Le gaz enflammera l’Europe avant le climat

Le gaz, grand gagnant de la transition énergétique fondée sur la base des énergies renouvelables pourrait bien enflammer l’Europe avant les effets du réchauffement climatique…

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Conferencia de Prensa - Presidente de Turquía Recep Tayyip Erdoğan By: G20 Argentina - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le gaz enflammera l’Europe avant le climat

Publié le 23 octobre 2020
- A +

Par Michel Gay et Jean-Pierre Riou.

Le recours accru au gaz, énergie « de transition » nécessaire pour combler la production fatale des énergies renouvelables intermittentes, menacera d’autant plus la paix en Europe que ses propres réserves s’épuisent et que son approvisionnement depuis la Russie et l’Orient se fragilise.

L’escalade en Méditerranée orientale

Les découvertes d’importants gisements d’hydrocarbures en méditerranée orientale en 2009 et 2010 tendent les relations déjà exécrables entre les pays riverains de cette région.

Les perspectives de manne pétrolière ont exacerbé les tensions tribales en Lybie et, en janvier 2019, le Forum de la Méditerranée a exclu la Turquie de l’exploitation de cette ressource. Mais cette dernière a néanmoins entrepris des forages illégaux, provoquant la colère de l’Europe.

En novembre 2019, en réaction à ce passage en force, le Conseil européen a adopté des mesures sanctionnant ces activités illégales tandis qu’un accord turco-libyen partageait l’exploitation maritime entre les deux protagonistes et évinçait la Grèce et Chypre de leurs droits.

Le recours aux armes

En décembre 2019, le président Turc Erdogan a annoncé l’engagement de militaires turcs dans la guerre civile libyenne.

Aussitôt, Washington a répondu en levant l’embargo sur les ventes d’armes américaines à Chypre (île partagée avec les Turcs). La Turquie s’est alors déclarée prête à répondre militairement à cette décision.

Ce conflit doit être évalué à la lumière du conflit syrien et de l’acheminement du gaz par gazoduc du plus gros gisement au monde « South Pars » entre l’Iran et le Qatar (une partie du gaz extrait par le Qatar est situé sous l’Iran).

Le Qatar souhaitait construire un gazoduc « sunnite » destiné à approvisionner l’Europe par voie terrestre en le reliant au projet de gazoduc Southstream passant par la Turquie afin d’éviter la surveillance des méthaniers par l’Iran au passage du détroit d’Ormuz.

En 2012, le Qatar aurait signé un protocole avec l’opposition syrienne, garantissant le passage du gazoduc en Syrie après le départ de Bachar el-Hassad. Ce dernier avait choisi au contraire le gazoduc « chiite » de l’Iran, passant par l’Irak, et destiné à acheminer le gaz jusqu’au port syrien de Tartous? seul port militaire des Russes en Méditerranée… d’où les méthaniers auraient pu s’approvisionner.

L’option du Qatar a la faveur des Occidentaux, États-Unis et France en tête, car elle représente une alternative à la dépendance du gaz russe pour l’Europe mais, évidemment, pas celle de la Russie, ni de la Turquie, ni de l’Iran…

Le soutien armé de la Russie à la Syrie a permis de maintenir au pouvoir Bachar el-Hassad, malgré les trois milliards de dollars qataris destinés à armer les rebelles syriens, ainsi que les frappes françaises et américaines contre des bases syriennes, en évitant soigneusement de taper sur les Russes…

Alain Juillet (ex directeur des services secrets français) avait déjà souligné en mars 2016 l’importance de cette « guerre gazière » en Syrie lors de son audition devant le Sénat, même si elle n’est probablement pas la seule cause d’un conflit beaucoup plus complexe impliquant la Russie et la Turquie.

Quand la Russie se tourne vers l’Asie

La croissance économique de la Chine rebat les cartes des équilibres géopolitiques. Après l’éviction de TOTAL par les Américains de ce fabuleux gisement South Pars, c’est la Chine qui a tiré les marrons du feu en remplaçant TOTAL.

En se rapprochant de la Chine, la Russie « renforcera sa capacité à servir de passerelle entre l’Asie et l’Europe et fournira à Moscou un levier d’influence supplémentaire », selon l’Institut Montaigne.

Et leurs liens se resserreront encore, quelle que soit l’évolution des rapports sino-américains ou russo-américains.

L’inauguration du gazoduc « Power of Siberia » en décembre 2019 a constitué une étape supplémentaire de ce rapprochement.

L’impuissance de l’Occident

La bascule de la Russie vers l’Asie la protège des conséquences des sanctions actuelles et futures de l’Europe. Et le formidable débouché chinois pour son gaz lui confère un puissant levier de chantage diplomatique pour négocier l’approvisionnement de l’Europe en gaz.

Malgré ses efforts, l’Occident n’a pas réussi à évincer le président syrien, ni son homologue turc, car les deux ont pu compter sur un appui sans faille de Moscou.

Et le gazoduc « Turkish Stream » ou « TurkStream » a été inauguré le 8 janvier 2020 par les présidents de la Russie (Poutine) et de la Turquie (Erdogan). Il renforcera encore leurs liens tandis que le gazoduc allemand « Nord Stream 2 » accroitra un peu plus la dépendance de l’Europe vis-à-vis de la Russie pour son approvisionnement énergétique… si les Américains le permettent !

Vers une crise en Europe ?

L’escalade des tensions en Méditerranée orientale pour la maîtrise des gisements de gaz peut aboutir à une grave crise en Europe.

Les enjeux de son approvisionnement en gaz dans un contexte d’augmentation de sa consommation sont au moins aussi importants pour son économie que ceux des premiers chocs pétroliers en 1970.

À cette époque, ce choc pétrolier avait incité la France à se doter rapidement d’un parc nucléaire de 58 réacteurs en à peine 20 ans pour améliorer son indépendance énergétique. Ce qu’elle a parfaitement réussi : 75 % de son électricité est d’origine fissile, et non fossile.

De plus, son taux d’indépendance énergétique dépasse les 50 % (54,7 % en 2019) alors que la France n’extrait plus ni gaz, ni pétrole, ni charbon ; ou si peu.

Pendant ce temps, les contes de fées qui reposent sur des systèmes de productions autonomes d’énergies renouvelables issues du vent et du soleil s’obstinent à ne pas fonctionner.

Il est dangereux pour la paix en Europe que l’opinion publique se laisse séduire par les sirènes d’une politique énergétique mal conseillée par l’Agence de la transition énergétique (ADEME) incitant à réduire notre parc nucléaire au bénéfice d’une production renouvelable intermittente, dont la dépendance au gaz est un problème connu.

Le gaz, grand gagnant de cette folle transition énergétique fondée sur la base véreuse des énergies renouvelables intermittentes du vent et du soleil, pourrait bien enflammer l’Europe avant les effets du réchauffement climatique…

Voir les commentaires (18)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (18)
  • il y a des chances pour que cela enflamme déjà l’Arménie (via le haut karabagh).

  • Quand en avril 49 les ministres des affaires étrangères ont rédigé la charte de l’OTAN et son traité, ils ont fait une très grosse omission: La possibilité d’éjecter, selon les cas, un des membres.
    Il fallut attendre 1952 pour que la Turquie rejoindre les pays déjà membres.
    On peut se demander selon quel critère à l’époque ce pays a été accepté puisque, selon l’article 10 de ce même traité: « ..Les parties peuvent, par accord unanime, inviter à accéder au traité tout autre État européen susceptible de favoriser le développement… »
    La Turquie un état européen ???? Les termes m’échappent…
    En fait, ceux qui voudraient la virer sont coincés puisque cette possibilité n’existe pas dans le traité.
    Seule la démission d’un de ses membres peu l’exclure.
    Avec Erdogan, on peut toujours attendre…

  • Bon article !

    A force de couper la lumière partout pour faire plaisir à certains, on finit par ne plus voir ce qui est sous notre nez.

  • Ça va être sympa l’Europe avec toutes ses éoliennes quand il n’y aura plus de gaz dans les tuyaux russes.. Ça ne devrait pas tarder.

    • Il n’est que de voir que pendant 20 jours en septembre et déjà 10 en Octobre on a été obligés de démarrer des centrales à charbon pour satisfaire les besoins en électricité.
      Les éoliennes étaient « juste » à l’arrêt faute de vent.
      L’avenir proche est impérativement le nucléaire.

  • « La France n’extrait plus ni gaz, ni pétrole, ni charbon », situation qui fort heureusement peut changer rapidement. Rien n’est perdu.

    • Où pensez-vous que nous allons extraire gaz, charbon ou pétrole ?

      • Partout où ils sont présents en abondance. Par exemple, la ZEE française, la deuxième au monde, ne peut pas être la seule des 10 plus grandes à ne pas disposer de ces ressources en abondance comme les autres. Il suffit juste de s’y mettre, comme les autres.

      • Sans parler du gaz et pétrole de schiste interdits de recherche et d’extraction par la mouvance écolo-gauchiste qui a infecté la politique et l’administration française et européenne.
        Cette possibilité est une des causes du Brexit.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Selon le média russe Kommersant, la Turquie aurait signé un contrat avec la Russie pour la fourniture du deuxième régiment de systèmes de missiles antiaériens S-400. Celui-ci prévoirait en outre la localisation de la production de composants individuels. Une coopération aussi bien commerciale que technique.

Ankara, quant à elle, nie l'existence d'un tel contrat, arguant que le deuxième régiment était prévu dans le contrat original signé des années auparavant.

Dans tous les cas, la coopération entre la Russie et la Turquie se mai... Poursuivre la lecture

La France a été pendant 7 siècles environ un acteur majeur dans la région, c’est-à-dire des pays allant d’ouest en est de l’Égypte à l’Iran et du nord au sud de la Turquie au Yémen. Donc des pays presque tous musulmans, à l’exception de moins en moins nette du Liban, et surtout d’Israël.

La France puis l’Angleterre y ont longtemps été très présentes, avant de céder la place aux États-Unis, qui eux-mêmes n’ont gardé une influence, d’ailleurs réduite, que dans certains pays.

Commençons par interroger l’histoire.

 

... Poursuivre la lecture
climat economies
9
Sauvegarder cet article

« Tout va très bien, madame la marquise ; mais à part ça, il faut que je vous dise » que le présent de la situation financière de la France est désastreux, et que son futur est pire. La France est à la fois le pays d’Europe où le poids des impôts (relativement au PIB) est le plus élevé et en même temps l’un de ceux où la qualité des services publics (enseignement, santé, sécurité, justice, etc.) est la plus mauvaise. Cerise sur le gâteau, la France réalise cet exploit en s’endettant de plus en plus. Le contexte des années à venir est particul... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles