Peut-on considérer l’information comme un bien public ?

Le Président Macron semble avoir une bien curieuse idée de la nature de l’information et de la manière dont elle doit être contrôlée. Lorsque le « Ministère de la Vérité » menace de passer de la fiction à la réalité.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Reading the newspaper By: Pedro Ribeiro Simões - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Peut-on considérer l’information comme un bien public ?

Publié le 7 février 2019
- A +

Par Johan Rivalland.

Devant un petit comité de journalistes qui en sont restés pantois, notre président a tenu très récemment des propos bien étranges. Devisant sur l’un des grands sujets du moment – la nature de l’information, le caractère de plus en plus relatif de ses sources et la qualité de celles-ci, dont les fameuses fake news — il a qualifié l’information de bien public. Mais il est surtout ensuite allé bien plus loin…

L’information, un bien public ?

Là où on peut, à juste titre, mesurer l’importance de la qualité de l’information, du rôle éthique qui doit être celui des journalistes, et des conséquences que peut avoir la circulation étendue d’informations fausses, on peut s’interroger sur l’idée d’information comme bien public.

Doit-on considérer par là que l’information est un bien dont l’accès est libre et sans restriction (comme la respiration de l’air, l’absorption de quelques gorgées d’eau d’un ruisseau, la fréquentation d’un lieu de promenade ouvert à tous) ? Ou entend-on par là un accès en échange par exemple d’une redevance ou du paiement d’une somme d’argent (comme pour une chaîne publique ou un journal en kiosque) ?

Qu’il y ait paiement ou non, l’idée est a priori que l’on pense à un bien en théorie accessible à tous. Si tel est bien le cas, on peut alors se demander comment doit être géré un bien qui est accessible à tous, mais dont la nature particulière fait que de nombreux risques de désordre existent à partir du moment où la recherche de vérités ou, tout au moins, d’informations fiables, devient difficile et est susceptible d’avoir une incidence vive sur les comportements.

Un problème qui n’est pas nouveau

On sait que la circulation de l’information est une chose délicate et non exempte de manipulations en tous genres (mensonges, propagande, déformation de la réalité, amplification de phénomènes, etc.). Tout au long de l’histoire de l’humanité, des individus, des États, des puissances, en ont usé et abusé avec des intentions pas toujours très saines. Ainsi que l’avait, par exemple, étudié Vladimir Volkoff à travers sa Petite histoire de la désinformation. Il y évoquait d’ailleurs l’action sur « l’opinion publique », ce qui pourrait nous rapprocher de notre questionnement sur l’idée de bien public.

D’autres auteurs – et non des moindres – ont également établi le constat d’une situation paradoxale où l’information n’a jamais été aussi abondante et accessible, et où pourtant les convictions irrationnelles n’ont pour ainsi dire jamais été aussi fortes. C’est le cas de Jean-François Revel dans son ouvrage bien nommé La connaissance inutile, où il posait la question suivante :

Comment expliquer la rareté de l’information exacte dans les sociétés libres, d’où ont disparu en grande partie les obstacles matériels à sa diffusion, si bien que les hommes peuvent aisément la connaître s’ils en sont curieux ou simplement s’ils ne la repoussent pas ?

Or, il est un fait que l’hostilité, voire le rejet, de la connaissance peut aller jusqu’à susciter des polémiques étonnantes et des attaques haineuses à l’encontre de certains auteurs, ou même dériver jusqu’à des comportements de type schizophréniques ou régressifs au-delà de ce qu’on pourrait imaginer.

Un danger pour la démocratie ?

L’enjeu est également démocratique puisque – et c’est l’un des grands sujets d’actualité – on sait que les théories du complot ont tendance à pulluler, amplifiées par l’effet internet et la puissance de diffusion des réseaux sociaux. À tel point que Gérald Bronner a, à travers ses nombreux ouvrages, disséqué les ressorts et mécanismes de la fausse information, pouvant conduire à ce qu’il a appelé La démocratie des crédules. Il y présente la puissance des mythes et leur influence forte sur les comportements humains, parfois collectifs :

En effet, ces mythes sont fondés sur un effet de dévoilement très satisfaisant pour l’esprit, un sentiment proche de ce que nous ressentons lorsque nous découvrons la solution d’une énigme (…) Par ailleurs, celui qui fait sien le mythe du complot a le sentiment d’en savoir davantage que le quidam et d’être donc moins naïf que lui. De là, il n’est pas toujours aisé de le convaincre de l’inanité de ses arguments, car il voit vite son interlocuteur comme le médiateur d’une doctrine officielle qu’il entend combattre.

Et c’est bien là qu’intervient la discussion d’Emmanuel Macron avec les journalistes qu’il recevait. Comment éviter que l’on se trouve – de plus en plus – dans des dérives telles que la parole de monsieur Tout le monde acquiert le même poids que celle de journalistes, d’experts, de scientifiques, de spécialistes de certaines questions ?

Une problématique que posaient déjà en quelque sorte, parfois maladroitement – donnant lieu à diverses interprétations — Pierre Cahuc et André Zylberberg, à travers leur ouvrage Le négationnisme économique. Reposant sur trois piliers – l’ethos, le pathos et le logos – les auteurs déploraient le manque d’équilibre entre les types d’invités sur les plateaux d’émissions de débats, aboutissant à une surenchère médiatique dans le registre de l’émotion, du spectacle et des arguments fallacieux, les chaînes organisant ces débats recherchant, bien entendu, un certain niveau d’audimat.

Quand ce n’est pas un autre cirque médiatique qui est organisé pour le plus grand plaisir de spectateurs et sous couvert de Grand débat, comme on l’observe également depuis quelques temps. Reconnaissons à notre président la légitime préoccupation qui consiste à se poser, dans ces conditions, la question de la validité de l’information telle qu’elle a de plus en plus tendance à circuler. Surtout lorsque, comme l’écrivait Jean-François Revel, les mécanismes en œuvre sont particulièrement complexes :

L’obstacle à l’objectivité de l’information, en démocratie, n’est plus ou très peu la censure, ce sont les préjugés, la partialité, les haines entre partis politiques et familles intellectuelles, qui altèrent et adultèrent les jugements et même les simples constatations. Plus encore parfois que la conviction, c’est la crainte du qu’en-dira-t-on idéologique qui tyrannise et qui bride la liberté d’expression. Ce qui paralyse le plus, quand la censure a cessé d’exister, c’est le tabou.

Doit-on réinstaurer la censure ?

À propos de censure, est-il bien certain qu’elle ait disparu ? Et n’assiste-t-on pas, au contraire, à une tentation de sa résurgence ? Et c’est là que cet article veut en venir.

Car notre président, face aux journalistes, partant de l’idée que l’information est un bien public (même lorsqu’elle provient d’entreprises privées), estime du rôle de l’État d’en assurer la neutralité. Oui… vous avez bien lu ! Et donc, afin de s’en assurer, propose… de financer des structures qui seraient chargées d’y veiller. Des journalistes – sortes de gardiens du temple – seraient alors subventionnés (fonctionnarisés ?), avec pour rôle impérieux de contrôler la validité de l’information. On a peine à y croire.

Un ministère de la Vérité ?

Et c’est là que le journaliste de l’hebdomadaire Le Point dont l’article est en référence dans le premier lien tout en haut de cette page, a la bonne idée de se référer à Georges Orwell et son 1984. On est en pleine fiction : irait-on jusqu’à créer une sorte de ministère de la Vérité ? En vertu de quoi l’État se mettrait-il à contrôler l’une des libertés les plus précieuses de l’être humain, la liberté d’expression ?

Mais voilà… Comme le remarque à juste titre Nicolas Lecaussin dans un article sur la loi contre les fake news :

En quoi les avantages accordés par l’État seraient-ils moins dangereux pour la fiabilité de l’information que les rémunérations données par des tiers ?

Tout en relevant qu’un certain nombre de journaux sont déjà subventionnés et bénéficient d’avantages fiscaux… Jusqu’à faire croire en la défense de ce qui se présente bien plutôt comme un faux pluralisme.

Les journalistes (d’État) au-dessus de tout soupçon ?

En quoi les journalistes subventionnés d’aujourd’hui, ou semi-fonctionnaires de demain (?), pourraient-ils être considérés comme des garants d’une information fiable ? Ne constate-t-on pas déjà régulièrement qu’ils ne sont pas toujours – loin de là – neutres dans leur approche de l’information ? N’ont-ils pas tendance – et l’erreur est humaine, car il ne s’agit pas nécessairement de mauvaise foi – à informer et désinformer, à l’instar de ce que tente de démontrer Ingrid Riocreux lorsqu’elle évoque la fabrique du consentement ? De même, Gérald Bronner, déjà cité plus haut, note que :

Tous ces errements médiatiques ne révèlent pas plus que ceci : les journalistes et les commentateurs en général, sont des hommes comme les autres. Ils sont victimes d’illusions mentales et contaminés par des enjeux idéologiques, mais cette fragilité habituelle de l’esprit humain est amplifiée par l’urgence à délivrer une information à laquelle les contraint le monde médiatique.

Éviter toute dérive autoritaire

Nous n’en sommes plus à l’époque de l’ORTF. Encore moins de l’Union soviétique et sa Pravda (comme l’évoque le journaliste du Point). Pas plus que nous ne sommes dans un pays contrôlé comme la Chine. Les technologies sont là, l’information – quelle que soit sa nature — circule vite. Cela ne va pas sans poser des problèmes. Mais pour autant, doit-on en passer par des solutions extrêmes ? Mesure-t-on bien toutes les implications d’idées aussi stupéfiantes que celle qu’a étonnamment évoquée le Président à ces journalistes ?

Je ne sais quelle mouche l’avait piqué lorsqu’il a émis cette idée, comme il a tendance à en émettre d’autres ces temps-ci, mais je ne peux croire un seul instant que tout ceci soit bien sérieux et que l’on pourrait s’acheminer vers de telles dérives.

Face à cette tentation autoritaire, n’est-il pas plutôt souhaitable d’en passer par l’argumentation, encore et encore, par le débat, ou encore par des initiatives intéressantes (à l’image de ce que propose l’Université Paris Descartes à l’ensemble de la communauté des chercheurs, professeurs et étudiants, mais même au-delà, en créant un cahier spécial destiné à argumenter en réponse aux attaques portées à l’esprit scientifique à travers les « fake news ») ? C’est bien là une démarche plus saine que de prétendre contrôler la liberté d’expression et risquer d’aboutir – on peut le craindre – à des esprits qui se braquent plus que jamais et des révoltes encore accentuées contre un pouvoir qui ne pourrait alors qu’inspirer davantage de méfiance et de perte de confiance.

Voir les commentaires (13)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (13)
  • Quand on constate la toute puissance de l’Élysée au-delà de ses prérogatives constitutionnelles (Benala) et l’interventionnisme abusif de l’État dans tous ses services, on ne peut que s’inquiéter de cette dérive autoritariste dans le domaine de l’information. La censure vient masquer cette mainmise, la tentative de perquisition de Médiapart en est révélatrice.

  • Tant qu’internet n’existait pas, la parole officielle arrivant par des canaux bien surveillés (l’autocensure n’étant qu’une variété de censure), tout allait bien. La mise en question – au sens propre – de la vérité officielle, dont nous n’avions pas conscience qu’elle avait éliminé en amont d’autres points de vue, vient bousculer une position monopolistique. Et donc un pouvoir.
    « Nous n’en sommes plus à l’époque de l’ORTF. Encore moins de l’Union soviétique et sa Pravda »… mais on s’en approche. Il n’est que de constater la censure des commentaires sur les médias mainstream ou les attaques sur certains sites internet.
    Nos gouvernants considèrent clairement que la liberté, dans ce domaine comme dans d’autres, n’est pas un bien. Craignent-ils la vérité? Oui dans un certain nombre de cas.
    C’est pourtant la même liberté qui permet à certains de diffuser des fausses nouvelles (ou des points de vue erronés) et à d’autres de les contredire. La vérité finit toujours par s’imposer avec le débat et temps. Les choses allant de plus en plus vite, leurs mensonges risquent d’être démasqués avant même qu’ils quittent le pouvoir.

  • Tout ce verbiage autour de ‘information est dépassé et ne fait que masquer que le mal est fait et est profond , Il n’y a plus besoin de censure, la pensée unique y a pourvu, 30 années de socialisme réel ou rampant on installé une dictature de la bien bien-bien-pensance, essayer de parler librement d’émigration, de religion, de multiculturalisme etc … Vous verrez.

  • A noter que l’accusation de complotisme est née à la suite de la contestation de l’explication officielle sur l’assassinat de JFK. Aujourd’hui, on a de multiples informations, en particulier des documents sortis du secret-défense, qui donnent raison aux « complotistes » d’alors.
    L’expression « théories du complot » laisse entendre qu’il n’y a qu’une théorie, mais pas de complot, ce qui permet au passage de qualifier les complotistes d’affabulateurs. Or, lorsqu’on se donne la peine de regarder la réalité, on se rend compte que bien souvent, il s’agit simplement de la prise en compte d’un faisceau d’éléments tangibles qui introduisent un doute sur l’explication officielle d’un évènement. C’est ce doute qui est insupportable pour certains, alors qu’il témoigne simplement d’une volonté de chercher la vérité.
    Tout cela est préoccupant, puisque cela revient à nier la liberté intellectuelle qui a été l’un des fondements de la civilisation occidentale.
    Cette liberté témoignait du fait que chacun, quel qu’il soit, pouvait contribuer à la recherche de la vérité. La doxa actuelle, que E. Macron représente parfaitement, est plutôt que la vérité est réservée à une élite sachante, médias compris.

    • Excellent !! Magistrale démonstration.

    • @ La petite bête
      Non, le « fait que chacun, quel qu’il soit, pouvait contribuer à la recherche de la vérité » vaut toujours, si on parle des individus.
      Il est clair qu’en politique, la voix du pouvoir et de la majorité est plus couramment accessible et affirmée que celle de l’opposition. C’est le jeu démocratique.
      En France où on glisse vite vers le jeu binaire qui divise en « pour et contre », les nuances deviennent souvent sans valeur prise en compte. C’est une perte pour tout le monde et le débat devient inutile … ou pugilat.
      Or la « vérité » est rarement blanche ou noire et sans doute bien plus souvent dans l’échelle des gris ou même en couleur!
      Alors la « doxa » n’est en fait qu’une religion républicaine provisoire, un « mainstream », sans plus!

  • Macron confirme son inclination au totalitarisme. Dans cet état d’esprit, l’information ne peut ni ne doit être libre. Elle doit être collectivisée, comme le reste de la société. Décréter qu’un bien est public est le point de départ de sa collectivisation. Bientôt, seules les fake news officielles (socialo-keynésianisme économique, réchauffement climatique anthropique, mondialisme béat…) seront autorisées. Si le lavage de cerveau au profit de la pensée unique ne suffit pas, l’expression du moindre doute sera sévèrement réprimée.

    Le traitement policier, judiciaire et médiatique des GJ en est la triste illustration.

    Macron ne fait pas exception. De plus en plus de politiciens sont fascinés par le modèle chinois, mélange de liberté capitaliste réservée à une élite mondialisée et de collectivisme socialiste alternant redistribution et répression pour la masse de la population, infantilisée, placée en résidence surveillée et réduite à un esclavagisme soft. Le modèle chinois est l’étalon du « en même temps » macronien.

    Au terme du processus, c’est le principe même de démocratie qui sera jugé séditieux. Les maudits Gaulois Réfractaires ont osé réclamer le RIC ? Ils auront la suspension des droits civiques en réponse. Si on n’y prend pas garde, il se pourrait bien que la présidentielle de 2022 soit la dernière avant longtemps. A moins que ce ne soit déjà le cas de celle de 2017.

  • Nous sommes d’accord, les Médias sont « d’Etat » et/ou en tout cas englués dans le magma de la (bien)pensance politico etc..
    On fait quoi concrètement ? à part se lamenter à longueur de commentaires sur le site de Contrepoints qui, si j’ai bien compris, ne roule pas sur l’or et peine à augmenter son audience.

  • Contre les fake news, il n’y a pas de solutions simples. Et surement pas de les interdire, car bien évidemment le caractère « fake » est subjectif. La solution est plus d’informations, notamment contradictoires, développer l’esprit critique. Et pire que cela, la bonne et juste information n’arrivera qu’à celui qui la cherche, ce qui demande forcément un effort de distanciation du lecteur par rapport à ce qu’il lit.
    Bref, la solution c’est l’éducation et l’instruction, et malheureusement d’après les derniers constats, ce n’est pas la point fort de notre pays.

  • les gens sont pas plus stupides qu’avant… la question qu’on peut se poser est pourquoi souhaiter que les gens soient bien informés???

    il me semble que le problème est ailleurs, il est dans le domaine d’intervention des politiques qui piétinent allègrement les droits des individus grâce à des institutions défaillantes.. par nature.
    moi je m’en fiche que les gens croient à des idioties, le problème est qu’ils peuvent m’imposer de devoir en payer les conséquences..

    auparavant la « populace » acceptait une presse qui en dépit d’une meilleure qualité n’évitaient pas les biais idéologiques.. on ne qualifiait pas l’huma défendant staline de fake news…

    • pour illustrer mon propos..homéopathie..
      croyez à l’homéopathie si ça vous chante, pensez que c’est plus qu’un placebo si ça vous chante, je m’en tape.. MAIS ce dont je ne me fous pas est de devoir participer à son remboursement..

      la démocratie est de toutes façons la tyrannie de la majorité.. si la majorité croit en des billevesées, c’est juste PLUS ennuyeux…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Robby Soave. Un article de Reason

 

L'année dernière, la comédie originale de Dave Chappelle, The Closer, a suscité l'ire de la communauté des activistes transgenres, et Netflix est devenu la cible de protestations. Ted Sarandos, co-PDG du géant du streaming, a d'abord défendu le droit de Chappelle à créer des comédies offensantes, mais il est revenu quelque peu sur ses commentaires dans le but d'apaiser "un groupe d'employés qui ressentaient certainement de la douleur et de la souffrance."

Il était donc diffic... Poursuivre la lecture

Les censeurs du monde entier retiennent leur souffle : Elon Musk a suspendu temporairement l’accord de rachat de Twitter, occasionnant une plongée en bourse de la célèbre entreprise à l’oiseau bleu. Avant de l'acquérir, le milliardaire voudrait évaluer le nombre de faux comptes et de spam sur le réseau, que ses administrateurs estiment à environ 5 %.

Elon Musk a bien précisé qu’il avait toujours l’intention de reprendre Twitter pour en faire une véritable zone de libre expression, au grand dam d’une improbable coalition de progressiste... Poursuivre la lecture

Donald Trump est de retour sur Twitter. Pas encore, mais presque. Elon Musk a en effet annoncé qu’il rétablirait le compte de l’ancien président Américain une fois l’OPA terminée, en ajoutant que le bannissement de Donald Trump était, selon ses propres mots : stupide, stupide et moralement condamnable.

Aussitôt, la planète libérale-quand-ça-m-arrange a hurlé au sacrilège et au loup en dénonçant un risque de perte de pluralisme et de dérive idéologique qui déboucherait sur la privation des libertés, dont la sacro-sainte liberté d’expres... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles