Covid-19 : partout en Europe, les libertés ont reculé

Le premier chantier à ouvrir dans l’après Covid : modifier les lois fondamentales pour restituer leurs libertés aux individus.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
são paulo, onde o sonho morre preso no arame farpado (II). By: dfactory - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Covid-19 : partout en Europe, les libertés ont reculé

Publié le 15 décembre 2020
- A +

Par Thierry Afschrift.

Nous le constatons chaque jour. Les mesures édictées par les gouvernements, consistant en des confinements plus ou moins accentués, impliquent une perte, que nous espérons encore temporaire, des libertés les plus fondamentales. Mais l’inquiétude quant au sort de toutes les libertés ne se limite pas aux libéraux.

Même des organisations intergouvernementales comme l’IDEA, basée à Stockholm, promouvant la démocratie dans le monde, tire la sonnette d’alarme. Cette très sérieuse organisation, dont plusieurs États européens sont membres (Allemagne, Belgique, Espagne, Pays-Bas, Suède, entre autres), mais pas la France, publie annuellement un « Global state of democracy report ».

Le dernier de ces rapports épingle une dangereuse tendance, même dans des États démocratiques, à porter atteinte à des libertés fondamentales, y compris la liberté de la presse et la liberté d’expression, au nom de la lutte contre le virus.

Sont ainsi épinglées l’Argentine (où la désinformation prétendue peut donner lieu à une condamnation allant jusqu’à 6 ans de prison), la Pologne (où la récente campagne électorale a été restreinte sous prétexte de pandémie), ou encore la Serbie (où des journalistes peuvent être condamnés pour l’usage de « sources non officielles »).

Démocraties fragilisées

Il s’agit certes d’États où, même sans la pandémie, la démocratie est déjà fragile. Mais il faut y voir, avec ces dérives, le point extrême d’une tendance qui se développe un peu partout.

Déjà, sur plusieurs médias sociaux, il n’est pas permis de dire ce que l’on veut à propos de la pandémie. La censure veille, non seulement dans le cadre d’une douteuse lutte contre les fake news, où les plateformes et certains organes de presse se croient les seuls gardiens de la vérité, mais même certaines opinions, spécialement celles d’opposants aux mesures de confinement, finissent par être censurées.

Et tout cela ne fait que s’ajouter aux très graves entraves que les mesures de confinement impliquent, relatives aux libertés économiques, aux libertés individuelles, aussi fondamentales que le droit de circuler, mais aussi aux libertés religieuses et politiques : dans plusieurs États on a ainsi pu constater qu’on pouvait manifester pour certaines causes, mais pas contre les mesures de confinement, avec ou sans masque.

Des opposants réduits au silence

Pratiquement toujours, les États agissent dans le respect du droit positif. Il faut remarquer que les tentatives d’opposants qui saisissent les tribunaux aboutissent très rarement et que les rares décisions favorables obtenues finissent toujours par être contournées par le pouvoir.

Il en fut ainsi pour un jugement anti lockdown d’un tribunal madrilène, pour plusieurs décisions de tribunaux administratifs français censurant des interdictions édictées par les préfets.

En général, il suffit de prendre les mêmes décisions à un autre niveau de pouvoir pour qu’elles soient inattaquables juridiquement. Lorsque les tribunaux font rétablir des droits constitutionnels, comme ce fut le cas d’un récent arrêt du Conseil d’État belge pour les libertés religieuses, c’est toujours à la marge.

Cette situation n’est pas imputable aux juges qui doivent travailler avec l’arsenal législatif et constitutionnel existant. Une des choses les plus frappantes est que celui-ci permet effectivement, dans le respect du droit, de suspendre ou d’abolir les libertés les plus fondamentales.

Dans certains cas, comme en France ou en Espagne, une loi est nécessaire, tandis que dans d’autres pays, tout cela peut se faire avec une décision de l’exécutif, parfois au niveau le plus bas de la hiérarchie des normes juridiques, par exemple un simple arrêté ministériel en Belgique.

Des textes constitutionnels d’aucun secours

Il faut bien en tirer comme conclusion que la protection des droits et libertés par les textes constitutionnels, et même par la convention européenne des droits de l’Homme, est très gravement insuffisante.

Ce dernier traité permet aux États de suspendre la plus grande partie des libertés dans une situation de crise : l’article 15 permet « en cas de guerre ou en cas d’autre danger public menaçant la vie de la Nation » de déroger à presque tous les droits individuels, à la seule condition d’en aviser le secrétaire général du Conseil de l’Europe.

Il est remarquable de constater que la plupart des pays européens, à l’exception de quelques États de l’est du continent, n’ont même pas dû recourir à cette disposition, qui rappelle quelque peu la notion de « dictature » temporaire à l’époque romaine.

Au contraire, les privations de liberté que nous connaissons, allant parfois jusqu’à la quasi assignation à résidence, ont été décidées sans même avoir besoin d’invoquer l’article 15. En effet, la plupart des dispositions de la CEDH ne reconnaissent des droits individuels que sous de multiples conditions.

À titre d’exemple, la liberté d’expression, prévue par l’article 10, l’est sous condition qu’il n’existe pas une loi prévoyant « des mesures nécessaires dans une société démocratique, à la sécurité nationale, à l’intégrité territoriale ou à la sûreté publique, à la défense de l’ordre et à la prévention du crime, à la protection de la santé ou de la morale, à la protection de la réputation ou des droits d’autrui … ». Ce type d’exception est prévu par la plupart des dispositions de la convention.

De plus, aucune autorité, même pas la Cour européenne des droits de l’Homme ne se reconnaît, sauf très rares exceptions, le droit de vérifier si les mesures ainsi édictées pour déroger aux dispositions de la convention sont vraiment « nécessaires dans une société démocratique ».

Au nom du bien suprême sanitaire

Il suffit aux États d’invoquer par exemple la protection de la santé publique pour annihiler les droits les plus fondamentaux. Une lecture correcte des textes supposerait que des juges puissent vérifier si les mesures sont vraiment nécessaires à la protection de la santé publique.

Dans la pratique, en raison d’une conception étriquée de la séparation des pouvoirs, ils s’abstiennent pratiquement toujours d’effectuer cette vérification, considérant que celle-ci relève, suivant les cas, du législatif ou de l’exécutif.

Tout ceci n’est pas conforme à l’idée des droits fondamentaux que se faisaient, par exemple, les pères fondateurs de la Constitution américaine. Pour eux, le seul véritable contrat social est que dans une démocratie la majorité décide à condition de respecter les droits fondamentaux qui, eux, sont absolus.

Comme le disait Ayn Rand, « mes droits ne sont pas sujets à un vote ». Nous voyons qu’aujourd’hui, en invoquant des quantités de prétextes, dont une prétendue défense contre un nouveau virus, l’État peut transformer les citoyens en sujets soumis à des contrôles de police pour le moindre déplacement la nuit, en raison d’un couvre-feu, et aussi pour des tas de raisons le jour, y compris pour fêter Noël en famille.

C’est là le premier chantier à ouvrir dans l’après Covid : modifier les lois fondamentales pour restituer leurs libertés aux individus.

Voir les commentaires (16)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (16)
  • Ce « chantier » de protection des droits fondamentaux n’aura pas lieu, pour la bonne raison que les États n’y ont pas intérêt – et que même une grande partie des citoyens préfèrent être « protégés » par le gentil gouvernement au prix d’un renoncement aux libertés publiques.
    L’héritage libéral des deux derniers siècles vient, de mon point de vue, de recevoir un coup mortel.
    Ce recul est particulièrement dangereux sur le plan de la liberté d’expression. 2020 a montré que si on maitrise les médias, on peut faire accepter n’importe quoi aux gens. Et qu’Internet, qui avait pu passer pour une alternative, est aujourd’hui presque aussi cadenassé que le reste.

    • si on « maitrise les média  » et si on a pu faire passer dans l’opinion un certain nombre d’idées absurdes..la pensée courte est devenus la règle, la frontière entre condamnation morale et pénale s’efface, contredire est devenu une agression.

      mais tiens « maitriser les médias »…justement pas tout a fait.. et l’idée de l’existence d’un maitre des médias tend à laisser à peser que le peuple est une victime.. « c’est la faute à macron qui n’ets d’ailleurs qu’une marionnette du maitre…non..

      Il suffit de parler aux gens…ils ne défendent que LEURS LIBERTES pas la liberté de leurs opposants.

      le problème est avant tout du coté du peuple, les élites et la majeure partie des médias réagissent à cela de la pire des façons..

      • La grande majorité des médias dominants sont contrôlés soit directement par l’Etat, soit par une poignée d’individus proches du pouvoir. Les patrons de réseaux sociaux et d’agences de presse sont issus du même moule. Le « contrôle des médias » par une caste dirigeante est une réalité – et cela suffit à imposer le narratif des événements dans l’esprit de la majorité.

        • Ecoutez certaines émissions scientifiques sur France Culture…C’est clair , c’est net et c’est propre..Point…Tout le reste n’a guère d’intérêt….Mais je sais que les France quelque chose vous rebutent…

        • Le contrôle est supranational. Il se trouve juste que l’Etat françaus est totalement lié à ce pouvoir supranational.

    • «L’héritage libéral des deux derniers siècles vient, de mon point de vue, de recevoir un coup mortel.»

      La liberté de la presse puis de la radio et de la télévision n’a pas été un long fleuve tranquille partant du meilleur pour aller au pire.

      http://ldh-midi-pyrenees.org/2015/06/la-liberte-de-la-presse-en-france-depuis-la-revolution/

      J’ai envie de rester optimiste sinon, si c’est mort, autant rendre son âme.

  • Je crois que nous assistons à une regression civilisationnelle durable sur le plan des libertés individuelles.
    La liberté d’expression n’est quasiment plus défendue que par l’extrême droite, c’est dire….

    défendre les droits d’une personne, c’est devenu être adepte de ses idées ou complice de ses crimes!

    • Ce constat devrait vous conduire à vous demander si ce qualificatif d’ « extrême droite » est vraiment adapté, par qui il est utilisé, dans quel but, etc.

      • ben non je m en fiche un peu..extrême droite est un terme usuel, ça ne détermine pas si je suis d’accord ou pas avec ce qu’une personne dite d’extrême droite dit ou pense..

  • le 17 décembre devait se tenir un débat sur la politique migratoire à l’assemblé nationale…..débat qui n’aura pas lieu pour je cite :  » laisser plus de temps à l’exécutif pour présenter à l’assemblé nationale sa stratégie vaccinale … »le bien être sanitaire oui , à tout prix , la sécurité du pays peut bien attendre ….

  • Excellent article d’un excellent auteur qui réussit à surmonter le conflit d’intérêt de sa profession pour adopter le « point de vue de Sirius ».
    Bravo!

  • Toutes ces contraintes sont tellement bien acceptées que si demain le Catastrophex demande au peuple de se planter le doigt dans le fion, le seul souci des veaux sera de demander à quelle profondeur !

  • Tout à fait d’accord avec l’auteur sur le fond ; mais il se fait des idées s’il pense qu’il va être possible de « C’est là le premier chantier à ouvrir dans l’après Covid : modifier les lois fondamentales pour restituer leurs libertés aux individus. »

    Car comment et quand la Constitution américaine, citée à juste titre en exemple ici, a-t-elle été écrite ? La Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen ?… suite à des Révolutions, après que des peuples se soient soulevés pour abolir la tyrannie.
    Voyez-vous poindre, dans notre pays, une Révolution à même de conduire à une réécriture de la Constitution ?… Je crains hélas que la sentence émise par Beethoven (rappelée par GM Thermeau dans son article consacré au compositeur) : « je crois que tant que l’Autrichien aura sa bière brune et ses saucisses, il ne se révoltera pas » s’applique à nombre de nos compatriotes…

  • Vaste programme, aurait dit certain(s) !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’hôpital ? Suradministré ? La France entière l’est et pas d’hier et le positionnement très à gauche du président ne laisse rien augurer d’encourageant. Un fonctionnaire supplémentaire implique trois chômeurs de plus dans le secteur privé, selon le calcul de l’infaillible Charles Gave et j’apprends que le taux de croissance de la France bénéficie du nombre d’agents d’État, selon un énième arrangement avec les statistiques.

Au-delà d’un certain seuil largement dépassé, tout impôt supplémentaire implique travail dissimulé, chômage et exi... Poursuivre la lecture

La guerre que mène Poutine aura eu plusieurs effets directs et indirects puissants qui ne sont pas tous, loin s'en faut, de bons signes.

Si l'on peut - avec ironie - présenter maintenant Poutine comme le meilleur VRP de l'OTAN pour l'année 2022, tant sont à présent affichées les velléités de la Finlande et de la Suède d'entrer dans l'organisation internationale, on peut aussi s'inquiéter des faiblesses énormes pour ne pas dire catastrophiques qu'il a dévoilées pour le reste du continent européen, à plusieurs niveaux.

Il apparaît... Poursuivre la lecture

Alors que la France et l’Allemagne avaient trouvé mi-janvier un consensus pour inscrire à la fois le gaz et le nucléaire comme énergies dites « de transition » dans la taxonomie verte européenne, Berlin vient de faire marche arrière. L’information est tombée ce mardi sur le média Contexte confirmée ensuite par Marianne : « l'énergie nucléaire n'est pas durable et ne doit donc pas faire partie de la taxonomie » a déclaré le porte-parole du ministère allemand de l'Économie et du Climat dirigé par le Vert Robert Habeck au sein de la coalition SP... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles