Après la crise : évolution ou effondrement de la société ?

La pandémie semble avoir donné un nouveau souffle à l’idéologie de la collapsologie et à la recherche d’un nouveau monde plus pur, plus juste, plus moral…
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
3D green planet by Chris Potter (CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Après la crise : évolution ou effondrement de la société ?

Publié le 7 juin 2020
- A +

Par Max Falque.

Le plus grand défi auquel l’humanité est confrontée est celui de distinguer la réalité de la fiction ; la vérité de la propagande. La perception de la vérité a toujours été un défi pour l’homme, mais à l’ère de l’information (ou plutôt de la désinformation) elle revêt une importance et une urgence particulière.
– Michael Crichton

Après le « Jour de la Terre » pieusement célébré chaque 20 avril depuis 1970 voici venue « La journée mondiale de l’environnement » le 5 juin, organisée par des centaines « d’associations écolos au fonctionnement néo-soviétique » selon la formule de Michel de Rougemont, financées par la puissance publique, les grands acteurs industriels et culturels et encouragées par la plupart des médias.

La pandémie semble avoir donné un nouveau souffle à l’idéologie de la collapsologie et à la recherche d’un nouveau monde plus pur, plus juste, plus moral…

Rien de nouveau, et l’histoire nous apprend que l’idéologie peut conduire à la catastrophe comme cela a été le cas pour le communisme et le fascisme.

Un diagnostic erroné

L’état de la planète n’a jamais été aussi bon : verdissement global (grâce au CO2 anthropique ou naturel), diminution de la pauvreté, production agricole en progression et diminution des surfaces cultivées…

Les ressources naturelles sont de plus en plus abondantes comme en témoigne leur prix divisé par cinq depuis le milieu du XIXe siècle faisant face à une population mondiale multipliée par cinq.

L’augmentation de la richesse des individus (multipliée par dix) et des nations entraine une amélioration de la qualité de l’environnement (illustrée par la courbe environnementale de Kuznets). Les pays les plus riches, soumis à l’État de droit, sont ceux qui jouissent de la meilleure qualité environnementale.

Le changement climatique ne menace pas l’humanité car l’histoire nous apprend que la planète n’a cessé d’évoluer et que la stabilité de la Nature n’a jamais existé.

Les droits de propriété et l’échange sont non seulement au cœur de la gestion responsable des ressources mais gardiens de la liberté et les meilleures institutions pour faire obstacle à la tyrannie latente de la puissance publique dénoncée par Proudhon.

En fin de compte jamais l’humanité n’a connu une telle prospérité économique et environnementale et tout indique que des progrès sont possibles et souhaitables.

Des solutions dangereuses

Demander à la puissance publique de nouvelles réglementations pour résoudre les multiples problèmes environnementaux ouvre la voie à l’inefficacité, la dépense publique et à terme la dictature.

La limitation croissante des droits de propriété par la marée montante de la règlementation environnementale et la fiscalité, au nom de l’égalité et de la morale, privent la société des possibilités d’adaptation aux multiples problèmes actuels et futurs.

Promouvoir le bien commun mondial aboutit à la tragédie des biens communs sauf à gérer les ressources en se soumettant aux contraintes librement consenties de la gestion en commun.

Que faire ?

Il est possible que la double crise sanitaire et environnementale ne soit qu’un pétard mouillé et que tout rentre dans l’ordre. Pourtant les problèmes existent et il importe d’imaginer des solutions, qui au-delà des prophéties de malheurs et de l’utopie idéologique, permettent l’adaptation à des situations imprévisibles.

Parmi les thèmes je pense qu’une réflexion sur le rôle des droits de propriété qui depuis l’invention de l’agriculture ont tant bien que mal réglé les conflits et accouché de la liberté, devrait être entreprise au même titre qu’une évaluation du rôle respectif du citoyen et de la puissance publique.

Voir les commentaires (24)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (24)
  • claude henry de chasne
    7 juin 2020 at 7 h 26 min

    ne cherchez pas , regardez ou va l’argent… faire casser la filière nucléaire conduira a acheter du gaz russe comme l’allemagne..qui noyaute les politiques de la france via l’influence des verts allemands sur l’Europe

    • Et cela ne se fera pas sans douleurs, les usa étant une île leur marché est trop étroit pour se gorger de dollars de monopoly.

  • « des centaines d’associations écolos financées par la puissance publique »

    Quand sera venu le moment de faire vraiment des économies de dépenses publiques, ce sera simple et immédiat. Il ne manque que la volonté politique de cesser la gabegie.

    • claude henry de chasne
      7 juin 2020 at 8 h 38 min

      la solution? voter RN pour lancer la purge institutionnelle et rompre avec le socialisme rampant

      • Le RN n’a pas eu une position assez clair lors des manifestations sur la réforme des retraites.
        Je trouve dommage qu’il y ai eu tentative de « rapprochement » avec les syndicats et les grévistes de la part de Marine LP.
        Nicolas Bay à par contre été plus précis en indiquant qu’il ne faut pas encourager une grève.
        Faudrait il un changement de leader pour ce parti ?
        https://www.parismatch.com/Actu/Politique/Pour-ou-contre-la-greve-Le-RN-sur-une-ligne-de-crete-1663712

        • claude henry de chasne
          7 juin 2020 at 10 h 34 min

          hé bien restez avec larem, le ps, l’udi ,et les verts bonne chance!
          je ne suis pas RN , mais tout le monde hurle pour le changement et revote socialo vert..

          • « Je ne suis pas RN »
            Ah, ah !
            Raison pour laquelle vous venez régulièrement en faire ici la publicité, j’imagine…

            • claude henry de chasne
              7 juin 2020 at 12 h 31 min

              je ne fais de publicité pour personne .. Compte tenu des résultats de ce parti il n’a pas besoin de moi pour etre le premier rassemblement politique de ce pays..
              Mais je trouve que le diagnostic du RN est singulièrement juste.. tout ce qu’ils ont annoncé s’est produit, les effets de l’immigration, les résultats des externalisations, le blanc bonnet droite gauche (que l(on voit mieux a présent), la dépendance industrielle de la france, et le declin généralisé, et la soumission aux diktat de l’Allemagne..

              Le probleme que j'(ai avec eux ce sont les solutions .. qui ne sont pas très au point c’est le moins qu' »on puisse dire mais je prefere trump a biden et bolsonaro a lula .. parce que je suis un libéral de droite , viscéralement.. et la seule droite survivant aujourd’hui c’est le RN tout le reste c’est du socialisme..
              les gens pleurnichent mais refusent de prendre un risque a droite alors que la dictature de gauche c’est bien pire..
              perso voir le bateau couler a cause de boutiquiers çà me choque

              • Le RN, de droite, ça se discute ! Avec Marine, c’est plutôt le programme de la CGT… Et c’est normal, puisque c’est devenu le premier parti ouvrier du pays. On n’attrape pas les mouches avec du vinaigre…

              • « la seule droite survivant aujourd’hui c’est le RN tout le reste c’est du socialisme »
                C’est la meilleure celle-là : Le Pen a le même programme que Mélenchon (sauf sur l’immigration). Bref c’est du socialisme pur jus, bien pire que celui pratiqué par Macron, Hollande ou Sarkozy.

                Vous êtes peut-être de droite au sens de la politique politicienne franchouillarde, mais, en venant faire ici la promo du programme socialiste de Le Pen, vous n’êtes pas libéral.

          • Socialo vert.. Rose ou bleu étant trop genré, il ne reste que le vert ou le rouge pour être dans la bienpensance actuelle.

      • Jerémy Lapurée
        7 juin 2020 at 9 h 33 min

        Le RN promeut désormais une idéologie étatiste (et souverainiste pour ne rien arranger)
        La purge institutionnelle ne sert à rien si c’est pour reproduire la même politique (mis à part le fantasme de la peur de l’Étranger).

        • claude henry de chasne
          7 juin 2020 at 12 h 33 min

          et le choc institutionnel vous en faites quoi, qu’est ce qui pourrait déclencher la purge?

    • Ce n’est pas des centaines mais des milliers d’associations ecolos et d’entreprises surfant sur l’ecologie. On a un chiffrage, en milliards , de que ces gens volent à l’état et donc à nous?
      Sans oublier les autres subventions dites humanitaires médecins immondes machin sans frontières petanquistes footeux de notre gueule touche pas mes potes etc

  • « sauf à gérer les ressources… » ?
    Je suppose qu’il faut lire « sauf si l’on gère les ressources… »

  • Le petit prince
    7 juin 2020 at 8 h 58 min

    Après l’état d’urgence provisoire contre le terrorisme qui n’est plus provisoire puisqu’inscrit dans les lois,voilà l’état d’urgence sanitaire provisoire qui suivra le même chemin…la dictature est en route.

  • Esprit critique
    7 juin 2020 at 9 h 56 min

    Pour Évoluer il faut un but et des moyens. Seul l’effondrement s’offre a nous. Les manifs interdites de voyous qu insultent la police et présentent les racailles comme des victimes du Racisme en sont un avant gout prononcés.

    • J’adhère à cet article et à votre commentaire. Je pense que ces manifestations contre un supposer racisme de nos forces de l’ordre est un très mauvais signal.
      Il faut savoir ce que l’on veut. Sécurité publique ou désordre. Du désordre naît le chaos. Je pense qu’une frange d’activiste cherche le chaos. Du chaos naissent les dictatures.

    • claude henry de chasne
      7 juin 2020 at 13 h 20 min

      je serais dans la police je prônerait une gréve générale illimitée des forces de police.. juste pour voir

  • Les politiciens surfent sur la crise : normal, qu’attendre de plus de ceux qui vivent de la misère du peuple ?

    Les lobbies et les mécontents profitent du dé-confinement pour exprimer leur inquiétude et leur rancœur : normal, qui oserait espérer une juste analyse des causes de la situation actuelle et faire face à la réalité ?

    Les media montent en épingle les revendications désordonnées des mécontents : normal, il faut faire du chiffre et trouver un nouveau sujet après la « pandémie ».

    Le socialisme bourgeois affronte le socialisme populaire : normal, qui oserait imaginer une autre organisation de la société que la dictature (d’une partie « éclairée ») du peuple ?

    Ce Monde Est Foutu !

  • « Le changement climatique ne menace pas l’humanité car l’histoire nous apprend que la planète n’a cessé d’évoluer et que la stabilité de la Nature n’a jamais existé. »

    L’enjeu actuel ne concerne pas le changement climatique en tant que tel mais la vitesse jamais connue du changement climatique. Manifestement, Max Falque n’a toujours pas compris le sujet. Si quelqu’un trouve des mots ou des dessins pas trop compliqués pour essayer de lui expliquer.

    • Non la « vitesse de changement » est un artefact de recherche du au faible échantillonnage du passé. En 2020 les température mesurées s’écartent résolument des modèles catastrophiques CMIP5. Croire qu’une recherche uniquement financée à charge a pu comprendre en 30 ans un système qui implique un nombre infini de cycles et d’harmoniques de toute durée relève de la pseudo-science et de la croyance.
      .
      Eux en savent beaucoup plus long que vous sur la science, vous voulez qu’ils vous fassent un dessin ?
      .
      .
      Richard Dronskowski, professeur Lauréat du Prix Otto Hahn de l’Institut Max Planck, il est membre du Collegium de la Société de Recherche allemande, de la Société de Physique allemande et de l’American Chemical Society. Il a déclaré que « qu’il n’y a absolument aucun consensus, zéro consensus [au sujet du réchauffement climatique] » et qu’il connaît « des collègues qui financent des instituts entiers grâce au climat. Ils n’ont aucun moyen de faire machine-arrière car leurs instituts seraient ruinés »
      .
      Stanley Goldenberg, météorologue à la division de recherche sur les ouragans de la NOAA, ex-directeur au National Hurricane Center. Selon lui, « c’est un mensonge éhonté colporté par les médias que de faire croire qu’il n’y aurait qu’une frange marginale de scientifiques sceptiques sur l’origine humaine du réchauffement climatique ».
      .
      Hans Jelbring, climatologie suédois, de l’Unité Paléogéophysique et de Géodynamique de l’Université de Stockholm. Selon Dr Jelbring, « la nature dysfonctionnelle des sciences du climat n’est pas autre chose qu’un scandale. La science est trop importante pour nos sociétés pour être pervertie comme elle l’a été par la communauté des sciences du climat. L’establishment du changement climatique a activement supprimé les résultats de chercheurs qui ne se plient pas au dogme du GIEC ».
      .
      Horst Malberg, professeur en météorologie et climatologie, ancien directeur de l’Institut de Météorologie de l’Université de Berlin. Il a été co-signataire d’une lettre ouverte de plus de 100 scientifiques allemands à la Chancelière allemande en juillet 2009 qui dénonce la croyance du réchauffement anthropique comme une pseudo-science.
      .
      Delgado Domingos, professeur en science environnementale au Portugal, avec plus de 150 publications à son actif. Pour le professeur Domingos, « créer une idéologie à partir du dioxyde de carbone est un non-sens dangereux… L’alarmisme actuel sur le changement climatique est un instrument de contrôle social, un prétexte pour des batailles politiques et économiques. Cela devient une idéologie préoccupante »
      .
      Harold Lewis, ancien directeur du département de physique à l’Université de Californie, Santa Barbara. « le réchauffement climatique est la fraude pseudo-scientifique la plus grande et la plus réussie jamais vue de toute ma carrière de physicien »
      .
      etc. etc.

    • Tout à fait.

      Il y a trente ans c’était le réchauffement climatique à cause du trou dans la couche d’ozone.

      Pis il a fallu expliquer à Mr Falque et les autres qu’ils n’avaient rien compris quand ils disaient qu’il n’y avait pas de réchauffement perceptible à l’échelle de la Terre. En fait, le vrai problème c’était le déréglement climatique.

      Pis il a fallu expliquer aux même qui prétendaient que le dérèglement climatique ça n’existe, qu’en fait, il fallait comprendre changement climatique.

      Maintenant, il est grand temps de leur faire comprendre qu’ils n’ont toujours rien compris quand ils disent que le changement climatique, c’est du pipeau.

      Le vrai problème c’est la vitesse du changement climatique au-delà des 80km/h réglementaire. C’est simple comme bonjour. Le temps change depuis l’origine de la Terre et on sait à quelle vitesse.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Une nouvelle réglementation interdisant les emballages en plastique des fruits et légumes est entrée en vigueur au 1er janvier 2022. Relater sa genèse est plus intéressant et instructif que gloser sur les désagréments et catastrophes à venir. Ce fut priorité à la bien-pensance et la démagogie au détriment de l'efficacité économique et sociale.

Le 1er janvier 2022 est entré en application le Décret n° 2021-1318 du 8 octobre 2021 relatif à l'obligation de présentation à la vente des fruits et légumes frais non transformés sans conditionn... Poursuivre la lecture

Par Joe Lancaster. Un article de Reason.org

Nick Clegg, responsable des affaires internationales et de la communication de Facebook, a participé dimanche à l'émission State of the Union sur CNN, après une semaine éprouvante pour l'entreprise. La semaine dernière, une lanceuse d'alerte, Frances Haugen, a témoigné devant le Sénat sur un certain nombre de sujets relatifs au manque de transparence de Facebook et aux effets potentiellement délétères sur ses utilisateurs.

Cependant, la réponse de M. Clegg à une question sur la section... Poursuivre la lecture

Par Jean Kircher.

Il ne vous a sans doute pas échappé que la crise hystérico-sanitaire qui sévit dans notre pays a mis à mal la bonne santé de nos entreprises. Pour le moment on se gargarise du nombre de faillites qui n’explose pas mais on se doute bien que le naufrage va arriver.

En attendant, nous entrepreneurs, PME, artisans, commerçants, restaurateurs non issus du monde financier nous sentons sensiblement méprisés malgré les miettes distribuées pour nous empêcher de couler tout de suite.

En effet, notre quotidien devi... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles