Électricité : situation critique en Allemagne

Tout le monde en Europe contribue à faire de l’Allemagne le meilleur élève de l’Europe en matière de réduction de ses émissions. Quel altruisme !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo by Johannes Plenio on Unsplash

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Électricité : situation critique en Allemagne

Publié le 14 août 2021
- A +

Par Michel Negynas.

Le 8 août l’Allemagne a connu une journée moyennement venteuse, mais avec du soleil.

Analyse du 8 août 2021

Voici les données des courbes d’Energy Charts, le site public de suivi de l’institut Fraunhofer.

Allemagne

À midi et quart, les exports étaient de 9,5 GW pour 48 GW de charge. La somme des énergies aléatoires était de 46,5 GW, soit la presque totalité des besoins. Or, on était loin des capacités maximales éoliennes et solaires, qui sont à plus de 110 GW en Allemagne.

Les centrales à gaz et à charbon étaient presque toutes à l’arrêt. Le lignite était au minimum technique. La stabilité du réseau n’était assurée que par le nucléaire, les petites centrales à biomasse, et les importations.

Cette situation est dangereuse pour le réseau, car tout incident peut avoir des répercussions désastreuses en l’absence de réactivité suffisante des moyens de production et d’interconnexion.

Le jeu import/export de l’Allemagne

Allemagne

On voit que les exports ont culminé à 11,6 GW. En fait, l’Allemagne a évacué son « trop-plein » en le fractionnant vers tous ses voisins. Elle dilue ainsi son problème sur toute l’Europe.

Le cas de la France

La France ne fait pas partie des pays visés. En fait, dans la tactique allemande, dont on ne sait pas si c’est de concert avec les autorités françaises, son rôle est celui d’un régulateur via les importations. On voit qu’au plus fort de la nuit, elles ont atteint presque 4 GW. Et pour garder une flexibilité qu’elle n’a plus elle-même, elle importe et exporte en même temps à certaines périodes.

Et l’Allemagne se sert ensuite de la diminution de ces importations calées sur la pente ascendante du solaire et l’éolien pour s’en sortir, en plus de ses exports. Et c’est évidemment du nucléaire français qu’elle importe car il est bon marché. Faire faire le yo-yo à ses centrales à charbon et à gaz lui serait bien plus coûteux. Il est plus avantageux de le faire faire aux autres.

L’Europe au service de l’Allemagne

Entre les imports français et les exports vers le reste de l’Europe, l’excursion totale de régulation du réseau allemand st donc de plus de 15 GW : près de 30 % de la charge ! Tout le monde en Europe contribue à faire de l’Allemagne le meilleur élève de l’Europe en matière de réduction de ses émissions. Quel altruisme !

Mais le réseau européen est en grand danger : en été pour avoir trop de capacités, en hiver pour n’en n’avoir pas assez.

 

Voir les commentaires (38)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (38)
  • dans la majeure partie des pays européens .. ».indépendance énergétique » dans le secteur de l’electricté est des raisons de l’intervention de l’état.. on peut ajouter le statut de besoin essentiel;.sinon stratégique de l’electricté.. argument à double sens puisqu’ il peut signifie autant qu’onfera tout pour assurer la fourniture électrique ( vous donner du jus) mais aussi tout pour éviter que celui ci plante ( et donc choisir de vous couper le jus, car vous n’êtes pas stratégique ….puis la pollution, puis le CO2 puis, la cohésion géographique, puis maintenir un prix « bas ».
    s’ajoute une prétendue préférence des citoyens pour certains type de modes de production..

    et ça c’est dans l’interet général…

    ce que je veux dire c’est qu’avec autant d’objectifs, on se retrouve incapable d’affirmer que .l’action de l’état est un échec. On peut juste comparer, prédire ce qui a se passer, mais on vous répondra toujours si vous râlez mais il y a ceci mais il y a ceci..autrement dit, par exemple, l’augmentation de probabilité de black out ou de coupures..est incontournable..necessaire, a été envisagé ..

    la premier chose que une personne fait quand elle accepte l’action de l’etat est que c’est celui ci qui lui fixe une definition de l’interet général…qui n’est pas votre interet..

    on ne peut que voter..

  • L’électricité ne se stocke pas !
    Les besoins sont très massivement variables, Jour/ Nuit, Eté/Hivers.
    La production et la gestion ne peut être gérer que par un seul organisme, qui ne peut être que publique. Il est question ici d’intérêt général et de stratégie vitale.
    Tout le reste est débilité. Imagine-t-on nos militaires ravitaillés en plein combat par des matériels fonctionnant t a l’éolien ?

    • Modération : commentaire modéré pour insultes

      • « ….centrales nucléaires, qui sont d’utilité publique…. »
        Comme vous le dites si bien !
        Vous êtes donc socialiste ! ?

      • Sur Contrepoints, on se félicite du succès du nucléaire français impulsé par Giscard mais on fustige toute intervention étatique. Ça m’a toujours étonné et j’aimerais bien lire des avis argumentés sur cette question.

        • C’est le général de Gaulle qui a le premier « Impulsé » le nucléaire. En 1974 Premier « Choc » pétrolier Giscard a intelligemment choisit de passer très majoritairement au nucléaire. J’ai conservé un cours de fac, d’électrotechnique de 1969, ou l’on m’a enseigné que le développement du Nucléaire (solution idéale pour produire de l’électricité) était freiné par un prix du pétrole maintenu artificiellement bas !!!

        • L’état peut avoir un rôle bénéfique quand une organisation globale permets d’optimiser un fonctionnement . Je précise « peut avoir » car les fonctionnaires sont tellement peu efficaces qu’ils sont capable de « rater une vache dans un couloir »…

          Dans le cas d’EDF, ça a a peu prés fonctionné (Fourniture de qualité a un cout raisonnable).

          Si on prends l’exemple de la gestion des réseaux qui n’est malheureusement pas organisée, il n’est pas rare de voir une route fraichement refaite en 2000 trouée en 2001 pour refaire l’eau, retrouée en 2003 pour les égouts et en 2005 pour le gaz, et rester ensuite défoncée pendant 20 ans…

          Pour d’autre services centralisés (SNCF, poste…) le bénéfice pour l’usager serait a examiner… Et je ne parle pas de la santé…

          Le problème de l’état, c’est que l’approche est souvent dogmatique et les délais de réaction à une problématique sont souvent plus proche du siècle que de la journée…

      • « Allez donc vous faire voir avec votre socialisme! »

        Vous êtes pistonné, d’autres sont censuré pour bien moins.

    • l’électricité se stocke à un certain cout avec de la perte en chaleur..
      l’eolien est typiquement une aubaine économique pour des gens qui ont des capacités de stockage..

      • Capacités de stockage qui n’existent pas et qui ne sont pas près d’exister.
        Lisez le rapport de l’académie des sciences publié en juillet 😉
        Et l’éolien est surtout une aubaine économique pour les promenteurs qui se goinfrent en subventions.
        Arrêtons déjà les subventions et après on verra.

    • ah éviter le gaspillage de ressources…

      les

      ce que vous dites est juste faux… la production électrique peut être gérée par plusieurs organismes… c’est d’ailleurs la cas en europe avec les organismes nationaux…ils pourraient être plus locaux..

      le centralisme politique ne s’impose pas…il a des avantages et des inconvénients..le premier inconvenient est JUSTEMENT que la politique s’en mêle….
      le dirigisme technique ne s’impose pas non plus… sauf à estimer que les gens n’ont pas le droit de ne pas aimer le nucléaire..
      marre à la fin…

      • le développement de l’éolien hors considerations économiques c’etsjustement le centralisme publique!!!!! incroyable..

        • Si vous intégrez les considérations économiques, vous ne faites pas d’éolien avec du nucléaire: c’est technico-économiquement débile.

          L’éolien s’associe à des énergies fossiles souples, principalement le gaz.

  • Attendez que les Belges ferment leurs centrales nucléaires, une fois 😉
    On aura droit à une bonne blague belge…
    Et que les Allemands ferment les leurs…
    Puis la Suisse…

    Question mascarade, on va voir si les masques restent en rade ou pas!

  • Je me fais l’avocat du diable avec une question: qu’est-ce qui pousse une dizaine de pays européens à le prendre cet excédent d’EnRI allemandes ? Je suppose que l’Allemagne la cède à prix négatif. Donc l’Allemagne paierait ses voisins pour une prestation qui est d’éponger les débordements d’une production erratique et non liée aux besoins. C’est plus de l’altruisme, c’est du business.

    • @mdlf

      Oui, vous avez raison, c’est de l’altruisme sur le plan technique, c’est du business sur le plan financier. Il est probable que même avec des prix négatifs, c’est moins cher aussi pour l’Allemagne que de faire faire le yoyo à ses centrales fossiles.
      Le problème, c’est que tous les pays européens veulent copier l’Allemagne; à la fin, ça ne marchera plus… En l’absence de stockage de masse, à force d’en construire, il faudra bien parfois arrêter les ENR, les jours ensoleillés et venteux.ce qui dégradera leur taux de marche et leur rentabilité.

      • Exact. D’ailleurs, les sites industriels éoliens rapportent plus aux exploitants quand sont mis à l’arrêt pour éviter un black-out (cf. UK) 😉

    • Non, c’est le réseau qui achète, pas EDF. Donc vous via vos impôts et les taxes. EDF vend ses ENR au prix subventionné, comme les autres. Par contre, EDF doit vendre au prix coûtant à ses « concurrents », c’est à dire la plupart du temps en dessous du prix de marché.
      Pour l’Allemagne, c’est moins cher de vendre ses surplus à prix négatif que d’arrêter des ENR, car il doit y avoir compensation de leur perte de chiffre d’affaire si ça arrive.

      Ceci dit, c’est vrai qu’avec son industrie des éoliennes et son contrôle du gaz russe via le gazoduc Nordstream, elle se sent intouchable… si Poutine le veut.

      • Dans l’organisation actuelle le réseau (RTE + Enedis) n’achète rien.
        Ne pas confondre non plus le prix de reviens et le prix marché. EDF est obligé de vendre une fraction de sa production nucléaire à un prix fixe (ARENH), mais ce prix reste dans la réalité supérieur cout marginal du nucléaire historique.

        Les ENR sont revendues au prix marché, généralement avec priorité sur les autres énergies, la différence (tarif subventionné – Prix marché) est compensée par des taxes.

        La perte pour EDF se situe dans les invendus dus à la substitution des moyens pilotables par du non pilotable ENR prioritaire.
        Vu que pour EDF, l’essentiel du cout est constitué de frais fixes, cette perte sera payée par la hausse des prix… Forcément…

        • 1- Ce n’est pas EDF non plus qui achète, il sert uniquement de collecteur de taxes. Et RTE est une filiale d’EDF.
          2- Vous avez une drôle de notion du prix de revient/versus prix de vente: heureusement que l’ARENH est supérieur au coût marginal!
          Par ailleurs, les ENR sont revendues « toujours » , pas « généralement » avec priorité sur les autres énergies, c’est la loi, et c’est ce qui pose problème!
          -3 La perte pour EDF est non seulement une perte de CA mais une perte sur le prix de vente: sans ENR il vendrait plus cher, et pourrait reconstituer sa trésorerie, mise à mal par beaucoup d’aventures successives, parfois indépendantes de sa volonté.
          -4 vous dites: »Vu que pour EDF, l’essentiel du cout est constitué de frais fixes, cette perte sera payée par la hausse des prix… Forcément… »
          Je ne comprends pas…. Quelle hausse des prix? Les ENR tirent les prix de gros vers le bas…
          Vous semblez raisonner comme si tous les coûts d’EDF étaient marginaux….Il faut bien écluser les frais fixes!

          • Pour les sites éoliens ayant signé un contrat d’achat depuis 2017 il n’y a plus d’obligation d’achat légale, mais un complément de rémunération par rapport au prix du marché, qui permet de fait de vendre jusqu’à 0 euros du MWh en ayant un revenu garanti de 60 à 74 €/Mwh …
            Les 20 premières heures de l’année en prix négatif ne permettent aucune recette, mais pour chaque heure suivante l’opérateur éolien reçoit une indemnité égale au tiers de sa recette maximale.
            En fait on a une caricature de marché de gros de l’électricité, les Enr sont protégées des variations de prix, le gaz et le charbon les subissent complétement, le nucléaire français subit un handicap supplémentaire avec l’Arenh qui ne lui permet pas de profiter des périodes de prix élevés.

            • Oui mais en pratique, cela revient au même, les ENR peuvent tirer le prix de marché vers le bas quand il y a du vent, sans baisse de rémunération, qui refuserait un prix bradé?

              • Certes, mais juridiquement et politiquement ce n’est pas la même situation. On voit que la notion de marché qui est prôné si fort par la Commission Européenne est en fait perverti. Ce peut-être un levier d’action contre cette politique irrationnelle et dangereuse.

          • 1- A ma connaissance, RTE & ENEDIS ne sont pas des entités commerciales. Elles ne peuvent pas acheter, sauf les KWh consommés sur le réseau (pertes…). Par contre oui ces entités appartiennent à EDF, mick mack politico machin truc….

            2- Non quand le vent souffle fort, certains ont des limites d’injection car les reseaux ne tiendraient pas d’où le « généralement ». Aprés les KWH non injectés sont peut être payés quand même ça je sais pas… Concernant le cout marginal, oui erreur de ma part il est trés bas sur le nucléaire, mais ce que je voulais exprimer, c’est que le cout réel du KWh en sortie du parc historique est plus faible que l’Arenh.
            3- Vu sous cet angle OK avec vous
            4- Les prix marché oui, mais le prix client (celui qui m’intéresse) ne fait qu’augmenter, et ce pour la raison suivante: Quand l’état dépense inutilement de l’argent, quelque soit les « brillants montages financiers » il y a toujours un (des) con(s) qui paye les factures, (et j’ai le sentiment de faire partie des cons) …

  • non désolé…les moulins à vent sont ineptes si vous avez en regard des objectifs ..
    ils ne sont pas ineptes en soi…

    • Les moulins a vent servent à économiser le combustible des centrales conventionnelles mais ne peut les remplacer, faute de stockage technico économiquement réaliste.

      Dans le cas de la France, les éoliennes permettent d’économiser un peu d’uranium, qui finira en décharge pour raison d’oraganisation…

      En conclusion, l’ intérêt majeur de l’éolien en France, c’est la déco des paysages, souhaitée par un certain électorat…

      • les moulins à vent peuvent aussi plaire en dépit qu’ils soient plus chers… vous avez une idée de l interet général… moi non…

        je pense que le bio repose sur des conneries; je ne vais pas aller dire aux gens qu’i achètent bio de ne pas le faire..

        constructivisme électrique

        • Ce n’est pas pareil, car ceux qui ont envie de légumes BIO n’obligent pas les autres à leur payer les surcouts de leurs légumes. Par conséquent, le fait que ce soit une connerie ne vous regarde pas, chacun a la liberté de payer.

          Dans le cas de l’éolien, tout le monde paie le surcout, et subit la dégradation des paysages. C’est un peu normal que ceux qui savent que c’est parfaitement inutile n’aient pas envie de payer pour assouvir les dogmes de quelques crétins…

          • Surtout que ceux qui sont favorables à l’éolien le sont lorsque les machines sont installées chez les autres 😉

  • Au pris de la soumission à la Russie.

    • On est tellement mal dirigé que je ne vois pas ce que la main mise de la Russie sur nos politiques puisse aggraver…

    • Pour être sur d’avoir un ennemi durable, soyons sur de le financer par achat de ses services… Russie, Chine, même méthode… Dommage que l’on n’ait pas encore trouvé quoi acheter à la Corée du Nord…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

N’avoir école que l’après-midi, nous en avions tous rêvés lorsque nous foulions les bancs de l’école. Pourtant, ce qui était un doux rêve pour beaucoup s’apparente aujourd’hui à un cinglant cauchemar.

L’annonce nous vient du ministre de l’Éducation nationale, Pap N’diaye, lors de l’Educatech Expo qui s’est tenue en fin de semaine Porte de Versailles à Paris. Ce rendez-vous incontournable de l’innovation éducative a donc été paradoxalement l’occasion pour le ministre de faire une des annonces les plus régressives pour le secteur : la fi... Poursuivre la lecture

Par Jean-Pierre Riou et Michel Gay.

Notre système énergétique serait bien meilleur aujourd’hui sans l’impéritie des dirigeants de ces 25 dernières années. Il est nécessaire de reconnaître les fautes passées afin de donner aux jeunes l’envie de faire autrement et de fournir les efforts nécessaires pour construire un monde plus confortable pour tous car la décroissance n’est pas une fatalité.

 

Interroger le passé

Seule une analyse honnête des fautes du passé permet la justesse du diagnostic présent et la mise en place... Poursuivre la lecture

La semaine dernière, nous avons beaucoup entendu parler des 636 lobbyistes du secteur des énergies fossiles qui ont pris le contrôle du processus de la COP27 et qui sont la cause principale de l'échec de l'accord final.

La conclusion était évidente : nous devons interdire à l'industrie de participer à toutes les politiques ! Les médias grand public ont couvert cette campagne des ONG, répétant les affirmations et les messages ciblés, amplifiant le dogme anti-industrie sans réellement approfondir les recherches pour voir si les chiffres ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles