Et maintenant, la psychiatrisation des opposants…

Progressivement, on psychiatrise les terroristes, puis les simples citoyens opposants du régime politique rebaptisés complotistes.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Et maintenant, la psychiatrisation des opposants…

Publié le 15 novembre 2021
- A +

Par h16.

Quand on vit dans un paradis, où les opportunités se multiplient, où la vie est à la fois sereine, paisible et remplie de ces bonheurs simples qui lui donnent un sens inné de complétude, où chaque minute est un jeu, chaque relation un plaisir renouvelé (dans le respect des gestes barrières et de la distanciation sociale, n’oublions pas), où la liberté, l’égalité et la fraternité sont totales et garanties, il est assez mal venu d’émettre une critique, aussi argumentée soit-elle.

Zombisounours

En fait, il est plus que mal venu, on est carrément devenu fou.

Oui, vivre dans un eden sur Terre et trouver malgré tout de quoi se plaindre mérite amplement les moqueries voire l’opprobre et, si l’on s’acharne, cela peut même justifier l’internement : lorsque la raison, qui a permis à ce paradis luxuriant d’exister, vient à manquer, il est temps de laisser faire ceux qui savent réparer sinon les âmes au moins les esprits par le truchement habile de petites pilules et de chemises bien serrées.

C’est sur ce prédicat d’une logique imputrescible que sont donc fondés certains des principes d’action de notre Grande et Belle République française, surtout ces dernières années. J’en veux pour preuve l’étonnante régularité de ces petits épisodes étonnants où l’on apprend que certains individus sont ainsi internés en hôpital psychiatrique pour y traiter l’un ou l’autre cas de cette étrange folie consistant à ne pas voir le monde tel que le voient les gens biens comme il faut, au premier rang desquels les autorités gouvernementales en général et Emmanuel Macron en particulier.

On se rappellera ainsi qu’en 2017, l’auteur des lettres de menaces adressées au couple présidentiel avait été rapidement interné en hôpital psychiatrique (dont il avait fini par s’évader).

On se souviendra aussi de l’amusante péripétie survenue à Marine Le Pen convoquée pour une expertise psychiatrique suite à sa publication sur Twitter d’une image de terroristes en provenance de Daech. Bien évidemment, les journalistes de l’époque s’empressèrent de rappeler que la procédure normale en cas de publication d’une image choquante pouvait en effet déboucher sur ce genre d’examen. Et si vous ne vous souvenez que de cet aspect et pas du fond de l’affaire et des raisons qui poussèrent Marine Le Pen à publier de telles photos, c’est normal puisque c’était probablement le but même de la manœuvre.

Plus récemment, la démarche est la même pour cet homme qui a jeté un œuf sur Emmanuel Macron lors d’une visite à Lyon, et dont l’expertise psychiatrique conclura rapidement à l’abolition de son discernement qui le conduira directement à l’asile psychiatrique le plus proche afin de remettre un peu de plomb dans ce petit crâne finalement moins plein que l’œuf projeté sur le Président de la République.

Quelques semaines plus tard, c’est un nouveau cas de discernement brutalement aboli pour un autre homme qui aura eu la folie de crier « Macron démission, Benalla en prison » à proximité d’un direct télévisé en pleine rue. Il sera rapidement pris en charge par une solide équipe psychiatrique locale.

Rassurez-vous : ces orientations en psychiatrie ne se résument pas à ces quelques cas pittoresques puisqu’on peut facilement y ajouter ceux maintenant trop nombreux pour être simplement listés ici, de tous ces couteaux brutalement déséquilibrés ou ces véhicules devenus méchamment fous qui font assez régulièrement les manchettes de nos journaux stables et sains. Ainsi, la dernière attaque au couteau ne pourra se dispenser d’un examen psychiatrique de l’agresseur, dont on comprend qu’il ne devait pas aller tout à fait bien pour commettre un tel geste.

L’aspect commode de cette dernière remarque est qu’elle peut finalement s’appliquer à absolument tous les gestes violents. À force d’examiner de plus en plus précisément les aspects psychiatriques, il convient de se ranger à l’évidence : il n’y a finalement jamais rien d’autre qu’une abolition de la raison, du discernement au moment où les uns et les autres commettent ces gestes irréparables. Peu importe le passif, la bouffée délirante est toujours possible et peut bien mener à l’atroce, grâce à un habile examen psychiatrique, l’internement devient une solution tout à fait envisageable. Les proches de Sarah Halimi l’ont d’ailleurs apprécié à sa juste valeur.

Arrive un moment où l’on se demande qui peut encore être tenu responsable de ses actes. Étrange démocratie où la psychiatrisation de l’adversaire devient de plus en plus banale et s’étend des terroristes et autres assassins à couteaux tirés jusqu’aux citoyens mécontents et politiquement opposés aux mesures de plus en plus contraignantes prises par le pouvoir actuel…

Difficile de ne pas voir dans cette tendance inquiétante ce dont on avait jadis pu entendre parler de l’autre côté du Rideau de fer, dans cette Union soviétique qui pratiquait assez hardiment la psychiatrie punitive pour se débarrasser des dissidents, des intellectuels gênants et des concurrents politiques devenus encombrants…

Ne nous leurrons pas : l’actuelle psychiatrisation des opposants n’est en pratique que l’étape suivante, plus visible et plus brutale que celle, lente, larvée mais évidente des débats qui s’est développée depuis quelques années un peu partout en Occident en général et en France en particulier.

En effet, il ne s’agit guère d’autre chose lorsque certains médias, certaines célébrités de plateau télé et certains politiciens s’écrient, l’œil tremblant et la lippe furieuse, qu’untel est un complotiste, que telle nouvelle est une fake news ou une infox et que quiconque s’en fait le relai n’est qu’un conspirationniste ou un fou qu’il est nécessaire de mépriser ou mieux, de faire taire.

La pensée alternative n’est plus permise et le curseur du loufoque a été agressivement déplacé depuis le domaine de l’incohérent et du grotesque jusqu’au delà de la frontière du rationnel pour venir s’établir à peine en décalage avec le discours officiel. De cette façon la moindre déviation de ce dernier, du narratif en vogue, ce discours un peu trop différent doit être immédiatement taxé de folie, actuellement rebaptisée « conspiration », « théorie du complot » et autre sobriquet d’actualité.


—-
Sur le web

Voir les commentaires (21)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (21)
  • Dans peu de temps, avec les lois « antiterroristes » permettant de surveiller toute la navigation internet à l’aide d’algorithmes complexes, il suffira d’écrire « Macron démission » sur son mur Facebook ou dans un forum pour recevoir dans l’heure un mail automatique de convocation devant le juge.
    Ça peut paraître exagéré, mais quand j’ai passé mon permis de conduire, si on m’avait dit qu’un jour les radars flasheraient tout seuls et que les contraventions seraient transmises automatiquement, j’aurais trouvé ça exagéré aussi.
    Et vu la considération de nos élus pour nos droits et notre liberté, on peut s’attendre à tout (mais surtout au pire).

  • Normal qu’on devienne tous fous, après tout la France est une terre d’asile..

  • Ça ne me choque pas, la plus part des gens sont fous , un peu ou bcp. Faut quand même être fou pour s’opposer à un demi dieu et a la pensée officielle, c’est de l’inconscience de jeter un œuf sur notre si bon président, faut les enfermer ailleurs que dans des prisons, pleines, dans des asiles puisqu’on n’a pas de Sibérie…. Marine a été déclarée foldingue ou pas? Bien sur que non, elle aurait échappé à la justice même si, elle a un grain comme tout le monde . Comment ne pas être fou en France surtout en ce moment, l’état est en plein délire, schizophrènie, paranoïa…. Enfin, il ne va pas bien du tout.

  • Faute de mieux, la folie est évaluée comme un écart à la norme.

    Mais quand une minorité entend et parvient à décréter la norme on aboutit au fait que les fous sont majoritaires.

    En y regardant de plus prêt : ceux qui imposent la norme, ceux qui l’acceptent sans adhérer et ceux qui s’y oppose au péril de leur liberté et leur internement sont tous fous.

    Il faut construire d’urgence des hôpitaux psychiatriques. La difficulté étant bien sur de trouver des sains d’esprit pour les soins.

    • C’est la quintessence du « en même temps » : tous en costard-cravate, le petit doigt sur la couture du pantalon et un entonnoir sur la tête.

    • Le problème des gens normaux, c’est qu’il ne savent pas qu’ils sont fous !

    • Personnellement, je considère les pilotes de chasse de la seconde guerre mondiale (dont l’espérance de vie ne dépassait pas 15 jours), les pilotes de F1, les chercheurs d’or dans la jungle sud-africaine, les quakers, les aficionados des toilettes sèche, où les moines bouddhistes comme des fous.

      Mais tant qu’ils n’emm… pas les autres et trouvent une communauté de pensée, je dirais qu’ils ont raison et suis prêt à les défendre car la liberté est une valeur qui se partage contrairement à l’oppression.

  • Oui tout ceci cohabite avec un climat de diabolisation de tout ce qui tente de se positionner à droite.Car pour la bien pensance quand on est de droite on est pas fou on est clairement le diable en personne.

  • Ils sont quand même très noeuds, il y a plus de stade disponibles que de places dans les hôpitaux psychiatriques pour tous les réfractaires. Avec les mêmes « douches », les mêmes carrelages et les mêmes gardiens. A croire qu’ils n’ont rien lu des péripéties totalitaires argentine, brésilienne, chilienne ou celles bien en cours dans quelques belles théocraties africaines. Bon, le seul problème est qu’il n’est plus possible d’utiliser les hélicoptères (pas très COP21, 26, 50…) pour se débarrasser des corps dans quelques milieux aquatiques.

    • vus oubliez la Chine et autres paradis communistes !!! j’espère que ce n’est pas un oubli idéologique car vous risquez l’internement d’office !!!!!

  • Mais H16 si votre dénonciation était exacte vous seriez en hôpital psychiatrique !!! Ensuite votre accusation est très grave puisqu’elle suppose la complicité du corps médical et même chez les médecins j’imagine qu’il y a des démocrates sincères qui refuseraient de telles compromissions !!! J’ai donc un doute sur le bien fondé de votre billet ; ce qui ne veut pas dire qu’il ne faut pas rester sur nos gardes !!!!

    • C’est peut être pour ça justement que notre ami H16 se cache derrière ce pseudo assez anonyme, par peur de finir à l’asile psychiatrique! On ne connaît même pas son visage puisqu’il a un masque, et il l’a mis avant tout le monde son masque.

      • Il faut d’urgence lui enlever le masque et le confiner – ses bouffées de pensées libertaires deviennent de plus en plus délirantes !

        Et puis, quand on saura la vérité, c’est-à-dire que h16 n’est autre que f227, sa crédibilité sera à jamais réduite à néant

        • ? qui est F227 ?
          Nous tous qui lisons (avec délectation) H16 sommes zinzins !
          Nous lui tiendrons donc compagnie à l’HP ! nous devrions rire un peu, sauf si les pilules sont trop nombreuses et les chemises trop serrées bien entendu.

    • « même chez les médecins j’imagine qu’il y a des démocrates sincères qui refuseraient de telles compromissions »

      Oui, il me semble qu’on ne parle pas assez des résistants allemands durant la seconde guerre mondiale. Pourtant ils ont forcément existé.

      Honte à H16 pour avoir une vision aussi manichéenne de l’histoire.

    • « votre accusation est très grave puisqu’elle suppose la complicité du corps médical »
      Ce n’est pas le corps médical qui interne d’office, mais l’autorité administrative (le préfet quoi, donc le ministre de l’intérieur) après avis médical qu’ils ne sont pas du tout obligés de suivre.

    • On n’a jamais eu aussi peu de gens enfermés pour leurs opinions politiques ou autre et jamais autant de gens qui crient au totalitarisme.

  • J’ai écrit hier deux commentaires citant l’économiste M. C.a.c.c.o.m.o, et ils ne sont pas parus… étrange.

  • Pourquoi ne puis-je pas commenter sous cet article ? 4ème tentative…

  • L’espace « liberté d’expression » est effectivement de plus en plus restreint, grrrr.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Sabine Sultan Danino.

L’arrêt rendu par la chambre criminelle de la Cour de cassation le 14 avril 2021 a suscité indignation et incompréhension : il n’y aura pas de procès dans l’affaire Sarah Halimi.

https://www.youtube.com/watch?v=FWS6_R2NxNQ

La plus haute juridiction de l’ordre judiciaire a rejeté le pourvoi formé par la famille de Mme Halimi contre la décision rendue en 2019 par la cour d’appel de Paris, qui avait déclaré l’auteur irresponsable pénalement sur la base de trois expertises, selon lesquelles il avait... Poursuivre la lecture

Par Pierre Farge et Francisca Russo[1. Avocat-stagiaire chez Farge Associés.].

« Accablant », voilà l’avis publié sur les prisons françaises la semaine dernière par la contrôleuse générale des lieux de privation de liberté (CGLPL).

Selon la dernière étude sur la santé mentale dans les prisons françaises, huit détenus sur dix souffrent d’au moins un trouble psychiatrique. Autrement dit, les personnes atteintes de troubles mentaux sont surreprésentées dans la population carcérale. Un état de fait laissant donc espérer que la pris... Poursuivre la lecture

Par Antoine Pelissol[1. Professeur de psychiatrie, Inserm, Université Paris-Est Créteil Val de Marne (UPEC).].

« Docteur, je dois manquer de sérotonine ! »

J’ai entendu cette phrase des dizaines de fois au cours de mes consultations de psychiatre, et la sortie du dernier livre de Michel Houellebecq, intitulé Sérotonine risque fort d’amplifier le phénomène. Le narrateur y dompte en effet son mal de vivre à grands coups de Captorix, un antidépresseur imaginaire qui stimule la sécrétion de… sérotonine, évidemment.

Suffirait-... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles