Augmentation du Smic : la droite et Guillaume Peltier entretiennent la confusion

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Augmentation du Smic : la droite et Guillaume Peltier entretiennent la confusion

Publié le 21 juin 2018
- A +

Par Éric Verhaeghe.

De Guillaume Peltier, nous ne retiendrons pas ici son passage au Front National avant d’intégrer le monde des Républicains. Nous retiendrons plutôt que comme beaucoup de jeunes élus il n’a jamais connu la vie en entreprise, sauf celle qu’il a créée (qui fait du conseil en affaires publiques), et qui n’est guère représentative d’une entreprise ordinaire. Il a commencé sa carrière comme professeur du second degré avant de bifurquer en politique.

Il est à l’image de nombreux politiques français, à gauche comme à droite, pour lesquels le secteur privé et la libre concurrence constituent des énigmes ou des sujets de connaissance théorique. Et comme souvent quand on connaît mal un sujet, on l’aborde avec des clichés faciles et des caricatures, et on propose pour lui des solutions toutes faites qui ne sont guère réalistes, mais qui vont dans le sens du vent.

En proposant une augmentation massive du SMIC, Guillaume Peltier n’a pas échappé à cette règle. Ce faisant, il a montré une fois de plus que la réaction des Républicains face à Macron n’est certainement pas de se rapprocher de la réalité, ni du réalisme, mais de se réfugier dans des fantasmes passéistes trop peu crédibles pour préparer le temps d’une reconquête.

Les propos incohérents de Guillaume Peltier

Reprenons d’abord la citation exacte de Guillaume Peltier :

J’entends tous les jours nos travailleurs souffrir. Ils travaillent pour une rémunération dérisoire. Vous croyez qu’on peut vivre en France, décemment avec 1200 euros net par mois ? » s’est indigné Guillaume Peltier avant de prôner « un électrochoc de 10, 15 ou 20 % » d’augmentation, avec, en contrepartie, une baisse des charges « drastiques » pour les entreprises.

La vidéo précise que Guillaume Peltier a ajouté une phrase ahurissante : la baisse drastique de charges se justifierait « parce qu’il ne faut pas que ça pèse sur les entreprises ». Il faut être tout droit sorti de la fonction publique et n’avoir jamais dû verser de sa poche le salaire de ses employés pour imaginer qu’une hausse des salaires de 10, 15 ou 20 % ne pèse sur les entreprises que s’il n’y a pas de baisse des charges. On voit ici la connaissance superficielle de la réalité des salaires en France s’étaler au grand jour.

Il ne s’agit pas de dire que Guillaume Peltier méprise les salariés. Au contraire, il se fait l’écho d’une souffrance réelle, celle des travailleurs payés à peine au-dessus du SMIC et qui peinent à boucler leurs fins de mois avec des revenus trop bas. Simplement, Peltier en reste à une approche émotionnelle et morale du salaire (celle de Mr Tout-le-monde qui dit : il faut augmenter les salaires), sans chercher à comprendre les déterminants économiques réels qui sont à l’œuvre dans les éléments qu’il déplore.

L’écrasement des salaires français autour du SMIC

Rappelons d’abord à Guillaume Peltier quelques réalités mathématiques. Écartons le sujet des charges, et posons le SMIC net mensuel. Il est, à 2 euros près, de 1150 euros, ce qui n’est effectivement pas beaucoup. Une augmentation de 15 % l’amènerait à environ 1325 euros nets.

Le tableau ci-contre rappelle la ventilation des salaires en France. 10 % des salariés de notre pays (c’est-à-dire grosso modo 1,5 million de Français) sont payés au SMIC ou à peine 60 euros de plus. Une augmentation de 15 % du SMIC les placerait au même niveau que le décile suivant. Il ne resterait plus dès lors que 400 euros mensuels de différence entre les salariés les moins payés et la médiane des salaires, c’est-à-dire la somme que perçoivent nos classes moyennes.

De cet élément objectif, on retirera d’abord que la mesure proposée par Guillaume Peltier, qui consiste à augmenter seulement les plus bas salaires, comporte un impact psychologique désagréable pour ceux qui se sentent rattrapés par le bas, sans véritable perspective d’augmentation. En réalité, Guillaume Peltier propose par une décision politique de réduire de près de moitié la distance qui sépare les classes moyennes des travailleurs les moins bien payés. Le signal est excellent pour ces derniers, il est très mauvais pour les premiers.

Politiquement, on s’étonnera quand même que la politique des Républicains ne s’inquiète pas de ce genre d’effets.

Le fantasme des baisses de charge gratuites pour le contribuable

Mais la vraie question n’est pas ici… elle est plutôt dans l’étrange logique post-chiraquienne ou post-hollandaise de cette mesure qui donne l’impression que la baisse des charges s’exerce de façon gratuite. C’est l’État qui paie, comme disait un incompétent en poste à l’Élysée il n’y pas si longtemps, et qui semble avoir beaucoup influencé Guillaume Peltier.

Car, que nous dit ce proche de Wauquiez, sinon qu’il faut augmenter les plus petits salaires tout en diminuant les charges qui pèsent sur eux ? La formule a, ne lui en déplaise, un goût de réchauffé qui laisse un peu pantois.

Car l’histoire de la baisse des charges sur le SMIC taraude les gouvernements qui se succèdent depuis de longues années, de gauche comme de droite. La « droite sociale et populaire » dont Peltier se réclame n’a pas hésité par le passé à développer une théorie sur le sujet, qui a inspiré la gauche. Il s’agissait de dire que le chômage de masse en France s’expliquait par le coût du travail peu qualifié, trop important par rapport à nos voisins. De là, l’idée de « baisser les charges » sous 1,6 SMIC (c’est-à-dire pour 50 % des salariés comme on l’a vu ci-dessus) qui fait florès depuis les années 90.

Personne n’a pu prouver que la mesure abondamment pratiquée en France permettait d’éviter le chômage. Mais tout le monde en connaît le prix : grosso modo, ce sont 25 milliards annuels qui s’envolent en fumée de la poche du contribuable pour financer le manque à gagner de la Sécurité sociale dans cette fameuse affaire de baisse de charges. Un rapport officiel de 2017 en a rappelé les termes et les limites.

Autrement dit, la mesure que propose Guillaume Peltier de « baisse de charge » en compensation de la hausse des salaires ne serait pas à somme nulle, comme l’ancien professeur de lycée qu’il est semble le croire. Elle a un coût pour le contribuable, probablement de plusieurs milliards supplémentaires, qu’il faudra bien trouver pour ne pas amputer la Sécurité sociale d’un magot dont elle a besoin pour équilibrer ses comptes.

Et qui donc va payer ? Le contribuable bien sûr, c’est-à-dire notamment les salariés au SMIC qui vont voir un bout de TVA augmenter, soit sur les travaux qu’ils veulent faire dans le petit pavillon qu’ils se paient péniblement, soit sur le restaurant qu’ils tentent de fréquenter une fois par mois pour se donner l’impression de vivre comme les autres.

Bref, ce qui aura été donné d’une main sera repris de l’autre.

Les classes moyennes, ennemies des Républicains ?

On sait comment se termine d’ordinaire le genre de mesures « populaires » que Guillaume Peltier propose. Elles permettent un affichage politicien facile, mais leur financement pèse toujours in fine sur les classes moyennes, le ventre mou du pays dont on pense qu’il a toujours du gras à liposucer pour amortir le choc de promesses intenables.

Augmenter le SMIC de 15 % n’échappera pas à la règle. Soit la mesure ne s’accompagne pas de baisses de charges, et elle se transformera en une nouvelle perte massive de compétitivité de l’emploi peu qualifié en France, c’est-à-dire par davantage de chômage. Soit la mesure s’accompagne d’une baisse de charges, et le coût de celle-ci pèsera sur les classes moyennes.

Dans les deux cas, la mesure est émotionnellement bonne dans l’immédiat, mais à terme socialement désastreuse pour les Français et pour leur économie, car il faudra bien la payer à son juste prix d’une façon ou d’une autre. Le scénario le plus vraisemblable est qu’elle se traduise par une nouvelle saignée fiscale sur les classes moyennes dont notre pays a le secret.

C’est cela, l’option partisane des Républicains, semble-t-il. Chasser sur les terres des plus bas salaires et taxer à terme les classes moyennes. On reste un peu perplexes sur la pertinence de ce choix stratégique. Car les salariés au SMIC représentent 1,5 million de personnes. Les classes moyennes en représentant beaucoup plus.

Sur le web

Voir les commentaires (23)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (23)
  • C’est peut-être une tentative de rapprochement de LR avec le PS, pour faire le poids contre l’ultra-libéral Macron ?

    • Guido Brasletti
      21 juin 2018 at 8 h 44 min

      Je crois qu’il s’agit plutôt d’aller concurrencer le FN sur son propre terrain. Ne pas oublier que le vote ouvrier a migré de la gauche au Front national.
      LR calque de plus en plus son programme sur celui du FN. Cette sortie de Peltier en est une preuve supplémentaire. Mais que les économistes se rassurent : rien de tout cela n’arrivera ; Peltier n’a pas dit « on va » mais « il faudrait »…
      Une fois de plus l’électeur sera le dindon de la farce.

    • Qui est libéral? Vous ne savez pas lire? Macron est tout sauf libéral, c’est un socialiste étatiste.

      • pas dans les discours des partis socialistes en activité dans ce pays. C’est ce qui compte ici.

        • La droite « pense » que le positionnement libéral lui a été confisqué par Macron. Tant qu’elle « pensera » avec aussi peu de bon sens, elle est condamnée à ce genre de stupidité économique.

      • @ Virgile
        Vous ne connaissez décidément que le 1er degré, sans pour autant être gentil ?
        Pour info c’était une boutade, et accessoirement une reprise d’une citation de Christian Jacob.

  • je ne vois pas l’intérêt d’augmenter le SMIC si en même temps tout augmente : l’alimentation , les assurances , les mutuelles , les énergies , les abonnements etc etc etc……la vie est chère en France et tout le monde sait que 75% de nos revenus repartent dans d’autres poches ;

  • Et pourquoi seulement 15 % ? Pourquoi pas le double ou le triple ?
    La crétinerie démagogue est la valeur la plus partagée par tous les bords politiques.

  • N’est-ce pas les mêmes promesses que Mme Le Pen.? Irréalistes économiquement. On appelle ça de la démagogie.

  • La droite mongaulliene est profondément socialiste. Rien de nouveau à cela.

    • Elle n’a plus grand chose à voir avec De Gaulle cette droite.

      • De Gaulle a largement participé à la socialisation de la France!

        • Entièrement d’accord; et puis franchement, il serait peut-être temps de passer à autre chose. De Gaulle était certes un grand homme, mais toujours se réclamer du Gaullisme, 50 ans après son décès, cela me semble quelque peu désuet.

          • @ Waren
            Non, Ch.De Gaulle restera évidemment une Icone nationale qui ne disparaitra pas; par contre, rien n’est plus pareil depuis 1969, même si la Vième est encore de rigueur et toujours démocratiquement déséquilibrée, ce que n’a pas changé Fr. Mitterrand qui préférait en user des avantages et privilèges, après avoir vigoureusement critiqué cette constitution!

  • 6 millions de ponctionnaires et moi et moi…
    J’en doute, il y en a bien plus, qui s’ignorent, comme mr Jourdain qui faisait de la prose sans le savoir.
    Toutes ces réglementations en augmentation constante y mènent.
    8 à 10 millions ❓ Au bas mot.

  • « Si on supprimait le SMIC, la seule conséquence en serait de rendre leurs chances à une foule d’êtres humains en les rétablissant dans leur droit d’entrer à nouveau sur le marché du travail, alors qu’ils en étaient exclus faute de produire assez pour rentabiliser leur embauche par un éventuel employeur. »
    Pascal Salin, Le SMIC, machine à exclure

  • En fait, et independemment du bien fondé ou non de cette mesure, cet homme, comme tous les politiques, propose une usine à gaz pour satisfaire son projet. En effet sa proposition consiste à faire payer par le contribuable l’augmention du SMIC, en lui faisant croire que ce n’est pas lui qui paiera. Pathétique !

  • Ce n’est pas de la confusion mais de la bêtise tout court. Les LR sont des socialistes mous!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La campagne de Valérie Pécresse semble piétiner, après que sa victoire au congrès des Républicains a fait remonter sa cote. Mais celle-ci est depuis un peu retombée, elle est maintenant au coude-à-coude avec Marine Le Pen et Éric Zemmour.

Il est évident que la candidature d’Éric Ciotti a été un catalyseur pour LR et les a encouragés à un programme davantage axé sur la sécurité.

Mais il manque à cette campagne une autre priorité : l’économie.

Les choix étranges de LR

Pour des raisons qui restent obscures LR a tout fait pou... Poursuivre la lecture

Par Nathalie MP Meyer.

Tout le monde veut battre Emmanuel Macron.

À gauche toute, parce qu’il est le président des riches et de la casse du service public, sans oublier sa scandaleuse indifférence face aux charmes de l’intersectionnalité inclusive des luttes décoloniales et féministes (pas complètement sûre de l’ordre des mots, mais vous me comprenez) ;

Chez les écologistes, qui sont aussi à gauche, pour toutes les raisons précédentes et parce qu’il persiste à trouver quelques vertus à la croissance et, nouveau et passabl... Poursuivre la lecture

Entretien exclusif avec Valérie Pécresse sur son programme. Candidate à la présidentielle pour Les Républicains, présidente de la Région Île-de-France, et fondatrice du mouvement Soyons Libres, elle révèle pour Contrepoints plusieurs axes de réformes.

Alexandre Massaux : Si vous êtes élue présidente de la République, quelle serait la première mesure que vous mettriez en place ?

Valérie Pécresse : Après ce quinquennat pour presque rien d’Emmanuel Macron, il faut urgemment lancer un ensemble de réformes pour baisser le poids de la... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles