Reconfinements locaux : en mesurons-nous les conséquences ?

Emmanuel Macron a choisi le « couvre-feu » pour les zones les plus touchées. Quelles en seront les conséquences ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo by engin akyurt on Unsplash - https://unsplash.com/photos/aI2YW6g-6yg

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Reconfinements locaux : en mesurons-nous les conséquences ?

Publié le 15 octobre 2020
- A +

Par Jonathan Frickert.

Nous connaissions les vents d’ouest, Jean Castex a inventé le vent d’est. Difficile de ne pas y voir l’illustration d’un gouvernement avançant à contre-courant, car après Nice et Marseille le mois dernier, les restrictions touchent désormais l’ouest du Midi. Montpellier et Toulouse sont ainsi à leur tour touchés par de nouvelles restrictions après avoir été placés en zone d’alerte maximale ce mardi.

Si hier, c’était la carte des contaminations que beaucoup scrutaient, comme les avancées de l’ennemi en temps de guerre, c’est bien l’avancée du nombre de territoires touchés par des restrictions qui frappe aujourd’hui les esprits, atteignant désormais l’ouest du pays. Des avancées qui rappellent largement les lignes ennemies des grands conflits militaires, à la manière du « nous sommes en guerre » assené en mars par le chef de l’État, alors que le pays se préparait à être confiné durant près de deux mois.

Une perspective funeste, que Jean Castex évoquait dès lundi sur France Info, et qui a été confirmée par le chef de l’État hier soir lors d’un entretien télévisé : pour tenter d’endiguer l’épidémie, Emmanuel Macron a choisi le « couvre-feu » pour les zones les plus touchées.

Difficile de ne pas s’inquiéter de ces mesures de reconfinements localisés lorsqu’on connaît leur inefficacité et surtout les conséquences d’un confinement national dont les démembrements locaux n’inspirent guère d’optimisme.

Une hésitation désormais coutumière

« On sait ce qui va se passer dans les 15 jours », a asséné le Premier ministre, quelques secondes seulement après avoir reconnu que les services de l’État ont été incapables de prédire l’ampleur de ce qui s’apparente désormais à une deuxième vague.

Ayant échoué dans sa stratégie d’endiguement associant dépistage et traçage, notamment en raison du flop complet de l’application StopCovid dont une nouvelle version sera présentée le 22 octobre, mais qu’il avoue lui-même ne pas avoir téléchargé, le Premier ministre a mené un nouveau conseil de défense et de sécurité nationale cette semaine, basé sur les données récoltées ce lundi afin de mettre en œuvre les nouvelles annonces dès ce week-end, et notamment des reconfinements localisés dans les zones les plus touchées.

Le Premier ministre a toutefois reconnu qu’il lui était impossible de restreindre les espaces privés, en particulier depuis la décision du Conseil constitutionnel du 11 mai dans laquelle les Sages ont exclu les locaux à usage d’habitation du champ des restrictions, mais pas les baptêmes, enterrements et autres événements religieux restreints sur la Côte d’Azur et qui, sans être juridiquement des espaces privés, concernent les familles dans l’intimité de leur pratique religieuse.

À l’appui de ses déclarations, Jean Castex a notamment rappelé que la crise allait encore durer plusieurs mois, tout en oubliant d’évoquer qu’il s’agit en réalité de l’objectif des autorités depuis le début de l’épidémie.

En effet, difficile de ne pas se souvenir de l’appel du gouvernement en février et mars à un comportement permettant « d’aplatir la courbe », sous-entendu de permettre de lisser dans le temps le nombre de cas afin de soulager nos services sanitaires.

Tel est bel et bien le cœur de ces restrictions que la soutenabilité de notre système de santé justifie en grande partie, sans pour autant parvenir aux résultats escomptés.

Des mesures inutiles

Parmi les mesures décidées : des couvre-feux à compter de 21 heures jusqu’à 6 heures dans les principaux foyers de contamination (la région Île-de-France et les métropoles de Grenoble, Lille, Lyon, Aix-Marseille, Montpellier, Rouen, Saint-Étienne et Toulouse), avec toujours le même ciblage des bars et restaurants, jugés responsables de nombreuses contaminations.

Pourtant, l’impact de ces lieux sur la propagation du virus n’est en rien démontré. Comme le notait le docteur en épidémiologie Pascal Crépey dans la Voix du Nord, « On n’a pas d’étude épidémiologique sur ces lieux », les études publiées se limitant à une distinction entre sphère privée et sphère professionnelle, dans laquelle les bars et restaurants sont en fin de podium, largement derrière l’industrie alimentaire et les transports, mais à quasi-égalité avec l’administration publique ou les activités sportives.

De quoi renforcer l’idée que l’équilibre entre l’efficacité sanitaire et la limitation des freins économiques et sociaux est loin d’être trouvé, renforçant l’opinion selon laquelle la seule solution est une fermeture totale de tous les lieux recevant du public. Au regard des conséquences des mesures déjà prises depuis mars, cette perspective est impossible, aussi bien moralement qu’économiquement et surtout socialement.

Des couvre-feux, pas de confinement total

Blocage des recrutements, hausse du chômage, baisse historique du produit intérieur brut, augmentation du déficit et de la dette publique qui ferait même pâlir un keynésien… si les conséquences économiques sont largement rappelées depuis six mois, d’autres effets des mesures de restriction et de confinement sont largement passés sous le tapis.

Pourtant, les conséquences sociales et psychologiques de ces limitations sont loin d’être négligeables.

Des conséquences bien comprises et notamment par le Conseil d’État. Fin mars, il a été saisi d’un référé-liberté par plusieurs syndicats de médecins qui estimaient les mesures gouvernementales trop laxistes et portant atteinte au droit à la vie. Ces organisations syndicales exigeaient un confinement total incluant une interdiction de sortie et un ravitaillement des populations.

Ce recours a été rejeté par la juridiction administrative en partie pour des questions de moyens humains et matériels à mettre en œuvre, mais également au nom de la santé. Dans son ordonnance du 22 mars, le Conseil d’État a ainsi rappelé le risque pour la santé mentale des Français que représenterait un confinement d’une telle intensité.

Une explosion de la pauvreté

En effet, le confinement ainsi que les différentes mesures de restrictions qui ont depuis suivi se focalisent sur une limitation des interactions sociales et de l’activité physique, en particulier après la polémique relative à la pratique du jogging en mars dernier.

Depuis cette époque, plusieurs études ont montré les conséquences sociales et psychologiques de ces mesures.

Il en est ainsi de l’explosion de la pauvreté dans l’Hexagone. L’économie d’un pays étant sa santé, lorsque celle-ci s’effondre, le reste fait de même. On le voit tous dans nos vies et c’est particulièrement vrai ici, puisque depuis février, un million de Français ont basculé dans la pauvreté.

Le confinement est une violence psychologique

À cette hausse de la détresse sociale succède une hausse des violences, psychologiques d’une part, avec par exemple une augmentation des revenge porn, mais également un renforcement des violences physiques et notamment du fléau des violences conjugales qui ont ainsi augmenté de 30 % à la fin du mois de mars.

Sur le plan psychologique, certains psychiatres notent les conséquences d’un isolement déjà massif chez certaines catégories de population comme les personnes âgées, d’autant plus impactées que principales victimes du virus.

Si les défenseurs de la liberté promeuvent celle-ci pour des raisons morales ou d’efficacité, la nécessité psychologique et biologique de liberté s’est manifestée encore une fois durement durant le confinement. De la même manière que l’univers carcéral, par la privation de liberté qu’il induit, crée des troubles psychiatriques notoires, la privation de liberté que constitue le confinement provoque à son tour un certain nombre de problèmes de cet ordre.

Comme le notait la psychologue clinicienne Johanna Rozenblum en juin dernier, l’obligation « de rester à domicile n’est naturel pour personne », la liberté étant un besoin pour chaque individu, et en particulier celle consistant à avoir des relations sociales.

Le confinement est en cela parfaitement antinaturel, frappant de plein fouet à la fois le besoin de liberté et celui d’être entouré.

Dans le même sens, Libération constatait le mois dernier l’augmentation des cas d’insomnie et d’épisodes anxieux liés à l’épidémie.

À cela s’ajoutent des conséquences interpersonnelles que chacun constate sans que personne ne puisse vraiment les évaluer : tous les jours, en menant tout simplement votre vie, il est possible, voire même très probable, que vous fréquentiez des personnes positives au Covid, sans naturellement qu’elles en soient conscientes.

Renforcée par les rappels récurrents du gouvernement, cela renforce l’idée qu’il faille se méfier de tout le monde. S’il est régulièrement reproché à tort aux défenseurs de la liberté de vouloir créer des individus asociaux, la réalité saute une nouvelle fois aux yeux lorsqu’on voit la société de défiance que nous prépare l’actuel gouvernement.

Un dépeçage inutile de la vie sociale

En voulant lisser dans le temps le nombre de patients en réanimation, le gouvernement procède à un dépeçage en règle de la vie économique et sociale de ce pays, avec des conséquences que beaucoup ne parviennent pas encore à mesurer.

Entre tenter d’avoir une vie normale tout en appliquant strictement certaines précautions dans nos rapports aux autres et restreindre la vie économique et sociale, le choix de gestion relève d’un choix de société sans précédent, dépassant largement les limites de l’Hexagone voire du continent européen, l’actuelle campagne présidentielle américaine se jouant aujourd’hui largement sur la question.

Dans ce sens, et à moins de deux ans de la prochaine élection présidentielle française, et si tant est que celle-ci soit maintenue au regard de la situation sanitaire du pays, la question électoraliste est loin d’être dénuée d’intérêt.

L’élection présidentielle étant affaire d’incarnation, il y a fort à parier que la cacophonie qui frappe l’exécutif soit également liée à l’image de mauvais gestionnaire collant désormais à la peau du président de la République, de la même manière que l’actuel locataire de la Maison Blanche, auparavant incarnation d’un rêve américain perdu, se retrouve désormais être celle des affres de la crise sanitaire.

Reste à savoir comment Emmanuel Macron parviendra à se débarrasser de cette image durant les 18 mois qui nous séparent de la prochaine élection présidentielle.

Voir les commentaires (44)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (44)
  • Au lieu d’être  » en mesurons-nous les conséquences », le titre de l’article devrait plutôt être : en mesurent-ils les conséquences…

  • plus il y a de restrictions , plus il y a de confinement , et plus il y a de gens contaminés ; comment les lumières qui dirigent ce pays peuvent ils expliquer ça ?….

  • J’ai eu de la fièvre hier…. Et bien non je n’ai pas fait le 15, appeler un docteur doliprane, je me suis caché dans un trou de souris,… Les français vont bientôt vivre comme les rats, cachés et ne sortant que la nuit.. D’où le couvre feu de 20h.

  • Les vacances de la Toussaint de l’APHP sont sauvées,ils vont pouvoir partir en congé quand tout le privé est asphyxié économiquement.

    • Vous dites n’importe quoi…à l’APHP il n’y aura pas de vacances de Toussaint..Et puis les morts de nos jours qui s’en préoccupe vraiment..Je vous engage à visiter les cimetières…Instructif …

  • Faut arrêter …Le confinement ou couvre feu n’est pas une violence psychologique…Notamment pour les plus agés…Il met en lumière le fait que nos agés sont de plus en plus isolés car la jeune génération vit sa vie et si possible assez loin des parents et grands parents qui du coup voient beaucoup moins leurs petits enfants..La famille a explosé dans son fonctionnement d’antan…!!! tout comme le monde rural a explosé au profit de l’urbain et du peri urbain…Les bars et restaurants resteront ouverts dans la France « périphérique »..Quant au fait que nos gouvernants savent que cela va durer…Tout le monde sait que cela va durer…Même au plus profond de nos campagnes où internet n’arrive que par intermittence mais où la radio d’antan fonctionne encore..!!!

    • Faudrait savoir,si les jeunes fortement contaminés font leur vie sans voir leurs aînés il n’y a pas de risque!
      Quant à l’Asie du Sud-est ou les rapports entre générations sont bien plus proches ou en sont ils? Plus rien…
      Europe du Sud est (Grèce,Slovénie,Croatie) font mieux que nous ,Europe de l’Est (Pologne,Hongrie…) mieux que nous aussi…Autriche,Luxembourg idem.
      et sans parler de L’Allemagne pour laquelle vous allez encore me dire qu’elle a eu la chance de ne pas avoir la réunion évangélique de Mulhouse qui a allumé la mèche dans l’est de la France en oubliant juste que beaucoup de ces participants venaient des 4 coins de l’Europe et sont repartis dont beaucoup en Allemagne sans les conséquences que nous avons eu.

      • Et plus rien dans l’Est de la France,aucub couvre feu…

      • Si les jeunes contaminés veulent faire leur vie sans voir leurs aînés, qu’ils montrent qu’ils peuvent aussi réussir sans la moindre aide de ces aînés.

        • Et que les vieux n’obèrent la vie économique des jeunes comme cela ne s’est jamais produit en France ni n’existe dans aucun autre pays à ce point.

        • Ce serait plutôt aux anciens de montrer qu’ils peuvent vivre leur vie sans les retraites par répartition prises de force sur les salaires des plus jeunes. Non ?

          • Les montants qu’ils auraient pu consacrer à des retraites par capitalisation leur ont été pris de force tout pareil. Ainsi que ceux pour payer une éducation nationale des plus coûteuses à leurs enfants, et à ceux des autres quand ils n’en avaient pas.
            Personnellement, j’ai le sentiment d’avoir payé deux fois, mais je peux effectivement me passer de la retraite par répartition. En revanche, je ne connais aucun jeune qui pourra le faire, quand la retraite aura sonné pour lui. Et le seul que je connais qui soit reconnaissant de ce que j’ai payé pour lui, ça n’est pas par le biais des impôts que je l’ai fait, mais personnellement en raison de son mérite individuel. Donc je pense avoir montré ma part de ce que vous demandez.

            • Ce n’est pas parce que les anciens ont été victimes du système que cela justifie que les jeunes soient à leur tour victimes d’eux.

              Je ne doute pas une seconde de vos qualités mais votre cas particulier ne peut résumer le cas général. Comme vous, j’ai le sentiment d’avoir déjà payé plusieurs fois et ne me fait aucune illusion sur la retraite qu’un jour, mais de moins en moins sûrement chaque jour qui passe, il sera possible d’espérer. Vu les dettes accumulées par la France, vu l’état de décomposition avancée du pays, vu les tendances démographiques, il ne faut pas se bercer d’illusions. Le pouvoir d’achat d’une retraite moyenne de base d’ici 10 ou 20 ans va s’effondrer à moins de 500 euros actuels.

              Cette foutue répartition est définitivement une arnaque perverse, la plus vaste pyramide de Ponzi jamais imaginée.

              • Et où sont les jeunes quand il s’agit de défendre le remplacement de la répartition par une capitalisation ? Du côté de ceux qui veulent taxer toute plus-value et tout patrimoine…

          • Ils ont cotisé toute leur vie pour ça espèce d’égoïste!

      • 2000 personnes qui font diffuser le virus sur qqs jours c’est different de 2 ou 3 qui rentrent par exemple en Allemagne le diffuser aussi..Dans un cas au bout de 7 jours c’est toute une ville qui tousse , dans l’autre c’est plus localisé…Et oui les allemands ont testé et isolé bien mieux que nous..Tant mieux..

  • Pas de contrôles aux frontières,plus de la moitié des cas en réa en IDF sont des cas d’importation hors métropole et DOM!

  • Pourquoi voulez vous que les gens se révoltent, ils sont sous anxio sous chomage sous perf et en plus il toucherons une prime en fin d’année. La vie est belle je trouve.

    • Quel sacrifice ? Ceux qui ne voient pas que ça multiplie les opportunités pour ceux qui évaluent correctement les risques et proposent des solutions pour les diminuer, plutôt que de se limiter à l’opposition bête et frontale aux mesures idiotes, méritaient-ils de réussir ?

  •  » l’ampleur de ce qui s’apparente désormais à une deuxième vague. »
    qui se traduit par quoi?
    en nombre de morts? non
    en degré de saturation des réa? quid par rapport à une année « normale » en octobre.
    Cette deuxième vague ressemble plus à un élément de langage qu’à la réalité si on prend la première vague comme base.

  • Euh !! une question !
    Et comment y va faire Macron pour faire respecter son couvre feu dans les quartiers dits »sensibles » ?????
    1- Marlène Schiappa avec quelques billets à momo ou toufik pour qu’ils restent chez eux ????
    2- Envoyer nos policiers fatigués, désarmés pour dialoguer avec ces bou…ses ???

    3- Envoyer l’armée pour, une fois pour toute, faire respecter la loi ???

    4- Ou ne rien faire, de peur de faire encore des « amalgames » en « maltraitant » des populations « défavorisées »

    J’ai la réponse !!

    Décidément, ce pays est vraiment foutu !

  • Voi che entrare qui, lasciate ogni speranza!
    Voilà maintenant ce qu’il faudra écrire sur toute les frontières où un étranger voudra entrer dans ce qui fut la France.
    Quand le chef de l’état dit publiquement qu’il faut abondonner la liberté, il n’y a plus qu’à fuir.

  • Ce freluquet est vraiment débile! Depuis le début de la pandémie il ne fait que des conneries. A quoi sert ce couvre feu? Strictement à rien! C’est juste pour emmerder le monde!

  • « Comment expliquer cela »

    Prise de pouvoir absolu. C’est un coup d’Etat sanitaire et climatique, en douceur.

  • Il y a eu des études aux US : les principaux lieux de contaminations sont les maisons de retraite et les chantiers. Les bars ou restau sont bien en arrière ou concernent des gens peu touchés.

    • Source ?
      Le principe du supercontaminateur, c’est de devenir contagieux dans un bar à l’occasion d’une fête dans un bar, et de refiler le truc à 50 personnes à son boulot peu qualifié de manoeuvre sur un chantier ou de balayeur dans une maison de retraite. Ensuite, il vaudrait mieux responsabiliser les super-contaminateurs potentiels que fermer les bars, mais fermer les maisons de retraite et les chantiers est du délire digne de notre gouvernement et non de ses opposants.

      • Pour trouver les supercontaminateurs, il faut tester les gens positifs au bout de moins de 20 cycles thermiques dans la PCR et non mettre dans le même sac ceux qui sont positifs à 18 cycles et ceux qui le sont à 42 cycles (donc ni contagieux ni malades). Et ensuite les isoler, bien entendu. Ce qu’a fait la Corée du sud dès…Janvier 2020.

  • Les gens attendant tout de l’Etat, cette grande fiction, ils considèrent donc que la politique est responsable de la situation.

    Une politique laissant faire, on dira alors que le gouvernement est responsable de la situation et perdra les élections.
    Une politique agissant inefficacement, on dira que le gouvernement aura empêché une situation plus grave et peut encore gagner les élections.

  • dans un pays pauvre comme la France, les limites sont atteintes, malgré le maquillage de la communication gouvernementale.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
1
Sauvegarder cet article

Pour comprendre pourquoi les hommes politiques font fausse route face à la crise, il est bon de se rappeler les thèses défendues par Friedrich Hayek. Voici 10 idées-clés de l'auteur autrichien. Par David Azerrad. Un article de l'Institut Coppet.

Inspiré d’un essai de Bruce Caldwell, éditeur de The Collected Works of F. A. Hayek, dans lequel ce dernier identifie les 10 thèmes clés de la pensée de Hayek.

1.  Les récessions sont inévitables

Des alternances de périodes de croissance économique et de périodes de stagnation ou... Poursuivre la lecture

Par Yves Bourdillon.

Imaginez.

Imaginez qu’une pandémie démarre à Vert-le-Petit (Essonne), siège d’un des trois labos P4 français. Qui croirait les explications de Paris selon lesquelles ce virus aurait été transmis naturellement à l’Homme par une perdrix ?

C’est pourtant l’exploit qu’a réussi Pékin en imposant depuis un an au monde entier le récit selon lequel le SARS Cov 2 qui provoque la maladie Covid-19 proviendrait d’une chauve-souris vendue sur le marché de Wuhan, dont le hasard voulait qu’il se trouvât à proximité ... Poursuivre la lecture

Les éditorialistes commencent à s’impatienter : Emmanuel Macron n’a toujours pas nommé son Premier ministre. Jean Castex est déjà dans les cartons, plusieurs personnalités ont déjà été approchées. Les rumeurs se font et se défont au gré de l’actualité, des fuites élyséennes et des fantasmes médiatico-journalistiques. Seulement en régime hyperprésidentiel, le nom du Premier ministre a-t-il vraiment de l’importance ? Si tout est piloté de l’Élysée, qu’il soit homme, femme, ex-socialiste ou ex-LR, l’importance n’est que d’ordre communicationnel.... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles