Voiture électrique : Macron veut l’imposer quoi qu’il en coûte

À l’occasion du Mondial de l’Automobile version 2022 à la Porte de Versailles, le président Macron a dégainé une fois de plus son QuoiQuilEnCoûte en utilisant son argument favori : faire payer une partie du coût par les autres.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 5
Photo by Ernest Ojeh on Unsplash

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Voiture électrique : Macron veut l’imposer quoi qu’il en coûte

Publié le 25 octobre 2022
- A +

Un « Quoi qu’il en coûte » de plus

Aussitôt dit aussitôt fait : après avoir annoncé son ambition de construire en France un million de voitures électriques d’ici à 2027 et deux millions pour 2030, le bonus gouvernemental passera prochainement de 6000 à 7000 euros. Autrement dit, l’État, qui n’a toujours pas un sou d’avance, va emprunter de quoi payer tous les bonus, un million d’ici 2027, deux millions d’ici 2030, soit respectivement 7 milliards ou 14 milliards d’euros.

Et allez donc avec les milliards qu’il faudra bien rembourser avec des taux d’intérêt qui grimpent, qui grimpent… Mais ne nous inquiétons pas : le président actuel ne sera plus aux manettes au moment du remboursement. Et les malheureux Français qui n’auront pas acheté les deux millions de voitures électriques qui seront fabriquées en France d’après le Président, seront environ 67 millions à être invités à rembourser ce pactole, qui s’ajoute d’ailleurs à tous les pactoles correspondant aux autres QuoiQuilEnCoûte d’Emmanuel Macron et de ses prédécesseurs.

 

Une vision myope du marché mondial

Voilà donc le côté financier de l’affaire.

Mais, au fait, est-ce bien réaliste pour un président de tous les Français de décider brutalement de la fabrication en France de millions de véhicules électriques ?

Un économiste, Flavien Neuvy, directeur de l’observatoire Cetelem pour les voitures, pense que non. Son argument : le plus grand marché du monde pour les voitures électriques est la Chine (2,4 millions de voitures électriques immatriculées en Chine au premier semestre 2021, 63 905 en France dans le même temps). Les Chinois ont 15 ans d’avance sur nous, et bénéficient de prix de revient extraordinairement avantageux par rapport aux prix de revient français. Ce sont donc eux qui se lancent actuellement à la conquête du marché mondial et qui vont profiter pleinement du bonus en France, en vendant leurs voitures électriques à des prix défiant la concurrence des constructeurs locaux.

La vision complètement myope du marché que nous montre le président n’est pas nouvelle : les précédents, grisés par les pouvoirs que leur confère la Constitution française, pensaient eux aussi modeler selon leurs propres fantasmes le marché français sans trop se préoccuper de l’état de la concurrence mondiale. Ainsi, dans un domaine différent, l’informatique, le concurrent de la première heure d’IBM, Machines Bull, devait devenir un des leaders mondiaux des ordinateurs avec le Plan Calcul lancé par le Général De Gaulle en 1966 : ce fut un fiasco complet, et Valery Giscard D’Estaing y mit fin en 1975, mais lança le projet Minitel, repris et amplifié par François Mitterand. Ce projet fut lui aussi un grand fiasco qui retarda en outre l’adaptation des Français à l’usage des moteurs de recherche sur l’Internet.

Plus tard, toujours dans le domaine de l’informatique, François Mitterand impulsa l’Informatique pour tous, lancé par Laurent Fabius en 1985. Ce fut là aussi un échec complet, et le plan fut abandonné en 1989.

Chaque fois, le processus est le même : confronté à un problème qui porte sur des domaines variés souvent très techniques, et alors qu’il n’a aucune compétence dans ces domaines, le politique invente une solution à base de milliards d’argent public qui reflète ce qu’il a compris du projet et surtout ce qui flatte l’électeur. Et chaque fois, le merveilleux plan s’écroule lamentablement après avoir coûté un pognon de dingue, parce qu’un ou plusieurs facteurs essentiels n’ont pas été pris convenablement en compte.

 

La voiture électrique, un nouveau moyen de perdre de l’argent

Voici un de ces facteurs : pour équiper ces voitures électriques, il faut des batteries qui représentent environ un tiers du coût total de fabrication du véhicule.

D’où l’idée (géniale) d’un nouveau plan européen baptisé airbus des batteries, qui a déjà mis en jeu la bagatelle d’environ 8 milliards d’euros. Le plan consiste à mettre en place une chaîne de valeur européenne pour les batteries au lithium. Il se trouve en effet que pour le moment, cette partie importante de la voiture électrique provient essentiellement d’Asie. En fait, actuellement, seulement 1 % de la production mondiale de cellules lithium-ion émane de l’Union européenne.

On n’a pas de procédé génial et exclusif pour fabriquer ces fameuses batteries ou pour les recycler, mais on a déjà choisi l’emplacement des futures usines (France, Allemagne et Suède) et même leur nom générique (gigafactories) parce qu’il est plus simple et moins cher d’innover dans le vocabulaire que dans la réalité quotidienne.

Le choix des pays qui abriteront ou abritent déjà ces gigafactories reflète bien l’origine politique du projet, et constitue un indice assez sûr de son cassage de gueule futur. En effet, alors que les constructeurs automobiles ont depuis longtemps compris que le coût de fabrication des voitures étant essentiellement constitué par la main-d’œuvre, et qu’il faut donc investir dans les pays où celle-ci est la moins chère, les politiques ont encore frappé et choisi des localisations où elle est la plus chère (mais où résident leurs électeurs…). Cependant, soyons honnêtes : quelques fabricants européens ont investi dans des usines en Chine. Ceux-là ont compris cet aspect du problème. Mais pas les politiques.

Les entreprises européennes qui participent au projet sont au nombre de 17. Parmi elles, Stellantis, Saft (filiale de TotalEnergies), BMW, Mercedes, BASF et Solvay. Je ne ferai pas à ces entreprises l’affront de suggérer qu’elles croient en la réussite de ce projet, compte tenu de ce que je viens d’en dire. En revanche, je les connais assez pour savoir qu’elles suivent l’odeur de l’argent public à la trace telles des chiens policiers, et qu’elles sauront bien en profiter, même si le projet est un fiasco.

À mon avis, la seule question qui demeure est celle du temps qu’il faudra pour qu’on décide d’abandonner le projet. Comme c’est un projet européen, ça risque d’être long.

En revanche, la conquête du marché mondial par les Chinois, en particulier le marché européen, risque d’être rapide car ceux-ci possèdent de nombreux atouts que n’ont pas les fabricants européens, parmi lesquels 15 années d’expérience et surtout un coût de main-d’œuvre ultra-compétitif.

 

Le marché mondial de la voiture électrique

Le graphique ci-dessous, d’après les chiffres donnés par Wikipédia, montre que le marché s’est actuellement surtout développé en Chine qui représente plus de la moitié (56 %) des immatriculations mondiales en 2021. On peut remarquer sur ce graphe une évolution sans croissance pendant 3 ans (2018 – 2019 – 2020) des immatriculations chinoises, qu’on peut probablement attribuer aux années covid.

Le deuxième marché est représenté par l’Europe qui suit une croissance régulière la plaçant à la moitié du niveau des immatriculations chinoises en 2021. L’Europe est suivie par les États-Unis, dont le marché est dominé à 70 % par Tesla qui mise sur des modèles lourds et luxueux. La raison en est que dans ce pays les distances sont importantes et qu’il faut donc une autonomie réelle assez grande, apportée par des grosses batteries. Les dimensions du véhicule sont déterminées par celles de la batterie. Géographiquement, les immatriculations se développent essentiellement en Californie en raison d’une législation particulièrement favorable dans cet État.

L’ensemble des autres pays représente un total presque insignifiant au regard de ces trois régions géographiques.

Notons, fait singulier, que c’est la première fois dans l’Histoire qu’un développement commercial mondial est organisé en même temps sur le globe par les autorités de chacun des pays. Le principal moteur de la croissance du marché est en effet constitué par les aides gouvernementales à l’achat d’un véhicule électrique, et ce moteur est en train de faire la preuve de son efficacité. Il représentait en 2016 près de la moitié de la valeur d’achat du véhicule au Danemark, le tiers en Corée du Sud et l’Irlande, le cinquième en France, aux États-Unis et au Japon.

Voici un relevé de ces aides dans quelques pays :

 

Aide publique à la voiture électrique – 2016
Danemark Corée du Sud Irlande Chine France Royaume-Uni
15 260 10 350 10 000 7 221 6300 6 022
Japon États-Unis Espagne Allemagne Italie Portugal
5 976 5 512 5 500 4 000 3 000 519

 

Les aides gouvernementales sont cependant assorties de conditions variables en fonction des pays. Par exemple, aux États-Unis, elles ne s’appliquent qu’aux voitures électriques assemblées sur le territoire national. La plupart sont par ailleurs dégressives et doivent s’éteindre au bout d’un certain temps, ou lorsque le nombre de voitures électriques immatriculées dépassera un certain nombre.

 

Les raisons du développement de la voiture électrique

La principale raison annoncée pour ces aides est l’urgence climatique.

En effet, si la source d’électricité pour la recharge est décarbonée, la voiture électrique est certainement un moyen de déplacement pouvant être considéré comme écologique, sans oublier cependant que la fabrication du véhicule elle-même engage des émissions de CO2 nettement supérieures à celle d’un véhicule à moteur thermique, en raison essentiellement des émissions liées à la fabrication de la batterie. Ce dernier point entraîne le fait qu’une voiture électrique doit rouler entre 30 000 et 50 000 kilomètres avant d’avoir atteint le stade où elle a compensé le CO2 émis pour sa fabrication.

Dans les principaux pays où se développe l’achat des voitures électriques l’électricité n’est cependant pas décarbonée, à l’exception de certains pays dont notamment la France, la Norvège, la Suède et le Danemark. Mettons que les mesures gouvernementales des autres pays sont prévisionnelles pour ne pas dire que certains d’entre eux font seulement comme les autres, mais que les mesures qu’ils adoptent en faveur de la voiture électrique n’auront aucun impact sur le climat.

En ce qui concerne la Chine, on peut imaginer qu’une autre forte raison a poussé le gouvernement chinois à favoriser la voiture électrique : elle n’a que peu de ressources pétrolières et se trouve donc être un importateur majeur de pétrole ce qui la rend dépendante d’autres pays. La voiture électrique est donc pour ce pays un puissant moyen de diminuer à terme ses importations de pétrole.

On a mesuré le taux de satisfaction des acheteurs de voitures électriques. Celui-ci est particulièrement élevé : ainsi, chez Renault, il atteint 98 % pour la Renault Zoe et 95 % pour la Kangoo ZE, contre 50 % en moyenne pour les véhicules thermiques. Aux États-Unis, un sondage du magazine Consumer Reports place la Model S de Tesla en tête des taux de satisfaction devant les Porsche Boxster et Cayman, Corvette, Dodge Challenger et autres sportives de luxe. (source)

On peut donc imaginer que l’engouement actuel pour les voitures électriques est surtout le fait des personnes convaincues d’avance ce qui explique ce taux de satisfaction exceptionnellement élevé. Il est cependant possible que cette attitude soit réservée à ce seul cluster d’acheteurs, ce qui reviendrait alors à considérer que le marché accessible se limite à ce cluster, qui représente peut-être seulement 20 % des acheteurs de véhicules.

Par ailleurs, l’interdiction de fait des véhicules thermiques après 2035, votée par le Parlement européen cet été doit encore être ratifiée par chacun des pays européens. Il est possible que plusieurs pays, dont en premier l’Allemagne, refusent cette ratification, ce qui aboutirait à terme à réserver la voiture électrique à la place de second véhicule pour l’usage quotidien, le premier véhicule restant thermique ou hybride pour les déplacements longs.

Voir les commentaires (25)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (25)
  • L’analyse est bonne, sauf sur deux points.
    1. Macron n’y est pour rien. Sans doute plaisant mais injuste de lui taper dessus. C’est une décision technocratique européenne – au moins. Il n’est pas plus responsable du QQEC. Tous les pays financent l’achat du VE. Comment sinon faire boire un âne qui n’a pas soif ?
    2. Le VE n’est pas voulu seulement pour diminuer les émissions de GES. On lui demande aussi de réduire la pollution atmosphérique urbaine. Il représente en Europe, pour le trafic routier, l’aboutissement d’une lutte commencée il y a trente ans – première norme Euro en 1992.

    -2
    • alors…certes macron est unioniste.. mais ça signifie quoi en terme décisionnel?
      et si l’argument est la pollution atmosphérique dans les villes..alors pourquoi diable n’avons nous pas une politique particulièrement et « particulairemen  » urbaine?

      le ve est bel et bien présenté de façon stupéfiante comme un solution climatique..

      et il ya une vérité…appauvrissement, c’est le VE est d’abord la fin de la voiture individuelle!!!! pas son électrification..

      • Macron ambitionne manifestement la tête de l’UE, ce qui signifie que ses choix tendent tous à cet objectif et qu’on ne peut l’imaginer désolidarisé des règles et absurdité européennes.
        Quant à la pollution atmosphérique dans nos villes, quelle tartufferie ! La suppression des ralentisseurs et chicanes générateurs d’à-coups et de bouchons diminuerait la pollution bien plus que l’électrification du parc…

        •  » La suppression des ralentisseurs et chicanes générateurs d’à-coups et de bouchons diminuerait la pollution bien plus que l’électrification du parc… »
          Comme vous avez raison !

      • Politique particulièrement urbaine ? Mais nous l’avons Jacques. Ca s’appelle ZFE et Crit-air. Et avant l’interdiction de vente des VT (2035), le VE devrait être le seul autorisé à circuler dans certaines métropoles (2030). Enfin, si les maires ont le courage des imbéciles. Car les dégâts sociaux et politiques seront considérables.

    • Le problème, c’est qu’il n’y a plus aucun besoin de réduire la pollution urbaine : l’air des villes n’a jamais été aussi pur ! À preuve, comme il n’y a plus de particules fines, on a inventé les particules ultra-fines. Et demain, on traquera probablement les ultra-super-extra-fines…

      • ….et pendant que l’air des villes devient ultra propre (qui permet de resserrer les logements)
        l’air ses campagnes subit l’industrialisation agricole

      • Jamais aussi pur mais pas pur pour autant.
        On subit hélas un genre de paradoxe de Tocqueville : le désir d’air pur devient toujours plus insatiable à mesure que l’air est plus pur.
        Applcation pratique : en 2030, dans le Grand Paris, seuls devraient être autorisés les VE. Ce qui ouvre un boulevard aux enfants des Gilets jaunes…

      • C’en est même au point que l’on installe des jardins sur les toits et même des ruches. Et on vient régulièrement nous vanter à la télé( des écolos sans doute?) les bienfaits et qualités de ces productions alimentaires urbaines qui seraient quasiment bio! Cherchez l’erreur! Mais ça poussera surement moins bien quand on va manquer de CO2 dans l’air!
        Bienvenue en Absurdie!

  • clairement..le chemin suivi n’est pas celui de la moindre émission de CO2…globale ..

    • Faux : moins de CO2 en Europe et plus de CO2 sur les autres continents. C’est bien connu des écologistes : l’immigration du CO2 en Europe est strictement interdite. C’est pas pourquoi l’Europe fait le forcing sur les moulins à vent qui repoussent le CO2 Hors de ses frontières.

      • À preuve, la Chine et l’Inde ont annoncé à la dernière COP qu’il ne faudrait plus trop compter sur eux pour se passer du charbon… Et ils ont bien raison.

      • Les véhicules diesels rendus obsolètes par des lois « européennes », soutenues par macron, iniques et stupides vont aller enrichir le parc de véhicules en Afrique. Il s’agit donc uniquement de l’exportation de la pollution. Mais peu importe il pourra communiquer sur ses décisions « écologiques ».
        A cette occasion on va spolier les européens d’une grande partie de la valeur de leurs véhicules pour les forcer à surpayer des VE ne répondant même pas à leur cahier des charges d’utilisation : Si cela ne fait pas exploser la cocotte minute…

  • Marché subventionné = marché truqué. (pour les profiteurs). Et qui paye ? Et quand on y regarde de près, nous finançons la Chine principalement…. le futur marché de l’automobile sera chinois quoiqu’on dise, quoiqu’on fasse. Les dirigeants ont rien compris aux marchés, les technocrates européens sont hors sol. Les dégâts sont déjà actés…

  • « On peut donc imaginer que l’engouement actuel pour les voitures électriques est surtout le fait des personnes convaincues d’avance ce qui explique ce taux de satisfaction exceptionnellement élevé. »
    C’est certain.
    Pour accepter d’avoir « un fil à la patte de cette façon » il faut une bonne motivation.
    Parmi les parisiens il y en a 70% qui n’ont pas de voiture. Ces derniers, faute d’en avoir besoin, sont donc pour leur interdiction, au pire par le passage obligatoire au VE.
    Le clivage urbain/rural va encore s’accroitre. D’ores et déjà j’ai entendu le témoignage d’un artisan plombier d’Annecy qui a résolu le problème : il n’intervient plus en ville ! Les urbains vont peu à peu connaitre les « avantages » de telles politiques (ZFE, Couloirs réservés aux voitures limités en nombre avec bouchons et perte temps et d’argent pour les artisans…).
    Dans ma ville moyenne les commerces ferment. Le parking a été rendu gratuit le samedi pour essayer de sauver les meubles mais peu d’effet. Quand on veut changer les habitudes des gens il y a un phénomène d’évitement. On « apprend » à faire différemment : hors denrées alimentaires achetées en grandes surfaces accessibles à la voiture, c’est internet qui devient la solution…

    • Et dans les grandes surfaces, le parking est gratuit toute la semaine et on y trouve facilement une place. Tout benef !

    • « d’un artisan plombier d’Annecy qui a résolu le problème : il n’intervient plus en ville !  »
      Il réparera votre chaudière en télétravail, c’est à la mode! Pareil pour les maçons, les charpentiers, les électriciens…. etc ….. Les bobos vont vite déchanter vu qu’ils ont souvent deux mains gauches et pas de cerveau!

  • Il me semble que lorsque vous achetez une voiture électrique, vous n’avez aucune envie de dire que vous avez eu tort et que vous n’êtes pas franchement satisfait d’où le taux ahurissant de satisfaits digne d’éléctions soviétiques.

  • Comme toujours depuis que les politiques, les intégristes de tous poils se sontsubstitués aux ingénieurs et aux scientifiques nous nageons dans les projets ubuesques ruineux et voués à l’échec. Celui de la voiture éléctrique est l’un de ces avatars qui finiront par nous ruiner et mettre le pays par terre. La dernière émisson de capital dimanche dernier sur la 6 montre bien que les voitures éléctriques fabriquées en europe n’ont pour vocation que d’être une deuxième voiture de ville et dans l’état actuel des techniques des batteries une voiture de ville. Je fais plusieurs fois par an des déplacements de 900 kms avec un breack et une remorque de 600 kgs, heureusement c’est un moteur diesel, sinon je mettrai d’aprés les essais de capital non plus environ 9heures d’autoroutes mais 14 ! tant que Borne n’aura pas encore réussi à faire passer stupidement la vitesse des autoroutes à 110 kms. Autre point intéréssant toujours suite à cette émision j’ai été voir la gamme et le prix des voitures chinoise MG et là surprise avec le descriptif, les équipement etc… Le prix est inférieur d’environ 15 à 20 % aux fabrications européenne équivalentes. Je pense qu’il est inutile de faire un dessin et que Macron ferait bien de cesser de nous ruiner dans ses projets ineptes. Enfin on nous chante que nous n’aurons pas asser d’éléctricité pour cet hiver (on sait pourquoi mais c’est un autre sujet où les ploitiques devraient êtres destitués) Si par malheur la voiture éléctrique dépassait le marché de la voiture de ville où trouverions nous l’éléctricité nécéssaire pour recharger totues ces batteries ? Cela a été calculé Il faudrait au moins 11 EPR de plus que le parc nucléaire éxistant qui n’est même plus entretenu comme il faudrait. Décidément les macronnerie cela commence à bien faire. L’avenir c’est la voiture sans CO² c’est le biocarburant en moteur hybride éventuellement et l’hydrogène lorsque les surgénérateurs seront au point.

  • Et pour rencontrer le Pape et Georgia Meloni, M. Macron est-il allé en voiture électrique ? Et dans ces déplacements avec chauffeur est-ce aussi ce qu’il utilise aussi? Et tous les ministres, idem?

  • Quand un État faible ambitionne d’investir massivement et à fond dans une industrie où il a déjà un grand retard, mais aussi où il lui faudra déployer des moyens qu’il n’a pas encore, ni même l’argent, il met le pays à la merci d’un renversement technologique. Certains spécialistes doutent du lourd procédé par batterie, et pensent à d’autres moins risqués.

  • Il est clair que cantonner la voiture électrique au rôle de seconde voiture pour les déplacements quotidiens est la solution de bon sens permettant de limiter la taille des batteries (et donc poids et consommation, il est ridicule de transporter toute l’année des batteries dont la capacité totale n’est nécessaire que quelques jours) et permettant une recharge aisée sur des prises domestiques au bureau et à domicile

    • En conséquence comme le VE n’est utilisé que pour des courts trajets il n’économise que très très peu d’énergie fossile et est donc quasiment inutile pour la planète.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Greta Thunberg
3
Sauvegarder cet article

Cet automne, dans toute l'Europe, les soi-disant activistes climatiques ont mené des actions qui non seulement ont enfreint la loi mais ont également consisté en des actes de vandalisme et de violence physique.

À la National Gallery de Londres, deux femmes ont jeté de la soupe sur un tableau de Vincent Van Gogh ; dans un musée allemand, d'autres activistes ont badigeonné un tableau de Claude Monet avec de la purée de pommes de terre ; et bien sûr l'activiste belge Wouter Mouton a sévi l'été dernier à la fois à Bruges, sur une œuvre de ... Poursuivre la lecture

Sans eau, il n'y a pas d'agriculture – de production alimentaire pour l'Homme et les animaux (qui, en majorité, nous nourrissent à leur tour) ou à d'autres fins. Depuis des millénaires, l'irrigation est pratiquée là où elle est nécessaire ou utile, et possible, en prélevant l'eau dans le milieu directement ou après stockage.

Les « bassines » du Val de Sèvre – devenues « méga-bassines » dans le discours militant-militant et médiatique-militant ou médiatique-indigent – sont des « retenues de substitution » (ou des « réserves de substitut... Poursuivre la lecture

Si, à la suite d’Alain Besançon, l’on considère que l’idéologie est :

Une croyance délirante qui se prend pour une science exacte et qui entend prendre le pouvoir afin de mettre en coupe réglée la totalité de l’activité humaine dans le but ultime d’anéantir toute forme de civilisation,

nous vivons à n’en pas douter une ère idéologique.

Le mouvement woke, l’écologisme, le féminisme, pour ne prendre que ces trois exemples les plus frappants du moment, correspondent parfaitement à la définition besançonienne de la prise d’assaut ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles