Dette : merci ou pardon ?

En privilégiant la dette à la réforme, le pays n’assume pas ses erreurs et a donc décidé que les générations suivantes en assumeront le remboursement.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo by Towfiqu barbhuiya on Unsplash - https://unsplash.com/photos/3aGZ7a97qwA

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Dette : merci ou pardon ?

Publié le 15 juillet 2021
- A +

Par Claude Goudron.

Dire merci ou demander pardon : c’est la question à poser à tous les enfants et adolescents de moins de 18 ans, voire même à ceux qui ne sont pas encore nés !

Il ne s’agit pas de la dette d’investissements dont bénéficieront les générations futures mais de la dette dite de fonctionnement qui permet à une majorité de nos concitoyens de vivre au-dessus de ses moyens !

Merci pour notre bien-être

Faut-il remercier par anticipation les générations futures auxquelles sera imposé, sans leur accord évidemment impossible à obtenir, d’assumer pécuniairement 40 années de dérives budgétaires au bénéfice d’une jouissance sans limites de notre vie de privilégiés ?

Merci tout d’abord de nous offrir la retraite la plus précoce et généreuse d’Europe, nous dispensant d’envisager une retraite par capitalisation.

Merci pour le financement de notre administration pléthorique pour laquelle nous empruntons afin de garantir son salaire.

Merci de vous charger du remboursement des dettes cumulées pour un total de 2700 milliards d’euros sans compter le hors bilan (retraites des fonctionnaires, engagements divers de l’État, etc.) encore plus colossal.

Merci d’accepter de rembourser la dette Covid qui, de l’avis de l’assureur Euler Hermes France, demandera 67 années pour la France.

Merci pour les 160 milliards de surplus d’épargne engrangé par les Français grâce à la largesse du financement par l’État d’un chômage partiel qui, en cette période de crise, a néanmoins permis d’augmenter notre pouvoir d’achat.

Merci de penser à nous pour les efforts faits pour la transition écologique… payée là encore par la dette.

Merci donc de tout cœur pour tous les efforts que vous devrez faire pour rattraper nos dérives folles et incessantes !

Et ne pensez pas que nous rembourserons le moindre centime de cette dette. En effet, comment le pourrions-nous avec un déficit structurel qui a commencé en 1974 et sans interruption jusqu’à ce jour.

L’État fait « rouler sa dette », c’est-à-dire qu’il rembourse ses échéances de prêts par de nouveaux prêts.

C’est ainsi que la France a une dette qui va bientôt dépasser les 120 % du PIB ou plus exactement 960 % du budget du pays, soit environ 310 milliards d’euros.

À ce niveau-là il y a longtemps qu’une entreprise serait déclarée en faillite ou plutôt en banqueroute !

Demander pardon pour la dette

Vous l’avez compris, c’est plutôt un pardon par anticipation que nous devrions demander aux générations futures.

Pardon d’avoir plombé leur avenir car un jour, inéluctablement, l’endettement ne sera plus possible. Plus personne ne prêtera à la France qui est sur une courbe exponentielle triplant tous les 20 ans.

Pardon de laisser, malgré un coût phénoménal, un État en déliquescence incapable d’assumer des politiques de santé et éducative.

Pardon de laisser un pays pollué où il ne fera pas bon vivre du fait de l’insécurité et d’une politique d’ouverture irresponsable.

Pardon pour cet avenir sombre que nous n’aurions jamais accepté de nos ascendants.

Jusqu’à maintenant le seul cadeau que nous pouvions laisser à notre descendance était un héritage en juste contrepartie de nos excès. Malheureusement, à la recherche de toujours plus de financement l’État s’apprête à taxer encore plus lourdement la transmission de patrimoine.

Conclusion

Jeunes gens qui n’hésitez pas à défiler contre le système éducatif, pour l’écologie, contre le réchauffement climatique et même pour votre retraite, vous devriez le faire en priorité contre un hyper endettement dont vous serez les premières victimes.

Exigez un droit de regard sur des lois votées aujourd’hui à votre place et sans votre consentement, et qui engagent votre avenir.

Il est temps de mettre fin à ces dérives, principalement budgétaires, et d’inscrire dans la Constitution l’interdiction de lever des dettes pour le fonctionnement de l’État au-delà d’une génération, c’est-à-dire remboursables par la génération qui les a émises.

Il faut aussi sortir de cette capacité de faire rouler la dette afin qu’elle soit entièrement remboursée avant d’en contracter une nouvelle dans la limite maximum de 60 % du PIB définie par les critères de Maastricht.

Nous le devons à nos enfants, nous le devons à la France, nous le devons également à l’Europe.

 

Voir les commentaires (24)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (24)
  • Si vous les avez mis sur le trône, alors oui, demandez pardon.

    • non… j’ai toujours en travers de la gorge l’affaire du PNF de 2017 sur le seul candidat qui voulait réduire la voilure de l’Etat. Le déchainement d’articles unanimes dans la presse, etc ..
      Notre démocratie, c’est « cause toujours ».

      • VOus revez. Fillion a ete premier ministre de Sarkozy pendant 5 ans et a fait exploser la dette. Il avait d ailleurs commencé a lacher du lest avant meme ces histoires d emploi fictif en abandonnant ses projets sur la secu (normal ca attaquait sa base electorale : les retraités)

        PS:
        – en admettant qu il soit elu, comment aurait il pu mettre le pays a la diete sachant qu il avait salarié femme et enfant pour des emplois bidons ?
        – sa candidature a été torpillee par son propre parti. C etait les seuls a savoir pour sa femme et pour les costumes gratuit, le « genereux » donateur a publiquement reconnu que c etait pour venger Sarkozy

        • C’est vous qui rêvez, je n’ai pas dit cela, et je garde mes opinions sur Fillon pour moi.

          Alors je me répète « le seul candidat qui voulait réduire la voilure de l’Etat » a été pourri par les hommes du système, qui veulent continuer à profiter de l’argent-gratuit-pris-de-force-dans-la-poche-des-autres.

        • « sachant qu il avait salarié femme et enfant pour des emplois bidons ? »

          Je vous suggère d’écouter et de lire Philippe Pascot (« Du goudron et des plumes », « Délits d’élus »). S’il y avait une justice les 2/3 des hauts élus devraient être en prison.
          .
          De fait, l’équilibre des pouvoirs corporatistes et propagandistes rendait toute réforme très difficile, voir impossible dès les années 2000. On peut douter des véritables intentions ou des capacités de Fillon, mais il est indéniable qu’il a été victime d’un véritable assassinat politique digne d’une république bananière.
          .
          Les « réformistes » ont bien compris le message, ils ont disparu de la politique ou font de la lèche à Macron et son aristocratie socialiste.

          • « S’il y avait une justice les 2/3 des hauts élus devraient être en prison. »
            Et ?
            C est sur qu il y a surement plus pourri que Fillon (par ex son collegue ministre de la culture qui allait se taper des gamins thai) mais il reste qu il a été pris la main dans le pot de confiture
            Pire au lieu de reconnaitre les faits, il a tenté de jouer la montre (« si je suis mis en examen je me retirerai » en pensant que le PNF n oserai pas ou ne serait pas assez rapide). Pari perdu
            De toute facon, le probleme reste le meme: comment voulez vous mener une politique d austrite si vous meme avez tapé dans la caisse ? qu allez vous repondre a des gens que vous allez virer/reduire les salaires quand ils vous diront qu eux ils gagnent moins que Penelope pour bien plus de travail

            • Les emplois fictifs et l’usage de fonds public pour des projets privé est une pratique généralisée dans l’hémicycle. Quand seul le type qui était une menace pour l’état socialiste est « pris » au moment ou il se présente à la présidentielle, c’est un assassinat politique.
              .
              Je ne suis pas Fillonâtre, je pense que vous étiez foutu de toute manière même avec lui et même sans condamnation.
              .
              Je me borne à vous dire que vous vivez dans une république bananière socialiste.

  • avec un président qui n’a pas d’enfant, l’avenir ne va pas au delà de sa propre personne.

  • c’est juste de le reconnaître, et encore, en tant qu’entrepreneur, vous n’avez pas grand chose à vous reprocher, sauf peut-être celle d’avoir nourri l’ogre étatique.

    Charles Gave décrit bien la génération des politiques baby boomers qui a mangé le capital rassemblé par les grands parents et les parents et qui ne laisse que des dettes à la suivante.

  • « Jusqu’à maintenant le seul cadeau que nous pouvions laisser à notre descendance était un héritage en juste contrepartie de nos excès »
    Drole de raisonnement. Un fait des trous d un coté, on detruit l industrie francaise, on fait s effondrer le niveau scolaire … mais pas de probleme a titre perso tu heriteras d une maison a 60 ans (age moyen des heritiers)

    l heritage c est un tout: le passif doit etre ajouté a l actif. Personnellement je serai pour que sur les successions on preleve les dettes accumulées par les presidents pour qui on a voté.
    aka :
    electeur en 81 -> dette Mitterrand
    electeur en 95 -> dette Chirac

    • exactement, spolier les créateurs de la dette en leur saisissant l’ensemble de leurs biens avant qu’ils ne decedent, cette saisie con servatoire permettrait de combler le trou par ceux mêmes qui l’ont créée, à savoir les baby boomers, qui va nous laisser en plus de la dette, la guerre, merci les boomers !!!

      • Il y a des boomers aussi en suisse et tout va parfaitement bien compte tenu du contexte. Les mesures « covid » sont d’ailleurs passées par les poils en référendum. Quand la population va s’apercevoir dans un an que la « solution vaccinale » était un mensonge et le Covid pas si meurtrier, il est très possible que la population vote stop et que le pays s’en remette rapidement vu la dette faible et les bons fondamentaux économiques.
        .
        Il y a un seul responsable dans les maux de la France et c’est l’étatisme socialiste.

        • En suisse la retraite par repartition (AVS) c est maigre (2300 CHF max). Les cotisations maladies sont privees et donc plus chere en fonction de l age. Et le systeme de referendum empeche les abus

          En France nos boomers se paient des retraites elevees (niveau de vie superieur de 10 % aux actifs), les soins medicaux sont quasi gratuit et ils trouvent le moyen de se plaindre

          La plainte serait tolerable s ils n avaient pas affaiblit la france (industrie en berne, institution en deliquecense, immigration non integree)

          • Même si vous ne payez pas les retraites ça ne changera pas grand chose, la France n’a quasi plus aucune économie privée (12 millions d’emplois).
            Socialisme.
            Le salaire médian en France est de 1900 euros, à ce tarif et même 10% de plus, un éboueur suisse ne sort même pas de son lit pour aller travailler.
            Socialisme encore.
            .
            Le socialisme n’est pas arrivé par hasard en France, les communistes et les socialistes étaient très fort avant et après la guerre et la gauche a pris le pouvoir grâce aux syndicats, médias, corporations d’état, éducation et intellectuels.
            .
            « Tout anticommuniste est un chien » – Sartre

          • Modération : pas d’insultes

    • La responsabilité des boomers est certaine…et il faudra bien sans doute qu’ils assument
      Mais la destruction systématique et programmée de l’économie, de la société et de la culture se poursuit depuis 40 ans…de plus vieux et de plus jeunes que les seuls boomers ont voté pour ce projet (sans bien le comprendre sans doute)…et beaucoup de jeunes continuent à le soutenir et à souhaiter « étendre le domaine de la lutte ».
      Réduire le problème à une question de génération est un peu court.

      • Si vous pensez que les boomers vont assumer, vous revez.
        Ils sont dans le deni complet (et c est un quasi boomer qui vous dit ca). Ils comptent bien en profiter jusqu au bout vu leur poids electoral et quand tout s effondrera ils seront morts ou des legumes

        • Avez-vous seulement la moindre idée de l’ignominie de votre haine parfaitement injuste à l’égard de ces « boomers » qui ne constituent en rien un type particulier d’individus ? Croyez-vous que vous-même, si vous étiez né dans les années 45-60, vous auriez pu ou même du mieux faire contre la perversion de la démocratie par la caste ?

  • Ni l’un, ni l’autre. Il est insultant de dire « Merci » lors dun vol, il est malhonnête de demander « Pardon » tant qu’il continue.

    Quand ce pillage du futur s’arêtera il ne sera plus nécessaire de demander pardon, tant qu’il continue, il est inutile de le faire.

  • Ne demandez pas pardon à vos enfant. Montrez leur l’échec du Socialisme français, apprenez leur l’anglais et envoyez les à l’étranger.

    Les pays ne sortent jamais du Socialisme que contraint, forcés, par le bas et dans la douleur. Le Français moyen touche plus d’argent de l’Etat que de sa contribution à la société, et pense que c’est la fotolibairalisme, la sortie va être très très douloureuse. CPEF

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Élisabeth Borne devient Premier ministre. Certains attendaient une révolution, ce fut surtout un jeu de chaises musicales.

Merci à @EmmanuelMacron de sa confiance et de l’honneur qu’il me fait en me nommant Première ministre.

Merci aussi à @JeanCASTEX pour son action ces deux dernières années.

Les défis devant nous sont grands. Je mesure pleinement cette responsabilité. pic.twitter.com/fZ9zxu5S5f

— Élisabeth BORNE (@Elisabeth_Borne) May 16, 2022

Ce lundi 16 mai, Emmanuel Macron a... Poursuivre la lecture

Par Elie Blanc.

La grande catastrophe annoncée est-elle sur le point d’arriver ? Voilà des années maintenant que de nombreux économistes nous avertissent du danger de la politique de Quantitative Easing (création monétaire importante par le rachat massif de dettes souveraines) menée par la BCE depuis mars 2009 (et qui, rappelons-le, devait initialement s’arrêter en septembre 2009).

Aujourd’hui, il se pourrait bien que leur prédiction soit plus proche que jamais de se réaliser : après des années de faible inflation, la création m... Poursuivre la lecture

capitalisation
4
Sauvegarder cet article

Par Pascal Salin.

La détermination du montant de sa retraite est évidemment fondamentale pour tout individu puisqu’elle conditionne son niveau de vie une fois ses activités productives terminées.

C’est pourquoi on peut comprendre que le projet de réforme du système des retraites élaboré par le gouvernement français retienne considérablement l’attention de l’opinion publique et suscite même des grèves très importantes. Il serait certes fondamental que les réformes envisagées contribuent à une amélioration du système des retraites... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles