Obama vs Clinton : des politiques opposées

À l’issue de la deuxième journée de la convention démocrate, Barack Obama et Bill Clinton se sont donnés l’accolade. Pourtant les deux hommes ont mené des politiques de dépenses publiques opposées.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Obama vs Clinton : des politiques opposées

Publié le 9 septembre 2012
- A +

À l’issue de la deuxième journée de la convention démocrate, Barack Obama et Bill Clinton se sont donnés l’accolade. Pourtant les deux hommes ont mené des politiques de dépenses publiques opposées.

Par Steve H. Hanke, depuis les États-Unis.
Publié en collaboration avec le Cato Institute.

Lors de la Convention démocrate à Charlotte, Bill Clinton est venu soutenir le président Barack Obama pour son investiture à la course présidentielle. Il s’est donné beaucoup de mal pour souligner leurs similitudes, mais a oublié d’indiquer leurs divergences de vue concernant la taille que doit avoir l’État fédéral.

Quand le président Clinton a pris ses fonctions en 1993, les dépenses publiques représentaient 22,1% du PIB, et quand il a cédé sa place en 2000, la part de l’État fédéral dans l’économie était descendue à 18,2%. Comme le tableau ci-dessous le montre, durant les années Clinton, les dépenses du gouvernement fédéral en pourcentage du PIB ont chuté de 3,9%. Aucun autre président moderne n’a égalé cette performance.

Mais ce n’est pas tout. Au cours des trois dernières années du second mandat de l’ancien président, le gouvernement fédéral a généré des excédents budgétaires. Dans son discours sur l’état de l’Union de Janvier 1996, Clinton était suffisamment confiant pour affirmer avec audace que « l’ère du Big Government [était] terminée. »

Lorsqu’il s’agit d’apprécier l’action des présidents modernes sur la taille de l’État fédéral, Clinton et Obama se situent à des pôles radicalement opposés.

—-
Sur le web.
Traduction : Raphaël Marfaux pour Contrepoints.

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • ce qu’il faut savoir sur les « bons points » de Clinton (moins d’état, budget équilibré) c’est que c’était surtout du à une majorité républicaine qui mettait son veto à toutes ses propositions

    sinon lui est bien un keynésien socialiste, ce n’est pas un hasard s’il soutient Obama et Barrett.

  • Parler des baisses relatives n’est pas très pertinent.
    Les républicains et Newt Gingrich lui ont mis pleins de bâtons dans les roues pour contrer ses dépenses, et il a aussi bénéficié de la fin de la guerre froide pour baisser les dépenses et a bénéficié de la bulle dotcom.

  • Non Clinton n’est pas un socialiste.

  • Si Clinton est socialiste d’ailleurs son discourt l’illustre, de 1992 à 1994 sa politique était typiquement socialiste.

    • Il est vrai que les Républicains ont contribué aux redressement du déficit des USA durant l’ère Clinton, mais ce dernier en bon opportuniste a su aller dans leur sens pour en récolter les lauriers.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Février est le mois de l’histoire des Noirs. Il est intéressant de voir comment, malgré une oppression certaines dans plusieurs pays, notamment les États-Unis, ils ont pu maintenir leur dignité et progresser. Martin Luther King Jr. est sans doute celui qui a eu la meilleure réflexion sur les relations raciales en 1963 :

Je rêve du jour où mes enfants seront jugés pour ce qu’il y a dans leur cœur et non pour la couleur de leur peau.

Malheureusement pour lui, la couleur de la peau est tout ce qui semble importer pour les démocrat... Poursuivre la lecture

Elon Musk, PDG notamment de Space X et Tesla, ne laisse personne indifférent. Et comme toute personne avec un tel niveau de popularité, on aime s’imaginer à quoi ressembleraient ses politiques s’il pouvait en promulguer.

Elon Musk président : le positif

Il est certain qu'à l’instar de Donald Trump, ses tweets alimenteraient les medias d'informations de par leur mordant – mais aussi, pour Musk, leur classe.

Récemment, la sénatrice Elizabeth Warren – qui embrasse les wokes sans s’en cacher – et d’autres collègues se sont indignés ... Poursuivre la lecture

Par Alexis Vintray.

Les élections présidentielles américaines de novembre 2020 ont défrayé la chronique par le refus du Président sortant d'admettre sa défaite. Contestation allée jusqu'à une absence de Trump à la passation de pouvoir, une absence inédite depuis largement plus d'un siècle.

[related-post id=384333 mode=ModeSquare]Aujourd'hui encore, certains partisans de Trump et l'ancien Président lui-même continuent à promouvoir ce Big Lie (Le grand mensonge) et tentent de renverser le Président légitimement élu, et ce malgré l... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles