80 km/h : Néandertal contre la mobilité connectée

À l’heure des véhicules connectés, une administration repliée sur elle-même continue sa propagande sur la vitesse au lieu de s’intéresser aux progrès technologiques qui permettent réellement de sauver des vies.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
2015 Dodge Charger SRT Helicat by Fiat Chrysler Automobiles

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

80 km/h : Néandertal contre la mobilité connectée

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 15 avril 2018
- A +

Par Laurent Meillaud.

Ainsi donc, même s’il ne semble guère convaincu par une mesure qu’il ne continuera pas si elle ne marche pas, le président Macron va quand même appliquer le 80 km/h au 1er juillet.

C’est pourtant une décision qui ne passe pas (les trois quarts des Français sont contre et ils vont manifester ce week-end), dont la justification est tout sauf scientifique (expérimentation incomplète, travaux d’aménagement impactant le résultat, argumentaire préparé pour les préfets avec des chiffres fantaisistes) et qui ne servira à rien, si ce n’est continuer à justifier un système de contrôle-sanction automatique qui sert plus à remplir les caisses de l’État qu’à sauver des vies.

On peut se demander, à l’heure de la voiture connectée et du Big Data comment un tel exploit a été rendu possible.

80 km/h : l’exploit du CNSR

Le 80 km/h est né dans un cénacle qui s’appelle le CNSR (Conseil National de Sécurité Routière), un organe dont les « experts » (ils s’y connaissent en automobile comme moi en point de croix) sont censés alimenter en idées une administration qui ne connaît qu’une méthode, la répression. Rappelons qu’elle est reliée au ministère de l’Intérieur, et non aux transports.

Le CNSR, donc, a tenté une première fois de vendre les 80 km/h à l’époque de Valls et Cazeneuve. Refus. Il a été proposé à la place une expérimentation. On connaît la suite. Le bilan est tellement indiscutable que l’argumentation pour le 80 se fonde en fait, non pas sur les tronçons testés, mais sur la baisse de la mortalité constatée lors de l’introduction des radars automatiques en 2002 (baisse de la vitesse de 7% et de la mortalité routière de 37%).

Et ce n’est malheureusement pas une blague. D’ailleurs, le Délégué interministériel à la Sécurité Routière, claironne dans la revue Préventique (N° 157 de mars 2018) que « l’abaissement de la vitesse de 90 à 80 km/h est une décision aussi importante que le déploiement des radars automatiques ». Je me demande quel parallèle on peut faire entre les deux, sachant que dans le premier cas on partait de zéro, alors qu’il y a des milliers de radars partout en France.

Une seule obsession : la vitesse

Il y a juste une obsession à propos de la vitesse. C’est d’ailleurs le seul sujet qui intéresse les associations de victimes, dont on ignore le nombre de membres (et à propos du financement desquelles on peut se poser des questions) mais qui est un lobby très puissant. Bien plus que celui de l’automobile, sur lequel tout le monde fantasme. Appelons cela la dictature des minorités, une spécialité bien française.

Vous trouvez que je les charge un peu trop ? Tous ces brillants cerveaux ont contribué à l’adoption de 80 mesures depuis 2015,  dont l’effet a été nul sur la mortalité routière. Vous connaissez l’adage, on ne change pas une équipe qui gagne…

Ce qui m’a choqué, c’est que lors de la présentation de son plan, le 9 janvier, Édouard Philippe n’a même pas mentionné le fait que l’appel d’urgence embarqué allait devenir obligatoire le 31 mars dans toute l’Europe. Une mesure qui va pourtant sauver bien des vies, elle.

La Sécurité Routière n’en parle pas non plus d’ailleurs. Pas une ligne sur son site, quand la mesure a été appliquée. Le projet SCOOP qui entre en vigueur et qui permet de tester sur 2 000 km une communication en temps réel pour alerter les automobilistes sur les dangers de la route ? Ce projet n’existe pas non plus sur le site de cette administration. Vous n’en trouverez pas de trace non plus sur le site de la Ligue contre la Violence Routière. À la place : la vitesse !

La voiture connectée, bête noire du CNSR

J’en viens à la seconde obsession, celle du smartphone au volant. Incapable de déterminer avec des chiffres scientifiques dans quelle mesure l’usage du mobile a un impact sur l’accidentologie, la Sécurité Routière multiplie à l’envi les campagnes à ce sujet. C’est la faute au portable, na ! Cette obsession est d’ailleurs visible dans les couloirs de cet organisme, où des autocollants dénonçant le téléphone sont collés sur les portes des bureaux.

Reconnaître que la voiture connectée peut sauver des vies est sans doute un crève-cœur pour tous ces grands spécialistes qui connaissent si bien l’automobile. Et pourtant, il va falloir s’y habituer. Parce que l’Europe veut rendre les infrastructures connectées. Parce que l’industrie automobile va de toute façon intégrer des liaisons sans fil (Wi-Fi ITS-G5, 5G) qui vont permettre aux véhicules de signaler mutuellement leur présence et d’échanger des données sur les accidents, les bouchons et les travaux. C’est une révolution qui nous attend !

Mais, qui en parle ? Le déploiement de ces équipements n’a donné lieu qu’à un maigre communiqué, sur le site du ministère de l’Écologie.

Demain, la communication (avec la 5G, le cloud) sera pourtant essentielle pour l‘avènement du véhicule autonome. Un thème que met en avant le gouvernement, mais pour lequel une partie de l’administration freine des 4 fers. Et devinez qui n’y croit pas ? Les experts du CNSR !

L’erreur serait de croire que la voiture sera connectée aux infrastructures dans 20 ans, 30 ans, et pour les riches. Erreur. Le monde change très vite et l’innovation se répand à une vitesse étonnante. Mais cela, les « experts » qui arrivent pourtant à influencer le gouvernement ne veulent pas le croire. Ils pensent que le « zéro accident », ce sera en baissant la vitesse et en bridant les véhicules. Une telle débauche de matière grise laisse rêveur.

Comment un président qui veut faire de la France une start-up Nation peut-il accepter une Stupid administration ?

En un mot, céder face aux associations de victimes et aux « fake experts » du CNSR, c’est comme abandonner des terrains aux ZADistes. Le 80 km/h n’est pas un progrès. Il y a bien d’autres moyens de sauver des vies. Et la technologie automobile va permettre de passer un cap, en l’absence d’une politique audacieuse de formation et en l’absence aussi d’investissements dans les infrastructures.

Sur le web

Voir les commentaires (35)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (35)
  • Le mot essentiel de l’article : répression. Non mais, qui c’est le chef ?

  • L’augmentation des accidents est due aux erreurs de conduite. Il suffirait de « re-faire » passer le code de la route régulièrement comme un passeport pour compétence à conduire et respecter les règles, par exemple le « laisser passer » des bretelles d’autoroutes ou de voies circulaires qui deviennent des priorités avec des déplacements de véhicules de voie de droite à gauche mettant les véhicules sur cette dernière voie dans une situation accidentogène

    • « L’augmentation des accidents est due aux erreurs de conduite »
      Vous pourriez préciser de quelle augmentation des accidents vous parlez ? Ca ressemble furieusement à la baisse des dépenses publiques, votre affaire…

    • Sur l’autoroute que j’emprunte, je ne parlerais pas d’erreurs mais de capacité des automobilistes à déjouer les pièges circulatoires astucieusement constitués par les experts routiers :
      – voie de droite qui devient brutalement le couloir d’attente vers un autre branchement autoroutier,
      – bande d’arrêt d’urgence dont la largeur est calculée pour une citadine, alors que l’autoroute faite partie des secteurs les plus empruntés par les transporteurs… D’où ralentissement systématique sur des kilomètres si un camion est en panne,

    • Le permis de conduire ne constitue pas le « nec plus ultra » de la conduite automobile. C’est le minimum à savoir avant de se lancer…
      Après la pratique l’emporte.
      Je rencontre moulte conducteurs moins âgés que moi…qui sont incapables d’accélérer suffisamment leur véhicule pour rentrer sur une autoroute ou une voie rapide, qui ne mettent pas leur clignotant etc…
      Toute « erreur » de conduite ne représente pas un risque (et heureusement), même si elle pourrait être sanctionnée.
      Une fois de plus consacrons nous aux infractions dangereuses (et donc pas la vitesse « en soi ».)

      • Ah, le clignotant, c’est bien le truc installé en option sur les voitures, à tel point que la majorité des conducteurs en ont oublié le fonctionnement ?

        Je constate hélas que de plus en plus de conducteurs n’en ont plus rien à faire des autres.
        Changement de files ou de direction sans clignotant
        Refus de priorité
        Voir les assassins qui pilent sur autoroute car ils veulent prendre la sortie suivante, mais elle est bouchée…

  • Hum !
    Comme souvent, les systèmes décisionnels franchouillards semblent effectivement « à côté de la plaque » …
    https://www.linkedin.com/pulse/demain-les-transports-pierre-tarissi/

  • Supprimons cet état qui est gouffre abyssal de dettes et de rentes de situation, et ses millions de chefaillons qui ne savent pas se gérer eux-mêmes et donnent pourtant des leçons aux citoyens.
    L’état ne sert qu’à mettre des bâtons dans les roues.

    • Complètement d’accord avec vous!!! Leur seul pouvoir est un pouvoir de nuisance!!!! Mais comment faire pour s’en débarrasser?

  • Je reste assez étonné de tous les propos à ce sujet qui en parlent jamais des paroles de Macron « l’argent ainsi récolté servira au financement des hôpitaux » !
    déjà l’argent ainsi récolté signifie que ce n’est pas une contrainte mais une forme de taxe. Financer les hôpitaux, tout comme l’Etat, ils sont toujours en déficit cela signifie que quoi qu’il arrive cette réglementation ne sera jamais supprimée bien au contraire élargie et peut être aussi sur les autoroutes qui seront limitées à 110 Km/h.
    Le seul objectif est de récolter du fric !
    Nous sommes déjà le pays le plus taxé au monde et ça continue, c’est une culture politico-administrative qui ne s’arrêtera pas sans larme voire sang.

    • Ca permettra de faire la fête avec l’argent qui aurait autrement été aux hôpitaux et qu’on va pouvoir remplacer par celui qui se déverse des radars.

  • Pourquoi plusieurs pays ont de meilleurs résultats que nous en matière de sécurité routière en ayant des limitations de vitesse moins contraignantes?
    Tous les virages et tous les carrefours dangereux de France sont déjà limités à 70??

    • Il faut comparer ce qui est comparable. Prenons la Royaume Unis (Grande Bretagne) :
      – un climat océanique, alors que chez nous, un automobiliste en vacances peut traverser différents climats locaux
      – les transports routiers locaux, alors que nous subissons le passage des transporteurs internationaux
      – un tourisme routier localisé, alors que le notre est essentiellement de passage et donc avec occupation des routes
      – …

      • Si on vous suit, on peut déjà passer la Bretagne à la limitation à 100 (enfin, connaissant le goût de notre administration pour la simplicité, à 97). Pour les autres régions, on verra après cette expérimentation, dans le bon sens celle-là.

  • Admettons que les hommes de l’État veuillent vraiment abaisser les vitesses, il y a un moyen imparable : le radar tronçon. Or il y en a très peu. Pourquoi ? Parce que tout le monde y respecte la vitesse, ce qui a l’énorme inconvénient de ne générer aucune amende…

    • A ce que j’ai compris, l’homme de l’Etat se moque pas mal d’abaisser les vitesses, il veut simplement montrer qu’il est capable de prendre une mesure, aussi impopulaire soit-elle, et de s’y tenir contre vents, marées et évidences, au nom du principe qu’il serait là pour faire le bien des citoyens malgré eux.

  • des morts sur les routes il y en toujours eu et il y en aura encore ; en mes vertes années , on appelait les voitures des  » tombeaux roulants « …..ça veut bien dire ce que ça veut dire …..

  • Le rapport sur l’expérience à 80km/h a été présenté comme une réussite, sans tenir compte des résultats même qui en montrent l’échec.
    100km/h, puis 90, et en juillet 80… Et puis 70 en 2030 ? Parce que la vitesse ? Parce que la pollution ?
    L’Etat a une dette de plus de 6000Mds€, il faut bien qu’il trouve de l’argent, des richesses, qu’il ne crée pas, vu qu’il ne produit rien. En gros, chaque habitant de France a une ardoise de 93000€, qui ne cesse de croître. Avec un taux d’intérêt de 2%, cela représente des traites de 1860€ (sans la T.V.A). L’Etat va nous essorer. La répression routière acutelle, le passage à 80km/h, le nouveau contrôle technique, les taxes qui pleuvent déjà, et celles qui arrivent, les projets du style de France Stratégie qui voulait que l’Etat se réaproprie les terrains construits, etc… vont dans ce seul sens.

    Les « experts » du C.N.S.R réclament des règles qu’ils peuvent suivre et s’appliquer, à peu près. Ils ne demandent pas à ce que celui qui percute un autre véhicule, pour X ou Y raison, et en tue un ou plusieurs occupants, endosse la responsabillité pour chaque vicitme qu’il aura crée. Par exemple, sur certaines portions d’autoroute, un panneau indique la plaque d’immatriculation d’un véhicule et marque « Trop vite ! ». Pourquoi ne pas indiquer sa vitesse ? Cela informera les conducteurs. Et dans le cas où ce chauffeur percute un autre véhicule, et en tue un occupant ou plusieurs, celui-ci devra répondre pour chaque homicide involontaire et chaque blessé, à la différence que conduire plus vite que le flot, n’est pas une imprudence.

    • Je prends le pari qu’amendes ou pas, la dette va continuer à augmenter exactement au même rythme. L’argent des radars n’est d’ailleurs pas fléché pour la réduction de la dette, que je sache…

      • @MichelO
        Bonjour,
        Vu que la dette ne cesse d’enfler, qu’elle a doublé en 2 quinquénats, peu importe le nombre d’amendes et autres taxes, cela ne sera jamais suffisant, il manquera toujours des fonds.
        Le nombre de tués « sur la route » est en baisse depuis des années, la répression routière, elle, est en effervescence.

  • c’est vraisemblablement un rideau de fumée pour détourner l’attention des vrais problèmes…
    Et si besoin, l’administration revient en arrière pour récupérer un peu de popularité pas chère.

    • Le seul indicateur qui vaille réellement, est le nombre de victimes par milliard de kilomètres parcourus. Et là, même l’influence des radars automatique n’est pas celle qu’on croit.
      Dans un même ordre d’idées, à kilométrage égal, 3000 morts dans pays de 67 Millions d’ha, c’est pas mieux que 6000 morts dans un pays de de 134 Millions d’ha.
      On se focalise donc sur un paramètre brut (nbre de morts) on occulte sa signification réelle, et on sort une loi complètement nulle. Macron se décrédibilise de plus en plus à mon avis avec cette histoire.

      • J’aimerais bien, mais je ne suis pas sûr. Macron fait sans doute le pari que le nombre de morts va baisser (il le fait de toute façon), et que tout en râlant comme d’habitude, les électeurs voteront pour son courage. Tout se déterminera par l’attitude de ses opposants, soutiendront-ils le retour à 90, voire des vitesses éventuellement supérieures adaptées à chaque tronçon, ou s’écraseront-ils ?

        • Tout à fait. La baisse probable de la mortalité routière sera exclusivement attribuée à cette mesure « forte et courageuse » décidée par Philippe. Et si ça ne baisse pas assez, on augmentera les contrôles routiers, notamment l’alcoolemie. C’est ce qui s’est passé en 2002-2003 juste avant la mise en place des radars automatiques. Il en a résulté une forte baisse de la mortalité routière entièrement attribuée a des radars qui n’existaient pas encore !

  • Depuis 40 ans la Sécurité routière se gargarise de résultats dont elle n’est pas à l’origine…
    Dans le meilleur (le pire ? ) des cas, elle ne fait que rendre obligatoire les inventions d’autrui déjà largement répandues (casque, ceinture, abs, esp, gants…).
    Dans le pire des cas, elle fait de la gesticulation politique sur des trucs inutiles (contrôle technique, 80 km/h…) et hélas ne prend pas les décisions qui s’imposent (entretien des routes, doublement rail de sécurité,…). La situation a empiré depuis le passage de la DSR des Transports à l’Intérieur, avec pour la première fois une stagnation de la mortalité routière.

  • C’est clairement pour taxer la vache à lait automobiliste !
    C’est tellement plus facile que de baisser le train de vie de l’administration. Ils attendent plus 300 millions de plus.
    Alors qu’entretenir le réseau routier, ça coute… Je n’ai jamais vu autant de nids de poules sur les routes ! Une honte, si ça continue, il va nous falloir un vrai 4×4 pour rouler !

  • personne ne soulève cette réalité. .nous sommes le carrefour de L’EUROPE.. .sur le nombre d’accident entreprises FRANCE tou t véhicule concerné. .combien d’étrangers impliqués dans les accidents de véhicules.. ??
    nombres de véhicules pris en excès de vitesse,d’alcool,stupéfiants. … ???
    punir une population par de fausses données à des fin de FRIC me gêne. .la loi du radar ..moins de présence policières sur les routes sauf quand elles sont renumeratrice..et UN RAS BOL DES DONNEURS DE LEÇONS Et qui eux mêmes n’en respecte pas la loi….genre être pris à 150 jm/heure …mentalité de merde …

    • Désolé, mais sur nos départementales bretonnes, nous ne sommes pas le « carrefour de l’Europe », donc encore une fois, adaptons la vitesse à la route, et que l’Etat s’occupe de garder ses vaches, nous nous chargerons du lait des nôtres.

  • Après l’application des 80 Km/h, même si aucune baisse significative n’est enregistrée, ou pire, s’il y a augmentation d’accidents due à la lenteur exaspérante sur les routes, la clique de nos politicards truqueront les chiffres (ils sont experts en bilans insincères) démontrant ainsi le bien fondé de leur « trouvaille ». Ils persisteront dans leurs aberrations, le but n’étant pas notre « soit disant bien » mais la répression financière, et comme toujours l’automobiliste est la vache à lait.
    ahd289 le dit très justement, les routes sont dans un état minable, truffées de trous et pas des moindres. Bientôt elles ne seront praticables que par des « tous terrains » ou des bicyclettes qui contourneront cavités et ornières. Il n’y aura plus les panneaux « attention trou en formation » mais « attention route -ou- autoroute impraticable »… à plus de 10 km/h !

  • Pour travailler dans le domaine du cloud, je pourrais longuement vous parler des problèmes que connaît le domaine lorsque qu’il est appliqué au domaine public : difficultés d’implémentation (gérer en temps réel les données de millions de véhicules est loin d’être chose aisée), détournement des données (avec les problèmes de vie privée que cela implique, mais aussi plus prosaïquement des vols d’identité), hacking des systèmes de sécurité (un sujet qui mérite plus qu’un simple commentaire), mauvaise gestion des infrastructures d’avant (typiquement les pompiers mettront plus de temps a venir chercher quelqu’un avec une vieille voiture, mais aussi quelqu’un ou la 4G passe mal), sans compter que l’interfaçage d’un système numérique avec de la mécanique lourde est source de problème sans fin (et une source illimité d’argent pour les mécaniciens peu scrupuleux qui vous facturent des centaines d’euros pour changer le moindre petit composant fragile) et coûte très cher (entre un système moins cher et un système dont on a des doutes sur le fonctionnement, le choix est souvent vite vu). Et tout ça sans compter sur la réticence des gens au changement. Tout cela va implémenter en Europe ? J’attends de voir les résultats.

    • C’est vrai que sur ce point, l’article tombe dans le même travers que la prévention routière : on n’évalue pas les responsabilités des différents facteurs dans la mortalité routière, on se précipite sur des mesures sans avoir étudié leur efficacité mais en se basant sur la facilité d’en faire l’apologie, et on favorise ce qui fera payer l’automobiliste. C’est d’autant plus dangereux que ça occulte des mesures bien plus urgentes comme l’entretien des routes…

  • même si je suis assez d’accord avec l’article j’ai quand même un doute par rapport aux portables..c’est quoi le rapport avec les voitures connectées? pour être motard je peux vous dire que le portable au volant c’est sujet à des pertes d’attentions sur la route et que c’est super dangereux

  • Il y a quelques années, paraissait un rapport parlementaire alertant le politique sur la baisse des rentrées fiscales liées au CSA (contrôle-sanction-automatisé) du fait d’un plus grand respect des limitations de vitesse…
    Etrangement, c’est à la même époque que le politique a mis en avant les vertus du 80 km/h et intensifié les moyens (outils et nombre) de radariser les automobilistes et les motards…
    Le gouvernement actuel est d’ailleurs tellement persuadé que la nouvelle limitation générera de nouveaux profits qu’il a d’ores et déjà promis de les consacrer au financement des victimes de la route…
    Hypocrisie, cynisme, cupidité…

  • Passer à 80Km/h procure deux avantages pour l’état. D’abord en roulant moins vite on peut se contenter d’un réseau vétuste et mal entretenu. Depuis la régionalisation des routes les dépenses d’entretien ont baissé de 25% an aujourd’hui faute d’entretien le réseau est au bout du rouleau. Par ailleurs les directions techniques de l’équipement certes en leur temps très critiquées on fait place à une armée de fonctionnaires territoriaux encore plus incompétents et incapables d’allouer des ressources. Ensuite des rentrées fiscales avec les contraventions vont s’accroitre. Finalement double gain pour le gouvernement qui va pouvoir encore et encore dépenser sans compter. Je vous le dis à force de baisser la vitesse on va finir en marche….

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Quand vient le temps d'afficher sa vertu, la Californie crie toujours présent. Malheureusement, ladite vertu est presque toujours un mal net, particulièrement pour les plus pauvres que le gouvernement (surtout démocrate) prétend avoir à cœur.

La dernière trouvaille : bannir les voitures à essence d’ici 2035. Dès 2026, 35 % des nouveaux véhicules devront être « zéro émission », même si chacun sait qu’une telle énormité serait qualifiée de pants on fire si les fact-checker étaient sérieux. On accorde toutefois une grâce en autorisant les... Poursuivre la lecture

Par Vincent Benard. Un article de l'IREF Europe

La cuvée 2022 du malus écologique automobile est arrivée, toujours plus saumâtre, puisqu’à émissions égales, la hausse tourne autour de 50 % par rapport au tarif 2021.

Le malus est une taxe à l’achat du véhicule, définie en fonction des grammes de CO2 émis par votre véhicule à chaque kilomètre selon une mesure normalisée officielle. Si votre véhicule émet moins de 127 g de CO2 au km selon cette norme, vous ne payez pas de malus. Au-delà, pour chaque gramme, le barème augmente, suiv... Poursuivre la lecture

Par Pascal Salin.

Comme cela a été indiqué récemment dans Le Figaro, certains préconisent une réforme consistant à rendre une amende pour excès de vitesse proportionnelle au revenu des conducteurs incriminés.

On peut considérer qu’une telle proposition soit justifiée à plusieurs points de vue.

En effet, lorsque l’amende est la même pour tous – comme cela est le cas actuellement – elle peut paraître assez élevée pour ceux disposant de revenus modestes, et assez faible pour ceux ayant des revenus élevés. Il ne serait donc p... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles