Les non-dits des « Monsanto Papers »

Round up By: Mike Mozart - CC BY 2.0

L’enquête du Monde jette le soupçon sur le monde de la recherche et les entreprises du secteur des pesticides. Le deux poids deux mesures apparaît assez rapidement à la lecture de l’article.

Par Bertrand Mayeux.

Le Monde a publié une double enquête très détaillée sur l’affaire des « Monsanto papers », autour du glyphosate – l’herbicide le plus utilisé au monde, notamment commercialisé par la firme américaine Monsanto qui l’utilise dans le Roundup.

Si elle a le mérite de relever des connexions entre le monde de la recherche et les activistes, cette enquête passe totalement sous silence les liens étroits entre le CIRC et un groupe d’ONG et de chercheurs très engagés contre les pesticides, qui pèsent eux aussi sur les résultats de la recherche scientifique.

Dans une enquête fouillée mais déséquilibrée, Le Monde s’en prend au géant de l’agroalimentaire américain Monsanto, accusant ce dernier de pressions politiques et médiatiques contre le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC). En cause, la publication le 20 mars 2015 de la monographie 112, dans laquelle le glyphosate est déclaré cancérogène pour l’animal et « cancérogène probable » pour l’homme.

Une étude influence auprès des législateurs

Ce qui rend cette étude si cruciale dans l’évaluation de ce produit, c’est qu’elle est la première à lui reconnaître un caractère potentiellement dangereux pour la santé – toutes les études préalables avaient écarté ce risque. Et si cette évaluation est dépourvue de toute valeur réglementaire, elle n’en est pas moins influente auprès des législateurs qui décideront de la légalité du pesticide.

Le double article très détaillé décrit par le menu « l’opération intoxication » de Monsanto pour sauver son produit phare, menacé par l’avis négatif du CIRC. Pourtant, Le Monde tend à ne fournir qu’une partie des éléments entourant l’affaire.

C’est par exemple le cas lorsqu’il explique que, depuis sa mise sur le marché, l’usage du glyphosate est passé de 3200 tonnes par an à 825 000 tonnes. Le quotidien oublie de préciser que cela est largement dû à la baisse du risque posé par les pesticides, ceux d’entre eux jugés dangereux ayant depuis été bannis.

Ainsi, selon le professeur de Toxicologie Jean-François Narbonne, et l’un des experts au sein de l’ANSES (l’Agence national de sécurité sanitaire de l’alimentation), la France est passée « de 1500 pesticides autorisés à 450 ».

Des études dont l’impartialité est remise en cause

De même, l’enquête cite longuement le CIRC, tout en oubliant les études qui font aujourd’hui autorité sur le sujet. Et elles sont nombreuses : l’EFSA (l’Autorité européenne de sécurité des aliments), la FAO (l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture), l’ECHEA (l’Agence européenne des produits chimiques) ont toutes conclu à l’innocuité du glyphosate.

L’Australian Pesticides and Veterinary Medicines Authority estime pour sa part que « l’utilisation du glyphosate en Australie ne pose pas de risque de cancer pour les humains ». Le ministère Santé Canada a quant à lui déterminé, après une « évaluation scientifique rigoureuse », que les produits qui contiennent du glyphosate ne posent « aucun danger pour la santé humaine et l’environnement », s’ils sont utilisés « conformément au mode d’emploi ».

Consensus sur l’absence de risque lié au glyphosate

Une autre étude, publiée le 30 mai dernier par l’Institut fédéral allemand d’évaluation des risques (BfR) précise qu’il n’y a « aucune information nouvelle dans l’évaluation des risques sur le glyphosate », confirmant le consensus réglementaire selon lequel le produit n’est pas carcinogène.

Ce document fait suite à la lettre du chercheur Christopher Portier adressée au président de la Commission européenne, Jean Claude Juncker, fin mai. Il ciblait notamment l’EFSA et l’ECHEA qui ont, selon lui, « échoué à identifier tous les cas statistiquement significatifs d’augmentation d’incidence de cancers, dans les études menées sur les rongeurs », demandant instamment à M. Juncker de « s’abstenir de prendre toute décision sur le glyphosate. »

Toutes ces instances internationales sont en général passées sous silence par le journal Le Monde. De même, « le journal de référence » feint d’ignorer les critiques émises sur le CIRC.

Controverses autour du CIRC

Comme le souligne Reuters, dans un article publié le 6 octobre 2016, le président de la commission de la Supervision, Jason Chaffetz, a adressé une lettre au directeur du NIH (National Institutes of Healt) dans laquelle il évoque à propos du CIRC un « historique de controverses, de rétractations et d’incohérences ».

En cause, notamment, les polémiques autour de la dangerosité de certains produits, comme le café, retiré de la liste des substances cancérigènes après avoir été placé pendant 25 ans sur la liste des produits considérés comme « peut-être cancérogènes ». Au contraire, il apparaît désormais qu’il protégeait contre les cancers du foie et de l’utérus…

S’il est fait mention de ces controverses, Le Monde se garde bien de les développer, se contentant de reprendre les argumentes du CIRC, présenté comme « un groupe de dix-sept experts chevronnés (…) dont les avis font autorité depuis près d’un demi-siècle » et un « bastion d’indépendance et d’intégrité ». Un peu court.

Des sources sujettes à caution

Certaines sources citées dans l’enquête sont en effet loin de faire l’unanimité, à l’image de la chercheuse Fiorella Belpoggi de l’Institut Ramazzini. Celle-ci n’a pas hésité à sortir de la réserve scientifique pour écrire à la Commission européenne, arguant de la primauté de l’étude du CIRC sur les autres études internationales.

Et ce alors que dans ses propres conclusions, elle reconnaissait que « les animaux exposés ne présentent aucune différence évidente par rapport aux animaux non exposés ».

Aussi, l’Institut Ramazzini, « un célèbre organisme de recherche indépendant et respecté sur le cancer » pour Le Monde, serait en train de mener de nouveaux tests dont les résultats sont prévus juste avant que la Commission ne statue sur la commercialisation du glyphosate dans l’UE.

Le rôle de l’Institut Ramazzini

En plus de ce hasard de calendrier troublant, le professeur Belpoggi n’en est pas à sa première prise de position contre le pesticide : en 2013 elle avait rejoint un projet de recherche russe sur le glyphosate appelé Factor GMO  (« Facteur OGM »), coordonné par l’association nationale pour la sécurité génétique – une association anti-pesticide.

À l’époque, la question de la survenance d’un conflit d’intérêts avait été posée. Plus étonnant encore, l’institut Ramazzini est membre de la coalition #StopGliphosate, réunissant environ 45 associations environnementales, toutes opposées aux pesticides – une information passée sous silence par Le Monde.

Un oubli ? Si l’accusation de Julie Kelly (essayiste spécialisée sur la politique alimentaire) et Jeff Stier (chercheur principal au Centre national de recherche sur les politiques publiques) dans la National Review, qualifiant l’institut de « rotary club pour scientifiques militants » est sans doute exagérée, il n’en demeure pas moins que tous ces éléments mis bout-à-bout suscitent des interrogations quant à son indépendance.

L’influence invisible du lobby « vert »

Le cas Christopher Portier est plus sérieux encore. Ce scientifique retraité travaille comme conseiller auprès de divers organismes internationaux, dont l’Environnemental Defense Fund – une ONG américaine connue pour ses prises de positions contre les pesticides.

Mais il est aussi membre de la Health and Environment Alliance (HEAL), une organisation européenne qui lutte contre les pesticides et qui soutient l’initiative #StopGlyphosate. Dans un éditorial sur l’ingérence des ONG dans la recherche scientifique, publié en décembre 2016, le journaliste Gil Rivière-Wekstein souligne que « Portier a joué un rôle majeur dans la décision du CIRC ».

Étant, au moment des faits, « à la fois consultant pour le CIRC et représentant d’une ONG anti-pesticides », il incarne, selon le journaliste, « le parfait exemple d’un ‘expert’ à double casquette : militant pour des ONG et consultant auprès d’instances décisionnaires. Le conflit d’intérêts est notoire. »

Lobby du biobusiness

M. Wekstein déplore la vision binaire de la journaliste Stéphane Horel, l’un des deux rédacteurs de l’article du Monde : « Il ne sera jamais dénoncé par Stéphane Horel, au motif qu’il est censé représenter l’intérêt général. » C’est d’autant plus paradoxal que la journaliste du Monde reconnaît elle-même l’existence et la présence, à Bruxelles, du « lobby » du biobusiness et des ONG écologiques.

Comme l’écrit en 2016 Agriculture & Environnement, lettre d’information mensuelle de l’actualité agricole, Tesco, groupe de distribution internationale et le plus grand fournisseur de produits bio en Grande Bretagne, a payé des études scientifiques visant à démontrer la supériorité nutritive des aliments issus de l’agriculture biologique.

Comme l’écrit Agriculture & Environnement, « officiellement, Tesco a versé plus de 780 000 euros au Dr Leifert, qui dirige toujours le Tesco Centre for Organic Agriculture, rebaptisé en 2004 Nafferton Ecological Farming Group afin de gommer son lien avec le géant de la distribution. »

L’influence du lobby vert  est en tout cas bien réelle, comme on peut le voir avec la plainte déposée le 24 mai dernier par le groupe Verts-ALE au Parlement européen. Ces derniers ont demandé la publication de l’ensemble des études utilisées par l’EFSA pour déclarer le glyphosate inoffensif.

Pour justifier cette demande, l’eurodéputée Michèle Rivasi a déclaré qu’« il en va de l’avenir de nos institutions et de la sauvegarde de nos avis scientifiques. » Par contre, les études utilisées par le CIRC semblent bien peu intéresser Mme Rivasi, de même que les soupçons de conflits d’intérêts en son sein.

L’enquête du Monde jette le soupçon sur le monde de la recherche et les entreprises du secteur des pesticides. Le deux poids deux mesures apparaît assez rapidement à la lecture de l’article. Sur un sujet aussi délicat que celui-ci, et dans un souci d’apaiser le débat, Le Monde aurait dû également enquêter sur le lobby vert, probablement aussi important que celui des pesticides.