Régulation déforestation : l’arbre qui cache la forêt

Bruxelles s’emploie à sauver les forêts tropicales mais son effort réglementaire méticuleux semble avoir un effet inverse.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 1
Forest by Kohei314(CC BY-NC 2.0)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Régulation déforestation : l’arbre qui cache la forêt

Publié le 29 novembre 2022
- A +

La couverture médiatique du G20 a été dominée par des sujets brûlants comme l’Ukraine et Taïwan. Mais une initiative intéressante est passée presque inaperçue : les plus grandes nations tropicales ont formé une triple alliance pour sauver leurs forêts.

Les trois nations abritant l’essentiel des forêts tropicales du globe, le Brésil, la République démocratique du Congo et l’Indonésie, qui représentent à elles trois 52 % de la forêt tropicale de la planète, ont officiellement lancé, lundi 14 novembre, un partenariat visant à coopérer à la préservation des forêts après une décennie de pourparlers.

Dans cet accord, l’alliance indique que les pays devraient être incités à réduire la déforestation et à préserver leur biodiversité. Bien que cette annonce soit prometteuse, nous verrons comment celle-ci se traduit dans les actes.

 

L’Union européenne contre la déforestation

Plus près de nous, Bruxelles s’emploie également à sauver les forêts tropicales mais son effort réglementaire méticuleux semble avoir un effet inverse : la proposition de règlement de l’Union européenne (UE) sur la déforestation est un pas dans la bonne direction mais son enjambée est trop courte. À moins qu’il s’agisse plutôt de plusieurs pas dans une direction qui pourrait tout simplement ne pas être la meilleure.

Commençons par mettre au clair certains faits concernant la déforestation.

Selon l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), le taux de déforestation entre 2010 et 2020 était inférieur de 40 % à celui de 1990-2000. Malgré des reculs occasionnels, la déforestation mondiale continuant à diminuer, la déforestation nette mondiale deviendra très probablement la norme dans les prochaines décennies.

Il n’en reste pas moins qu’à l’échelle mondiale, le monde continue de perdre des zones forestières. Chaque année, nous déboisons environ dix millions d’hectares de forêt dans le monde. Cela représente une superficie équivalente à celle du Portugal. La moitié environ de cette déforestation est compensée par la repousse des forêts, de sorte que nous perdons globalement environ cinq millions d’hectares chaque année. La quasi-totalité (95 %) de cette déforestation se produit sous les tropiques.

La deuxième partie tant attendue de la COP15 en décembre prochain, qui est la suite de la conférence des Nations Unies sur la biodiversité d’octobre 2021, a mis le Parlement européen et le Conseil de l’Union européenne sous pression pour finaliser le projet de règlement sur la déforestation qui avait été annoncé pour la première fois le 17 novembre 2021.

Pour résumer, la nouvelle réglementation rendrait obligatoire pour toute entreprise vendant des biens dans l’Union européenne de vérifier que ces biens n’ont pas été produits sur des terres déboisées ou dégradées.

En d’autres termes, le règlement vise à interdire l’utilisation de certains produits de base associés à la déforestation à l’échelle internationale.

La Commission européenne avait initialement proposé six produits de base qui, ainsi que leurs produits dérivés, seraient concernés par le règlement : bois, huile de palme, bétail, café, soja et cacao. Le Conseil de l’Union s’est rangé à l’avis de la Commission. Mais le Parlement veut aller plus loin en ajoutant le maïs, le caoutchouc, la volaille, le porc, la viande de chèvre et le charbon de bois.

Bien entendu, tout élargissement de la liste des produits de base entraînera l’inclusion directe ou indirecte de beaucoup plus d’industries dans les dispositions du règlement. Déjà dans sa version initiale, le champ d’application s’étend à divers secteurs tels que l’alimentation, l’habillement, la chimie, la pharmacie et les cosmétiques ainsi que les énergies renouvelables.

Plus inquiétant : il n’y a eu jusqu’à présent qu’un accord limité sur la définition de la déforestation et de la dégradation des forêts dans les trilogues, cette dernière expression n’étant pas reconnue au niveau international et donc controversée. De nombreux pays nordiques sont particulièrement préoccupés par la volonté du Parlement d’inclure la conversion d’une forêt en une forêt de plantation dans la définition de la déforestation car les forêts de plantation jouent un rôle important dans leurs économies et toute tentative de classer une forêt de plantation comme contribuant à la déforestation aurait un impact particulièrement important pour ces États membres.

Les trois institutions (Parlement, Commission et Conseil) sont toutefois d’accord pour obliger à ce que les entreprises fournissent l’emplacement exact de la parcelle de terrain d’où elles s’approvisionnent en marchandises, bien que les représentants de l’industrie européenne continuent d’être fortement préoccupés par ces exigences au motif que cette information serait trop difficile à obtenir.

En ce qui concerne les sanctions, le Conseil et la Commission sont favorables à une amende d’au moins 4 % du chiffre d’affaires annuel de l’entreprise ou de l’opérateur dans l’État membre concerné, tandis que les députés européens veulent porter cette amende à au moins 8 % des revenus annuels d’une entreprise dans l’UE tout entière.

Comme vous pouvez commencer à le comprendre, bien que bien intentionnée, la lutte de l’Union européenne contre la déforestation revient à essayer d’utiliser un chalutier pour pêcher des têtards épars, sans savoir exactement comment définir ce qu’est un têtard et sans penser à l’impact du chalut sur l’environnement.

 

Une coordination nécessaire

La déforestation étant réelle et constituant une externalité négative, il est judicieux d’essayer d’y remédier en internalisant son coût. Les produits que nous consommons en Europe devraient être soumis à des normes élevées en matière de durabilité.

Mais au lieu d’essayer d’imposer des barrières non tarifaires aux produits importés, l’UE pourrait travailler avec les pays d’Amérique du Sud, d’Afrique et d’Asie du Sud-Est à la reconnaissance mutuelle de certaines de leurs meilleures normes afin que leurs efforts en matière de durabilité puissent être acceptés par la législation européenne.

Pour l’UE, la reconnaissance d’autres systèmes de certification présente de nombreux avantages.

Si l’on prend l’exemple de l’huile de palme, en 2021, l’UE a importé pour 6,3 milliards d’euros d’huile de palme et de produits à base d’huile de palme, la plupart utilisés pour les biocarburants. L’Indonésie et la Malaisie représentaient respectivement 44,6 % et 25,2 % de ces importations.

La norme ISPO (Indonesian Sustainable Palm Oil) est le système de certification de l’Indonésie lancé en 2009 pour encourager les plantations de palmiers à huile à rendre leurs activités plus durables. La certification ISPO est obligatoire pour les entreprises d’huile de palme opérant en Indonésie, contrairement aux certifications volontaires disponibles auprès de l’organisme de réglementation pionnier du secteur, la Table ronde sur l’huile de palme durable (RSPO).

En termes de certification, force est de constater que l’ISPO est assez complète : elle vise à minimiser ou à atténuer les impacts négatifs de la production d’huile de palme sur l’environnement et les communautés.

Elle exige des producteurs de :

  • veiller à ce que leur chaîne d’approvisionnement soit exempte de déforestation, de développement des tourbières ou d’exploitation des travailleurs ;
  • préserver les zones de conservation ;
  • minimiser les perturbations de l’habitat de la faune et de la flore sauvages ;
  • réduire les émissions de gaz à effet de serre ;
  • adopter les meilleures pratiques en matière de biodiversité ;
  • protéger les ressources en eau ;
  • respecter les coutumes et les traditions locales ;
  • maintenir de bonnes pratiques d’utilisation des terres ;
  • protéger les droits des travailleurs ;
  • se conformer aux lois nationales relatives à l’acquisition de terres et aux compensations en cas de relocalisation.

 

En outre, la norme ISPO offre la possibilité à 2,6 millions de petits exploitants en Indonésie d’être certifiés selon cette norme nationale qui aide le pays à atteindre ses objectifs de développement durable. Les zones certifiées ISPO produisent près de 40 % de l’huile de palme mondiale.

L’acceptation de la certification ISPO par l’UE serait une bonne chose pour les importateurs européens d’huile de palme car elle leur offrirait davantage d’options, créant ainsi un marché concurrentiel capable de répondre à la demande tout en maintenant des prix bas. En effet, la multiplication des systèmes de certification favorise un environnement plus propice à l’innovation dans le secteur. Au final, la reconnaissance mutuelle éviterait des coûts supplémentaires pour les entreprises et des hausses de prix pour les consommateurs.

 

La racine du problème

Au cours de l’été 2019, plusieurs grands incendies ont éclaté dans la forêt tropicale amazonienne.

La forêt tropicale sert de piège à dioxyde de carbone géant, retirant le CO2 de l’air et le transformant en ressource naturelle mondiale. Mais la forêt tropicale est menacée par la déforestation par brûlis pour l’exploitation forestière et l’agriculture. Non seulement la déforestation par brûlis réduit l’étendue de ce piège à CO2 mais elle augmente elle-même les émissions de dioxyde de carbone. Elle déclenche également des feux de forêt et serait à l’origine des incendies de 2019.

Emmanuel Macron a plaidé en faveur d’une stratégie coercitive. Il a menacé d’opposer son veto à un accord commercial entre la France et le Brésil (et plusieurs autres nations) si les incendies n’étaient pas stoppés.

Mais est-il éthique de menacer les pays pauvres (le PIB par habitant du Brésil représente un quart de celui de la France) de sanctions économiques s’ils ne cessent pas de nuire à l’environnement dans leur quête de meilleures conditions socio-économiques ? N’oubliez pas que les pays développés qui profèrent ces menaces ont bâti leur richesse en partie grâce à l’utilisation massive de combustibles fossiles.

Et qu’en est-il de l’efficacité de cette méthode coercitive ? Bien sûr, la France est un partenaire commercial important mais elle n’est guère le seul partenaire potentiel. La Chine ne semble pas préoccupée par la déforestation du Brésil et pourrait simplement remplacer la France en tant que partenaire commercial.

Ce qui peut être dit pour le Brésil peut l’être pour d’autres pays et régions. Que l’approche soit bilatérale ou régionale, les négociations commerciales de l’UE avec les pays d’Asie du Sud-Est par exemple ont été un test de patience diplomatique.

A contrario, les pays d’Asie du Sud-Est les plus ouverts et pragmatiques ont signé au moins vingt accords de libre-échange, y compris des accords réputés impossibles à signer comme ceux conclus avec la Chine, le Conseil de coopération du Golfe (CCG) et l’Accord de partenariat transpacifique (CPTPP), cela en se concentrant strictement sur ce qui est véritablement réalisable.

À l’inverse, l’Europe est en quête de grandes avancées et tente de changer une zone Asie-Pacifique – l’espace au centre du commerce mondial – que les décideurs politiques n’ont pas toujours eu la curiosité ou la patience de comprendre. À cet égard, l’Europe reste une idéaliste, une romantique, partant souvent à la conquête de l’impossible.

 

Quid de l’impact social ?

Il ne s’agit pas seulement d’économie ou de diplomatie.

De nombreux produits de base comme le café, le cacao et l’huile de palme sont cultivés par de petits exploitants. Le règlement européen sur la déforestation pourrait les exclure complètement des chaînes d’approvisionnement mondiales car ils n’ont pas les moyens de satisfaire aux exigences coûteuses de l’UE en matière de traçabilité.

Cette hypothèse n’en est même plus vraiment une. Par exemple, Unilever a fixé des conditions similaires à celles contenues dans la réglementation déforestation à ses chaînes d’approvisionnement et a admis qu’elle avait ainsi exclu les petits exploitants, avec des conséquences socio-économiques négatives. Désormais, toutes les entreprises pourraient être contraintes de faire de même.

Il s’agit d’un impact social négatif massif pour des millions de familles en Afrique, en Asie et en Amérique latine. Et ce serait le résultat indirect de ce texte européen. Pourquoi cela n’a-t-il pas été pris en compte ? Pourquoi ne pas créer des exemptions ? Les opportunités économiques sont l’élément le plus important pour réduire le niveau de pauvreté et ces produits de base sont une source majeure de croissance pour les populations pauvres du monde entier. Rien qu’en Indonésie, plus de quatre millions de familles gagnent leur vie grâce à la culture de l’huile de palme, par exemple.

 

Conclusion

La politique climatique actuelle est paradoxalement marquée par une grande insularité : la plupart des pays se concentrent sur leurs propres émissions de carbone plutôt que sur les émissions mondiales.

S’il est louable d’essayer d’internaliser toutes les externalités négatives, cela n’empêcherait pas la déforestation de se poursuivre car les pays producteurs fautifs se tourneraient vers des pays consommateurs moins exigeants.

Au lieu de fermer sa porte et de perdre ainsi son influence, il serait préférable que l’UE poursuive sa démarche vertueuse en reconnaissant les efforts et les normes qui vont résolument dans la bonne direction.

 

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • Que fera l’UE quand la France aura vendu ses forêts domaniales à la Chine ?
    Notre dette abyssale rend cette hypothèse tout à fait probable.

  • Réglementer, réglementer, réglementer…
    Non pas pour améliorer la vie des humains, mais pour justifier les prébendes des fonctionnaires. Ah, et le CO2 n’est en rien un polluant, juste le carbone à la rigueur quand il est utilisé pour faire des copies dans les administrations…

    • Un petit rappel :
      1 Ha de forêt capte annuellement 5 tonnes /2 x 3.66= 9,15 tonnes de CO2
      1 Ha de maïs capte annuellement environ 15 tonnes / 2 x 3,66 = 27,46 tonnes de CO2.
      Source https://www.contrepoints.org/2019/07/15/349007-le-vrai-bilan-carbone-de-lagriculture

      • Je suis d’accord avec le calcul 2,5 t de Carbone par ha et par an pour une forêt constituée croissant de 10 m3 par an, cela fait bien 9,15 tonnes de CO2. Le maïs fixe plus, estimé à 27,46 t/an. D’accord aussi.
        La différence est que le CO2 fixé par du maïs se dissipe en quelques mois alors que la forêt stocke pour 50 à 100 ans. Cependant, il y aura en forêt des déstockages partiels avant le déstockage total ; à terme, cela n’est qu’une question de durée du stockage. Il faut néanmoins sauver les forêts car elles jouent un rôle direct dans la météorologie, dans le cycle de l’eau (nuages, courants, alizés) dans la conservation de la diversité biologique (dont la diversité huùaine), minérale, etc.
        Qu’il y ait forêts, savanes, cultures, le cycle du CO2 se poursuit à des vitesses différentes selon l’écosystème mais n’a qu’une influence quasi nulle sur le climat global.

  • Je n’ai rien contre la faune sauvage et les forêts tropicales mais heureusement qu’on s’est débarrassé de nos prédateurs et de nos forêts improductives, vivement la fin de cette stupidité d’écologie mortifere ! Bientôt il faudra sauver les hommes, des hommes de mauvaise volonté.

  • il y a actuellement en France 2 fois plus de surface de forêts qu’en 1850.

  • Compte tenu des rendements bio inférieur de 30% aux rendements intensifs et sans compter les obligations de mise en jachère, on peut aisément calculer qu’il faut déforester pour compenser ces pertes de rendement de 30% : on n’a pas encore réussi à faire de l’agriculture bio dans un désert de sable ou dans l’eau de mer.
    Il faut donc choisir entre :
    -30% de la population mondiale crève de faim en cultivant bio : méthode européenne et sri-lankaise (dont on a vu les résultats : la c’est 100% qui crève de faim)
    -On détruit un tas de forêt pour nourrir bio toute la population : méthode brésilienne (sauf que c’est pas pour faire du bio)
    -on cultive intensif en augmentant encore les rendements à l’ha : méthode américaine, russe, ukrainiennes, chinoise, bref tout le monde sauf l’Europe.

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don
vers de farine
4
Sauvegarder cet article

Sapristi, les habitudes culinaires européennes évoluent de plus en plus vite ! La nouvelle a fait quelques remous sur les réseaux sociaux : depuis quelques jours, l’Europe autorise l’utilisation de deux insectes dans l’alimentation humaine à savoir le ver de ténébrion (ver de farine) et le grillon domestique.

En pratique, cette introduction d’insectes dans le catalogue des substances autorisées dans la nourriture humaine n’est pas nouvelle puisqu’il y a deux ans, en janvier 2021, l’Europe avait déjà autorisé les larves de scarabée moli... Poursuivre la lecture

Par Frédéric Peltier.

Le débat sur les normes renaît de ses cendres régulièrement. Il y a trop de normes, elles sont trop complexes, inefficaces, paralysantes etc. etc.

Le Sénat qui est l’assemblée des territoires vient de produire, le 26 janvier 2023, une résolution sous la plume de Rémy Pointereau pour dénoncer le poids et l’inertie de cette production bureaucratique qui s’abat notamment sur les décideurs politiques locaux. Tous se sentent cornaqués par ces règles dont l’application est de l’ordre du casse-tête chinois. Ces no... Poursuivre la lecture

Un article de Conflits

Le premier tour de l’élection présidentielle de la République tchèque a eu lieu le 13 et 14 janvier 2023. Si les pouvoirs du président de la République sont faibles dans ce pays, cette élection met en évidence des divisions. D’un côté se trouve Andrej Babis, l’ancien Premier ministre centriste considéré comme populiste, de l’autre Petr Pavel, l’ancien chef des armées de la République tchèque et ancien président du comité militaire de l’OTAN. Second tour à la fin du mois.

Ainsi, en matière de politique étra... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles