Éoliennes ou changement climatique ? Le Président doit enfin choisir

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Eoliennes By: Jerome Bon - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Éoliennes ou changement climatique ? Le Président doit enfin choisir

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 14 décembre 2018
- A +

Par Jean-Louis Butré et Arnaud  Casalis.

La Fédération Environnement Durable, ONG apolitique représentant plus de 1.000 associations et centaines de milliers de membres et sympathisants, s’étonne ne pas avoir entendu Mr le Président  de la république Emmanuel Macron reconnaître les erreurs d’une politique utilisant constamment l’écologie comme prétexte à une augmentation des impôts.

Le cas de la filière éolienne-gaz pour fabriquer de l’électricité est flagrant : 7 milliards d’euros d’investissements annuels sont prévus pendant 10 ans à la charge du contribuable et du consommateur ou 70 milliards en dix ans, dont le bilan désastreux, dénoncé par la Cour des comptes, conduit notamment à :

– la hausse des émissions de gaz à effet de serre avec l’accroissement de la production électrique gazière associée aux éoliennes dont il faut réguler l’intermittence.

– l’augmentation de 10 % par an du prix de l’électricité des ménages entraînant la baisse du pouvoir d’achat dissimulée sous le thème de la transition énergétique.

– l’importation de 17 000 éoliennes industrielles représentant 51 milliards d’euros subventionnant l’emploi étranger et pesant sur la balance commerciale de la France.

–  la destruction de la biodiversité. Pour fixer ces machines, 2 millions de camions toupies, qui mis bout à bout feraient le tour de la Terre, déverseront dans le sol français 42 millions de tonnes de béton.

–  le  massacre du patrimoine paysager, monumental et touristique du pays.

–  l’atteinte aux conditions de vie des populations rurales déjà menacées.

Tripler l’éolien terrestre, c’est ruiner les Français

À ces fins destructrices et anti-écologiques, et pour implanter de force ces éoliennes, Monsieur le ministre de l’Environnement François de Rugy vient de promulguer le décret Lecornu qui supprime la possibilité de recours gratuit par les citoyens en première instance devant les tribunaux administratifs.

Cette mesure judiciaire d’exception marque un recul historique de l’État de droit. Elle est d’autant plus choquante qu’elle a été décidée sous l’emprise exclusive de groupes financiers dont les seules patries sont les paradis fiscaux, et en leur donnant les moyens de faire taire brutalement les opposants qui les dérangent.

Les Français ont entendu le discours du président de la République et son appel au dialogue avec l’ensemble des citoyens, mais ce discours passe sous silence le « tout éolien », c’est-à-dire le triplement de l’éolien terrestre, un des sujets pourtant les plus fondamentaux et les plus sensibles pour les populations françaises. Ce faisant, le président n’a apporté aucune réponse aux centaines de milliers de personnes qui souffrent sur le territoire de ces décisions politiques asociales et contreproductives.

Pour  que la France retrouve son équilibre et sa sérénité, la Fédération Environnement Durable demande :

– l’abolition immédiate du décret Lecornu,

– la suppression des programmes d’investissements éoliens faussement écologiques qui ruinent les Français.

– la naissance d’un vrai droit protecteur des citoyens contre les nuisances des éoliennes et leur nocivité, prévoyant notamment avec pour application immédiate, l’éloignement des éoliennes à 1 500 mètres des habitations ou à 10 fois la hauteur de leurs mâts.

– la suppression du soutien financier (tarifs de rachat ou de référence) à la vente de l’électricité renouvelable ce qui permettrait d’absorber l’annulation de l’augmentation de la taxe climat et de retrouver de la marge pour financer une vraie transition énergétique acceptable pour les citoyens.

– l’obligation pour les promoteurs d’éoliennes d’être totalement fiscalisés en France.

La Fédération Environnement Durable demande au président et au gouvernement  de prendre ces mesures indispensables en matière d’éoliennes terrestres, car sans prise de conscience de la gravité de cette situation, elle exprime ses profonds doutes sur la possibilité pour le pays de renouer avec la paix et la sérénité.

Voir les commentaires (142)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (142)
  • Tout le monde aura compris que le gaz est en vente mais que les consommateurs ne sont pas assez nombreux pour le consommer.des pipelines se construisent partout et que nos pseudos écolos étatiques sont des représentants de commerce pour forcer sa consommation. C’est l’unique raison du combat acharné contre le nucléaire , quand viendra le’moment le gpl sera obligatoire pour les véhicules et l’électro mobile rangées dans le musée des catastrophes industrielles.
    On pourrait relancer le bâtiment en construisant des prisons écolos, toilette sèche eau de pluie ,menus vegan ,pas de chauffage et travail dans les champs pour nos salopards d’elus.

    • « menus vegan » : mais les lentilles, c’est très bon. Il y en des vertes, des blondes, des rouges, des jaunes. C’est varié, non ❓

      • Et même la lentille noire, dite beluga…

        Je ne suis pas végétarien, mais j’adore les lentilles sous toutes les formes…

  • Si j’étais propriétaire d’un bien au milieu de vertes prairies, je demanderais une expertise de mon bien à la vente et chaque année.
    Si un parc éoliens venait à être construit dans le voisinage il me serait possible de prouver l’effet négatif sur le prix.

  • il faut aussi demander la suppression de l’ademe alors …

  • impressionnant de voir des gens nous bassiner de longue avec le  » réchauffement climatique mais qui sont prêts à détruire l’environnement pour installer à perte de vue des engins plus ou moins nocifs alors que nous avons des centrales nucléaires qui produisent notre électricité ; ça laisse songeur sur l’état d’esprit de certains …..suivez mon regard….

    • Pour ma part, je préfère vivre à proximité d’un parc éolien plutôt que d’une centrale nucléaire… Chacun son trip !

      • Facile à dire quand on habite en ville.

      • La comparaison est n’est pas bonne.
        Il faut comparer éolienne plus centrale thermique avec centrale nucléaire.
        Les centrales thermiques sont responsables de millions de mort. On est loin du compte avec les centrales nucléaires.

        • A-t-on été obligé de construire de nouvelles centrales thermiques avec l’essor de l’éolien et du solaire ?
          Autre question : comment expliquer la présence de centrales thermiques classiques depuis 40 ans qu’on est passé au « presque tout nucleaire » ?

          • Pour soutenir le réseau. Des centrales pilotables, comme l’hydraulique, permettent de fournir de l’électricité pendant les pics, contrairement aux aéro-générateurs.

          • Pourquoi éteindre une centrale thermique en parfait état de fonctionnement? Ce serait un gaspillage scandaleux et une faute de gestion.

          • il faut parfois arrêter les centrales nucléaires pour entretien.
            Mais rassurez-vous, avec l’éolien, les centrales thermiques ne sont plus rentables et commencent à fermer : on perd des capacités.

          • parce que ;je cire wiki
            La part des énergies renouvelables dans la production nette d’électricité atteint 16,8 % en 2017 (hydroélectricité : 9,2 %, éolien : 4,5 %, solaire : 1,7 %, bioénergies : 1,3 %). Par rapport à la consommation intérieure (après soustraction du solde exportateur), elle atteint 18,4 %.
            autrement dire solaire et éolien ont fait 6,2 % de la production donc pas besoin en effet… pas encore…

            le cas espagnol est plus interessant…

        • A CYBERFRED lol , vos sources SVP ?
          lol pour résumé juste Tchernobyl entre 300 000 et 1 millions de Victimes et on en est à 177 mds de $ pour le dementellemnt et c’est pas fini
          https://fr.wikipedia.org/wiki/Catastrophe_nucl%C3%A9aire_de_Tchernobyl

          • « les estimations du nombre de victimes allant d’une cinquantaine jusqu’à 985 000 ou plus. »
            Mentez mentez, il restera tjs qqchose.

          • Vous comptez quoi exactement dans les victimes? Les morts, les déplacés? lol.
            Quittes à faire angoissant vous auriez du parler des 570 millions de « victimes » qui ont reçu un surcroît d’irradiation (minime mais surcroît quand même, n’est-ce pas!!).
            Votre lien indique entre 20000 et 40000 cancers supplémentaires attribuables (conditionnel) à Tchernobyl dans les 60 ans après l’accident dont 4 000 décès (conditionnel) selon l’AIEA, le PNUD et l’OMS. Evidemment, l’inénarrable CIRC (celui du glyphosate lol) parle de 16000 décès « potentiels » mais l’organisation ayant également de fortes tendances anti-nucléaires en plus d’être anti-pesticide…
            De plus, une très grande part des surcroîts d’irradiation est liée à l’indigence des autorités qui n’ont que très tardivement évacué la population, n’avaient strictement rien prévu pour protéger les thyroïdes des populations proches de la centrale (distribution d’iode) et qui ont du irradier des nettoyeurs humains pour ensevelir la centrale tant les moyens techniques étaient déficients.
            Quant aux causes de l’incident, une technologie médiocre mise en place par une autorité qui n’a pas a rendre de compte à sa population, donne toujours des effets délétères quelle que soit cette technologie.
            Si vous mettez un lien. Lisez-le. 🙂

          • @ligo83 D’après vous, l’Homme a-t-il marché sur la Lune ?
            Connaissez-vous quelqu’un, ou avez-vous vous-même passé une radio des poumons ?
            Pour ma part, je pense avoir été irradiée bien plus que les prétendues victimes de Tchernobyl, et je me porte très bien.
            Certes il m’arrive d’avoir mal à la gorge, de la fière, le nez qui coule… Ça doit être la thyroïde…

      • @ Joe Bar
        Facile à dire quand ce n’est pas le cas! Je vous signale que cela fait quand même plus de 50 ans que des centrales existent en France et que leurs voisins n’ont pas eu de problème!

      • @ Joe Bar
        Moi aussi!
        J’attends une étude sur la production éolienne, qui me semble certainement efficace sur des plateformes en mer, moins sur terre, hors site scientifiquement sélectionné, pour jauger le coût de production. Par contre, je suis plus séduit par le solaire produit sur le toit de sa maison qui n’exige plus que de la lumière (pas forcément du soleil) et cela est clairement rentable et donc les subsides disparaissent.
        Produire sa propre électricité comme avoir une source sur son terrain ou un potager, ce sont des idées jouissives! (Contempler une centrale nucléaire à l’ombre créée par les vapeurs sorties de larges et hautes cheminées, l’est beaucoup moins!)

      • Perso, tant que c’est pas ukrainien, pas de soucis.
        De toutes façons, on finit bronzé…

    • Dans la série, vous avez les « mamans écolo » qui utilisent des changes en place des couches-culottes. Changes qu’elles lavent à l’eau potable et je vous passe les détails…

      • Pardon, je me réponds…
        Ecolo-bobo : « Parce que les couches-culottes, vous comprenez, on les retrouve dans la nature, et c’est du plastique, et blablabla »

        Co..asse ! Tu ne connais pas les poubelles ?
        Idem pour les sacs en plastique. On peut balancer tous les vieux kleenex et sacs en papier : j’suis dégueu mais c’est bio !

      • Elle se mettent dans l’air du temps : « Les hommes politiques et les couches doivent être changés souvent… et pour les mêmes raisons »- George Bernard Shaw.

      • Vous me faites penser à ma mère et à sa réaction quand un jour elle a entendu les critiques des Pampers alors qu’elle n’a connu que les couches à laver à la main et à faire sécher.

        • @ Homo Orcus
          Laver à la main? C’était avant la guerre de 40, ça!

          • @mikylux Mais non ! Avant la guerre de 40 on actionnait la manivelle pour faire tourner le tambour. Mes grand-parents n’étaient pas des sauvages ! Par contre ils n’avaient pas le frigo.

      • claude henry de chasne
        14 décembre 2018 at 18 h 50 min

        excellent ! c’est la libération de la femme + le coût électrique+ le coût de l’eau potable

      • En Suisse, cela fait fureur, surtout que les machines sont communes.

    • Le réchauffement climatique est le cheval de Troie de l’écologisme qui est une idéologie à ranger au même rang que le communisme et le nazisme: faire advenir le monde idéal et l’Homme Nouveau, au besoin par la contrainte, ça devrait rappeler des souvenirs à tout le monde.

      • Je pense que pour de nombreux écolos et en particulier les plus virulents, les visées communistes précèdent la volonté écologique. En d’autre termes, l’écologisme n’est que du néo-communisme.

      • @ La petite bête
        Après lectures et information tous azimuts, il semble établi que la température est en augmentation (assez minime) sur le globe. Rien d’anormal: c’est un climat toujours stable qui serait une nouveauté! (L’Arctique perd de la glace, le pôle sud en gagne!)
        Les catastrophes ne sont pas plus nombreuses mais nous sommes plus au courant!
        Donc réchauffement (doux), oui! Climatique, c’est beaucoup moins sûr!

      • 9 soutient pour un mec qui compare écologisme et nazisme … je suis sur le cul !!!! on dirait du mélenchon et c’est pas un compliment !

  • Cet article est hallucinant ! …

    L’éolien couplé au gaz, le « tout eolien », le massacre de la biodiversité à cause d’un peu de béton, les atteintes au patrimoine touristique et paysager…

    Pfff ! … Avec de tels opposants, les ENR ont de beaux jours devant elles…

    • En effet mais c’est pour cela qu’ils existent pour faire prospérer les éoliennes…pareil pour les climato-sceptiques …ou melanchon ou lepen…

    • Vous avez raison Joe BAR …. c’est magnifique aussi une centrale nucléaire et je vous dis pas la beauté d’une raffinerie et quelle beauté une plateforme petrolière qui explose ou d’un super tanker … cet eau irisée quelle spectacle !! lol bien sur !

    • 9 soutient pour un mec qui compare ecologisme et nazisme et -11 pour Joe bar qui ose critiquer l’article … c’est une secte ici ou quoi ?

      • une éolienne n ‘est pas écologique..il faut du béton du petrole etc etc…
        à la rigueur pouvez vous suggérer que l’augmentation de la part de l’éolien dans la production électrique a pour effet de réduire l’impact de l’homme sur l’environnement;..et donc plus écologique… pas évident du tout…

        une remarque si vraiment l’énergie produite par les renouvelables est meilleur marché que d’autres sources, vous allez vous retrouver avec une population avec un pouvoir d’achat supérieur… alors que feront ils?

        je vois des gens qui vont au boulot en vélo en me mettant en avant qu’e c’est économique ..soit et faisable si vous habilitez pas trop loin du boulot… ils ajoutent que c’est écologique..et là je dis ..tu fais quoi du pognon que tu économises???

        car si on veut aller vers une société sobre…sans forcer les gens, il FAUT les appauvrir…
        si l’éolien est bon marché.. c’est un problème…
        il faut que l’éolien ne soit pas bon marché…et obligatoire…pour forcer les gens à être sobres..

      • peut de gens comparent l »écologie au nazisme.. mais l’ecologie est une idéologie qui peut conduire au totalitarisme, c’est indubitable…

  • Passez donc une heure sous le vent d’une éolienne (un jour où il y a du vent bien sur) à disons 500 mètres et vous comprendrez mieux le problème.

    • et tous ces pilonnes a hautes tensions, c’est beau, c’est pas dangereux et cela ne fait pas de bruit ? lol
      il n’y à pas pire aveugle que celui qui ne veut pas voir !

      • @ ligo83
        Sans compter les pertes (thermiques) sur le trajet! Et pas de béton sous les pylônes?

        • Des pylônes sur pieux en bois ❓

          • Vous avez déjà vu une ligne à haute tension?

            • Il faut du béton et de l’acier, pour les pylônes, quand même. C’est pas bio tout cela…

            • Et l’électricité produite par vos éoliennes et votre PV vous les acheminez comment? Ou alors vous mettez des éoliennes partout?
              Combien d’éoliennes pour arriver à produire ce qui est transporté par une seule ligne à haute tension? lol

              • a cyde vous ne comprenenz decidemment rien aux smarts grids et à la production locale d’électricité ….. la multiplication des petits installations PV / hydro /eolien / biomasse empeche de fait la proliferation de lignes HT qui acheminent l’electricité à des centaines de KM …. lisez, informez vous !

                • Ben voyons!! Et a combien le coût de l’électricité ainsi produite?
                  Et si l’Etat vous payait votre production d’électricité au prix du marché, vous auriez développé votre petite industrie? J’en doute.
                  Il est facile de faire la leçon aux autres quand ses revenus sont subventionnés par l’argent de ces mêmes autres. Il faut même être relativement gonflé, hontectomisé même dirait H16. 🙂

                • Ben voyons!! Mais je comprends très bien, détrompez-vous. Mais à quel coût cette électricité ainsi produite?
                  C’est vrai que vous prêchez pour votre paroisse puisque vous bénéficiez vous-même de ce subventionnement.
                  Dites-moi, l’auriez-vous installée votre unité de production électrique sans subvention étatique? Ou tout du moins de la même capacité? J’en doute.
                  A moins que vous n’ayez décidé de produire de électricité à vos voisins nécessiteux en assumant vous-même le surcoût? J’en doute encore plus 🙂

                  Faut quand même être gonflé pour venir nous faire la morale quand on profite soi-même de l’extorsion taxatoire étatique. Hontectomisé même dirait H16.
                  Vous ne doutez de rien.

    • Je ne ferais pas cette expérience la nature est suffisamment bruyante pour ne pas rajouter un bruit supplémentaire..insignifiant ,trop régulier pour ne pas être supprimé d’office par mon oreille !

    • Oui mais justement, il serait plus judicieux d’insister sur les nuisances humaines et d’éviter de reprendre les thèmes et le vocabulaire des cocologistes. Nous le les battrons jamais sur leur propre terrain. Il faut utiliser l’émotion comme ils le font, mais pas avec les mêmes symboles.
      On fait la même connerie avec les marxistes depuis 60 ans, et le résultat est un débat vide de sens et l’hégémonie de la gauche.

      • Où avez-vous vu que l’on peut débattre avec un marxiste pur et dur? Pa plus qu’avec un Iman. L’intitulé de la religion diffère, mais pas son principe de base. Et c’est pour cela qu’ils s’entendent si bien.

        • Oui… Justement?
          Il ne faut pas tant débattre avec lui, qu’affirmer partout, haut et fort, que les bases même de son raisonnement sont fausses et mauvaises. Il ne faut pas accepter son vocabulaire (« capitalisme », « justice sociale »).
          Utiliser leurs méthodes (répétition, émotion) mais jamais leurs mots, leurs concepts.
          Dans le cas des cocologistes, il est utile de crier bien haut que « biodiversité », « nature » ne signifient et ne valent rien. Que la vie et le progrès humains sont la seule valeur qui motive l’action. Que la « décroissance » ou la « croissance durable » sont des concepts vides qui veulent dire pauvreté ou stagnation.
          Etc.
          Que font les polypes politiciens? Ils défendent tous, TOUS, la biodiversité, le développement durable, tous les CONCEPTS inventés par les cocologistes; au grand plaisir de ceux-ci.

          ‘Tain il faut savoir dire NON au lieu de dire « vous avez raison, justement, je pense pareil, sauf que… » à chaque connerie imaginée par un bigot anti-humain.
          L’islam? Si nos ancêtres avaient pratiqué l’œcuménisme en disant, « Ah ouais c’est vrai, Issa est juste un prophète parmi d’autres, vous êtes des agneaux de Dieu » Paris serait déjà la capitale du Frankistan depuis 1000 ans; Au lieu de cela, les Francs puis les croisés ont dit « f.ck this noise, NON » et ont permis l’émergence du monde moderne.

          • Bonjour Pangzi
            Do’nt feed the troll or not, that is the question?
            Quant à moi, je répond à ce genre d’illuminé, qui n’aime pas l’homme, je répond, mais pas trop ;).

          • a Pangzi : l’écologie n’est pas QUE de gauche …. je suis libéral, actionnaire, investisseur et producteur d’électricité Photovoltaïque
            Ne soyez pas sectaire … la connerie est universelle !

            • et connivent à donf..

            • Et donc vous vivez en partie grâce à l’argent des autres. Il n’y a rien de libéral là-dedans.
              Auriez-vous investi si l’Etat ne vous avait pas garanti un prix d’achat plantureux et nettement au-dessus du prix du marché?
              Un investisseur prend des risques. Vous n’en prenez aucun mais en faites prendre aux autres par la sur-taxation que votre comportement entraîne.

              • cela fait 10X que je vous explique avec des sources et tout …. vous n’y comprenez tjrs pas EDF c’est létat à 71% le cout du nucleaire Cash est de 33€ le MG et estimé en 2014 par la cour des comptes à 66€ … c’est une subvention du nucléaire, car financé par nos impots ? demontrez moi le contraire !

                • à cyde OUI je benefice d’un prix d’achat au dessus du marché … et vous pouvez le dire subventionné si vous voulez …. subventionné car il y a une distortion de marché et si le nucléaire n’avait pas en son temps été subventionné, nous serions encore au charbon et au petrole pour produire de l’electricité !!
                  Et NON je n’ai pas honte et comme bon nombre sur contrepoints, vous devez être un paquet à investir en immobilier Pinel, cellier, vous faites des dons à des associations ou placez votre fric dans un PEA ou assurance vie ou Perco …. tout cela est subventionné mais vous ne voyez que les PV et eoliennes ! c’est sidérant de mauvaise foi !

                  • et les credits d’impots ( pour ne pas gaspillé notre chere electricité ) pour isoler vos baraques ou changer votre chaudière…c’est pas des subventions ?, vous n’en avez pas profité sur le dos de la nation ? …. et dans le cas contraire si vous ne l’avez pas fait c’est que vous êtes stupide !

                    • Vous n’avez pas de bol. Je ne bénéficie de rien de tout cela.
                      De plus, les mesures que vous citez ne bénéficient que d’un moindre prélèvement fiscal. En aucun cas, l’Etat ne paient directement pour ces montages.
                      Mais votre réponse est typique des étatistes collectivistes qui considèrent , in fine, que l’argent des citoyens appartient à l’Etat qui ne leur en laisse la jouissance qu’un certain temps. Et vous vous prétendez libéral. Lol.
                      Dans votre cas, l’ETAT vous paye directement un prix surévalué grâce à l’argent qu’il a pris aux autres. Allez donc tenir votre raisonnement aux gilets jaunes. Juste pour voir. Et avec votre feuille d’imposition en prime.

                    • Dernier point et tout le monde l’a déjà remarqué. Quand les insultes commencent à apparaître dans vos posts c’est qu’est atteint le fond de vos arguments. 🙂

        • oui et c’est pour cela qu’il ne faut pas « jouer » sur leur « terrain » . C’est ce que Pangzi évoque .

      • Plus vide de sens que sens que ça c’est pas possible lol

      • @ Joe Bar
        Ça relativise bien la nuisance des éoliennes qui s’améliorera encore, sans doute!

        • C’est cela et on va équiper la faune aviaire de radar?
          Étonnant cette discrétion de violette de nos écolos sur le sujet alors qu’ils sont prêts à prendre les armes pour défendre le moindre charançon….

  • L’appel au dialogue du président, c’est : « dites nous de quoi vous avez besoin, on vous expliquera comment s’en passer ».

  • la mafia financière autour des éolienne c’est:
    La Royale du Poitou, capable de signer un contrat de 45 MILLIARS pour les trois sites d’éoliennes offshores qui vont se construire bientôt et Macron qui 1 an après, peu arriver à renégocier une baisse de …15 MILLIARDS pour que les trois sites soient réalisés pour « seulement » 30 MILLIARDS. La royale n’est pas a 15 MILLIARD près avec nos impôts pour faire gagner de l’argent à ses copains (qui pourront peut être quand même l’inviter en vacances……..).

  • Par les temps qui courrent, l’état devrait surtout choisir NI délire climatique, NI délire anti-nucléaire et même renoncer à toute réforme ou transition inutile et ridicule pour se consacrer exclusivement à la lourde tâche de nous sortir de l’impasse fiscale dans laquelle ils nous a entraîné.

  • Il est vrai que l’éolien vu comme cela consiste à importer des ventilateurs géants, et de compenser leur productivité aléatoire en important du gaz…
    Continuons, on pourra vraiment déposer le bilan de la nation dans pas longtemps…

    • Cela rappelle furieusement le Sapeur Camembert qui ne pouvait boucher un trou qu’en en creusant un autre.

      • Ca rappelle surtout son sergent Bitur, qui a « imprimé au sapeur Camember l’ordre de creuser un trou pour à seule fin d’y mettre ces ordures et autres, si non je vous ferai-z-un peu voir comment je m’appelle ! » et qui termine par « S’pèce de double mulet cornu ! m’ferez quatre jours pour n’avoir pas creusé le deuxième trou assez grand pour pouvoir y mettre sa terre avec celle du premier trou ! »
        Ne rejetons pas sur les sous-fifres qui creusent courageusement les erreurs de leur hiérarchie !

      • claude henry de chasne
        14 décembre 2018 at 19 h 02 min

        oui ou l’autre qui se proposait de monter sur la lune en se tirant sur la barbe (je ne me rappelle plus de son nom)

  • Un plaidoyer anti-éolien trop primaire pour être pris au sérieux.
    Sur le même sujet, Michel Gay est autrement plus percutant.

    • pour enerver le FanClub GAY
      un article objectif et factuel sur les ENR chez L’usine nouvelle ( excellent et site plutot neutre et fiable ) le cout chez EDF du nuclèaire est estimé à 33€ le Mw et à 66€ par la cour des comptes en 2014. Dire que je me suis fait enguirlandé sur ce site en disant que le nucléaire est AUSSI subventionné !
      Le cout du photovoltaique est tombé entre 45 et 60€ le MW et plus de 100€ pour ….l’EPR lol !
      https://www.usinenouvelle.com/article/vrai-ou-faux-dix-idees-recues-sur-l-energie-en-france.N780949

      • Site non accessible.
        Déjà le premier contre-argument est ridicule, comparer le CO2 français au CO2 mondial..

        • mauvaise foi ?

        • 1 – L’énergie en France est déjà décarbonée grâce au nucléaire

          FAUX : Ne pas confondre énergie et électricité. Cette dernière ne représente que 24,7 % de la consommation d’énergie en France en 2017 (selon le Datalab du gouvernement), contre 63,7 % pour les énergies fossiles (pétrole, charbon et gaz naturel), importées et très émettrices de CO2. Le solde (11,6 %) est fourni par la biomasse, les déchets et la chaleur produite en cogénération.

          Grâce à l’électricité nucléaire et hydroélectrique, la France n’émettait que 4,57 tonnes de CO2 par habitant en 2014, contre 16,35 en Amérique du Nord, selon la Banque mondiale. Mais elle est à peine sous la moyenne mondiale, qui s’élevait à 4,95 tonnes de CO2 par habitant il y a quatre ans. Et si les émissions de gaz à effet de serre avaient tendance à baisser grâce, notamment, aux politiques d’économie d’énergie des entreprises, les émissions de carbone sont reparties à la hausse en 2017. Elles ont augmenté de 3,2 % à cause de l’arrêt de centrales nucléaires, pour des raisons de sûreté, au profit de centrales thermiques gaz et charbon, d’un climat défavorable à l’hydraulique, mais aussi de la croissance économique de 2 % (selon le Commissariat général au développement durable).

          2 – La taxe carbone doit financer la transition énergétique

          FAUX : Le principal objectif de la contribution climat énergie (CCE), la taxe carbone française, n’est pas de financer la transition énergétique, mais de changer les comportements des consommateurs et de motiver les entreprises à réaliser des investissements qui ne seraient pas rentables sans cette fiscalité. Par exemple, le biométhane ne sera compétitif avec le gaz naturel importé « qu’avec une taxe carbone à 140 euros et si l’on arrive à baisser les coûts de production à 60 euros par mégawattheure [environ 90 euros aujourd’hui, ndlr] », explique Didier Holleaux, le directeur général adjoint gaz d’Engie.

          Et c’est pourquoi, fin 2017, le Parlement a voté une nouvelle trajectoire pour la CCE. De 7 euros la tonne de carbone en 2014, elle est passée à 30,50 euros en 2017, puis à 44,60 euros en 2018 et elle devrait atteindre 86 euros en 2022. Les recettes ont représenté 6,4 milliards d’euros en 2017. Globalement, la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques (TICPE), qui inclut la CCE, rapporte environ 34 milliards d’euros à l’État. Une partie est fléchée vers le financement des énergies renouvelables via un compte d’affectation spéciale transition énergétique.

          3 – La France a besoin de six nouveaux EPR

          FAUX : Ce chiffre de six réacteurs nucléaires EPR à construire en France entre 2025 et 2035 est issu du rapport (classé secret défense, mais qui a fuité en pleine préparation de la Programmation pluriannuelle de l’énergie) de Yannick d’Escatha, le conseiller de Jean-Bernard Lévy, le PDG d’EDF, et Laurent Collet-Billon, ancien délégué général pour l’armement, sur « le maintien des capacités industrielles de la filière nucléaire en vue de potentielles nouvelles constructions de réacteurs ». Est-il crédible ?

          Recommencer à construire des EPR vite et en série serait indispensable à la filière nucléaire pour maintenir ses compétences, qu’elle avait perdues, comme en témoigne le catastrophique chantier de Flamanville (Manche). Dans l’optique où la France souhaite maintenir 50 % d’électricité nucléaire dans son mix électrique, la construction de nouveaux réacteurs en remplacement de ceux du parc historique – même prolongés de dix à vingt ans, ils seront arrêtés un jour – a également du sens, n’en déplaise aux écologistes.

          À moins que la France ne décide de programmer la sortie du nucléaire, la question de la construction d’un nouveau parc se pose. Mais rien ne presse, même en comptant un délai de dix ans entre la décision de construction et la mise en service d’un réacteur. Quant à savoir s’il faudra un, trois, six, voire neuf EPR supplémentaires, comme le propose la Société française d’énergie nucléaire, attendre qu’EDF et Framatome développent l’EPR 2 – plus simple et moins coûteux à construire – ou acheter des réacteurs au design japonais ou chinois… La décision est repoussée après 2021.

          4 – L’Europe oblige EDF à renégocier ses concessions hydroélectriques

          FAUX : « C’est la France qui s’est engagée, en 2008, à mettre ses concessions hydroélectriques en concurrence. Ce n’est pas Bruxelles qui nous l’a demandé », a rappelé Élisabeth Ayrault, la présidente du directoire de la Compagnie nationale du Rhône, lors d’une rencontre avec la presse en mars 2018. Au moment où la France négociait avec l’Europe des droits plus importants sur le nucléaire et les tarifs régulés, elle aurait d’elle-même donné ce gage.

          Depuis, elle traîne à s’exécuter. Et Bruxelles a lancé deux procédures contre l’État français. La première concerne des articles de la loi de transition énergétique pour la croissance verte de 2015, qui autoriseraient la prolongation de concessions contre des travaux, ce qu’interdirait Bruxelles. La Direction de la concurrence européenne reproche aussi à la France d’avoir verrouillé le marché et prolongé sans mise en concurrence environ 180 ouvrages exploités par EDF.

          5 – La consommation d’électricité va augmenter à cause des véhicules électriques

          FAUX : Cela semble logique, mais c’est faux. Les estimations de RTE à l’horizon 2035 pour un déploiement d’environ 10 millions de véhicules électriques tablent sur une consommation électrique supplémentaire de 40 térawattheures, soit 7 % de la consommation française. Si l’on compare ce chiffre à la tendance à la stagnation, voire à la baisse (RTE parle de – 0,5 % par an), de la consommation électrique, celle-ci ne sera touchée qu’à la marge par une arrivée massive de véhicules électriques. Le véritable enjeu sera de gérer l’appel de puissance pour le réseau de cette recharge dans sa dimension spatiale (concentrée en ville) et temporelle (en soirée, lors de la pointe de consommation), explique le Syndicat des énergies renouvelables. En revanche, la consommation mondiale va beaucoup augmenter. Selon les projections de l’Agence internationale de l’énergie, elle passera de 19 % de la demande totale d’énergie aujourd’hui à 30 % en 2040.

          6 – Les emplois des renouvelables sont tous partis en Chine

          FAUX : La France compte 107 000 emplois dans les énergies renouvelables, dont 30 000 dans la biomasse et les biocarburants, selon l’agence internationale de l’énergie renouvelable (Irena). C’est trois fois moins que l’Allemagne et ses 325 000 postes, dont 160 100 dans l’éolien. Mais c’est quand même la moitié de la filière nucléaire (220 000). On est loin des 800 000 emplois promis lors du Grenelle de l’environnement. Et ces emplois sont très peu industriels. C’est la Chine qui truste la production de panneaux photovoltaïques et, avec la Corée et le Japon, celle des batteries lithium-ion. Quant aux éoliennes, elles sont produites par des Allemands, des Danois et des Américains. En revanche, ces 107 000 emplois, liés au montage de projets, à leur construction et leur maintenance, sont non délocalisables.

          7 – Les renouvelables coûtent trop cher à développer

          VRAI ET FAUX: L’État consacre plus de 5 milliards d’euros par an au développement des énergies renouvelables. Pour certains, cet argent serait mieux utilisé en aides directes aux Français à la transition énergétique, pour remplacer leur chaudière au fioul, par exemple. « Ce serait vrai à un instant T, mais le but de ce soutien aux renouvelables est de préparer l’avenir », observe Éric Vidalenc, blogueur et expert de l’Ademe. L’avenir s’oriente vers une production plus décentralisée d’énergies décarbonées, avec une moindre dépendance au nucléaire.

          La politique de soutien lancée dans les années 2000, qui a effectivement coûté très cher, a néanmoins porté ses fruits. Aujourd’hui, l’éolien terrestre et le solaire photovoltaïque représentent 7,6 % de la consommation électrique des douze derniers mois (9,4 % avec les bioénergies et 22 % avec l’hydraulique). Les nouvelles installations sont compétitives, avec des prix entre 55 et 65 euros par mégawattheure, explique le Syndicat des énergies renouvelables. En 2008, produire 1 mégawattheure d’électricité solaire coûtait 500 euros.

          8 – La France sera autonome en gaz en 2050

          VRAI ET FAUX: C’est ce qu’espèrent les industriels du gaz, Engie en tête. Une étude technico-économique de l’Ademe publiée en janvier 2018, montre que c’est envisageable en développant massivement la production de biogaz par méthanisation et de gaz de synthèse par gazéification ou power-to-gas. Cette technologie permet de générer du gaz de synthèse à partir du captage de CO2 industriel et de l’hydrogène vert produit à partir d’électricité renouvelable.

          La France aurait bien les intrants (biomasse, déchets, CO2…) nécessaires pour produire jusqu’à 460 térawattheures de gaz renouvelable injectable dans le réseau, dont 30 % par méthanisation. La demande, elle, devrait chuter en 2050 à 286 térawattheures. Mais avant que les gaz renouvelables ne soient compétitifs avec le gaz naturel, le chemin est encore long. Il faudra une taxe carbone à 200 euros la tonne pour faire le poids, prévient l’Ademe. D’ici là, les industriels cherchent déjà à industrialiser le process de méthanisation, la seule des trois technologies qui soit mature. Actuellement, le gaz renouvelable ne pèse que 0,05 % de la consommation française de gaz.

          9 – Le réseau électrique est menacé par L’intermittence des énergies renouvelables

          FAUX: Le réseau électrique est capable d’absorber la variabilité des énergies renouvelables. Celle-ci peut être anticipée grâce à des prévisions météorologiques très fiables à J – 1 (3 % d’erreurs, au maximum), assure le Syndicat des énergies renouvelables. Le réseau français absorbe déjà plus de 7 % d’électricité intermittente.

          L’été 2018, le solaire photovoltaïque a couvert 14 % de la consommation pendant plusieurs heures sans que le système ne s’effondre. Le Portugal a tourné à 100 % d’énergies renouvelables pendant plusieurs jours. L’Allemagne atteint des taux annuels de pénétration de l’ordre de 40 % au niveau national et bien plus sur certaines régions. On ignore ce qui se passerait si les pays auxquels ils sont connectés disposaient de la même quantité d’énergies intermittentes sur leur réseau, observe néanmoins le cabinet Colombus Consulting. Le Danemark, par exemple, réussit à intégrer plus de 45 % d’éolien sur son réseau, mais il profite de l’hydraulique norvégien, qui permet à la fois de stocker l’énergie et de répondre à la demande d’électricité quand il n’y a pas assez de vent.

          10 – Le nucléaire reste compétitif (face aux renouvelables)

          VRAI ET FAUX: En France, c’est vrai… Aujourd’hui. Avec le coût de production « cash » de 33 euros par mégawattheure calculé par EDF, l’électricité nucléaire française est même très compétitive. Mais à 60 euros par mégawattheure, comme l’avait estimé la Cour des comptes en 2014 en tenant compte des coûts cachés (loyer économique, provision pour démantèlement, déchets, rénovation…), le nucléaire commence à se heurter aux énergies renouvelables.

          Surtout, le parc historique n’est pas éternel. Et le nouveau nucléaire s’annonce très cher. « Partout où il est possible d’accéder à des chiffres fiables, il apparaît que les nouveaux réacteurs, ceux qui sont en construction ou en projet, ne sont pas compétitifs », avertit Thibault Laconde, consultant chez Énergie et développement. Au Royaume-Uni, EDF a négocié l’électricité qui sera produite à Hinkley Point C à 104 euros par mégawatt­heure durant trente-cinq ans. Le double des coûts annoncés pour l’éolien offshore en mer du Nord.

          Certes, les renouvelables ne « fournissent pas le même service de centrales pilotables assurant une stabilité au réseau, signale Nicolas Goldberg, du cabinet Colombus Consulting. C’est pourquoi le nucléaire préfère se comparer au gaz. » Même Xavier Ursat, le directeur exécutif d’EDF chargé du nouveau nucléaire, reconnaît que « démontrer la compétitivité du nucléaire face aux autres moyens de production d’électricité est un enjeu pour EDF » s’il veut exporter d’autres EPR. Mais aussi en construire en France…

        • 2 – La taxe carbone doit financer la transition énergétique

          FAUX : Le principal objectif de la contribution climat énergie (CCE), la taxe carbone française, n’est pas de financer la transition énergétique, mais de changer les comportements des consommateurs et de motiver les entreprises à réaliser des investissements qui ne seraient pas rentables sans cette fiscalité. Par exemple, le biométhane ne sera compétitif avec le gaz naturel importé « qu’avec une taxe carbone à 140 euros et si l’on arrive à baisser les coûts de production à 60 euros par mégawattheure [environ 90 euros aujourd’hui, ndlr] », explique Didier Holleaux, le directeur général adjoint gaz d’Engie.

          Et c’est pourquoi, fin 2017, le Parlement a voté une nouvelle trajectoire pour la CCE. De 7 euros la tonne de carbone en 2014, elle est passée à 30,50 euros en 2017, puis à 44,60 euros en 2018 et elle devrait atteindre 86 euros en 2022. Les recettes ont représenté 6,4 milliards d’euros en 2017. Globalement, la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques (TICPE), qui inclut la CCE, rapporte environ 34 milliards d’euros à l’État. Une partie est fléchée vers le financement des énergies renouvelables via un compte d’affectation spéciale transition énergétique.

          • 3 – La France a besoin de six nouveaux EPR

            FAUX : Ce chiffre de six réacteurs nucléaires EPR à construire en France entre 2025 et 2035 est issu du rapport (classé secret défense, mais qui a fuité en pleine préparation de la Programmation pluriannuelle de l’énergie) de Yannick d’Escatha, le conseiller de Jean-Bernard Lévy, le PDG d’EDF, et Laurent Collet-Billon, ancien délégué général pour l’armement, sur « le maintien des capacités industrielles de la filière nucléaire en vue de potentielles nouvelles constructions de réacteurs ». Est-il crédible ?

            Recommencer à construire des EPR vite et en série serait indispensable à la filière nucléaire pour maintenir ses compétences, qu’elle avait perdues, comme en témoigne le catastrophique chantier de Flamanville (Manche). Dans l’optique où la France souhaite maintenir 50 % d’électricité nucléaire dans son mix électrique, la construction de nouveaux réacteurs en remplacement de ceux du parc historique – même prolongés de dix à vingt ans, ils seront arrêtés un jour – a également du sens, n’en déplaise aux écologistes.

            À moins que la France ne décide de programmer la sortie du nucléaire, la question de la construction d’un nouveau parc se pose. Mais rien ne presse, même en comptant un délai de dix ans entre la décision de construction et la mise en service d’un réacteur. Quant à savoir s’il faudra un, trois, six, voire neuf EPR supplémentaires, comme le propose la Société française d’énergie nucléaire, attendre qu’EDF et Framatome développent l’EPR 2 – plus simple et moins coûteux à construire – ou acheter des réacteurs au design japonais ou chinois… La décision est repoussée après 2021.

            • 7 – Les renouvelables coûtent trop cher à développer

              VRAI ET FAUX: L’État consacre plus de 5 milliards d’euros par an au développement des énergies renouvelables. Pour certains, cet argent serait mieux utilisé en aides directes aux Français à la transition énergétique, pour remplacer leur chaudière au fioul, par exemple. « Ce serait vrai à un instant T, mais le but de ce soutien aux renouvelables est de préparer l’avenir », observe Éric Vidalenc, blogueur et expert de l’Ademe. L’avenir s’oriente vers une production plus décentralisée d’énergies décarbonées, avec une moindre dépendance au nucléaire.

              La politique de soutien lancée dans les années 2000, qui a effectivement coûté très cher, a néanmoins porté ses fruits. Aujourd’hui, l’éolien terrestre et le solaire photovoltaïque représentent 7,6 % de la consommation électrique des douze derniers mois (9,4 % avec les bioénergies et 22 % avec l’hydraulique). Les nouvelles installations sont compétitives, avec des prix entre 55 et 65 euros par mégawattheure, explique le Syndicat des énergies renouvelables. En 2008, produire 1 mégawattheure d’électricité solaire coûtait 500 euros.

      • on va vous le redire le problème de l’éolien est l’intermittence.. tant qu’on force les autres à l’acheter l’éolien va bien..le coût de production est insuffisant…
        et l’intermittence ce n’est pas juste de ne pas pouvoir fournir en fonction du besoin…
        tiens si tu installes une éolienne de 2MW de puissance tu dois construire une ligne qui tient les 2MW..soit surdimensionnée par rapport à elle d’une centrale nucléaire.. du fait du facteur de charge..

        bon, d’abord il faut comprendre ce qu’est un client..
        un client si il passe un contrat avec un fournisseur veut..un tarif au kwh…et une électricité quand il en a besoin….

        et ça une producteur éolien ne peut pas faire…

        donc arrêtez de parler aux gens de ça…ils se foutent du prix de revient à la production de électricité..ils se préoccupent du tarif…

        vous n’êtes PAS un fournisseur d’électricité vous vendez aux producteurs d’électricité…

        il y a un graphique tarif de l’électricité par rapport à la part du renouvelable dans la production dans les pays européens…

          • il faudrait etre un peu objectif et faire marcher votre cerveau !
            Les ENR ne sont pas QUE le photovoltaique et éolien ?
            si vous regardez juste l’exemple du canada avec 65% de renouvelabe et seulement 15% de nucleaire . vous avez prix de mw le plus faible ! CQFD source wiki
            Le secteur de l’énergie au Canada est choyé par l’abondance de ses ressources et la proximité immédiate d’un marché naturel : les États-Unis. Le Canada était en 2016 le 6e producteur d’énergie au monde, avec 3,5 % de la production mondiale et le 6e producteur d’électricité avec une part de 2,7 %. Sa production d’électricité est tirée en majorité (65 % en 2016) des énergies renouvelables, en particulier de l’hydraulique (58 %) et de l’énergie éolienne (4,6 %) ; le nucléaire fournit 15,2 % et les combustibles fossiles 19,8 %. L’électricité contribue pour 21,3 % à la consommation finale d’énergie du pays.

            • non moi c’est solaire et éolien qui’ m’intéresse..pas les cas particuliers comme le canada..

              mais bon une question pouvez vous affirmer qu’un pays qui installe une foret capacité de solaire et d’éolien verra le prix de son électricité diminuer?

              question qui n’est pas de savoir quel sera le prix de revient de l’eolein…

            • Et alors? Personne sur CP n’a jamais critiqué l’électricité d’origine hydraulique!!
              C’est la seule énergie renouvelable rentable sous certaines conditions, dont le prix n’est pas subventionné et dont la technologie est maîtrisée et peu polluante. S’en servir pour venter l’éolien et le PV subventionnés est une autre chose.
              Belle tentative ligo83
              L’installation d’unités d’hydroélectricité dépend de la géographie d’un pays et de la virulence de ses groupes écolo qui s’opposent systématiquement à la moindre modification du paysage (sauf des éoliennes bien sûr).

              • faut être gonflé…on parle des intermittents m^me si souvent langue fourche…
                l’hydraulique a d’ailleurs aussi ses inconvénients environnementaux… MAIS…c’est un super moyen de produire de l’électricité… avec pourtant un risque météorologique et donc pourrait on dire un risque réél de pénurie ..

        • 9 – Le réseau électrique est menacé par L’intermittence des énergies renouvelables

          FAUX: Le réseau électrique est capable d’absorber la variabilité des énergies renouvelables. Celle-ci peut être anticipée grâce à des prévisions météorologiques très fiables à J – 1 (3 % d’erreurs, au maximum), assure le Syndicat des énergies renouvelables. Le réseau français absorbe déjà plus de 7 % d’électricité intermittente.

          L’été 2018, le solaire photovoltaïque a couvert 14 % de la consommation pendant plusieurs heures sans que le système ne s’effondre. Le Portugal a tourné à 100 % d’énergies renouvelables pendant plusieurs jours. L’Allemagne atteint des taux annuels de pénétration de l’ordre de 40 % au niveau national et bien plus sur certaines régions. On ignore ce qui se passerait si les pays auxquels ils sont connectés disposaient de la même quantité d’énergies intermittentes sur leur réseau, observe néanmoins le cabinet Colombus Consulting. Le Danemark, par exemple, réussit à intégrer plus de 45 % d’éolien sur son réseau, mais il profite de l’hydraulique norvégien, qui permet à la fois de stocker l’énergie et de répondre à la demande d’électricité quand il n’y a pas assez de vent.

          • il profite? qui profite???? les norvégiens ont ils besoin du vent danois? non..
            donc eux peuvent se frotter les mains.. sans acords politiques. ce sont les rois du pétrole.. pas besoin de ton électricité …je te l’achète pas cher..tu veux de l’électricité..je peux t’en vendre mais cher…

            vus êtes pénible…

            le réseau électrique est évidemment menacé par l’intermittence..

          • fatigant c’est affirmations ligo83 que serait pourtant heureuse de connaitre l’Australie du sud si elles étaient vraies
            allez à l’article du 28/11/2017
            AUSTRALIE DU SUD, APRÈS LES COUPURES, LA FAIM
            sur : http://www.geopolitique-electricite.fr/
            Là ce n’est pas du blabla de religieux, se sont les fait passés sur 2015/2016/2017.
            extrait:
            Le Conseil de Service Social d’Australie du Sud, qui regroupe les
            organisations caritatives locales, dont la Banque Alimentaire, indiquent que ces factures d’électricité ont entraîné un choc de pauvreté et qu’elles sont la cause principale de l’augmentation de la population en « insécurité alimentaire » dont la proportion est passée en deux ans de 3,5 à 6,2%.
            L’info sur les plusieurs blackouts total qu’a vécu l’Australie du sud, les conséquences désastreuses sur l’économie directement impacter et les factures ‘d’électricité qui ont augmentés la paupérisation de façon dingue montre le niveau de religion que vous avez atteint. Comme tous les « croyants » ,même la « réalité  » ne vous empêche pas de croire à vos fantasmes idéologiques et de vouloir convertir les autres a vos …délires qui vous rassure dans votre ignorance/incompétence.
            Le pays ayant atteint le niveau d’énergie «  »écolo/renouvelable  » le plus fort de la planète (l’australie du sud) est un « bel » exemple que vous préférez oublier! Pénible le fanatisme religieux qu’il soit écolo ou autres !!!

  • Nos Schadock nationaux vont-t’ils enfin finir de nous pomper le fric?
    Les gilets jaunes …et la COP24 en déroute, peuvent-ils s’allier pour exiger une clarification officielle entre l’écologie vraie et son ennemie l’escrologie, plus vite et mieux que ne souhaite le faire notre gvt., qui se limite à en tirer profit. Et restaurer la confiance dans la science aux dépends de l’hystérie climatico-politico-religieuse qui continue de sévir en France? Ce travail de fond devrait ramener la paix en réduisant des ¾, les taxes démentielles que nous inflige impunément, la puissante minorité agissante et riche de Greenpeace. Par exemple croyez-vous que les océans montent d’1mm par an ? Si oui, promenez-vous autour de la Méditerranée et vous verrez partout, tantôt d’anciens ports actifs se trouvant à sec à des km à l’intérieur des terres, et autant de villes importantes dont les ruines sont visibles sous des mètres d’eau de mer. Ce n’est évidemment pas la même mer qui monte par endroit et descend à d’autres ! Mais bien l’effet des multiples mouvements verticaux ou longitudinaux qui affectent toutes les terres émergées. Qui n’ont rien à voir avec la fonte des glaces ! qui, elles résultent le plus souvent de réchauffements localisés et temporaires des sols, ainsi que de variations annuelles de la nivosité, et non d’un réchauffement global de l’atmosphère terrestre ! On observe que systématiquement quand nous avons chaud, d’autres régions sont anormalement froides. Posons-nous la raison qui fait que les vrais scientifiques climatologues ont été exclus manu militari des diverses COP? Savez-vous que l’Afrique et l’Amérique se sont déjà séparées de 6000 km à raison de 2cm par an !

    • Ils savent tout ça et c’est pour cela que 90% des sommes devant se consacrer aux problèmes qu’ils invoquent sont détournées vers d’autres choses ..sont pas bête au point de scier la branche où ils sont assis..et la faillite des peuples est sans importance pour eux

    • 10 – Le nucléaire reste compétitif (face aux renouvelables)

      VRAI ET FAUX: En France, c’est vrai… Aujourd’hui. Avec le coût de production « cash » de 33 euros par mégawattheure calculé par EDF, l’électricité nucléaire française est même très compétitive. Mais à 60 euros par mégawattheure, comme l’avait estimé la Cour des comptes en 2014 en tenant compte des coûts cachés (loyer économique, provision pour démantèlement, déchets, rénovation…), le nucléaire commence à se heurter aux énergies renouvelables.

      Surtout, le parc historique n’est pas éternel. Et le nouveau nucléaire s’annonce très cher. « Partout où il est possible d’accéder à des chiffres fiables, il apparaît que les nouveaux réacteurs, ceux qui sont en construction ou en projet, ne sont pas compétitifs », avertit Thibault Laconde, consultant chez Énergie et développement. Au Royaume-Uni, EDF a négocié l’électricité qui sera produite à Hinkley Point C à 104 euros par mégawatt­heure durant trente-cinq ans. Le double des coûts annoncés pour l’éolien offshore en mer du Nord.

      • C’est très mal de troller comme un malade, surtout quand on se défend comme vous avec mépris
        Je n’ai rien contre les aéro-générateurs, je demande juste de ne pas les subventionner, de supprimer leurs accès prioritaire au réseau.
        Que l’état laisse les acteurs économiques faire, et chaque solution soit utiliser à bon escient.

        • en premier lieu un producteur éolien n’est pas en lien direct avec un client… comme un producteur nucleaire d’ailleurs..
          la connivence est énorme dans ce secteur…toujours au nom de l’intérêt collectif …

          essaye de me faire croire qu’il y a un lien direct entre le prix de revient de électricité est sont prix de vente en espérant que j’apporte mon soutient politique à la filière est une escroquerie intellectuelle…

          et ne vous y trompez pas si vous forcez un fournisseur à acheter du vent…vous vous trouverez forcé un jour de subventionner les centrales de back up…mais il n’y a que vous qui ne comptabilisera pas ça comme un passif de la filière!!!

          m^me un zig qui monte une éolienne chez lui au milieu de nulle part ajoute des batteries… quand il n’a pas un générateur thermique en réserve…et il adapte son mode de vie…

          si on vous écoute la seule conséquence de l’introduction des intermittents sera une baisse des tarifs l’électricité… VRAIMENT?

  • Le plus gros scandale en cours: les éoliennes de la baie de Saint Brieuc. Des études, des sondages, des machines, des financiers et des paradis fiscaux, tout est étranger.

  • en effet chacun a le droit de préférer vivre à coté d’une éolienne ou d’une centrale nucleaire….sauf que ce n’est pas la question , qui est au nom de quoi ai je le droit d’interdire à ne centrale nucleaire ou une eolienne de s’installer à côté chez moi.
    et là encore la question n’est pas simple.
    La dévalorisation sur le marché de votre bien n’est pas une justification..
    sa dégradation ou la dégradation de votre santé..oui…et encore , le fait est que de tout temps on admet que les autres nous nuisent…ce n’est que depuis l’essor de épidémiologie que les gens reprochent m^me des nuisances epsilonnesque sur le plan individuel , telle la sardine que mon voisin a cuite sur son bbq a diminué mon espérance de vie de 12 secondes..j’exige réparation…

    remarquez bien qu’il me semble avoir lu que la proximité d’une centrale augmente le risque de leucémie… mais aussi en général toute installation industrielle..que la vie est compliquée…

    mais basique ment …votre voisin fait ce qu’il veut chez lui…une éolienne ou une centrale nuc

    • Pas si vous pouvez prouver, au vrai sens du terme, les dégâts causés à votre santé. Et avec les publications sur les effets des infrasons, on s’en rapproche

  • Je suis un écolo, mais un vrai, c’est à dire que je suis pour la défense de la nature, végétale et animale.
    Chaque metre de terre bétonnée est une catastrophe pour la nature.
    Combien faut-il bétonner de metres pout construire le nombre d’éoliennes qui remplaceraient une centrale nucléaire?
    A ce propos, je signale la situation à Tchernobil: on a interdit la présence humaine dans un périmetre étendu, où aujourd’hui la nature a repris son cours, y compris des espèces animales qui avaient disparu. Ce qui était une catastrophe pour les humains est devenu une bénédiction pour la nature!
    La seule vraie question est: doit-on vivre comme a choisi de vivre la secte Amish, ou bien doit-on faire confiance au progrès.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
1
Sauvegarder cet article

Un peu plus de 70 jours nous séparent de la prochaine élection présidentielle. Comme tous les 5 ans, le pays est le théâtre d’un concours Lépine des propositions les plus démagogues.

Une situation qui a empiré avec le quinquennat. Ce dernier a transformé la présidence de la République en un super-Premier ministre dont les électeurs attendent un travail d’assistante sociale.

Cette attente est confirmée par un récent sondage Ipsos-Sopra Steria pour le journal Le Monde, qui montre que les Français attendent un président proche de l... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

C’est le 9 octobre 2021 qu’Édouard Philippe a officiellement lancé son propre parti, Horizons. L’ancien Premier ministre a présenté celui-ci comme étant destiné à favoriser la réélection d’Emmanuel Macron. Mais il semble que les critiques qu’il a émises concernant « la gestion de la dette et le probable report de la réforme des retraites » n’aient pas été appréciées par le président. Ainsi, Horizons a très vite été perçu comme une menace potentielle pour LREM.

La sanction ne s’est pas fait attendre : la récente proposition de Philippe ... Poursuivre la lecture

Ce 19 janvier, Emmanuel Macron a pris la parole au parlement européen pour faire un discours dans le cadre de la présidence européenne de la France.

Arrivé de Macron au parlement... pic.twitter.com/rBEkIdJfG6

— Esposito Corinne (@coconuts1315) January 19, 2022

Le propos s’est concentré sur les valeurs qu'il souhaite défendre. Il a été critiqué par les représentants français des groupes européens de l’opposition comme Jordan Bardella du RN, Yannick Jadot d'Europe Ecologie les Verts, François-Xa... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles