Le libéralisme défend les individus, non des « élites »

L’excès de taxation mène à la désespérance. Un message que les libéraux ont toujours promu. Il est temps de revoir le modèle sur lequel notre société repose depuis trop longtemps.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 3
liberté d'expression Rockwell credits Cliff (licence creative commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le libéralisme défend les individus, non des « élites »

Publié le 19 septembre 2022
- A +

Par Johan Rivalland.

Notre société n’en peut plus. Après plusieurs décennies de surenchère en matière d’interventionnisme, qui se paye par une taxation et un endettement (donc des impôts futurs) de plus en plus colossaux, le peuple réagit.

De manière parfois confuse, mais en réponse à une accumulation de souffrances qui résultent pour une bonne part de l’horreur politique et de la prétention de certaines élites à constamment tenter de régenter la vie des autres. Une impasse, mais aussi un leurre dont on n’a pas fini de mesurer les dégâts. Là où le libéralisme a, au contraire, toujours fait appel à l’esprit de responsabilité et d’initiative des individus. Ce qui ne signifie pas non plus l’abandon des plus fragiles d’entre eux.

Neuvième volet de notre série « Ce que le libéralisme n’est pas ».

 

Un État nounou surendetté

Les gouvernements qui se sont succédé depuis plusieurs décennies ont prétendu régenter nos vies presque jusqu’au moindre détail. Jusqu’à l’infantilisation.

Non seulement cela coûte cher : nous sommes le pays recordman du monde des prélèvements obligatoires, avec 47,6 % du PIB, et une part des dépenses publiques de 55 % du PIB (la persistance de l’écart entre les deux expliquant un accroissement de la dette de la France, située autour des 97 % actuellement), mais en plus cela s’avère manifestement non efficace.

Voire cela se paye en chômage, puisque le taux officiel de chômage de la France se situe à 9,1 % de la population active au troisième trimestre 2018 (selon les normes du BIT), là où pas moins de dix de nos pays voisins européens sont au quasi plein-emploi à moins de 5 % (ce dont on a rarement conscience en France).

 

La responsabilité de nos politiques

Face à un tel constat, on ne peut que s’interroger sur le bien-fondé de notre système. Un système qui prétend vouloir venir en aide à chacun, mais qui, en jouant en permanence les apprentis-sorciers, finit par semer le désordre et les frustrations. Et, lorsque les politiques en place (ce gouvernement comme les précédents) semblent avoir pris conscience (dans les paroles) de l’impasse dans laquelle nous nous trouvons, et donc de la nécessité de réduire la voilure (de l’État), c’est toujours pour nous expliquer que, devant l’urgence, nous ne pouvons agir immédiatement.

Les diminutions de dépenses publiques (dont on craint qu’elles aient un impact négatif sur l’activité) ou des impôts (dont nos politiques affirment avoir conscience qu’ils ont atteint un niveau qui n’est plus tenable), sont remises à plus tard. Et, en attendant, on joue le jeu (dangereux) des vases communicants. Ce que je donne à l’un, je le prends à l’autre. Et ainsi de suite.

Le problème est, qu’en attendant, on ne résout rien. On ne fait que mettre la poussière sous le tapis et savonner la planche du gouvernement suivant… jusqu’à ce que la bombe explose dans les mains de l’un d’entre eux (en référence à un jeu de société que connaissent nos enfants).

Or, il est un mécanisme élémentaire qu’il n’est pas besoin d’être libéral pour comprendre et qui montre à quel point nous marchons actuellement constamment sur la tête en France : la courbe de Laffer.

Je me demande toujours comment l’inculture économique de nos politiques (mais surtout de leurs conseillers) peut mener à une telle absurdité : les taux d’imposition ont atteint depuis longtemps des niveaux tellement dissuasifs qu’ils engendrent tout à la fois paralysie de l’activité, inefficacité, érosion aussi bien de la consommation que de l’investissement, mais de surcroît de moindres recettes fiscales (le tout étant lié). Comment ne pas le voir ? (Et ce n’est certainement pas, notons-le au passage, une restauration de l’impôt sur la fortune, et les fuites à l’étranger d’emplois qu’il induit certainement, qui vont résoudre le problème).

Diminuer sensiblement les impôts et, en parallèle les dépenses publiques, apparaît donc bien comme un préalable (et, comme beaucoup l’ont montré ici, il n’y a que l’embarras du choix — voir, par exemple, la remarque de Cavaignac ici à 12 h 08). À commencer par tout ce que l’État prétend faire et qui pourrait parfaitement être assuré par des entreprises privées, allégeant ainsi sensiblement ce qui pèse sur nos finances.

 

Un système clientéliste à bout de souffle

Alors, dans tout cela, et dans un contexte où plus que jamais les idées fausses pullulent, peut-on dire, comme on l’entend trop régulièrement de manière évidemment pas toujours innocente, que le libéralisme serait la cause de tout ? Et qu’il serait coupable de servir les élites ?

Hé bien pas du tout. C’est même tout l’inverse.

Nous ne sommes pas dans une société libérale. Loin s’en faut. Et nous n’avons pas du tout affaire à un président de la République libéral, très loin s’en faut également. Les éléments présentés plus haut en témoignent : taux de prélèvement record, interventionnisme à tous les étages, dépenses publiques à 55 % du PIB, immixtion de l’État dans tous les domaines de la vie. Que peut-on dire de plus ?

Quant à défendre des élites, le libéralisme a toujours été à des années-lumière d’une telle idée, qui ne relève que du fantasme de manipulateurs ou de gens ignorants de cette philosophie au service des individus quels qu’ils soient. Non des « puissants ». Il n’est même que justice que de rappeler que les libéraux s’opposent à toutes les formes de privilèges indus qui, la plupart du temps, ne relèvent que de l’interventionnisme pur et dur et du clientélisme bien compté.

Car de clientélisme il est bien question. Et c’est là l’une des pires causes de notre maladie. Notre État, notre société se meurent de cet État de connivence pourvoyeur de rentes de situation dont l’ampleur a atteint des niveaux tels que le « peuple » en a pris conscience et ressent une forte injustice, surtout lorsqu’il a le sentiment que les leçons viennent de ceux-là même qui en profitent.

C’est pourquoi une grande majorité des Français rejette non les élites, mais les élites auto-proclamées, ou plus précisément tous ceux dont ils perçoivent bien qu’ils vivent indûment des subsides de l’État, par un jeu de bons petits services rendus entre soi par ceux qui savent parfaitement bien comment manipuler le système. Tout l’inverse du libéralisme, qui promeut initiative individuelle et sens des responsabilités.

 

Le libéralisme au service des individus, y compris les plus fragiles

Car, en effet, jamais le libéralisme n’a eu pour esprit une société duale, où certaines élites vivraient confortablement, au mépris de tous les autres. Un grand fantasme absurde qui ne peut venir que d’une méconnaissance parfaite de ses fondements ou de la malveillance de ses ennemis.

Le libéralisme est, au contraire, au service des individus, de tous les individus. Et il entend veiller, justement, à ce qu’il n’y ait pas de laissés pour compte. Comme le montrait Friedrich Hayek dans La route de la servitude, qui contrôle l’activité économique (en parlant de l’État) contrôle toute la vie. Il mettait ainsi en garde l’Angleterre contre les risques totalitaires que contient en germe le socialisme et qui avait abouti notamment à la triste expérience Nazie en Allemagne auparavant (et à l’Union soviétique). Tyrannie contre laquelle mettait déjà en garde Alexis de Tocqueville, entre autres, à travers l’idée de despotisme démocratique présentée dans son ouvrage De la démocratie en Amérique.

S’opposant à la notion de « justice sociale », fausse dans ses principes, Hayek considérait que le marché est mieux à même de créer la richesse et d’accomplir la satisfaction des besoins de chacun que ne peuvent le faire le planisme et l’interventionnisme. C’est pourquoi il était favorable à l’octroi d’un minimum d’existence aux plus démunis, par solidarité, et non pour réparer une prétendue « injustice ». De manière à ce que chacun puisse avoir une existence digne.

 

Réformer l’État obèse

Si l’on veut en finir avec la déchéance dans laquelle nous sommes plongés, et restaurer la confiance des individus — en eux-mêmes, en la société dans laquelle ils vivent – il convient donc d’en finir avec l’excès de bureaucratie, la distribution de passe-droits, les promesses non crédibles, les subventions accordées par des politiques « comme si elles provenaient de leur poche », l’opacité, l’État partial, l’électoralisme, le clientélisme sous toutes ses formes, et tout ce qui mène à la servitude volontaire jusqu’à n’en plus pouvoir et à ce qu’on risque de déraper vers une révolution qui aboutit rarement à des résultats très concluants.

Toutes choses contre lesquelles les libéraux n’ont cessé de mettre en garde depuis si longtemps et pour lesquelles il aura fallu arriver au bord de l’explosion pour qu’on fasse mine de l’entendre. Mais avec quelles réponses ? Cela reste à voir…

Un article publié initialement le 11 décembre 2018.

Voir les commentaires (12)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (12)
  • c’est le matin, il va être l’heure de partir au boulot..juste le titre donc..
    il me semble clair que les élites sont des individus. et que le libéralisme ne « défend » pas les individus…
    il défend les libertés individuelles de tous les individus.
    On pourrait dire que c’est le système qui minimise les violences illégitimes.
    ce n’est absolument pas un système de pensée optimum pour ceux qui se rêvent de dominer les réprimer. et ça fait des tas d’individus.

  • Le diagnostic est juste et connu d’une minorité grandissante de français. Malheureusement la majorité en est encore loin.
    Macron hier soir a acheté un répit social, va soigner quelques symptomes avec un peu plus de dépenses et une fois de plus reculer face au vrai problème que l’on sait tous ici, et que trop peu d’hommes politiques n’osent nommer avec courage.
    Et il ne répond toujours pas à la question « mais il va où ce pognon de dingue? ». Et tant que les politiques ne reconnaitront pas que le pays a un problème de gestion et qu’il faut d’abord nommer les choses si on veut traiter les causes et non juste soigner des symptomes, on continuera de tourner en rond autour des rond-points sans trouver la sortie.
    Une fois de plus on (le peuple) demande à ne pas être pris pour des cons.
    Il ne reste qu’à espérer que le mouvement des GJ mute et évolue en quelque chose de plus constructif et plus audible.
    La difficulté de la transition politique qui s’impose à nous c’est que les politiques se bouchent les oreilles et rentrent la tête dans les épaules, tandis que les medias sont sourds et aveugles sans être muets. Le bêtisier de 2018 ne manquera pas d’être savoureux !
    C’est sur que cela va bien se finir.

    • Il ne faut pas compter sur les medias subventionnés pour rendre le mouvement des GJ plus audible. On a bien vu comment, récemment, ils se sont plu à le réduire à des revendications type « pouvoir d’achat » et Macron a répondu sur le même registre…
      Mais il ne se rend pas compte que beaucoup de gens ne sont pas si bêtes et commencent à comprendre que les vieilles ficelles n’ont jamais donné de résultats

    • Le mouvement des GJ a été infiltré par la gauche socialiste pour combattre Macron qu’elle considère comme un traitre car il a supprimé l’ISF. D’où la revendication de sa réinstallation et le programme typiquement socialiste présenté. Alors que les JG se sont mis en branle contre les taxes et les règlements ineptes du gouvernement (les 80 km).

    • « les medias sont sourds et aveugles sans être muets. »

      Si ils avaient une extinction de voix, cela pourrait leur éviter d’avoir une extinction de lecteurs.

  • « Cavaignac Président » , ais je envie de crier.
    Mais quelque chose me dit qu’il n’aime pas le pouvoir.

  • Le pire est encore de nommer « libéralisme » ce qui en est l’opposé. Orwell a encore de beaux jours devant lui…

  • Je n’ai pas bien compris.
    Qui accepte-t-on de qualifier d’ »élites » que l’on décrit avoir failli gravement, et pour le malheur de tous, dans la gestion du pays et de la chose publique depuis 50 ans ?

    • Je mets toujours des guillemets à « élites ».

      C’est un non sens total du point de vue libéral et encore plus pour ceux qui prônent l’égalité (des races, des sexes, des cultures, etc…) Or c’est au nom d’un prétendu élitisme que ceux qui veulent organiser la société s’arrogent le droit de dire aux autres ce qu’ils doivent faire, comment ils doivent se comporter ou combien ils doivent « donner » (= combien on doit leur prendre).

      Les « élites » (tels qu’ils se nomment eux-mêmes) sont donc les progressistes qui se revendiquent socialistes dans le but non pas d’améliorer la société et d’aider les individus, mais d’organiser le monde à leurs vues et de régenter leurs congénères.

  • L’inculture économique de nos gouvernants et de leurs conseillers n’est que la conséquence de l’inculture économique de la grande majorité de ceux auxquels ils s’efforcent de ne pas trop déplaire. Chaque enfant devrait connaître et avoir compris la courbe de Laffer à la sortie du collège. Il faudrait lui trouver un slogan/symbole plus parlant et au goût du jour que « les hauts taux tuent les totaux », ça suffirait sans doute.

    • Il y a aussi un dicton ancien mais bien méconnu à enseigner aux enfants : on n’aide pas un pauvre pêcheur en lui donnant des poissons à manger mais en lui donnant un filet. (Ou tant qu’à faire en lui montrant comment fabriquer et réparer son filet).

      Il est inutile et contre-productif de distribuer de l’argent aux pauvres ; il faut leur apprendre à être autonome, efficaces et à résoudre leurs propres problèmes dans une approche individualiste et non collectiviste.

  • « De manière à ce que chacun puisse avoir une existence digne ». A la lueur des paroles de Sandrine Rousseau, non, vivre d’allocation n’est pas avoir une existence digne. Vivre de la charité, en plus forcée, serait digne?? Les statistiques le montrent d’ailleurs, une partie non négligeable des RSA n’est pas réclamée, et l’état se garde bien de chercher les bénéficiaires…
    Les allocations permettent de vivre, mais, quelque soit leur montant, pas dignement.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Un article de la Revue Politique et Parlementaire.

 

Selon les Marcheurs du parti LREM, le traditionnel clivage gauche/droite appartiendrait au passé, dans la mesure où les Français se moqueraient de savoir si une idée censée être salutaire pour eux relève de la gauche ou de la droite, du moment qu’elle donne de bons résultats. Si l’on peut en effet remettre en question la pertinence de catégories politiques figées comme droite et gauche - le grand penseur et économiste libéral du XIXe siècle, député des Landes sous la IIe ... Poursuivre la lecture

Gustave Le Bon (1841-1931), souvent réduit de nos jours à l’auteur d’un seul livre, la Psychologie des foules (1895), fut aussi un observateur des phénomènes politiques et sociaux de son temps, de même qu’un penseur de la psychologie de l’être humain et des sociétés humaines que l’on peut rattacher au courant intellectuel de l’individualisme libéral.

Face à l’extraordinaire montée en puissance des États de par le monde depuis le début de la crise sanitaire, et devant la recrudescence d’un anticapitalisme et d’un antilibéralisme nourris... Poursuivre la lecture

Un entretien mené par Matthieu Creson pour la la Revue Politique et Parlementaire. 

 

Pascal Salin est économiste, professeur émérite de l’université Paris-Dauphine, et fut président de la société du Mont-Pèlerin de 1994 à 1996.

Parmi les ouvrages qu’il a publiés, citons notamment La Vérité sur la monnaie (Paris, Odile Jacob, 1990), Libéralisme (Paris, Odile Jacob, 2000), Français, n’ayez pas peur du libéralisme (Paris, Odile Jacob, 2007), Revenir au capitalisme pour éviter les crises (Paris, Odile Jacob, 2010), La T... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles