Le principe de précaution, cheval de Troie du collectivisme

Le principe de précaution érige la peur généralisée en deus ex machina de notre époque.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Trojan Horse by a1ucard(CC BY-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le principe de précaution, cheval de Troie du collectivisme

Publié le 9 novembre 2020
- A +

Par Samuel Kohlhaas.

Quelle signification historique à la crise sanitaire que nous vivons ?

Elle marque la prise de pouvoir du principe de précaution comme paradigme dominant de notre société, en lieu et place de l’idéal d’émancipation propre aux Lumières.

Il fallait créer, libérer, il faut préserver. Préserver la vie. Quoiqu’il en coûte.

Apparu politiquement au sommet de Rio en 1992, à propos des questions de santé et d’environnement, le principe de précaution est inscrit dans la Constitution française en 2005 (via la charte de l’environnement).

Son origine intellectuelle est à chercher dans Le principe responsabilité du philosophe allemand Hans Jonas. Notons sa date de parution, 1979, qui témoigne d’une ascension fulgurante.

L’idée est de développer un nouveau principe répondant au pouvoir démiurgique inédit et destructeur de l’humanité, basé sur l’essor de la technologie. L’Homme pouvant tuer la vie, animale, végétale, la sienne propre, il lui faut créer, via ce qu’il nomme une « heuristique de la peur », une nouvelle façon d’appréhender la découverte. Celle-ci ne doit être autorisée que si son potentiel létal est connu et maîtrisé. Jonas n’est pas contre la technologie en soi mais pour son encadrement social strict.

Pour y parvenir, il évoque notamment l’hypothèse d’une « tyrannie bienveillante, bien informée et animée par la juste compréhension des choses », contrairement à la masse.

« Seule une élite peut éthiquement et intellectuellement assumer la responsabilité pour l’avenir ». D’où ses louanges pour La République de Platon, « bon antidote contre les naïvetés libérales en matière de véracité publique ».

Ce principe à la base de l’écologie politique est intrinsèquement antilibéral et liberticide. On ne peut avoir simultanément deux principes dominants. Liberté ou précaution, ordre spontané ou planification, il faut choisir.

Et le choix se fait sous nos yeux : tyrannie destinée à protéger, vérité manipulée, peur comme mode de gouvernement, censure de droits individuels élémentaires au nom du principe sacré de protection de la vie.

Le plus frappant étant cette mise en scène permanente du fossé entre élite et masse. « Relâchement », « manque de discipline », « acceptabilité » sont autant de termes expliquant la permanence du virus par l’incapacité du peuple à bien se comporter. Comprenez à obéir aux ordres.

Le mot-clé est pédagogie. Le peuple est un enfant que l’élite doit guider en permanence. Une démocratie est-elle compatible avec des citoyens-enfants ?

L’aversion au risque

À long terme, l’implication la plus évidente est l’aversion au risque, compréhensible dans des sociétés semi-gériatriques.

Le risque étant par définition danger, possibilité d’échec mais aussi conséquences indésirables sur autrui, l’idée devient en soi péjorative. Loin du modèle de l’aventurier du XIXe siècle, qui justifiait sa valeur par sa capacité à mettre sa vie en jeu (la caractéristique même des maîtres pour Hegel), le risque est irresponsabilité, fléau à combattre. Que penser de l’avenir d’une civilisation qui dévalue la condition nécessaire à la réussite ? No pain no gain.

Le principe de précaution est intrinsèquement liberticide

On pourrait penser qu’en se limitant aux technologies létales, le principe de précaution pourrait avoir un champ d’application restreint. Il n’en est rien. Érigé en totem, même le risque individuel devient intolérable. Vous voulez fumer ? Tabagisme passif. Rouler à 150 km/h sur une autoroute peu fréquentée ? Mise en danger d’autrui. Faire la fête et s’enivrer ? Comportement à risque.

Un nouveau moralisme émerge, l’hygiénisme. Au nom du respect de la vie, tout comportement déviant d’une norme sanitaire et/ou écologique stricte est prohibé et puni si résistance.

Sur le plan sanitaire, il devient inconcevable de mettre sa vie en jeu.

Sur le plan écologique, les choix de l’individu doivent être censurés s’ils ne sont pas « écologiquement soutenables ». La voiture synthétise cette évolution. Symbole de liberté dans les années soixante, elle est devenue l’ennemi à abattre, responsable de la disparition des bébés phoques.

Le principe de précaution, cheval de Troie du collectivisme

Le principe de précaution se révèle être un cheval de troie du collectivisme. Au nom de la vie, chaque individu est jugé (dans un sens quasi-judiciaire) à l’aune de son apport à la collectivité. Ses choix ne sont rien, son apport à la préservation est tout.

Est-ce un hasard si le principe émerge au moment de la chute de l’URSS et du discrédit de l’idée communiste ? Les collectivistes, persuadés qu’une société doit s’organiser verticalement selon un plan rationnel conçu par des philosophes rois (on revient toujours à Platon), ne peuvent accepter l’idée de l’ordre spontané. Sous cet angle, le principe tombe à pic. Il ne peut en effet s’appliquer que verticalement, selon un plan prédéfini et à tous puisque l’enjeu est la survie du groupe.

Voilà pourquoi le gouvernement se sent autorisé à pratiquer une politique authentiquement collectiviste depuis un an, expliquant aux entreprises comment gérer leurs ressources humaines, prenant en charge le revenu de 80 % de la population et la santé des individus, fut-ce contre leur gré.

Ce collectivisme, piquant pour un gouvernement présenté comme libéral, s’appuie sur l’idée que l’individu n’est pas apte à gérer sa capacité à nuire sanitairement à autrui. On peut se demander si plus qu’une dictature, ce n’est pas un système totalitaire qui s’annonce. Totalitaire car ne pouvant faire confiance à l’individu, vu comme un danger, le système politique doit prendre en charge tous les aspects de sa vie. Qu’il le veuille ou non.

Pour conclure, on pourrait dire : vive la prudentia, à bas la précaution. L’une permet une action raisonnée et équilibrée, l’autre empêche le développement. Réfléchir à l’impact des OGM, des technologies intrusives, des dangers de la modernité ? Bien sûr. Faire d’une peur généralisée le deus ex machina de notre époque ? Certainement pas.

N’en doutons pas, ce sera un combat à mort entre principe de précaution et libéralisme et l’issue fait peu de doute, tant la sacralisation de la vie semble avoir atteint un point de non-retour. Mais, ne dit-on pas que les combats perdus d’avance sont les plus beaux ? Messieurs, en garde !

 

Voir les commentaires (16)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (16)
  • Une excellente analyse!
    Le principe de précaution est effectivement un autre nom du gouvernement par la peur. Un pouvoir qui a commencé à goûter à ce pot de confiture, appuyé par une puissance médiatique totalement dévouée, a peu de chances d’y renoncer.
    Nous sommes une société vieillissante, baignée dans le confort et à laquelle on a seriné depuis très longtemps la petite musique des « acquis » qu’il ne faut surtout pas perdre. On voit aujourd’hui les dégâts de ce poison…

    • Ce qui explique la décadence de l’Occident, accélérée ces derniers temps par les idéologies mortifères soi-disant progressistes, en fait racistes et ségrégationnistes, rejetant la civilisation occidentale et le progrès qu’elle a engendré! Il faudrait dire comme à propos de la décadence de l’empire romain : nous ne déclinons pas parce que les barbares nous envahissent; c’est parce que nous déclinons que les barbares nous envahissent.

  • Le principe de précaution est d’abord la négation de l’évaluation des risques et de leur mise en balance raisonnée. Ca en devient un outil de manipulation, au service des manipulateurs quelles que soient leurs intentions ou leurs couleurs politiques. Pour lutter contre, il faudrait d’abord mieux éduquer à l’évaluation des risques.

    • Il faudrait surtout éduquer tout court, c’est-à-dire apprendre à penser. Cela fait longtemps qu’EN et médias apprennent ce qu’il faut penser…

  • EN EFFET…
    mais surtout quid du silence des « scientifiques » alors que la science est invoquée..

    Le problème que vont avoir les scientifiques va être la responsabilité en cas de foirage…
    Je présume que outre le principe de précaution, il y en aura un autre le principe du « on fait tous pareil les gars »..
    C’est funeste pour l’image de la science et ça se retournera contre la science.. et c’est ce qu’on voit avec les naïfs du conseil scientifique.

    la science cherche la vérité pas le bonheur des peuples..les chercheurs enfument délibérément le public depuis des années pour obtenir du financement public.

  • Le petit encart sur l’auteur dit « Converti au libéralisme », ça explique le côté « prêcheur catastrophiste » sans doute.
    Pas de collectivisme ou de totalitarisme, fort heureusement : brandir cet épouvantail pour le combattre équivaut à appliquer le principe de précaution (les prêcheurs ont tendance à utiliser ces mots pour faire peur, c’est vendeur auprès d’un public déjà terrorisé).
    Cependant, l’état français est un comme un bateau qui coule, avec d’innombrables trous et autant de rustines qui ne font plus beaucoup illusion. Comme il coule, le gouvernement construit des flotteurs… encore et encore… ce n’est pas un état fort, c’est un état partout-tout le temps, from cradle to grave en mode gestion douce.

  • Facile d’exploiter la peur de la mort, surtout dans une société devenue très matérialiste.
    Il est piquant d’entendre Mme Avia proclamer que « rien n’est plus important que la vie » quand, en même temps, son parti fait voter une loi autorisant l’infanticide.

  • Le Principe de précaution est une formule totalement absurde. Toute décision doit être analysée pour elle même, en dehors de toutes pressions idéologiques.
    L’essence et le but d’une Constitution font que ce soit disant principe est totalement hors sujet dans ce texte qui organise la vie et la gouvernance d’un état d’une nation. Les vœux si pieux et si fantasmatiques soient-ils n’ont rien a faire dans ce texte juridique destiné a un fonctionnement simple et efficace ne souffrant pas d’interprétations fumeuses.
    Chirac était déjà bien diminué quand il a proposé ces âneries gravissimes qu’il convient de corriger.

    • Il était communiste dans sa jeunesse, c’est dire une faiblesse intellectuelle certaine qu’il a démontré dans sa carrière. En particulier faire voter pour Mitterrand en 1981, croyant que le chaos lui permettrait de lui succéder 7 ans plus tard. Il a donc ruiné le pays et rien foutu pendant son mandat à part les conneries de dissolution qui permis aux socialistes de gagner et le principe de précaution!

  • C’est le système utilisé pôur tout bloque’r. Inventé et mis en place en 2005 par Chirac et avec l’aide de la Gauche, il sert de frein aux avancées technologiques.

  • Le principe de précaution est mortifère et l’analyse de M. Kohlhaas, si juste, laisse entrevoir un futur peu engageant sauf si les gens se réveillent avant qu’il ne soit trop tard.

  • Absolument. Il suffit de les écouter parler pour constater leur peur irrationnelle de tout. Du réchauffement, du climat, des OGM, des pesticides, de la nourriture, des vaccins, etc… Ce n’est plus Homo Sapiens mais Homo Trouillard.

    • Pas du tout. Ils ne sont pas plus trouillards que d’autres, on les pousse simplement à avoir peur de choses ultra-peu probables, et ils en oublient d’avoir peur de ce qui tracasserait une personne sensée, notamment peur de certains politiciens.

  • Merci pour cet éclairage !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
sécurité sociale
2
Sauvegarder cet article

Récemment, la Cour des comptes a refusé de certifier les comptes de la Sécurité sociale pour des raisons de fiabilité sur le montant de son déficit. Entre autres : un désaccord de près de 10 milliards d'euros sur le déficit du régime général entre 2020 et 2021… mais aussi des erreurs importantes sur le versement des prestations de retraite.

Cela n’aura échappé à personne : en plus d’être une gabegie financière, la Sécurité sociale souffre d’un cruel manque de transparence. Aujourd’hui, le niveau d’étatisation est tel que la France occu... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Christian Michel.

Ramenées à leur plus simple expression, toutes les philosophies politiques tranchent le même dilemme : soit la collectivité est suprême – tribale, religieuse, nationale – et puisque l’individu ne peut exister sans elle, il lui appartient, la collectivité peut exiger de lui tous les renoncements. Soit chaque personne humaine est la seule source de valeurs, la société n’étant que le champ où ces valeurs s’actualisent, et si sacrifice il y a, c’est seulement parce que des personnes ont décidé en leur âme et conscienc... Poursuivre la lecture

Par Alexandre Massaux.

La peur du risque est devenue une arme de destruction massive de nos sociétés. Il suffit de s'intéresser aux médias ou d’écouter le personnel politique pour entendre, lire ou voir du catastrophisme. Qu’il s’agisse de la crise sanitaire, de la crise environnementale, des problèmes sociétaux ou de la place de la France ou des pays occidentaux dans le monde, on nous répète à longueur de temps que tout s’effondre.

L’optimisme semble avoir disparu pour laisser place à un pessimisme et un catastrophisme ambiant ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles