La Covid-19 a rendu les démocraties plus autoritaires

Un nouveau rapport indique que de nombreuses démocraties ont pris des mesures qui sont "disproportionnées, inutiles ou illégales" pour freiner le COVID.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
covid source https://unsplash.com/photos/gM1RAdZ4AXc

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La Covid-19 a rendu les démocraties plus autoritaires

Publié le 25 novembre 2021
- A +

Par .
Un article de Reason

La pandémie de Covid-19 contribue à un déclin significatif des valeurs démocratiques à travers le monde, de nombreux pays ayant pris des mesures agressives et autoritaires pour tenter d’enrayer la circulation du virus.

Si vous n’avez pas vécu sous une pierre ces deux dernières années, ce n’est probablement pas une surprise. Pourtant, un nouveau rapport de l’Institut international pour la démocratie et l’assistance électorale, une organisation mondiale à but non lucratif basée en Suède, offre un aperçu complet de la tendance inquiétante à l’érosion démocratique – une tendance qui a été favorisée par la pandémie, même si ses racines sont plus profondes.

L’institut avertit :

Le monde devient plus autoritaire, les régimes non démocratiques devenant encore plus effrontés dans leur répression et de nombreux gouvernements démocratiques souffrant d’un retour en arrière en adoptant leurs tactiques de restriction de la liberté d’expression et d’affaiblissement de l’État de droit, exacerbées par ce qui menace de devenir une « nouvelle normalité » de restrictions Covid-19.

Selon le groupe, le nombre de pays qui deviennent plus autoritaires est trois fois supérieur au nombre de pays qui se rapprochent de la démocratie. Cette année est la cinquième année consécutive où la tendance va dans ce sens, la plus longue période ininterrompue d’évolution pro-autoritaire depuis que l’IDEA a commencé à suivre ces paramètres en 1975.

Bien sûr, cette tendance est antérieure à la pandémie de Covid-19, mais les réponses gouvernementales au virus ont aggravé la situation.

Selon le rapport de l’IDEA, un certain nombre de pays démocratiques – le rapport mentionne spécifiquement les États-Unis dans cette rubrique – ont mis en œuvre des mesures covid « qui étaient disproportionnées, illégales, indéfinies ou sans rapport avec la nature de l’urgence ». Ces mesures comprennent des restrictions de voyage et l’utilisation de « pouvoirs d’urgence qui ont parfois mis les Parlements sur la touche ».

Les démocraties en danger

Ces deux dernières années ont en effet été marquées par de nombreux exemples de pouvoirs gouvernementaux inédits aux États-Unis, qu’il s’agisse de fermetures d’entreprises à l’échelle d’un État, au cours desquelles les gouverneurs ont décrété que certaines d’entre elles étaient « essentielles », ou des Centres de contrôle et de prévention des maladies (CDC), avec le soutien des administrations Trump et Biden, qui ont rendu presque impossible l’expulsion des locataires mauvais payeurs par les propriétaires. Il a fallu attendre ce mois-ci pour que les États-Unis rouvrent leur frontière avec le Canada pour les voyages supposés « non essentiels« , même s’il n’y avait probablement aucune justification valable pour fermer la frontière en premier lieu.

En dehors des États-Unis, des pays comme l’Autriche et l’Australie continuent de renforcer les restrictions autoritaires sur les interactions publiques et le comportement économique, même pour les personnes vaccinées. Selon le rapport, 69 pays ont fait de la violation des restrictions du covid un délit passible d’emprisonnement, les deux tiers de ces pays étant ceux que le groupe considère comme des démocraties. L’Albanie et le Mexique ont les lois les plus punitives, autorisant des peines de prison de 15 ans et 12 ans, respectivement, pour la violation des protocoles liés à la pandémie.

Plus de 20 % des pays ont utilisé leur armée pour faire respecter les contrôles liés aux mesures covid, ce qui, selon le rapport, pourrait contribuer à « la normalisation d’une vie civile de plus en plus militarisée après la pandémie ». Dans le même temps, 42 % des pays ont mis en place des applications volontaires ou obligatoires pour la recherche des contacts, ce qui peut être efficace pour freiner la propagation du virus mais crée de nouvelles opportunités de surveillance gouvernementale dans un monde post-pandémique. L’IDEA est particulièrement préoccupée par les huit régimes non démocratiques (Azerbaïdjan, Bahreïn, Chine, Kazakhstan, Qatar, Singapour, Thaïlande et Turquie) où ces applications ont été rendues obligatoires pour tous les résidents utilisant un smartphone.

Pendant ce temps, certains responsables de la santé publique en Amérique souhaitent des restrictions encore plus agressives. Rochelle Walensky, directrice du CDC, a récemment fait l’éloge des « mesures de confinement très strictes » déployées par la Chine, un pays qu’aucune démocratie saine ne devrait prendre pour modèle de bonne politique.

La montée du populisme

Mais si le Covid-19 a été la cause aiguë d’une grande partie du recul de la démocratie au cours des deux dernières années, le rapport de l’IDEA indique qu’une menace plus insidieuse se cache derrière la pandémie :

La montée des partis illibéraux et populistes au cours de la dernière décennie est un facteur explicatif clé du recul et du déclin de la démocratie.

Ces partis cherchent à obtenir le pouvoir afin de pouvoir démanteler les contrôles de l’autorité gouvernementale, notamment la liberté d’expression et les politiques destinées à protéger les droits des minorités.

En effet, comme l’a fait remarquer Stephanie Slade de Reason, certains des principaux défenseurs du tournant américain vers l’illibéralisme affichent désormais ouvertement leur adhésion à l’autoritarisme. Cette tendance à adopter une politique de « volonté de puissance » revient à déclarer que « ce qui compte avant tout, c’est de s’assurer que notre tribu est dominante ».

Ce n’est pas un bon signal pour la démocratie, ni pour la préservation de la liberté humaine.

Cette volonté de puissance sert également à masquer les aspects absurdes de leurs idées. Par exemple, le sénateur Josh Hawley veut donner davantage de pouvoir au département du commerce pour décider quels produits peuvent être légalement achetés et vendus aux États-Unis – alors qu’il a voté contre la confirmation de la secrétaire au commerce Gina Raimondo. Il veut littéralement donner plus de pouvoir à quelqu’un qui, selon lui, n’est pas qualifié pour ce poste. De même, les efforts de l’aile gauche pour abolir l’obstruction parlementaire au Sénat sont facilement exposés comme rien de plus qu’un coup de force en demandant aux défenseurs comment un Sénat sans obstruction parlementaire aurait fonctionné pendant la présidence de Donald Trump – une tactique que Jonathan Swan d’Axios a récemment utilisée avec beaucoup d’effet dans une interview avec la représentante Rashida Tlaib.

Sous diverses formes et malgré des incohérences internes, ces sentiments illibéraux et populistes semblent se renforcer. Les pouvoirs gouvernementaux étendus pendant la pandémie offrent un prix encore plus alléchant aux politiciens qui utiliseraient le pouvoir de l’État pour diriger la société à l’avenir.

Dans la préface du rapport, Kevin Casas-Zamore, secrétaire général de l’IIDEA écrit :

Comme dans de nombreux autres aspects de la vie, la pandémie de Covid-19 a accéléré et amplifié les tendances politiques préexistantes tout en ajoutant une toute nouvelle pléthore de défis sans précédent aux démocraties qui étaient déjà sous pression. […] La victoire humaine monumentale obtenue lorsque la démocratie est devenue la forme de gouvernance prédominante est maintenant suspendue dans la balance comme jamais auparavant.

Traduction Justine Colinet pour Contrepoints

Sur le web

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • Laurent Lenormand
    25 novembre 2021 at 8 h 38 min

    Les démocraties ne sont pas devenues « plus autoritaires ». Elles ne sont plus des démocraties. Une caste y a pris un pouvoir et elle l’exerce de façon absolue en réduisant au silence les voix discordantes.

  • La vraie démocratie n’existe pas, c’était juste un slogan qui vient de voler en éclats avec l’accord d’une majorité de citoyens semble-t-il.

  • Le modèle chinois hélas fascine de plus en plus.

  • « des mesures agressives et autoritaires pour tenter d’enrayer la circulation »

    Est-ce que « tenter d’enrayer la circulation » ne résume pas le problème à lui seul ?

    – on n’a que faire de « tenter » et surtout à des coûts démesurés pour les libertés, l’économie, la cohésion sociale…
    – enrayer de peut être un but en soi
    – on se fiche pas mal de la circulation du virus, ce qu’on veut est qu’il soit inoffensif – c’est à dire pas plus dangereux, contraignant, coûteux que la grippe.

    Mais comme disait Robert Lamoureux : « Le lendemain, le canard était toujours vivant ».

    • Il finira pas ne plus être dangereux que celui de la grippe ou mieux que celui d’un rhume. Mais on s’y prend terriblement mal, à la fois sur le plan sanitaire et sur le plan politique.
      Ca laissera des traces…

  • Quand toute cette panique cessera, on retiendra que le gouvernement français a pendant des semaines interdit la vente de livres, et pendant des mois interdit un simple café en terrasse sans montrer patte blanche.
    On se souviendra longtemps de la déconnexion quasi-totale entre les faits sanitaires et les décisions politiques. On se souviendra que les garde-fous théoriques de la démocratie et des libertés (parmi eux le CC ou le CE) ont été aux abonnés absents.

    • J’espère qu’il y aura un futur où on verra les choses de cette façon. Mais je crains que tout ceci n’ait pas vocation à s’arrêter dans l’esprit de ceux qui sont à l’origine de ce qui se passe.

  • Les peuples ont signé avec le diable quand ils se sont endormis dans le confort et ont laissé les bureaucraties grossir au delà du raisonnable.
    .
    Un bureaucrate n’a pas besoin de rendre service aux autres ni de prendre des risques. Il n’a aucune obligation de résultat, aucune inquiétude sur son avenir. Il voit d’un bon œil la fiscalité, la régulation, l’augmentation des postes pour caser aussi sa famille et ne souffre en aucune manière du pillage et des freins bureaucratique.
    .
    Si la société s’est fermée à l’apparition du covid, c’est que cette caste déconnectée des réalités est maintenant largement majoritaire, même en suisse ou l’état est devenu le premier employeur du pays.
    .
    Les bureaucrates vivent dans une illusion. Ils ne savent plus d’où viennent les richesses, les services, les biens, l’innovation. Ils ne comprennent pas la révolte des serviteurs, des entrepreneurs et des gens libres souvent assimilés à « l’extrême droite » pour mieux étouffer la contestation (l’UDC suisse et VOX sont les plus libéraux des partis dans leurs pays respectifs).
    .
    Le monde nouveau est très simple à comprendre: les bureaucraties et les « élites » qui sont au sommet sont des tumeurs malignes de type soviétoïde et les peuples ne veulent ni mourir, ni se faire piller ou dépouiller.
    .
    D’un côté « l’information », la police, l’armée, les juges, les « élus », les partis, les bureaucrates et les nombreux « amis » qui dépendent de leur « aide ».
    De l’autre tous ceux qui ne sont ni dans le système, ni de connivence, ni dépendants.
    .
    La richesse va bientôt disparaître comme la distribution. Les « amis » vont s’évanouir ou se rendre compte qu’ils se sont fait rouler et les bureaucraties vont se faire violentes pour étouffer la contestation <— vous êtes ici.
    .
    Nous sommes à la croisée des chemins. Même si le Covid disparait, cette tumeur sera toujours là et elle tentera de survivre en pompant les dernières forces vitales de notre civilisation.
    .
    La violence va être l'exutoire. Pour quel monde ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Ce 19 janvier, Emmanuel Macron a pris la parole au parlement européen pour faire un discours dans le cadre de la présidence européenne de la France.

Arrivé de Macron au parlement... pic.twitter.com/rBEkIdJfG6

— Esposito Corinne (@coconuts1315) January 19, 2022

Le propos s’est concentré sur les valeurs qu'il souhaite défendre. Il a été critiqué par les représentants français des groupes européens de l’opposition comme Jordan Bardella du RN, Yannick Jadot d'Europe Ecologie les Verts, François-Xa... Poursuivre la lecture

Par Christophe de Brouwer.

Il m’a été demandé d’aborder la problématique du port de masque dans des lieux non clos, en extérieur.

Je ne traiterai pas ici des autres gestes barrières (lavage des mains, distanciation, confinement, etc.).

Je voudrais aborder la question sous l’angle du risque.

Le risque se définit, sur le plan international, comme la probabilité d’un effet. En effet, le risque est la probabilité de contracter le covid, et le masque est un facteur du risque qui modifie, en la diminuant, la relation Sar... Poursuivre la lecture

Les vacances de Jean-Michel Blanquer à Ibiza ne passent pas. Selon Mediapart, c’est de ce lieu de villégiature en Espagne que le ministre de l’Éducation nationale aurait annoncé la modification du protocole sanitaire à la veille de la rentrée, provoquant colère et indignation des syndicats et des opposants.

À quelques jours de l’appel à la grève lancé par FSU, CGT Educ'action, FO et SUD Éducation, ainsi que la FCPE, première organisation de parents d'élèves, cela pourrait être fatal pour sa réputation politique, au même titre que les h... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles