Déconfinement : avons-nous raison de crier « victoire » ?

Confiner est une mesure moyenâgeuse qui ne repose sur aucune étude scientifique. Alors que sont exigées des études scientifiques critiquables pour la chloroquine, on fait le contraire à côté.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Emergenza Coronavirus By: Dipartimento Protezione Civile - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Déconfinement : avons-nous raison de crier « victoire » ?

Publié le 1 juillet 2020
- A +

Par Gérard Maudrux.

Dans le monde le confinement fait débat, et chez nous, nos « élites » crient victoire grâce à leur « stratégie » ayant conduit à un confinement « réussi ». Qui a tort, qui a raison ? On assiste à des batailles de chiffres, de statistiques, et de résultats le plus souvent difficiles à comparer.

Il y a des confinements plus ou moins précoces ou tardifs, plus ou moins stricts, plus ou moins respectés, d’autres mesures d’accompagnement, et surtout d’autres facteurs qui nous échappent, comme le facteur ethnique que j’avais évoqué au début sans certitude, et qui avec le recul semble de plus en plus à prendre en compte.

Il est aussi toujours plus facile après coup de dire qu’il ne fallait pas le faire que de prendre une décision difficile le jour où il fallait en prendre une. Quelle décision auriez-vous pris, vous, en fonction de l’époque et des éléments dont vous disposiez ? Avions-nous d’autres choix, compte tenu de la pénurie de lits de réanimation, de masques, de tests, de tout ?

Premier point : la courbe de l’épidémie

Avec le recul, avec son ascension rapide, son plateau, sa descente à deux pentes, une moyenne, puis une lente, sa durée, on constate que la courbe de l’épidémie a la même allure dans tous les pays, confinés ou non. Cela permet de penser que les pays confinés n’ont pas de meilleurs résultats que les autres, les autres facteurs étant plus importants que le confinement.

Plusieurs articles tentent de démontrer cet échec, chiffres à l’appui.

Ceux qui ne sont pas d’accord rétorquent par exemple avec la Suède non confinée, avec 448 décès par million d’habitants, et comparent avec la Norvège, qui en a 10 fois moins ou la Finlande, 7 fois moins. Oui mais alors la France, qui a aussi confiné comme ces deux derniers pays, en a à ce jour autant que la Suède qui n’a pas confiné, soit 442 décès par million d’habitants, et 10 fois plus que la Norvège.

Ces calculs et comparaisons ont tous des défauts. Tous les pays ne décomptent pas les morts de la même manière, ne testant pas toujours tous les décès ce qui en diminue le nombre, d’autres comptabilisent à domicile ou pas, en Ehpad ou pas, etc.

Le moyen le plus fiable pour savoir si le confinement est efficace ou non est de suivre, à conditions égales, dans un même pays, la situation avant et après confinement, avant et après déconfinement, ce qui n’est possible qu’posteriori.

Second point : quel résultat objectif chez nous ?

Toujours avec le recul, voyons la courbe des nouveaux cas journaliers, avant et après confinement (17 mars), avant et après déconfinement (11 mai) :

Nouveaux cas journaliers (courbe agrandie sur Wiki)

Si le confinement est efficace pour une maladie contaminante les 15 premiers jours, on devrait obtenir le résultat suivant : de nouveaux malades les 15 premiers jours, car contaminés avant confinement, puis plus rien après 15 jours, la population isolée ne pouvant se contaminer. Cette situation idéale correspond à un confinement théorique de 100 %, impossible en pratique.

Qu’est-ce que cela donne ici, avec un confinement maximum possible, comme en France ?

La semaine avant confinement, 5221 cas. Dans les 15 jours qui suivent, 37 927 cas, soit 19 000 par semaine en moyenne, correspondant aux contaminations d’avant confinement qui se déclarent.

Donnons-nous un peu de marge, le confinement n’étant pas de 100 %, et voyons le résultat la quatrième semaine : 25 185 cas ! cinq fois plus qu’avant confinement, aucune cassure de la courbe. Cinquième semaine : 18 033 cas, comme pendant la première période, quatre fois plus qu’avant confinement.

Alors efficace ? Cela ne se voit pas dans la période où cela devrait se voir. Ensuite, il y a baisse, mais la courbe générale est aussi celle des pays qui ne confinent pas, et qui est sans doute celle de l’évolution naturelle de la maladie.

Signalons au passage que nous sommes dans des conditions de publication de chiffres stables avec peu de tests durant toute la période. Ce n’est que récemment que l’on a davantage testé, pouvant modifier ces chiffres journaliers à la hausse.

Troisième point : le déconfinement

Début mai, on estimait que 6-7 % de la population étaient immunisés. La semaine avant déconfinement, il y a eu 7875 cas, soit davantage que la semaine avant confinement. On déconfine, et rien ne se passe.

Quand on ouvre les portes, avec 62 millions de candidats potentiels pouvant être contaminés par 7800 personnes contaminées, ne sommes-nous pas dans des conditions plus défavorables qu’au moment du confinement, avec 5221 contaminés pouvant en contaminer 67 millions ?

Ouvrir ces portes n’a eu aucun effet, montrant que confiner ou déconfiner n’a pas ou peu d’effet sur l’évolution naturelle de l’épidémie. Depuis le déconfinement, aucun rebond même minime. C’est même l’inverse, nous avons une décroissance lente alors que nous devrions avoir une remontée due à la montée en puissance des tests.

Les pays qui n’ont pas confiné, et les résultats de notre pays qui l’a pratiqué, semblent montrer que cette mesure n’a que peu d’effet sur le développement de l’épidémie. Même notre ministre de la Santé l’avait pourtant dit il y a trois mois avant de faire le contraire : « c’est le confinement qui provoque la circulation du virus ».

Confiner est une mesure moyenâgeuse qui ne repose sur aucune étude scientifique. Alors que sont exigées des études scientifiques critiquables pour la chloroquine, on fait le contraire à côté. Quand je dis moyenâgeuse, ou presque, vous trouverez ci-dessous une autorisation de sortie en période d’épidémie, la même que celle que nous avons connue il y a deux mois. Elle a 300 ans. La méthode est bien très ancienne, rien n’aurait changé depuis ?

Autorisation de circulation en période d’épidémie

Le confinement a été un échec sur le plan médical, et une catastrophe sur le plan économique. Maintenant je le répète, je ne fais qu’un constat, négatif, mais sans juger de la décision prise, critique trop facile posteriori. Par contre, je critiquerai vertement le fait de faire croire aux Français que cela a été une grande victoire qui a triomphé du virus, en occultant la très grande carence des mesures d’accompagnement gérées en dépit du bon sens et qui n’ont fait qu’aggraver les choses. Cette erreur s’est ajoutée à beaucoup trop d’autres. Résultat : un confinement « réussi », nous mettant dans le peloton de queue du classement mondial des résultats face au Covid.

Mais dans le gigantesque cafouillage politico-médical, au milieu des multiples mensonges d’État indignes de notre Nation et de ses valeurs, il semble qu’il y ait quand même un bon résultat, bien caché. Ces dernières semaines la maladie est quatre fois moins grave que les premières semaines. Explications au prochain numéro, avec les mêmes courbes.

Sur le web

Voir les commentaires (97)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (97)
  • Pendant le confinement, les autorités elles-mêmes soutenaient qu’il fallait attendre 3-4 semaines avant d’en constater les effets. La durée d’incubation étant de 5-7 jours, cela suggère qu’elles-mêmes ne croyaient pas en cette mesure pour casser la dynamique de l’épidémie. Cette mesure a été prise au moins autant pour des raisons socio-politiques que médicales, compte tenu des carences matérielles et de l’absence de stratégie de ceux qui étaient en charge.
    Il sera difficile de faire reconnaître que le confinement n’a eu aucun résultat tangible. Les responsables ont trop à perdre. Et, plus paradoxalement, même une grande partie des gens préfèreront croire l’inverse (plus confortable que d’accepter que tout ceci a été une énorme erreur truffée de mensonges à tous les étages).

    • Il suffit de voir la cote dans les sondages du premier ministre

    • Il faut au minimum 10j pour atteindre un pic avec une durée d’incubation de 5-7 jours. Dans les faits, avec les paramètres de l’épidémie, il fallait plus de 20 jours. Ce fut le cas. Attention, il faut faire les calculs avant d’affirmer quelque chose. Merci

    • L’objectif du confinement était bien plus de limiter la casse du système médical (car à bout de souffle), et de gagner du temps pour se préparer à la pandémie (commander tests et masques etc…).
      Au bout d’un mois de confinement, le gvt a pu recevoir les masques et tests nécessaires.
      Cela a pris du temps car beaucoup de cerfas à tamponner.

  • Difficile de dire si ça été ou pas efficace. Par contre , interdire de soigner les malades…..est une idee formidable pour justifier le confinement général de la France. Et tous les jours le score de morts, hum un délice à l’heure du repas…. Et fin juin tout le monde se balade masqué et sans doute à vie.

  • Le confinement a été inéluctable en l’absence de masques, peut-être un tel accessoire aurait-t-il pu nous l’éviter ?

  • Il y a bien une victoire, celle de la panique générale, attisée par la plupart des médias sur fond d’incompétence (s) et de modélisations erronées. résultat: En France, les bilans sanitaires et économiques sont parmi les plus mauvais au Monde. Ça va finir par se savoir.

    • Modélisations erronées ? En avez-vous fait vous-même ? Je suis impatient de connaitre vos résultats.

    • et pourtant il y a des gens pour affirmer le contraire comme mme Buzyn hier à son audition à l’AN!

      • Au début de l’épidémie, fin février, j’ai simulé ce qui se passait en France, pas besoin d’un modèle hyper sophistiqué. Avec un doublement des cas et des décès tous les 2.6 jours, c’est une explosion…

  • Bonjour
    Il existe d’abord d’un problème de terminologie, stricto sensu le confinement signifie de rester chez soi. Beaucoup de pays n’ont pas obligé sa population de rester chez elle. D’ailleurs en médecine, on confine les malades et on laisse tranquille les autres.
    Ensuite interdire les rassemblements massifs (événements sportifs et culturels) est du bon sens.
    Enfin on aurait pu permettre aux autorités locales de moduler les règles suivant la région, être plus stricte dans les grandes métropoles et laisser tranquille les campagnes.
    Enfin les transports en commun sont un vrai vecteur de virus. La région parisienne est un vrai casse tête.
    Au final, je pense que des règles simples (pas d’attroupement) auraient permis à l’état de « faire quelque chose » sans massacrer l’économie et piétiner nos droits fondamentaux, comme en France.

    • D’accord avec vous…Ce virus est redoutable pour les plus fragiles lorsque il y a une forte densité de population..Ce n’était pas le cas dans nos campagne…Les clusters se propagent toujours , récemment chez des evangelistes toulousains qui se passaient un mouchoir les uns aux autre…La différence c’est que nous pouvons les tester et les isoler comme au tout début..Mulhouse et Paris quand ça flambe ça flambe et là vous ne pouvez qu’isoler même si c’est moyen âgeux….Les ricains du Sud qui se sont largement relâchés en subissent les conséquences..quant à l’économie , dans ces périodes là , il n’y a que peu de demandes donc stocker de l’offre pour dire que l’on produit…bof bof..

      • Concernant la propagation de l’épidémie aux USA…je vous invite à regarder ce qui s’y passe réellement…certes le Texas républicain est en train de faire un peu marche arrière…mais c’est uniquement parceque les démocrates qui détiennent quelques unes des plus grosses villes de l’Etat ont laissé les manifestations pro-marxistes de Brutality Looting Murder (pardon, Black Lives Matters bisou bisou) se développer.

        On observe également que si on suit bien les médias style China News Network, quand on a des manifestations de républicains respectant les mesures de distanciation sociales demandant qu’on leur rendent leurs libertés fondamentales, le virus risque de se propager plus…alors que quand c’est pour la bonne cause marxisto climatico bullshit, ça ne pose aucun soucis…un peu comme les meurtres pacifiques qui ont eu lieu dans la CHAZ / CHOP.

        • L’épidémie là c’est Texas et Floride …Républicains les gouverneurs non..!!! Quant aux manifs des gentils pro-Trump avec armes à feu ..y avait pas beaucoup de masques et encore moins de distanciation..Risible…

          • Jusqu’à preuve du contraire:
            – le gouverneur du Texas est Greg Abbott, membre du parti républicain
            – le maire d’Austin est Steve Adler, membre du parti démocrate
            – le maire de Houston est Sylvester Turner, membre du parti démocrate

            Ensuite, le gouverneur n’a pas le droit d’intervenir sans l’aval des maires. Si vous suivez un tant soit peu l’actualité, il y a eu des débuts d’émeutes dans certains quartiers des villes mentionnées précédemment, émeutes soutenues par les deux maires concernés.

            Concernant les manifestations armées…c’est marrant, mais je n’ai pas l’impression que les démocrates soient moins armés que les républicains…durant toute l’occupation illégale de certains quartiers de Seattle, il se trouve qu’il y a eu beaucoup de viols, plusieurs dixaines de personnes retrouvées découpées dans des sacs poubelle dans les alentours de cette zones, ainsi que plusieurs fusillades…et je ne parle pas des viols, du racket, etc, etc…un vrai « Summer of Love » pour reprendre les propos de Jenny Durkan, l’imbécile hippie attardée qui sert théoriquement de maire à ce cloaque autrefois prospère qu’est devenue Seattle.

            Ensuite, quand on regarde les photos en // des défilés républicains et des marxistes…on peut voir que les républicains armés gardent plus leurs distances que les déstructeurs incultes…ce qui explique entre autres choses pourquoi il y a eu plus de téléphones portables volés chez les sympatisants démocrates que chez les sympathisants républicains.

            Enfin, je vous invite à vous renseigner sur ce qui se passe en matière de médias et de réseaux sociaux en ce moment même:
            – de nombreux conservateurs se font censurer sur Twitter / Twitch / YouTube / FaceBook / Reddit…
            – la presse majoritairement démocrate est vent debout contre Trump, encore plus qu’en 2016…avec un peu de chance, si Biden qui commence désormais à montrer des signes avancés de démence sénile vient à mourrir en novembre, ils sont bien capables de faire croire que ce dernier est toujours en vie…actuellement, on a le Washington Post qui en voulant débunker les propos de Trump à réussi à prouver que ce dernier avait raison à une exception près…d’après Trump, les 20 premières villes des USA sont aux mains des démocrates et voient leur taux de criminalité monter en flèche…Trump s’est trompé d’une ville…
            – Parler est en train de supplanter Twitter sur tous les AppStore et est en train de gagner énormément en popularité, sans doute parceque ce réseau ne pratique pas de censure et laisse les gens s’exprimer sur plusieurs paragraphes plutot qu’en quelques dixaines de caractères…

            Bref…

    • Au-delà de l’interdiction des attroupements, favoriser le télétravail, protéger les personnes âgées et surtout fermer les transports en commun était les mesures les plus évidentes à prendre, sans avoir besoin de confiner. La liberté de prescription aurait fait le reste.

      Mais certaines obsessions étaient plus fortes, plus absolues, que la nécessité sanitaire, notamment la haine anti-automobile. Et puis, la liberté, il ne manquerait plus que çà ! Même pour soigner, surtout pour soigner… 30 000 morts.

      Dans un pays collectiviste, on ne teste pas, on laisse mourir et on colle des amendes aux survivants.

      • on aurait mieux fait de tester massivement avec l’aide des laboratoires privés et vétérinaires, ce que le gouvernement a autorisé trop tardivement et organiser des lazarets pour les personnes infectées sans mettre tout un pays à l’arrêt, confiner indistinctement des établissements comme les EHPAD qui était un bouillon de culture et qui a provoqué une surmortalité, il faut voir aussi les bateaux de croisière dans lesquels il n’y avait que quelques cas et qui, au bout de leur quarantaine enregistraient beaucoup de cas.

        • Exactement. Dès le début, grâce aux « expériences » comme le cas du Diamond Princess, on pouvait soupçonner que la majorité de la population avait une forme d’immunité, que l’âge était un facteur déterminant pour le risque de décès et que le confinement aboutirait à renforcer l’épidémie.

          D’ailleurs, juste après le confinement, on voit la courbe du nombre de cas accélérer en France, avant que le pic naturel de l’épidémie calme le jeu début avril. Le confinement était une décision purement politique, pas sanitaire.

        • « Bouillon de culture »…c’est plus qu’irréverencieux …La fragilité immunologique de nos ainés ne mérite pas autant de morgue..Lamentable..!!

    • Enfin les transports toussent en commun sont un vrai vecteur de virus…

    • Bcp de choses justes, mais sincèrement, j’ai du mal avec les droits fondamentaux piétinés…

      • Ah bon, la liberté d’aller et venir n’est pas un droit fondamental!
        Fermer les commerces, interdire les manifestations sportives et culturelles sont des atteintes au droits de l’homme.
        D’ailleurs, la liberté de culte a été rétabli par décision du conseil d’État.

        • Pendant deux mois pour sauver des vies… votre droit fondamental est cruel, rien à dire d’autre. Ce ne sont pas mes valeurs. Ce que vous défendez est de l’égoïsme.

          • Non non.
            Je n’ai jamais dit que j’étais contre le confinement, juste que c’est une violation des droits de l’homme.

            Dans la DDHC;
            Art. 4. La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui : ainsi, l’exercice des droits naturels de chaque homme n’a de bornes que celles qui assurent aux autres Membres de la Société la jouissance de ces mêmes droits. Ces bornes ne peuvent être déterminées que par la Loi.
            Art. 5. La Loi n’a le droit de défendre que les actions nuisibles à la Société

            L’article 5 est clair. Le promener sur une plage n’est pas nuisible à la société. Se promener en voiture itou.
            La position de l’Allemagne, de la Suisse a été bcp plus respectueux des droits fondamentaux. Pas d’attroupement.

            World28, vous êtes cocasse, vous êtes incapable d’imaginer autre chose que le stay-at-home français, ou le rien.
            La société a des capacités d’ordre spontanée, c’est même le fonctionnement du marché qui est le plus souvent la réponse la plus efficace. Vous vous préférez le caporalisme.

            • Non je préfère la vie, c’est tout. Si la France avait alerté bien plus tôt la population des risques, si le discours politique en France était audible, on aurait faire comme en Suisse. Quant à l’Allemagne, en confinant par région comme elle le fait, elle ne respecte pas les libertés fondamentales non plus. C’est un débat spécieux dans de telles circonstances. Le pico-drame français de deux mois n’est rien face aux problèmes de Hong-Kong !

              • Je préfère l’intelligence et non des décisions politiques brutales. Vous avez une vision binaire; enfermer la population ou… rien, alors qu’une position graduée est préférable. D’abord localement, confiner en pleine campagne est crétin. Dans la région parisienne cela se défend, surtout dans les transports en communs.

  • Merci pour cet excellent article

  • Sans compter que la France est la meilleure … en létalité de la maladie. On est, on est les champions!
    CocoricoN

    • Enfin le vocable de « létalité » est mentionné. En aviez-vous entendu parler par les politiques ou les journalistes ?
      La France est en effet championne du monde avec une létalité de 18,1%. L’Allemagne atteint 4,6 %. Mais il y a des pays où elle est beaucoup plus faible et que l’on a aussi beaucoup critiqués, le Portugal 3,7 %, la Corée du Sud 2,2%, la liste est longue.
      La grande question est : quelle est la raison de cette létalité si forte en France. L’une des réponse pourrait être que le nombre de personnes touchées par la maladie est très fortement sous estimée. Volontairement ? Une autre réponse pourrait être que l’on a interdit aux médecins de « soigner ».

      • Ou bien que le rivotril a été administré à tire larigot dans les EPHAD dès que quelqu’un avait le moindre rhume…la Belgique et la Suède qui ont aussi pratiqué cette politique ont des taux de léthalité dans ce type d’établissement extrêmement élevés…de là à dire que LREM a plusieurs dixaines de milliers de morts sur la conscience, il n’y a qu’un pas que je ne saurais franchir en l’absence de preuves formelles…

        On a aussi pas mal d’histoires d’étrangers ayant fait une crise cardiaque tout ce qu’il y a de plus banal à leur domicile et dont le décès à été induement attribué au covid, ce qui empèche les familles de ces personnes de rappartrier les corps de leurs proches…

        • Vous retardez d’une génération l’ancien.Cela fait belle lune que le Rivotril n’est plus utilisé en sédation profonde…Quand on ne sait pas on se tait..Maintenant c ‘est l’Hypnovel…MDR

    • Non, car la létalité en faisant le ratio des décès sur le nombre de cas mesurés est fausse car on sous-estime les cas réels. On le sait depuis longtemps. La létalité est entre 0.5 et 0.8% et elle a été mesurée !

      • Bien sûr que non, la mortalité spécifique n’a pas été mesurée, à peine estimée dans l’urgence par une ou deux études qui relèvent plus du doigt mouillé que d’une démarche scientifique raisonnable et raisonnée. La valeur de ce résultat ne vaut pas mieux que les délires consternants de l’Imperial College.

      • Il n’existe aucune raison scientifique pour que la létalité soit la même dans tous les pays. Et le taux que vous citez n’est pas le bon.

      • Létalité à
        Luxembourg : 2.5 %
        Allemagne : 4.6 %
        France : 18.1 % France is the winner!!!

        Au Luxembourg, vous pouviez sortir à pied sans être arrêté par la Gestapo. Les lieux publics ont tous été fermés, comme les restaurants.
        Dans ce pays, les tests ne montent en puissance que depuis peu.
        Le nombre de cas n’explose pas.
        En Allemagne, vois pouviez sortir de même, à certains endroits les restaurants étaient ouverts
        Mains courantes, poignées, ascenceurs pour aller aux poubelles, air ambiant plein de goutelettes contaminantes, le tiercé gagnant pour que tout l’immeuble soit contaminé.
        En France, vous contaminiez vos voisins par le biais de communs que ce pays adore tant.

        S’il y a une explication à ces différences, elle ne peut être celle que vous donnez.

        • Une létalité qui varie dans le temps pour un même pays, ce n’est pas un chiffre crédible. C’est un rapport, et comme le nombre de cas de contamination n’est pas représentatif de la réalité des infections, la létalité calculée ainsi n’a aucun sens.

          • C’est autant crédible que tout ce que l’on voit passer. C’est un instantané dans une situation qui évolue vers une asymptote.

            • l’asymptote peut être complètement fausse. Quand on a des données complexes, il faut croiser tous les cas et les mettre en cohérence.

  • Parce que la dynamique est très défavorable actuellement dans de nombreux états. Et je pense qu’il souhaite marquer les esprits. On verra si cela marche… pas gagné. A noter que le CFR n’a pas de sens et ne sert pas pour les simulations.

    • Le CFR fait sens au contraire, même s’il convient d’attendre la fin de l’épidémie avant de conclure, puisque le ratio évolue au cours de l’épidémie (il est actuellement en légère baisse aux USA).

      Dites-vous que lorsque les deux principaux pays testeurs aboutissent à des résultats similaires, la pertinence du ratio est renforcée.

      Quant aux simulations, elles se sont révélées « totalement non fiables » après le délire publié par Neil Ferguson, l’éminent clown qui a achevé de discréditer l’Imperial College de Londres. On note que ce même Imperial College a l’habitude de nous gratifier de prédictions catastrophistes concernant le climat. Des guignols…

  • Article qui souligne la méconnaissance de l’auteur sur un processus épidémique qui a nécessairement une « inertie ». Les gens ne sachant pas pour la plupart qu’ils sont contagieux continuent leur vie comme si de rien était même avec un confinement, et ce n’est que progressivement que l’épidémie reflue grâce à celui-ci. Un confinement soft ne sert pas à grand chose. Les calculs le montrent bien. D’ailleurs, au risque de m’attirer un déluge de remarques, la situation en Suède est analogue à celle des Etats-Unis. Pas ou peu de confinement. Le ratio des cas confirmés, des décès, et la dynamique temporelle sont identiques, dans le rapport des population cad 30 environ. A noter que l’épidémie repart nettement en Suède comme aux Etats-Unis. La Suède souvent montré en exemple est maintenant le mouton noir de l’Europe !!! Rien à voir avec les pays qui ont confiné leur population. Là les effets sont très visibles, et si on sent que l’épidémie peut repartir (immunité globale très faible, etc), elle reste encore cantonnée à un bas niveau (France, Italie, Espagne,…) Enfin, vu la contagiosité forte du virus SARS-CoV-2, tout retard au confinement fait perdre des milliers de vie de manière cumulée. C’est imparable. Et cela explique bcp de disparité entre pays européens. Le Royaume-Uni notamment… Confiné tardivement, bilan, c’est ce pays qui a le pire nombre de décès…

    • Désolé, mais quand on a après 5 semaines de confinement un taux de diagnostics 4 fois supérieur à la semaine précédant le confinement, ce n’est plus un problème d’inertie dont j’ai tenu compte en écrivant que ce n’est pas à 2 semaines qu’on juge. Désolé, aucune cassure de la courbe après confinement ou déconfinement malgré comme vous le dites justement, le faible taux d’immunité collective. La courbe a la même allure que partout, confinés ou non, certes avec quelques variations dans l’étalement.
      Certes il est faux de dire que cela n’a rien fait du tout, cela a certainement fait quelque chose, mais cela ne se voit pas à côté des autres paramètres sur lesquels même les grands épidémiologistes se savent pas grand chose. En tous cas, le rapport « qualité-prix » n’y est pas, et comme je l’ai dit en préambule, facile à dire après coup. Avant, c’était le rôle des experts plus compétents que moi.

      • Effectivement la stratégie délirante de la France n’a quasiment pas influé sur l’épidémie qui en gros s’est éteinte quand il ne restait plus beaucoup de victimes potentielles. L’épidémie n’a pas été le cataclysme annoncée et des pays comme la Suède et les USA ne s’en sortent pas plus mal que nous.
        https://jcbwordpresscom.wordpress.com/2020/07/01/covid-19-bilan/

      • On ne mesure que la partie émergée de l’iceberg… donc le taux de diagnostics n’est absolument pas une mesure. Les décès oui. Seul proxy fiable. C’est la vraie difficulté pour simuler la covid19

    • Il ne se passe pas grand chose avec la Suède. Rien de remarquqble sinon la fin de l’épidémie en vue.

    • La Suède teste peu, ce qui pousse son CFR provisoire à la hausse. Malgré cela, le ratio n’est qu’à 7,8% contre 14,8% en France. Le taux de mortalité suédois est de 521 par million à ce jour.

      Mais surtout, ce pays a continué à soigner normalement sa population et n’a pas mis son économie à l’arrêt, deux conséquences tout à fait remarquables des bons choix politiques de la part d’un gouvernement courageux ayant su résister aux délires qui ont prévalus dans trop de pays du continent, à commencer par la France collectiviste.

  • Exact. Si l’on tient compte de la taille de la population et de l’arrivée plus tardive du virus aux USA. Leur situation n’est pas pire que la notre. La mortalité n’augmente d’ailleurs plus, ce qui signifie que le pic de contaminations réelles (pas les mesurées qui dépendent de l’effort de mesure) est passé depuis 3 semaines au moins. Le pic semble s’étaler un peu dans le temps mais c’est normal dans un pays de très grande dimensions.

    • Oui les chiffres repartent à la hausse 1200 morts hier…Le pic s’étale…!!!

      • Un peu comme les histoires de seconde vague en corée…que les médias nous ressortent…cela fait plusieurs mois qu’ils tournent entre 20 et 90 cas / jour…et l’autre jours de nombreux médias proche de la gauche illibérale se sont excités pour 40 cas…

        • 40 cas positifs c’est pas 1200 morts …Faut aussi savoir calculer..Plus de morts du covid que de soldats pendant la seconde guerre mondiale voire le Viet Nam réunit..!!! Bravo Trump..

          • J’ai trouvé très l’intéressant l’interview du noir américain Larry Elder qui expliquait qu’à partir du moment ou un gauchiste se mettait à regarder le réel il basculait rapidement parce que les gauchistes vivent habituellement dans une mythologie faite de slogans simplistes.
            .
            Contrairement au Viêtnam et à la ww2, le covid n’est pas envoyé par des politiques et tue des gens âgés qui ont souvent d’autres affections.
            .
            Les chiffres américains sont très correctes, voir très bons si on prend en compte que c’est un pays qui allie une forte densité urbaine avec une très forte communauté chinoise et asiatique.
            .
            Les villes les plus touchées sont en grande majorité démocrates.
            .
            « Bravo Trump » !??

            • Bien d’accord. J’ajoute que la population américaine ayant bien plus de comorbidités que la notre (diabète notamment), on aurait pu s’attendre à un plus grand différentiel de taux de mortalité avec nous. La raison de cet écart est peut être le zèle de notre gouvernement à vouloir noircir la situation pour affoler la population (la litanie journalière des morts ) et pour chercher désespérément une cause externe pour faire oublier ses nombreux échecs. Il y a donc peut être eu aussi un zèle à déclarer « mort covid » ce que l’on aurait déclaré avant comme une simple mort de vieillesse par pneumonie/détresse respiratoire.

  • Il avait déjà été demandé par beaucoup de fermer au moins les frontières du pays quelques semaines avant la prise de décision du confinement… Toutes ces personnes ont été traitées de fachiste, ou moquée car « l’épidémie n’atteindra pas la France, grand pays développé, contrairement à la Chine, pauvre pays en voix de développement »…
    Cela, accompagné d’une demande de limiter ses déplacements à la population et privilégier le télétravail, et une préparation intensive des moyens de tests / hospitaliers (chose aussi demandée et moquée), aurait limité les « dégâts »…

  • Le confinement a eu des effets néfastes sur la population à tout point de vue,
    – médical, les gens ne soignaient pas ou peu, ne sont pas allés se faire suivre pour leurs maladies comme le cancer, maladies cardio vasculaires, etc,
    – la sédentarisation a eu des effets négatifs, maux de dos, sciatiques, etc.,
    – l’isolement a eu des effets désastreux, dépression, insomnie, obésité, etc.

    Ne parlons pas de cette crise économique la plus grave depuis la guerre et qui va engendrer une crise sociale énorme, chômage.

    • C’est clair qu’on va payer le confinement par un excès de mortalité à venir dans les autres pathologies graves, sans parler des suicides.

      • oui, tous ceux qui ne pouvaient se soigner, car priorité COVID, avec des hôpitaux à l’arrêt attendant la vague (« votre cancer attendra »).

    • Bon alors en tant que psy je peux vous affirmer que le confinement a été dans l’ensemble plutôt bien vécu ( sauf exception) chez nos malades..Pas plus de dépression , d’alcoolisme , d’insomnie…etc ..par contre le déconfinement c’est une autre affaire..Les phobies sociales ressortent et elles sont nombreuses..

      • Chez les fonctionnaires qui ont conservé 100% de leur paye sans avoir à travailler, c’était le rêve éveillé. On peut même dire qu’ils en redemandent. Vivement la prochaine pandémie et qu’elle dure jusqu’à la retraite bien méritée !

  • Pour être honnête, les propos du ministre parlait de confinement dans des salles de théâtre, cinéma et co.

  • Se débarasser de l’inutile à la Maison Blanche..

  •  » Quelle décision auriez-vous pris, vous, en fonction de l’époque et des éléments dont vous disposiez ? »
    Il y avait un choix à ne pas faire et qui pourtant a été fait, suivre aveuglément les directives (ordres?) de l’OMS issues directement de Ferguson à l’Imperial College de Londres et prédisant plusieurs dizaines de millions de morts.
    Car ils nous avaient déjà roulé dans la farine pour l’épidémie de H1N1.

  • B… de M…

    On ne se contamine pas par télépathie !

    Toutes les statistiques sont foireuses si on ne prend pas en compte la précaution des habitants du fait de la connaissance du risque et en particulier le port de masques.

    Aujourd’hui, je constate que 50% des gens prennent des précautions. (50% qui s’en foutent est peut-être un problème à discuter). Mais l’important étant de faire passer le taux de propagation en dessous de 1, et à défaut d’autres certitudes la plus grosse c… dans cette affaire a été la « grippette ».

  • La seule « victoire », triste précurseur de l’avenir, est que l’Etat a réussi à s’immiscer dans la relation médecin-patient, de s’immiscer dans les circuits commerciaux et les relations professionnelles, d’obliger les citoyens à s’auto enfermer et s’auto autoriser à peut-être sortir moyennant péage/taille/gabelle.

  • Si l’on reste à l’écart d’une contamination possible, le risque est plus faible c’est une évidence.
    Ne pas soigner les malades et mettre tout en oeuvre pour refuser et condamner des soins alternatifs comme par exemple la Chloriquine, ou l’artémisia annua ( dont les résultats sur son action favorable ont été prouvés et publiés par 2 laboratoires allemands).
    Comme ces 2 substances et bien d’autres sont interdites par les autorités et les scientifiques qui font tout pour les discréditer en les présentant comme dangereuses nous n’avons pas d’autres solutions que de prendre du Doliprane et attendre la suite de l’évolution de la maladie en croisant les doigts de ne pas mourir étouffé.
    Le traitement de l’épidémie se résume par un confinement total pour uniquement maintenir un système de soin déficient, malgré l’engagement exceptionnel des soignants et l’attente d’un hypothétique vaccin salvateur.
    L’état et l’ordre des médecins ont bridé les médecins en les menaçant de représailles sévères s’ils prenaient la liberté de soigner en leur âme et conscience les malades.
    Nous resterons donc toujours sous la menace de ce virus car aucune solution thérapeutique n’est prescrite.
    Des solutions piourtant existent mais comme toujours sans la bénédiction des tous puissants scientifiques, et de l’état, il n’est pas possible de prendre une autre voie que celle imposée par le dictat des autorités de santé, sourdes et aveugles à d’autres solutions.
    Le confinement est la solution face à l’impuissance médicale qui du coup se rend complice en s’enfermant dans le dogme sacro saint de la « vérité » scientifique et médicale imposée par les laboratoires et la pensée unique bien formatée ou personne ne peut contester ou donner une option différente sous peine d’être taxé d’anathème ou d’apostat.

  • la question de fond…

    il y plus de morts en France que dans d’autres pays.. que peut on reprocher au gouvernement..??

    ce n’est pas si facile..

    fondamentalement n’est ce pas plus que sauver des gens sauver le concept de santé publique?

  • et on ne teste toujours pas massivement, car la puissance publique ne sait pas (ou ne veut pas) payer des laboratoires privés pour tester.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Alain Aspect, couronné ce mardi Prix Nobel de physique 2022, est en colère.

Il est atterré par l'extension du complotisme dans la population, y compris parmi la communauté scientifique. Interrogé sur France Inter, le physicien a exprimé son inquiétude et il a souligné en s'adressant aux jeunes :

"La science n'est pas l'ennemie des problèmes actuels [...] La science est la solution. Lancez-vous dans la science avec l'objectif de résoudre ces problèmes qui vous intéressent. "

 

"La science est la solution"

Pour ... Poursuivre la lecture

Il y a quelques jours, on apprenait que l'université de Strasbourg décidait de fermer ses portes aux étudiants pendant deux semaines supplémentaires cet hiver, par souci d'économie. Le président de l'université à en effet précisé qu'il s'agirait d'« une troisième semaine de congés de Noël début janvier et [d']une semaine complète de cours en distanciel en février ».

Pendant que l'éducation est une fois encore reléguée au second plan, Élisabeth Borne nous apprend à gérer notre consommation énergétique : « La règle, c’est de chauffer à ... Poursuivre la lecture

L’inflation présente depuis quelques mois inquiète : est-elle durable ? Provoquera-t-elle une crise ? Tantôt expliquée par la reprise économique mondiale après les confinements, tantôt justifiée par la guerre en Ukraine. Il semblerait que l’inflation provienne d’un mal bien plus profond qui oblige à une observation des politiques menées sur la dernière décennie.

 

2012 : la zone euro est exsangue

Tout commence le 26 juillet 2012. Mario Draghi, gouverneur de la BCE, déclare que la banque centrale sauvera l’euro « whatever it... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles