L’optimisme en politique est une farce de mauvais goût

Faut-il adhérer à l’optimisme de façade des politiciens ? Certes non. Mieux vaut se méfier de tous les pouvoirs et de leurs promesses.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Emmanuel Macron by Pierre Metivier(CC BY-NC 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’optimisme en politique est une farce de mauvais goût

Publié le 6 novembre 2021
- A +

Par Patrick Aulnas.

Les politiciens doivent-ils nous faire rêver ? Ont-ils pour fonction de peindre un avenir radieux ? Bien entendu, le paradis terrestre n’existera que s’ils sont au pouvoir. Leurs opposants sont toujours mauvais et la société qu’ils promettent à rejeter. Cette dérive puérile et manichéenne du discours politique est certainement favorisée par les médias.

Les politiciens professionnels s’imaginent que pour exister il faut frapper fort par le verbe, au risque de tomber dans l’outrance ou dans le ridicule. En observant le long terme historique, on pourra rétorquer que les joutes verbales, même médiocres, représentent un progrès considérable par rapport à la conquête du pouvoir par la force qui sévissait jadis. Certes, mais la démocratie n’existait pas sous l’Empire romain ou au Moyen Âge. Et démocratie oblige.

Médiocrité de la parole publique

Les professionnels de la politique ont le nez sur le guidon. Ils sont députés, sénateurs ou élus locaux dans les grands postes (président du conseil régional ou maire d’une grande ville) et doivent examiner les projets de loi qui leur sont soumis ou gérer le quotidien local. Il en résulte que leurs interventions concernent le contenu de leur activité dans leur spécialité (finances, culture, santé, etc.). Les soutiens du gouvernement sont en général laudateurs et les opposants dans la critique systématique. Les écouter s’exprimer présente peu d’intérêt car leurs propos sont prévisibles.

Le pire se situe dans le domaine financier : prélèvements et dépenses publiques. La démagogie atteint ici des sommets car la passion de l’argent est universelle. La gauche possède la solution miracle qui consiste à prélever sur les riches pour donner aux pauvres. La droite renâcle un peu sur le principe de la redistribution mais y consent toujours en définitive.

Il suffit d’observer l’évolution des prélèvements obligatoires sur un siècle : de moins de 10 % à plus de 45 % du PIB. Le prélèvement massif ne concerne évidemment pas les riches mais la classe moyenne représentant les deux-tiers de la population. Jouer sur la notion floue de riche semble considéré comme porteur politiquement, mais est toujours décevant financièrement. L’impôt sur la fortune (IGF puis ISF puis IFI en France) rapporte peu. Les vrais riches ne sont pas nombreux.

La déception ne peut être qu’à la hauteur des espoirs factices entretenus par les promesses redistributives. Là se situe l’une des explications de la chute du Parti socialiste dont le discours, à la fois démagogique et moralisateur, a été perçu comme mensonger. Seule la croissance économique sur le long terme peut augmenter significativement le niveau de vie de la population. Sans croissance, les pauvres ont toutes les chances de le rester. Et les riches n’y sont pour rien.

Les écologistes militants misent également beaucoup sur la « transition écologique et solidaire ». Un processus massif de redistribution par l’impôt et la dépense publique doit accompagner cette transition vers le vert paradis du futur. Des obstacles politiques majeurs risquent de se dresser, eu égard au niveau déjà atteint par les prélèvements obligatoires. La marche vers l’égalité par la violence légale a ses limites. La route de la servitude verte sera conflictuelle.

La médiocrité abyssale de la parole publique provient donc essentiellement du manque de hauteur du propos. L’expression « discussion de marchands de tapis » vient à l’esprit lorsque nos politiciens s’expriment sur les sujets financiers. La plupart des mesures proposées ayant un aspect financier important, nos représentants semblent toujours vouloir diriger l’argent public vers leur clientèle électorale. Ils n’ont à l’esprit que leur réélection ou du moins paraissent ne songer qu’à cela.

Susciter l’espoir : la comédie de l’optimisme chez les politiciens

Pour conquérir le pouvoir, les politiciens promettent ce qu’ils savent ne pas pouvoir donner. Qu’importe, puisque la plupart des candidats ne seront pas élus et n’auront aucune responsabilité réelle. Lorsqu’ils sont dans l’opposition, ils cèdent à la tentation de prétendre connaître la quadrature du cercle. Avec eux au pouvoir, tout irait beaucoup mieux. Qui y croit encore ? Quelques militants ? Mais le militant idéaliste d’antan a vécu. Beaucoup de militants sont aujourd’hui des carriéristes qui attendent une opportunité électorale.

Les partis recrutent donc très peu car ils sont totalement déconsidérés par le discours mensonger de leurs dirigeants. La démocratie, assimilée désormais aux joutes verbales stériles entre politiciens, n’est plus considérée comme « le pire de régimes, à l’exception de tous les autres » (Churchill). De plus en plus nombreux sont ceux qui aspirent à un certain autoritarisme, sans mesurer les conséquences d’un tel choix. Le recul de la démocratie risque d’être un enchaînement pernicieux conduisant à la dictature pure et simple, c’est-à-dire à l’impossibilité de renouveler les gouvernants par le suffrage universel.

Le phénomène Zemmour est à cet égard intéressant. L’essayiste à succès est un homme cultivé qui parle du déclin de la France éternelle et de l’espoir de la pérenniser. De la hauteur et du pessimisme. Tout cela reste assez naïf et très éthéré, mais nous change de l’optimisme de façade et des petitesses redistributives. D’où le succès médiatique, sans doute provisoire, du personnage. Cependant, la démocratie fonctionnant toujours par le compromis, lorsqu’il s’agira de gouverner, si ce moment advient, des alliés devront être trouvés et des compromis élaborés. Le passage de la comédie médiatique à la réalité des décisions risque d’être cruel et décevant pour les enthousiastes des meetings.

Une morale de simple soldat ?

Les grandes espérances politiciennes constituent un récit coupé du réel. Le réel, c’est la gestion des grandes communautés humaines contemporaines regroupées en États-nations à la fois rivaux et dépendants les uns des autres. Cette gestion approximative doit tenir compte d’un nombre considérable de facteurs. Il n’y a pas de radicalité qui tienne lorsqu’on est au pouvoir. Faire rêver en mentant effrontément relève de la conquête du pouvoir, beaucoup moins de son exercice.

Le machiavélisme des hommes qui aspirent à gouverner n’a pas disparu. La seule leçon à en tirer est d’ailleurs toute simple : il faut se méfier comme de la peste de tous ceux qui prétendent nous diriger, qu’ils soient politiciens, dirigeants d’entreprise ou d’association.

Ils sont indispensables, certes, mais comme le préconisait le philosophe Alain, mieux vaut à leur égard agir en simple soldat qui obéit en traînant les pieds et sans y croire. Conserver son esprit critique et sa méfiance envers tout pouvoir est essentiel. Ne jamais plier l’échine qu’en apparence.

Voir les commentaires (10)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (10)
  • L’apport d’E. Zemmour au débat est de poser des questions difficiles au lieu de dire que tout va bien… C’est tout l’intérêt de son irruption sur la scène de la comédie politique « professionnelle ».

    • Vous avez sans doute raison, mais poser ces questions à ses concurrents politiques ne mènera comme d’habitude à rien. Il faudrait peut être inciter chaque français à se les poser, et surtout à imaginer les solutions qu’il pourrait apporter aux problèmes soulevés, un peu comme un dérivé du système de la votation helvétique. Donc changer notre système ce qui n’est pas gagné vu les verrouillages innombrables dont il est perclus!

    • et le problème de zemmour est d’affirmer que nous sommes en état de guerre civile en fait de guerre de religion..ou TOUT musulman est non pas suspect mais ennemi.
      l’islam est en terme d’iéologieet de dogme ,comme le communisme ou autre, incompatible avec les droits humains fondamentaux.

      sommes nous en état de guerre civile avec les gens qui se disent communistes?

      non.. à part en tant de guerre, l’opinion, même celle de l’attrait pour des idéologies inexorablement criminelles, ne peut pas être un crime..

      zemmour doit parler car les problème posés par l’islma doivent être abordés.. signe d’un époque folle, le « choix » du terme islamophobie…!!! suivi de la criminalisation ..
      il ya donc eu un « choix »…les élites existent…. ce sont elles qui , par exemple, s’arrogent le droit de choisir le sens mots et de le changer..

      • Zemmour n’affirme pas que nous sommes en guerre civile! Ne vous contentez pas de répéter ce que disent ses détracteurs mainstream, essayer de vous renseigner par vous-même.
        Zemmour dit simplement que si la France continue sur ce même chemin, elle va droit vers la libanisation et la guerre civile.

  • c’est la conséquence de l’acceptation, par paresse intellectuelle et cupidité hypocrite, d’idées absurdes telles
    « les inégalités de richesses sont mauvaises.. »

    alors que tout le monde sait que l’egalité de richesse pour être atteinte exige une folie totalitaire ou la liberté individuelle est quasi interdite .. ou « une autre humanité »…

    il doit y avoir une espèce de « juste milieu »

    ces loustics, en réalité, vous disent qu’il existerait un « optimum sociétal  » pour lequel les inégalités de salaires..seraient aux petit oignons…pile poil…

    Ils vous disent en somme….je connais la recette de soupe à l’oignon qui satisfait les gouts des gens de façon optimum… ou .. « voici la trabant, votre automobile optimale » et si vous ne l’aimez pas c’est que VOUS n’etes pas aimable..
    La justification de l’action politique est directement liée à l’existence d’un interet général,
    or, l’interet général n’est pas synonyme mais est assurément associé au fait d’ écorner insensiblement le liberté de beaucoup et de piétiner tout à fait celle d’un groupe…
    Dans la plus grande généralité la politique C’EST la violation des libertés individuelles en inversant victime et coupable.
    « je veux ton argent ..tu es cupide… »

    les politiques ne sont pas le problème…le problème est toujours en amont..accepter comme allant de soi leur simple existence.

    quand cela est fait..il est déjà trop tard…la seule question est de savoir qui va souffrir combien et si cela va se voir « trop »… on a accepté une injustice tolérable , on a accepté de casser des œufs »..

    dès lors il n’y a qu’une solution…SE PLAINDRE…et se poser en victime..en utilisant tous les ressorts de la rhétorique et des dialectiques des différentes idéologies en vogue.
    Voir par exemple la merveilleuse histoire de la réforme de la secu, de la retraite par réparation ou des programmes de led nat…

    • L’égalité de richesse est un oxymore absurde : le riche existe parce qu’il possède plus que le pauvre ; si on atteint l’égalité de richesse nous sommes tous pauvres ou riches au choix. Donc vive l’inégalité de richesse qui pousse les pauvres à s’enrichir et les riches à le rester ce qui augmente la richesse globale. C’est en cela que le socialisme avec son obsession de la redistribution est une idéologie mortelle cf. les cimetières du socialisme en URSS, en Chine, en Allemagne, au Cambodge, au Vietnam, en Corée, au Vénézuela, au Chili et ailleurs.

  • curieuse époque…certaines peurs sont obligatoires, d’autres sont criminelles….haïr un groupe est criminel en haïr un autre vertueux..
    et ce au nom de la supériorité de rationalité collective … le sujet ..la subjectivité.. est sujette à autorisation ..

  • J’ai apprécié la lecture de votre article, merci

  • Avec Macron, nous sommes particulièrement bien servis en termes de promesses non tenues.
    Conventions citoyennes sans lendemains, réforme des retraites, passe sanitaire non obligatoire pour la vie courante…
    Si nous le réélisons, c’est que nous ne méritons pas mieux !

    • Il suffit de ne pas voter pour lui pour ne pas démériter.
      Je ne me sens pas comptable ni responsable des âneries des français, j’ai déjà bien assez à faire avec les miennes.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Obi-wan choix publics
1
Sauvegarder cet article

Par Byron B. Carson. Un article de l'American Institute for Economic Research

 

Star Wars peut-il être une passerelle intergalactique pour mieux comprendre la théorie du choix public ? Obi-Wan Kenobi, qui aura bientôt sa propre série, n'est pas seulement l'un des plus grands maîtres Jedi de l'univers et un maître rhétoricien, mais il est aussi un important professeur d'économie politique.

 

L'avertissement d'Obi-Wan

En protégeant la sénatrice Padmé Amidala de la menace d'un assassinat dans L'Attaque des c... Poursuivre la lecture

2
Sauvegarder cet article

Le vote Mélenchon est révélateur d’un symptôme propre à la France : l’extrême gauche est plus forte dans notre pays que dans les autres.

Pourquoi ? Il existe plusieurs réponses.

La première est conjoncturelle : Mélenchon a du talent, c’est un politicien cultivé qui s’exprime avec conviction et éloquence, il entraîne les foules et son islamo-gauchisme lui a attiré les suffrages du monde musulman, en particulier ceux des musulmans en rupture avec la civilisation française. Le vote utile a aussi joué pour lui.

Mais ce sont l... Poursuivre la lecture

Aymeric Caron et Jean-Luc Mélenchon n’ont pas toujours été les meilleurs amis du monde. En 2014, quand il était chroniqueur dans l’émission On n’est pas couché, le premier reprochait au second de passer son temps à glander sur les bancs du Parlement européen et le second l’accusait en retour d’être un « branleur » agitant n’importe quelle rumeur pour faire son show.

Aymeric Caron candidat à la nouvelle union de la gauche

En 2017, timide rapprochement. Le patron de la France insoumise ayant reconnu le caractère « révolutionnaire » du vé... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles