Ni confinés, ni libérés : l’opaque « troisième voie » d’Emmanuel Macron

Emmanuel Macron nous offre une application sanitaire de la rhétorique qui l’a fait élire. Un équilibre qui se fait malheureusement au détriment de la liberté.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Screenshot_2020-12-23 (1) Emmanuel Macron positif au Covid-19 et placé à l'isolement AFP - YouTube - https://www.youtube.com/watch?v=FOOAoUlryyk

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Ni confinés, ni libérés : l’opaque « troisième voie » d’Emmanuel Macron

Publié le 26 mars 2021
- A +

Par Jonathan Frickert.

« Cachez ce confinement que je ne saurais voir », aurait pu s’écrier Molière s’il avait été un de nos contemporains, tant la communication gouvernementale semble plus proche de Tartuffe que d’Orgon.

Cette communication tartuffienne, le gouvernement en a ces derniers jours montré toute l’étendue. Le week-end dernier, la publication de l’attestation de déplacement pour les 16 premiers départements reconfinés a provoqué l’hilarité des réseaux sociaux tant sa rédaction faisait montre d’une complexité bureaucratique aussi caricaturale qu’inutile.

Une complexité à laquelle s’ajoutent des slogans vides voire totalement contradictoires, à la manière du spot partagé par Olivier Véran sur Twitter le 9 mars dernier montrant une personne âgée vaccinée retrouvant ses petits enfants sans masque ni gestes barrières avant qu’un message ne s’affiche appelant au respect des règles sanitaires même une fois vaccinés.

 

Emmanuel Macron nous offre ainsi une application sanitaire de la rhétorique qui l’a fait élire. Un équilibre qui se fait malheureusement au détriment de la liberté.

Pas de stratégie explicite

Conscient que les restrictions sanitaires sont de moins en moins bien supportées, l’objectif affiché du gouvernement est désormais d’habituer la population à vivre avec le virus, au prix de l’incompréhension des médecins les plus informés.

Interrogé par les journalistes du Monde, le professeur de santé publique et directeur de l’Institut de santé globale de Genève Antoine Flahault admet que « le gouvernement français n’a pas de stratégie explicite : on ne sait pas où il veut aller », reléguant par exemple au rang de simple déclaration d’intention le plancher des 5000 contaminations quotidiennes fixé à la veille du deuxième confinement.

Une situation similaire à ce que connaissent plusieurs pays d’Europe rhénane, où l’entre-deux est semble-t-il également devenue une nouvelle règle d’or.

Papy et mamie dans la cuisine… encore !

Illustration concrète de cet exercice de funambulisme : les récentes déclarations du ministre de l’Intérieur au sujet des fêtes du mois d’avril.

En effet, si les fêtes de fin d’année ont déjà relevé d’un rare exercice d’infantilisation, avec les appels surréalistes de la part de Rémi Salomon à ce que « papy et mamie mangent dans la cuisine et nous dans la salle à manger », les prochaines semaines devraient connaître un épisode similaire, les trois religions abrahamiques célébrant à quelques jours d’intervalles la Pessa’h, Pâques et le début du Ramadan.

Interrogé mercredi matin par Jean-Jacques Bourdin, Gérald Darmanin a ainsi déclaré que si les offices religieux pourront bel et bien se tenir en respectant le couvre-feu ainsi qu’une distanciation physique de deux sièges dans les églises, les Français sont invités à limiter le nombre de convives lors des repas de famille.

L’invocation de la troisième voie

Difficile dans ces conditions de faire passer un message clair aux Français.

Jean Castex s’y est pourtant essayé à travers une expression bien particulière. Évoquant le désormais célèbre « freiner sans enfermer », le Premier ministre a qualifié la stratégie gouvernementale de « troisième voie », application sanitaire du « en même temps » cher à l’exécutif et curieuse formule dans la bouche d’un chef de gouvernement entouré de conseillers et de communicants connaissant le sens des mots.

Revendiqué aussi bien par les communistes anti-soviétiques que par les néo-fascistes, le concept de « troisième voie » est né d’une encyclique papale publiée par Léon XIII à la fin du XIXe siècle et invoquant une voie médiane entre socialisme et capitalisme. Dans les années 1990, la troisième voie s’est incarnée sous sa forme la plus connue avec l’élection de Bill Clinton aux États-Unis, de Wim Kok aux Pays-Bas puis de Tony Blair au Royaume-Uni. Trois chefs d’État et de gouvernement incarnant une gauche dite « moderne » et produit de l’émergence d’offre politique dite sociale-libérale, admettant les acquis de la révolution conservatrice et l’échec du marxisme quelques années après la chute de l’URSS.

En France, ce courant a été incarné dès les années 1970 par Michel Rocard puis Jean-Marie Bockel et Manuel Valls, mais il ne connaîtra son heure de gloire qu’en 2016 avec la candidature présidentielle d’un certain Emmanuel Macron porté les fameux « ni droite ni gauche ».

Une position d’équilibre qui s’est toutefois rapidement transformée en politique de la chaise musicale à la faveur de la crise sanitaire.

Troisième voie et invocations creuses

L’invocation d’une « troisième voie » se trouve donc ici vidée de son sens.

Les bilans de Clinton, Blair et Kok étaient largement positifs. La présidence Clinton s’est terminée par une baisse des dépenses publiques et le dégagement d’excédents budgétaires, les trois cabinets Blair ont continué la politique thatchérienne de réduction du poids de l’État et le mandat de Wim Kok a été fait d’assainissements des finances publiques et de créations d’emplois.

Des politiques en contradiction totale avec le bilan de la gestion sanitaire d’Emmanuel Macron, en particulier lorsqu’on tente de recycler les formules qui ont fait le succès du candidat pour mieux masquer les échecs de la politique sanitaire du président élu.

Le flou érigé en politique sanitaire par le gouvernement empêche de se projeter dans l’avenir. Un flou qui s’ajoute donc aux nombreuses restrictions imposées à la vie civile, attaquant ainsi doublement nos libertés : par les mesures gouvernementales et par l’inconsistance de ces dernières.

Prenons-en le pari immédiatement, cette stratégie ne débouchera que sur une chose : un nouveau confinement national et donc une réduction supplémentaire de notre sphère de liberté.

Voir les commentaires (23)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (23)
  • j’ai hâte de le voir partir, Macron est confus, illisible, on n’avance pas avec cet homme.. Communication à outrance, qui le perdra.. Concrètement, il est mauvais pour gérer un pays… Un vrai amateur.. Il a mis notre pays dans une très sale situation, il devra partir en 2022. Trop débutant. Inapte.

    • Bien d’accord, on ne peut pas gouverner en faisant du en même temps à gauche et à droite, en même temps confiné et dehors etc. La démagogie attrape-tout des technocrates qui n’ont aucune vision politique détruit notre pays, il n’y a plus qu’eux qui sont contents d’eux en France…

      • « En même temps confiné et dehors  » : Lors du début de l’épidémie en mars 2020 beaucoup de pays européens ont pris des mesures telles la fermeture des établissements scolaires et de commerces, mais très peu ont limité les déplacements des personnes à l’extérieur. Laisser les personnes s’aérer et faire du sport à l’extérieur à toute heure est une excellente chose.

        • Interdire au gouvernement de limiter de quelque manière que ce soit les libertés individuelles sous peine de comparution devant un tribunal d’exception serait également une bonne chose. L’idée serait de faire comparaître tout dirigeant à qui venait cette idée saugrenue devant un tribunal similaire à celui de la Montage de la Nuit (je vous laisse traduire en allemand). Le tout en faisant en sorte que ledit dirigeant ait accès à tout le confort moderne d’une cellule de 3m² non chauffée et non éclairée disposant en tout et pour tout d’un lit de paille, d’un peu d’eau et de pain sec…histoire que ce dernier ait le temps de méditer sur les conséquences de ses décisions.*

          Avec choupinet et sa clique, on est au sommet de l’hypocrisie du « responsable mais pas coupable » proné par l’éxilé de l’île de Ré ainsi que par de nombreux petits chefs…et il est grand temps que cela cesse. Libérer les gens est les énergies est la seule solution pour sortir de l’impasse dans laquelle ces funestes individus nous ont conduit.

          * je m’excuse d’avance de la violence de mon propos, mais assigner les honnêtes gens à résidence tout en faisant libérer bandits, escrocs, politiciens et autres mafieux à qui mieux mieux n’est guère acceptable dans une société dite civilisée.

          • Le problème est de savoir si nous sommes une société civilisée! A voir comment les gens vote pour n’importe qui on peut en douter! Macron et Biden sont des incompétents notoires.

      • Il fait ni a gauche ni à droite, il fait ce que quelqu’un lui souffle de faire. Une mesure de droite, une mesure de gauche, je ne vois que des incoherences, ni de droite ni de gauche, de nul part sauf qu’elles mènent toutes dans un gouffre dont on ne pourra sortir. De la a croire qu’il est la pour détruire la France…. C’est certain. Là il faut demander une analyse psychiatrique de cet individu pour tenter de comprendre ses motivations .

  •  » pour nous retrouver demain , virons ce gouvernement d’incapable « à grand coup de pompes dans le cul ajouterai-je ;

  • quand on ne veut pas la jouer modeste… seule position honnête face à l’inconnu.. ça vous revient dans la figure..

    et encore ça aurait pu être pire…en terme de bilan…
    cette épidémie devrait une excellente opportunité pour démasquer les expertes ou au moins démontrer la limite de l’exercice..

    eh non…comme pour le climat surenchère permanente…

    quel mal y a t il à gouverner à vue quand on est dans le brouillard? faut il se farcir un écueil juste pour donner illusion d’etre extralucide..

  • même tous vacciné ils trouveront des arguments pour continuer leurs mesures liberticide, il faut viré ce gouvernement.

    • La vaccination contre la grippe n’a jamais empêché des morts, seuls les soins sont actifs donc, ce vaccin est totalement inutile comme celui de la grippe d’ailleurs. Tout est entre les mains et le savoir des medecins, si on ne délie pas leurs mains , cette situation est éternelle.
      Nota, jamais nous ne pourrons vacciner tout le monde suffisamment rapidement pour contrer les mutants dé plus en plus virulents

  • Oui, qu’il parte en 2022. Le problème c’est que derrière cet amateur creux il n’y a plus qu’un vide sidéral. L’affrontement gauche – droite qui donnait l’espoir ou l’illusion d’un choix a pris fin. Avec Macron les politiciens de gauche et de droite sont au pouvoir « en meme temps ». Du coup ça y est, surtout que rien ne bouge, c’est la gamelle pour toutezétous. On va se repeindre en vert pour séduire les pastèques à gauche, et à droite on a le vortex MLP version Dyson pour aspirer les mécontents direction poubelle au second tour. Il n’y a plus de politiciens porteurs d’idées en France parce que c’est devenu inutile. Le pouvoir est désormais détenu à perpétuité par L’ENA et l’Europe de Bruxelles.

    • Il ne partira pas en 2022…il fera tout pour tomber dans une zone grise où aucune élection ne sera organisée en raison d’un variant nigériano-congolais à protéine « spike » recombinée à turbo compresseur à injection directe stratifiée de la mort qui tue. Bloquer les élections régionale et bloquer le pays en 2021 permet à Choupinet 1er de bloquer toute tentative d’organisation d’une opposition construite, comme le suggérait H16 dans l’un de ses billets précédents.

    • Le slogan TSM, Tout sauf Macron, commence à apparaître sur de multiples forums. De toute manière, quel que soit le président élu, des législatives ne sont absolument pas certaines de donner une majorité solide au pouvoir. Une chambre beaucoup plus diversifiée permettrait peut-être de refaire de la politique, de définir un programme solide et de rendre du pouvoir ou du contre-pouvoir aux assemblées.

  • Normalement, le 1 avril, il nous reconfine avec interdiction de coller des poissons dans le dos de vos collègues et amis.
    Le 2 avril, le parlement dégouté demande la dissolution du gvt.
    Le 3 avril les chars entrent dans paris
    Le 4, notre semidieu monte au ciel.. Avec sarko one pour se refugier chez son ami Biden.
    Je rêve, mais si ce rêve ne se réalise pas on se tape le morveux et ses pom-pom girls pendant 10 ans

  • Ce n’est pas une question d’équilibre ce type veut manger sur les 2 tables et est incapable de prendre une décision sauf sur l’écologie où il est intransigeant avec ses éoliennes dont la grande majorité ne veut pas!

    • On peut toujours en installer une à l’Elysée ou au milieu de l’assemblée, avec le nombre de retournement de veste, on devrait pouvoir atteindre des vents de force 5 ou 6 🙂

    • Barbier révèle enfin le complot Covid
      Montana cite Christophe Barbier, pourtant habituellement peu critique à l’égard de Macron, qui déclare que “L’angoisse a été organisée par l’administration et le pouvoir politique pour que les gens se tiennent à carreau. Et cela a marché !”
      Pour Montana, les défilés chantants n’ayant produit depuis deux ans que des blessés et des éborgnés, sans obtenir la moindre conquête sociale, c’est plutôt une insurrection qui se profile à l’horizon.
      Oui, le pouvoir manipule bien le peuple en faisant durer cette pandémie par refus de la traiter.
      N’importe quel généraliste sait très bien qu’un simple traitement de 48 heures, prescrit dès les premiers symptômes, évite dans 99 % des cas une entrée à l’hôpital.
      Mais Macron et ses sbires préfèrent faire passer les plus grands virologues et infectiologues mondialement reconnus pour de dangereux charlatans.
      Oui, nous sommes bien soumis à une dictature qui interdit aux médecins de soigner, au mépris le plus total du serment d’Hippocrate.
      Sondages truqués, qui prétendent que le peuple adhère à la politique démentielle menée par l’exécutif.
      dehors tous ces incapables profiteurs destructeurs de la france !

  • La troisième voie existe : elle s’appelle le libéralisme.

    (La notion libérale de « ni droite ni gauche » présentant le libéralisme sur un axe différent).

    C’est en revanche totalement incompatible avec le « en même temps » qui affirme refuser le libéralisme et tente de ménager la chèvre et le chou … pour arriver nulle-part.

    La troisième voie commencerait nécessairement par un grand coup de balai dans l’administration et les « systèmes » de décision plus ou moins corrompus.

  • Le petit marquis et Gaftex ne prennent pas les Français pour des enfants mais pour des débiles profonds. C’est injurieux pour ceux qui n’ont pas voté pour Ça.

  • Macron n’est pas ni droite ni gauche ou des 2, mais de gauche et d’extrême gauche. Une sorte de Castro (pour les discours) et de Duvalier (pour les sanctions et culte de la personnalité).

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les éditorialistes commencent à s’impatienter : Emmanuel Macron n’a toujours pas nommé son Premier ministre. Jean Castex est déjà dans les cartons, plusieurs personnalités ont déjà été approchées. Les rumeurs se font et se défont au gré de l’actualité, des fuites élyséennes et des fantasmes médiatico-journalistiques. Seulement en régime hyperprésidentiel, le nom du Premier ministre a-t-il vraiment de l’importance ? Si tout est piloté de l’Élysée, qu’il soit homme, femme, ex-socialiste ou ex-LR, l’importance n’est que d’ordre communicationnel.... Poursuivre la lecture

Décidément, Emmanuel Macron nous aura administré jusqu’au bout la preuve de son ultra-libéralisme le plus décomplexé ! De quoi frémir pour la suite. Figurez-vous que jeudi 12 mai dernier, soit exactement la veille de la fin officielle de son premier mandat, lui et son ministre de l’Éducation nationale Jean-Michel Blanquer ont obligé les candidats bacheliers de la spécialité Sciences économiques et sociales à plancher sur une épreuve ouvertement acquise aux thèses libérales ! Quelle ignoble propagande !

Scandaleux, pathétique, révoltant... Poursuivre la lecture

Par Daniel Lacalle.

Les chiffres macro-économiques les plus récents montrent que le ralentissement chinois est beaucoup plus sévère que prévu et qu'il n'est pas seulement imputable aux confinements liés au Covid-19.

Les confinements ont un impact énorme. 26 des 31 provinces de Chine continentale connaissent une augmentation des cas de covid et la crainte d'un confinement de type shanghaien est énorme. Les informations en provenance de Shanghai prouvent que ces fermetures drastiques causent d'énormes dommages à la population. Des... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles