Le massacre de la Saint-Barthélémy, une guerre civile légale

Le massacre de la Saint-Barthélémy, en tant qu'événement historique tragique, doit être vu comme un avertissement pour nos sociétés modernes.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Le Massacre de la Saint-Barthélemy par François Dubois au Musée cantonal des Beaux-Arts Vaud sur Wikimédia Commons (Creative Commons public domain)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le massacre de la Saint-Barthélémy, une guerre civile légale

Publié le 2 décembre 2021
- A +

Par Yannick Harrel.

Le 24 août 1572 marque le début de plusieurs jours de massacres à Paris et dans le reste du royaume de France visant à épurer le pays de sa population protestante.

Si l’objectif initial fut cyniquement de couper les têtes du protestantisme en France, le travail des esprits par le pouvoir royal fut si efficace que la population s’enhardit à amplifier le mouvement et le faire déborder de son lit tel un cours d’eau déchaîné en crue. Le roi et sa cour gagnait sur tous les tableaux : il finalisait son plan et se déchargeait de sa responsabilité.

Un massacre de la Saint-Barthélémy préparé méthodiquement

Les historiens sont encore divisés pour savoir le rôle réel de Charles IX (1550-1574) et de sa cour dans l’étendue du massacre de la Saint-Barthélemy mais rien ne les exonère de la préparation des esprits et surtout de l’élément déclencheur de celle-ci.

En outre, ce travail de contrôle des esprits par les relais médiatiques de l’époque (les ecclésiastiques et les représentants locaux du roi) fonctionna à plein sur une population conditionnée afin d’orienter ses frustrations sur la partie de la population la plus industrieuse et cultivée. Les protestants devenaient dès lors la cible toute trouvée d’un exutoire pour un pouvoir central déliquescent bienheureux de créer un dérivatif à la colère populaire.

Le 22 août 1572 tout s’enchaîne avec la tentative d’assassinat de l’amiral Gaspard de Coligny, protestant de son état, suivi de la fermeture des portes de la ville et de l’armement des forces précisément favorables à un règlement de la situation par les armes.

La suite était dès lors facilement envisageable : les principales figures du protestantisme français furent traquées dans les quartiers du Louvre et Saint-Germain pour y être massacrées. Avec une population chauffée à blanc depuis des années par les prédicateurs, les intrigants et les courtisans, la violence permise et encouragée par les grands de ce royaume irrigua les habitants parisiens, trop heureux de laisser libre cours à leurs plus vils instincts.

Le 24 août 1572, tout individu contestant ou doutant du dogme religieux principal devint une cible potentielle privilégiée, dont la considération humaine était encore pire que celle d’un criminel de droit commun : cette borne franchie, le massacre ne pouvait plus connaître d’entrave.

Encore aujourd’hui, il est très ardu de fournir un chiffre de l’ampleur des massacres orchestrés par le pouvoir royal, ce dernier s’étant habilement réfugié derrière un double rideau : celui d’une opération visant à prévenir la sédition d’une partie de la population suspectée de passer à l’acte et celui d’une autre partie de la population incapable d’être contenue dans sa violence malgré les théoriques tentatives du pouvoir central de la modérer.

En amont, première phase avec une action préventive vis-à-vis d’une population cible et en aval, seconde phase par l’externalisation du massacre proprement dit.

L’exemple du massacre de la Saint-Barthélemy est significatif du cynisme des dirigeants corrompus et vils qui auront toujours à cœur de « purifier » leur pays des esprits libres et entreprenants, leur préférant une population corvéable et malléable par l’entretien de la peur, de l’endoctrinement et de la précarité.

Mais pour en arriver là, le pouvoir en place doit préparer les esprits sur une certaine période en fonction des moyens de communication à disposition : ainsi, le plus effroyable des actes n’en paraîtra que plus justifié et même naturel au regard d’un conditionnement psychosocial de grande ampleur et de longue durée.

L’irénisme de la population ciblée, trop endormie par sa confiance dans l’autorité protectrice centrale, la prédispose à être la victime expiatoire de cette même autorité. Ainsi, en 1572, les libertés de culte et de conscience promises anesthésièrent la méfiance des protestataires qui n’entreprirent pas de mesures pour se protéger d’un pouvoir arbitraire travaillé par une cour davantage rompue aux manigances qu’aux vraies finalités politiques.

Cet évènement historique est la résultante d’une suite logique d’opérations politiques, diplomatiques et théologiques : la centralisation grandissante du pouvoir royal au sortir de la période médiévale, l’essor d’une Angleterre protestante dynamique sous Élisabeth première, la présence d’une Médicis rompue aux intrigues les plus tordues à la cour royale, des périodes de conciliation et de tension religieuse alternatives, l’influence espagnole sur les affaires intérieures françaises et des ordres religieux très présents dans les bourgs et les campagnes.

Fin de l’histoire mais pas de l’Histoire.

Les hommes libres, ces failles de la tyrannie

Rappelons-nous ces mots prophétiques d’Alexandre Soljénitsyne prononcé en 1978 à Harvard devant un auditoire médusé :

Il est des symptômes révélateurs par lesquels l’histoire lance des avertissements à une société menacée ou en péril. De tels avertissements sont, en l’occurrence, le déclin des arts, ou le manque de grands hommes d’État. Et il arrive parfois que les signes soient particulièrement concrets et explicites.

Le centre de votre démocratie et de votre culture est-il privé de courant pendant quelques heures, et voilà que soudainement des foules de citoyens américains se livrent au pillage et au grabuge. C’est que le vernis doit être bien fin, et le système social bien instable et mal en point.

Ce que l’ancien zek signifie par ce constat saisissant, c’est que même dans une démocratie présentée comme le régime politique le plus imperméable à l’arbitraire et à la violence, les forces de destruction peuvent rapidement s’engouffrer en son sein par l’appui de complicités malignes intérieures au plus haut sommet en provoquant ou en employant la survenance d’un phénomène disruptif.

La trop grande confiance que les individus accordent à la construction de régimes politiques où ils espèrent y trouver sécurité, comme les bourgeois autrefois en les villes fortifiées médiévales, fonde son essence sur un point essentiel : la confusion entre structures et forces structurelles. Hommes et organisations ne sauraient se confondre, les premiers avilissant ou bonifiant les secondes.

Hélas, les citoyens ayant vécu dans la sécurité et la prospérité desdites structures les considèrent comme des totems immuables, les rapprochant davantage à ce titre du statut de croyants. Cette crédulité est l’énergie molle qui meut le peuple dont la colère peut être attisée par le régime, fut-il inique et cruel, envers la population stigmatisée.

Et dans cette situation, où le pire est préparé par ceux qui devraient nous en préserver, les quelques îlots d’intelligence et de sagesse sont peu de chose face à une folie d’essence mystique. Combien il est commode pour ce même régime de masquer, d’étouffer ou encore d’éradiquer les contestataires privés de représentativité et encore moins de dignité.

À moins que ces îlots ne se regroupent pour former un archipel puis une longue terre ferme apte à accueillir toujours plus d’esprits libres et combatifs afin de résister, repousser et vaincre les forces esclavagistes avides de cerveaux et de mains serviles. Les hommes et femmes pétris de libertés ont toujours été les failles de la tyrannie, les bogues de la matrice programmée pour asservir.

Car lorsqu’un régime par ses représentants, principaux ou secondaires, conditionne des individus pour les manipuler en flattant leurs instincts les plus primaires et brutaux, aucune limite légale et morale à ses excès ne saurait dès lors exister. A fortiori lorsque les tenants de l’État ont déjà prévu de se déresponsabiliser des conséquences sur leurs servants fanatiques. C’est précisément ce qui s’est déroulé lors des tristes journées d’août de l’an 1572.

En ces temps présents, l’atteinte à l’intégrité physique est précédée par la déshumanisation des désignés et présumés déviants du corps social afin de prévenir toute « contamination » d’icelui. Un temps où le rôle des prédicateurs religieux est remplacé par les médias de masse, nouveaux prêtres cathodiques façonnant l’angoisse et l’abêtissement des foules.

Un temps où l’informatisation puis la numérisation de la société favorise l’observation, l’évaluation et la déconnexion à distance des individus jugés non conformes. Un temps où les maux sont devenus les adjuvants des régimes en voie de totalitarisation.

C’est ce que le célèbre sociologue et philosophe italien Giorgio Agamben énonça en 2008 dans une terrible sentence :

Le totalitarisme moderne peut être défini comme l’établissement, au moyen de l’état d’exception, d’une guerre civile légale qui permet l’élimination physique non seulement d’adversaires politiques mais de catégories entières de citoyens qui, pour une raison quelconque, ne peuvent être intégrés dans le système politique.

Nous ne pourrons pas prétendre que nous n’avons pas été prévenus par l’Histoire et par les sages. Notre destin nous appartient.

Modifié le 03/12/2021.

Voir les commentaires (10)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (10)
  • la France est un pays historiquement catholique. On ne fait pas d’omelettes identitaire sans casser des œufs…

    c’est ironico sarcastique.

    • Certes, enfin catholique au sens politique du terme, que nous reprochent avec raison les orthodoxes. Voire gallicans d’ailleurs.
      Trop peu à voir avec le Nouveau Testament, bien plus avec le pouvoir hélas.
      Enfin, ne nous égarons pas, ce serait dommage de polluer cet article, sa portée est bien plus importante que de savoir qui est catholique et qui ne l’est pas.
      Du reste, nos édiles actuels sont matérialistes, ego-trippés et tout ce qu’on voudra bien, mais certainement pas chrétiens.

  • Capital+répartition
    2 décembre 2021 at 10 h 25 min

    Toujours d’actualité !! et le restera jusqu’à la disparition de toutes religions. Et la lutte fut ensuite nommée guerre de 30 ans.
    La haine d’autres religions s’est déplacée, la roue tourne, Les belliqueux sont ironiquement toujours en place et tentent toujours d’éradiquer les autres. Certains adeptes racistes sont même candidat au devoir suprême en application de leur protocole… Parfois les petits sont plus malins et arrivent à mobiliser le grand, celui qui met les pieds dans le plat et suit, en s’écartant du principe fondamental de sa religion dite humanitaire. Pour cela le grand a bien créé l’indulgence contre rémunération … Belle invention pour faire le contraire de sa bonne foi, ensuite avilir les bons naïfs croyants, puis leur pardonner en les faisant passer à la caisse. Ainsi ils peuvent recommencer et repasser à la caisse. Excellente stratégie financière.

  • Rien de neuf sous le soleil, et pas seulement religieux. Ajoutons qu’aujourd’hui l’élimination ne peut être sociale et que cela inhibe encore moins la majorité pour haïr

  • Excellent article dont la portée dépasse la notion du conflit religieux de l’époque, sauf à donner au mot religion une signification plus vaste d’idéologie (nouvelles religions vertes, woke …). Avec les moyens techniques actuels, l’élimination sociale des esprits libres est déjà enclenchée … ça fait froid dans le dos.

  • On se cache derrière la religion pour assouvir de bas instincts genre jalousie,envie,racisme…
    Méfiez vous zemmouriens armez vous

  • Tout est déjà en place.
    La semaine passée à Marseille, Maud Koffer, journaliste de Livre Noir, a été violentée par des antifa qui lui ont ordonné de cesser de filmer, de leur remettre sa carte mémoire et de l’effacer. Elle a reçu des coups de casque de moto et de pieds. Tout cela devant un parterre d’une vingtaine de journalistes qui n’a pas bougé le petit doigt. Agression d’une femme en pleine rue, à 15h, par plusieurs individus, dont un armé, devant une foule d’autres individus qui n’ont pas porté secours à personne en danger. Dans son interview avec André Bercoff sur Sud Radio, elle n’a pas mentionné si elle avait porté plainte, d’autant que parmi les journaleux statiques, elle en connaissait. Ca leur ferait les pieds tiens !

  • Un article excellent. Sans vouloir faire de pub outre mesure, la dernière vidéo du Youtubeur « Bruno le Salé » contient un passage où ses viewers lui demandent son avis sur la situation actuelle.

    Pour éviter de répondre trop franchement, à la place, il a parlé de la charte de Biderman. Il faut bien dire qu’on coche toutes les cases. À lire par vous-même: https://fr.wikipedia.org/wiki/Charte_de_Biderman_de_la_torture_psychologique#Méthodes_de_coercition

  • Excellent article qui n’en demeure pas moins très angoissant. surtout quand je lis ces phrases concernant « le manque de grands hommes d’Etat » et les « nouveaux prêtres cathodiques » qui me semblent d’actualité.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
4
Sauvegarder cet article

Bertrand de Jouvenel a montré que le pouvoir est toujours à la recherche de sa propre puissance. Il est expansionniste par nature. L’évolution depuis la Seconde Guerre mondiale a confirmé cette analyse historique datant de 1947. L’extension du domaine de la sphère publique n’a jamais cessé et les ambitions actuelles des dirigeants n’inversent pas la tendance, bien au contraire. Comment la puissance des États s’est-elle développée depuis trois-quarts de siècle ? Que nous réserve l’avenir ?

Inflation normative et technostructure

Le régim... Poursuivre la lecture

Par Lawrence W. Reed.

La plupart des amoureux de la liberté et des marchés libres défendent la séparation de l'État (politique et politiciens) de beaucoup de choses - l'église, la famille, les affaires, l'éducation, etc. Peut-être que si la Constitution des États-Unis avait expressément interdit la création par le gouvernement fédéral d'une banque nationale, les Américains auraient été épargnés des méfaits sans fin de ses diverses itérations dans notre histoire.

Peut-être que si la création monétaire de la Réserve fédérale conti... Poursuivre la lecture

 

[caption id="attachment_161436" align="aligncenter" width="660"] Vote élections urne (Crédits JaHoVil, licence CC-BY-NC-SA 2.0), via Flickr.[/caption]

 

La proposition d'interdire l’acte d’abstention est un des avatars récurrents de nos hommes politiques. Les taux d'abstentions élevés signalent pour eux l'échec de ce régime politique appelé démocratie. Régime politique qui est devenu immoral et attentatoire aux libertés individuelles compte tenu d'une conception ancienne et socialiste de ce que peut êt... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles