France, pays des droits de l’Homme ? La réalité derrière le mythe

La France, pays des droits de l’homme, aujourd’hui s’emploie à réduire à néant les droits et libertés fondamentales avec application et ténacité.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Liberté (Crédits : Alban Gonzalez, licence CC-BY-NC 2.0), via Flickr.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

France, pays des droits de l’Homme ? La réalité derrière le mythe

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 27 janvier 2021
- A +

Avec la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789, la France est devenue la patrie des droits de l’Homme, au premier rang desquels figure la liberté. La France aujourd’hui s’emploie à les réduire à néant.

Bien sûr, les politiciens continuent de brandir l’étendard de la liberté. Il suffit de lire le début du tweet d’Emmanuel Macron du 25 octobre 2020 : « La liberté, nous la chérissons »

Il n’empêche.

Le gouvernement français détruit la liberté avec application et ténacité. Bien qu’ayant dû retirer, sous la pression, son projet de loi instituant un régime pérenne de gestion des urgences sanitaires déposé le 21 décembre 2020 il n’a pas dévié d’un pouce dans sa politique liberticide.

France, pays des droits de l’homme ?

Le 20 janvier 2021, l’Assemblée nationale a adopté le projet de loi du gouvernement consistant à « prolonger jusqu’au 1er juin 2021 au plus tard l’application de l’état d’urgence sanitaire en cours. […] Sont enfin reportées au 31 décembre 2021 : la caducité des dispositions du code de la santé publique organisant le régime d’état d’urgence sanitaire. […] la fin du cadre législatif concernant SI-DEP et Contact Covid. »

L’Assemblée nationale, et plus généralement le Parlement, ne constitue pas une protection pour les Français qu’elle est supposée représenter. Elle n’offre aucune résistance à l’anéantissement de la liberté. Sous la Cinquième République, c’est une instance d’enregistrement des décisions de l’exécutif.

Un degré de plus a été franchi le 20 janvier. La chambre des députés a de facto acté sa déchéance initiée en mars avec le vote de l’état d’urgence sanitaire.

Le législatif s’efface au profit de l’exécutif réduit à un seul homme appuyé par différentes instances : Conseil scientifique, Conseil de défense, Comité analyse, recherche et expertise. Ces instances non élues n’ont de comptes à rendre à personne.

Tout ce beau monde est irresponsable puisque le destinataire de ces conseils, le président de la République seul décisionnaire, est irresponsable, sauf devant la Haute Cour et bien entendu les électeurs. Cette responsabilité devant le peuple est un leurre. Ce n’est que la loi de la majorité… électorale.

Quant au judiciaire, il veille à ce que les lois et règlements prévus soient appliqués et à éventuellement à sanctionner s’ils ne le sont pas. Que ces lois soient justes ou perverties n’est pas de son ressort. Ce n’est pas du ressort non plus du Conseil d’État, ni du Conseil Constitutionnel.

« Il est tellement de la nature de la loi de faire régner la justice, que loi et justice, c’est tout un, dans l’esprit des masses. Nous avons tous une forte disposition à regarder ce qui est légal comme légitime, à ce point qu’il y en a beaucoup qui font découler faussement toute justice de la Loi. Il suffit donc que la Loi ordonne et consacre la Spoliation pour que la spoliation semble juste et sacrée à beaucoup de consciences. » Frédéric Bastiat, La Loi (1850)

France : la démocratie bafouée

Les Français contemporains sont attachés au mot démocratie ou République qui, pour eux, sont synonymes de liberté. Les personnes amoureuses de la liberté savent que ce n’est pas le cas.

« La propriété, le droit de jouir du fruit de son travail, le droit de travailler, de se développer, d’exercer ses facultés, comme on l’entend, sans que l’État intervienne autrement que par son action protectrice, c’est la liberté » Frédéric Bastiat, Propriété et loi (1848)

Mais aujourd’hui passons.

L’article 4 de la Constitution de 1958, énonce que les partis et groupements politiques doivent respecter les principes de la démocratie.

L’article 2 de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789, reprise dans le préambule de la Constitution, précise :

Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l’homme. Ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté, et la résistance à l’oppression.

Or les politiciens attentent aux droits naturels et imprescriptibles de l’Homme et ne respectent pas la démocratie dans ses principes fondamentaux : liberté des individus, séparation des pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire. Cela s’apparente à une forfaiture dans le sens où ils violent les devoirs de leur charge.

L’article 5 de la Constitution énonce :

Le Président de la République veille au respect de la Constitution.

Le moins que l’on puisse dire est qu’il y a hiatus entre la théorie et la pratique.

La démocratie ne se réduit pas à des lois votées, en France par des Assemblées élues. Elle est aussi un principe, tout comme la liberté. Il ne faut pas reculer sur des principes ; sachant que reculer peut arriver n’importe où, même dans des pays aussi libres que la Suisse.

Qui veut noyer son chien fait en sorte qu’il contracte la rage

Le prétexte pour détruire la liberté est toujours le même et toujours aussi spécieux :

« la circulation élevée de l’épidémie de Covid-19 et de la forte pression qu’elle engendre sur le système de santé […] Selon le gouvernement, […] il est nécessaire qu’il dispose pour plusieurs mois encore de prérogatives particulières pour répondre à la crise. »

Nous l’avons déjà rappelé, l’État entretient la confusion entre la Covid et la crise dite du coronavirus.

La Covid est une épidémie, ou des épidémies pour prendre en compte les variants. Elle ne justifie pas les mesures de coercition prise par l’État. Elle est peu mortelle quand elle est gérée médicalement avec tous les moyens à disposition, en particulier les traitements précoces. Elle ne l’a pas été en France où les médecins généralistes ont été mis de côté, voire poursuivis, et où des traitements ont été interdits. Maintenant, bien des médecins ont peur de traiter. Traiter ne fait d’ailleurs pas partie du triptyque de l’État qui est de « dépister, isoler, tracer. »

La crise est engendrée par une décision politique. En France ce sont les Adresses aux Français des 12 et 16 mars 2020 et l’état d’urgence sanitaire du 23 mars 2020.

Laisser les médecins traiter précocement aurait pourtant permis d’éviter une surcharge des hôpitaux et des services de réanimation.

Remettre le nombre des services de réanimation au niveau de l’épidémie aurait été possible depuis des mois que dure le problème.

Créer une réserve en cas de catastrophe aurait aussi été possible.

Tout cela aurait coûté bien moins cher, en moyens matériels et humains, que les confinements, les couvre-feux, les restrictions de déplacements, les fermetures administratives etc. Cela aurait fait baisser la pression sur le système de santé. Cela aurait épargné des vies et évité la ruine du pays.

Cela n’a pas été fait. Il faut que ce point faible du système de santé persiste parce que l’État en a besoin. Il a besoin de la pénurie, il a besoin de la peur, pour étendre son pouvoir et restreindre les libertés.

L’État préfère enfermer plutôt que traiter en France

En vérité, l’État français demande les pleins pouvoirs et l’abolition des libertés individuelles pour faire face à une épidémie, alors qu’il l’a très mal prise en charge et aggravée en prenant, en mars 2020, des mesures liberticides, politiques et non pas médicales et mettre fin à une crise qu’il a lui même provoquée.

Malheureusement tout plie devant l’autorité centrale. Un régime au pouvoir sans limite, qui gouverne par la peur et le mensonge est un régime totalitaire. Un gouvernement qui détruit les libertés, fut-ce légalement, est totalitaire.

Le mythe de la France patrie des droits de l’Homme, mis à mal depuis déjà plusieurs années, est mort. La question qui se pose maintenant est de savoir ce que va devenir la France ? Puisque cette politique va se poursuivre, avec bientôt un troisième confinement… en attendant la suite.

« La seule chose qui permet au mal de triompher est l’inaction des hommes de bien » – citation attribuée à Edmund Burke.

Voir les commentaires (50)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (50)
  • De nombreuses personnes sont aujourd’hui censurées en France depuis leurs plateformes Facebook, Twitter, Youtube, pour leur OPINION, ou même pour un simple débat scientifique à propos du Covid. Du jamais vu ! C’est grave, c’est très grave. Selon France Soir (La minute de Ricardo – La vilaine circulaire du 24 janvier), Olivier Véran a demandé aux chefs d’établissement des ARS de dénoncer les personnes au sein de leurs établissements qui contestent l’ordre établi sur le plan politique, social… Incroyable ! Les bruits des bottes…

    • «Les bruits des bottes…» ?
      Autorisé à sortir après 18h et sans masque mais aussi avoir une attestation sur soi signifiant que vous refusez tout soin en cas de contamination et que vous acceptez d’être confiné dans une île (à Crozet ou aux Kerguelen, par ex.) afin de protéger le reste de la population qui accepte les règles (vos soit-disant Bruits de bottes).

      • Je suis prêt à signer sans pb une attestation déchargeant l’État de son obligation de me soigner si c’est pour recouvrer ma liberté : votre existence de bulot attaché à sa petite santé comme à son rocher ne m’intéresse pas. Maintenant, vous me menacez en plus de déportation… Décidément, vous aimez ça, le bruit des bottes !

      • @Jean-M64
        Bonsoir,
        Il paraît que la « Santé » est un droit de chacun nous dit-on. Donc quelqu’un quelque part la doit à chacun. Tout les habitants de France ayant un revenu et payant une taxe et/ou un impôt y a droit. Ce droit, il a un coût : 242 milliards pour le ministère de la Santé, pour qu’on s’entende dire que si on ne veut pas respecter les règles bicéphales, on n’aura pas à être soigné, et que pour désasphyxier le système de soin « le meilleur du monde », il ne faut pas aller à l’hôpital, rester chez soi, car même les médecins généralistes n’ont pas la capacité de traiter cette seule maladie.
        Accuser quiconque de contamination (ce qui resterait à prouver, et je pense que ce serait coton) donc d’être un danger pour autrui, sans pouvoir le prouver au préalable est un des prémices de la déportation, fait de vous le porteur de bottes.
        Pour rappel, il y a quelques mois, la stratégie était d’arriver à l’immunité collective.. tout en fermant les lieux privés accueillant du public, ainsi qu’en portant des masques obligatoires prémunissant contre la transmission du virus.
        D’ailleurs cous parlez de soins, mais du point de vue gouvernemental, point de soins.

    • Interdire une plate forme privée de faire ce qu’elle veut, « vaudrait » la censure..

      A la seconde où les gens se rendent compte que ce ne sont pas des plateformes politiquement neutres, elles perdent AUSSI des source de revenu..

      quest ce qui distingue l’humanité d’ajourdh’ui de la pravda d’hier? sinon le lien politique gouvernement..

      c’est à ce niveau que se situe le problème.

      je me suis retrouvé un jour sur un site où l’auteur disait clairement je supprime les commentaires qi ne sont pas de mon avis.. je n’ai pas crié censure…

      le monopole de tweeter ou facebook est circonstanciel.

      • contentez vous de dire la vérité…ces plateformes ne sont pas objectives ou neutres.
        vous leur rendez service en étant « choqué « quelles « censurent ».
        Elles montrent leur visage politique.

        • C’est bien le problème: le statut de simple hébergeur leur évite d’assumer les conséquences de ce qui est dit sur leur plateforme. Si au contraire ils choisissent ce qui doit y apparaitre ou non, c’est qu’ils portent caution à ce qui apparait et ont une part de responsabilité.
          Ce n’est qu’une question de temps pour que qqch soit censuré sur ces plateformes et qui aura des conséquences négatives. Je me demande bien ce qui se passera quand aux qqn portera plaine car il n’était pas au courant de qqch qui lui a causé du tord parce qu’il était censuré par eux.

          • @titi
            Bonsoir,
            La responsabilité et les conséquences de ce qui est écrit relèvent uniquement de celui qui l’écrit. Cela ne devrait pas être imputé à l’hébergeur d’un site qui permet la diffusion d’idées, d’opinions. Hébergeur qui a tout droit de supprimer tout commentaire qui lui déplaît : les commentateurs sont ses hôtes, ses invités qui sont chez lui. Mais tout comme la propriété privée est attaquée pour qu’elle disparaisse, c’est la même chose pour les hébergeurs.
            Nous sommes en plein dans la criminalisation de la pensée, donc du contrôle de la liberté d’expression.

    • Pour nos médias bienpensants, France Soir est un site complotiste…. ?
      NB : est un complotiste tout individu qui ne pense pas comme tout le monde. (revoir le sketch de Fernand Raynaud : forcément, il n’a pas la même gueule que tout le monde)

    • leurs patron gauche caviar et droit de l’hommisme

  • Le statut, j’ai bien dit le statut et non le service public a obéré les Droits de l’Homme et du Citoyen. Tous les hommes naissent et demeurent libres et égaux en Droit sauf en France

    • Liberté dans la cour de la prison et égalité dans la misère. On n’a pas encore la combinaison orange et les chaînes aux pieds, mais on y vient doucement, et de plus en plus vite! Guantánamo, La France arrive!

  • Plus d’état, moins de liberté.
    Plus d’états d’exception, moins de démocratie.
    Plus de socialisme, moins de fraternité ( remplacée par la solidarité forcée )

  • la peur et le mensonge , ça va un moment ; nombre de citoyens commencent à se poser des questions sur la soi disant dangerosité du covid ; l’exécutif le sait ; il faut donc s’attendre à d’autres restrictions à notre encontre ; c’est quand la bête a peur qu’elle devient dangereuse …..

    • Oui, ils en sont à se demander si les « variants » ( novlangue pour qualifier les virus mutés) ne sont pas à l’origine d’une seconde pandémie! Des fois que l’on risquerait d’en manquer pour boucler un peu plus les portes de la prison France!

  • Le problème, c’est que les français en redemandent.
    Même ici..

    • En redemandent? Sans doute pour certains, mais pas ici ( à part les trolls de service).

      • J’ai toujours considéré que c’est le comportement pendant les crises qui permette de juger les personnes. Et bien de nombreux s’enfuient comme des lapins et se laissent tondre comme des moutons ;).

        • Hum!!!!! JUGER les personnes, ce n’est pas un terme très libéral! Comprendre les comportements me semble plus « constructif ». La fuite, quand on n’a pas l’avantage du nombre ou de la force, est un e manœuvre stratégique de survie. Quand les moutons se laissent tondre, c’est que les portes de l’enclos sont fermées sans échappatoire possible! Sachant cela, à chacun de voir où il se situe et adapter son comportement.

    • encore faudrait-il demander leur avis aux français !

      • Ah mais ils leurs demandent: voulez vous la peste ou le choléra?le score: 49%/51%. Bon ben vous aurez les deux pour le même prix!

        • @C2MR
          Bonsoir,
          « voulez vous la peste ou le choléra ? le score : 49%/51%. »
          … score des voix exprimées, pour 60% d’abstention comme lors des législatives.

  • « La liberté, nous la chérissons » en la regardant de loin comme dans un musée!
     » l’égalité, nous la garantissons »: Sauf qu’elle est hors de vos compétences ( ne fait pas partie des fonctions régaliennes).
    « la fraternité, nous la vivons avec intensité »: oui, surtout dans les banlieues émotives comme dit H16, avec des mots gentils et des kalachnikov!
    « Rien ne nous fera reculer, jamais » Voilà, tout est dit, c’est comme ça et pas autrement, on n’a plus qu’à la fermer!
    CPEF

    • » l’égalité, nous la garantissons »: Sauf qu’elle est hors de vos compétences ( ne fait pas partie des fonctions régaliennes).

      Attention à ne pas confondre l’égalité de tous devant la loi (absence de privilèges) et l’égalité de tous en matière de situation personnelle (patrimoine, revenus, etc.)

      L’égalité devant la loi est bien du ressort du régalien. C’est l’égalité de la devise de la république. C’est l’égalité de traitement par l’Etat qui n’est pas censé privilégier certains. On en est bien loin et on s’en éloigne à grand coups de discrimination positive.

      L’égalité de situation est bien différente. Elle cherche à diminuer les inégalités considérées comme des injustices. C’est l’égalité de l’Etat nounou qui veut absolument que tout le monde soit pareil, c’est tellement plus simple à administrer.

      • « L’égalité de situation est bien différente. Elle cherche à diminuer les inégalités considérées comme des injustices. »
        La voie valeur qui devrait être mise en avant à ce sujet c’est l’équité en terme de moyens, pas l’égalité en terme de résultat.
        Tout le monde n’a pas droit à avoir la même situation etc…en revanche à niveau égal , à travail chacun doit avoir accès aux mêmes moyens de réussir…

      • L’égalité dont parle Macron en sa qualité de socialiste bon teint n’est pas l’égalité de droits ( les socialos ne connaissent pas) c’est juste l’égalité dans la misère pour le peuple et l’égalité dans l’opulence des élus et les privilèges de leurs amis.

  • Encore patrie des droits de l’homme pour tous les arrivants en particulier illégaux et tous les « droits à » ,plus pour ses autochtones et encore moins pour les payeurs de tout ce cirque!

  • Depuis le début, ce pouvoir inexpérimenté, ne supporte pas la critique.
    Il est évident que les décisions sanitaires pourraient très bien être prises démocratiquement.
    Ce mode de fonctionnement permet seulement de cacher la vérité aux Français, vérité qu’ils finissent par apprendre ou imaginer.
    Ce qui alimente les fameuses « thèses complotistes » qui justifient d’autres mesures liberticides.
    Les cafouillages en tous genres n’arrangent rien et le climat devient très préoccupant.
    Nous sommes en droit d’attendre de l’opposition parlementaire un peu plus de courage.
    LR est aux abonnés absents, le sénat très discret et notre résignation est délétère.
    En attendant, on peut déjà ressortir les auto-attestations et la laisse de 1 km.
    Ce n’est plus qu’une question de jours.

  • Le maître des horloges s’est fait doubler par Delfraissy dimanche soir d’où le report de ce qui était prévu d’être annoncé aujourd’hui.
    Quant au Sénat c’est normal tous les EHPAD sont confinés!

  • Macron doit être destitué.

  • « La liberté, nous en voudrions; l’égalité, nous la subissons; la fraternité, nous y résistons avec intensité. Rien ne nous fera voter Macron, jamais »

  • La France n’a jamais été la patrie des droits de l’homme. C’est s’approprié le mérite des Anglais et des anglo-saxons. Nous n’avons fait qu’en rédiger la charte mais ne les avons pas inventés! Rappelons que la Magna Carta date de 1215, Habeas corpus de 1679 et le Bill of Right de 1689.

  • « l’electricité c’est notre avenir économisons la.. »
    « la liberté on l’adore économisons la aussi.. »

  • Il est plus que temps que la France se débarrasse de ce mythe de l’universalisme tant adulé par les Lumières. Cela l’empêche de se pencher sur ses vrais problèmes tel que son déclassement qui lui est bien universel…

  • la France est un pays d’autorisations macron…plus de libertés;.la bascule est faite..le présupposé est que ce que vous avez envie de faire est interdit..

  • « La seule chose qui permet au mal de triompher est l’inaction des hommes de bien ».

    Je pense qu’il y a trop de monde qui mange au râtelier étatique ou qui pave le chemin vers l’enfer pour trouver une action libératrice du pays.
    Faire ségrégation me semble voué à l’échec. Quitter le pays n’est pas donné à tout le monde. Faire la grève façon Ayn Rand demande la prise de conscience d’un paquet de libéraux.
    Plongé dans le bourbier irrationnel français rend difficile de trouver un chemin vers une lumière saine.

    • poser que l’ennemi est un homme de mal est dangereux..

      le mal triomphe car notamment il se drape des habits du bien..

    • « Quitter le pays n’est pas donné à tout le monde. »
      Surtout si toutes les personnes qui pourraient faire bouger les choses dans le bon sens s’en vont, la catastrophe sera encore plus inéluctable et précoce…

      • @Balthazar
        Il y a trop de monde qui veut partager l’argent gratuit des autres dans ce pays. Trop de monde dépend de cette manne, prêt à faire obstacle à ces gens qui feraient bouger les choses. Ces derniers nagent dans un quotidien irrationnel et absurde qui cache une violence pernicieuse inouïe. Quand ce verrou de la réalité qu’est l’argent, qui traduit la valeur de l’effort, sautera, pensez-vous que ce sera l’avènement d’un monde merveilleux? Des gens parlent de faire marcher la planche à billets pour résoudre tous les problèmes ou se tournent systématiquement vers l’état car « il a les moyens ». Le bon sens c’est du fascisme ou de la folie pour ces gens là.

      • Encore faut-il savoir où se rendre…

  • A l’époque, le droit de massacre républicain envers les vendéens et bretons en fait génocide, les gauchiards d’aujourd’hui en sont fiers !

  • Beh là on vient d’apprendre que l’état veut en remettre une couche en durcissant le confinement. Je me demande si ils ont des tendance suicidaires.

  • En fait, les Chinois ne sont pas si mal lotis que ça. Lorsque tu habites là bas, tu peux faire au final à peu près tout ce que tu veux, dans la limite du respect de l’état.
    Quand tu connais la règle du jeu, et que tu laisses l’état géré (de manière intelligente) ta vie, bah ça passe.
    Alors qu’en France, on te dit que tu peux tout faire sans exception, et lorsque tu as apparemment dépassé une limite (quelle limite ? Il n’y en a pas à priori), bah une exception apparaît et tu prends cher.

    • Les identitaires vont s’en apercevoir! Manifester pacifiquement est interdit dans ce pays quand tu es de droite! Surtout quand c’est pour le respect des lois de la République!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le pass sanitaire est devenu à la politique française ce que le sparadrap est au capitaine Haddock. Malgré tous les efforts du monde pour s’en défaire, il revient sous d’autres formes, à croire que le gouvernement cherche à l’imposer, quoiqu’il en coûte.

Le projet de loi qui sera présenté le 11 juillet portant sur le maintien d’un dispositif de veille sanitaire contre le covid comporte deux grands axes. Le premier maintient jusqu’au 31 mars 2023 les traitements informatiques SI-DEP et Contact Covid, le second laisse la possibilité au g... Poursuivre la lecture

Par Karel Beckman Traduit par Mathieu Chauliac, Institut Coppet.

Avant la publication par Hans-Hermann Hoppe de sa critique sans précédent de la démocratie dans Democracy The God That Failed en 2001, les libertariens ne considéraient pas l’analyse de l’idée de démocratie comme prioritaire. Il est probablement juste de dire qu’ils avaient tendance à la concevoir comme un système politique neutre, susceptible d’orienter une société dans la direction soit individualiste soit collectiviste. Les menaces représentées par le socialisme et le ... Poursuivre la lecture

Par Olivier Maurice.

C’est bientôt Noël. Mais cette année, après plusieurs décennies, voire quelques siècles mêmes de longue tradition, les États providences occidentaux ont décidé de changer de costume. Plutôt que d’enfiler le long manteau rouge et blanc, d’arborer la barbe blanche et l’embonpoint généreux, les distributeurs de cadeaux payés avec l’argent des autres ont cette année décidé de se transformer en Père Fouettard.

Sacré coronavirus !

Et sacrés citoyens ! Jamais capables de respecter les consignes qu’on leur do... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles