Ce que nous coûte le lobby écolo

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
greenpeace credits Linh Do (licence creative commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Ce que nous coûte le lobby écolo

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 19 août 2015
- A +

Par Matt Ridley.
Un article de Watts up with that ?

greenpeace credits Linh Do (licence creative commons)
greenpeace credits Linh Do (licence creative commons)

 

« Nous avons entendu ces mêmes arguments obsolètes auparavant », a déclaré le président Obama dans son discours sur le changement climatique de la semaine dernière, en référence à ceux qui craignent que le plan de réduction des émissions de carbone de l’Agence de Protection Environnementale (EPA) américaine ne fasse plus de mal que de bien. Le problème, c’est que nous avons aussi déjà entendu son argument vicié : que nous sommes condamnés si nous ne faisons pas ce que les groupes de pression environnementaux nous disent, et sauvés si nous le faisons. Et cela s’est souvent avéré être de très mauvais conseils.

Des prédictions alarmistes

Faire des prédictions désastreuses est ce que les groupes environnementaux font pour vivre, et c’est un marché concurrentiel, de sorte qu’ils exagèrent. Pratiquement chaque menace environnementale des dernières décennies a été grandement exagérée. Les pesticides n’ont pas causé d’épidémies de cancer, comme Rachel Carson le soutenait dans son livre de 1962 Silent Spring ; les pluies acides n’ont pas dévasté les forêts allemandes, comme le Parti Vert dans ce pays le prétendait dans les années 1980 ; le trou de la couche d’ozone n’a pas rendu les lapins et les saumons aveugles, ce contre quoi Al Gore nous a mis en garde dans les années 1990. Pourtant, il a été prouvé qu’il était gérable de prendre des mesures de précaution contre les pesticides, les pluies acides et l’amincissement de la couche d’ozone, il est donc possible que peu de mal soit fait.

Le changement climatique est différent. Le plan du président Obama de réduire les émissions de dioxyde de carbone provenant des centrales d’électricité de 32% (par rapport aux niveaux de 2005) d’ici à 2030 permettrait de réduire les émissions mondiales d’environ 2%. D’ici là, selon les données de l’Agence d’Information sur l’Énergie (EIA) américaine analysées par le statisticien Kevin Dayaratna de la Heritage Foundation, le « plan carbone » pourrait représenter jusqu’à mille milliards de dollars de PIB perdu aux États-Unis. Les mesures nécessaires pour décarboniser l’énergie mondiale vont être bien plus chères. Nous ferions donc mieux d’être sûrs que nous ne sommes pas en train d’exagérer le problème.

Des remèdes pires que les maux

Mais le problème n’est pas seulement que les menaces environnementales ont l’habitude de s’avérer moins grave qu’attendues ; les remèdes se révèlent parfois pire que la maladie.

Les organismes génétiquement modifiés (OGM) sont un bon exemple. Après vingt ans et des milliards de repas, il n’y a toujours pas de preuve qu’ils nuisent à la santé humaine, contre de nombreuses preuves de leurs avantages environnementaux et humanitaires. Cela fait des années que le « riz doré » génétiquement modifié et enrichi en vitamines est prêt à sauver des vies, mais se retrouve bloqué par Greenpeace à chaque étape. Les producteurs d’aubergines bangladais aspergent leurs cultures avec des insecticides jusqu’à 140 fois par saison, risquant leur propre santé, parce que la version génétiquement modifiée de la plante résistant aux insectes rencontre une opposition farouche de la part des écologistes. Une opposition aux OGM qui a certainement coûté des vies.

Du reste, qu’ont remplacé les OGM ? Avant l’invention des cultures transgéniques, le principal moyen de créer de nouvelles variétés était la « sélection par mutation » : brouiller l’ADN d’une plante de manière aléatoire en utilisant des rayons gamma ou des mutagènes chimiques, dans l’espoir que certains des monstres ainsi produits auraient de meilleurs rendements ou de nouvelles caractéristiques. L’orge « Golden Promise », par exemple, une des céréales préférées des brasseurs bio, a été conçue de cette façon. Cette méthode ne subit aucune réglementation particulière, tandis qu’un transfert précis de gènes bien connus, qui ne pourrait pas être moins sûr, si.

Les écologistes s’opposent actuellement aux pesticides néonicotinoïdes au motif qu’ils peuvent nuire aux populations d’abeilles, même si l’Union Européenne a constaté que le nombre d’abeilles a augmenté depuis leur introduction il y a vingt ans. La conséquence a été en Europe de pousser les agriculteurs vers des insecticides pyréthrinoïdes beaucoup plus nocifs, qui sont pulvérisés sur les cultures plutôt que par traitement des semences, frappant ainsi les insectes inoffensifs. Et si les Européens avaient été autorisés à cultiver des OGM, moins de pesticides serait nécessaire. Encore une fois, la précaution verte augmente les risques.

L’énergie nucléaire a été énergiquement combattue par le lobby de l’environnement pendant des décennies, à cause du danger qu’elle représente. Pourtant, l’énergie nucléaire est responsable de moins de décès par unité d’énergie produite que l’éolien et l’énergie solaire. En comparaison avec les combustibles fossiles, l’énergie nucléaire a empêché 1,84 million de décès supplémentaires, selon une étude réalisée par deux chercheurs de la NASA. L’opposition à l’énergie nucléaire a coûté des vies.

De même pour l’opposition généralisée à la fracturation hydraulique du gaz de schiste, presque entièrement basée sur des mythes et des mensonges, comme Ronald Bailey, correspondant scientifique du magazine Reason, le rappelle. Cette opposition a considérablement retardé la croissance de la production de gaz en Europe et dans certaines parties des États-Unis. Cela signifie plus de dépendance vis-à-vis du gaz offshore, du gaz russe et du charbon, qui engendrent tous trois des problèmes de santé et environnementaux bien plus nocifs. L’opposition à la fracturation hydraulique a nui à l’environnement.

En bref, le mouvement écologiste a empêché les gens, à plusieurs reprises, d’accéder à des technologies plus sûres et les a forcés à employer des technologies plus sales, plus risquées ou plus nocives. Il sait exploiter habilement les soupçons des personnes vis-à-vis des nouveautés.

Les effets pervers de la lutte contre le changement climatique

De nombreuses anciennes affirmations sur les dangers du changement climatique ont depuis été démystifiées. Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat a explicitement abandonné ses prédictions précédentes que le paludisme empirerait probablement, que le Gulf Stream cesserait de s’écouler, que les calottes glaciaires du Groenland ou de l’Antarctique de l’Ouest se désintégreraient, qu’une libération soudaine de méthane de l’Arctique serait probable, que la mousson s’effondrerait ou que des sécheresses à long terme seraient plus probables.

En attendant, sur le revers de la médaille, et contrairement à notre expérience avec les pluies acides et la couche d’ozone, le prix financier, humanitaire et environnemental de la décarbonisation de la production d’énergie se révèle beaucoup plus fort que prévu. Malgré la baisse des coûts des panneaux solaires, le coût du système de l’énergie solaire, comprenant le foncier, la transmission, la maintenance et les dispositifs de secours de nuit, reste élevé. L’impact environnemental de l’énergie éolienne – déforestation, hécatombe des oiseaux de proie, exploitation minière des terres rares – est pire que prévu. Selon le BP Statistical Review of World Energy, ces deux sources d’énergie cumulées fournissent tout juste 1,35% de l’énergie mondiale en 2014, réduisant les émissions par moins de la moitié de ce chiffre.

La pollution de l’air intérieur, principalement causée par la cuisson au feu de bois, est la plus grande cause mondiale de décès liés à l’environnement. Il tue environ quatre millions de personnes chaque année, comme l’a noté SciDev.net, un site web d’informations scientifiques à but non lucratif. Apporter à ces personnes des combustibles fossiles et du gaz pour l’électricité reste le moyen le moins cher et le plus rapide pour sauver ces vies. Soutenir que le moindre petit risque de changement climatique d’ici de nombreuses décennies est quelque chose dont ils devraient se préoccuper est carrément obscène.


Traduction Contrepoints de « The recurrent problem of green scares that don’t live up to the hype »

Voir les commentaires (29)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (29)
  • l’évolution technologique est telle que tout est devenu trop facile et trop rapidement , il fallait un frein dans certaines parties du monde , on inventa l’écologie et ça marche , le dollar se porte bien , il n’a pas disparu 😉

  • La partie sur l’OGM me semble des plus fausses. De ce que j’en connais c’est l’inverse justement. Il n’y a pas de transfert précis des gènes souhaités, ce dernier, le cassage de l’ADN se fait par bombardement et il en résulte des mutants plus ou moins précis. A l’inverse le croisement des espèces et la sélection permettent de créer des nouvelles plantes de manière bien plus longue mais bien moins dangereuse/aléatoire.

    • La méthode de mutations aléatoires que vous décrivez est précisément celle qui est remplacée par l’approche OGM.

    • Désolé de vous contredire mais vous êtes le cas typique d’un personne intoxiquée par la propagande verte. C’est en effet exactement le contraire qui se passe quand on veut procéder à de l’amélioration variétale en utilisant la technique dite des marqueurs. Même Monsanto qui voulait développer cette technologie s’est cassé les dents car la technique induit de nombreuses perturbations indésirables dans le génome de la plante ! La transgénèse végétale ciblée telle qu’elle est pratiquée est beaucoup plus précise et le deviendra encore plus avec l’utilisation du CRISPR. Renseignez-vous avant d’écrire n’importe quoi

    • Le pb des ogm est surtout d’ordre juridique
      Les droits de propriété du producteur des semences sont étendus à des acteurs qui n’ont jamais traité, directement ou indirectement, avec lui. Le voisin d’un client du semencier peut être poursuivi s’il exploite des semences qui sont arrivées de façon »accidentelle » sur son fonds. Étrange qu’en la matière possession ne vaille pas titre.
      Sinon, concernant le principe de précaution, il serait peut être judicieux qu’il se limite à une information du consommateur. Libre à lui de choisir un produit contenant des ogm, même sous forme de trace, ou un produit sans. Du simple droit à l’information.

      • simple-touriste
        20 août 2015 at 7 h 28 min

        Donnez donc UN SEUL exemple de ces poursuites, avec référence précise au cas :
        – juridiction
        – noms des parties
        – date
        – lien vers le jugement si possible

        Bizarrement aucun anti-OGM n’a été capable d’en citer un seul exemple!

    • simple-touriste
      20 août 2015 at 7 h 24 min

      Le croisement méthode précise? Alors que vous n’avez aucune idée du résultat au niveau génétique?

      C’est une blague?

  • Bonjour,

    Je suis globalement d’accord avec l’article, sauf pour la partie sur les gaz de schiste : regardez le reportage « Gazland » qui montre les conditions réelles d’extraction du gaz de schistes aux US, ça fait froid dans le dos. Et là je parle uniquement en termes de quantité de produits chimiques utilisés dans la fracturation et la densité géographique des forages (peut-être qu’une réglementation plus sévère chez nous peut atténuer ces nuisances ?)

    Sinon je suis assez attristé de voir que dans ce genre d’article on ne considère absolument pas l’éventualité d’une progression dans les énergies renouvelables : je suis tout à fait d’accord sur le peu d’intérêt que présente les énergies renouvelables, mais c’est uniquement par rapport aux technologies présentes aujourd’hui ! Le nucléaire a bénéficié d’un très fort financement pour atteindre son niveau actuel. Les ER devraient elles aussi être financées mais pour de la R&D : les rendre plus économes (fabrication) et rentables (rendement de production électrique). Je considère bien entendu que subventionner l’installation d’ER dans leur actuel avancement technologique est un grave gaspillage.
    Par ailleurs il ne faut pas oublier le marché de l’hydrogène….

    (PS : je travaille dans le nucléaire)

    • Quand vous regardez un reportage militant, vous vous posez au moins la question concernant la fiabilité des faits, de ce qui est raconté, de l’intégrité de l’auteur, de comment est traité l’information ou vous faites confiance aveuglément ?
      Un militant ayant tendance à placer sa cause au dessus de son intégrité, ce genre de reportage devrait être pris avec des pincettes.

    • Le mensonge est de faire croire que l’extraction de gaz de schiste est spécifiquement sale et dangereuse. En fait, ses défauts sont très similaires à ceux de l’extraction de pétrole conventionnelle. Mais ce point n’est pas évoqué par les écologistes car cela voudrait dire que leur objectif serait d’interdire purement et simplement l’extraction pétrolière, ce qui est trop ambitieux. Ils appliquent donc toujours la même technique en s’attaquant aux innovations afin de bloquer les filières.

  • Pas vraiment convaincu par cet article.
    Je pense que c’est une tres bonne chose que les mouvements écolos existent. Ces mouvements ont permis aux gens d’avoir une sensibilité écologique ou au moins de se questionner sur le sujet.

    Alors bien sur que oui il y a de l’exageration sur certaines idées, mais ce n’est pas les compagnies pétrolieres qui vont m’alerter sur les dangers et conséquences du petrole et son exploitation et de meme sur la deforestation ou le fait qu’en 40 ans on a perdu la moité des especes animales de la planete etc…

    Ces mouvements sont des  » contre pouvoirs/ observatoire » qui pousse les compagnies à expliquer leurs pratiques et les rendre plus saines ou carrement innover dans énergies renouvables qui seront ( je l’espere) performante dans un futur proche.

    • Ah ben oui, on s’en fout des conséquences ou de la vérité scientifique, si cela permet d’endoctriner d’autres personnes à la cause…
      C’est bien là un des problèmes fondamentaux de la mentalité des verts, et c’est ce qui les rapproche des divers régimes totalitaires…

      « mais ce n’est pas les compagnies pétrolieres qui vont m’alerter sur les dangers et conséquences du petrole et son exploitation »

      Encore faut-il qu’il y ait de tels dangers… Bien sur, j’imagine que les pétroliers n’ont pas de scientifiques compétents et que leurs ingénieurs connaissent moins leur propre métier qu’une bande de militants aux cheveux gras…

      « et de meme sur la deforestation ou le fait qu’en 40 ans on a perdu la moité des especes animales de la planete etc… »

      quel rapport avec le pétrole ? Savez-vous qu’il y a plus de forêts en Europe qu’à l’époque médiévale ?
      Quant à la fameuse théorie de la 6e extinction, c’est du vent…
      https://www.youtube.com/watch?v=15WiYFl1zaY

      « Ces mouvements sont des » contre pouvoirs/ observatoire » »

      Si c’était le cas, ce ne serait pas un problème.

      • A quel moment ai-je dit non  » à la vérité scientifique » ?
        Quand je parle de mouvement écolos je ne parle pas des verts ( c’est un parti politique… comme les autres avec les memes travers etc..).

        Pour moi les mouvements écologiques , se sont des citoyens qui se regroupent autour d’une cause commune. Qu’ils fassent du bruit tant mieux pour eux, si on les écoute c’est qu’ils sont bon en communication.

        Je suis assez content qu’ils existent, qu’ils s’opposent aux communications et discours des lobbys prétoliers ou autre etc…
        Que des citoyens aillent mesurer le niveau de radioactivité des cours d’eaux autour des centrales et les communiquent , c’est assez sain je trouve, non?
        Qu’ils confontrent les arguements des lobbys aussi.

        j’imagine bien que des mouvements utilisent parfois des arguments fumants, c’est pour ça qu’il faut etre vigilant et critique. Mais au moins grace à cette opposition, les journaux s’interressent à ses sujets et communiquent, des scientifiques sont interpellés pour en parler, il y a des débats etc…

        mais cet article nous dit que les écolos font plus de mal que de bien au niveau écologique ? Vraiment ? .
        Bien sur qu’ils influencent les politiques et certaines lois. De meme que les lobbys du nucleaire, du petrole etc…

        • Bonjour Jobi

          « mais cet article nous dit que les écolos font plus de mal que de bien au niveau écologique ?  »

          Relisez l’article qui est argumenté OGM RCA etc..
          Vous êtes content, tant mieux pour vous, mais avouez que les discours alarmistes que l’on subit depuis 40 ans, est systématiquement à charge sans prendre en compte les avantages du développement de la qualité de vie des français.
          Vous parlez de débat, moi je vois un discours uniquement à charge.

    • simple-touriste
      20 août 2015 at 7 h 34 min

      Il ne s’agit pas SE questionner mais de « questionner » la NATURE.

      Autrement dit, d’avoir une approche scientifique.

      Autrement dit, ALLER VOIR et MESURER ce qui se passe et pas se faire des films avec des papillons et une douce nature.

  • Il y a encore bien pire, en termes de vies humaines. L’interdiction d’utiliser le DDT pour lutter contre la malaria a fait environ 30 millions de morts. Car sauver des millions de vies en éradiquant une maladie létale, avec un produit efficace, pas cher et sans effet sur la santé humaine, cela ne présente aucun intérêt pour les zécolos: comme une étude avait conclu que le DDT fragilisait les coquilles d’oeufs d’oiseaux, les oeufs ont été sauvés, pas les humains. Plus tard, cette mirifique étude sauveuse d’oiseaux et massacreuse d’humains s’est avérée être fausse.

    Faire pire, est-ce possible?

  • L’auteur a oublié les joyeusetés des écolos à propos de la dangerosité supposée des ondes radios, mais le tableau est assez complet.
    Etonnante cette dérive de l’écologisme depuis 20 ans. Ca vire à l’escroquerie criminelle.
    Mais la roue tourne et l’histoire jugera sévèrement.

    • simple-touriste
      20 août 2015 at 8 h 15 min

      Ouais mais tout le monde à un téléphone fixe sans fils, un mobile, utilise le Wifi… alors à un moment ça marche moins.

      Tout le monde n’utilise pas des herbicides. (En appartement à Paris je n’en ai pas l’usage.)

  • Nom d’une pipe ! QUI va enfin expliquer que le CO2, c’est environ 0,4 millionièmes de l’atmosphère ?
    Economiser 2 % de 0,4 millionième, ça fait combien ? Sans le CO2, il n’y aurait pas de vie sur la terre. Nous en rejetons à chaque expiration, arrêtons de respirer pour « sauver la planète » (qui s’en fout !), et elle continuera de tourner… avec ou sans humains, végétaux, animaux !

  • Ah, ces retrouvailles… de loin en loin je tombe au gré de mes navigations internet sur contrepoints.org et je constate que voilà au moins un site fidèle à ses valeurs : le nivellement par le libéralisme et surtout par l’acharnement dans la propagande anti écologique, avec une fixation particulière sur le « climatoscepticisme ».
    Au fait la famille de cet aristocrate british qui a écrit l’article proposé en traduction, climatosceptique frénétique, a tiré sa fortune de l’exploitation du charbon.
    http://www.desmog.uk/2015/01/05/lord-ridley-make-mine-large-one
    Ca l’aide certainement beaucoup à porter un regard purement objectif et désintéressé sur toutes ces questions…

    • Sur ce critère, le lobby écolo tire des milliards de l’exploitation de l’éolien. Comment discuter alors ? À un moment il faut bien examiner les faits et les arguments.

    • Il serait intéressant de se demander d’où viennent les fonds d’Al Gore… Un point partout, balle au centre…?

    • simple-touriste
      20 août 2015 at 8 h 24 min

      « a tiré sa fortune de l’exploitation du charbon. »

      OSEF

      Ce monsieur ne vous demande pas de lui faire confiance « j’ai été voir sur place, y a pas de pollution » ou « j’ai fait un sondage moi même, le gens sont contents » ou « j’ai donné tel produit à des rats, ils sont pas tombés malades ».

      Ce monsieur expose des ARGUMENTS qui ne dépendent pas d’une observation ou d’une expérience que ce monsieur aurait fait tout seul de façon incontrôlable.

      Et plus pour ce qui est des conflits d’intérêts, vos copains escrolos sont dedans à plein, sauf qu’eux se font passer pour ce qu’ils ne sont pas, de blanches colombes.

    • La « propagande anti-écologique » ?
      Quoitesse ?

      Quand on critique Mao on fait de la propagande anti-Mao ??

      En démocratie on appellerait ça plutôt de la « dénonciation de propagande » ou simplement « liberté de blâmer ».

      « propagande anti-écologique » !!!!! J’adore !!!!!
      Contrepoints est donc un dangereux médium séditieux qui pratique la « propagande anti-écologique ».
      Si ça se trouve y sont même contre la développitude durab’, vous vous rendez compte Mme Michu ???

  • Le chauffage au charbon dans le Nord de l’Europe (par abandon du Nucléaire), et les nuages de pollution, doit faire du bien aux poumons de nos écolos Parisiens et ceux de leurs enfants…
    Gasland oublie de montrer les propriétaires qui partent en courant en voyant les chèques des exploitants-
    Vous pensez bien qu’au pays des cabinets d’avocats surpuissants, qui viennent vous proposer leurs services gratuitement contre 30% des dommages et intérêts. Toutes ces dérives dénoncées sont extrèmement limitées.
    En France c’est dit par les Socialos-Ecolos : nous étudions d’autre manières d’exploitation des gaz de schistes -Faux : aucune bourse,d’étude, aucun Laboratoires Français n’est mandaté pour de telles recherches… Pourquoi ?? Aigrir la vie de ses citoyens, pendant que dans les propriétés américaines on installe des chauffage au gaz dans les jardins, les terrasses… Nous n’aurons pas droit à la joie d’une énergie peu chère… Sinon adieu la croissance du 1er trimestre (due au charges de chauffage)..

    • Surtout, en France personne ne veut de l’exploitation des gaz de schiste parce-que le sous-sol n’appartient pas au propriétaire du sol, mais à l’État. Donc les propriétaires des sols concernés auraient juste le droit de voir une jolie exploitation pétrolière s’installer chez eux (ou à côté) sans rien y gagner.
      Qui accepterait les forages dans ces conditions…?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Simone Wapler.

Le mot protéger était dans une phrase sur deux prononcées par Bruno Le Maire lors de cette interview. Après le Koikilenkoute, nous allons basculer dans le Kaparka, une variante bien plus ciblée de toutes les aides dont nous bénéficions et payées avec notre propre argent.

Parmi les nombreux plans de Bruno Le Maire pour nous protéger de tout, le plus lunaire concerne son plan de lutte contre l’inflation exposé à partir de la dixième minute.

Le Maire contre l'inflation

Après avoir enfoncé une porte ouverte... Poursuivre la lecture

Par Samuel Furfari.

La France — mais aussi l’Union européenne — continue de croire qu’elle est au centre du monde de l’énergie. L’objectif illusoire d’une décarbonation rapide de l’économie du « continent européen » aveugle jusqu’aux banques et les médias.

Dans une logique dont on ne sait si elle frise l’orgueil ou l’aveuglement, les médias européens et français ont titré que la France refuse le soutien au projet gazier Arctic LNG2, alors que Reuters titre plus sobrement « Le projet russe Arctic LNG2 obtient des prêts d’un mont... Poursuivre la lecture

Par Elie Blanc.

Il y a quelques jours, un article publié dans le quotidien Les Échos relayait une étude du Crédit Suisse qui présentait les principales mesures à prendre pour adopter un « mode de vie durable ». Parmi les changements, l’étude préconise de limiter le nombre de déplacement en avion à un par an, la quantité de poulet consommé à 100 grammes par semaine et le nombre de jeans achetés à deux par an.

L’ écologisme politique : aveuglement et haine du capitalisme

J’épargne au lecteur les mesures les plus loufoques concerna... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles