Le confinement nous invite à repenser et défendre nos libertés perdues

Ce confinement, plus qu’une opportunité de revenir à un repli sur soi, est une invitation à reconquérir et défendre plus que jamais les libertés perdues.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo by Zulmaury Saavedra on Unsplash - https://unsplash.com/photos/zh0J32MrJfA

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le confinement nous invite à repenser et défendre nos libertés perdues

Publié le 10 avril 2020
- A +

Par Benjamin Faucher.

Voilà trois semaines que le confinement a été décrété en France.

En l’espace de quelques jours, le quotidien des Français et celui de leurs voisins a été bouleversé. La situation aurait paru irréelle et inenvisageable il y a ne serait-ce qu’un mois. La plupart des commerces sont fermés, toutes nos activités sont interrompues, les rues sont désertes et… nous devons remplir une attestation pour le moindre déplacement, sous peine d’une amende.

Bien sûr, nous avons tous entendu le témoignage de personnes nées dans la première moitié du siècle dernier nous rappelant que « pendant la guerre, c’était bien pire ! ». Ces récits n’étaient jusque-là que de vielles histoires provenant d’un autre âge.

Mais la situation actuelle nous appelle à les reconsidérer, et l’épreuve de la privation de liberté en temps de crise est une invitation à la défendre avec plus de véhémence en temps normal.

Ceux qui nous vendent le confinement comme une occasion de « se recentrer sur ce qui compte », « revenir à l’essentiel » et se détacher de nos vies « superficielles et futiles vendues par la société néo-libérale » se trompent. Revenons sur quelques unes de ces libertés fondamentales que nous avons – provisoirement espérons-le – perdues.

Liberté économique – ou le droit de gagner sa vie

Avec la fermeture d’abord des restaurants, puis de tous les commerces considérés non essentiels, c’est toute l’activité économique du pays qui s’est ralentie.

Si certains y voient une occasion d’entrer dans une société décroissante où seules les activité économiques dites « utiles » seraient autorisées, c’est surtout une vraie bombe à retardement que nous avons créée.

Ne nous trompons pas, même si l’État prend en charge de nombreux salaires actuellement, il faudra payer. Et nombreux seront ceux qui resteront sur le carreau.

Liberté de réunion – ou le droit de stimuler ses neurones miroirs

L’impossibilité de se rencontrer physiquement nous fait comprendre à quel point le lien social est important. Si les réunions et autre apéros par écrans interposés permettent de pallier ce manque, ils n’ont pas la saveur des rencontres physiques.

Les biologistes l’ont montré, le lien physique avec l’autre active les neurones miroirs, essentiels dans les processus d’apprentissage et d’empathie.

Mais une rencontre dans un bar, un parc ou devant une machine à café, c’est aussi la possibilité de faire la connaissance de nouvelles personnes de manière impromptue et inattendue.

Liberté de circuler – ou le droit à l’errance

Avec Schengen fermé, c’est l’une des valeurs fondamentale de l’Europe qui s’est éteinte. Les étudiant Erasmus sont rentrés dans leur pays natal. Tous les vols à l’étranger ont été annulés. Les vacances à faire le tour des capitales européennes  semblent loin.

Mais avec le confinement, les frontières se sont rapprochées encore davantage. La possibilité de faire de l’exercice à un kilomètre de distance de son domicile ressemble plus à une corde attachée à un piquet qu’à une délivrance.

Pour certains, le foyer familial est devenu une prison : suite au confinement, le nombre de demandes de divorce aurait explosé en Chine, tandis que chez nous, les associations féministes craignent l’augmentation des violences conjugales.

La liberté de circuler c’est à l’échelle des pays ou de la ville, la possibilité donnée à la monade de s’arracher à la tribu, de découvrir par des pérégrinations aléatoire des opportunités inattendues.

 

Voilà ce que représente ce confinement. Plus qu’une opportunité de revenir à un repli sur soi, c’est une invitation à reconquérir et défendre plus que jamais les libertés perdues.

Voir les commentaires (10)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (10)
  • suite a la crise des gilets jaunes , on avait bien compris que le systeme politique et administratif hérité de la guerre était aujourd’hui obsolete, ou pour le moins inadapté

    On a tres bien compris que le vrai changement ne pouvait s’opérer que suite a une catastrophe sociale , guerre ou revolution.
    je n »avais pas vu arriver une pandémie mondiale, mais les résultats seront les mêmes.
    Lla récession économique dans laquelle notre pays va plonger va etre identique a un dommage de guerre.
    La reconstruction du pays ne pourra pas se faire sur les meme bases , ce n’est pas possible économiquement!
    La question suivant sera , devant l’impossibilité de l’etat a servir la rente sociale , que va t il se passer?
    je ne sais pas ,mais de grands bouleversements sont a prévoir la 5 eme republique c’est terminé

  •  » reconquérir les libertés perdues « ….ça va être coton , surtout avec un gouvernement qui profite de cette crise du coronavirus pour avancer ses pions du  » serrage de liens des citoyens « ;

    • on assiste déjà au bourrage de crâne pour que les Français acceptent le tracking, en gros c’est ça ou le confinement.

  • Libertés perdues… pas certain qu’une majorité de Français aient cette perception tant ils sont tétanisés par la peur.

    • On peut constater dans quelques pays qu’une partie de la population s’est auto-confinée avant même les décisions ou recommandations politiques. Ce fut déjà le cas pendant les grippes de 1918 et 1957 en Occident, les gens gardaient leurs enfants à la maison et n’allaient plus travailler. Dans certaines situations le basculement liberté contre sécurité est spontanée. Parfois cela est justifié (fragilité) parfois non. Encore ce non peut être alimenté par l’augmentation d’un specticisme virulent et du complotisme dans la population envers le pouvoir pendant les crises.

  • Le droit a L’Errance, c’est bien le mot qui convient pour l’état du système.
    Ou vais-je, Ou cour-je, dans quel état j’erre ?
    Sur quelle étagère se trouvaient les stocks de masques parfaitement inutile ?
    Comment l’état gère ?

  • Je ne comprends pas cette manie de considérer la « décroissance » forcément comme un fléau, une « bombe à retardement » ici.
    Déjà il faudrait s’accorder sur la signification de ce terme et comment on le mesure : si les transformations numériques des process, la baisse de la ficalité, l’amélioration des conditions de vie, etc …, entraînent mécaniquement une décroissance, alors il faut voir …
    En fait, mon intuition est que la décroissance n’est un épouvantail que pour les politiques collectivistes, et les politiques libérales devraient très bien pouvoir s’y adapter.

    • J M Jancovici , que je crois nettement moins bête que la moyenne, nous explique qu’avec moins de pétrole et de Gaz la croissance perpétuelle c’est fini . En outre le seul moyen d’ enrayer la question du CO2 et de la Bio diversité est la décroissance de la population humaine. On est donc bien condamné a trouver de nouvelle forme de gestion des Masses humaines, et il est déjà vérifié que les écolos et les socialos ne seront pas une solution.
      Celui qui vous avait mis un moins un est confiné depuis trop longtemps.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La crise du covid a amené des restrictions des libertés.

La question qui se pose est de savoir pourquoi celles-ci ont été soutenues par une partie non négligeable de la population. Contrepoints s'est entretenu avec Samuel Fitoussi qui a étudié l’économie à Cambridge et à HEC.

 

Contrepoints : Irresponsables par nature : vous revenez sur la séquence ahurissante des auto-attestations, dont les plus fervents défenseurs posaient la bêtise des Français comme un fait établi. Là aussi, la croyance des bureaucrates a donc co... Poursuivre la lecture

À Charm el Cheikh se tient actuellement la COP 27. Il y est évidemment beaucoup question du changement climatique et de ses conséquences.

Les discussions se poursuivront jusqu’au 18 novembre avec en haut de l’ordre du jour une question particulièrement épineuse : celle des compensations financières pour les dommages subis par les pays en développement.

 

Les deux plus gros pollueurs absents

Les pays en développement (dont la Chine) sont exonérés de toute contrainte relative à leurs émissions de dioxyde de carbone et ... Poursuivre la lecture

Par Christian Britschgi.

Les gouverneurs opposés aux confinements ont remporté facilement la victoire lors des élections de mi-mandat.

Dans tout le pays, les dirigeants républicains qui se sont fait connaître en s'opposant aux fermetures d'entreprises et d'écoles ont été réélus avec des marges beaucoup plus confortables que lors de leur première campagne avant la pandémie.

Lors d'un débat en octobre contre son adversaire, le représentant Charlie Crist (D-Fla.), le gouverneur de la Floride, Ron DeSantis, a déclaré :

Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles