Électricité : l’Allemagne muse maléfique de la France

L’Allemagne pâtit de ses investissements dans les renouvelables et de son anti-nucléarisme primaire qui lui fait rouvrir des centrales à charbon.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 9
La centrale nucléaire de Cattenom By: Gilles FRANCOIS - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Électricité : l’Allemagne muse maléfique de la France

Publié le 5 septembre 2022
- A +

Par Rémi Jardot.1

Depuis une quinzaine d’années, il existe une fascination malsaine de certains partis politiques, associations écologistes et médias pour la politique énergétique allemande. Malsaine ? Oui et surtout immensément contreproductive. Sous la pression des organisations écologistes et apeurés par l’incident nucléaire japonais, l’Allemagne s’est lancée dans l’Energiewende, une immense entreprise de décarbonation de la production électrique, mais surtout dans les faits, de dénucléarisation de la production électrique.

Les faits sont froids, implacables.

L’Allemagne a des résultats très médiocres si l’on considère ses émissions de gaz à effet de serre pour la production d’électricité. Depuis 2011, ses performances en la matière se sont certes améliorées, mais sont restées bien en deçà de celles de la France. Ceci est aussi vrai en valeur absolue que relativement à l’unité d’énergie produite ou au nombre d’habitants. Pour ces deux derniers indicateurs, l’Allemagne émet respectivement 8 et 7 fois plus que notre pays. Il faut aussi rappeler que le prix de l’électricité était 1,7 fois plus important en Allemagne qu’en France, avant la crise que nous connaissons.

Par ailleurs, les évènements géopolitiques récents ont montré la faiblesse du modèle énergétique de l’Allemagne qui essuie un déficit commercial record dû à sa dépendance au gaz et qui, par le biais de l’Union européenne, nous entraîne dans sa chute. Comble de l’écologisme, le Parlement allemand pourrait aussi décider de tenir les délais prévus pour l’arrêt des centrales nucléaires qui seront bien sûr remplacées par des centrales à charbon avec la bénédiction de Greenpeace évidemment…

Comparée à l’Allemagne, la France apparaît dans une situation beaucoup plus confortable.

Grâce à son réseau de production d’électricité principalement issue du nucléaire et de l’hydraulique, elle a pu être, bien avant la mode écologiste, extrêmement sobre en émissions de gaz à effet de serre. En dix ans, notre voisin d’Outre-Rhin a rejeté à peu près l’équivalent de deux millions de tonnes de CO2 de plus que nous. Néanmoins, il faut aussi savoir regarder lucidement la situation de notre pays. Le prix de l’électricité augmente, les centrales françaises se font vieillissantes et pâtissent des atermoiements politiques de ces dernières années. Le futur ne sera pas aussi radieux comme les différents scénarios de l’ADEME le soulignent.

Dans un premier temps, il faudrait rompre avec certains récits « écologistes ». Une modification du système de production électrique qui conduit vers le modèle allemand est une erreur grossière. Le nucléaire français reste sûr, peu coûteux et très peu émetteur de CO2 (3-4 gCO2eq/kWh contre 400-500 pour le gaz rappelons-le). Désormais, il faudrait donc, comme le gouvernement semble l’avoir compris, reconstruire une puissance industrielle capable de rayonner en Europe et pourquoi pas d’assurer d’importantes exportations. À cause de leur caractère intermittent, la solution des énergies renouvelables nécessite une production ou une gestion d’électricité annexe (centrale à gaz, centrale à charbon, batteries…). Ceci décuple de fait l’impact écologique et économique. Ce volet de la politique française est donc contre-productif.

Tandis que l’Allemagne pâtit de ses investissements dans les renouvelables et de son anti-nucléarisme primaire qui lui fait rouvrir des centrales à charbon, prenons le militantisme écologiste de certains partis et associations pour ce qu’il est : de la propagande idéologique sans fondement. Dénonçons ces discours, résistons à ces injonctions et continuons à soutenir les énergies souveraines et écologiques.

Mise à jour 05/09/2022

Pour lire l’étude

  1. Normalien agrégé & doctorant en ingénierie pour l’association Action Écologie
Voir les commentaires (22)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (22)
  • Surtout à ne pas suivre les erreurs des Allemand et les écolos mauvais conseilleurs

    14
    • Faites, attention, votre discours est climatosceptique et très complo-nazi… 🙂

    • On ne suit pas les erreurs de l’Allemagne, on lui obéit sans un murmure. Et comme son premier objectif est de détruire la filière nucléaire française…

  • « En dix ans, notre voisin d’Outre-Rhin a rejeté à peu près l’équivalent de deux millions de grammes de CO2 de plus que nous. » C’est plutôt deux cent millions de tonnes de CO2 par an de plus que nous.(220 millions au lieu de 20 pour nous).

    • Deux millions ça doit être « la personne » de notre voisin, l’individu allemand pris isolément? Enfin moi c’est ce que j’ai compris! De toutes façons, PESER le CO2, ça fait un bout de temps que ça me fait rigoler, vu que c’est absolument invérifiable ( juste une théorie jamais soumise à expérience!)

      • En effet, l’idée que le moyen pour l’homme de contrer les problèmes climatiques se réduirait simplement à peser et stigmatiser des émissions de CO2 est au minimum naïve. Le principal avantage de l’énergie nucléaire est qu’elle est fiable et bon marché. Le principal avantage des réserves hydrauliques est qu’elles permettent de tempérer les crues, de mieux vivre les sécheresses, et de produire de l’énergie bon marché.
        Une canicule ou une vague de froid ont un coût, en atténuer les effets représente un gain chiffrable. En revanche, la valeur de la tonne de CO2 est comme la valeur locative base des taxes locales, un simple artifice pour moduler l’impôt.

        • Le seul CO2 que je suis capable de peser, c’est celui de mes cartouches de gaz Sodastream entre une pleine et une vide! Pour le prix, environ 11€ la recharge. Pour les millions de tonnes de CO2 dans l’atmosphère, je ne sais pas faire, ni pour les millions de tonnes d’eau dans les nuages! Et peser le pour et le contre? C’est tout ce qu’il nous reste pour faire le bonchoix ( bonchoir mesdames, Bonchoir mesde……., bonchoir……..)

        • Pour les quantités de CO2, ce sont effectivement des estimations à la louche, car non mesurables.
          Pour ce qui est de la fiabilité du nucléaire, ces temps-ci, ce n’est pas tout-à-fait ça. C’est un gros problème que nous allons trainer longtemps encore car nous avons eu des gouvernements successifs ireesponsables et soumis aux ordres des écolos.

          • En effet, l’énergie nucléaire est fiable, son implémentation par les Français ne l’est pas. Ceux qui se souviennent de Malpasset pourraient dire exactement la même chose des barrages hydrauliques.

            • Concernant les barrages ils sont anciens avec un béton qui a déjà bien souffert…
              La rupture du Chambon serait un belle catastrophe : Un zone Seveso en aval puis Grenoble et la vague estimée atteindrait même Chambéry.

    • Bonjour,
      Merci de l’attention que vous portez à cette tribune. L’article et l’étude pointent un différentiel de 2 millions de tonnes de CO2éq. En effet, sur 10ans l’Allemagne a rejeter pour sa production d’électricité à peu près 2.25 millions et la France 250 000 tonnes de CO2eq. ce qui donne bien un différentiel de 2 millions de tonnes de CO2eq.
      Effectivement l’écologie ne saurait se contenter de calculs comptable sur ces rejets, mais il est bon de rappeler à ceux qui nous l’impose, que même avec cet outil, ils sont dans l’erreur.

      En vous remerciant,

      • 1 TWh = 1.000 GWh = 1.000.000 MWh = 1.000.000.000 kWh = 1 milliard de kWh
        360 g/kWh = 360.000.000.000 g/TWh
        360 g/kWh = 360 kg/MWh = 360 T/GWh = 360.000 T/TWh
        360.000 T/TWh * 625 TWh = 225.000.000 T = 225 millions de tonnes de CO2 par an pour l’Allemagne
        Pour la France, ce sont 25 millions de tonnes de CO2 par.an
        Différence : 225 – 25 = 200 millions de tonnes de CO2 par an.
        En 10 ans, la différence est de 200 millions * 10 = 2 milliards de tonnes de CO2 et pas l’équivalent de deux millions de grammes de CO2, comme écrit dans le texte original avant la mise à jour du 05/09/2022.

  • l’objectif de notre voisin est surtout d’affaiblir le dernier avantage compétitif qu’était l’électricité nucléaire française.

  • Les écolos sont en train de perdre une bataille. Mais ils ont des millions de réservistes endoctrinés prêts à reprendre le combat. Je repose ma question: à qui le crime écologiste profite?

  • L’Allemagne produit environ 625 TWh/an en moyenne à 360 g de CO2 par kWh, ça fait 225 millions de tonnes de CO2 par an.
    La France produit environ 530 TWh/an en moyenne à 47 g de CO2 par kWh, ça fait 25 millions de tonnes de CO2 par an.

    Différence : 200 millions de tonnes de CO2/an
    En 10 ans : 2 milliards de tonnes de CO2 et non pas 2 millions de grammes.

    • Bonjour,
      Merci de l’attention que vous portez à cette tribune. Je me permet de vous reprendre sur une petite coquille dans votre commentaire : 360gCO2eq/kWh = 360 TCO2eq/TWh donc après application de vos calculs (625 TWh * 360 TCO2eq/TWh = 225 000 TCO2eq et non pas 225 millions) , cela doit donc bien donner 2 millions de tonnes de CO2éq en différentiel sur 10ans.
      En vous remerciant,

  • certes ……mais « soutenir « les énergies souveraines » et » écologiques »…

    le « soutien » pour le libéral c’est l’acte d’achat..ici..je devine l’appel à l’interdiction ou l’obligation… et taxes..

    bon sang qu’est ce qu’un truc écologique?????
    energies souveraines? pas d’importation de pétrole? ou taxation? un peu ? beaucoup? sur quel base sachant que s’en passer est impossible pour le moment sans conséquences économiques désastreuses.

    • « bon sang qu’est ce qu’un truc écologique????? »
      C’est un mode de vie ou une technique considérée par les escrologistes comme préservant la nature ». Bien sur il faut éviter de creuser la chose car sinon vous vous apercevez que mis à part un cout exorbitant entrainant une moindre utilisation, la dite technique… a en fait un impact souvent plus négatif sur l’environnement que la technique qu’elle est censée remplacer…

  • Connaissez-vous le credo des écolos ?
    Les 13 commandements des « escrologistes »

    1 A l’écologisme, ton âme tu vendras
    2 Le nucléaire, à mort tu haïras
    3 La déesse électricité, tu adoreras
    4 Le solaire et l’éolien, tu aduleras
    5 Les ressources minières, tu pilleras
    6 La pollution, tu exporteras
    7 L’industrie, tu ruineras
    8 Les politiques, tu influenceras
    9 Le peuple, tu terroriseras
    10 Le citoyen, tu contraindras
    11 Le récalcitrant, tu taxeras
    12 Tes adeptes, tu subsidieras
    13 Tes amis, tu enrichiras
    Amen

  • le besoin de s’intituler action écologie… désolé pour moi ça ressemble au c’ets moi le communiste authentique..

    c’est QUOI une foutue action écologique!!!!!!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Au motif de ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier, remplacer des productions pilotables d’électricité, comme le nucléaire, par des sources d’énergies aux productions fatales, aléatoires et/ou intermittentes (EnRI), dépendant du vent et du soleil, est une idiotie.

 

Des œufs pourris…

Cela revient à enlever du panier des œufs sains (le nucléaire décarboné pilotable) pour les remplacer par des œufs pourris achetés chers (des productions intermittentes et non pilotables), ou pire encore, à les ajouter en doublons inut... Poursuivre la lecture

Le gouvernement allemand a demandé aux exploitants le maintien en réserve jusqu’au 15 avril 2023 de deux centrales nucléaires dont la fermeture était prévue au 31 décembre 2022 afin de fournir, si nécessaire, de l’électricité au cours de l’hiver à venir.

« La tâche consiste à assurer la sécurité de l’approvisionnement » a déclaré le ministre fédéral de l’Économie et de la Protection du climat, Robert Habeck.

Est-ce la dernière cigarette du condamné, ou le mégot qui permettra de rallumer le foyer du nucléaire allemand ?

&n... Poursuivre la lecture

On voit proliférer ces jours-ci une ligne d’argumentation commune entre la propagande d'État russe et les milieux complotistes américains, savoir : la guerre en Ukraine aurait été fomentée par les Américains pour détruire l’Europe (sic).

Par exemple, le site complotiste américain revolver.news renvoie sans problème aux considérations géostratégiques d’un grand expert sur la guerre en Ukraine, Andrew Korybko. Accessoirement, un analyste « basé à Moscou » financé par le gouvernement autocratique russe : détail sans intérêt ?

Bien ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles