Contraindre les familles à avoir moins d’enfants : « Handmaid’s Tale » à l’envers

Les mesures tyranniques de contrôle de la population sont non seulement répugnantes, mais aussi insensées. La série « Handmaid’s Tale » à l’envers. Pour des motifs politiques.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Contraindre les familles à avoir moins d’enfants : « Handmaid’s Tale » à l’envers

Publié le 18 juin 2019
- A +

Par Chelsea Follett, depuis les États-Unis.
Un article du Cato Institute

Cette semaine, les téléspectateurs auront de nouveau la chance de s’immerger dans la dystopie créée par Margaret Atwood : The Handmaid’s Tale – La Servante écarlate. La série, adaptée du roman qui raconte un État obligeant les femmes à avoir des enfants pour renverser le déclin démographique, a trouvé un écho dans le monde entier.

Cependant, le conte inversé — contraindre les familles à avoir moins d’enfants — devrait susciter autant d’indignation. Surtout lorsque cette contrainte est justifiée par des peurs sans fondement.

Paul Ehrlich, biologiste à l’Université de Stanford, joue sur ces peurs. Ses avertissements apocalyptiques, qui ont débuté il y a près de 50 ans, persistent malgré des décennies de preuves qui lui donnent tort. Tout récemment, M. Ehrlich a déclaré que l’effondrement de la civilisation est une « quasi-certitude » dans les décennies à venir.

« La plupart des gens qui vont mourir dans le plus grand cataclysme de l’histoire de l’Homme sont déjà nés », a-t-il averti en 1969. Puis :

« Dans les 15 prochaines années, la fin viendra. Et par la fin, j’entends un effondrement total de la capacité de la planète à soutenir l’humanité. »

Malheureusement, nombreux sont ceux qui le croient encore.

Son best-seller de 1968, The Population Bomb, a provoqué une panique mondiale en affirmant que la croissance incontrôlée de la population épuiserait les ressources naturelles et provoquerait une famine généralisée. La prophétie d’Ehrlich a entraîné des violations des droits humains dans le monde entier : des millions de stérilisations forcées au Mexique, en Bolivie, au Pérou, en Indonésie, au Bangladesh et en Inde, ainsi que la politique draconienne de la Chine en faveur d’un enfant unique. En 1975, les autorités ont stérilisé 8 millions d’hommes et de femmes en Inde seulement. L’ampleur de ce cauchemar autoritaire est difficile à imaginer.

Pour mettre cela en perspective, l’Allemagne d’Hitler a stérilisé entre 300 000 et 400 000 personnes. En d’autres termes, les craintes non fondées d’Ehrlich ont motivé bien plus de stérilisations contraintes que l’idéologie nazie.

De tels abus ne se limitent pas aux décennies passées : en 2012, la Cour suprême de l’Inde a conclu que « des objectifs irréalistes ont été fixés pour les procédures de stérilisation, avec pour résultat des stérilisations forcées et non consensuelles ».

Chez nous, de nombreux écologistes américains éminents — du bioéthicien Travis Rieder de l’Université Johns Hopkins à l’animateur Bill Nye de « The Science Guy » — soutiennent les pénalités fiscales ou autres punitions imposées par l’État aux parents ayant trop d’enfants.

Sarah Conly, du Bowdoin College, a publié un livre en 2016 via l’Oxford University Press, qui préconise une politique d’enfant unique, affirmant qu’il est « moralement acceptable » que l’État limite la taille des familles par la force.

Leurs points de vue sont effrayants.

Contraindre les individus à avoir moins d’enfants entraîne des souffrances inutiles. Alors que le taux de fécondité de la Chine a chuté sous la politique de l’enfant unique, les taux de fécondité ont baissé tout aussi rapidement dans les pays voisins et sans lois despotiques. Il est maintenant bien documenté qu’à mesure que les pays s’enrichissent et que leur population échappent à la pauvreté, les  individus optent pour des familles plus petites — un phénomène appelé la transition démographique.

Il est presque improbable qu’un pays maintienne un taux de fécondité élevé après avoir dépassé un revenu annuel d’environ 5 000 dollars par personne.

Beaucoup sont ceux, comme le magnat Elon Musk, qui craignent maintenant que le monde n’ait pas assez d’enfants plutôt que trop, ce qui fait écho à la situation évoquée dans la dystopie de Margaret Atwood. Les démographes estiment en effet que la population diminuera à long terme, après avoir atteint un sommet vers 2070.

Les preuves ne sont pas du côté des alarmistes de la surpopulation. Les prophètes apocalyptiques ne tiennent pas compte de la transition démographique. Plus important encore, ils ne comprennent pas que davantage de population peut signifier davantage de prospérité.

Comme l’a noté l’économiste Julian Simon, « quel que soit le taux de croissance de la population, l’offre alimentaire augmente historiquement au moins aussi vite, sinon plus vite. »

Depuis qu’Ehrlich a commencé à prêcher sur l’Armageddon causé par la surpopulation, le nombre de personnes sur la planète a plus que doublé. Pourtant, chaque année, le nombre de décès dus à la famine a diminué de plusieurs millions.

Les famines récentes sont causées par la guerre et non par l’épuisement des ressources naturelles. Avec l’augmentation de la production, les prix ont chuté et les apports caloriques ont augmenté. La faim recule. L’ingéniosité humaine s’est avérée être la « ressource ultime », comme le disait Simon.

Les mesures tyranniques de contrôle de la population sont non seulement répugnantes, mais aussi insensées. Alors, pendant que vous regardez la saison 3, n’oubliez pas que The Handmaid’s Tale inversé est tout aussi horrible, et que certains essaient d’en faire une réalité.

Traduction pour Contrepoints par Aurélien Chartier de A Reverse ‘Handmaid’s Tale’ Is Just as Horrifying — Get the Facts Straight on Population Growth.

Voir les commentaires (46)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (46)
  • un problème est que des scientifiques le croient..et un autre est que les gens pensent que l’avis des scientifiques c’est de la « science ».
    toutefois , cette opinion n’aurait sans doute pas autant d’echos dans le public sans une représentation biaisée du monde.
    d’autres idées ses ont imposées comme vérités..ainsi le déclin du nombre d’animaux vivant est en soi une mauvaise nouvelle pour l »humanité…ce qui est assez curieux puisqu’à l’évidence un humain de plus c’est toute chose égale par ailleurs moins de place pour les autres animaux..
    ceux qui veulent imposer cette idée ont aussi la haine de l’homme…

    le déclin des animaux sauvages non corrigé du nombre d’humain de leur niveau de vie et du nombre d’animaux domestique n’a pas de sens en terme de respect de l’environnement…

    mais il faudrait préciser un peu les choses, si ces gens pensaient vraiment que les humains sont trop nombreux, ils devraient en tirer les conséquences et montrer l’exemple..
    on ne peut pas s’empêcher de penser que derrière cela il y a l’idée que ce sont certaines personnes qui pulluleraient..

    il n’y a rien de pire qu’n protecteur de la nature et de l’environnement…avoir imposé l’idée que protéger l’environnement est nécessaire est une folie.. et comprenez bien mon radotage, je ne parle pas de moins impacter l’environnement, de choisir de faire les choses d’une façon différente…
    « protéger l’environnement » c’est nier l’humanité…d’ailleurs ceux qui me citent des exemple de protection de l’environnement se trompent, il ne s’agit pas de protection de l’environnement , il s’agit bien de le dégrader autrement..d’une façon moins visible ou plus acceptable selon les critères du moment.

    nous avons réintroduit des loups et cela au yeux des protecteurs de l’environnement est une bonne chose. qui peut croire qu’à part au point de vue sentimental la disparition des loups de France avait conduit à une catastrophe????

  • Le gouvernement doit faire des économies: On prépare ainsi la suppression des allocations familiales…

    • C’est certainement le meilleur moyen pour faire baisser le nombre d’enfants par famille !

      • oui, c’est ça : faisons baisser le nombre d’enfants des familles françaises et faisons venir en france des ingénieurs syriens pour payer les retraites des vieux… comment suicider une nation…

        • @jabo
          Bonjour,
          « faisons baisser le nombre d’enfants des familles françaises et faisons venir en france des ingénieurs syriens pour payer les retraites des vieux… comment suicider une nation… »
          La Nation ne se suicidera pas : elle est mise à mort, en ce moment, par de nombreux facteurs autres que l’immigration.
          La France n’a pas besoin d’ingénieurs syriens, ni chinois, ni autre. Elle clame en avoir besoin parce qu’elle est sciemment handicapée par des parasites.
          Comme vous les faites remarquer, à votre insu à priori, le système des retraites est une aberration : c’est le système qu’il faut changer, pas ceux qui payent. Votre remarque consiste à changer le Peuple.

      • c’est déjà le cas, grâce aux réformettes d’Hollande sur le sujet.

  • « …La prophétie d’Ehrlich a entraîné des violations des droits humains dans le monde entier : des millions de stérilisations forcées au Mexique, en Bolivie, au Pérou, en Indonésie, au Bangladesh et en Inde, ainsi que la politique draconienne de la Chine en faveur d’un enfant unique. En 1975, les autorités ont stérilisé 8 millions d’hommes et de femmes en Inde seulement. … »

    Ehrlich vous répondra que sans cela, ses prophéties se seraient réalisées et que donc il a bien fait d’alarmer le monde afin que les Etats fassent le nécessaire. C’est comme pour moi. Chez moi, j’ai mis un piège à martiens. Résultat : je n’ai jamais eu de problème avec eux.

  • Répugnant en effet, écho des théories eugénistes d’il y a un siècle…
    Car le but est toujours le même: empêcher que certaines populations se reproduisent.

    • Soyons plutôt raisonnables et réalistes. Plutôt que de faire un commentaire à votre intervention, qui serait jugée « nauséabonde », je vous propose un extrait d’un article publié ce jour même dans Le Figaro.fr : « La population mondiale devrait atteindre 9,7 milliards de personnes en 2050 contre 7,7 milliards aujourd’hui, avec un doublement des habitants de l’Afrique subsaharienne, selon un rapport de l’ONU publié lundi 17 juin … Composante majeure de l’évolution de la population dans certains pays, un afflux de migrants devrait être constaté cette décennie au Belarus, en Estonie, Allemagne, Hongrie, Italie, au Japon, en Russie, Serbie et Ukraine, contribuant à compenser les pertes de population causées par un excès de décès par rapport aux naissances … L’indice de fécondité global, qui a baissé de 3,2 naissances par femme en 1990 à 2,5 en 2019, devrait encore diminuer pour s’établir à 2,2 en 2050. Ce dernier taux approche du niveau de fécondité de 2,1 naissances par femme qui est nécessaire pour assurer le remplacement des générations et éviter le déclin de la population à long terme en l’absence d’immigration, indique le communiqué de l’ONU » (source : le Figaro du 18/06/2019 avec AFP).

  • Une méthode efficace pour diminuer la reproduction serait de libérer massivement des perturbateurs endocriniens. Cependant, il semble que la plupart de ceux contre la population sont aussi contre ces perturbateurs.
    J’en conclus qu’il sont contre la reproduction, mais pas de façon aléatoire, pas la leur en particulier. Et ça c’est vieux comme le monde. J’imagine qu’en Inde le programme de stérilisation ne concerne que peu la caste dirigeante…

    • Ruffin veut que ses enfants grandissent avec des hirondelles. Outre le fait que c’est dégueulasse, ça veut dire qu’il ne respecte pas la politique de l’enfant unique.

    • @delor974
      Bonjour,
      Pourquoi importer des migrants dans des pays qui se stabilisent démographiquement, sans qu’on le leur ait demandé ?

      Comme indiqué dans l’article :
      « Il est presque improbable qu’un pays maintienne un taux de fécondité élevé après avoir dépassé un revenu annuel d’environ 5000 dollars par personne. »
      Laissons plutôt l’Afrique s’enrichir, et les africains stabiliserons sans contrainte leur population.

  • Je suis pour la régulation du nombre des naissances. La démographie croît de manière exponentielle et sans être pour autant accusé d’être un « suppôt de Satan », il n’est pas nécessaire d’être un grand clerc pour comprendre qu’il faudra bientôt (dans quelques décennies seulement) que cela ralentisse. Certes la science permet de produire plus de biens de consommation, en particulier de la nourriture pour les humains, mais si « certains » (les mêmes que ceux qui n’honorent pas leur promesse de dons pour reconstruire et restaurer Notre Dame de Paris) poussent à la sur-consommation, ce sont les mêmes qui poussent à la reproduction sans limite des sur-consommateurs. Ce n’est pas un cercle vertueux, mais un énorme cercle vicieux initié et entretenu par eux et eux seulement. Tout cela a des relents nauséabonds de « l’exploitation de l’homme par l’homme ». Cela dit, je ne comprends pas la stratégie politique démographique de nos gouvernements français successifs depuis quelques décennies. Il y a de cela une soixantaine d’années (un peu plus peut-être), ils ont institué les allocations familiales pour inciter les français à « faire des enfants ». Sur d’autres parties du territoire français, bien au contraire ils ont institué le « planning familial » pour pousser à la limitation des naissances. Sous le président Hollande, on a drastiquement réduit les allocations familiales. On aurait cru que c’était pour le bien des français, mais c’était une belle opération comptable + une forme de « planning familial » déguisé. Dans le même temps aujourd’hui, on continue la même stratégie mais d’un côté on favorise la PMA pour (je laisse à chacun le soin d’imaginer le « pourquoi »…) de l’autre on laisse entrer en masse des migrants censés apporter de la main-d’oeuvre qui non seulement comblera, dit-on, le déficit démographique des Françaismais, de plus, paiera, dit-on, des cotisations vieillesse pour pallier aux insuffisances de la main-d’oeuvre autochtone en la matière. Je ne parle même pas de la PMA et de la GPA qui entreront bientôt dans l’arsenal législatif de la France. Et si, pour une fois, « les yeux dans les yeux », ces enfumeurs et saltimbanques professionnels expliquent « en vérité » aux Français où ils vont, où ils emmènent la France !

    • On vient de vous dire que la population commencera à baisser vers 2070. Je ne vois pas la raison pour laquelle vous êtes pour la régulation, puisque vous n’êtes pas concerné elle ne vous gêne en rien! Personne ne vous oblige à avoir des enfants.

      • Sachez, Monsieur, que je n’ai pas les yeux fixés sur mon nombril. Tout ce qui touche à la planète et à l’humanité m’intéresse et m’interpelle. Ce que font actuellement les gouvernants, la finance, les banques et les étrangers, qui ont des répercussions maintenant ou en aurons dans le futur (proche ou plus lointain) m’intéresse et m’interpelle. Cela s’appelle avoir un « esprit citoyen ». Au lieu de passer votre temps à regarder des séries de téléréalité pour sortir en suites inepties, vous devriez vous pencher sur le sort de votre pays et de celui de sa population d’aujourd’hui et de demain. Si personne ne m’oblige à avoir des enfants, personne ne peut non plus m’interdire d’en avoir. Cela s’appelle aussi « liberté », ne vous en déplaise. Le cas échéant, retournez à vos études et à votre « liberté » et n’essayez surtout pas de restreindre celle de votre voisin. Si vous vous foutez du sort de votre pays et de vos compatriotes, vous pouvez toujours vous réfugiez dans un monastère et méditer sur vous même et sur le sens de la vie. Seriez-vous capable de faire cela, au moins ?

        • il vient de mettre le doigt sur la votre d’ineptie …il y a les vidéo de hans rosling que je vous conseille .. en gros les gens se gourent dans les grandes largeurs et en noircissant du le sort du monde..

          et j’ignorais que les série de téléréalité abordaient la démographie…

        • @delor974
          Bonjour,
          « Cela s’appelle aussi « liberté », ne vous en déplaise. Le cas échéant, retournez à vos études et à votre « liberté » et n’essayez surtout pas de restreindre celle de votre voisin. »
          Dixit celui qui dit 5 heures plus tôt :
          « Je suis pour la régulation du nombre des naissances. »
          On dirait bien que la liberté de votre voisin, vous n’en ayez cure.

    • votre présupposé est faux : la population ne croît pas de manière exponentielle. En tout cas, elle ne croît plus de cette manière, la croissance commence à s’infléchir.
      Lisez l’article, il y a dedans un lien vers un article de Wikipédia qui explique ça très bien.
      Partant de ça, tout ce qui suit de votre prose est nul et non avenu.

      • A ma connaissance, il n’y a pas de croissance exponentielle dans les sciences humaines, il n’y a que des courbes en « S » qui n’ont pas encore atteint le point d’inflexion.

  • Meme si on peut trouver legitement repugnant la politique chinoise de l enfant unique avec avortement force et sanction pour qui avait plus de 1 enfant, il faut bien reconnaitre que la natalite exuberante est un Probleme serieux

    On est passe en 100 ans de 1.5 millard at 7 millards d humain. Meme si on assume que le genie humain va permettre de nourrir 49 millards de personnes (on multiplie encore par 7) dans 100 ans, on va avoir de serieux Probleme de place. Qui a envie de vivre les uns sur les autre comme au Bengladesh ?

    D ailleurs l auteur oublie un Detail: avec une population en augmentation necessite d enorme ressource pour la soigner et l eduquer. Ce qui est pas compatible avec le developpement d un pays. A part si on souhaite envahir le voisin (donc beaucoup de soldats) une population nombreuse ne sert a rien

    PS: la natalite a bien plus chute en chine avec une politique coercitive que dans tout autre pays comparable

    • D’où sortez vous ces 49 milliards? Vous délirez. Les études démographiques prévoient 10 millards d’habitants vers 2050, puis une décroissance de la population mondiale.

      • Si on est 10 milliards et qu’il y a de la bouffe pour 49, on va tous finir obèses.

      • en 100 ans on est passe de 1 a 7 . donc dans 100 ans on pourrait en theorie passer a 7*7 =49 millards

        Evidement ca ne se passera pas ainsi et il y aura forcement une regulation (soit comme au bon vieux temps : guerre/famine/epidemie) soit par une baisse de la natalite voulue par les générations en age de procreer

        PS: les gens en age de procreer apres 2050 ne sont pas encore nes, comment pouvez vous savoir combien d enfants ils vont faire ? projeter les tendances actuelles est une erreur.on aurait jamais prevu le baby boom apres 45 en projetant les taux de natalite des annes 20/30

        • Commencez par lire ceci : https://fr.wikipedia.org/wiki/Transition_d%C3%A9mographique (lien dans l’article).
          Pour info, ce n’est pas quelque chose de planifié, de pensé, de voulu (hors Chine, où ça a été forcé d’une manière assez terrible). C’est un phénomène naturel, qui jusqu’à présent s’est produit dans chaque pays du monde au fur et à mesure que ce pays sortait de la misère (concrètement, quand la mortalité infantile baissait, rendant inutile le fait de faire beaucoup d’enfants pour espérer en voir un survivre).

        • Extrait de l’article : « Il est maintenant bien documenté qu’à mesure que les pays s’enrichissent et que leur population échappent à la pauvreté, les individus optent pour des familles plus petites — un phénomène appelé la transition démographique. »
          Remontez le lire dans l’article, vous aurez un lien pour plus d’explications.

          • en General on fait en effet moins d enfant si on est moins pauvre (mais ca marche pas partout. par ex en afrique noire).
            Mais moins d enfant ne veut pas dire moins de population car si vous etes moins pauvre, vos enfants et vous meme avez plus de chance de vivre plus longtemps (baisse de la mortalite infantile, plus de mort de faim ou de maladie infectieuses et votre mailleur Etat General vous permet de vivre plus vieux. il suffit de regarder l ex de la France. En 1950 a 70 on etait en General mort, en 2019 un retraite de 70 est souvent en pleine possetion de ses moyens et va mourir vers 90 ans ..)

        • « on aurait jamais prevu le baby boom apres 45 en projetant les taux de natalite des annes 20/30 »

          Phrase qui démontre le contraire de votre affirmation précédente, comme quoi la guerre permettrait de réguler la natalité. Il faut toujours attendre la fin de l’histoire avant de conclure.

    • A 49 milliards d’habitants, on peut largement se répartir sur Terre comme aux Pays-Bas (que les gens ne fuient pas en masse) et on a une densité de moitié du Bengladesh.
      Et puis vivre les uns sur les autres, ça dépend qui est au-dessus ou en dessous, ça peut être agréable. Je dis ça je dis rien…

    • « Meme si on peut trouver legitement repugnant la politique chinoise de l enfant unique avec avortement force et sanction pour qui avait plus de 1 enfant, il faut bien reconnaitre que la natalite exuberante est un Probleme serieux »

      ce qui sous entend pas si répugnant que ça… ben si….

      et qu’un pays communiste planifie un enfant par couple en dit long sur l’économie en pays communiste..

      • au fait si la natalité » exubérante est un problème pour vous comment proposez vous de le solutionner???

        • education, suppression des allocation familiale, au contraire prime si vous n avez pas d enfant. HLM uniquement studio et F1. Si vous voulez avoir des enfants, il vous faut vous loger dans le prive au prix fort.
          Pour faire un peu de provocation, j ajouterai promotion de l homosexualite (provoc, je pense que personne ne va virer de bord apres avoir vu une pub)

          En aucun cas des mesure coercitives comme en chine

  • si dans certains pays il y a baisse de la natalité , je peux vous garantir que dans d’autres pays ce n’est pas le cas ; les femmes , voire les jeunes filles mettent au monde à tour de bras ; ce qui me dérange , c’est qu’il y a 600 millions d’enfants qui ne mange pas à leur faim ; faire des gosses dans ce cas là , j’appelle ça de la future maltraitance ;

    • 600 millions aujourd’hui. Combien en 1980 ? Pour quelle population totale ? Et pourquoi ces 600 millions aujourd’hui ? Un indice (pris dans l’article, il faudrait lire quand-même…) :
      « Les famines récentes sont causées par la guerre et non par l’épuisement des ressources naturelles. Avec l’augmentation de la production, les prix ont chuté et les apports caloriques ont augmenté. La faim recule. L’ingéniosité humaine s’est avérée être la « ressource ultime », comme le disait Simon. »

  • Le caractère naturel des ressources n’existe pas en pratique, ou seulement de manière marginale. Rien que le fait de devoir transporter les ressources les rend artificielles : le transport est en soi une transformation. La nature est naturellement inhospitalière et c’est parce que l’homme la soumet et la transforme à sa convenance que des ressources apparaissent. Ces ressources sont artificielles et n’existaient avant intervention de l’homme.

    Il importe de cesser d’employer l’expression « ressource naturelle » qui n’a pas de sens économique et de la disqualifier systématiquement lorsqu’on l’entend dans une discussion, dans un exposé, dans une théorie. Une théorie fondée sur le concept de ressources naturelles est fausse de ce fait.

    La ressource, c’est l’intelligence humaine. Certes, chez certains, la ressource est cruellement limitée. Mais collectivement, elle est illimité. L’humanité ne manquera jamais de ressources tant qu’elle sera au travail. C’est d’ailleurs ce qui explique pourquoi, à mesure que l’humanité devient plus nombreuse, elle dispose de plus de ressources.

    • Et oui en Afrique la corvée de l’eau, du bois, transporté sur la tête des femmes pendant que les hommes sont sous l’arbre à palabre.
      Les cueilleurs chasseurs ne vivent que de ressources naturelles mais ils ne restent pas devant leur maison à attendre que leur repas leur tombe tout prêt dans le bec.

  • On constate qu’Ehrlich refuse de donner l’exemple en se suicidant, car des gens comme lui sont dangereux pour l’humanité puisqu’ils ont influencé Hitler!

  • Toute interférence avec la liberté est répugnante. Mais la liberté c’est aussi assumer les conséquences de ses actes.
    Donc avoir autant d’enfants qu’on le souhaite… mais les assumer financièrement soi même et ne pas les « imposer » aux autres, que ce soit les autres de son propre pays ou les autres d’ailleurs. C’est donc supprimer les « aides sociales » et admettre sans broncher les famines, guerres et autres trucs désagréables ailleurs dans le monde.
    Comme peu ont le courage de la responsabilité, la liberté (l’autre face de la même pièce) part en lambeaux. Puisqu’on veut des aides sociales et empêcher guerres, famines, épidémies, racisme et autre, on doit logiquement réguler la reproduction, la santé, la vie quotidienne, on doit également taxer massivement.

    Difficile d’avoir l’un sans l’autre, sinon ça explose (un peu comme immigration libre, aides sociales et anti-racisme ne peuvent pas vraiment aller ensemble sans conséquences néfastes).

  • Dans une pure perspective libérale, les allocations familiales n’ont pas lieu d’être.

    • oui. mais il ne faut pas voir que cela.
      dans une perspective libérale, les allocations familiales et le système de retraites n’ont pas lieu d’être. payons le salaire complet au travailleur, et il n’aura pas besoin des allocations familiales pour avoir des enfants. ensuite, ayant eu des enfants, il n’aura pas besoin de retraite servie par l’état ou par les filiales de celui ci.

    • Effectivement, mais alors les cotisations non plus. Aucune.

      • Parce que j’entends qu’on va réduire les alloc chômage versées aux cadres, mais pas qu’on va réduire leurs cotisations, alors même qu’actuellement déjà ils cotisent largement plus qu’ils n’utilisent.

  • « Les mesures tyranniques de contrôle de la population sont non seulement répugnantes, mais aussi insensées. »
    « contraindre les familles à avoir moins d’enfants »
    … ou comment mettre en place un génocide.

    Définition du génocide dans la Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide, article 2 :
    « Dans la présente Convention, le génocide s’entend de l’un quelconque des actes ci-après commis dans l’intention de détruire, en tout ou en partie, un groupe national, ethnique, racial ou religieux, comme tel :

    a) Meurtre de membres du groupe ;
    b) Atteinte grave à l’intégrité physique ou mentale de membres du groupe ;
    c) Soumission intentionnelle du groupe à des conditions d’existence devant entraîner sa destruction physique totale ou partielle ;
    d) Mesures visant à entraver les naissances au sein du groupe ;
    e) Transfert forcé d’enfants du groupe à un autre groupe. »

    Contrôles/régulations des naissances et autres contraintes, voire stérilisations forcées, relèvent du point d). Chaque point constitue un génocide.

  • Personne ne contraint les femmes à avoir moins d’enfants! Il se trouve que, dans les pays dits développés, il est rare d’avoir plus de deux enfants, parfois trois, ce qui permet à la femme d’exercer une activité après avoir fait des études et ainsi contribuer financièrement aussi à l’éducation des enfants, chose impossible si elle en a sept ou huit ou plus, comme c’était le cas dans le passé! La régulation se fait sans contrainte de l’Etat, heureusement. Il semblerait aussi que le développement des robots ne favorise pas des naissances trop nombreuses. Pourquoi avoir des enfants s’ils n’ont aucun avenir digne de ce nom? Pourquoi vouloir un renouvellement des populations si c’est pour ne leur offrir que la misère? Et pourquoi favoriser les immigrations si c’est pour laisser des personnes à la rue et complètement démunis? « The Handmaid’s Tale » démontre justement la folie de cette procréation forcenée, et ce n’est pas un conte à l’envers mais un vrai sujet de réflexion.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Johan Rivalland.

Cette réédition est celle d’un recueil relatant une série d’entretiens accordés par le médiéviste Georges Duby à Michel Faure et François Clauss pour L’Express et Europe 1 en 1994.

Le sujet est les peurs du Moyen-Âge, en écho à celles qui sont toujours présentes au sein de nos sociétés contemporaines ; à savoir peur de la misère, de l’autre, des épidémies, de la violence et de l’au-delà. Avec, entre autres, un parallèle dressé entre les peurs de l’an 1000 et celles de l’an 2000.

L’intérêt de l’histoire <... Poursuivre la lecture

Par Pierre-Guy Veer, depuis le Canada.

La France, pays qui taxe largement au-dessus de la moyenne de la zone euro, vient de trouver une autre idée pour dépenser l’argent des autres. La députée Nathalie Elimas remettra sous peu un rapport contenant une quarantaine de propositions pour moderniser la politique familiale actuelle. Selon son propre aveu, ces politiques plus généreuses (congé de paternité étendu, allocations familiales dès le premier enfant) visent principalement à augmenter le pouvoir d’achat des familles.

Mais si te... Poursuivre la lecture

Par Richard Tren, depuis l'Afrique du Sud.

Le Daily Telegraph a récemment publié un long article sur « Target Malaria », un nouveau projet visant à utiliser la technologie "gene drive", développée par des scientifiques de l'Imperial College de Londres, pour lutter contre le paludisme. Les scientifiques espèrent qu'en libérant des moustiques génétiquement modifiés dans la nature, ils pourront empêcher les insectes de se reproduire et réduire leur nombre. Une baisse du nombre de moustiques réduit la probabilité qu'ils propagent des malad... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles