Autorisation de faire un footing : avez-vous bien compris les consignes ?

Les Français semblent ne pas avoir très bien compris en quoi consistait l’autorisation de sortir s’aérer et faire un footing. Une communication trop floue ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Jogger by Arni Heiskanen (CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Autorisation de faire un footing : avez-vous bien compris les consignes ?

Publié le 20 mars 2020
- A +

Par Margot Arold.

Lundi dernier, Emmanuel Macron énumérait les dérogations au confinement, mot qui n’a d’ailleurs pas été prononcé. Est-ce parce que cette communication est restée très vague et qu’elle contenait à peu près tout et son contraire, que les Français semblent ne pas avoir très bien compris en quoi consistait l’autorisation de sortir s’aérer ?

« Seuls doivent demeurer […] les trajets nécessaires pour faire un peu d’activité physique mais sans retrouver, là encore, des amis ou des proches. »

Christophe Castaner a précisé : « On pourra toujours pratiquer une activité physique ou sortir son chien mais chacun devra le faire avec parcimonie. Si je veux résumer : on pourra prendre l’air, mais certainement pas jouer un match de foot ».

Que certains se rassurent : non on ne risque pas « d’attraper le coronavirus » en se promenant dans la rue. Il y a méprise sur un terme employé à propos de la « circulation » du virus. On dit qu’il « circule » lorsqu’il devient évident et prouvé qu’il y a transmission interhumaine. Il n’est pas partout dans l’air ambiant extérieur prêt à vous sauter dessus.

Le virus se transmet lors de contacts avec d’autres personnes. C’est la raison pour laquelle les activités sportives doivent se faire en solitaire.

Il se transmet aussi de manière plus efficace en lieu fermé : on court davantage de risque dans une salle de réunion qu’en plein air. Les gouttelettes projetées par une personne contaminée restent plus longtemps en suspension dans un air confiné (trois heures) qu’en plein air. C’est d’ailleurs ce que montre la dernière étude publiée par le New England Journal Of Medicine sur la stabilité du Coronavirus.

« SARS-CoV-2 remained viable in aerosols throughout the duration of our experiment (3 hours), with a reduction in infectious titer from 103.5 to 102.7 TCID50 per liter of air. »

Ce sont des recommandations de bon sens, que chacun comprend.

Rationner le footing ?

Certains médecins ont pourtant eu la drôle d’idée de « faire peur » en donnant d’autres informations. Selon L’Express , le chef du service de réanimation de l’hôpital Raymond-Poincaré de Garches, Djillali Annane, disait lundi soir sur France 2 qu’il était opposé à la pratique du footing en cette période : « Il ne faut pas aller faire son jogging. Même si on va en faire tout seul, on va le faire un jour où il va faire relativement beau, sur les bords de la Seine ou sur un chemin forestier, à des endroits habituellement utilisés par des joggeurs, et donc ils vont […] tous se retrouver à courir sur le même sentier ».

Évidemment, à 50 sur un sentier, tout le monde comprend que ce n’est plus de la pratique isolée. Mais pourquoi aller jusqu’à dire sans autre explication qu’il ne faut pas aller faire son jogging ? Pense-t-il que les Français soient trop stupides pour comprendre certaines nuances et qu’il faille tout interdire pour être certain que la consigne soit respectée ?

Dans le même genre de conseil, on trouve aussi celui de Marc Rozenblat, médecin du sport, qui recommande de son côté « de ne pas courir tous les jours ». Il s’agit là d’un autre argument, non scientifique : le rythme auquel il faudrait/ne faudrait pas faire de jogging.

Même le ministère des Sports explique quant à lui qu’il ne faut pas s’éloigner de chez soi :

Là encore, pas de fondement scientifique. En revanche il s’agirait plutôt d’une volonté de loger tout le monde à la même enseigne en période de confinement. Pourquoi pas 10 km si on est seul ? Et si on est sur une boucle et qu’on tourne en rond (et à distance d’un autre) ? Par souci égalitariste, il faudrait brider les sportifs à tout prix ?

N’oublions pas qu’en particulier à Paris, certains vivent dans de minuscules logements.

Et que dire de l’obligation d’être seul pour son footing, quand on sait que certains couples courent à deux ? On partage très certainement beaucoup de virus et de bactéries avec son partenaire en de multiples autres circonstances… À force de s’entendre donner des réponses contradictoires, les joggers du dimanche ou du quotidien ne sauront plus quelle stratégie adopter.

Etre clair et honnête dans la communication entraînerait une meilleure adhésion aux consignes. Et si on donnait, une fois pour toutes, la seule information qui vaille : tenez-vous éloignés les uns des autres, n’allez pas dans des lieux fermés. Faire son jogging en plein air ou du vélo semble ne pas contrevenir à ces mesures sanitaires de bon sens. Qu’on soit jogger des villes ou jogger des champs.

 

Voir les commentaires (31)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (31)
  • La jalousie est le fondement de beaucoup de ces interdictions.

    • C’était la revanche des bouseux de mon espèce de pouvoir se promener agréablement dans la nature déserte loin de tous et sans aucun risque de contagion. Ce privilège était une grave injustice à l’égard des citadins que dans son immense sagesse notre valeureux gouvernement s’est empressé de corriger.
      PS: que les contrevenants pensent à éteindre leur portable pendant la balade, on voit tout de là-haut!

    • Oui, je pense que ça a été le cas de la première plage, où un couple de Parisiens (mais quelle horreur) a osé se promener au milieu de…. personne ! Ils étaient seuls, un policier leur a dit que la plage était fermée. Stupide ? Oui.
      Que le policier surveille la plage pour interdire les rassemblements, d’accord. Mais lorsqu’il voit des personnes de-ci de-là se balader, ou est le problème si ce n’est la jalousie des riverains furieux après ces Parisiens qui osent avoir une résidence secondaire dans leur patelin.

      • D’autant que si ces parisiens n’étaient pas là, les autochtones auraient à payer plus d’impôts et verraient sans doute certains commerces fermer par manque de clientèle.
        Cela me rappelle le sketch « L’étranger » de Fernand Raynaud…

  • Autoriser le jogging et interdire les plages… Ouais, à choisir, les moustiques ou les mouettes, je choisi les mouettes…. Tout en cherchant comment m’y rendre, à pieds à cheval ou en voiture ?
    Non en trottinette en bus en metro pour les parisiens, le bois de Boulogne n’est pas fermé ?

  • pas de balade en bord de mer , ou pourtant l’air circule ….2 km max pour le jogging , restez chez vous , ne respirez plus , ne baisez plus , vivez comme des animaux en cage …..le gouvernement sait mieux que vous ce qui est bon pour vous….pauvre France va …..

    • ben faut pas se croire en vacances..;)) quand va arriver la facture , on rira moins

      • Si par bonheur la facture des vacances était lourde c’est que l’on aura passé de très bonnes vacances, n’est-ce pas ?

    • Je ne sais pas si c’est une « fake news » mais d’après le Dauphiné Libéré de ce jour la Préfecture de l’Isère souligne que « la distance est une question de bon sens mais en aucun cas plus d’un km », que « sont interdites toute sortie dans les bois pour cueillette et toute prise de vue photographique »(!); en ajoutant cette phrase mystérieuse « La densité en quelque lieu que ce soit ne répond pas aux préconisations » qui suggère peut-être que même dans un désert on contamine?
      Ca sent l’excès de zèle à fond.

      • « Ça sent l’excès de zèle à fond. »
        Oui, ou l’agitation du poulet sans tête…

      • Ça sent son petit bureaucrate en roue libre depuis trop longtemps. Ces gens-là doivent pondre des nouvelles circulaires pendant leur sieste, je ne vois pas d’autre explication à ce genre de propos n’ayant ni queue ni tête.

  • Il faut bien avoir pitié des policiers qui doivent courir après les contrevenants… Ah ! Si seulement il n’y avait pas une telle pénurie de bracelets électroniques !

  • beaucoup des mesures sont justes « pédagogiques » à mon opinion, ça ne change rien de faire son jogging avec une personne avec laquelle on vit…mais il faut aussi comprendre le point de vue du contrôleur..
    oui quelques directives ne peuvent pas être suffisantes ..
    il faut en faire plus pour que le minimum soit fait..donc on court seul avec son papier..

    mais ceci prouve que le gouvernement pense qu’un grand nombre de personnes est idiot ou rétif .. il n’a sans doute pas tort.
    à titre personnel ce n’est pas mon dilemme ..
    depuis le début mon inquiétude comme celles de beaucoup de personnes n’est pas pour moi même mais pour des êtres chers et fragiles dont on doit s’occuper.
    sauf que le virus ne change pas grand chose ..pareil avec la grippe ou d’autres virus qui pouvaient déjà tuer ces personnes..
    mon comportement a drastiquement changé pourtant..je respecte des consignes que je sais en partie dérisoires.
    mais quand m^me…une personne qui il y a deux mois aurait contaminé et de fait amené la mort d’un patient fragile du fait d’un virus « banal » n’aurait pas affronté de cas de conscience désormais il se sent criminel ou à tout le moins coupable..

  • La consigne du Dr Djillali Annane est sidérante.
    Il est évident que le bon sens populaire ne peut adhérer à ce qui paraît illogique.
    Le confinement, au-delà de l’utilité sanitaire, sert aussi à faire prendre conscience aux Français qui ne l’auraient pas encore remarqué que c’est l’Etat qui commande…

    • il n’y pas de logique face à l’appréciation d’un risque.. et les gens peuvent comprendre au moins devant les caméras que les mesures excessives sont compréhensibles..

      • Ben si, il y a facilement une logique face à l’appréciation d’un risque. Ensuite, le choix individuel par rapport à ce risque a la liberté d’être irrationnel ou déroutant, mais il ne doit pas remettre en cause le degré lui-même du risque. Chacun a le droit à ses phobies et ses passions incompréhensibles, mais nos dirigeants ne devraient pas avoir la latitude de profiter de notre paresse intellectuelle pour nous en dicter.

        • non pas d’accord il n’y pas de logique à l’ appréciation d’un risque …

          il y a un risque… voyons…probabilité tant de pourcent de contracter la maladie ou tant de pourcent de mourir de la maladie. par unité de temps ..si je ne change rien à ma vie..
          et en face il y a quelque chose de non objectivement mesurable combien je tiens à faire ces choses qui constitue ma ma vie.

          donc pas de logique à l’appréciation d’un risque ce sera toujours subjectif.
          la seule logique part logique est la quantification du risque compte tenu du mode de vie..
          l’appréciation du risque à mon sens implique justement de faire un choix…qui est subjectif et de nature « irrationnel » ..

          ensuite je vais m’expliquer…les gens SAVENT que le mesures prises sont imparfaites sinon incohérentes.. pour autant ils acceptent de jouer le jeu..
          on accepte de prendre un pv en cas d’excès de vitesse..on râle..mais on comprend le cadre général..
          dans le cas d’espèce , nous voyons des gens qui peuvent se prendre un pv pour aller chercher leur courses sans un papier ou ils déclarent sur l’honneur qu’ils vont..faire leurs courses..

          ils jouent le jeu… et m^me…si’il n’y a pas de cameras ils gueulent discutent, ajoutez des cameras et la personnes basculent vers le comportement oui c’est normal je comprends…
          voila ce que je voulais dire…

          logique et cohérence jouent un rôle limité dans nos vie… voila ce que je voulais dire..

  • Soyons positif : après les automobiles, le centre des villes est enfin interdit aux vélos, et même aux piétons trop rapides !

  • Pas de balade sur la plage au grand air, mais par contre si vous êtes caissière vous êtes vivement enjointe à aller travailler (sans masque bien sûr) et voir passer à proximité des dizaines de personnes par jour.

    • Lors de mes courses, ce matin, j’ai pu constater que ce n’est pas général. Mais je n’ai pas eu l’idée de demander si les masques étaient fournis par la Direction.

  • J’angoisse. J’habite une commune littorale. J’ai la possibilité de marcher pendant des km sur un petit chemin où je ne rencontre qu’une poignée de mes congénères. Mais si les gens qui ne peuvent plus promener sur les plages se rabattent sur « mon » chemin, il faudra que je cherche autre chose, ou que je reste chez moi.

    • il y a une question sous jacente…la quantification du risque..

      quelle est la probabilité que vous contractiez le virus si vous croisez une personne contagieuse en vous promenant mettons à 1,5 m dans un endroit non confiné?? et m^me en ordre de grandeur…faible ou infime?
      on vous autorise à aller au supermarché..quel est le risque que vous contractiez le virus si une autre personne contagieuse est dans ce supermarché..compte tenu de sa ventilation sa surface…certes les courses semblent plus indispensables…mais on peut les différer les regrouper organiser.. faible ou infime?

      en fait on suit des consignes qui pour le commun des gens comme moi tienne de la parole divine.. se tenir à plus d’un mètre..se laver les mains.

      à mon opinion les consignes sont données au moins autant pour des raisons hygiéniques réelles que pour pouvoir continuer à vivre et à fonctionner..

    • Si vous avez peur d’être contaminé(e) en marchant sur ce chemin, vous vous faites peur pour rien. Il suffit si vous voyez un autre promeneur de passer à 2 mètres de lui… la brise fera le reste en dispersant instantanément les particules virales qui pourraient être émises par les autres promeneurs ou vous-même.

      • alors c’est ce qu’on admet quand on sait que le virus est présent dans les postillons qui retombent donc par terre… donc hors éternuements.. c’est donc plus que plausible qu’une telle distance soit suffisante pour éviter les contaminations directes… mais simplement est ce conforme à la réalité? je veux dire la vérité se situe dans l’étude et l »élucidation des cas connus.. tout le monde ne suit pas la literature sur le sujet.. c’est un virus nouveau..

        je ne vois pas les choses comme ça.. parmi toutes les façons qu’on imagine de pouvoir entrer en contact avec le virus… c’est sans doute la dernière des peurs à avoir..

  • Il y a méprise car il y a non-dit. C’est que le confinement doit être punitif !
    Les Français ne doivent pas se contenter de rester à bonne distance d’autrui, il faut aussi qu’ils en bavent (au sens figuré uniquement). D’où la fermeture des plages, des forêts, de la promenade des Anglais etc. Ils doivent comprendre, pour le gvt, qu’ils ne sont pas en vacances, mais en prison !
    D’où les critiques récurrentes sur leur supposé irrespect des consignes. D’où le durcissement sécuritaire réclamé par quelques frappadingues, qui exigent un couvre-feu.
    Il y a sans doute là dedans une bonne dose de jalousie de la part des technos confinés à Paris devant les images de quelques individus se promenant (isolément) sur quelques plages…
    L’âme du politicien est décidément bien noire.

  • En Allemagne, ils conseillent le vélo pour garder ses distances et ses vertus à développer la capacité respiratoire des futures malades de la pandémie actuelle.
    En France on le déconseille…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L'Élysée maintient la consigne déjà édictée par Emmanuel Macron il y a cinq ans, et héritée de Nicolas Sarkozy en 2007. Les ministres défaits lors du scrutin des 12 et 19 juin devront quitter le gouvernement, a confirmé le palais présidentiel ce dimanche. Élisabeth Borne, fraîchement nommée à Matignon, ne dérogera pas à la règle. La moitié du gouvernement est concernée.

Bien que la situation soit nettement différente de celle de 2017 - ils n'étaient que six concernés -, l'Élysée a décidé de maintenir la consigne déjà édictée par Emmanu... Poursuivre la lecture

Macron Macron lettre dette
1
Sauvegarder cet article

Lors de sa campagne de réélection, le président faisait la promesse d’une planification écologique de l’économie.

Selon La Tribune, le président candidat a expliqué lors d'un meeting à Marseille :

« Cela concerne tous les domaines, tous les secteurs, toutes les dépenses, tous les équipements, tous les investissements. »

Il a remplacé son Premier ministre par une écologiste, ex-ministre de la Transition écologique !

Le président maintient le cap. Mais pourquoi pas ? Personne ne s’oppose.

Dans une tribune publ... Poursuivre la lecture

Un mois après sa réélection et à trois semaines des élections législatives, le président de la République (sur proposition du Premier ministre) a choisi son gouvernement. L’attente a été longue, ne serait-ce que par les spéculations sur le nom du successeur de Jean Castex. Sinon, on garde les mêmes et on continue. Deux surprises cependant : le maintien du garde des Sceaux et le nouveau titulaire de la rue de Grenelle.

https://twitter.com/Elysee/status/1527657628540755969

Il faut dire que, soutenu par une coalition hétéroclite qu... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles