Quand l’écologie se fait idiote utile de la Russie

Au nom d’une illusoire promesse de sauvegarder l’environnement, les pays occidentaux sont en train de le détruire.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 4
https://unsplash.com/photos/DbwoDjKUiVE

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Quand l’écologie se fait idiote utile de la Russie

Publié le 1 mars 2022
- A +

Depuis l’école primaire, on me répète ad nauseam que la fin du monde est proche et que l’on doit tout changer afin de sauver l’environnement et le climat. Si tel est vraiment le cas, alors la réponse actuelle des gouvernements occidentaux est la pire imaginable.

Prenez la voiture électrique. Elle n’émet rien en roulant, mais son cycle de production est absolument affreux pour l’environnement. Et en plus de sa piètre performance en hiver, il y a le danger réel – et de plus en plus apparent– d’explosion de sa batterie. C’est sans doute ce qui a causé cet incendie en plein Atlantique d’un cargo chargé de voitures de luxe électriques.

Sacrifier le réseau électrique

Maintenant, imaginez quand ces batteries sont utilisées à grande échelle pour stocker l’énergie produite par les éoliennes et les panneaux solaires.

Car n’en déplaise aux Verts, c’est la seule façon durable de stocker ces formes d’énergie. Elles ne fonctionnent que lorsqu’il vente pour la peine et que le soleil brille assez fort. Ce dernier ne brille jamais plus de 12 heures consécutives à l’année à l’Équateur, et de moins en moins à mesure qu’on se rapproche des pôles. Vous pouvez donc imaginer l’incroyable perte de temps que sont des panneaux solaires au Nunavut, où ils seront complètement inutiles quand ils en auraient vraiment besoin, soit en hiver.

Une trop grande dépendance à ces énergies intermittentes n’est pas sans conséquence. Malgré ce que les « experts » vous diront, c’est bien ce qui a causé les énormes problèmes au Texas l’an dernier. Cet État du sud n’est pas équipé pour faire face à des froids intenses, ce qui a gelé les éoliennes qui fournissent 20 % de l’électricité.

En Californie, les sacrifices sur l’autel vert ont grandement augmenté la facture d’électricité au centre de l’État, au climat plus désertique – la fameuse Vallée de la Mort s’y trouve. Ainsi, la pauvreté énergétique se répand comme une trainée de poudre chez les moins fortunés et ne pourra qu’augmenter dans les prochaines années.

Vulnérabilité face à la Russie

Ce qui se passe en Californie et au Texas est exactement ce qui se passe en Europe. Toujours au nom de la prétendue sauvegarde de l’environnement, les membres de l’Union européenne ont massivement fait construire éoliennes et panneaux solaires.

L’Allemagne constitue sans doute l’exemple le plus dramatique. Voilà près de 25 ans qu’elle a promis une transition énergétique vers le duo vent/soleil en ignorant le nucléaire. Résultat : la plus grosse économie d’Europe est maintenant fortement dépendante de ses voisins pour combler ses carences en énergie. La situation est stable pour l’instant, mais il suffirait d’une vague de chaleur/froid intense pour que le réseau européen surchauffe, voire s’effondre.

Entre donc la Russie, son gaz naturel et sa propagande massive. Comme la technologie allemande n’a visiblement pas encore maitrisé les accumulateurs, elle doit donc se fier au gaz russe qui fournit une énergie continue quand le vent et le soleil ne fonctionnent pas assez. Normalement, cette situation ne devrait pas causer de froncement de sourcils, considérant qu’un commerce libéral s’installe quand les parties prenantes y trouvent leur compte.

Mais dans le cas présent, ces importations proviennent d’une planification énergétique affreuse de l’Allemagne durant la précédente décennie. La terre de Bismarck a cru pouvoir échapper aux lois de la physique en construisant presque uniquement des panneaux solaires et des éoliennes sans énergie de soutien.

Aussi, n’oublions pas que malgré des promesses à la chute de l’URSS, les puissances occidentales ont tout fait pour traiter la Russie comme l’Allemagne en 1919 et non comme en 1945. En plus d’une expansion de l’Union européenne à l’ouest, l’OTAN s’est étalée aux portes de la Russie malgré la promesse du contraire.

Ce n’est évidemment pas une excuse; L’initiation de l’agression n’est que l’apanage des pleutres. Mais s’il faut en croire cette analyse, cette « excuse » est suffisante pour un autocrate mégalomane qui rêve chaque nuit de la grandeur passée de la Russie.

Aider la Chine

Si l’Europe voulait cesser cette dépendance au gaz russe mais qu’elle voulait tout de même continuer son suicide vert, elle pourrait se fier aux États-Unis pour obtenir son gaz.

Sous la gouvernance Trump, les États-Unis sont redevenus un exportateur net de pétrole pour la première fois depuis le début de la Guerre froide. Mais la donne a rapidement changé avec Biden.

N’en déplaise aux vérificateurs de faits, Biden et les démocrates honnissent la production d’énergie fossile. Dès le premier jour, l’exploration gazière a été gelée sur les terres fédérales. Comme les cours du pétrole dépendent grandement des attentes futures, les prix ont fortement augmenté, et la hausse ne peut que s’accentuer avec la guerre en Ukraine et le nouveau gel de l’exploration décrété par Biden.

Et bien que l’infâme New Deal vert ne soit pas dans les projets prioritaires du gouvernement pour l’instant, se battre pour les chimériques objectifs de réduction de CO2 l’est toujours comme l’a maladroitement rappelé John Kerry. Mais Big Pétrole veille toujours au grain pour faire avancer son agenda.

Ce John Kerry est le même qui a admis du bout des lèvres que, même si les États-Unis cessaient toute émission de gaz à effet de serre, absolument rien ne changerait. Malgré tout, le pays continue son lent suicide vert alors que des pays comme la Chine, supposément des leaders en énergies renouvelables, construisent autant de centrale au charbon que les Français paient d’impôts.

Bref, au nom d’une illusoire promesse de sauvegarder l’environnement, les pays occidentaux sont en train de le détruire. Au passage, ils en profitent pour augmenter la puissance et l’importance de pays supposément ennemis en dépendant de leurs ressources ou en leur laissant le champ libre, sachant qu’ils ont la transparence du plomb sous les rayons X.

Si émettre peu de CO2 doit être prioritaire, alors le nucléaire doit revenir la pièce maitresse de plans énergétiques. Pour une fois, la France était un modèle à ce sujet. Mais elle est tombée face au chant de sirène des Verts.

Heureusement, le développement technologique pourrait avoir changé la donne avec le thorium, qui produit nettement moins de déchets.

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Avatar
    jacques lemiere
    1 mars 2022 at 7 h 39 min

    ce qui me fascine est qu’en fait les fossiles seront utilisés…

    la question est par qui..

    l’idée générale est pas que ce ne soit pas les individus..mais les gouvernements qui vont les utiliser « mieux »..

    mais qui pense que la consommation de fossiles va diminuer ?

    parce que sinon c’est simple… t ne veux pas utiliser de fossiles, n’en utilise pas!!!!!

    les fossiles utilisés pour isoler sa maison, construite un VE ou une centrale nucleaire, c’est toujours des fossiles pas des fossiles « vertueux »…

    les politiques ne proposent pas de prohiber, de rationner.. mais de taxer, pour en fait utiliser a votre place les fossiles…

    non si les émissions de CO2 sont criminelles, elles le sont absolument..

  • … et le plus choquant dans tout ça, c’est l’absence de conscience écologique de l’armée Russe qui envahit l’Ukraine avec des chars qui non seulement non pas de moteur électrique mais en plus sans le moindre filtre à particules, sans compter les avions de chasse qui ne fonctionnent même pas à l’hydrogène vert. Comment voulez-vous sauver la planète avec de tels inconscients ? C’est bien la peine de prendre une douche à chaque fois qu’on a envie de faire pipi…

  • Bah, tout le monde connaît le problème mais ils s’en foutent la haut, l’énergie ou le fric n’est pas leur probleme et comme les électeurs sont des veaux pour les plus intelligents… Comme c’est parti, on n’aura bientôt plus à s’en préoccuper… Survivre sera notre seul soucis.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les décisions de la Finlande et de la Suède de solliciter leur adhésion à l'OTAN constituent une victoire majeure pour l'alliance militaire, mais une victoire bien plus douteuse pour ces deux pays. L'OTAN a grandement besoin d'un succès en ce moment, car ni la guerre économique contre la Russie ni le conflit en Ukraine ne semblent aller dans le sens de l'Occident. Reste à savoir si l'ajout officiel de deux autres pays nordiques constituerait un réel avantage militaire pour l'OTAN, mais au moins ce serait une victoire claire en termes de relat... Poursuivre la lecture

Cet article montre que la stratégie énergétique 2050 annoncée par le Président de la République nouvellement élu relance insuffisamment le nucléaire (14 EPR, 35 à 40 % du mix électrique), et laisse la France en grande fragilité pour la sécurité et l’indépendance de son approvisionnement électrique en hiver, malgré un appel massif à l’éolien maritime ruineux.

Décarboner de façon compétitive et résiliente l’économie française à l’horizon 2050 nécessite de disposer à cette échéance d’une puissance installée nucléaire de l’ordre de 85 GW (... Poursuivre la lecture

Le 6 août 2014, je publiais un article sur La neutralité de la Suisse et la guerre en Ukraine. J'y rappelais que la neutralité de la Suisse trouvait son origine dans la défaite de Marignan (1515) à partir de laquelle fut mis fin à la politique d'expansion des Confédérés.

Après une courte période, entre 1798 et 1815, la neutralité de la Suisse a toujours été effective, jusqu'en 1989. Elle est devenue de plus en plus relative notamment à la suite de son adhésion à l'ONU en 2002, bien que deux articles de la Constitution suisse énoncent q... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles