Énergie : l’Allemagne attaque la France et menace l’Union européenne

OPINION : l’Allemagne s’est attelée à détériorer méthodiquement la compétitivité énergétique et industrielle de ses voisins européens, et notamment celle de son partenaire privilégié, la France.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Énergie : l’Allemagne attaque la France et menace l’Union européenne

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 17 juin 2021
- A +

Par Christian Harbulot et Michel Gay1.

Un excellent document de l’École de guerre économique, publié en mai 2021, révèle les manipulations révoltantes de l’Allemagne à Bruxelles pour défendre ses choix énergétiques douteux et ses intérêts industriels aux dépens de l’Union européenne (UE), et notamment de la France.

Ce texte décortique clairement comment l’Allemagne tente d’affaiblir durablement la France et l’UE dans le domaine de la production d’énergie en s’opposant au nucléaire et en imposant des énergies renouvelables intermittentes (EnRI) ainsi que le gaz.

Bravo l’Allemagne !

L’Allemagne a su brillamment faire prévaloir ses intérêts aux dépens de certains États membres de l’UE en instrumentalisant des acteurs de la société civile investis dans le débat sur l’environnement, et en manipulant les esprits derrière une moralisation de façade sous couvert de transition écologique ou énergétique.

Joschka Fischer, ancien Vice-Chancelier et ministre des Affaires étrangères allemand entre 1998 et 2005, déclarait en 2008 au magazine allemand Der Spiegel :

Jusqu’à présent l’Europe était le projet central de la politique étrangère allemande – ce qui était bon pour l’Europe, était également bon pour l’Allemagne, et vice-versa. Mais les gouvernants actuels voient de plus en plus l’Europe comme une simple fonction de la politique de défense des intérêts allemands. Il y a là un risque qui n’est pas mince pour l’Europe, mais aussi avant tout pour l’Allemagne.

L’Allemagne qui tente vainement de tenir ses engagements sur la réduction de ses émissions de CO2 sans le nucléaire, a décidé de faire cavalier seul. Elle s’est attelée à détériorer méthodiquement la compétitivité énergétique et industriel de ses voisins européens, et notamment celle de son partenaire privilégié, la France.

En effet, son choix de développer massivement des EnRI, notamment éoliennes et solaires, met en péril sa propre compétitivité et son approvisionnement énergétique indispensables au bon fonctionnement de son économie.

Les EnRI sont peu réactives face aux variations de la demande allemande et entrainent un risque de black-out. L’Allemagne veut compenser cette situation risquée en ciblant l’importation du gaz russe, bien que polluant et émetteur de CO2, pour alimenter ses centrales à gaz (ce qui n’est pas bon pour le climat) afin de remplacer ses centrales nucléaires et à charbon.

Heureusement pour elle, ses voisins sont encore capables d’absorber ses brusques variations de productions fatales d’électricité renouvelables éoliennes et solaires.

Mais pour combien de temps ?

Le lobbying allemand

L’Allemagne exerce donc une pression sur la politique européenne afin d’assurer la pérennité de son modèle foireux sur lequel les autres pays seraient en retard, en noyautant la Commission, le Parlement européen, et les autres institutions de l’UE.

Elle a également verrouillé les quatre présidences pivots de l’UE : la Commission européenne, la Banque centrale, le Parlement, et le Conseil grâce à un discret mais puissant réseau constitué de personnalités influentes qui a fait ses preuves.

Un document de 2015 recense ainsi plus de vingt syndicats et associations représentant les EnRI allemandes (solaire, éolien, biogaz, etc.). Même des fabricants allemands d’éoliennes se trouvent jusque dans les institutions de l’UE.

En revanche, pas un seul groupement ne défend les intérêts de la filière nucléaire.

Cette omniprésence allemande menace les intérêts français et ceux des autres pays producteurs d’énergie nucléaire de l’UE : Hongrie, Pologne, République tchèque, Roumanie, Slovaquie et Slovénie.

Il est grand temps pour la France de construire un mouvement de contre-attaque en dénonçant les agissements allemands contraires à l’intérêt supérieur de l’UE, et de reprendre l’initiative en proposant avec ardeur un plan de décarbonation de l’Europe fondé sur l’énergie nucléaire décarbonée bon marché et pilotable.

La « politique européenne » de l’Allemagne sert avant tout le développement de son industrie au détriment du nucléaire bas-carbone français, dernier obstacle à son hégémonie et à sa compétitivité industrielle en Europe.

Il faut sauver l’industrie allemande !

La transition énergétique de l’Allemagne (Energiewende) est devenue un outil de leadership industriel et commercial au cœur de sa volonté de puissance.

En 1998, une coalition entre les sociaux-démocrates et les verts allemands dirigée par Gerhard Schröder adopte deux lois visant à éliminer l’énergie nucléaire en favorisant l’investissement dans les énergies renouvelables.

Après son mandat de chancelier, Gerhard Schröder est engagé en 2005 par la société russe Gazprom au sein de laquelle il préside le conseil de surveillance du consortium germano-russe chargé de la construction et de l’exploitation du gazoduc Nord Stream 2.

De plus, il est aussi président depuis 2017 du conseil d’administration de Rosneft, un autre géant Russe du pétrole et du gaz.

Et cela ne choque personne à Bruxelles ?

Cette reconversion professionnelle dans un secteur en concurrence directe avec le nucléaire de ce haut responsable politique allemand et ses liens avec la Russie ne semblent avoir éveillé aucun soupçon de conflit d’intérêt à la chancellerie allemande. Ses actions ont même été accélérées (notamment la validation du projet de gazoduc Nord Stream 2) juste avant la fin de son mandat sans émouvoir personne à la Commission européenne !

En 2000, la loi sur les énergies renouvelables (EEG) a permis de garantir un prix de vente élevé permettant de favoriser la filière des EnRI au détriment des particuliers allemands dont la facture d’électricité explose, tout en limitant l’augmentation pour l’industrie allemande afin qu’elle reste compétitive.

L’égoïsme stratégique pour assurer le succès de l’Allemagne

Les États voisins de l’Allemagne constituent donc une soupape de sécurité de son Energiewende en absorbant ses brusques variations afin de réguler l’instabilité de la production d’électricité allemande de plus en plus issue de ses EnRI.

Cette politique dangereuse ne fonctionne que grâce à ce déséquilibre en faveur de l’Allemagne et pourrait aboutir à une pénurie, voire à une panne généralisée (black-out) comme le souligne Dominique Finon (CNRS) :

Pour le moment, les pays européens contrebalancent en exportant/important de l’électricité de leurs voisins, mais le jour où l’un de ceux-ci connaît une baisse subite de production, c’est l’ensemble de l’UE qui risque le black-out.

Les États voisins sont condamnés à subir cette politique énergétique allemande qui nécessite de modeler l’Europe de l’énergie pour défendre les intérêts allemands.

Or, la politique européenne de l’énergie est une compétence partagée entre l’UE et les États membres qui disposent in fine du dernier mot concernant leur mix énergétique (article 194, alinéa 2 du Traité de Lisbonne de 2007).

Cependant, les États doivent respecter l’engagement de l’UE de parvenir à la neutralité carbone d’ici 2050. Dans cet objectif, l’Allemagne a donc fait le choix d’influencer les institutions européennes selon ses intérêts en se posant comme leader, via trois orientations :

Soutenir le développement des interconnexions électriques entre États européens

L’Allemagne doit pouvoir exporter son électricité et compter sur ses voisins pour assurer sa propre consommation les soirs sans vent afin de garantir la prospérité de son industrie.

La libéralisation du marché européen de l’énergie doit favoriser la suprématie du modèle allemand

Celui-ci compte principalement quatre énergéticiens (E.ON, RWE, EnBW et le suédois Vattenfall) et met en danger celui de ses partenaires. Cette orientation plus favorable aux petits acteurs affaiblit la position dominante des grands énergéticiens étrangers comme EDF. Le principal argument avancé en faveur de cette libéralisation (baisse des prix de l’électricité), s’est finalement révélé faux : le prix de l’électricité a connu une augmentation importante pour le consommateur européen qui subventionne les éoliennes et les panneaux photovoltaïques par milliards d’euros.

La vampirisation des fonds européens

L’Allemagne bénéficie de subventions de la Banque Européenne d’Investissement (BEI) sur les énergies reconnues comme vertes par Bruxelles. L’énergie nucléaire n’émettant que peu de CO2, elle permettrait à l’UE d’atteindre son objectif de neutralité carbone à l’horizon 2050.

Donc la France, la Hongrie, la Pologne, la République tchèque, la Roumanie, la Slovaquie et la Slovénie avaient souhaité que l’atome bénéficie également de cette fiscalité avantageuse.

Mais Berlin s’est s’empressé de tuer dans l’œuf cette demande en arguant de l’absence de risque zéro en matière de gestion des déchets nucléaires. L’Allemagne favorise ainsi son modèle de production électrique fondé sur l’éolien et le solaire en excluant des subventions ses « partenaires » européens ayant choisi le nucléaire. L’Allemagne est le premier bénéficiaire des finances de l’UE pour les projets consistant à assurer un « approvisionnement énergétique sûr, propre et efficace ».

 

Habilement, l’Allemagne parvient ainsi à financer sa recherche et développement (R&D) en matière d’énergies renouvelables en recevant des aides de l’UE et en empruntant à bon compte pour son industrie auprès de la BEI.

Les entreprises allemandes ayant une activité liée au secteur de l’énergie sont donc favorisées par rapport à leurs homologues français et européens.

Ainsi, des champions français de l’énergie comme EDF et Total ont reçu à eux deux en 2019 moins de la moitié de la somme reçue par la seule entreprise allemande SIEMENS.

La taxonomie verte européenne

Lancée en 2018 dans le cadre de son plan d’action intitulé « Financer la Croissance durable », la taxonomie européenne a pour objectif de pousser les acteurs de la finance vers des investissements dits durables. Elle orienterait ainsi les capitaux (privés et publics) vers des produits financiers verts, mais le nucléaire pourrait en être exclu.

Elle aurait déjà dû être actée mais sous la pression du redoutable forcing allemand, une véritable guerre d’influence se déroule à Bruxelles entre les États membres disposant d’un parc nucléaire et ceux ralliés à la cause allemande. Le principal point de tension est : quelles énergies seront jugées vertes et in fine éligibles aux subventions européennes ?

La réponse est désormais attendue pour 2022.

Dans cette bataille, la filière nucléaire française est menacée, tandis que le gaz russe importé par les Allemands pourrait se retrouver qualifié « d’énergie verte de transition » ! Bravo l’Allemagne !

La France a tenté de réagir par l’intermédiaire du ministre de l’Économie Bruno Le Maire, du Haut-Commissaire au Plan François Bayrou, et du Président Emmanuel Macron.

La France, la Hongrie, la Pologne, la République tchèque, la Roumanie, la Slovaquie et la Slovénie en vinrent à écrire une lettre commune à la Commission européenne en mars 2021 afin de défendre le choix du nucléaire comme énergie éligible à la taxonomie verte, tandis que le même mois, le Centre Commun de Recherche de la Commission européenne rendait un rapport recommandant de labelliser le nucléaire comme « activité verte ».

L’Allemagne possède trois entreprises dans le secteur éolien (Siemens, Enercon, Nordex) qui figurent parmi les onze premières du classement mondial 2015 des fabricants d’éoliennes.

Elle a donc tout intérêt à imposer cette source d’énergie et à affaiblir le nucléaire duquel elle s’est désinvestie. En conséquence, le lobbying allemand est actuellement sollicité dans les négociations sur la répartition de l’argent du Green Deal européen, et plus particulièrement sur la taxonomie verte.

En voulant imposer sa propre définition cynique des énergies vertes, l’Allemagne fausse intentionnellement le débat afin de conserver sa mainmise sur les finances.

Le Parlement européen avait déjà choisi d’exclure le nucléaire sous la pression de l’Allemagne en mars 2019.

En octobre 2019, le ministre français de l’Économie Bruno Le Maire déclarait :

Le nucléaire doit être maintenu dans cette taxonomie européenne et être considéré comme une énergie indispensable à la lutte contre le réchauffement climatique.

Un mois plus tard, l’eurodéputé Vert allemand Sven Giegold réagissait :

La France ne doit pas nuire à la crédibilité de la future taxonomie en poussant à l’inclusion du nucléaire.

En résumé, est considéré comme vert uniquement ce qui arrange l’Allemagne pour assurer sa mainmise sur les subventions européennes.

L’Allemagne et le gaz : talon d’Achille ou instrument de puissance ?

Pendant ce temps, les lobbyistes allemands travaillent à labelliser le gaz naturel en tant qu’énergie verte « de transition », bien qu’il soit au moins 40 fois plus polluant (490 gCO2/kWh) que le nucléaire (12 gCO2/kWh) selon le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC). Et c’est même seulement 6 gCO2/kWh en France.

De plus, favoriser cette source d’énergie (le méthane) fortement émettrice de CO2 menace l’indépendance énergétique de l’UE en raison de son importation de Russie et de Turquie par gazoduc, et aussi des États-Unis par bateaux méthaniers avec du gaz naturel liquéfié (GNL).

L’Allemagne dont le gaz provient déjà actuellement pour environ un tiers de Russie a mis en place un deuxième gazoduc (Nord Stream 2) dont l’objectif est de la relier directement par la mer à la Russie sans passer par un autre pays (l’Ukraine).

Le gaz représente aujourd’hui déjà une grande partie de la production d’électricité en Europe dont l’Allemagne souhaite devenir l’acteur économique indispensabl, le «  hub gazier » qui distribuerait le gaz russe sur le continent. Cette exclusivité lui permettrait d’imposer des taxes au passage sur son sol, remettant en cause le principe de sécurité de l’approvisionnement en énergie inscrit dans les traités européens.

L’Allemagne saborde l’Europe à son profit

Ainsi, l’Allemagne saborde les perspectives d’un nucléaire européen capable de répondre en même temps à l’objectif de neutralité carbone de l’UE d’ici 2050 et d’améliorer son indépendance énergétique pour la conduire vers une dépendance accrue au gaz russe, américains et turque. Ce comportement hallucinant constitue un grave danger pour l’indépendance stratégique de l’Europe, et notamment pour la France dont l’électricité provient à environ 70 % du nucléaire.

Piégée dans une folle fuite en avant par son refus du nucléaire, l’Allemagne sacrifie cyniquement l’idéal européen en se donnant hypocritement une image verte, en diminuant l’indépendance et la sécurité énergétique de l’UE. Les pays possédant une vision divergente de l’Allemagne sur la question du nucléaire, et donc susceptible de concurrencer sa puissance, sont systématiquement attaqués.

La France, historiquement en faveur d’une énergie nucléaire bon marché, pilotable et faiblement émettrice de CO2, semble apathique dans ce combat, tant la relation avec le partenaire allemand se révèle déséquilibrée.

Pour se sortir des contradictions de sa politique énergétique interne et maintenir la compétitivité de son industrie, l’Allemagne nuit gravement aux intérêts de l’UE, et notamment de la France, en affaiblissant durablement la production vitale d’énergie, et aussi le potentiel industriel des autres Etats membres.

L’Allemagne semble avoir détourné la devise des Trois Mousquetaires d’Alexandre Dumas en « un pour tous, tous pour moi ! »

  1. Synthèse adaptée du dossier « J’attaque » de mai 2021 de l’École de guerre économique et intitulé « Comment l’Allemagne tente d’affaiblir durablement la France sur la question de l’énergie ».
Voir les commentaires (32)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (32)
  • l’allemagne défend ses interets dans le grand jeu de connivence dans le domaine énergétique…

    il faut dénoncer la connivence, pas que les « accords » divers et variés ne soient pas de votre gout.

    les politiciens français sinon les français sont coincés..on ne peut pas prétendre vouloir diminuer la part du nucléaire… » parce que »..et se mettre à défendre le secteur ..

    la France se tire une balle dans le pied..ce que fait l’allemagne, tant que c’est « légal » au sens des accords européens ça regarde l’Allemagne..pourquoi se générait elle..??

    vous me faites penser aux gens qui veulent réformer la retraite par répartition en prétendant la rendre plus juste…

    vous parlez climat? moi je m’en fiche ou ne m’en soucie pas comme vous.. simple comme bonjour si un individu ne veut pas émettre de CO2 fossile, eh bien qu’il arrête d’acheter des produits associés à des émissions fossiles..ou diminue..

    se fixer un objectif commun en matière d’emissions c’est purement politique.. essentiellement jusque lors un jeu de redistribution.. comme le prouvent les emissions mondiales depuis tous les accords climatiques..

    • mais on a aussi une question assez simple en quoi produire notre électricité avec de l’elctronucelaire permettrait de réduire nos emissions de façon drastique..

      pour ce faire il faudrait choisir l’lectricité pour de multiples usages utilisant du pétrole.. on pense aux déplacements..
      donc construire BEAUCOUP de centrales..

      si il ya un débats sur les emissions de CO2 il est là.. ce serait d’ailleurs qu’est ce qu’on peut faire non pas pour le climat, mais pour limiter notre consommation de pétrole. N’oublions pas que le monde est avide de pétrole , toute action unilatérale d’un pays est une aubaine pour les autres.. sauf à rajouter une couche se si. façon yaka mettre une taxe mondiale sur le CO2..bah…

    • Pour calmer son caractère hégémonie inné « Il faut bombarder régulièrement l’Allemagne même sans raison valable » (attribué à Churchill).

  • Bien, et maintenant que fait on avec notre montagne de dette et l’euro, on ne peut pas sortir de l’ue, l’Allemagne a eu sa revanche et ce ne sont pas nos politocards descendants de collabos qui nous sauveront.

  • On se demande ce que fait ce fameux lobby électronucléaire français dont les é(s)c(r)ologistes nous parlent chaque fois que quelqu’un ose défendre le nucléaire.

  • l’allemagne , menace , l’allemagne attaque….avec un adverssaire aussi mou et apathique que la france , elle n’aura pas de mal à remporter le combat ;

  • le problème n’est pas l’Allemagne, le problème est la faiblesse française et la trahison de ses dirigeants.

    quand on doit mendier la moitié de ses finances, on est à la merci de son prêteur et cela prête à toutes les corruptions.

    le reste n’est que du sketch.

    l’Allemagne joue sa partition (d’ailleurs discutable pour elle-même), la France s’enfonce dans la bêtise de ses politiques hors-sol et subventionnés.

    • En même temps, à la force de cogner sur un de ses plus gros clients, ça risque de mal finir pour le fournisseur.

    • L’Allemagne n’est riche que des pays auxquels elle vend ses produits… Elle aura de plus en plus de mal à leur taper dessus , en continuant à faire un pied de nez au climat. A moins que le climat ne soit qu’un leurre pour gogos, et que chine, US, Inde , Allemagne, Japon ne soient d’accord pour continuer l’enfumage, en sachant qu’il n’existe que pour les autres…

    • Tout à fait d’accord avec breizh, le problème de la France est bien la trahison de nos élites ainsi que notre complexe d’infériorité vis à vis des Allemands.
      Marc Bloch décrivait déjà ce sentiment dans « l’étrange défaite »
      J’espère que la campagne de 2022 abordera ces sujets cruciaux mais j’en doute.

    • Cette fois nous sommes bien d’accord…

  • Ne pas oublier que la destruction du nucléaire civil entraîne la disparition de l’indépendance stratégique de la France car les réacteurs civils français produisent du plutonium de qualité militaire. Et ça crédibilise l’abandon de son siège au conseil de sécurité par la France au profit de l’UE ou le partage de celui-ci avec l’Allemagne. Par ailleurs la politique énergétique et environnementale de l’UE ne repose sur rien puisque le CO2 n’a pas d’influence sur le climat au delà de 300 ppm et que depuis février 2020 la température moyenne de la terre baisse alors que le CO2 continue à monter (cf. le site des climatoréalistes)

    • Non, les réacteurs REP actuels ne sont pas adaptés pour produire du PU militaire.
      Le seul lien entre le nucléaire civil et militaire est le partage de certaines infrastructures (stockage dechets…).

  • « quelles énergies seront jugées vertes? »

    On finira bien par se rendre à l’évidence que l’énergie la plus « verte » est celle qui produit du CO2, stimule la croissance végétale, ne réchauffe en rien la planète et reste relativement abondante: les hydrocarbures fossiles ou minéraux.

    Je me demande si ce n’est pas aussi la carte que joue l’Allemagne avec son gaz russe.

    • à part le nucléaire, le gaz reste la plus « propre » facilement (peu de transformation).

      • Plus propre que le charbon, quand je vois l’état de ma poêle sur un réchaud à gaz, j’ai de gros doutes.. Bon on ne cuisine plus au charbon.. Et pire que le co2, le Co.. Aie aie, on ne s’en sortira pas… Sans le nucléaire.

      • Si vous tenez compte des fuites de gaz lors de l’extraction, du torchage, des difficultées de transport… l’ecart avec le charbon en matière de GES est bien moindre que ce que raconte les politiciens …

        Mais en politique, l’important, c’est ce ce que croient les gens… La Verité, ils s’en foutent royalement…

    • La doxa officielle actuelle est de « réduire le CO2 coûte que coûte ». À ce titre, valider le gaz comme « énergie verte » et exclure le nucléaire, à rebours des rapports du GIEC, c’est juste se foutre de la gueule du monde.
      Et attention, quand je parle du GIEC ici, j’en parle comme de l’instigateur et de la raison principale pour laquelle cette « transition énergétique » serait indispensable. C’est indépendant de ce qu’on peut penser sur la culpabilité du CO2 dans le « changement climatique ».

  • Autre titre qui conviendrait bien à cet article : la France Caliméro.
    On peut aussi subodorer dans ce texte quelque marché de dupes ou compromis foireux dont les bisounours européens raffolent et dont les cochons payeurs bien connus feront les frais.

  • Et c’est la faute des autres maintenant ?
    CPEF, vraiment.

  • Quoi de surprenant ??? l’Allemagne défend les Allemands même s’il faut un peu tricher !!! Au lieu de se plaindre nous ferions mieux de la copier c’est à dire défendre les Français avec les mêmes ruses !!! Nous sommes un peuple bavard , sans courage et perdons naturellement devant un peuple travailleur et actif !!! Nous ne pouvons que nous en prendre à nous mêmes !!! Commençons par virer les verts au lieu de leur accorder toujours plus de place ; en suite défendons notre modèle en refusant d’acheter l’électricité verte allemande produite quand nous n’en avons pas besoin et en refusant de lui fournir notre électricité nucléaire quand les intermittents sont en panne ( ce ne serait que logique : on veut du nucléaire ou on n’en veut pas !!! trop facile d’accepter quand c’est chez le voisin !!!) !!!

    • Un peu court, rappelons que dès que l’électricité est produite il faut la consommer. C’est une énergie non stockable en pratique ou alors avec des pertes énormes.

  • Mme Merkel ne fait pas allusion au charbon qu’elle utilise et qu pollue toute l’Europe.

  • C’est étonnant comment on peut jouer les funambules en matière de stratégie géopolitique intra et extra-européenne à cause de lobbies allemands.

    Il serait temps soit de revoir le fonctionnement de l’Europe, soit de la quitter comme les Anglais qui ont tout compris eux !

  • Attendons que les Belges débranchent des centrales nucléaires et les allemands une ou deux.
    Il y aura bien un hiver très tendu, et avec un peu de « bol » les délestages ne se feront pas bien et on aura un superbe blackout pendant une semaine.

    De quoi remettre les idées en place.

  • La question de base est: pourquoi nous laissons-nous manipuler ainsi par l’Allemagne alors que les intentions de ce pays sont claires comme de l’eau de roche ? Avons-nous donc des dirigeants, des représentants à ce point nuls, ou sont-ils tout simplement achetés ? Tout cela est tellement gros que je suis obligé de me frotter les yeux: rêvé-je ?

    • « Avons-nous donc des dirigeants, des représentants à ce point nuls,  »

      Vous devez pas regarder souvent la TV ou lire les journaux…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Boris Johnson ayant assuré son poste pour l'instant, l'attention se porte à nouveau sur le bras de fer en cours entre le Royaume-Uni et l'Union européenne. Le mois dernier, le gouvernement britannique a publié ses plans pour modifier la section Protocole de l'accord de Brexit. L'objectif est de faciliter la circulation de certains biens entre la Grande-Bretagne et l'Irlande du Nord. L'UE s'y oppose, car elle affirme que cela enfreindrait le droit international.

La première question est de savoir si les députés bloqueront cette mesure. ... Poursuivre la lecture

union européenne
1
Sauvegarder cet article

Comme si souvent, l’Union européenne vient de démontrer encore une fois son manque de connexion avec la réalité et sa préférence avant tout pour la communication politique. Étant donné les circonstances actuelles dans lesquelles se trouve l’Ukraine – sa lente mais inéluctable défaite militaire et son économie en chute libre – que fait alors l’Union européenne ?

 

Un geste politique

Est-ce qu’elle fait ce qui aurait été le plus logique, le plus humain et le plus à même de limiter des victimes et des dégâts ultérieurs en Ukra... Poursuivre la lecture

La semaine dernière, l’Allemagne a annoncé la relance de ses centrales à charbon suite aux risques de rupture d’approvisionnement en gaz par la Russie. Présentée comme temporaire, cette solution paraît pourtant irrémédiable depuis la décision de fermeture progressive du parc nucléaire allemand par les sociaux-démocrates il y a près de 20 ans - et accélérée par Angela Merkel suite à l’accident de Fukushima en 2011.

Aujourd’hui, l’Allemagne pâtit donc d’une décision idéologique animée par un principe de précaution sans la moindre base ra... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles