Une pénurie de lait pour bébé aux États-Unis

Au début du mois de mai, il y ait une pénurie équivalente à 43 % de la demande de lait infantile aux États-Unis.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 2

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Une pénurie de lait pour bébé aux États-Unis

Publié le 1 septembre 2022
- A +

Aux État-Unis en février 2022, le principal fabricant de lait maternisé a dû interrompre sa production en raison d’une éclosion de bactéries, qui a occasionné des infections chez quatre nourrissons (deux sont malheureusement décédés). Il n’en fallait pas plus pour qu’au début du mois de mai, il y ait une pénurie équivalente à 43 % de la demande aux États-Unis. C’était la panique généralisée !

Certains politiciens ont avancé leur propre explication quant aux causes de cette pénurie : la trop grande concentration des industries et leurs abus concernant les prix dits abusifs (price gouging). La sénatrice Elizabeth Warren (encore elle…) a soumis un projet de loi le 12 mai qui empêcherait le price gouging lorsqu’il y a une perturbation anormale du marché aboutissant à une pénurie.

Le marché de la formule de lait infantile est effectivement concentré, spécifiquement parce que les importations sont restreintes.

Seulement quatre entreprises produisent le lait maternisé aux États-Unis : Abbott, Gerber, Perrigo et Reckitt-Benckiser. L’usine en question située au Michigan est gérée par Abbott, qui détient une part de marché de 40 % dont la moitié de la production provient de cette usine.

L’une des raisons de la concentration de cette industrie est qu’environ la moitié de la production est achetée par les gouvernements pour des programmes de soutien aux familles à faibles revenus et chaque État n’achète qu’auprès d’un seul fournisseur… Cela permet certes de maximiser le pouvoir d’achat de chaque État et d’obtenir le meilleur prix, mais a pour conséquence de forcer la concentration du marché.

 

Un marché fermé

Environ 98 % du lait infantile consommé aux États-Unis sont produits localement, alors que seulement 2 % sont importés.

La première raison est la règlementation trop restrictive de la FDA concernant les importations, qui agit telle une mesure protectionniste.

La deuxième raison est que les importations de lait infantile sont soumises à un tarif douanier de 17,5%.

D’ailleurs, le nouvel accord de libre-échange USMCA signé par Donald Trump limite les quantités pouvant être importées du Canada, ce qui a accentué la pénurie, alors que les règles de la FDA ont limité les importations d’Europe en raison de formalités liées à l’étiquettage…

Résultat : des militaires ont dû transporter par avion des stocks d’urgence à partir de l’Europe.

Le 16 mai 2022, la FDA a annoncé un relâchement des restrictions visant les importations de lait. Deux jours plus tard, le président Joe Biden a invoqué le Defense Production Act pour stimuler la production locale.

 

Moins de protectionnisme, plus de capitalisme…

Les pénuries observées depuis le début de la pandémie résultent surtout d’une hausse de la demande causée par les énormes stimuli gouvernementaux, combinée à des problèmes d’approvisionnement liés à la pandémie. Des prix plus élevés sont la meilleure manière de ramener l’équilibre dans la plupart des cas, notamment en stimulant la production.

Les mesures protectionnistes ont accentué le problème. Alors que les tarifs douaniers et les restrictions aux importations visent à aider l’économie locale en aidant les producteurs locaux, elles ont plutôt comme impact d’affaiblir l’économie et de la rendre moins résiliente. Les chocs de l’offre comme la fermeture de cette usine du Michigan peuvent très bien être réduits par les importations dans une économie ouverte.

Le plus ironique, est que certains politiciens craignent de rendre leur pays plus vulnérable en n’étant pas auto-suffisant en ce qui concerne certains produits essentiels, alors que c’est plutôt l’inverse : il est bien plus risqué de contraindre l’industrie à être auto-suffisante. En incluant des importations de nombreux pays, une plus grande diversité de l’offre permet de réduire le risque de pénurie.

Malheureusement, comme c’est toujours le cas, les politiciens incompétents vont continuer à creuser dans la même direction avec les mêmes solutions qui ne fonctionnent pas et qui accentuent les problèmes qu’elles cherchent à régler.

Finalement, il est important de noter qu’il n’est pas certain que les infections bactériennes ayant affecté les bébés soient vraiment reliées à cette usine.

Sur le web

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Brad Polumbo.

L'adoption généralisée du bitcoin et d'autres crypto-monnaies a laissé de nombreux fonctionnaires à l'écart. Pour tenter de participer à l'action, de nombreux gouvernements ont lancé l'idée d'une "monnaie numérique de banque centrale" (CBDC), c'est-à-dire une crypto-monnaie émise par le gouvernement et utilisant la technologie blockchain. Le président Biden a demandé au gouvernement fédéral d'explorer cette idée, et de nouveaux rapports suggèrent que l'administration Biden pourrait bientôt faire avancer les efforts po... Poursuivre la lecture

Quand vient le temps d'afficher sa vertu, la Californie crie toujours présent. Malheureusement, ladite vertu est presque toujours un mal net, particulièrement pour les plus pauvres que le gouvernement (surtout démocrate) prétend avoir à cœur.

La dernière trouvaille : bannir les voitures à essence d’ici 2035. Dès 2026, 35 % des nouveaux véhicules devront être « zéro émission », même si chacun sait qu’une telle énormité serait qualifiée de pants on fire si les fact-checker étaient sérieux. On accorde toutefois une grâce en autorisant les... Poursuivre la lecture

La France a peur ! Encore une fois. Depuis que Roger Gicquel a trouvé cette formule magique pour augmenter l’audience et se rendre intéressant, la France n’en finit plus d’avoir peur.

Il faut dire que depuis le journal télévisé du 18 février 1976, la presse et les pouvoirs publics ont eu le temps de professionnaliser la maitrise de l’instrument !

Qui a peur du grand méchant loup ? Tout le monde a peur ! Peur de grossir, de vieillir, d’être seul, de ne pas être aimé, d’être considéré comme une mauvaise personne, comme un ringard,... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles