Alexandre Soljénitsyne

En finir avec l’idéologie, comme mensonge justifiant le mal.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Alexandre Soljénitsyne

Publié le 4 mars 2011
- A +

Alexandre Soljénitsyne, En finir avec l’idéologie (Solzhenitsyn, The Ascent from Ideology), le livre du professeur de philosophie politique américain Daniel J. Mahoney, par aileurs connaisseur de Raymond Aron, est une formidable mise au point sur la personne et le message du plus célèbre des dissidents soviétiques.

Soljénitsyne, envoyé au goulag pour des motifs dérisoires, comme tant d’autres, a su trouver la force pour se conserver et se construire. Témoin de la vérité, il a fait connaître en Occident la réalité de l’univers concentrationnaire soviétique, envers du mensonge totalitaire. Si d’autres personnages avaient déjà pu faire connaître cette réalité aux esprits éclairés, c’est véritablement Soljénitsyne qui va dissiper les résistances intellectuelles et fournir la description du système.

Mais son œuvre ne s’arrête pas là, le plus important est à venir.

Quand Soljénitsyne vient s’exprimer sur les plateaux télé occidentaux, c’est la douche froide car le zek refuse de jouer la partition prévue : non seulement témoin du totalitarisme, il se fait aussi critique du modèle occidental. Soljénitsyne aurait pu renforcer les certitudes du caractère absolument bon du modèle occidental, à travers le caractère absolument néfaste de l’ennemi soviétique. Tel n’allait pas être le cas, Soljénitsyne attribuant des racines communes aux deux modèles. Sans aucunement les mettre à égalité, il cherchait à sortir d’alternatives satisfaites et nous invitait à aller au-delà, à critiquer, à voir les imperfections de la modernité.

Il a ainsi rejeté la facilité et lui a préféré un témoignage qui devait le conduire à la solitude. Sa critique a été rapidement dévalorisée comme les divagations d’un réactionnaire nationaliste, antisémite etc. Le héros devenu gêneur a été discrédité. Il était trop difficile, trop désagréable de comprendre pourquoi le plus grand critique de l’URSS se refusait d’être le champion de l’Occident.

Le livre de Daniel J. Mahoney, biographie intellectuelle, nous montre à quel point le message de Soljénitsyne a été mal compris et dénaturé. Il nous révèle un Soljénitsyne plus prudent et plus libéral que celui retenu par le public. Il nous présente le message de Soljénitsyne en faveur de l’autolimitation et du juste milieu.

Ce que Soljénitsyne n’est pas

À grand renfort de citations, Mahoney démonte les idées reçues qui se sont constituées sur la tête de Soljénitsyne.

Un réactionnaire ?

Sur le plan moral – Soljénitsyne dénonce la confusion progressiste entre progrès moral et progrès matériel. Notre société moderne génère celui-ci mais celui-là n’y est pas lié. Au contraire, en nous absorbant dans la quotidienneté elle nous coupe des questions morales que nous devons nous poser.

La critique de la modernité est certaine, elle n’est cependant pas une apologie du passé.

Dans un passage du fameux discours de Harvard se trouve une clé :

The Middle Ages had come to a natural end by exhaustion, becoming an intolerable despotic repression of man’s physical nature in favor of the spiritual one. Then, however, we turned our backs upon the Spirit and embraced all that is material with excessive and unwarranted zeal.

Ainsi le Moyen-Âge et la modernité tombent-ils dans des excès inverses entre lesquels il faut trouver le juste milieu, entre les besoins du corps et de l’âme.

Sur le plan politique – Soljénitsyne dresse dans son œuvre l’éloge de Piotr Stolypine, dernier homme politique russe d’envergure avant l’accession au pouvoir des Bolcheviques. L’éloge révèle l’idéal de juste milieu mais aussi du libéralisme prudent qui anime le zek, favorable à une démocratie tout en la sachant imparfaite, ce qui est la position libérale par excellence. Piotr Stolypine est l’homme qui, tel Turgot, a tenté de réformer son pays avant qu’il ne soit trop tard. Mais en libéralisant l’agriculture, il était l’ennemi aussi bien des révolutionnaires communistes que des forces traditionnelles de la noblesse et du clergé. Pour Soljénitsyne, Stolypine est en plus de l’homme politique idéal et désintéressé le véritable libéral, contrairement à ceux qui portent ce nom à l’époque en Russie, des progressistes jouant le jeu des révolutionnaires et croyant qu’à l’abolition de l’autocratie succéderait un régime forcément meilleur.

On le voit, le message de Soljénitsyne est plus complexe qu’on voudrait le croire. Mahoney nous montre que la critique de la modernité de Soljénitsyne n’en fait pas pour autant un réactionnaire. Il écarte ainsi une alternative manichéenne. Mahoney écarte également d’autres reproches : nationaliste ? non, antisémite ? non, antidémocratique ? non plus.

Dénoncer le mensonge et préconiser l’autolimitation

L’idéologie est mensonge. Elle nie la nature humaine. Et paradoxalement elle en a démontré la résilience par l’échec de ses projets de reconstruction de l’homme.

L’idéologie est justification du mal :

L’idéologie ! C’est elle qui apporte la justification recherchée à la scélératesse […] C’est la théorie sociale qui aide le scélérat à blanchir ses actes à ses yeux et à ceux d’autrui.

L’idéologie nous trompe sur la nature du mal. Elle situe celui-ci non dans le cœur de l’homme, dans une part de sa nature, mais dans un camp ennemi. Elle nous dit que le mal n’est pas nécessaire mais une contingence attachée à ce camp, justifiant la haine et la destruction.

Soljénitsyne propose que chacun s’autolimite, conformément à ce que prône le christianisme. Un pendant de l’autolimitation est la défense de la propriété privée, sans laquelle l’autolimitation est sans objet. Outre l’autolimitation, la prudence, Soljénitsyne invite au repentir, qui recoupe l’idée de ne pas chercher le mal en autrui. Protéger la nature, épargner les ressources sont encore des préoccupations de Soljénitsyne.

L’autolimitation commande que l’homme questionne d’abord son propre cœur avant de chercher à éliminer le mal chez autrui, avec pour justification l’idéologie.

Soljénitsyne nous livre ici une clé de compréhension du monde moderne, monde dans lequel des groupes politiques de toutes sortes entrent en compétition pour désigner à la vindicte le groupe ennemi du peuple et de l’intérêt général :

Cela fait maintenant un bon demi-siècle que nous sommes mus par la conviction que la faute incombe au tsarisme, aux bourgeois, aux sociaux-démocrates, aux gardes-blancs, aux popes, aux émigrés, aux saboteurs, au koulaks, aux semi-koulaks, aux ingénieurs, aux parasites, aux fractionnels, aux ennemis du peuple, aux nationalistes, aux sionistes, aux impérialistes, aux militaristes et même aux modernistes – à tout le monde sauf à toi et moi ! Autrement dit, ce n’est pas à nous de nous corriger, c’est à eux ! Seulement, eux ne veulent pas, eux s’entêtent. Alors comment les corriger sinon par la baïonnette ?

Aujourd’hui il semble que la crise des subprimes a enteriné le rôle des libéraux dans celui des méchants. C’est une croix à porter mais aussi une chance extraordinaire. Mieux vaut tenir ce rôle qui permet de voir la vérité sans fard que hurler avec la meute.

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Le mal est d abord en nous c est pourquoi la plupart des libéraux évite d intervenir dans la vie des autres , se contentant de donner un conseil plutôt qu’un ordre. Pour cette raison je trouve que le libéralisme se marie bien avec la pensée de rené Girard( si vous ne l avez jamais lu , je vous conseille de commencer par « je vois satan tomber comme l’ éclair »)

  • Il serait temps en effet que je me mette à René Girard.

  • Sa critique fut rapidement dévalorisée comme les divagations d’un réactionnaire nationaliste, antisémite etc. Le héros devenu gêneur fut discrédité.

    et voilà, on y est ! c’est exactement ce qui s’est passé et perdure encore, malgré l’extinction du PCF . Certains des vieilles rengaines socialo-communistes perdurent encore, insidieusement distillées pendant des années, jusque sur les bancs de l’école … Staline s’est trompé, il a pas été très gentil, on a voulu rectifier le tir après, mais c’était trop tard … Lénine était un intellectuel barbichu, pas un tyran … Soljénitsyne était un réac alcolo … en Chine il y a eu des morts, mais bon c’est un grand pays aussi et puis c’est compliqué … Cuba est exsangue, ouais mais bon c’est à cause du blocus …

  • Merci pour cet article (et à l’auteur du livre présenté !) qui ouvre à un jugement critique plus sain, à l’envers des « cases » bien commodes pour ranger les gens qui dérangent…
    Au passage vous évoquez une vision chrétienne de la société qui mérite d’être approfondie.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La guerre est la plus grande tragédie de l'humanité. Si quelqu'un - au nom de manigances géopolitiques- tue consciemment un innocent, il est un criminel de guerre, et les criminels de guerre sont toujours au même niveau éthique - zéro.

Il est également évident qu'à l'ère de la politique mondiale, chaque empire tentera d'influencer les décisions stratégiques dans les lieux stratégiques. Les décisions de l'OTAN qui ont abouti à bombarder Belgrade ne sont pas moins criminelles que celles de Poutine, et Moscou ne peut manifestement pas êtr... Poursuivre la lecture

En France, la séparation marquée entre les arts dit « libéraux » et « mécaniques » remonte à l’Antiquité. Elle est restée présente dans les esprits de nos « élites » qui vouent à la pensée un culte disproportionné aux dépens du simple bon sens. Ils perdent ainsi pied avec la réalité du monde physique pour le malheur des hommes en favorisant une idéologie déconnectée du terrain dont le fondement s’enracine dans l’Histoire.

Des origines antiques

Depuis l’Antiquité, les « arts » ont été classés selon une échelle de valeurs, mais les Grecs... Poursuivre la lecture

L’Occident a tendance à céder au péché d’orgueil consistant à vouloir toujours s‘ériger en modèle et à omettre de tenter de comprendre comment d’autres peuvent raisonner, ce qui conduit à des malentendus pouvant parfois déboucher sur des conflits. Comme c'est probablement le cas de la guerre en Ukraine, lancée par la Russie de Vladimir Poutine en février 2022.

Cette prétention à l’universalité peut se révéler dangereuse, ainsi que nous le montrait remarquablement Chantal Delsol, pour peu que d’autres la perçoivent, au mieux comme idéol... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles