Préparez-vous à une servitude sanitaire prolongée

Si la société mainstream connaît ses Raspoutine, la société dissidente connaît, elle, ses Winston et Julia, d’affreux complotistes. Allons-nous vers la route de la servitude sanitaire ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Covid19 radio - All you hear and all you need to hear By: Mike Finn - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Préparez-vous à une servitude sanitaire prolongée

Publié le 22 décembre 2020
- A +

Par Christophe de Brouwer.

Nous sommes actuellement tellement bombardés d’informations anxiogènes que nous avons du mal à les suivre. Par exemple, nous sortons d’une seconde poussée épidémique et déjà elle ne serait plus seconde mais deuxième. Les suivantes sont annoncées.

Le vaccin est en vue, il est formidable et le système médiatico-experto-politique devient fébrile : il faut que cela réussisse. Mais cette réussite ne semble pas résider dans le niveau de protection acquise puisqu’on nous annonce qu’il faudra attendre l’été 2021 pour voir ses premiers effets ! C’est-à-dire le mois où logiquement les infections respiratoires aiguës sont au plus bas… Absurde.

Je passe sur les annonces quotidiennes inquiétantes de chiffres en stagnation ou même en augmentation, et pourtant, c’est l’inverse. Mais le simple fait de mettre des dénominateurs à ces chiffres les rend inacceptables pour beaucoup tant la peur est présente et déforme les réalités.

Le contrôle social sur la population

Ce qui semble importer, c’est de ne pas relâcher le contrôle social sur la population. Et pour cela il faut sans cesse entretenir l’alarme du futur par la peur du présent : nous sommes dans le scientisme astrologique.

Tous les chiffres les plus effrayants sont mis en avant. Une petite différence entre les chiffres de la veille et ceux du jour vers la hausse font la Une des journaux. L’inverse évidemment pas.

Jour après jour on nous explique que si nous relâchons notre vigilance, ce sera l’apocalypse.

Si vous osez vous interroger, vous êtes un dissident et traité en conséquence. Les chiffres de censure de Facebook montrent une augmentation vertigineuse de posts supprimés. Ceux-ci ont doublé au deuxième trimestre par rapport au premier : sept millions pour le deuxième trimestre 2020 pour une pensée ne suivant pas la ligne covidienne officielle, sur 22,5 millions toutes causes confondues, soit presque 30 %. Non seulement cela ne cesse d’augmenter mais la proportion de la censure consacrée à la covid est aussi en augmentation.

Et ce n’est pas le seul média qui utilise des outils de contrôle social d’un autre âge. Nous savons que d’autres médias mainstream font de même, à quelques rares exceptions. Les outils de référencement (google, yahoo…) suppriment également de leur référencement ce qui gêne. Le phénomène est identique pour les plateformes de référencement scientifique. Bref, les dissidents sont effacés de l’image officielle.

De plus, nous ne devons pas oublier que le premier instrument de cette nouvelle forme de censure, de mise à l’écart, ce sont les délations anonymes. Leur augmentation est-elle du même ordre de grandeur ? Sans doute.

Et pourtant les dissidents existent. Le documentaire Hold-up a recueilli des millions de vues dans le monde francophone. Il est qualifié de samizdat par Slobodan Despot (Antipresse), soulignant que ces censures tous azimuts induisaient puissamment le développement de circuits alternatifs, qu’il s’agisse de plateformes d’échanges ou de médias d’information.

Si nous prenons l’exemple du vaccin, les craintes ou même les rejets de celui-ci sont impressionnants, la moitié des Français rejettent ce vaccin à technologie génétique malgré un battage médiatique frénétique.

Nous voyons ainsi se former une nouvelle fracture dans la société entre ceux qui deviennent peu ou prou dissidents, c’est-à-dire non conformes au discours officiel. Cette frange de la population tend à augmenter au rythme de son effacement du paysage médiatique mainstream, tout comme ces innombrables citoyens qui écoutent d’une oreille, répètent ce que l’on veut entendre, mais se comportent le plus normalement possible malgré les menaces et interdictions.

Sur la route de la servitude sanitaire ?

Et puis il y a les autres, dont on perçoit mal le contour. Parmi ceux-là, se trouvent bien sûr des activistes, tout comme chez les dissidents, sauf qu’ils utilisent toutes les armes du pouvoir pour imposer leur pensée, et davantage encore leur contrôle social. Parmi les armes utilisées, celle du pouvoir scientifique. Beaucoup parlent d’ailleurs de dictature sanitaire.

Nos scientifiques mainstream, désignons-les ainsi, usent et abusent des plateaux de télévisions et de radios, des pages de journaux et autres médias aux ordres pour imposer l’unique vérité : nous devons éradiquer ce virus, le formidable vaccin est là, mais en attendant resserrons la vis des libertés pour votre bien. Il est d’ailleurs tellement formidable que la vis devra rester bien serrée même après le vaccin.

On ne sait pas pourquoi, mais de toute façon c’est toujours pour notre bien, car ce sera toujours mieux après.

Cet aréopage scientifique est mené par les plus hautes autorités.

Et pourtant, en termes de mortalité générale, véritable juge de paix de la santé publique, la poussée épidémique d’octobre-novembre est terminée, la courbe actuelle de mortalité rejoint la courbe attendue. Il en est de même pour la Belgique ou les Pays-Bas. Cette courbe a été à peine perturbée pour l’Allemagne, la Suède ou la Grande-Bretagne. Dès lors, on ne comprend plus très bien la signification de ces différents indicateurs alarmistes qui nous sont littéralement jetés à la figure.

La campagne de vaccination

La réussite du vaccin devient-elle la seule considération tenable pour un gouvernement ? Cette réussite passe-t-elle nécessairement par la proportion de la population vaccinée, plutôt que par une efficacité remise en cause même chez ses plus fervents partisans ? Le vaccin ne protègerait pas contre la contamination, mais uniquement contre les formes graves, ou peut-être l’inverse, on ne sait plus très bien. Peut-être fonctionnera-t-il moins bien chez les personnes âgées, là où les formes peuvent être graves, on ne verra ses effets que cet été, etc. De qui se moque-t-on ?

Nous sommes au tout début de la campagne de vaccination et les journaux nous rapportent déjà quatre réactions allergiques non prévues par les essais cliniques, dont l’une chez une personne sans antécédents connus, ce qui est presque dans la normalité non prévisible puisque les candidats entrés dans l’étude clinique du vaccin étaient sélectionnés. Mais même chez ces personnes sélectionnées, le nombre d’autres effets secondaires n’était pas négligeable. Et que dire de cette infirmière du Tennessee qui s’est évanouie peu de temps après l’injection devant des caméras braquées sur elle, juste au moment de prendre la parole pour vanter les mérites du remède divin.

Ce n’est pas l’objet de ce papier d’entrer dans la controverse scientifique concernant le vaccin ARN. Elle est cependant vivante et passionnante. Mais la frustration est bien là par manque de temps pour la développer, car celle-ci nécessite du recul et des approches prudentes, alors que nous nous trouvons avec des arguments à l’emporte-pièce, un camp contre l’autre, accompagnée bien souvent par des attaques ad hominem n’ayant aucune place dans le débat scientifique.

 

Comme tout groupe dissident, il a ses figures de proue, dont le niveau scientifique est d’une très grande solidité. Par exemple Sucharit Bhakdi en Allemagne, John Lee en Grande-Bretagne, Didier Raoult en France ou l’étonnant épidémiologiste John Ioannidis aux USA ; ainsi que ses martyrs, tels Jean-Bernard Fourtillan, un éminent chercheur, qui vient d’être libéré d’un internement psychiatrique pour, selon lui, avoir défendu l’idée d’une origine humaine au sars-cov-2, lié notamment à la recherche au sein de l’Institut Pasteur, ou Christian Perronne, démis d’autorité de ses fonctions de chef de service hospitalier pour ses propos dissidents, ou encore Pascal Sacré en Belgique, licencié de son emploi d’anesthésiste-réanimateur pour des motifs similaires et ce en pleine crise d’octobre-novembre. Le pouvoir covidien fait ainsi savoir que personne n’est à l’abri de ses foudres.

Mais aussi, moins mis en avant, qui cependant s’étend à mesure que les mesures liberticides et la censure prennent racine, des réseaux de travail ou culturel, plus ou moins clandestins et parfaitement désorganisés, afin de permettre la survie de ceux que la crise a durement frappés, et pas seulement en Russie, pays où on sait ce que cela signifie. Cette nouvelle société qui apparaît progressivement sous nos yeux ne disparaîtra pas d’un coup de baguette magique, elle persistera.

À la suite de mesures de censure, la migration vers des réseaux sociaux alternatifs est devenue explosive. Selon le magazine RollingStone :

La migration vers des plateformes comme MeWe et Parler est intervenue peu de temps après que Facebook et Twitter ont commencé à prendre des mesures plus agressives contre le contenu lié aux élections, comme le blocage par Twitter du partage d’un article du New York Post de source douteuse sur des fichiers trouvés sur un ordinateur portable qui appartenait supposément à Hunter Biden, une décision qui a irrité les conservateurs. – RollingStone – 12 novembre 2020

Le réseau social russe VK connaît également du succès, notamment en Europe.

De même chez nous une presse dissidente est en train de grandir et c’est fort bien ainsi car nos sociétés ont besoin de la confrontation des idées. Des plateformes alternatives de référencement scientifique existent aussi. Une sorte de contre-monde est en train d’émerger.

Alors, si la société mainstream, de plus en plus dystopique, connaît ses Raspoutine, la société dissidente connaît, elle, ses Winston et Julia, d’affreux complotistes. Seront-ils exécutés lorsqu’ils reconnaîtront leurs péchés ?

Voir les commentaires (34)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (34)
  • Modération Contrepoints : commentaire modéré pour insultes

  • « De même chez nous une presse dissidente est en train de grandir et c’est fort bien ainsi car nos sociétés ont besoin de la confrontation des idées. » C’est plutôt l’inverse – nous sommes passés d’un système où tout le monde s’exprimait sur la même plate-forme à un système où chacun s’exprime sur le média qui le renforce dans ses convictions, augmentant ainsi la polarisation de la société et le risque de dictature populiste

    • Vous oubliez que si la presse dissidente en question s’est développée, c’est justement parce que ceux défendant des idées contraires à la doxa dominante, à la « bien-pensance », se sont vu de plus en plus censurés, évincés des médias mainstream. Les dissidents n’ont pas le choix : c’est créer leurs propres médias ou se taire. La responsabilité incombe à ceux qui ont pris la responsabilité de censurer les opinions différentes, pas aux censurés.

  • Le covidisme montre sa véritable nature : un outil de contrôle et de transformation de la société, qui vise à liquider les normes du « monde d’avant ». Les mois qui viennent vont constituer l’acmé du processus, avec deux objectifs pour le pouvoir : 1/ infliger un traumatisme tel à la population qu’elle acceptera n’importe quoi pour en sortir, 2/ faire entrer dans le corpus législatif « normal » les dispositions aujourd’hui exceptionnelles qui permettront de pérenniser les mesures de réduction des libertés (confinements, restrictions de circulation, etc.).
    Quant au caractère « non obligatoire » de la piquouse, il est évident qu’il s’agit d’un mensonge (un de plus) et que cela changera rapidement.

    • Pour « la piquouse » cela change déjà avec le nouveau projet de loi qui lui conditionne l’accès aux transports en commun et à certaines activités…

      • « … la moitié des Français rejettent ce vaccin à technologie génétique malgré un battage médiatique frénétique. » En Belgique, on s’acharne en nous racontant que ce vaccin ne sera jamais obligatoire. Dont acte. Que ferons-nous si les gouvernants décrètent que pour aller au resto, au café, au stade, au spectacle, dans des endroits fréquentés ? Ils ont déjà obligé les responsables de ces endroits à noter les gens qui les fréquentent. Et s’ils les obligeaient à contrôler ? Chez nous, les chefs d’entreprises sont « invités » à demander un certificat de test négatif aux ouvriers étrangers. Que ferons-nous si les pays voisins exigent un certificat de vaccination pour entrer sur leur territoire ou si nous exigeons un tel certificat des touristes étrangers. Quoiqu’il en soit, nous sommes mal partis. Et ils trouveront, hélas la parade. La Liberté ? C’est fini : ils nous tiennent fermement en continuant à nous faire peur.

        • Non, les pieds sur terre. sauf si d’autres politiques nous sont proposées. Moins totalitaires en tout cas. Et en tenant plus de l’avis des gens, même si on ne gouverne pas comme disent certains dans la rue.

    • Entièrement d’accord avec Laurent, même s’il m’a fallu du temps pour l’admettre.
      Ma fille de 34 ans l’avait compris bien avant moi.

  • et pour ajouter la peur à la peur , l’on nous parle d’une mutation du virus , qualifié de neutre par le responsable d’épidémiologie du service russe , Alexandre Gorelov ; l’occasion est trop bonne pour certains pour semer la panique et intensifier de fait la prise de leur vaccin ; la servitude sanitaire à de beaux jours devant elle ;

    • A noter que toutes les mutations identifiées et précisément décrites par l’IHU de Marseille sont ignorées mais celle-ci qui tombe à pi dans la stratégie de la peur du gouvernement est largement commentée.

    • vous parlez de la peur de qui?
      vous avez peur?
      qui a peur? sinon le noyau dur des trouillards professionnels

      j’ai lu des titres…puis vous lisez les articles…
      « macron a frôlé la mort «  ce jeudi.. en effet alors qu’ils e rendait à un diner de travail en compagnie de je ne sais qui a croisé un corbillard rue « prends moi pour un con ».

      souligner le sensationnalisme généralisé des médias pourrait suffire.

      wow ça pourrait être vachement grave…en effet.
      ça t’inquiète? non?
      pourquoi? parce que ça pourrait etre aussi vachement pas grave.

  • En effet ce virus a un tropisme pour nos démocraties vieillissantes,peureuses,blasées,déjà surendettées ,aux valeurs oubliées avec une propriété spécifique d’appuyer sur toutes nos failles et en remet une couche avec cette mutation .
    En Chine c’est fini depuis 5 mois et on entend ,mais vous n’y pensez pas il est impossible,inimaginable,inenvisageable au pays des droits de l’homme d’appliquer les mêmes mesures dictatoriales…sauf pour les restaurants ,emblématiques de tous les secteurs sinistrés et de l’économie en général plombée pour 20 ans.
    Tous les boomers aux manettes qui ont braillé dans leur jeunesse « il est interdit d’interdire » nous en pondent à tout va,en interdisant surtout ce qui fonctionne mieux ailleurs.
    Nous préparons la 3 ième vague et le 3ième confinement post fêtes grâce au quoi qu’il en coûte,notamment pour les tests de convenance réalisés à tort et à travers…et gratuits.
    Pour les voyageurs cela devrait être payant(les îles font un carton pour les fêtes,aéroports pleins…) en GB c’est entre 150 et 200€,cela responsabilise et aide à respecter les gestes barrières.

    • Fini depuis 5 mois et ça ne revient pas? Jamais? Alors que le monde entier reste frappé par l’épidémie?
      Les mesures les plus efficaces que les Chinois savent prendre, c’est le contrôle de l’information. Le trucage de statistiques est un sport national là-bas. Si le gouvernement central ne tord pas les chiffres lui-même, les échelons locaux le font par peur d’être blâmés.
      Ne comparons pas non plus les pays pauvres avec l’Occident, de grâce. Comment peut-on croire que les dispensaires de brousse et les hôpitaux puissent tenir des statistiques fiables? En plus, il s’agit d’une maladie qui tue surtout des mourants. En Europe et aux Etats-Unis, on a choisi de tout attribuer au Covid-19. Dans d’autres pays si papi meurt en toussant, on dira qu’il est mort de vieillesse, sans forcément passer par la case hôpital.

  • Merci pour votre article, qui décrit une réalité effrayante.
    La référence aux héros orwelliens est très pertinente, il suffit de voir avec quel acharnement on traine dans la boue les professeurs Raoult et Perrone.
    Blachier a prononcé sa sentence sans appel « Ces gens là ont fait du mal à la médecine » dit-il.
    Et lui, qu’a t’il apporté à la médecine ?
    Concernant les chiffres de l’épidémie, on pourrait se réjouir d’avoir moins de 3000 patients en réa, objectif fixé par notre président.
    Mais non, la tendance est inquiétante, le nombre de cas positifs est en hausse.
    Il suffirait que personne ne se fasse tester et on aurait tout bon.
    Tout cela n’a aucun sens et même les moins complotistes se posent des questions quant à la finalité de cette crise.
    Au début, on pouvait invoquer légitimement l’incompétence de notre gouvernement mais cet argument ne suffit plus, même s’il tient toujours.
    Ce qui est encore plus inquiétant, c’est que de nombreux pays font la même chose que nous.
    J’ai peur qu’il soit trop tard quand nous aurons compris le scénario, à la fin du film.
    Nous ne pouvons pas compter sur les médias officiels qui ne sont plus que la courroie de transmission du pouvoir.
    Chaque mesure, difficilement acceptable pour les Français, est d’abord annoncée par la presse quelques jours avant les autorités.
    En ajustage, on appelle ça faire un avant trou.

    • De nombreux pays font la même chose que nous,surtout ceux formatés sur la même technostructure imbue d’elle même.
      L’Afrique pour laquelle on annonçait une catastrophe humanitaire ne s’en sort pas si mal,en tout cas ce n’est pas le scénario catastrophe annoncé.
      Une des explications données serait le système décisionnel au plus près ,au niveau du village.
      Nos énarques parisiens fiers comme des poux supplantés par les chefs de villages africains…on se marre!

      • Décision au niveau village en Afrique, désolé mais je suis mort de rire, vous n’avez jamais côtoyé ces gens. Déjà qu’ils sachent ce qu’est un virus, ensuite y a t’il qui que ce soit qui écoute le chef du village…

    • Quand Klaus Schwab (patron du forum économique de Davos) et quelques autres pointures annoncent publiquement qu’il faut profiter de cette crise pour opérer un « grand reset », on ne me fera pas croire qu’il n’y a pas, au minimum, instrumentalisation de cette épidémie par des gens pas vraiment bien intentionnés.
      Quant au Pr Fourtillan, quand on début je l’ai vu et entendu s’exprimer sur l’origine artificielle du virus, je l’ai pris pour un illuminé. En y regardant de plus près, et en écoutant les propos complémentaires d’autres pointures, je me dis qu’il a peut-être bien raison (de dire que le virus a été créé en laboratoire – dans le cadre très probable de la fabrication d’un vaccin, au départ, donc dans un objectif louable).
      Pour en revenir à Schwab et aux quelques autres tenant des propos similaires, cela explique peut-être ce qui ressemble à du mimétisme de la part des gouvernants de pas mal de pays ; les mêmes qui participent aux grand-messes du forum de Davos et autres G20, réunions à l’ONU, etc.

  • Ca y est , le virus a muté , mais les irresponsables ont tout de suite trouvé la parade
    – si le vaccin ne sert à rien , c’est parce que le virus a muté
    -s’il n’y a pas de troisième vague , c’est que le vaccin a anticipé cette mutation

    • N’avez vous pas l’imrpession que ce n’est pas comment tout acte politique se justifie?
      ça s’ameliore, grâce à moi ça se dégrade, la faute aux autres.

      Le point important est de conserver le caractère non obligatoire aux vaccins.
      Le reste est vain..
      Personne n’ a pris le soin de définir le terme de « vague » , sans doute une augmentation , mais de quoi..cas? hospitalisations? morts? personne ne semble soucier non plus que une vague sans préciser sa hauteur.. ça fait une belle jambe..

      question posée dès que fut invoquée la seconde..

      Si par un moyen ou un autre vous ,ou les circonstance, s avez entravé la marche naturelle d’une épidémie ..vous avez probablement une » vague. »..mais la question est » papa on est à combien de l’immunisation collective ..? ».

      viendrez vous faire amende honorable si le vaccin montrera une « efficacité »…. cohérente avec ce qu’on annoncé les fabricants?

      • quoiqu’on pense du covid… le fait de sortir un vaccin , même, sinon nécessairement, imparfait en ce délai..est une forme d’exploit …

        • Ou alors le vaccin était prêt en même temps que le virus ! L’un appelant l’autre ! et ainsi va le commerce et ainsi va la poltique de répression, d’empêchement, de contrainte pour mettre en place le Grand reset (le fatal grand reset) annoncé par Mme Lagarde !

          • la charge de la preuve à l’accusation… d’abord qui détenait le virus? les chinois? l’élite mondiale?
            bien donc…le vaccin est prêt depuis fin 2019…est il humain ? naturel?

            Les morts du covid sont alors juste un sacrifice de clientèle nécessaire pour promouvoir un produit dont vous semblez par la même accepter l’eeficacité déplaçant le crime sur l’idée d’une pandémie artificiellement déclenchée..??

            ou bien?

        • Une bonne fois pour toute !
          Ce n’est pas un Vaccin, c’est une nouvelle forme de thérapie Génique sur laquelle on a aucun recul sur d’éventuelles actions néfastes, effets secondaires sur nos propres gènes, qui pourraient ne se révéler qu’après des mois et des années !

          • La vaccination est l’administration d’un agent antigénique, le vaccin, dans le but de stimuler le système immunitaire d’un organisme vivant afin d’y développer une immunité adaptative contre un agent infectieux. La substance active d’un vaccin est un antigène dont la pathogénicité du porteur est atténuée afin de stimuler les défenses naturelles de l’organisme (son système immunitaire). La réaction immunitaire primaire permet en parallèle une mise en mémoire de l’antigène présenté pour qu’à l’avenir, lors d’une vraie contamination, l’immunité acquise puisse s’activer de façon plus rapide et plus forte.

            si vous voulez

  • 5x le terme « mainstream » dans un article, et « comme par hasard » le sujet dénonce la censure. Rendez-vous sur Odyssée ou Comité-Valmy pour faire vos propres recherches !
    « les journaux nous rapportent déjà quatre réactions allergiques non prévues par les essais cliniques » : diantre, la censure fait mal son boulot. Malgré son bagage académique, l’auteur semble quelque peu ignorer les probabilités d’effets secondaires indésirables.

  • La censure opérée par les gouvernements et leurs relais (en l’occurrence, les médias mainstream et les plateformes d’échanges telles FB et twitter) est très révélatrice : quand on n’a rien à cacher, quand on a des arguments à opposer, on ne censure pas.
    La censure telle que pratiquée par les susdits est le signe très inquiétant du glissement de nos pays (plus ou moins) démocratiques vers la dictature.
    Peu importe le contenu des informations censurées (sauf appel au meurtre et à la violence, qui sont condamnés à juste titre dans tous les pays, y compris démocratiques), le principe de la censure EST en soi un grand problème et devrait alerter toutes les personnes attachées aux libertés.
    La multiplication de la censure depuis quelques mois, que ce soit à propos de Covid-19 ou à propos de l’élection présidentielle américaine en dit au moins autant sur ceux qui censurent que sur les censurés. La référence à l’ex-URSS est tout à fait pertinente.

    Il me semble qu’un article consacré à ce sujet, au sujet de la concentration des médias, au sujet de leur financement, des idées de ceux qui tiennent les cordons des bourses, de leur conception de l’information, serait très instructif…

    • on peut censurer quand on est idiot … ou quand on pense être moralement supérieur..

      pas avoir des choses à cacher mais de penser que des choses doivent être cachées..dans « l’ interet collectif.. »
      la censure, la vraie! , a existé en France ..faut il le rappeler..
      l’argument était l ordre public, la décence, le secret militaire …

      est ce que c’ets moi ou n’ai je point vu des millions dans la rue pour défendre la liberté d’expression ne disant rien quand sans le même temps on inculpait les gens pour crime de « pas charlisme.. »

      Ou n’assistons pas au retour de balancier…droite établie au pouvoir usant de censure pour y rester .. gauche se trouvant circonstanciellement pour la liberté d’expression se donnant le beau role moral, puis gauche établie au pouvoir…

      • pas avoir des choses à cacher mais de penser que des choses doivent être cachées..dans « l’ interet collectif.. »

        Houla, ne seriez-vous pas en train de jouer sur les mots ? 😉

        • ben c’est comme tromper ou se tromper.

          • curieux reporche..car ce auquel on assiste n’ets pas de la « censure »…on ne jouepas sur lesmots on en modifie la définition.

            on peut lire des trucs par exemple sur contrepoints que le gouvernement ne fait pas interdire..

            le gouvernement ne supprime pas des infos
            mais déjà l’epxpression de certains opinions sont interdites, ça en est proche.

            quant à cacher des trucs on le fait tous..

            la censure repose sur l’idée que des choses ne DOIVENT pas être dites..

            non..que facebook supprime des trucs n’ets pas de la censure, il existe des médias qui ne le font pas n mieux désormais quiconque le veut peut creer une plateforme.

  • Action… réaction !
    On dirait que nos gouvernants ont passé leur scolarité au fond de la classe, près du radiateur, pour ne pas avoir assimilé ce principe élémentaire du monde physique et de la vie humaine…

  • Il y a un vrai besoin de trouver des moyens d’expression « libres » car le pouvoir a maintenant compris que sa survie était conditionnée au maintien de cette censure « bien pensante ».
    Car on est maintenant en pleine application du roman « 1984 », qu’on croyait être de science-fiction, mais qui n’était que d’anticipation. Notamment avec le « Ministère de la Vérité » qui réécrit l’histoire selon les besoins du pouvoir, afin que celui-ci ait toujours raison, dans le passé et le présent, pour faire croire que ce qu’il annonce est également vrai.
    Il faut relire ce roman « 1984 », ainsi que « Le meilleur des mondes », pour mieux analyser ce système de censure !
    Et, pour comprendre la dérive démocratique, il faut relire Tocqueville qui explique très bien la dérive naturelle des démocraties, avec un pouvoir saisissant tout occasion de monter en épingle un « ennemi » (ici le covid, mais aussi, les « gilets jaunes », Trump, le climat…) pour faire peur aux citoyens, ceux-ci en retour acceptant des réductions drastiques des libertés individuelles « en échange » d’une fausse sécurité promise par les gouvernants.
    Et il ne faut pas avoir honte d’être catalogué de « complotistes », car, comme disait Spinoza :
    « …tout traiter en cachette des citoyens, et vouloir qu’à partir de là ils ne portent pas de jugement, c’est le comble de la stupidité. » (Traité politique, VII, 27)

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Matt Hampton. Un article de la Foundation for Economic Education

 

Depuis des années, certaines personnes qui s'opposent à la censure sur les médias sociaux affirment que c'est à l'État d'y mettre fin. D'autres ont fait valoir que le marché libre est une meilleure solution que l'État, malgré le problème posé par des entreprises qui déforment le discours public.

La semaine dernière, l'achat de Twitter par le PDG de Tesla, Elon Musk, est l'exemple parfait pour illustrer que des acteurs privés peuvent apporter des c... Poursuivre la lecture

censure
0
Sauvegarder cet article

Par Ilya Fomin.

Le monde était sur le point de commencer à se remettre des pandémies, lorsque la Russie a déclenché la guerre en Ukraine. Les terribles images de villes détruites et de civils assassinés rapportées de Bucha, Mariupol, Kharkiv et bien d'autres révèlent le véritable objectif de l'armée russe : non seulement occuper une grande partie de l'Ukraine d'une manière similaire à l'annexion de la Crimée et des soi-disant "DNR" (République populaire de Donetsk) et "LNR" (République populaire de Lougansk), mais aussi créer une crise... Poursuivre la lecture

Elon Musk rachète Twitter ! L’homme le plus riche du monde s’offre ce qu’il appelle lui-même « la place publique numérique [digital town square] où sont débattues les questions vitales pour l’avenir de l’humanité. » Il y a un petit côté « moi, riche et célèbre, maître du monde » dans la façon dont s’est nouée cette affaire en quelques jours pour 44 milliards de dollars. Mais là n’est pas le reproche essentiel adressé au patron de SpaceX et Tesla.

Tout autre milliardaire plus acquis aux idées de contrôle des « discours de haine » et des... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles