaitement indifférent à l’idéologie, ma seule préoccupation étant l’objectivité.
            Mon commentaire n’a pas pour objet de convaincre mais de témoigner, en dépit de vos certitudes que je ne partage pas.
            La seule chose qui soit certaine c’est qu’il est plus facile de deviser tranquillement sur la maladie ou les effets médicamenteux lorsque l’on est en parfaite santé, que lorsque l’on est frappé directement et en situation de grande faiblesse.
            Je me garderai ainsi de considérer avec légèreté les décisions de ceux qui, dans la détresse essayent de garder la tête hors de l’eau, en se tournant vers d’autres formes de médecine qui ont aussi fait leurs preuves.

            • Je ne critique pas ce qui désespérer ce tourne vers ce genre de médecine qui n’ont au passage pas fait leurs preuves, sinon elle ne serait plus alternative. Ce qui est critiquable (et condamnable) c’est ce qui les orientes vers cs méthodes plus que douteuses.

              • @Max

                La seule chose dont il faut se défier est le charlatanisme qui existe bel et bien ,car il est facile de manipuler quelqu’un dans la détresse et sur ce point je partage entièrement vos vues.
                En revanche je me garderais bien de formuler comme vous des certitudes au sujet des médecines dites »alternatives »car le corps humain n’est en rien un ordinateur ou une voiture que l’on peut facilement réparer avec des pièces interchangeables !
                Mon expérience heureusement limitée de la maladie m’indique que TOUT doit être essayé
                pour guérir avec les limites raisonnables que nous offrent les connaissances actuelles et passées sans oublier les témoignages probants (Voir le témoignage émouvant de @Leiprechan du 13 Juin à 9 heures 03’au sujet de l’acupuncture).

                • « En revanche je me garderais bien de formuler comme vous des certitudes au sujet des médecines dites »alternatives »car le corps humain n’est en rien un ordinateur ou une voiture que l’on peut facilement réparer avec des pièces interchangeables ! »
                  Le faite que le corps humain soit une machine complexe ne signifie pas que des médecines n’ayant pas fait leurs preuves mérite le même niveau de considération que celle (imparfaite, mais en même temps rien ne l’est) ayant fait ses preuves.
                  « sans oublier les témoignages probants (Voir le témoignage émouvant de @Leiprechan du 13 Juin à 9 heures 03’au sujet de l’acupuncture). »
                  C’est juste un commentaire dans une section commentaire d’internet, il est très loin d’être probant. Le fait qu’il soit émouvant ne lui donne aucune valeur scientifique, c’est juste un appel à l’émotion qui est un argument fallacieux.

    • « Un remède efficace pour moi ne le sera pas forcément pour vous et réciproquement »

      Je connaissais un gars dans les années 50 qui etait devin pour une personne sur deux : il predisait le sexe des enfants à naitre aux femmes enceintes !

    • Il se faisait payer mais il etait honnête et remboursait quand il se trompait.

    • homéopathie (…) le résultat s’est avéré positif »

      Expérience similaire pour moi: faute d’arnica 15CH après un coup de marteau très douloureux sur un doigt, j’ai bu du génépi pas du tout dilué et en 24 heures plus de douleur ni de bleu. Donc pour moi le génépi, même non remboursé, ça marche.

      Bon, si on voulait valider l’efficacité non pas de tel ou tel remède homéopathique isolé, mais de l’ensemble du processus de prescription associé au couple (symptôme+terrain individuel) un protocole très simple permettrait une évaluation statistiquement significative de l’efficacité.
      Si Boiron&co ne s’y sont pas soumis c’est qu’ils savent pertinemment que c’est du perlimpinpin.

  • « En effet, la France ayant fait le choix d’une assurance maladie entièrement assurée par l’État, c’est l’argent de chacun qui finance cette pratique. »

    Cela reste (presque) vrai pour les assurances privées — ou les mutuelles en cas de déremboursement par la Sécurité Sociale et de remboursement par elles : la seule différence réside dans la population concernée — ensemble des Français ou des membres de l’assurance privée ou de la mutuelle.

  • Départ de la polémique :

    Le 2 février 2018, BFMbusiness annonce que presque toutes les catégories de l’automédication ont affiché des ventes en baisse l’an dernier, en particulier les médicaments pour les voies respiratoires (-8,4% en valeur). Mais certaines catégories ont tiré leur épingle du jeu, comme les médicaments homéopathiques, qui ont enregistré une croissance de 2,4%.

    18 mars suivant, 124 professionnels de la santé lancent leur appel contre l’efficacité non prouvée des médecines dites alternatives comme l’homéopathie.
    Alors connivences et pépettes y aurait-il pas ?

    Le marché français du médicament représentait 54,5 milliards d’euros en 2016, dont 620 millions d’euros pour l’homéopathie soit 1,13 % de ventes.
    Sur les 18,8 milliards d’euros remboursés par l’AM en 2016, la part de l’homéopathie est de 0,3 %.

    « Je n’ai pas à intervenir, car si elle n’est pas efficace, elle mourra d’elle-même, et si elle l’est, je n’ai aucune raison de l’empêcher d’exister. »
    François Guizot, ministre de l’Intérieur en 1830, interrogé sur l’homéopathie, qui donne ainsi une parfaite leçon de libéralisme complètement absent de cet article !

  • « fascination française pour les diplômes » ça veut dire quoi exactement?On chez Mao ou chez les Viets Congs ?si pas de cals aux mains c’est le peloton ou le camp de redressement?Tout le monde peut être tout en même temps ,un jour coiffeur,un jour boucher un jour trader et le surlendemain sage femme?????on retrouve un peu cette négation des diplômes chez Macron d’ailleurs alors que lui même en est bardé!

  • Quant au « ça marche sur moi » il y a une part d’irrationnel dans tout traitement même avec le chimique ,c’est comme les gens qui disent je veux un Dafalgan le Doliprane ne fait rien!c’est strictement la même chose on dérembourse lequel? C’est surtout une victoire du tout chimique.

  • L’auteur se drape dans sa dignité de « scientifique », fait référence à Galilée (auquel il n’a rien compris), laissant entendre que tous les autres sont des charlatans. Je n’aime pas cela.

  • Je suis abasourdi à la lecture des commentaires sur cet article. Contrepoints se veut (mais ne réussi pas toujours) rationnel et on pourrait penser qu’il en soit de même pour ses lecteurs. Hors, ceux-ci reprennent les arguments sophistes que l’article déconstruit en particulier le « selon mon expérience, ça marche ».
    Contrairement aux médicaments disposant d’une AMM, les produits homéopathiques n’ont démontré aucune efficacité clinique. Que l’état rembourse des choses inutiles ça s’est déjà vu mais pourquoi ne pas corriger l’erreur ?
    Quant aux arguments sur le capitalisme de connivence des Big Pharma, c’est bien l’état qui autorise cela par la sécurité sociale et les négociations sur les tarifs remboursés.

  • Comme dit par Max, l’homéopathie n’a jamais prouvé sont efficacité.
    Quant à raccourcir les délais de mise sur le marché et autres, ce sont des aspects réglementaires qui freinent la France par rapport à d’autres pays européens & aux Etats-Unis. Le nombre d’études cliniques réalisées en France est en diminution à cause des retard dans l’évaluation des demandes d’autorisation, l’incompétence de certains comités d’éthique & les difficultés de contractualisation avec les hôpitaux.
    Ces faits limitent l’accès à certaines innovations thérapeutiques & diminuent la compétitivité de la France pour ces activités.

  • Désolé Stuka mais les médicaments homéopathiques sont pour l’instant des médicaments et ont à ce titre une AMM comme un anticancéreux ou un bétabloquant,AMM délivrée par le ministère de la santé.

  • Par définition, l’homéopathie contient quasiment ‘RIEN’, donc le coût réel de fabrication d’un médicament homéopathique est quasiment nul (juste l’emballage). Donc le prix pour le patient devrait aussi être quasi nul, et le déremboursement légitime.
    Car si le médicament homéopathique a un cout important pour le patient c’est clairement une arnaque… cqfd

  • Laisser entendre que ces AMM seraient douteuses du fait d’une connivence capitalistique entre labos et certains interets(dont les politiques) relève du complotisme ambiant et du tous pourri,plus rien ne vaut rien.
    L’homéopathie ne soigne peut être pas mais ne tue pas ,combien de décès liés à la iatrogénie de l’allopathie on dérembourse?J’ai eu le même anticancéreux que mon voisin,il a survécu je suis mort,on dérembourse?

    • Je n’ai pas dit que l’AMM était douteuse. Elle obtenue selon les règles établies par l’état et qui sont les suivantes :

      Les conditions de mise sur le marché des médicaments homéopathiques

      Afin de pouvoir être commercialisés, les médicaments homéopathiques doivent avoir fait l’objet d’un enregistrement ou posséder une autorisation de mise sur le marché.

      L’enregistrement
      Il concerne les médicaments homéopathiques qui doivent remplir les trois conditions suivantes (définies à l’article L.5121-13 du Code de la santé publique) :
      « voie d’administration orale ou externe,
      absence d’indication thérapeutique particulière sur l’étiquette ou dans toute information relative au médicament,
      degré de dilution garantissant l’innocuité du médicament ; en particulier, le médicament ne peut contenir ni plus d’une partie par 10 000 de la teinture mère, ni plus d’un centième de la plus petite dose utilisée éventuellement en allopathie, pour les substances actives dont la présence dans un médicament allopathique entraîne l’obligation de présenter une prescription médicale. ».

      Absence d’indication thérapeutique & dilution au 10 000ème.

    • n france les AMM sont délivrées sur la Foi d’un diplômé en pharmacie, et non pas comme aux usa suite a une etude fouillées
      sur les essais effectués pendant la recherche

      • N’importe quoi.
        Etudes sur animaux puis études clinique phase I, II et III sur l’homme, soit plusieurs années. ET le nombre de médocs qui passent ces filtres sont restreints.

  • « Galilée était pourtant en minorité quand il affirmait que la Terre était ronde »
    Même pas. Ce que Galilée affirmait c’est qu’elle tourne et ce sans pouvoir le démontrer étant donné qu’on arrivait à son époque aux mêmes résultats qu’on utilise le modèle géocentrique ou héliocentrique.

    « La question est plutôt, pourquoi mon voisin payerait il pour moi ?»
    On peut retourner la question en se demandant pourquoi celui qui ne se soigne qu’à l’homéopathie devrait payer pour ceux qui utilisent les traitements classiques. Au minimum un déremboursement devrait entraîner une diminution des cotisations.

    « Il ne s’agit nullement de remettre en cause, du moins ici, ce mode de financement»
    C’est bien le problème de cet article. Que les gens soient libres de s’assurer comme ils le souhaitent, avec ou sans remboursement de l’homéopathie et le problème sera résolu.

  • Tout d’abord j’aimerais bien connaître le cursus scientifique et les compétences de ce Mr Benjamin FAUCHER. La première qualité que l’on attend d’un scientifique et a fortiori d’un chercheur, c’est le doute. Il y a des phénomènes que la science ne sait pas expliquer à certaines périodes et qui un jour trouvent une explication. Je pense que ce monsieur ne croit pas non plus aux bienfaits de l’acupuncture, alors qu’elle existe depuis 2000 ans et que de nombreuses personnes y trouvent une amélioration de leur santé. Personnellement je suis utilisateur de l’homéopathie depuis plus de 60 ans et à 75 ans bien des personnes envient mon état de santé. Je ne prends aucun médicament allopathique de façon régulière. et heureusement pour moi, car ceux qui en prennent en subissent les effets secondaires qui sont parfois catastrophiques.
    J’ai eu un chien que je soignais pas homéopathie et je pense que pour lui l’effet placebo ne s’explique pas.
    Les lobbies pharmaceutiques sont puissants et le dogmatisme existe quelle que soit l’intelligence des personnes.

    • @JS78

      Merci pour votre précieux témoignage.
      Je confirme quant à l’efficacité de certaines médecines douces, notamment l’acupuncture.
      Pour cette dernière l’important est d’agir sur conseil d’ un médecin compétent, est d’être orienté au bon moment, car pour certaines pathologies l’efficacité de ce traitement est subordonnée essentiellement à la réactivité.
      Malheureusement certaines maladies survenant brusquement, très graves et évolutives, ne permettent pas hélas de s’en remettre exclusivement aux médecines douces.
      Ne pas oublier cependant que dans tout les cas seul le corps aura son dernier mot et saura se défendre ou non jusqu’au bout,le médicament quel qu’il soit n’étant qu’un paramètre dont les résultats ne sont jamais certains à 100%.

    • @JS78
      Tout à fait d’accord

    • Oui les scientifiques doute, mais ce n’est pas le cas des homéopathes qui n’ont jamais remis en question l’homéopathie. Avec elle on est pas dans le niveau de « on trouveras un jour un truc qui l’explique », il faudrait déjà que ça marche pour ça. L’acupuncture n’est pas mieux qu’un placebo et les 2000 ans c’est un appel à l’ancienneté qui est un sophisme tout comme sa popularité.
      « Personnellement je suis utilisateur de l’homéopathie »
      Anecdote, pas un vrai argument.
      « Je ne prends aucun médicament allopathique »
      De nouveau une anecdote. Et arrêter d’utiliser le terme allopathie, il est faux. Il n’y a que les homéopathe qui l’utilise. Effet secondaire catastrophique ? Pour ce qui font n’importe quoi avec oui, car c’est pas des putains de bonbons. Et tous ce qui a un effet à aussi un effet secondaire. C’est pour ça que l’homéopathie n’en a pas, vu qu’elle n’a pas d’effet tout court.
      L’effet placebo existe pour les animaux.
      L’homéopathie est aussi un lobby, qui lui ne vend en plus que du sucre.
      Vous faites un combos des arguments utilisé par les partisans de l’homéopathie qui sont démontés dans l’article.

      • @Max

        « L’homéopathie est aussi un lobby »…….ne pas oublier le rajout : parmi tant d’autres …….
        Qu’importe in fine le « lobby » s’il y a l’ivresse du résultat probant qui seul devrait compter en l’occurrence ?

        • Je n’ai pas de problème avec les lobbys en soit, tous le monde à le droit défendre son beefsteak, même l’homéopathie. Je critique la remarque de JS78 qui tant à faire croire que les labos conventionnelle sont des lobbys (qui serais méchant) et que l’homéopathie non.

  • Honnêtement le capitalisme de connivence est autre part. Ceci a été déjà dit (et répété dans les commentaires) : le remboursement de l’homéopathie est une brindille.
    En ce qui me concerne je souffre de tremblements essentiels qui se sont terriblement accentués depuis mes vingt ans. Propanolol, bêta-bloquant, rien n’y fait, ces médicaments me causant même un fort essoufflement.
    J’ai pris un jour du Gelsinium, un médicament homéopathique et depuis les tremblement sont parfaitement maîtrisés (et sans effets secondaires).
    Je ne souhaite pas me positionner sur le débat scientifique (qui excède largement mes connaissances ) mais je peux assurer que je ne suis pas le seul dans ce cas.

  • « Ce n’est pas parce qu’un grand nombre de personnes croient une chose fausse que celle-ci est vraie » hélas si. Répétez 10 fois un mensonge, ça reste un mensonge, répétez-le des centaines de fois, faites en sorte que ça passe à la télé, et ça devient vrai. Au hasard : le glyphosate, le RCA, les ours polaires en voie d’extinction, le 80 km/h et les radars sauvent des vies, Jacqueline Sauvage a tué pour se défendre, « éditer » est synonyme de « modifier » etc comme quoi, c’est dans tous les domaines !

  • « Si l’expression d’un désaccord est irrecevable parce qu’elle exerce un inconfort chez la personne mise en doute, alors cessons tout débat et abolissons la liberté d’expression » mais c’est déjà le cas, essayez donc d’expliquer qu’il n’y a pas lieu de prévoir un menu de remplacement lorsque c’est porc à la cantine ou qu’un employeur peut refuser d’embaucher une femme voilée…. voyez les déferlements de haine contre Zemmour. Ménard ou Finkielkraut. Les éternels « controversés » ou « polémique » devenus les mots préférés de nos journaleux-présentateurs télé !

  • Sur le fond de l’article, je dirai que la Sécu n’a pas à tout rembourser. Le traitement contre la dégénérescence maculaire n’est pas remboursé (car compléments alimentaires) pourtant il coûte bien plus cher que l’homéopathie et ses conséquences sont autrement plus graves.
    Tant que la Sécu dérembourse, on prend le chemin des assurances privées, si ce mouvement pouvait s’accélérer…. mais faut pas rêver. On va donc, comme avec l’EdNat, faire cohabiter ce qui est collectif et de basse qualité, mais payé avec mes impôts, et ce qui est privé et efficace, payé en plus de mes impôts…

  • ben voyons…très long papier que je n’ai pas le temps de lire avant d’aller au boulot mais qui prend la forme d’une espèce de meta analyse…

    on va pas faire comme ça désolé…
    moi je ne remet pas en cause les essais randomisés…

    donc si vous voulez montrer l’efficacité d’UN produit homéopathique vous lui faites passer les mêmes procédures que tout autre substance qui se revendique médicament…

    et pour ce que j’ai survolé je vois déjà des problèmes de présentation dans les comparaison qui me laisse à penser à de l’enfumage..dans la comparaison des essais notamment..

    • et est ce que ça a été revu !!???

    • non…tout est de traviole là dedans, le fait que la secu rembourse ne signifie pas que l’homeopathie marche..que ce soit moins cher ne signifie RIEN

      dirigez nous directement vers les études à comité de lecture montrant des tests d’efficacité des produits homéopathiques, c’est pas compliqué et c’est assez court..le reste est SUPERFLU..
      puisque bien sur vous avez lu vous même ces études pour apprécier ce papier. 🙂

      • ceci dit on voit l’idée…
        comme les produits homeo ne peuvent pas être prouvés meilleurs qu’un placebo, il faut ruser pour duper les gens…

        donc on donne des infos qui laissent à penser eux lecteurs peu attentifs..
        les gens qui se soignent avec le l’homéopathie coûtent moins cher…mais plus cher que ceux qui ne prennent auun medicament!
        on présente des données dégénérées comme un agrégat de statistiques de tests peu explicites de prime abord qui laissent à penser que l’homéopathie est au moins aussi efficace..

        non…
        en outre , il ya un truc…avoir une substance active à disposition ne signifie pas qu’lle sera utilisée à bon escient..
        et donc il y a du grain à moudre non pas pour homéopathie mais les placebo..parce que la pratique de la medecine n’est pas sans défauts..
        et je suis d’accord parfois un medecin ferait mieux de prescrire un placebo plutôt que de refourguer qui un anxiolytique..qui je ne sais quoi d’autre ..

        les problèmes de la medecine ne sont pas à mettre au crédit de l’homéopathie mais à résoudre par le monde médical..

        mais jusqu’à ce jour homeopathie = placebo..pas besoin de longs papiers pour faire des tests..qui n’apportent rien.

  • A propos de l’acupuncture, qualifiée de ‘placebo’ par Max, je voudrais témoigner ici d’une anecdote qui s’est passé il y a une quinzaine d’années.

    Je souffrais de violents vertiges depuis environ 2 ans, dûs, d’après de nombreuses consultations, à un virus qui a attaqué le nerf transmettant le signal au cerveau.
    Je suivait pour cela une rééducation prescrite par un professeur renommé du CHU de Strasbourg, sous forme de stimuli lumineux et ‘fauteuil de cosmonaute’.

    Une de mes amies m’a prix alors un rendez vous chez un médecin généraliste diplômé acupuncteur, RdV que j’ai accepté par politesse, n’ayant rien à perdre puisque mon état évoluait à peine.

    Voici le déroulement de la consultation:
    après m’avoir interrogé sur mes symptômes et mon ressenti, le médecin m’a conduit dans une cabine, ou il a commencé par me demander d’ôter mes chaussures, et j’ai compris pourquoi plus tard.
    Il ma ensuite planté quelques aiguilles au niveau de la tête; jusque là rien de surprenant.
    Il m’a demandé de m’allonger en laissant dépasser les pieds, parce que selon lui, ils allaient ‘chauffer un peu’ ?…’
    Il a quitté la pièce, puis est revenu entre 5 et 10 minutes plus tard, pour me demander si je sentais quelque chose; comme rien ne se passait, il est reparti.
    Deux minutes environ après son départ, j’ai eu tout à coup l’impression que quelqu’un a allumé une gazinière sous mes pieds, une incroyable chaleur s’est répandue jusqu’au dessus des chevilles, qui a duré à peu près 5 minutes.

    J’ai été surpris parce que je ne voyais pas le rapport entre une paire d’aiguilles dans la peau du crâne et mes pieds et que pour moi l’acupuncture, bof bof…

    Quand il est revenu et après avoir confirmé le ‘chauffage’, il m’a demandé de m’asseoir, et j’ai tout de suite remarqué que l’effet de ‘balourd’ dans la tête avait disparu.

    Je suis sorti du cabinet pour aller à ma voiture sans la moindre gêne, cette impression de ‘casque de moto’ que je portait depuis plus de 2 ans avait complètement disparu, et aujourd’hui encore.

    Alors, même s’il y a de nombreux sceptiques parmi vous, ma famille, mes amis et mes collègues de boulot ont vu le résultat, j’ai même pu danser avec ma fille à son mariage quelques semaines plus tard.

    J’ai été long, mais c’est la vérité, rien que la vérité, et je n’ai toujours pas compris le mécanisme de cette guérison…

    • Contant que vous ayez guéris, mais ça reste une anecdote. Personne ne peut dire à ce niveau là quelle est la raison de votre guérison (du moins pas avec les informations présentes dans le commentaire). Les étude sérieuses sur l’acupuncture ne montre pas d’effet au delà du placebo et l’anecdote est le niveau de preuve le plus bas, au point qu’on ne la prend pas en compte en science car elle comporte beaucoup trop de biais.

      • Cette année j’ai mangé prés de 3 kg de massepain, durant cette période je ne suis pas tombé une seule fois malade (cet histoire est véridique). Est-ce la preuve que le massepain empêche de tombé malade ? Selon vous oui, puisque vous considérer que l’anecdote est une preuve suffisante. Les faits en science doivent être reproductible et leurs observation ne doit pas subir de biais. Or les anecdotes ne sont pas reproductible et sont bourré de biais. Les prendre en compte au même titre que des études sérieuses et des méta-analyses reviendrait à accepter tous et n’importe quoi pourvu que quelqu’un l’affirme. Par exemple des personnes ayant pris de l’homéopathie sont mortes du cancer, donc l’homéopathie cause le cancer (c’est bien sur faux puisque c’est du sucre).
        « L’ouverture d’esprit, la curiosité, sont au début de la démarche scientifique. »
        L’ouverture d’esprit ne signifie pas tout accepter, surtout si c’est une affirmation sans preuve, ce qu’est d’ailleurs l’anecdote. Le scepticisme (c.à.d. le doute) est aussi une part très importante dans la science.
        Cette tentative de défendre l’homéopathie par l’anecdote me rappel se qui défendait l’existence des pouvoirs psychique malgré que dès que l’on faisait une expérience sérieuse ça ne marchait plus. Ils ont même sortie que c’était de la faute du scientifique qui était sceptique.

        • @Max

          Je comprends mal que vous n’appliquiez pas votre raisonnement critique de l’homéopathie et des médecines douces en général,également pour la médecine « conventionnelle « qui pose quelques « petits problèmes » de réactions secondaires quant aux retombées des effets médicamenteux convenons en !

          • Les médicaments ne sont pas des bonbons. Quand il y a un effet, il y a aussi des effets secondaire. Il faut juste évaluer leurs utilisation selon la balance bénéfice/risque.
            Je vois mal le rapport avec mon commentaire qui visait à montrer que l’anecdote ne vaut pas grand chose, car on peut lui faire dire n’importe quoi.

      • Il y a un truc qui m’intrigue — et m’inquiète 🙂 — : comment mène-t-on une étude en double aveugle pour l’acupuncture ?

        • @MichelO

          La seule chose qui peut vraiment susciter de l’inquiétude concernant une maladie grave est de ne pouvoir en guérir.
          Peut être faut il être malheureusement dans ce cas pour le comprendre car l’on est toujours bien SEUL face à la maladie !

      • @Max
        L’authenticité du témoignage de Leipreachan est intéressante et elle ne semble pas en rapport avec un effet placebo puisqu’il n’avait aucun à priori favorable pour l’acupuncture.
        Que l’acupuncture ne soit pas prise en compte par la science importe peu, car la science jusqu’à preuve du contraire est loin d’être infaillible lorsqu’il s’agit de comprendre le fonctionnement COMPLEXE du corps humain!
        En revanche la guérison quasi » miraculeuse »de @leipreachan est loin d’être une simple « anecdote »: il suffit simplement avec quelque peu d’empathie de se mettre un court instant à sa place pour mesurer la réalité et l’importance de cet évènement.

        • « pas en rapport avec un effet placebo puisqu’il n’avait aucun à priori favorable pour l’acupuncture. »
          Pas besoin d’avoir d’à priori pour subir les effets placebo ou nocebo. Même l’être le plus cartésien et rationnel y est soumis
          « car la science jusqu’à preuve du contraire est loin d’être infaillible »
          Cet argument est trop souvent utilisé pour justifié ce qu’on arrive pas à prouver. C’est facile à ce compte là, si vous n’arriver pas à prouver que votre méthode marche, il vous suffit de dire « la science n’explique pas tous, donc j’ai raison ». Donc à ce moment là je peut dire que le massepain double la force, sans avoir à me justifier, parce que de toute manière c’est la science qui peut pas l’expliquer.
          « En revanche la guérison quasi » miraculeuse »de @leipreachan est loin d’être une simple « anecdote »: »
          Ce n’est qu’un simple commentaire, dont nous avons de plus aucune preuve. Nous sommes donc complètement dans l’anecdote.
          « il suffit simplement avec quelque peu d’empathie de se mettre un court instant à sa place pour mesurer la réalité et l’importance de cet évènement. »
          On comprend que pour lui ce soit super d’être guéris. Mais à aucun moment l’empathie ne permet de juger objectivement des fait, c’est d’ailleurs pour ça que les études sont en double aveugle. Utiliser l’empathie est juste un appel à l’émotion tentant de me faire culpabiliser (si je ne suis pas d’accord avec lui, je suis sans empathie et donc un monstre sans cœur).

          • @Max
            Je vous accorde que les témoignages ont une valeur toute relative et je n’affirme rien contrairement à vous.
            Je ne tire aucune conclusion définitive des limites de la connaissance scientifique contrairement à ce que vous affirmez, et je ne fais que logiquement la constater, ce que vous vous gardez bien de faire je ne sais pour quelle raison.
            Soyez réaliste et reconnaissez les limites de la science en matière de connaissance du corps humain.Ne rêvons pas trop,ce n’est pas demain la veille que les transhumanistes nous rendront immortels!

            • « Je vous accorde que les témoignages ont une valeur toute relative et je n’affirme rien contrairement à vous. »
              La seule chose que j’affirme c’est qu’un simple témoignage n’a aucune valeur. Vous par contre, vous donnez au témoignage de leipreachan une valeur au delà de la simple anecdote « En revanche la guérison quasi » miraculeuse »de @leipreachan est loin d’être une simple « anecdote » .
              « Je ne tire aucune conclusion définitive des limites de la connaissance scientifique contrairement à ce que vous affirmez, et je ne fais que logiquement la constater, ce que vous vous gardez bien de faire je ne sais pour quelle raison. »
              Le fait que la science ne sache pas tout, ne signifie pas que les domaine qu’elle ne décrit pas (le paranormale par exemple) existe. Je considère juste que si il n’y a pas de preuve, il n’y a pas de raison de considérer que ça existe (pas de preuve= pas de raison de croire). Et jusqu’à preuve du contraire, Il n’ y a pas de preuve de l’efficacité des médecines alternatives ni même de quoi que ce soit (de logique et rationnel du moins) qui expliquerait comment elles fonctionnent.
              « Soyez réaliste et reconnaissez les limites de la science en matière de connaissance du corps humain »
              Le faite que la science n’est pas encore tous découvert sur le fonctionnement du corps humain ne justifie pas pour autant que l’on doit accepter que des pratiques n’ayant pas résisté à l’expérimentation et étant sans fondement (je rappel que l’homéopathie se base sur un principe qui ne tient que de la croyance).

              • @Max

                C’est bien là que nos différences de jugement s’expriment : Pour ma part les témoignages ont une valeur « relative »,alors que pour vous ils n’ont aucune valeur.Si l’on considère que TOUS les témoignages n’ont aucune valeur il est difficile d’accorder un crédit en quoique que ce soit, car il ne vous aura pas échappé que la plupart de nos « belles »idées viennent le plus souvent des autres, et de notre éducation depuis notre plus jeune âge, y compris les conclusions scientifiques sujettes souvent à caution que vous semblez à priori accepter sans aucune réserve.(rectifiez moi si je me trompe!)
                Ne vaut il pas mieux essayer de penser par soi même en gardant un esprit critique en toute chose( dont l’homéopathie mais PAS QUE,le réchauffement climatique étant un autre exemple à la mode),car les vérités d’aujourd’hui ne sont pas forcément celles de demain ?…….L’histoire est bien là pour le prouver! Étudiez le commentaire de Frédéric JOLY du 13 juin à 17heure 04′ qui pose d’intéressantes questions sur la pertinence de l’homéopathie et des essais cliniques randomisés(ECR)en double aveugle pour certains cas. Allez tchao, bonsoir,et respectueusement votre.

    • Justement, il me semble que si le mécanisme ne peut être explicité, la collectivité n’a pas à financer la chose, d’abord parce que ce serait aussi la porte ouverte à toutes les escroqueries. En revanche, s’il s’agit d’une assurance privée (ou d’un choix personnel occasionnel), pas de problème. Enfin, je me réjouis bien sûr que vous soyez guéri, et d’autant plus que ça ne m’a rien coûté 🙂

      • Ah, l’argent !

      • @MichelO

        « Enfin ,je me réjouis que vous soyez guéri »:

        S’il n’y avait qu’un seul commentaire à retenir ce pourrait être ce dernier, car lorsque l’on est malade tout doit être mis en œuvre pour recouvrer la santé.
        Les considérations économiques sont potentiellement réalisables contrairement à la guérison parfois hypothétique!

    • « L’ouverture d’esprit, la curiosité, sont au début de la démarche scientifique. »
      On est d’accord.
      Suivent ensuite: méthode, expérimentation, hypothèse, vérification méthodique des hypothèses, évaluations et quantifications…etc Bref, tout ce que l’homéopathie se refuse a faire.

    • @Leipreachan
      C’est sur les problèmes de douleurs chroniques inexpliquées et sans origine retrouvée que l’effet placebo est le plus efficace. Les centres anti-douleurs utilisent bcp les techniques de placebo.

  • J’ai eu plusieurs fois recours à un traitement homéopathique. J’attends toujours les résultats.

    • @Théo
      Les remèdes miracles n’existent pas car cela se saurait.Le corps humain a aussi ses raisons que les médecines et traitements divers ignorent.
      Le système immunitaire de notre corps, dont le fonctionnement précis reste à ce jour un épais mystère, en reste une preuve formelle, puisque la notion de preuve est bien le centre de ce débat.

  • Une partie des médicaments « conventionnels » fournissent un Service Médical Rendu (SMR) suffisant pour être remboursé par l’Assurance Maladie, sans que l’on connaisse véritablement leur principe actif. Le fait que certains remèdes homéopathiques puissent continuer à être remboursés en France sur la même base que les autres traitements, à savoir en rassemblant des preuves suffisantes de l’existence de ce SMR en fonction des critères définis par l’administration française, sans que l’on ait absolument besoin de savoir si les effets thérapeutiques spécifiques au remède lui-même viennent de la mémoire de l’eau ou d’ailleurs, ne pose donc aucun problème en soi.

    C’est la question de l’évaluation du SMR qui est actuellement posée par les experts des laboratoires et d’une bonne partie de la communauté homéopathique, en statuant que les ECR (Essais Cliniques Randomisés) habituellement conduits pour les médicaments conventionnels sur la base d’un traitement pour une indication thérapeutique identique pour une famille de patients (critères d’inclusion), ne sont pas pertinents pour tout traitement individualisé ou personnalisé, chaque patient étant susceptible de recevoir un traitement différent pour les mêmes critères d’inclusion.

    En fait, la pertinence n’est ici que financière. Il serait absolument possible de créer un design d’étude compatible avec cette problématique d’individualisation, mais la taille de l’échantillon à prévoir pour obtenir des résultats statistiquement suffisamment significatifs afin d’établir une quelconque relation de cause à effet avec un niveau de validité externe acceptable serait telle que personne n’imaginerait en considérer la prise en charge financière.

    Cela posé, il est très fréquent pour des homéopathes renommés, comme Charles Bentz, d’écrire que certains remèdes homéopatiques ont des effets absolument incontestables pour des indications communes entre tous les patients, et donc sans nécessiter de personnalisation.

    Par exemple, on peut lire sur le suite de Doctissimo :

    Même si un des principes de l’homéopathie réside dans la personnalisation, l’automédication reste néanmoins possible pour les traitements symptomatiques. En effet, contrairement au traitement de fond, qui est personnalisé en fonction du terrain, le traitement symptomatique consiste à soigner des symptômes, comme une diarrhée par exemple. Si la consultation d’un médecin homéopathe est toujours conseillée, il reste néanmoins possible d’utiliser une ancienne ordonnance, prescrite pour les mêmes troubles ou même celle d’un proche.

    Donc, il devrait être possible de mener des ECR en double aveugle pour ces cas là, à condition qu’un consensus d’homéopathes soit réuni, selon des critères des laboratoires, avec des médecins investigateurs non homéopathes pour éviter tout biais susceptibles de remettre en cause les éventuels résultats positifs par les détracteurs de l’homéopathie.

    Si cela était fait ne serait-ce que pour un traitement, Arnica ou Cocculine par exemple, et que des effets réels au-delà du placebo étaient identifiés, alors, nous assisterions à un tsunami scientifique tel que rien ne pourrait être comme avant. S’agissant potentiellement de la plus grande révolution scientifique de tous les temps, je demande à tous nos amis homéopathes de faire pression sur les laboratoires, sur le gouvernement, sur L’OMS, sur l’ONU, sur qui peut décider de la mise en œuvre de ce test historique, et à tous les détracteurs de l’homéopathie de faire silence et de regarder avec émerveillement et bienveillance les préparatifs de cet événement majeur.

  • Homéopathie, magnétiseur, retour de l’être aimé, peu importe finalement.
    L’homéopathie a l’efficacité d’un placebo.
    Mais l’effet placebo est réel et énorme, proche de 30%!

    Or l’effet placebo ne fonctionne que si on croit que ça fonctionne.
    Si vous dites à tout le monde que l’homéopathie ne fonctionne pas, les médecins seront contraints de prescrire des médicaments plus chers, et engendreront plus d’effets secondaires.

    C’est donc un très mauvais calcul … sauf pour certains qui ne s’appellent pas Boiron

    • @www

      L’importance considérable du marché du médicament au niveau mondial, implique en effet d’envisager des stratégies toujours plus efficaces, afin d’assurer une progression constante des bénéfices pour les laboratoires.

  • Et moi j’en ai assez de ces medecins qui attaquent sans cesse l’homeopathie qui prouve sur des millions de personnes, d’enfants et d’animaux son efficacite et son inocuite par rapport au tombereau de s…ies chimiques prescrites par ces memes medecins qui, avec les traitements des effets secondaires considerables, coutent un max a la collectivite. Rappelons a cet Auteur Invite (un representant anonyme de BIg Pharma?)que l’homeopathie ne coute quaiment rien a la SS. En effet, un tube vaut 2,10E, rembourse 0,70 dont il faut deduire 0,50 par boite delivree. Et si on veut absolument faire cette fois de grosses economies a la Secu en deremboursant une specialite qui ne guerit jamais de quoi que ce soit, coute tres cher et induit d’enormes effets secondaires qu’il faut alors traiter par d’autres specialistes tres couteux, deremboursons la rhumatologie, une mine de medicaments abominables qui induisent des problemes intestinaux et, comme la cortisone, donnee a tort et a travers, sont une cause essentielle de la flambee du diabete de type 2. Basta avec cette campagne anti-homeopathie!

    • tout ceci finalement n’est qu’une histoire de fric..
      si vous croyez que l’homéopathie marche !! achetez là ! ce n’est pas interdit, merde!

    • Vous seriez donc pour interdire les chimios, parce que ce sont des s…ies chimiques ❓

    • Mais personne n’interdit l’homéopathie. Si vous en voulez, payez-la avec VOTRE argent. C’est pas cher d’après ce que vous nous dites, cela ne devrait pas poser de problème…
      Et si vous êtes contre les médicaments classiques parce que ce sont des produits chimiques, là encore, rien ne vous oblige à les consommer! C’est de votre responsabilité. 🙂

  • Vous oubliez une chose fondamentale M.Cassan: l’impact psychologique de la maladie! En effet, le corps a un grand pouvoir d’auto-guérison et c’est notre esprit, notre capacité à combattre la maladie qui est le premier facteur de guérison.
    Tant qu’à faire pourquoi ne pas user de « médicaments » homéopathique pour mettre l’esprit en état de combattre et donc de guérir?
    L’allopathie est -on le sait, efficace mais avec des effets secondaires qui mettent le corps en situation de stress intense qu’il met des mois et des années à guérir. Cela n’est jamais compté dans les « bienfaits » des petites pilules chimiques….
    Et s’il faut parler de capitalisme de connivence, en voilà un qui pèse bien plus lourd que l’industrie homéopathique!
    Prenons les vaccins: l’Angleterre et la Russie ne vaccinent pas d’office: cela reste un choix volontaire de chaque individu!
    Et les Russes et Anglais n’ont pas plus ni moins de gens malades…
    En France, 90% des visites médicales débouchent sur une ordonance. Aux Pays bas ils sont 43%…..
    A choisir, autant maintenir le remboursement des médicaments homéopathiques qui eux ne font aucun mal mais contribuent fortement à la bonne santé humaine.

  • Les gens qui courent chercher des granules d’arnica pour donner à leur enfant qui s’est fait un bobo me font peur. C’est quoi le message que l’on donne à l’enfant ? Un problème = une pilule ? Imaginez une seconde la catastrophe sociale que cela implique… Et pourquoi n’appliquent ils pas une vraie crème à l’arnica, qui a de réels effets ? C’est quoi le trip ? Je sais que l’arnica c’est bon pour toi, mais je vais te donner une gélule qui n’en contient pas plutôt que de la vraie crème ? Ou bien réconfortent leurs enfants dans leur bras en leur disant que cela passera tout seul. Si sur le coup c’était pas la joie, on était fier d’exhiber nos bleus suite à nos cascades 😀 Et vous savez quoi ? Ils ont tous disparus.

    • J’ai eu des parents comme vous le décrivez. Je ne pense pas que ce soit nécessairement une mauvaise chose (s’il n’y avait pas de remboursement).

      A l’âge adulte (même un peu avant), j’ai compris ce que contenaient vraiment ces gelules… rien. Donc, j’ai compris que mon organisme était tout-à-fait capable de se guérir de lui-même dans la grande majorité des cas.

      Actuellement, je ne vais donc voir le médecin que très rarement, et je préfère qu’il me dise franchement qu’une prescription est inutile.

  • À l’attention de l’auteur: vous ne traitez pas le fond du sujet, à savoir que l’homéopathie traite la racine des maladies et ne se limite pas à leurs symptômes.

  • Tiens, je redécouvre le sujet, où j’ai témoigné de mon expérience d’acupuncture.
    A la relecture des différentes réactions, je me dis que je devrais rajouter le fait que je vis d’une (plutôt confortable) retraite pour avoir passé 40 ans au service d’un des plus grands groupes pharmaceutiques mondiaux (top 5).
    Je profite donc du fait que tout le monde ne s’est pas mis à l’homéopathie ou autres médecines parallèles.

    Mon unique expérience de l’acupuncture, pour cette fois concluante, n’a donc aucune base idéologique…

  • Parce que les études sur les médicaments des grands labos pharmaceutiques sont « scientifiques » ? Elles ne sont pas biaisées ? Il n’y a pas capitalisme de connivence? Premier point. Deuxième point, le coût pour la sécu et donc pour nous : d’un côté quelques centaines de millions d’euros, de l’autre quelques dizaines de milliards. Où est la dépense inutile, voire dangereuse ? exemple des statines. Enfin, quand une médecine est pratiquée depuis la nuit des temps, avec de effets bénéfiques reconnus par les intéressés, on peut réfléchir et se poser la question de savoir pourquoi on en nie les bénéfices et de savoir à qui profite le crime de déréglementation. Enfin, je constate que le scientisme est aussi totalitaire que l’écologisme.

    • L’homéopathie date du XIXè siècle. On est loin de la « nuit des temps ».
      Par contre la saignée est une pratique bcp plus ancienne. Si on applique votre raisonnement, on devrait l’encourager…

  • On aimerait croire que ce déremboursement s’appuie sur des considérations uniquement « scientifiques » et non économiques !

    • Les deux mon capitaine. Et en quoi serait-ce un mal? Toute décision basée sur un motif économique est obligatoirement mauvaise?

  • Ne spéculez surtout pas en Bourse sur les actions du Laboratoire qui les fabrique, vos risqueriez quelques désagréments

  • Pourquoi republier un article (surtout en édito) qui date de juin 2019 ? C’est pour relancer le débat ?

  • Un titre qui me réjouit
    Comme le dit bien l’auteur,cela n’empêche nullement la prescription de ces placebos.
    Quelles sont les indications, personne ne le sait.
    Concernant le prescripteur, il faut se référer à Balint et au médecin médicament
    Merci beaucoup madame la Ministre

  • Je n’ai pas d’opinion arrêtée sur l’homéopathie, mais quand je lis que Galilée se battait pour faire admettre la rotondité de la terre, je comprends que j’ai affaire à quelqu’un qui n’a pas la moindre formation scientifique, et qui est d’une ignorance redoutable. La rotondité de la terre était connue dès le cinquième siècle avant notre ère. C’était une évidence pour Socrate (mort il y a à peu près 2420 ans) et pour Platon. Aristote la démontre dans les Analytiques par les éclipses de lune: puisque l’ombre de la terre, qui provoque l’éclipse, est un disque, la terre est forcément sphérique. Un siècle après Aristote, mort en 322, Ératosthène calcule la circonférence terrestre, grâce à un calcul d’angle entre Alexandrie et Syène: petite opération géométrique et règle de trois, connaissant la distance entre les deux villes. Malgré l’imprécision des données, le calcul donne une très bonne approximation, autour de 40000km. Les Grecs savaient donc non seulement que la terre est ronde, mais quelle était sa circonférence. Aristote est intégralement traduit au XIIIe siècle par Guillaume de Moerbeke, et il sert de base à la science médiévale, qui n’ignore donc pas que la terre est ronde. Le plus grave n’est cependant pas que l’auteur de l’article soit un ignorant parlant au nom d’une science à laquelle il ne connaît rien. L’ignorance est une chose, et la bêtise une autre. Et penser qu’au XVIIe siècle on ait pu croire que la terre était plate, alors que Christophe Colomb s’était embarqué en 1492 pour rejoindre les Indes en allant à l’ouest, c’est beaucoup plus grave que de la simple ignorance. À l’époque de Galilée, condamné dans les années 1630, le tour de la terre de Magellan est déjà ancien, et les navigations transocéaniques sont la base même du commerce international. L’intelligence est, comme son nom l’indique, la faculté de relier les choses entre elles, pour les comprendre. Quelqu’un qui est incapable de comprendre l’absurdité même de l’imputation à Galilée de la rotondité de la terre, manifeste de cruelles limites intellectuelles, qui ne peuvent que discréditer un propos effectivement tout à fait indigent.

    • Dénigrer l’auteur sur une erreur d’anecdote sans aucun rapport avec le sujet traité permet d’éviter à avoir a argumenter sur le fond. Classique.

  • Que d’ âneries dans ce texte! mais bon, quand on veut tuer son chien…..expliquez-moi donc auteur inconnu,pourquoi l’ homéopathie marche sur les bébés (conn

  • Pensée unique ou mainstream.

    Ceux qui affirment que l’homéopathie est une science totalement farfelue devraient nous expliquer pourquoi elle très en vogue en Allemagne !! Je ne suis pas expert mais je suis seulement un citoyen capable de comparer les thérapies pratiquées dans plusieurs pays et les résultats obtenus.
    J’ai aussi une question : Après avoir scruter les parcours professionnels de chaque commentateur je me suis aperçu que certains travaillaient ou avaient travaillé pour des labos pharmaceutiques. Il serait honnête de le signaler dans leur commentaire.
    Le monde scientifique est un domaine où la pensée unique a fait des ravages Demandez à Galilée ce qu’il en pense ! Je n’aborderai pas le réchauffement climatique, ni la fonte des glaciers, ni la montée des océans car je risquerai de me faire lapider et, peut être même, étêter par les supporters de COP21. Non, je donnerai seulement la parole à Albert Einstein qui a vu ses théories reconnues qu’après de longues années. Il en est de même pour Alfred Wegener connu pour sa théorie sur la dérive des continents, pour Charles Darwin, pour Alexander Fleming, le découvreur de la pénicilline, pour Theodore Harold Maiman, l’inventeur du premier laser. Enfin, pour terminer cette liste, non exhaustive, je rajouterai J. Robin Warren et Barry J. Marshall, tous deux devenus Prix Nobel, qui découvrirent que la plupart des ulcères stomacaux et gastriques étaient causés par une infection due à une bactérie et non par le stress ou de la nourriture épicée. Pendant plus de 10 ans ils ont été cloués au pilori et ils ont subi les sarcasmes de leurs collègues, adeptes de la pensée unique que la masturbation scientifique rendait sourds et aveugles. Je ne peux pas non plus ne pas citer Tu Youyou, prix Nobel 2015 de médecine, qui a remis au goût du jour les vertus, découvertes au IVème siècle, d’une plante qui guérissait le paludisme. Cette femme médecin aux pieds nus dérangeait l’establishment et est restée dans l’oubli pendant plus de 30 ans.
    Dans le monde en général, et scientifique en particulier, il existe un certain misonéisme qui génère des peurs incontrôlées par rapport au progrès. Ce qui fait le terreau des anti tout et, surtout, enferme des populations crédules et ignorantes dans la pensée unique. Les différentes organisations qui représentent l’establishment ont toujours dénigré les chercheurs, surtout si les découvertes de ces derniers permettaient d’améliorer le sort des personnes mais mettaient au rebus leurs vérités d’hier et surtout les empêchaient de réaliser de super bénéfices.

    • « je me suis aperçu que certains travaillaient ou avaient travaillé pour des labos pharmaceutiques.  »
      En quoi le fait d’avoir travaillé pour un labo diminue la valeur d’un commentaire? C’est pratique pour ne pas avoir à répondre et à argumenter sur des éléments dérangeant. En fait, il est bien plus commode d’avoir à discuter avec des gens qui n’ont pas ou peu de connaissances. C’est tellement plus facile pour affirmer tout et n’importe quoi.
      On juge de la valeur d’un commentaire sur son contenu et sa logique.
      Si un argument est foireux, il se demonte facilement. S’il ne l’est pas, c’est plus difficile, que l’auteur de l’argument soit un trotskiste, écolo, libéral, social-démocrate ou d’extrême-droite.

    • La seule pensée unique visible est celle qui consiste à vouloir absolument bénéficier de l’argent des autres en demandant la prise en charge collective des boulettes de sucre de Boiron.

    •  » découvrirent que la plupart des ulcères stomacaux et gastriques étaient causés par une infection due à une bactérie et non par le stress ou de la nourriture épicée.  »
      Non.
      L’helicobacter pylori (bactérie) est une cause favorisante importante mais ce n’est pas la seule. 20 à 30% de la population est porteuse de cette bactérie or 20 à 30% de la population ne souffre pas d’ulcères gastriques ou duodénaux. Ce n’est donc pas le seul facteur. Le rôle joué par cette bactérie a été une découverte importante mais d’autres éléments ont un rôle dans l’apparition des ulcères.
      https://www.ameli.fr/assure/sante/themes/ulcere-estomac-duodenum/definition-causes
      Vous accusez certains d’avoir eu une attitude réductrice en niant les hypothèses d’autres chercheurs. Ne soyez donc pas réducteur vous-même.

      • Le Grand Robert : La plupart : La majorité (et non la totalité comme vous le sous-entendez).
        Par contre, vous ne dîtes rien sur les affirmations « PROBABLEMENT » totalement erronées concernant le stress et la nourriture épicée. Si je suis réducteur vous vous défendez pas trop mal dans ce même registre !!!
        Ce qui serait plus intéressant de la part d’un expert, tel que vous pensez, l’être c’est de contester scientifiquement les conclusions des experts (vos homologues) allemands sur les bienfaits (ou non) de l’homéopathie.

    • « Tu Youyou, prix Nobel 2015 de médecine » »Cette femme médecin aux pieds nus dérangeait l’establishment et est restée dans l’oubli pendant plus de 30 ans. »
      N’importe quoi. Bonjour les clichés. Tout est bon pour dénigrer les « méchants » labos pharmaceutiques…

      Tout d’abord, la découverte de l’artémisinine est un travail d’équipe. Equipe dirigée par le Dr Tu formée à la médecine occidentale et à la médecine traditionnel chinoise et dont le but était de trouver si la pharmacopée traditionnelle ne contenait pas certains principes actifs intéressants. Dans la Chine des année 60-70, un tel travail ne peut se mener qu’avec l’aval des autorités et dans le cadre d’une structure étatique. On est très très loin de l’image de « médecin aux pieds nus ». 🙂

      Si l’artémisinine a été découverte en 1972, il a fallu de nombreuses années (10 ans) pour comprendre sa structure et perfectionner les moyens d’extraction et commencer les tests chez l’homme. Malheureusement, la disponibilité biologique du produit dans l’organisme était faible ce qui a amené les chercheurs chinois à développer des dérivés semi-synthétiques augmentant cette biodisponibilité ce qui a demandé encore une 10aines d’années.
      Malgré cela la production était encore très couteuse.

      Il est vrai que les « méchants » labos ne s’y sont pas intéressés (honte à eux, bien sûr!! 🙂 ) jusque dans les années 90. Pourquoi l’auraient-ils fait avant? Il aurait fallu négocier le brevet avec les autorités chinoises (facile!), déverser des tombereaux d’argent frais pour développer le nouveau médoc alors que les médicaments classiques répondaient aux besoins, coutaient peu chers avec encore peu de résistances… C’est l’apparition des résistances aux anti-paludéens classiques qui a changé la donne dans les années 90.
      L’entrée des « méchants » labos a permis d’accélérer les choses en réussissant la synthèse entière de la molécule (encore très couteux du fait de la complexité de cette dernière) et en parvenant à produire des plantes dans la teneur en produit était bcp plus importante faisant ainsi baisser le prix de revient.
      Il a fallu encore qq années pour déterminer les conditions optimales d’utilisation du médicament… dont certaines résistances commencent déjà à apparaitre.

      On est donc très très loin de votre cliché du petit chercheur ignoré par le méchant establishment. 🙂
      On peut critiquer les labos mais il ne faut quand même pas les rendre responsable de tout. Si vous estimez que les labos devraient s’occuper de certaines pathologies plutôt que d’autres, vous êtes libre d’utiliser votre propre argent pour cela. Vous ne manquerez pas de trouver une bonne association lucrative sans but qui se chargera (soi-disant) de s’occuper du problème…

      https://fr.wikipedia.org/wiki/Art%C3%A9misinine
      https://fr.wikipedia.org/wiki/Tu_Youyou

  • Vous avez quelques références de publications à nous donner?

  • On ne dissimule rien, c’est visible partout et c’est de la bouffonerie en barre. Je cite : »SantéSuisse, l’organisation faîtière des assurances-maladie, fait valoir que les méthodes utilisées pour tester les traitements conventionnels ne peuvent pas être appliqués à l’homéopathie. «Il serait injuste d’utiliser les méthodologies conventionnelles pour évaluer l’efficacité de l’homéopathie. Le risque potentiel est que ces méthodes internationalement reconnues de la science biomédicale aillent à l’encontre des principes sous-jacents de l’homéopathie», déclare Christophe Kämpf, porte-parole de SantéSuisse »
    Bref, on ne peut appliquer les principe scientifiques pour évaluer l’homéopathie, génial, on oublie la science et alors on peut conclure que cela marche. On respecte la science et on conclut que cela ne marche donc, oublions la science.
    https://www.swissinfo.ch/fre/th%C3%A9rapies-alternatives_pourquoi-l-hom%C3%A9opathie-est-couverte-par-l-assurance-maladie/42384108

  • « car de nombreux médecins, professeurs, pourraient intervenir et mettre en valeur toutes les facettes de l’homéopathie. »
    Il y en a. Mais il y en a bcp plus qui disent l’inverse.

    « d’ouverture aux expériences et  »
    Justement. L’homéopathie refuse à être évaluée comme les autres médicaments. Pourquoi donc si son efficacité est si merveilleuse?

  • Ah oui, le fameux rapport du Docteur Gudrun Bornhöft et du Professeur Peter F. Matthiessen… Encore lui.
    Ce rapport payé avec l’argent des contribuables suisses mais non disponible dans une langue officielle suisse et qu’il faut payé pour en avoir un exemplaire…

    Vous trouverez sur le site du lien la traduction d’un article qui le démonte votre fameux rapport. Bonne lecture

    https://www.drgoulu.com/2012/07/17/le-rapport-suisse-sur-lhomeopathie/#.XTZoGUc6-po

  • Quand on lit les commentaires, on se demande où on est…

    (Mais j’avoue, je n’ai pas eu le courage d’aller jusqu’au bout…)

    • @Pierre Henri DREVON

      On peut aussi se demander si nous sommes prêts à assumer le coût et les conséquences des maladies iatrogènes induits par la médecine conventionnelle,loin d’être négligeables en dépit d’une référence constante à la balance bénéfice -risque !!!
      Une étude clinique n’est éthique que si le bénéfice exprimé est supérieur au risque.
      il semble donc péremptoire de rejeter en bloc la médecine conventionnelle qui a fait ses preuves dans bien des cas en sauvant la vie de malades condamnés.
      De la même manière il n’y a aucune raison de justifier le déremboursement de l’homéopathie en soulignant uniquement son inefficience, si l’on considère l’avis de médecins homéopathes spécialistes et les multiples témoignages favorables portant sur des décennies.
      Au delà d’évidentes raisons d’efficacité mises en exergue pour tout déremboursement de médicament,ne conviendrait il pas mieux d’exprimer que ce produit,désormais considéré comme tout autre produit de consommation, relève avant tout de problématiques économiques incontournables ?

  • Personnellement j’ai vu agir l’homéopathie sur moi et mon entourage depuis des années. Quant vous avez des démangeaisons et fait toutes les filières classique et que un traitement de trois mois vous soigne, quant des cystites à répétitions viennent vous gâcher le vie et que seule l’homéopathie à réussi à vie de faire disparaitre le problème, n’est ce pas un gage d’une utilité? Je pourrais multiplier comme tant d’autres les bienfait de cette thérapie. Il importe peu de savoir que cela est placébo, cela a fonctionner sur des milliers de personnes, que évidement on écoute plus. Son cout 120 millions sur 2.4 milliard d’euros n’est ce pas un petite goutte d’eau par rapport aux services rendus? Notre science veut des certitudes qui sont tellement vrai que le monde est au bord de l’effondrement; les sols, l’air, l’eau, les océans, les montagnes les aliments, tout est pollué avec cette science là et ces certitudes!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
jour du dépassement
3
Sauvegarder cet article

Par Michel Gay.

(Tiré d’un article de Michael Shellenberger paru sur Forbes le 29 juillet 2019.)

Depuis ce 28 juillet 2022 et jusqu’à la fin de l’année, l’humanité consommera plus de ressources que notre planète ne peut en produire de manière durable, selon le Global Footprint Network (GFN), qui détermine de telles dates depuis 1986.

L'humanité utilise la nature 1,75 fois plus vite que les écosystèmes de notre planète ne peuvent se régénérer. Cela revient à utiliser 1,75 Terre.

« Les pays riches utilisent les ress... Poursuivre la lecture

Par la rédaction de Contrepoints.

 

Alors que le gouvernement envisage de prolonger certaines dispositions liées à l’état d’urgence sanitaire, une enquête réalisée du 22 au 23 juin par BVA révèle qu’un Français sur deux aurait mal vécu les deux années de crise covid, et critiquerait la gestion politique qui en aurait été faite.

Toujours selon ce sondage BVA, trois quarts des Français interrogés (77 %) estiment que les mesures sanitaires ont été trop lourdes à l’endroit des jeunes, et 53 % pensent que la réduction des... Poursuivre la lecture

L’hôpital ? Suradministré ? La France entière l’est et pas d’hier et le positionnement très à gauche du président ne laisse rien augurer d’encourageant. Un fonctionnaire supplémentaire implique trois chômeurs de plus dans le secteur privé, selon le calcul de l’infaillible Charles Gave et j’apprends que le taux de croissance de la France bénéficie du nombre d’agents d’État, selon un énième arrangement avec les statistiques.

Au-delà d’un certain seuil largement dépassé, tout impôt supplémentaire implique travail dissimulé, chômage et exi... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles