Face au protectionnisme américain, il faut l’ouverture à la concurrence

Ne vaudrait-il pas mieux aller à contresens, provoquer un choc de concurrence pour prendre les Américains et les Chinois à rebours.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
trade source https://unsplash.com/photos/kyCNGGKCvyw

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Face au protectionnisme américain, il faut l’ouverture à la concurrence

Publié le 16 décembre 2022
- A +

Un article de l’IREF

 

Les Européens ont mis des mois pour décrypter les dangers de l’Inflation Reduction Act (IRA), adopté en août dernier aux États-Unis.

Ce programme prévoit 369 milliards de dollars de subventions sur dix ans dont une large part sera affectée à la production de voitures électriques et à leurs composants (notamment les batteries), à l’éolien, au solaire, à l’hydrogène vert… mais ces subventions seront réservées aux produits et productions américaines, ce qui pourrait pousser de nombreuses entreprises européennes à délocaliser leurs projets de production aux États-Unis.

 

La réponse européenne

Les Européens voudraient que le programme de subvention de l’IRA soit étendu aux produits européens, ce qui ne paraît guère envisageable d’un point de vue américain. À défaut, certains  voudraient taxer les produits américains importés en Europe, au risque d’une guerre commerciale, ou répondre au protectionnisme américain par une protectionnisme européen en instaurant un Buy European Act.  Mais outre que ces pratiques pourraient être dénoncées devant l’OMC, comme l’IRA lui-même, elles nuiraient sans doute autant aux Européens qu’aux Américains.

En effet, les droits de douane augmentent les prix. Les programmes qui privilégient des produits locaux réduisent la concurrence, favorisent les rentes de situation et nuisent à l’innovation autant qu’à la baisse des prix. Le pouvoir d’achat des Européens en pâtirait à une époque où ce ne serait pas du tout bienvenu !

D’une manière générale, la baisse des échanges nuirait à la croissance et risquerait d’augmenter le taux de pauvreté en Europe. Nous savons que la chute des frontières idéologiques après l’ouverture du mur de Berlin et la libéralisation des marchés ont fortement contribué à la réduction de la grande pauvreté passant de plus de 40 % de la population mondiale dans les années 1970 à moins de 10 % à la fin des années 2010. La remontée des protectionnismes pourrait avoir l’effet inverse.

 

Ouvrir les marchés

Alors ne vaudrait-il pas mieux aller à contresens, provoquer un choc de concurrence pour prendre les Américains et les Chinois à rebours ?

Les Anglais l’ont fait au XIXe siècle avec succès. Dans un monde encore très fermé, connaissant des tarifs douaniers élevés, William Gladstone, ministre et souvent Premier ministre de gouvernements successifs de 1842 au début des années 1890, s’employa à instituer une politique de libre échange sans attendre toujours des accords de réciprocité des autres pays. Après plusieurs vagues de réduction ou suppression des droits de douane, les centaines de taxes sur les produits importés qui existaient furent réduites au nombre de 48 en 1860. Mais plus encore peut-être, il allégea les réglementations. Dans les années 1840, note Jean-Marc Daniel (Histoire de l’économie mondiale, 2022, Tallandier), « le code douanier anglais compte 1150 articles. Dix ans plus tard, il n’en a plus que 50. »

En Europe, les tarifs douaniers ont beaucoup baissé ces dernières années. Mais les contraintes réglementaires restent élevées et augmentent sans cesse. En témoignent, parmi bien d’autres, le RGPD, les directives sur les services numériques (DSA) et sur les marchés numériques (DMA), l’adoption d’une prise unique, le projet d’interdire la vente de produits issus de la déforestation…  Plutôt que de se fermer au monde en rétorsion des politiques américaines l’Europe devrait donc au contraire s’y ouvrir en réduisant drastiquement ses barrières réglementaires. Sauf, le cas échéant, avec les pays qui, comme la Chine, ne respectent pas les règles de loyauté commerciale unanimement reconnues.

Outre que l’échange est peut-être le meilleur moyen d’éviter les guerres, il est aussi celui de favoriser le travail et la richesse, il contribue à faire baisser les prix des produits et à en améliorer la qualité. Si les USA veulent s’enfoncer dans le protectionnisme destructeur, l’Europe pourrait y voir l’occasion de s’affirmer comme le continent qui innove et dont le marché deviendra attractif parce que ses produits sont meilleurs, plutôt que parce qu’ils sont financés par l’argent public qui est toujours de l’argent trop facile pour être efficient.

D’ailleurs, les Anglais n’avaient pas attendu Gladstone et Adam Smith pour mettre en œuvre les bonnes recettes.

Déjà en 1215 la Magna Carta, la Grande Charte, ne disait rien de plus dans son article 41 :

« Tous les marchands pourront, librement et en toute sûreté, quitter l’Angleterre et venir en Angleterre, y demeurer et voyager en Angleterre tant par la route que par bateau, pour acheter et pour vendre, sans aucun péage irrégulier, selon les anciennes et justes coutumes, excepté en temps de guerre et si ces marchands sont d’un pays en guerre contre nous ».

Sur le web

Voir les commentaires (12)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (12)
  • C’est que personne ne respecte les règles de loyauté commerciale unanimement reconnues.
    Comme on le voit, pas plus les USA que la Chine.
    L’Europe s’est longtemps persuadée que, comme le professait ce bon Dr Schweitzer, l’exemple n’est pas la meilleure façon d’influencer les autres, c’est la seule.
    Oui mais non.
    Car les autres n’ont pas forcément envie de suivre le principe de Oscar Wilde :
    – L’imitation est la forme de flatterie la plus sincère que la médiocrité puisse payer à la grandeur.
    In fine, celui qui résume le mieux la situation actuelle, c’est encore Bismarck :
    – Seuls les sots tirent les leçons de leurs erreurs, les sages s’enrichissent des erreurs des autres.

    -2
  • « Les obstacles créés par les américains nuisent à nos ventes, c’est un malheur. Ceux que nous avons créés nous-mêmes nuisent à nos achats et c’est un autre malheur. Nous ne pouvons rien sur le premier, mais le second dépend de nous. Délivrons-nous au moins de l’un, puisque nous ne pouvons nous défaire des deux. Supprimons nos mesures protectionnistes sans exiger que les américains en fassent autant. Un jour sans doute ils apprendront à mieux faire leurs comptes. » (inspiré de « Réciprocité », chapitre 10 de la 1ère série des Sophismes Économiques)

    • À celui qui te frappe sur la joue, présente aussi l’autre ; et celui qui enlève ton manteau, ne l’empêche point de prendre aussi ta tunique.
      Luc 6 : 29

      -3
      • Votre objection est hors de propos : la dernière phrase de cette citation de Bastiat est la plus importante.

      • On ne gère pas une nation comme une église , surtout quand il s’agit de guerre économique .

        • Vous n’avez pas saisi l’ironie, je crois.
          Notre ami Cachou nous cite du Bastiat, vieux de quasi 2 siècles, regrettant déjà les tracasseries américaines.
          Deux siècles après, donc, l’Amérique reste égale à elle-même, s’accrochant à son protectionnisme. Et la France, voire l’Europe, tel le jeune Drogo du Désert des Tartares, elle, espère toujours quelque chose qui n’est pas venu et ne viendra pas.
          Et qui gagne à tous les coups ?!

          • @ Abonné absent, j’ai pour vous une autre citation tout à fait adaptée au contexte :
            « Le problème avec les citations prises sur internet, c’est qu’on ne sait jamais si elles sont authentiques » (Abraham Lincoln)

            -1
  • Qui, de Trump ou de Biden, est le plus protectionniste ?

  • Si je comprends bien ? Buy Europeen Act pourrait etre dénoncé par l’I R A donc c’est à sens unique .
    Alors continuons de nous soumettre aux uns et aux autres . Notre  » Angélisme  » nous mènera à plus de dépendance sinon à la ruine .
    Comme pour les 35 h nos concurrents étaient supposés suivre notre exemple , alors qu’ils se sont frottés les mains de joie .

  • Ouh là, vous êtes complotiste d’écrire que les US de Biden sont protectionnistes ! Trump est parti, donc c’est plus possible ! 🙂

  • Il est vrai que l’Europe a ses frontières douanières très fermées ! Tous les produits chinois s’y déversent sans problème.
    Regardons les automobiles par exemple. Pour avoir accès au marché chinois, un constructeur doit obligatoirement s’associer à un industrielle local et fabriquer en Chine (pillages technologiques obligent). Sinon, taxes douanières de près de 100%. Heureusement, rien de tout ça en Europe. L’industriel chinois exporte ses véhicules vers l’Europe et les vend sans taxes ni transferts de technologie. Elle est pas belle la vie ?

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Par Connor O'Keeffe.

Après la crise financière de 2008, des appels ont retenti dans les publications de l'establishment et les bureaux exécutifs de Wall Street pour dire que nous assistions à la mort de la mondialisation. Ces appels se sont amplifiés et multipliés après le Brexit, l'élection de Donald Trump, la pandémie et l'invasion de l'Ukraine par la Russie. Pourtant, les données semblent contester ce récit. Le commerce mondial a atteint un niveau record de 28 500 milliards de dollars l'année dernière et les projections prévoient un... Poursuivre la lecture

Un article de l'IREF Europe

Pour soutenir son industrie et lutter contre l’inflation, Washington a déclenché un plan massif de subventions : l’Inflation Reduction Act (l’IRA). Promulgué en août, il prévoit une enveloppe de 430 milliards de dollars.

En pratique, l’IRA consiste à subventionner la production nationale (automobile électrique, batteries, énergies renouvelables) et à verser des crédits d’impôt aux industriels du monde entier pour les inciter à s’installer sur le sol américain. Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, é... Poursuivre la lecture

Dans le scandale de corruption des élus européens par le Qatar et le Maroc qui secoue Bruxelles, tous les chemins ramènent au socialisme et à l'étatisme.

Un mois après l’arrestation de la vice-présidente grecque du parlement européen Eva Kaili et de cinq italiens, tous socialistes, pour corruption et blanchiment d’argent, ce sont deux autres députés, également socialistes qui ont fait l’objet d’une procédure d’urgence pour lever leur immunité le 2 janvier dernier.

Depuis, c’est Marie Arena, la présidente de la sous-commission de... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles