Critiquer l’efficacité de l’homéopathie, est-ce une fake news ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Tube 12 CH de Boiron Groupe-Crédits Yann Geoffray (CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Critiquer l’efficacité de l’homéopathie, est-ce une fake news ?

Publié le 4 février 2019
- A +

Par Arnaud Demion.

« Je suis convaincue qu’elle [l’homéopathie] a sa place dans la médecine du futur, c’est pour cela qu’elle est tant attaquée. D’ailleurs, je constate un véritable décalage entre une minorité de médecins qui contestent l’homéopathie, et une grande majorité de patients qui la plébiscite. Je suis donc farouchement déterminée à faire entendre la vérité sur les médicaments homéopathiques, même si cela ne fera pas plaisir à certains. »

C’est en ces mots, dans une interview pour La Tribune, que Valérie Poinsot, nouvelle directrice générale déléguée des Laboratoires Boiron, annonce qu’elle entend défendre son business, avant d’assimiler les attaques contre l’homéopathie à des fake news !

Une défense un peu légère donc, et basée sur un certain nombre de sophismes que je vous propose d’examiner un peu plus en détail.

L’homéopathie, médecine du futur ?

L’interview commence d’ailleurs sur les chapeaux de roues avec un magnifique argumentum ad populum, en prenant en otage des clients1 crédules. Comme le disait Coluche, « ce n’est pas parce qu’ils sont nombreux à avoir tort qu’ils ont raison ». Et ce ne sont pas les sentiments et les ressentis, fussent-ils en très grand nombre, qui font les faits.

Rappelons aussi que la « médecine du futur » est en réalité basée sur des principes édictés par Samuel Hahnemann entre 1796 et 1810, lesquels se résument à peu près à des raisonnements par analogie et de la superstition :

  • Le principe de similitude, basé sur l’idée selon laquelle le mal est traité par le mal ;
  • L’idée de globalité, que l’on retrouve dans pratiquement toutes les disciplines charlatanesques (de l’ostéopathie à l’anthroposophie) et qui fournit tout de même quelques indications sur la prétention de ces dernières ;
  • La dilution, consistant à diluer puis à agiter les préparations un certain nombre de fois, jusqu’à être à peu près certain que le produit final ne contiendra plus aucune goutte, voire aucune molécule, de la teinture mère2. De plus, et selon Hahnemann, le remède est censé devenir plus puissant à mesure que la dilution augmente !

La méthode n’a aujourd’hui pas changé, si ce n’est que la production s’est industrialisée. Comme « médecine du futur », on repassera. En ce qui concerne l’éventuelle efficacité que ces produits pourraient avoir (comme dirait l’autre, sur un malentendu, on ne sait jamais), je dirige le lecteur vers la littérature scientifique (et je salue au passage la patience des chercheurs qui gaspillent leur temps ainsi qu’une quantité non négligeable d’argent public pour démontrer que la pensée magique ne fonctionne pas).

Corrélation n’est pas causalité

Plus loin, Valérie Poinsot confond corrélation et causalité en citant l’étude EPI 3, qui comme pour l’étude portant sur les produits bio publiée dans Jama Internal Médecine ne prouve pas une causalité mais montre seulement une corrélation.

En l’absence de preuve de son mécanisme d’action, il est préférable d’appliquer le rasoir d’Ockham et de postuler que les personnes prenant de l’homéopathie ont un régime de vie et un profil différents des personnes s’en tenant à la médecine scientifique, d’autant plus que l’étude ne contrôle pas ces points et ne respecte ni le principe du double-aveugle, ni la randomisation pourtant nécessaires lorsque l’on souhaite mettre en avant l’effet d’un traitement.

Chantage à l’emploi

Ma partie préférée de l’interview est peut-être son chantage à l’emploi, nié mais pourtant bien réel :

« Je ne fais pas du chantage à l’emploi, mais je le dis : si demain l’homéopathie est déremboursée, 1 300 postes seraient menacés en France chez Boiron. »

Je ne résiste ici à mon péché mignon et je fais appel une nouvelle fois à Frédéric Bastiat. Nous sommes ici précisément en présence du sophisme de la vitre cassée que ce dernier a exposé et réfuté dans son ouvrage Ce qu’on voit et ce qu’on ne voit pas. Valérie Poinsot oublie que l’argent et l’énergie gaspillés dans la fabrication de ces produits inefficaces sont perdus pour des activités bien plus productives et utiles pour tout un chacun.

Peu importe que Valérie Poinsot croie ou non en l’homéopathie, comme ses clients — là n’est pas la question. Considérant le privilège d’État dont bénéficie son entreprise, il n’est pas inutile de s’interroger sur les tenants de cette communication.

Car ce que craint peut-être Valérie Poinsot c’est que, si demain l’homéopathie était déremboursée, ses clients se rendent compte qu’ils peuvent très bien s’en passer et économiser quelques précieux euros pour d’autres activités, produits ou services.

L’État est toujours le meilleur allié de ceux qui ne veulent pas jouer avec les règles de l’offre et de la demande en outrepassant cette dernière à coups de ponctions obligatoires et subventions.

Retenons donc que les deux principaux arguments (fallacieux) sont « le remboursement de l’homéopathie participe à l’emploi » (même si cela détourne de la richesse qui aurait pu créer d’autres emplois) et « l’homéopathie aide les malades » (même si on ne sait toujours pas trop comment après avoir raclé les fonds de tiroir explicatifs et publié des études à la méthodologie douteuse).

Si l’on accepte de maintenir le remboursement sur de telles considérations utilitaristes, ce sera un pas de plus sur la route de la servitude consistant à déresponsabiliser toujours plus les individus en les mettant sous la tutelle d’un État paternaliste et menteur. Quelle différence entre ce que nous venons d’exposer et le fait de faire croire à un enfant que le père Noël existe « pour son bien être » ?

Toutes ces gesticulations et cette mauvaise foi seraient moins dérangeantes si la participation à ce gaspillage n’était pas obligatoire. Car si de nombreuses personnes souhaitent prendre des vessies pour des lanternes — grand bien leur fasse —, ce n’est pas le cas d’un grand nombre d’autres, qui souhaiteraient d’ailleurs que l’on cesse de piller le fruit de leur travail pour financer de la fake science.

  1. Peut-on appeler « patient » une personne consommant de l’homéopathie ? La définition moderne du mot correspondant à peu près à « celui qui reçoit des soins », il me semble pour le moins abusif de confondre un soin basé sur la méthode scientifique et des billes de sucre ne contenant que de la pensée magique.
  2. De rapides calculs de dilutions hahnemanniennes amènent aux chiffres vertigineux suivants : 5 CH sont équivalents à une goutte dans une piscine olympique, et à l’extrême, 30 CH correspondent à une goutte dans 1060 fois son volume !
Voir les commentaires (57)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (57)
  • Ras le bol du lobby homéopathique. On parle des gilets jaunes, mais le remboursement de ces « médicaments » coûte très cher au pays, alors qu’il ne s’agit que de placebo.

    • euh. qu’ils soient des placebo n’est pas un problème, le problème est l’obligation de se plier à la m^me « logique » de remboursement des médicaments..
      je ne suis pas opposé à ce qu’un médecin dans certaines circonstances le prescrive un placebo..MAIS… pas selon la logique homeopathe…

    • Non, cela ne coûte pas « très cher ». Ce sont des médicaments peu onéreux, remboursés à 30%…

    • Les vaccins ont pires que des placebos et ils ont remboursés. Le seul vaccin hep B a mis la sécu en faillite (150 milliards rien qu’en indemnisations seront nécessaires, au bas mot – bien sûr comme toute dette, les mélenchonistes vont dire qu’il vaut mieux ne pas la payer, c’est dire ne pas indemniser).

  • l’homéopathie est un placebo constitué de sucre. c’est un peu le CO2 anthropique de nos écolos, du pipeau qui fonctionne parmi les esprits influencés

    • Et bien sûr, les dizaines de milliers d’homéopathes de par le monde sont des charlatans?
      Pourquoi croyez-vous que le gouvernement relance cette polémique maintenant?

      • pas des charlatans mais les médecins ne sont pas des « scientifiques. ».la médication en général repose souvent sinon toujours sur des éléments épidémiologies et des corrélations..

        pas parfait ..mais si vous avez une meilleure démarche… je vous en prie…exposez nous ça…

        en long en large et en travers toutes les études sur l’homéopathie concluent ..placebo.
        et comme en plus…on a pas de mécanisme pour imaginer pourquoi l’homéopathie marcherait.. et comme en plus, les médicaments homéopathiques sont chimiquement du « sucre » …

        difficile à défendre l’homéopathie hors de l’idée que parfois un médecin considère que prescrire un placebo est pertinent.

  • S’il n’y avait pas collectivisation de l’assurance santé, il n’y aurait aucun problème avec l’homéopathie ou avec la tisane de grand-mère. Donc au lieu de discuter sur l’intensité des effets placebo, discutons de la manière de réindividualiser l’assurance santé. C’est cela l’urgence, et une fois que chacun aura choisi s’il veut ou non faire payer ses placebos, homéopathie ou tisanes de grand-mère, par le biais d’une assurance qui prend ses frais sur ses primes au passage, ou les acheter de sa poche quand il en ressent le besoin, ça ira beaucoup mieux pour tout le monde.

    • La collectivisation est un vrai problème. Et nous sommes obligés de payer pour des actes que nous pouvons désapprouver ou des vaccins dont l’évaluation du bénéfice/risque n’est jamais faite (copparaison de cohortes d’enfants vaccinés et non vaccinés), contrairement aux autres médicaments

    • tout à fait… et il n’est pas exclu qu’un médecin prescrive un placebo à une personne qui a des antécédents d’obsession médicamenteuse si j’ose dire..

  • claude henry de chasne
    4 février 2019 at 9 h 23 min

    c’est juste u pb de gros sous.. boiron a de l’influence .. çà c’est comme les cures thermales

  • bravo pour cet article qu’on pourrait presque qualifier de courageux dans un monde où la rationalité scientifique n’est pas à la mode.
    Proposition : supprimer le subventionnement à Boiron et réinvestissons dans la recherche sur le OGM que la France a abandonnée sous pression des lobbies que vous savez.

    • Supprimer des subventions, OK. Investir l’argent public ainsi économisé dans des recherches dont personne ne tiendra compte si elles ne donnent pas les résultats politiquement corrects, quelle idée ? A chaque économie de dépense publique, il se trouve toujours quelqu’un pour en proposer une autre en compensation plutôt que de baisser charges et impôts !

  • Pour éviter la grippe vous avez le choix entre un vaccin..gratuit et l’oscillocossinum..a 30€ le traitement…non garanti et…non remboursé par contre est-ce que les mutuelles par croissement multiples n’ont pas un chouia d’intérêt a faire rembourser l’homéopathie de Mr l’unique fabriquant Boiron ?

    • Je connais une personne qui est morte suite à une vaccination contre la grippe…

      • Et si elle avait contracté la grippe aurait elle survécue ?

        • Il y a eu une enquête en maisons de retraite: sur les morts par grippe, la moitié était vaccinée.
          J’ai entendu un professeur d’épudémiologie de grande expérience expliquer que le vaccin contre la grippe était pratiqué à l’âge où il est le moins efficace.
          Personnellement, j’ai eu une coqueluche carabinée vaccin et rappels faits…
          Mais si vous préférez répéter que les vaccins sont toujours efficaces et qe l’analyse du rapport bénéfice/risque n’est pas utile…

          • C’est des salades ,le’probleme des maisons de retraites..la sous alimentation ,faut faire manger les vieux quand ils ne peuvent le faire eux mêmes,et des visites de gens non vaccinés..sans compter le personnel.un exemple , coiffeuse a domicile malade d’une bronchite ..et paf ma mère a eu droit a une bronchite carabinée…et moi aussi…pour la grippe ,je suis vacciné et il ne me viendrait pas a l’esprit d’aller dans un hôpital sans l’être (ma mère y fait souvent un séjour vu son grand âge,92 ans et vaccinée depuis toujours, métier médical oblige…mais c’est un fait, avec l’âge le vaccin a ses limites mais si la vaccination est de longue date….

          • attendez..ce que vous nous dites ne prouve rien…
            ce n’est pas si trivial que ça d’évaluer l’intérêt de la vaccination..on peut discuter parfois..
            mais les arguments des anti vaccins sont en général nuls…

            le seul argument valable certain pour refuser une vaccination..est la liberté de choix…

        • Pourquoi les faits vous gênent-ils? C’est pourtant le premier matériau de la réflexion…

    • non pur éviter la grippe…on a en toute rigueur pas de solution fiable à 100% sinon s’isoler dans une bulle.. le vaccin est pourtant la « meilleure » solution, on peut bien sûr discuter de l’évaluation du mieux dans le détail..

  • Il n’est pas certain que dérembourser des médicaments qui donnent satisfaction aux patients et continuer à en rembourser d’autres qui ont des effets nocifs notoires soit rendre service à la population. Le rapport bénéfice/risque dépend, et du bénéfice et du risque.
    Les détracteurs de l’homéopathie, visiblement, ne l’utilisent pas et c’est leur droit. Ne sont-ils pas victimes d’une manipulation qui consiste à les mettre du côté des « scientifiques » et non des crédules? Boiron défend ses intérêts, les autres laboratoires aussi…

  • דוב קרבי dov kravi
    4 février 2019 at 9 h 37 min

    Bon article. La pensée magique chère aux petits enfants a encore de beaux jours devant elle, mais une administration d’Etat ne devrait pas la maintenir, et encore moins la promouvoir
    Il est ahurissant de constater que la  » spécialité  » homéopathie est reconnue par la sécurité sociale.

    • La sécurité sociale c’est surtout des syndicats et des hommes de paille,leurs decisions……ouais , rien a voir avec la science plutôt avec la finance.,

  • Je suis totalement pour l’homéopathie … mais dans d’autres domaines que la santé :
    – une éolienne de 1 m de diamètre pour l’ensemble de la planête,
    – prestations sociales de 1 centime d’euro par habitant,
    – salaire de 1 centime d’euro par ministre ou responsable politique,
    -amendes de 1 centime d’euro pour toute infraction au code de la route …

    Je suis sur que l’on peut soigner la France par l’homéopathétie !

  • C’est comme dire que le Nazislamisme a pour fondement l’Islam et son Coran. Dans toutes critiques le rappel des évidences est autorisé et toujours utile a la bonne compréhension des choses.

  • Excellent article encore des gogos pour croire que l’homéopathie réduit les dépenses de santé, sans compter l’infiltration de boiron dans les facs de médecine. Qu’ils vendent du sucre c’est leur problème mais c’est la loi du marché. Même deremboursé ils trouveraient des gogos, il y en a bien qui vont voir des iridologies naturopathes ostéopathes mais quand il faut le sacro saint arrêt de travail ils vont voir qui ? C’est formidable l’état surtout quand c’est une bande de potes

  • Scientifiquement, il n’a pas été prouvé que l’homéopathie n’ait un effet autre qu’un effet placebo. Mais l’effet placebo soigne, c’est tant mieux, sans effets secondaires et pour pas très cher.
    Le risque de dérembourser l’homéopathie serait d’envoyer des patients vers des traitements plus conventionnels et plus onéreux pour la collectivité. La petite économie du déremboursement pourrait ainsi engendrer des dépenses plus significatives par ailleurs.
    Il faut donc avancer avec prudence sur sujet qui mêle le médical, l’économie et le sociétal.

    • On sait bien cela. Mais il y a aussi un risque à colporter des mensonges et banaliser le fait de colporter des mensonges : quand on fait disparaître l’esprit critique, le droit de douter et le droit de dire des vérités qui dérangent … on aboutit au RCA, aux transitions bobologiques, aux GJ dans les rues et à la ruine du pays.

      • Comme les mensonges sur les statines, les anticancéreux chers et toxiques et pas plus efficaces, et parfois mortels, etc.

  • L’homéopathie est le révélateur de la grande arnaque sur laquelle repose la sécurité sociale.

  • Je ne défend ni l’homéopathie, ni la mémoire de l’eau, mais l’effet placebo est une réalité intéressante qui devrait être utilisée plus souvent par les médecins, nos grands gourous (encore un effet placebo dans nos relations à nos thérapeutes) !
    En effet le delta entre les résultats du groupe témoin qui a pris le principe actif et celui qui a pris de l’eau sucrée est parfois peu important. Pour beaucoup d’affections, la guérison se fait par les bienfaits de notre nature humaine (nos défenses en propre). Il y faut sans doute un peu plus de patience…
    Et nous consommons en excès des tas de médicaments dont on pourrait se passer ! La France est première du monde en cette pratique !
    Il faut aussi savoir que le principe actif pris dans ces cas à la place d’un placebo, si il garantit d’avoir statistiquement un peu plus d’efficacité (quelques %) dans la guérison, ne garantit pas d’être totalement inoffensif et sans effet secondaire que le placebo (eau sucrée). Il n’est pas sûr que le bilan soit donc linéairement favorable. Et il me paraît intéressant de mettre en oeuvre nos propres ressources le plus souvent possible. Ce qui a quand même l’avantage en bout du compte de s’écouter un peu plus, de mieux se connaître et d’éviter le déficit chronique de la sécu !
    Mais le remboursement de l’homéopathie, est une arnaque, et le coût ne devrait être à charge que de ceux qui veulent y faire recours !

  • Plusieurs questions se posent: L’homéopathie est-elle efficace sur les Végans.
    Y a t-il des Homéopathes, Homo ?
    La dilution d’un Placébo, augmente t-elle l’efficacité de l’absence de principe actif ?

  • Bien sûr que l’effet placebo est important. Mais la n’est pas la question. L’homéopathie n’a jamais montré sa supériorité face à un placebo. Mais ça fait du beurre aux médecins qui ont leur consultation plafonnée à 25 balles et qui se « spécialisent en sucrette » pour profiter du temps clinique pour faire de la psychothérapie de soutient, de l’hypnose etc…
    En médecine même les mauvais ont leur tunes garanties comme en politique. Le ponzi socialiste. La bonne soussoupe avec l’argent des autres. Garanti content du médecin, il est gentil tout plein, mais que ton cancer ne soit pas détecté ou que des pathologies gravent passent à l’as ça finit avec une palanquée de finromyalgiques qui sont soit des pathologies auto immunes/paranéoplasiques non détectées soit des syndromes de sevrage aux opiacés, anxiolytiques…
    Après on dit qu’on manque de médecins, lol. Trop servent à justifier le mal être social, les pb de couples, les bobos à 2 balles, etc…quel gaspillage de cerveaux…

  • Un article qui « en fait trop » : Quel le problème ? l’homéopathie ou le remboursement ?

    Si c’est le second, OK. Mais, à vouloir justifier par une efficacité « prouvée » ou « les milliers d’études et textes approuvés » la prise en charge commune, on rentre dans le domaine de la collectivisation pour le bien de tous, avec le risque que cela comporte.

    Quant à l’argument d’autorité (Coluche, quand même), sur la quantité qui ne vaut pas la qualité, je le trouve de plus en plus suspect. Une majorité, c’est une information. Et le fait qu’elle apprécie les « soins » homéopathiques peut être un symptôme de la qualité des soins avant d’être une démonstration de la réalité scientifique des prescriptions hahnemanniennes. Ce dont bien sûr, je doute.

  • Il me semble que l’un des facteurs de progrès en Occident a été la liberté intellectuelle qui permet de chercher la vérité sans entraves et d’utiliser la raison pour ce faire. Dans cette optique, une vérité doit être démontrée et elle l’est quand, à un moment donné, un consensus s’établit autour d’une démonstration… jusqu’à ce qu’éventuellement, cette vérité soit invalidée ou dépassée.
    Par contre, l’absence de démonstration suffit-elle à invalider une théorie dont l’efficacité pratique est la seule preuve? (si ce n’était pas le cas, cela fait longtemps que l’homéopathie n’aurait plus de clients, l’effet placebo a tout de même ses limites). Cela ne devrait-il pas plutôt inciter à continuer les recherches? L’Etat est-il le mieux placé pour décréter la vérité, lui qui a « déremboursé » des médicaments allopathiques dont l’efficacité était reconnue par patients, médecins et pharmaciens, pour des raisons économiques (ou autres…)? Quand on constate les conflits d’intérêts au plus haut niveau du ministère de la Santé, il est permis d’avoir quelques doutes…

    • S’il y a un consensus pour décréter qu’une « probabilité de présence d’une molécule » dans une pillule en fait un médicament actif … alors cela donne une idée de la valeur scientifique des consensus sur le climat …

  • @la petite bête : saviez-vous que le sucre est un antalgique et que cela est scientifiquement prouvé chez le rat et le nouveau né. Tout le monde a pu expérimenter que l’arnica hormeopathique agit sur les douleurs de son gosse, c’est l’effet sucre. De plus les placebos sont le plus souvent composés de sucre donc c’est identique.
    Pour plus d’infos
    https://insights.ovid.com/crossref?an=00006396-900000000-98778
    Quand à l’effet placebo en lui même c’est un processus neurobiologique complexe qui s’apparente à du conditionnement neurochimique…

  • @la petite bête : une otite guérit toute seule si le tympan se perce. Le sucre est une antalgique. Les antibiotiques ne guérissent pas les otites, ils réduisent le risque de contamination neuromeningée si le tympan ne se perçait pas. C’est comme les antibiotiques dans les angines, ça ne les guérit pas et ça ne raccourcit pas la durée de l’angine, ça évite juste les complications post streptococciques des angines lorsqu’elles sont bactérienne (une minorité des cas) le pb c’est que les patients se bourrent d’anti inflammatoire en pensant lutter contre la douleurs alors qu’il dépriment leur systèmes naturels de défense.
    Non l’homéopathie ne soigne pas les otites. C’est un antalgique pour l’enfant, un anxiolytique pour le parent et la surprise de voir qu’au bout de 48 heures l’oreille a coulé (donc l’otite est guérie). Il est normal de penser que c’est l’homéopathie, mais c’est scientifiquement une erreur de raisonnement.

    • Ce que vous dites ne correspond pas à mon expérience, pas même sur l’évolution naturelle que vous décrivez.

  • Les faits : j’ai bossé en réanimation et des gosses qui meurent ou finissent amputés suite à un purpura fulminans, sans compter les séquelles psychiques, sociales et économiques lorsqu’ils survivent, j’en ai vu. Je comprends que vous ayez votre expérience. J’ai la mienne. Continuez à ne pas vacciner vos gosses et à leur donner du sucre (remboursé par notre état nounou) ça passe tout seul la plupart du temps. Mais le révisionnisme scientifique que vous semblez pratiquer me fait peur.

    • Entre onze vaccins, dont certains pour des maladies bénignes ou que les enfants ne risquent pas d’attraper et pas de vaccins du tout, il y a peut-être un juste milieu, non?

      • Pour préciser ma pensée, parce que je vois bien que c’est difficile de dialoger quand le manichéisme médiatique a installé des oppositions irréductibles…
        Si mon médecin me dit que tel ou tel vaccin est indispensable, cela ne me pose pas de problème. Qu’une ministre décrète un calendrier vaccinal délirant avec chantage à l’appui, si.
        Que la question des adjuvants soit gommée du débat public est aussi un problème.
        Que le public ne soit pas informé d’effets secondaires graves (certes rares) dont a connaissance la population dans d’autres pays aussi.
        Quant à l’homéopathie, tous les médecins homéopathes que j’ai vus connaissaient les limites de leur exercice. Ils sont d’abord médecins.

        • Ne critiquez pas LA vaccination!

          L’Etat nounou a dit que c’était une Bonne Chose!

          Ici sur Contrepoints on doit répéter les dogmes!

    • Quel vaccin a une utilité démontrée?

      • La plupart des vaccins qui ne répondent pas au schéma classique avancé par les pros-vaccins. Schéma qui est la garantie collective de santé publique, le rempart contre les contagions et la fin des bactéries ou virus responsables.
        Tout le monde a en tête le succès de la variole, qui non seulement a sauvé des gens et éradiqué le virus.
        Dans la pratique, aujourd’hui, la plupart des vaccins utiles ne répondent pas à cette définition. Le tétanos n’est pas contagieux, la vaccination contre la polyo et la diphtérie n’empêche nullement la propagation puisque, même vacciné, on reste porteur sain.
        Ne parlons même pas de certains vaccins, comme celui des oreillons, qui ont un effet sournois dans la pratique : faire reculer l’âge moyen où on les attrape, pile au moment où c’est le plus dangereux (l’adolescence) !
        11 vaccins pour des jeunes enfants, c’est en effet du délire. Et les rendre obligatoire ne garantit rien de plus qu’une méfiance accrue des citoyens. Pour rappel, la moitié des pays européens se limitent à des recommandations, sans obligation, et les maladies ne prospèrent pas plus chez ceux-là…

  • « confond corrélation et causalité »

    Comme Contrepoints le fait toujours ainsi que 100% des vaccinalistes.

    Alors, qui est bidon?

  • « La dilution, consistant à diluer puis à agiter les préparations un certain nombre de fois, jusqu’à être à peu près certain que le produit final ne contiendra plus aucune goutte, voire aucune molécule, de la teinture mère »

    La critique d’une possible fake news exige précision, rigueur et honnêteté intellectuelle. Or cette affirmation est elle-même une (demi) fake news. Jusqu’à des dilutions de 10 CH, le produit contient encore des molécules de la teinture mère ! (Cf nombre d’Avogadro et tutti quanti). Or la plupart des granulés homéopathiques vendus sont du 5 CH.

    « « l’homéopathie aide les malades » (même si on ne sait toujours pas trop comment après avoir raclé les fonds de tiroir explicatifs et publié des études à la méthodologie douteuse) »
    Le plus probable est l’effet placebo. Effet qui s’avère tout aussi efficace dans les traitements des dépressions légères (vs placebo).

    L’homéopathie n’est probablement rien de plus qu’un effet placebo. Avec un sérieux avantage par rapport à l’allopathie : l’absence d’effet secondaire.

    Retour donc au point de départ mais sous une forme différente : la sécu doit-elle rembourser les placebos ?

    • Assurances privées avec option homéopathie, pourquoi pas ❓
      Pour soigner un cancer, une infection, comment dire … ❓

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La campagne de vaccination impérative visant à réduire la transmission du virus a un petit défaut, en sus d’avoir un peu piétiné droits et libertés de se déplacer, prendre un café, ou travailler : elle s’appuie sur des bases médicales très minces.

"Je me vaccine pour ne pas contaminer papy." "Les réfractaires sont des monstres, des bombes ambulantes, des fumiers, voire, pire, des anti-Science."

Tel est, depuis l'homologation des vaccins contre le Covid il y a treize mois, le message martelé dans la plupart des pays occidentaux, ... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

À l’aube de cette année 2022, les temps sont plus que jamais incertains. L’ambiance générale est morose, et le pays peine à retrouver ses repères mis à mal par une crise sanitaire qui n’en finit pas. Sur fond de désenchantement, pourtant, jamais les clivages suscités par les évènements et exprimés tant sur la scène publique que dans le domaine privé, ne l’ont été avec autant de violence sinon de haine.

Excès de toutes sortes voire même déraison ont envahi les lieux d’information, favorisant une dérive des esprits abreuvés quotidienneme... Poursuivre la lecture

Par Pieter Cleppe.

Selon François Balloux, épidémiologiste de renom qui a dirigé le premier projet de séquençage à grande échelle du génome du virus Sars-CoV2, "la pandémie a créé un marché de la morosité". Il se qualifie lui-même de fauteur d'espoir de covid, en raison de son point de vue plutôt détaché sur le plan émotionnel à l'égard de la maladie, alors qu'il se décrit lui-même comme ayant "une vision profondément pessimiste et cynique de la vie".

Il ajoute ainsi :

"Je ne filtre pas mes opinions les plus négatives pou... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles