La France ne doit pas lâcher le nucléaire pour l’ombre du gaz russe

En abandonnant le nucléaire, les pays européens se mettent, malgré eux, sous contrôle du gaz russe.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 3
Vladimir Poutine 2 (Crédits World Economic Forum, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La France ne doit pas lâcher le nucléaire pour l’ombre du gaz russe

Publié le 20 janvier 2022
- A +

Un mensonge d’État et une collusion d’intérêts financiers et politiques ont réussi à persuader une grande partie de l’opinion publique que le développement des sources intermittentes d’électricité éolienne et solaire photovoltaïque était indispensable pour faire face efficacement au réchauffement climatique.

Or, c’est faux mais chacun le répète à qui mieux mieux, faute de compréhension du sujet.

Mensonges ?

Il s’agit là d’une imposture entretenue soigneusement depuis des années par les promoteurs de l’éolien et du voltaïque, ainsi que par des « investisseurs » et des politiques y trouvant leur intérêt financier ou électoral, et malheureusement par l’État, pour mystifier et faire payer les Français en leur imposant des projets subventionnés et ruineux. Non seulement le développement des éoliennes et des panneaux photovoltaïques ne réduira pas les émissions de CO2 de la production d’électricité française, mais il aboutira au résultat inverse.

En Europe, ces émissions sont liées principalement à la part dans le mix électrique de l’électricité produite avec du charbon et du gaz, environ 450 g par kWh pour le gaz et 1000 g pour le charbon.

Diminuer les émissions de CO2 de la production d’électricité revient donc pour l’essentiel à diminuer les proportions de charbon et de gaz dans les mix électriques.

Mais l’éolien et le voltaïque qui émettent respectivement environ 15 g et 50 g de CO2 par kWh ne peuvent guère les faire diminuer en Europe dans les pays qui utilisent déjà peu les combustibles fossiles (Autriche, France, Norvège, Suède et Suisse), et dont le mix électrique est composé surtout d’énergie nucléaire et d’hydroélectricité. En effet, ces dernières émettent encore moins de CO2 par kWh (5 à 10 g en France) que l’éolien et le solaire qui nécessitent de plus des centrales d’appoint à charbon ou à gaz pour combler les jours sans vent et sans soleil.

Nos gouvernants qui font tout actuellement pour promouvoir ces électricités intermittentes au détriment de l’environnement cachent le plus possible ces faits à l’opinion. Ils se préoccupent semble-t-il davantage des intérêts des promoteurs de l’éolien et du solaire que de ceux des citoyens. De nombreux politiciens participent aussi à cette mascarade. Ils profitent de l’ignorance des Français pour dilapider l’argent puisé dans leurs poches au profit d’industriels heureux de profiter de cette manne publique garantie par contrat et aussi pour verdir leur image.

 

S’agit-il de tondre un chauve ?

Les promoteurs industriels et de très nombreux « politiques » assènent sans cesse à l’opinion que grâce à l’éolien et au solaire photovoltaïque la France fera face à l’urgence climatique. C’est une mystification entretenue par le manque de connaissances de l’opinion publique sur ce sujet.

Il est même criminel de faire croire qu’investir en France dans ces sources intermittentes d’électricité est bon pour le climat, alors que c’est exactement le contraire.

Le développement de l’électricité éolienne et photovoltaïque a eu jusqu’ici peu d’effet sur la diminution des émissions de CO2 de la production d’électricité européenne, en particulier en Allemagne. Cette dernière utilise surtout le charbon et le lignite (variété de charbon émettant le plus de CO2 et de polluants atmosphériques) pour pallier l’intermittence de l’éolien et des panneaux voltaïques et pour remplacer son nucléaire. Ses émissions restent parmi les plus importantes d’Europe. Ce pays figure parmi les pays dont l’électricité produit le plus de CO2 et de polluants atmosphériques en Europe, et il le demeurera tant qu’il s’entêtera dans cette politique.

Ainsi le graphique ci-dessous montre qu’en Allemagne la proportion dans le mix électrique d’électricités intermittentes (ElRi), c’est-à-dire d’éolien et de solaire, a fortement augmenté de 2003 à 2017 (dépassant 20 %), tandis que ses émissions de CO2 (en noir) diminuaient à peine !

gaz russe

Sources: International Energy Agency (IEA), et European Environment Agency (EEA).

Partout en Europe, c’est le remplacement progressif du charbon par le gaz qui joue le plus grand rôle dans la diminution des émissions de CO2 de l’électricité, et non le développement des électricités intermittentes. Car la combustion du gaz émet presque 40 % moins de CO2 que le charbon (incluant le lignite) pour une même quantité d’énergie produite. De plus, le rendement électrique (de l’ordre de 50 %) des centrales à gaz est meilleur que celui des centrales à charbon (environ 35 %).

En France aussi, comme le montre le graphique ci-dessous, la diminution des (faibles) émissions de CO2 (en noir) est due jusqu’en 2011 essentiellement à une fermeture progressive (et autoritaire)  des centrales à charbon et à gaz, alors que l’éolien et le solaire sont encore peu développés. À partir de 2014, la production d’électricité à partir de gaz réaugmente. Il n’y a plus de diminution significative des émissions de CO2, alors que les puissances éoliennes et solaires installées augmentent considérablement.

 

Sources : Statista, RTE, Agence européenne de l’environnement (EEA).

 

L’Allemagne prétend maintenant vouloir éliminer le charbon d’ici 2030. C’est une fausse promesse car elle a encore des réserves abondantes de lignite qui représentent sa sécurité énergétique. Mais elle utilisera cependant de plus en plus le gaz. Et c’est ainsi que l’Allemagne va faire enfin baisser significativement ses émissions, pas en augmentant encore sa proportion d’ElRi dans son mix électrique. Avec comme dégât collatéral une dépendance croissante au gaz venu de Russie dans sa production d’électricité.

 

Les pièges du gaz

La part croissante du gaz dans la production de l’électricité en Europe, l’instauration de la taxe carbone et les tensions géopolitiques augmenteront son prix sur les marchés, et celui de l’électricité produite par des centrales à gaz.

De plus, l’Europe accroîtra sa dépendance vis-à-vis des grands pays exportateurs de gaz, en particulier la Russie.

Par ailleurs, les limites géologiques à la production mondiale de gaz font prévoir son déclin vers 2050.

Enfin, sa combustion produit des suies, des oxydes d’azote et des particules fines responsables de maladies cardio-vasculaires et pulmonaires, ce qui ne plaide pas en sa faveur.

 

La France ne doit pas lâcher la proie pour l’ombre du gaz russe

Exceptés les six pays européens qui émettent peu de CO2 pour leur production d’électricité (France, Norvège, Suède, Suisse, et Autriche) grâce à l’abondance de leur production d’électricité hydraulique et/ou nucléaire, et l’Islande qui utilise ses ressources hydrauliques et géothermiques exceptionnelles pour produire son électricité, tous les autres pays d’Europe sont assujettis aux combustibles fossiles. La Finlande rejoindra cependant bientôt le club de pays vertueux, grâce au développement chez elle du nucléaire, dont l’EPR d’Olkiluoto qui vient d’être mis en service est la pièce maîtresse.

Ces pays (dont l’Allemagne) ont cru pouvoir diminuer les émissions de CO2 de leur électricité avec des sources intermittentes de production.

Leurs dirigeants n’ont sans doute pas encore compris (ou ne veulent pas admettre) que des sources aléatoires et intermittentes d’électricité ne remplacent pas des productions pilotables qui s’adaptent à la demande puisque l’électricité ne peut pas se stocker au niveau des besoins d’une nation.

Suivre ce chemin pour la France en détruisant inconsidérément les avantages majeurs acquis grâce aux efforts des ingénieurs français sous l’impulsion du Général de Gaulle, ce serait lâcher la proie pour l’ombre. Ses émissions de CO2 (et sa consommation d’énergies fossiles) augmenteront considérablement en prenant des risques économiques, écologiques et géopolitiques considérables liés notamment à l’utilisation du gaz.

 

La raison prendra-t-elle enfin le dessus ?

Le stockage espéré de l’électricité qui permettrait de gérer l’intermittence de la production électrique de l’éolien et du solaire est malheureusement un leurre de plus.

L’électricité se stocke peu et difficilement : elle doit être transformée en une autre énergie (chimique, gravitation,…) avec des pertes, notamment via l’hydrogène (tant vanté ces derniers temps) dont le rendement énergétique du cycle stockage – déstockage n’est que de 25 % environ en situation industrielle.

L’Allemagne, comme les autres pays, est incapable de stocker l’électricité en quantités suffisantes pour ses besoins. Son projet est en réalité de remplacer le charbon et le nucléaire par du gaz venu de Russie pour assister son éolien et son solaire photovoltaïque, ce qui revient à pérenniser à un niveau élevé les émissions de CO2 de sa production d’électricité, et à se mettre sous le contrôle politique de la Russie.

Ce serait aussi le cas de la France si elle décidait de lâcher le nucléaire national pour le gaz algérien, norvégien ou… russe !

Est-ce bien ce que souhaitent les Français ?

 

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • Chacun peut penser ce qu’il veut de Poutine mais c’est un chef d’état qui en a et il faut se méfier du futur avec lui.
    Les membres de l’UE veulent faire les cadors comme d’habitude mais ils vont se casser les dents. Maintenant que les abrutis d’écolos font fermer des centrales nucléaires et que pour produire de l’électricité les pays membres de l’UE font fonctionner des centrales au gaz, nos états vont être de plus en plus dépendants de la Russie.
    La france aura le double handicap de dépendre aussi de l’Algérie pour le gaz, pays qui comme sait tout français avec un minimum de réflexion ne nous porte pas dans son cœur.
    Dans un 1er temps, augmentation du prix du gaz puis blocage des livraisons, pourquoi pas ?
    Il faudrait maintenant que nous sortions de notre univers de bisounours et les attaques d’un Jadot à Macron au sujet du climat et du nucléaire hier au parlement sont dénuées de bon sens, il y a d’autres endroits pour faire un show médiatique.

  • Je crois que tout le monde a compris cette comédie des renouvelables, consommer du gaz , moins de gaz que sans mais tellement plus qu’avec le nucléaire. Question dépendance, dépendre des pays producteurs de pétrole ou de gaz… Kif kif.
    Sans doute que l’augmentation du prix du gaz va les faire réfléchir…un peu. Mais l’Allemagne a tellement a gagner dans cette affaire…

  • Au temps de la guerre froide, l’URSS finançait les pacifistes européens pour forcer l’OTAN et les occidentaux à diminuer leurs effort militaire et nucleaire.. on peut penser que Poutine fait de même avec les écolos pour renforcer la dépendance de l’Europe a son gaz? Ou,a la réflexion, les écolos sont suffisamment stupides pour qu’il n’ait même pas à le faire?

    • Votre 2ème question trouve toute sa signification avec les écolos, ils sont tellement stupides qu’ils ne s’en rendent pas compte, et le terme est poli !
      Pourvu qu’on parle d’eux ils sont contents.
      En fait d’empreinte, c’est la leur qu’ils veulent laisser, il suffit de voir le show de Jadot hier au parlement européen.

  • Hier, le 19, 65 eurodéputés dont Rivasi, Jadot, Delli, Biteau, etc….. viennent d’envoyer un courrier à la Commission Européenne pour demander l’exclusion du nucléaire de la taxonomie verte. On se tire des balles dans les deux pieds.

  • après avoir dépendu du pétrole Moyen Oriental, nous nous mettons à la merci des Russes et de leur gaz, avec, en embuscade, les USA, prêts à prendre le relais si fâcherie avec la Russie….

  • ms à part les écolos…et ceux qui prétendre leur faire plaisir pour des raisons électorales..donc déclaratives..
    qui veut lâcher le nucleaire et qu’est ce que cela signifie?

    notre question véritable est la mise en place d’uinité de production électrique…

    or… je suis désolé d’insiter…

    nos présidents successifs s’arrogent le pouvoir extraordinaire de FIXER notre consommation d’energie;.

    ce qui est très différent de l’anticiper…

    on est loin du nudging par les tarifs pour inciter au chauffage électrique..

    si on accepte ça sans broncher…on accepte macron chef d’épidémie..

    indépendance energetique????
    il faut alors ajouter stratégique…
    car nous ne seront pas totalement indépendants.. le prix en serait inacceptable..

    et un stratégie ça se discute..on sacrifie tel secteur pour en conserver un autre..plus « important »..

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Certains ont voulu s’étonner de l’annonce récente de suppressions d’emplois dans l’entreprise Vallourec d’origine française spécialisée dans la production des tubes en acier sans soudure.

C’est l’occasion d’expliquer une nouvelle fois comment fonctionne l’industrie : si un pays ne possède ni les matériaux de base ni le marché, c’est-à-dire les clients, la transformation, la production, l’industrie se délocalise en se rapprochant des uns ou de l’autre.

Vallourec avait besoin de minerai de fer et d’aciéries d’une part et d’autre p... Poursuivre la lecture

Cet article montre que la stratégie énergétique 2050 annoncée par le Président de la République nouvellement élu relance insuffisamment le nucléaire (14 EPR, 35 à 40 % du mix électrique), et laisse la France en grande fragilité pour la sécurité et l’indépendance de son approvisionnement électrique en hiver, malgré un appel massif à l’éolien maritime ruineux.

Décarboner de façon compétitive et résiliente l’économie française à l’horizon 2050 nécessite de disposer à cette échéance d’une puissance installée nucléaire de l’ordre de 85 GW (... Poursuivre la lecture

Le 6 août 2014, je publiais un article sur La neutralité de la Suisse et la guerre en Ukraine. J'y rappelais que la neutralité de la Suisse trouvait son origine dans la défaite de Marignan (1515) à partir de laquelle fut mis fin à la politique d'expansion des Confédérés.

Après une courte période, entre 1798 et 1815, la neutralité de la Suisse a toujours été effective, jusqu'en 1989. Elle est devenue de plus en plus relative notamment à la suite de son adhésion à l'ONU en 2002, bien que deux articles de la Constitution suisse énoncent q... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles