Des élus de plus en plus dangereux

Le souci des incultes en économie est lorsqu'ils parviennent au pouvoir : les dégâts causés sont immenses et il faut des années pour corriger le tir...
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Bruno Le Maire 2011 by UMP Photos(CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Des élus de plus en plus dangereux

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 22 juin 2018
- A +

En France, l’administration fait, tous les jours, d’immenses dégâts et, comme un occupant intérieur, prélève une dîme chaque année plus lourde. Cependant, sa frénésie de tabassage fiscal doit beaucoup à cet esprit ponctionnaire débridé qui souffle au sein de son appareil de direction : chaque jour, à côté d’une inculture économique consternante, nos élus nous font la démonstration d’un état d’esprit totalement vicié.

Et il n’y a guère besoin d’aller chercher bien loin puisque chaque semaine, que dis-je, chaque jour amène son lot d’âneries affolantes proférées par l’un ou l’autre personnage politique d’importance relative.

Ici, il serait facile d’exhiber des exemples particulièrement comiques en tapant dans l’immense vivier de populistes d’extrême-gauche dont la réputation en matière d’inculture économique n’est plus à faire. Dans l’une ou l’autre saillie où le populisme s’y disputera l’indigence du raisonnement sous-jacent, on trouvera toujours une bonne raison d’aller saboter un pan de l’économie sous des prétextes fallacieux mais électoralement vendeurs.

Dois-je réellement m’appesantir sur le dernier tweet de Jean-Luc Mélenchon lorsqu’il se demande, pas suffisamment in petto, si l’argent fait le bonheur et si, quelque part, il ne faudrait pas arrêter un peu d’accumuler bêtement, oubliant (commodément ou par simple absence de raisonnement) que c’est précisément l’accumulation de capital qui a permis, depuis l’aube des temps, de sortir l’humanité de sa condition animale et du dénouement qui s’y rattache ?

Si l’on n’est guère étonné de trouver ce genre de propos chez quelqu’un qui se fait fort de confisquer tout ce qu’il pourra (et d’accumuler pour lui et sa clique – l’accumulation, dans ce cas là, ne le rendant pas morose), on pourra s’inquiéter un peu plus en découvrant les opinions aussi informées que frappées au coin du bon sens avec 3g d’alcool dans le sang d’un certain Guillaume Peltier, occulté jusque-là, dont on a la tristesse d’apprendre qu’il est vice-président des Républicains, poste qu’il aura décroché probablement à la suite d’une épique partie de beer-pong (je ne vois guère d’autre explication possible).

Et pour ce Vice caché jusqu’à présent, il faudrait très clairement augmenter le SMIC de 10, 15 voire 20% : eh oui, puisqu’avec 1100 ou 1200 euros par mois, il est difficile de vivre en France, l’individu propose un électrochoc en augmentant le salaire minimum d’une façon musclée, tout en prétendant rééquilibrer cette hausse par « une baisse des charges drastique » sur ces salaires. Qui sont déjà, très largement, particulièrement allégés de charges.

Autrement dit, outre l’absence assez inquiétante de connaissance du sujet spécifique du salaire minimum en France, le frétillant demi-président nous démontre une méconnaissance dramatique d’une règle de base de l’économie : si vous contraignez artificiellement un prix à la hausse, vous créez, mécaniquement, des frictions dans le marché correspondant et accroîtrez inévitablement les inefficacités. En d’autres termes, le coût de l’emploi augmentant, vous allez créer encore plus de chômeurs.

Mais le politicien n’en a cure. Tout comme Jean-Luc et ses saillies ridicules à faire pousser des dents de travers, le brave Guillaume sait qu’on attrape plus de mouches électorales avec une pinte de populisme qu’avec une goutte de réalisme.

Heureusement, ni le premier ni le second ne sont au pouvoir. Il n’y a rien de plus dangereux qu’un populiste au pouvoir, surtout s’il se double d’un parfait crétin ou d’un inculte chimiquement pur en économie. Le Venezuela en fait les frais tous les jours, le Zimbabwe avant lui et la France n’y échappe pour le moment que par la grâce d’un énième concours de circonstances pas trop défavorables.

Mais voilà, la chance finit toujours par tourner.

Après tout, nous avons Bruno Le Maire comme ministre de l’Économie, et ce type n’a manifestement jamais été équipé pour en parler, l’analyser et à plus forte raison, la comprendre.

En témoigne la dernière enfilade d’imbécilités qu’il a proférées avec un aplomb que seuls peuvent afficher les innocents aux mains pleines et aux crânes vides.

Ainsi, pour ce minustre, aucun doute : il faut taxer Amazon, il faut taxer leurs livraisons, et puis c’est tout.

En cela, il rejoint donc avec une belle vigueur de vainqueur le train des sénateurs parti un peu avant lui qui ont décidé de fusiller ce qui restait de commerce en France, et de réintroduire une forme pas du tout subtile d’octroi dans nos villes et nos campagnes. On attend avec gourmandise les subventions aux troubadours et autres jongleurs que la République réintroduira pour ce nouveau Moyen-Âge festif, citoyen et un tantinet rigoureux que nous dessinent Bruno et sa brochette de déconautes de l’économie.

Pour entrer en politique, il faut une confiance en soi absolument inoxydable. Ce trait permet de sélectionner les plus obstinés, et la frontière est fine avec les plus bornés. Frontière que Bruno franchit allègrement, tel un réfugié de l’économie alternative franchissant une véritable Méditerranée de concepts foireux sur le petit pédalo de son intelligence : non content de vouloir fusiller Amazon et l’e-commerce français dans le même pédalage vigoureux, le voilà qui s’en prend avec finesse à la rémunération de l’ex-PDG de Carrefour.

Eh oui : alors même que Bruno Le Maire n’a jamais été bénévole toutes ces années où il a sévi en politique (ce qui aurait mis son salaire à la hauteur de ses réussites), voilà celui qui est parvenu 5ème sur 7 candidats de la Primaire républicaine avec un imposant 2.36% distribuer des bons et des mauvais points à quelqu’un dont la rémunération dépend, au final, du bon vouloir d’actionnaires dont Bruno n’est normalement pas responsable.

N’en déplaise à Bruno, les rémunérations octroyées par Carrefour à ses dirigeants ne le regardent en rien et ne regardent que les propriétaires légitimes de cette entreprise privée qui finirait, magie du marché, par une faillite méritée si elle persistait à payer n’importe qui n’importe comment.

Faillite que Bruno n’envisage même pas, ce concept ayant été soigneusement gommé tant dans les administrations où il a laissé ses traces que dans toutes les boîtes où l’État met ses doigts boudinés et qui sont devenues littéralement impérissables, par la force des interventions catastrophiques de Bruno et de types de son « calibre » avant lui.

Ce faisant, le ministre de l’Économie intervient, encore une fois, dans un domaine qu’il ne maîtrise en rien, ce qui ne manquera pas de déclencher, un jour ou l’autre, des effets indésirables. Eh oui : un incompétent au pouvoir, c’est toujours dangereux.

Et ici, je ne parle malheureusement pas de prospective ou d’hypothétiques dérapages malencontreux, mais bien de faits certains et de conséquences inéluctables avec lesquels nous devrons vivre des décennies durant, de la même façon que nous vivons, ici et maintenant, avec les conséquences catastrophiques des colliers de nouilleries que les brillants prédécesseurs de Bruno ont enfilées avant lui.

Il me suffira, pour illustrer ce propos et conclure cet article, d’exhiber la dernière trouvaille du Conseil Constitutionnel dégotée par un Laurent Alexandre effaré (et il n’est pas le seul), et de constater que oui, décidément, avec ce genre d’olibrius aux commandes, ce pays est foutu.


—-
Sur le web

Voir les commentaires (29)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (29)
  • merci, une fois de plus, pour cet article.
    Nono Lemaire, comme beaucoup de gens de son espèce qui n’ont jamais mis les pieds dans la vraie vie est dangereux.
    pas tant pour ce qu’il dit, qui est déjà énorme (en substance que les propriétaires de Carrefour ne peuvent pas faire ce qu’ils veulent de leur argent/actif), mais par la portée énorme de ce type de raisonnement : pensez donc, le ministre, qui est super fort et intelligent, a dit que c’était pas bien du tout. ça va se trouver dans toutes les têtes et dans toutes les discussions autour du barbecue sur le thème : c’est vrai puisque le ministre l’a dit. t voilà comment on éduque un peuple. et ça me rend malade.

  • Le profil « type » Lemaire, est adapté à l’incompétence majoritaire des sujets économiques auprès de français.
    pourquoi se gêner alors?
    un crane d’huitre suffit à gérer la masse électorale..;pas besoin d’investir plus….
    tout va bien….dormez tranquille …on s’occupe de vous….bravo l’assista

  • Bruno Lemaire,plus Con que lui, tu meure..
    vous avez déjà vu un Ane devenir un Pur Sang !!! ce type est dangereux et il n’est pas le seul !!!! L’ENA créer des imbéciles, imbu de leur personne sans exception …QUAND LE PEUPLE VA T’IL SE RÉVEILLER !!!!

    • Le peuple français étant composé d’ânes, que l’état se garde bien d’instruire et dont il bourre le crâne de socialisme dès la plus jeune enfance, cela ne risque pas!

    • Je vous demanderai de ne pas insulter les ânes avec votre comparaison …

  • Lou 17 , Virgile , s’il vous plait , n’insultez pas les ânes en les comparant aux politiques et à certains Français , l’âne est un animal intelligent inoffensif et travailleur ; les politiques et certains Français ne sont que des imbéciles heureux pour ne pas dire un autre mot moins sympatique ;

  • Comment cela, ce n’est pas juste de payer des ponts d’ors aux polytocards ❓
    M’enfin, de si beaux échecs, cela n’a pas de prix non ❓
    Et surtout si c’est si bien dissimulé, et que les suivants portent la casquette de pigeon, cela ne vaut pas son pesant de pépites ❓

  • Un curieux paradoxe :
    Les plus incapables sont vraiment capables de tout…

  • La séparation des pouvoirs selon Montesquieu (droit constitutionnel)
    « C’est une expérience éternelle que tout homme qui a du pouvoir est porté à en abuser (…) Pour qu’on ne puisse abuser du pouvoir, il faut que par la disposition des choses le pouvoir arrête le pouvoir » Montesquieu, l’Esprit des Lois, Livre XI, Chapitre IV L’article 16 de la Déclaration des droits…
    En démocratie, le pouvoir vient des citoyens et donc seuls, ceux là seuls, sont fondés à exercer leur devoir et droit de contrôle et sanction envers les abus des « autorités constituées » dont il est dénié d’être non seulement juges et parties mais qui plus est jugés par leurs pairs.
    Il est spécifié ici que venants de toutes les parties de l’échiquier politique et de la société civile (du cantonnier au président de multinationale) il appert que pour ne pas gêner ceux qui sont en activité, ceux là en sont dispensés, les retraités en revanche, en bonne santé, s’y obligent.

  • Qui est le plus dangereux : celui qui sévit à Bercy, ou celui qui l’y a nommé et l’y maintient ?

    • Je crains que Bercy ne soit qu’un ramassis de malfaiteurs inamovibles qui n’ont que faire de leurs patrons éphémères.

      • C’est possible, mais il ne faut pas sous-estimer le poids de l’onction du succès électoral par rapport à la maîtrise des rouages et des connivences de l’administration. Et Le Maire, en l’occurrence, ne dispose ni de l’une ni de l’autre…

  • Avec des politiques de cet acabit la France est sauvée …
    Plus nul que ces génies transcendants de la politique de haut vol auto inspirés , tu meurs … et en fait il faut impérativement qu’ils soient d’une nullité crasse … et toujours non responsables des résultats de leur incurie … c’est très pratique pour ceux qui dirigent en fait le pays, qui ne sont pas dans la lumière des projecteurs …
    Une preuve: avez vous déjà connu un gouvernement qui ait obtenu des résultats tangibles sur la « dette » ou le « déficit » allégués pour justifier de tondre, retondre, taxer, retaxer, surtaxer toujours plus les citoyens ….. désignés comme les seuls et uniques responsables de la situation du pays

  • Tout est dit, en lisant vos commentaires. C’est l’unanimité!

  • OUI, les élus sont de plus en plus dangereux, mais ne vous limitez pas aux élus nationaux, aux Ministres qui ne sont pas élus mais désignés ! ce qui n’est pas normal, lors des élections Présidentielles on devrait voter pour une équipe. Faites un article, hélas il serait peut-être trop long, sur la folie des élus locaux tous confondus et quelle qu’en soit leur étiquette. D’ailleurs, si vous entrez dans les ordres politiques même locaux on vous fait immédiatement savoir qu’i est INTERDIT de faire une proposition qui ne fait pas augmenter les revenus de la collectivité. Si d’aventure dans ces mêmes ordres vous suivez quelques formations il n’est pas rare d’entendre que la Politique est du « THEATRE » !
    Les hommes dangereux classés « S » voir dans notre cas « P » devraient en réalité être traités comme des terroristes car à leur manière ils détruisent notre pays. Certes on ne peut pas les renvoyer dans d’autres pays ni dans l’atmosphère mais empêcher les extrémistes d’accéder à des mandats politiques ou sociaux car dans le domaine social (sécu, retraites etc.) c’est le même foutoir, les mêmes dépenses somptueuses et le même irrespect envers la population. Hélas, notre démocratie bananière ne permet en aucun cas de réduire au silence un élu pris de folie. Il ira jusqu’au bout de son mandat et pour beaucoup vivre sur des rentes publiques après un mandat de 5 ans comme les parlementaires, autres races nauséabondes qui ne fait plus le travail pour lequel ils ont été créés. Seul compte aujourd’hui l’état de leur portefeuille et les avantages de toute nature qu’ils peuvent tirer de leur mandat. Reste la problématique du « mandat » qui ne devrait pas être une profession laquelle est de plus en plus devenue une affaire familiale de père en fils ou en fille et pire encore de nos jours ils se reproduisent entre eux pour rester dans leur petite sphère déconnectée du monde extérieur. Autre problème bien entendu lié à cette mafia est la nullité des votes. Les votes ne servent à plus rien tout est organisé à grand coups de moyens financiers et de pots de vin, pour exemple Macron, pots de vin pris sur des budgets publics sans que personne ne puisse les punir. Enfin il y a un autre danger tout aussi grand qui est celui des médias officiels qui grâce aux avantages fiscaux qui leurs sont octroyés se rangent facilement du côté des « P » les plus dangereux.

    • En fait,
      les luttes politiques sont des matchs de catch…

    • @Laurent46
      Bonsoir,
      Votre commentaire est tout à fait juste.
      Les « P » ont bien verrouillé l’acès à leur Graal par le cirque truqué des élections. Même cela n’est plus un scandale.
      Ce pays n’a pas de séparation des pouvoirs il n’a donc aucune Constitution. Le pouvoir Exécutif propose et fait passer des lois, sans avoir à consulter le pouvoir Législatif. Dans un épisode de la série « Rome », Jules César demande à un sénateur de proposer une loi que lui César juge nécessaire, mais que le sénateur ne sent pas lors de l’assemblée.Alors il lui propose quelques avantages en contrepartie. Nous n’avons même plus ce genre de stratagème, il n’y en a plus besoin. Les membres de l’Exécutif édicte une loi et elle devient applicable. Qu’est-ce qui pourrait les empêcher de nommer Macron 1er Président à vie ? Dans l’absolu rien du tout. Un petit 49.3 et une petite session clownesque dans l’A.N et le Sénat, en comité restreint et le tour est joué.
      S’ils se gardent bien leurs places avec des lois et des règles du jeu pipées, il ne faut pas oublier les agents qui font appliquer et « respecter » leurs lois, et qui veillent à garder le bétail dans l’enclos bien défini.

  • et bien la seule solution ..aux prochaines élections ne pas voter pour eux..

  • c’est une des solution…en mettre d »autres…et là dernière qui sera la plus efficace c’est d’occuper l’espace autour de leur habitation ..
    la peur fait réfléchir. ..

  • Bruno Lumière, sinistre de l’économie…

  • SODOMITES POLITIQUES
    Voici un commentaire, signé bebel 911 Groutabac, qui a été glané sur le web et intégralement reproduit à l’identique comme suit : « merci Macron de nous prouver que les homosexuels n’ont pas le monopole de la sodomie… on s’est bien fait enculer » – Voilà !

    Voilà surtout une phrase, “brut de décoffrage”, qui, pour ne pas être très académique, a cependant l’avantage d’avoir du tonus et, pour ce qui nous occupe, un punch d’enfer. En tout cas, celui-ci devrait se révéler être suffisamment puissant pour nous déterminer à nous sortir au plus vite d’un système violemment oppressif, et à nous unir politiquement – en vue d’un “mariage” citoyen – à l’adresse suivante : MAIRIE DE L’UNITÉ CITOYENNE CONTRE LES SODOMITES DU NOUVEL ORDRE MONDIAL.

    Pour info, ce commentaire figure au quinzième rang sous la vidéo Youtube, intitulée : « Comment Macron nous a été imposé.
    Lien : https://www.youtube.com/watch?v=o-ftuePsv2E

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
impôts de production bruno le maire
9
Sauvegarder cet article

Mardi 26 juillet 2022, l’Assemblée nationale n’a pas pu trouver un accord pour voter la Loi de finance rectificative. En clair, un texte qui avalise que la loi de finance initiale a dérapé et que donc le déficit sera revu à la hausse. La Loi pouvoir d’achat ayant été votée par les députés, l’adoption de la PLFR bute sur le dossier de la renationalisation d’EDF (une bricole à 9,7 milliards d'euros qui viendra s’ajouter à un océan de dettes de 2900 milliards).

« Débats interminables », « pure politique politicienne », s’agace le ministre... Poursuivre la lecture

Déjà en 1978, le prix Nobel d’économie Milton Friedman alertait sur les causes de l’inflation : due aux politiques monétaires des banques centrales, celle-ci est principalement liée à trop de création monétaire et trop de dépenses publiques.

Concrètement, les banques centrales créent de la monnaie ex nihilo pour financer ou racheter la dette publique des États surendettés, ou encore accorder des crédits aux banques. L’injection d’une nouvelle masse monétaire dans l’économie induit, à terme, une baisse de la rareté de la monnaie, et don... Poursuivre la lecture

Dans l’accumulation de désastres de ce premier quinquennat, notre sémillant ministre en a raté un : en plein confinement covidien le 23 mars 2020, il n’a pas écouté les appels à nationalisation lancés par M. Roux de Bézieux, président du MEDEF, principal « syndicat d’employeurs français ». Oui, dans notre douce France rongée par le libéralisme le plus sauvage, on ne dit pas un « syndicat patronal » mais un « syndicat d’employeurs ». Et M. Roux de Bézieux suppliait le ministre du « quoi qu’il en coûte » de songer aux nationalisations. Pour mém... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles