Semaine politique : la démagogie ordinaire masque les vrais problèmes

Ne sachant manifestement pas trop quoi faire du temps libre que leur fournissent leurs fonctions payées par la collectivité, nos politiciens font preuve d’une créativité insoupçonnée pour inventer de nouveaux concepts politiques.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Semaine politique : la démagogie ordinaire masque les vrais problèmes

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 23 juin 2018
- A +

Par Olivier Maurice.

Je suis passé hier par hasard devant un local du PCF. Comme la devanture était recouverte d’affiches et que j’avais un peu de temps, je me suis mis à les lire pour voir un peu de quoi les camarades du parti pouvaient bien parler.

Au milieu des divers tracts parlant des grèves et des mouvements sociaux actuels et passés, je suis tombé sur un réquisitoire poignant pour la liberté religieuse. Ou tout du moins c’est ainsi que j’ai interprété la dénonciation de la polémique visant une déléguée syndicale de toute évidence musulmane et portant le voile, j’ai donc relu le document une seconde fois pour être bien certain.

Mais oui, j’avais bien compris : le document était très clair.  C’est bien la liberté de porter des signes religieux dans l’espace public que le PCF revendique.

Je me suis dit que le grand Karl, ses disciples moustachus et barbus, Aristide Briand (l’initiateur de la loi de 1905) et tous les hussards noirs des siècles passés devaient être en train de faire des sauts de biche dans leur tombe en cherchant désespérément à chasser cette subite ode à l’opium du Peuple…

Du pouvoir d’achat pour les travailleurs !

Cela m’a aussitôt poussé à faire la relation avec une nouvelle que j’avais entendue un peu plus tôt : les Républicains, par la voix de leur vice-président Guillaume Peltier demandent une revalorisation du SMIC de 5, 10 ou 20%.

Sur le coup, je me suis dit que le numéro 3 des Républicains avait sans doute comme idée d’imiter l’ex numéro 2 Virginie Calmels et de se faire prestement remercier de son poste pour opinion personnelle émise à la presse faisant preuve évidente de dissidence et de manque d’orthodoxie, mais à part un tweet d’un député LR qualifiant la sortie de délire, l’affaire semble bien en être restée là.

J’ai en fait été rapidement détrompé. Il ne s’agit pas de manque d’orthodoxie, ni d’une transe soudaine due à la réincarnation spontanée d’Henri Krasucki, mais bien un léger excès de zèle parfaitement dans la ligne du parti, comme l’explique d’ailleurs Christian Jacob, président du groupe LR à l’assemblée, qui avait un peu plus tôt déclaré au micro de RTL que les Républicains devaient dans l’avenir valoriser plus ouvertement la valeur travail et s’opposer plus clairement à l’ultra-libéralisme d’Emmanuel Macron.

Alors que j’étais assez d’accord sur le fait que la politique fiscale du gouvernement faisait du Robin des Bois à l’envers en cherchant à diminuer la pression fiscale sur certains, tout en l’augmentant sur d’autres, l’accumulation d’indices me fait maintenant clairement penser que la charge qualifiant Emmanuel Macron de président des riches ne venait pas du tout d’une critique de l’excès de fiscalité, mais bien d’une entreprise de séduction tous azimuts destinée à s’attirer les bonnes grâces de l’électorat populaire, quitte à reprendre les slogans historiques de leurs ennemis jurés d’il y a à peine quelques années.

Même si on doit reconnaître aux républicains des qualités indéniables de contorsionniste pour trouver trop libérale la politique du gouvernement Macron-Philippe et en même temps dénoncer tous azimuts l’excès d’autoritarisme et la réduction de la liberté de déplacement que va induire la prochaine limitation de vitesse à 80 km/h sur les routes secondaires, je reste quand même assez perplexe à me demander qui de Laurent Wauquiez en camarade prolétaire ou de Pierre Laurent en frère mystique est le plus crédible …

Touche pas à mon pote Manu

Pendant que le PCF et LR jouent aux chaises musicales, essayant chacun le fauteuil de l’autre, il semble bien que la France Insoumise ait ressorti la machine à hurler au bling-bling et au casse-toi-pauvre-c qui avait si bien marché contre Nicolas Sarkozy.

Agacé d’être resté avec un stock énorme d’assiettes en plastique sur les bras (assiettes inutilisées lors de la fête à Macron par manque de convives), la France Insoumise a décidé de faire des vagues (plus grosses que celles cruellement absentes lors de la Marée Populaire) avec la piscine du Fort de Brégançon et la vaisselle de l’Élysée et de dénoncer à grands cris la dérive monarchique du locataire de La résidence de la Lanterne, du palais de l’Élysée, de l’hôtel de Marigny, du palais de l’Alma et du Fort de Brégançon, surtout depuis que celui-ci ne supporte pas semble-t-il qu’un collégien l’appelle (comme les monarques d’antan) par son prénom.

On se rassure quand même de savoir que la maintenant célèbre piscine estivale présidentielle sera hors-sol, un peu comme les commentaires misérabilistes, dégoulinant de jalousie et de démagogie que l’on entend en boucle sur le sujet. On en vient à se demander si pour être président de la République Française, il ne faudrait pas obligatoirement être clochard et sans aucune éducation ni diplôme, sous peine d’être aussitôt taxé d’arrogance, de suffisance, de dédain envers le Peuple et de bourgeoisie aristocratique pontificale caractérisée.

N’étant plus à un paradoxe près, le parti de Jean–Luc Mélenchon (lequel vient juste de saluer Donald Trump pour avoir ouvert un front contre le capitalisme européen, action qui selon le grand patron des insoumis, inaugure une nouvelle ère sonnant la fin du libéralisme triomphant et du libre-échange) s’est vite trouvé une cible supplémentaire en taxant le parti présidentiel de démagogie et de racisme.

Le responsable de cette dérive fasciste ne serait autre que le think-tank Terra Nova, officine ouvertement de gauche et rendue célèbre pour avoir poussé le PS vers une politique délibérément clientéliste à destination des populations d’origines étrangères, en utilisant comme thème fédérateur la dénonciation du racisme et du populisme.

Terra Nova serait coupable de réaliser un sondage auprès des adhérents au mouvement En Marche, afin entre autres, de savoir si ceux-ci trouvent qu’il y a trop d’immigrés en France. Il lui est reproché de poser des questions auxquelles les gens n’auraient pas pensé (vu que le sujet n’est jamais abordé en France et que l’on en parle absolument jamais…) et ainsi de suggérer des idées inconvenantes et politiquement incorrectes.

En dehors de la crédibilité à taxer de raciste un des théoriciens de l’antiracisme, je me demande vraiment quel intérêt peut avoir La France Insoumise dans cette dénonciation : soit ils ont raison et alors les marcheurs vont réaliser qu’ils n’ont rien à faire dans le mouvement présidentiel, soit ils ont tort et alors il y a de fortes chances que Terra Nova ne guide En Marche dans la même direction qu’il a guidé le PS : c’est-à-dire dans la querelle intestine, l’éclatement et la disparition du paysage politique.

Enfants en cage et Emplois fictifs

On en oublierait presque le Rassemblement National tant il brille par son absence sur des thèmes qui composent son fonds de commerce depuis des années.

Lors de son passage lors de l’émission les 4 vérités, Marine Le Pen a essayé par tous les moyens possibles de se désolidariser de Donald Trump auquel est reproché le scandale des enfants migrants emprisonnés. Sauf que l’émission se passait quelques heures avant que celui-ci ne signe avec fracas un décret interdisant la séparation des pauvres bambins d’avec leurs parents, information aussitôt relayée avec force emphase par tous les médias de la planète.

Il semble bien que la patronne du RN n’était pas au courant de toutes les ficelles de cette histoire qui, depuis la diffusion des images sordides en passant par les larmes de l’épouse du président américain, a tout l’air de n’avoir été qu’une habile opération de communication destinée en fin de compte à révéler au monde entier le grand cœur et le sens moral incontestable du leader du monde libre.

Poussant jusqu’au bout sa logique de dédiabolisation, elle en a même été jusqu’à se faire l’avocate des instances internationales et de l’Europe, saluant leur gestion des campements humanitaires qui accueillent les migrants à l’extérieur des frontières Européennes.

Libre ici à chacun de comprendre si l’Europe a effectivement un rôle régulateur dans la crise migratoire ou, comme elle l’explique en boucle depuis des années, la communauté est le principal responsable de l’implication de la France dans cette situation catastrophique.

La présidente du RN a semble-t-il décidé pour une fois de faire profil bas et de ne pas en rajouter en tirant comme à son habitude à boulets rouges contre les instances Européennes. Ceci n’étant peut être pas étranger au fait que celles-ci viennent de lui infliger une amende de 300 000 euros pour emploi fictif (En France cette infraction est passible d’une peine de 10 ans de prison et d’un million d’euros d’amende).

Rien de bien nouveau en somme

Bref, une semaine politique ordinaire, ou quand le clientélisme et le marketing politique font dire aux politiques tout et son contraire. On en finit par soupçonner la vraie raison pour laquelle Canal + a arrêté de produire les Guignols de l’Info : leur spectacle semble en effet de plus en plus fade comparé à la réalité.

Ne sachant manifestement pas trop quoi faire du temps libre que leur fournissent leurs fonctions payées par la collectivité, nos politiciens font preuve d’une créativité insoupçonnée pour inventer de nouveaux concepts politiques : le communisme religieux, la droite prolétarienne, le centre xénophobe, le monarque républicain, l’ultra-libéralisme répressif, l’antiracisme raciste, l’insoumission protectionniste, le patriotisme fédéral …

Il serait peut-être temps de siffler la fin de la récré et de renvoyer tout ce petit monde s’occuper des problèmes qui ne manquent pas dans ce pays : entre la dette, le déficit de la balance du commerce extérieur, le chômage, le poids de la fiscalité, le dépérissement du service de santé, la paupérisation de l’armée, de la justice et de la police, les grèves erratiques, les embouteillages chroniques ainsi que l’insécurité et la propreté douteuse de bon nombre de grandes villes, la stagnation voir le recul du pouvoir d’achat, le triste record de suicides, de consommation d’antidépresseurs, de consommation de stupéfiants par les moins de 18 ans, etc. il y a largement de quoi s’occuper.

Quoique.

Vu leur capacité à nous pondre des analyses et des solutions certes créatives mais néanmoins hautement farfelues (et rarement gratuites), il vaut peut-être mieux les laisser s’amuser à créer des polémiques avec trois fois rien et éviter ainsi qu’ils n’aggravent encore plus la situation.

 

Voir les commentaires (21)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (21)
  • il y a un problème concernant les problèmes qui touchent notre pays et qui sont énumérés par l’auteur : c’est que nos politiques sont incapables de les prendre à bras le corps et encore moins de les résoudre ; la prochaine polémique va certainement venir de la fête de la musique à l’élysée qui va occuper les réseaux sociaux pendant que la France continu à se casser la gueule ;

    • @ véra
      Oui! C’est évidemment troublant de voir la France s’enfoncer dans ses problèmes (même un peu édulcorés par la croissance actuelle, mais moins réellement et efficacement en France qu’ailleurs!) et l’absence de volonté française de profiter de l’occasion pour prendre des mesures d’économies justifiées, donc d’austérité mais moins pénibles! C’est ce qui se passe avec les politiciens: quand le déficit public diminue, ils sont persuadés de pouvoir dépenser plus et inventent comment faire!
      Comme si la France respectait déjà les critères de bonne gestion de Maastricht!
      Mais bien sûr, la presse ne s’intéressera qu’à la surface (fête de la musique à l’Élysée: un détail!) et pas aux effets de la politique sur les comptes!

  • « La démagogie ordinaire » est devenu un art très élaboré et très médiatisé pour tenter de justifier ou de légitimer un carriérisme politique.
    Mais, la technique de la démagogie consiste en une technique d’imposture destinée à des électeurs pouvant accepter de prendre des vessies pour des lanternes.
    Par exemple, après avoir usé de stratagèmes pour arriver à être considéré comme « l’homme providentiel « d’un grand pays »,on essaye de mettre en œuvre des stratagèmes pour diriger l’Europe entière…

    • @ Duglandin
      Oui, c’est toute l’illusion de Napoléon Bonaparte, empereur assez éphémère qui a conquis beaucoup par la force, puis tout perdu pour terminer, prisonnier à Ste Hélène.
      Autant vous dire qu’un leadership européen français ne risque pas de survenir!

      • mikylux
        Vous semblez donc pessimiste sur la réalisation d’un ambition de leadership européen.
        Pourtant, aux prochaines élections des eurodéputés, beaucoup de français y croient et, s’apprêtent à voter majoritairement pour les candidats adoubés par le pouvoir impérial….

        • @ Duglandin
          Oui, évidemment que j’en doute: A.Merkel sans doute aussi: sa partenaire se dit co-leader mais est championne pour ne pas en respecter ni les règles, ni le chemin pour y parvenir! On comprend qu’elle pouvait espérer mieux!
          Dans une Europe concentrique depuis l’€, il y a les pays du premier cercle, suivant les principes de bonne gestion des critères de Maastricht (1992!), puis d’autres sur la voie de s’y diriger, puis la France qui veut en être, en partager le leadership mais sous condition que l’U.E. devienne plus française et que les 26 pays restants fasse allégeance, bien sûr, maintenant que le brexit est presque acquis!

          Le périple international d’E.Macron a montré au président chaleureusement accueilli que non, il ne trouverait pas de sponsor!
          Un empire, c’est plus coûteux que ça!

  •  » Je le répète, la partie bête de notre nation est plus bête que celle de toute autre, comme la partie la plus corrompue est plus corrompue, la partie vile, plus vile.
    Est il bien vrai que la partie aimable soit la plus aimable ?
    Et quand cela serait, c’est encore un assez faible dédommagement.  »
    Benjamin Constant (journal intime)

  • Les enfants migrants séparés de leurs parents l’étaient déjà avant Donald Trump, sous l’administration de Saint Obama!
    Mais la gauche s’en foutait complètement, tant la française que l’américaine, qui cherchent maintenant à la coller sur le dos de Trump! L’hypocrisie typique de la gauche internationale.

    • @ Virgile
      Oui, il y a un fait: D.Trump a annulé officiellement cette séparation des enfants d’avec leurs parents!

      Dont acte!
      Un gars au sommet, qui avoue s’être trompé: chapeau! C’est rare! Et un autre fait!

      On pense ce qu’on veut de D.Trump, mais il n’est donc pas 100% mauvais, contrairement à ce que certains racontent!

      • @ Virgile
        Wait & see!

      • Si Trump était mauvais, ce serait génial pour le reste du monde qui ne manquerait pas d’en profiter. Vu les effets sur le reste du monde, on peut conclure que Trump est redoutablement bon, au contraire.
        Il paraît que Macron tweete encore plus que lui, mais si on compare l’efficacité du tweet lambda, il doit être au moins un ordre de grandeur au dessous : le Président des pauvres … effets de manches.

        • @ MichelO
          N’allons pas trop vite: la politique est affaire de patience et jamais que l’art du possible!
          Un an, sur un mandat ne suffit pas à juger, mais interdit de condamner ou d’encenser des décisions encore sans grand effet!

          • Si on rajoute les 3 ans précédents comme ministre de l’économie, ça fait amplement assez pour juger. Pour ne pas dire amplement assez tout court !

            • @ MichelO
              Sous la Vième, un ministre « ça obéit et ça ferme sa g… »! Donc non! Son ministère dont il a démissionné en fermant sa g… n’est pas un argument valide.

          • La loi Macron (fin 2014) affichait l’objectif de déverrouiller l’économie française, et d’apporter un gain de croissance de 0.3% à 5 ans. On en est à 0.05%, ça va être dur dans les 18 mois qui restent de faire passer à 0.3, surtout que les autocars Macron vont devoir rouler à 80 au lieu de 90… 4 ans de stagnation, quand les conditions ont rarement été aussi favorables pour de vraies réformes, ça fait long dans la vie d’un Français, même si vu confortablement du Luxembourg ça ne vous titille guère.

            • @ MichelO
              Un conseil: ne jamais croire la prédiction chiffrée d’un politicien à une date fixée: ils n’en sont pas plus sûr que vous et vous diront que ce n’était que leur objectif!
              (Et, évidemment, quand on parle de 0,3%, il vaut mieux vérifier les calculs! Mais quand on lit que l’état français prélève 56 ou 57 % de PIB pour ses menus frais et que l’Allemagne n’en prélève que 44 +/-1 %, ça, c’est significatif et explique bien des choses!)
              Qui pouvait prévoir cette particularité française de mettre les routes à 80 km/h (à 90, partout ailleurs)? Pas même un ministre!

  • En tout cas, Trump n’a trumpé, pardon, trompé personne. Il applique le programme pour lequel il a été élu, il fait ce qu’il a dit qu’il ferait, c’est sûr que chez nous, ça surprend ! Wait

    • @ RaphSud
      Oui, ça surprend! Mais c’est ce qui arrive quand ce n’est pas un gars (ou une fille) du milieu politique qui sort du chapeau des élections!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Un entretien mené par Matthieu Creson pour la la Revue Politique et Parlementaire. 

 

Pascal Salin est économiste, professeur émérite de l’université Paris-Dauphine, et fut président de la société du Mont-Pèlerin de 1994 à 1996.

Parmi les ouvrages qu’il a publiés, citons notamment La Vérité sur la monnaie (Paris, Odile Jacob, 1990), Libéralisme (Paris, Odile Jacob, 2000), Français, n’ayez pas peur du libéralisme (Paris, Odile Jacob, 2007), Revenir au capitalisme pour éviter les crises (Paris, Odile Jacob, 2010), La T... Poursuivre la lecture

L’âge de la retraite semble avoir beaucoup d’intérêt pour les candidats, il n’en a pratiquement pas pour les retraités actuels et futurs.

Certes l’âge de la retraite est désormais au cœur de la campagne électorale. Dans son allocution de lundi soir le Premier ministre a annoncé non seulement son soutien inconditionnel au candidat Macron (ce qui était surprenant et courageux) mais aussi sa certitude que les tout premiers jours du nouveau président (« reconduit » a-t-il dit avant de corriger pour « réélu ») seraient consacrés à la réform... Poursuivre la lecture

boomers non-travail orpea actionnaire
6
Sauvegarder cet article

Mais puisqu'on vous dit que Macron, c'est Le Grand Réformateur ! Puisqu'on vous dit qu'il n'a pas arrêté de réformer, d'affûter avec habileté la France pour la prochaine décennie ! Les petits dérapages budgétaires n'y changeront rien : les réformes sont sur des rails, elles passeront. Quoi qu'il en coûte.

C'est sans doute dans cet esprit que l'actuel gouvernement planche à nouveau sur la réforme des retraites qui avait été subrepticement mise en pause suite à la déclaration de guerre (non, pas contre Poutine, contre le virus il... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles