Confinés mais non testés, la potion toxique des Gaulois

Test Coronavirus 200420-N-LH674-1033 by U.S. Pacific Fleet (CC BY-NC 2.0) — U.S. Pacific Fleet, CC-BY

Entre confiner sans tester et ne pas confiner, le gain sanitaire semble inexistant. La politique sanitaire la plus efficace semble l’approche d’un confinement ciblé.

Par Jean-Pierre Nordmann.

Derrière l’apparent confinement généralisé de la planète, on observe des approches différentes entre les pays. Les tests à grande échelle permettent notamment de mieux maîtriser l’épidémie. En refusant cette approche, le gouvernement français maintient le pays dans une politique coûteuse en vies humaines, alors que le confinement actuel de la population présente de grandes limites.

La France est l’un des pays où l’épidémie est la plus mortelle au monde

En comparant la France à d’autres pays au même stade de l’épidémie, on constate que le pays a un nombre de morts rapporté à sa population parmi les plus élevés au monde.

Ce taux est le double de la Suède qui ne confine pas ou le quintuple de l’Allemagne qui confine peu (au 40ème jour de l’épidémie de chacun des pays).

La France constate 263 morts par million d’habitants contre seulement 119 au même stade épidémique en Suède.

Source des données : https://ourworldindata.org/

Légende : le début de l’épidémie est considéré par pays comme « Days since daily confirmed Covid-19 cases reached 1 per million ». Le 40ème jour correspond par exemple au 16 avril en France ou au 24 avril aux USA.

Le classement par type de confinement est tiré d’une lecture des sources d’information publiques (AFP, Ouest France, médias nationaux en anglais…) à fin avril 2020.

Famille A : ceux qui ne confinent pas ou quasiment pas (exemple : la Suède).
Famille B : ceux qui pratiquent un confinement ciblé, avec en B1 ceux qui ont une approche géographique ou populationnelle (exemples : Chine, Corée du Sud), et en B2 ceux qui confinent de façon souple ou courte (exemples : Allemagne, Israël).
Famille C : ceux qui confinent tout en laissant une liberté d’appréciation en C1 (exemple : USA) ou de façon stricte, longue ou homogène en C2 (exemples : France, Italie, Espagne).

Le facteur de l’âge de la population n’est pas suffisant pour expliquer de tels écarts

La France comprend une population âgée très importante. C’est très certainement une cause majeure de surmortalité, mais qui n’est pas une exception parmi les pays occidentaux.

Si tous les pays ayant une forte mortalité ont bien une population très âgée, l’inverse n’est pas vrai.

La politique de dépistage est très hétérogène selon les pays

La France est l’un des pays développés qui dépistent le moins au même stade épidémique, que ce soit en rapport à sa population (seulement 7055 tests par million d’habitants) ou au regard du nombre de décès constatés (seulement 27 tests par décès constatés). C’est ainsi près de trois fois moins que la Suède (qui ne confine pas) ou 20 fois moins que l’Allemagne (qui confine peu).

Cette rareté des tests est atypique pour un pays développé et riche.

La France a réalisé 27 tests par mort constaté au 40ème jour de l’épidémie, quand la Suède en a réalisé 78 au même stade épidémique.

Source des données : https://ourworldindata.org/

Légende : le début de l’épidémie est considéré par pays comme « Days since daily confirmed Covid-19 cases reached 1 per million ». Le 40ème jour correspond par exemple au 16 avril en France ou au 24 avril aux USA.

Famille A : ceux qui ne confinent pas ou quasiment pas (exemple : la Suède).
Famille B : ceux qui pratiquent un confinement ciblé, avec en B1 ceux qui ont une approche géographique ou populationnelle (exemples : Chine, Corée du Sud), et en B2 ceux qui confinent de façon souple ou courte (exemples : Allemagne, Israël).
Famille C : ceux qui confinent tout en laissant une liberté d’appréciation en C1 (exemple : USA) ou de façon stricte, longue ou homogène en C2 (exemples : France, Italie, Espagne).

Le confinement non ciblé, une réponse sanitaire en trompe-l’œil

Ce qui peut surprendre, c’est que la dynamique de mortalité continue d’être plus forte en France alors même que le confinement est plus strict, avec 14 décès par million d’habitants contre seulement 10 en Suède et trois en Allemagne (en moyenne sur trois jours au même stade de l’épidémie).

La France constate en moyenne 14 morts par million d’habitants sur les 3 derniers jours, contre seulement 10 pour la Suède au même stade épidémique.

Source des données : https://ourworldindata.org/

Légende : le début de l’épidémie est considéré par pays comme « Days since daily confirmed Covid-19 cases reached 1 per million ». Le 40ème jour correspond par exemple au 16 avril en France ou au 24 avril aux USA.

Famille A : ceux qui ne confinent pas ou quasiment pas (exemple : la Suède).
Famille B : ceux qui pratiquent un confinement ciblé, avec en B1 ceux qui ont une approche géographique ou populationnelle (exemples : Chine, Corée du Sud), et en B2 ceux qui confinent de façon souple ou courte (exemples : Allemagne, Israël).
Famille C : ceux qui confinent tout en laissant une liberté d’appréciation en C1 (exemple : USA) ou de façon stricte, longue ou homogène en C2 (exemples : France, Italie, Espagne).

Confiner sans tester ou ne pas confiner ?

Certaines alertes avaient été émises dès le début du confinement sur la contamination intra-familiale. Ainsi, confiner ensemble des individus potentiellement contaminants pendant plusieurs semaines semble aboutir à la certitude que les contaminations s’accélèrent au sein des familles même si elles ralentissent en inter-familles (mais ne disparaissent pas pour autant)…

Entre confiner sans tester et ne pas confiner, le gain sanitaire semble inexistant.

La politique sanitaire la plus efficace semble l’approche d’un confinement ciblé. L’intensité des politiques de dépistage permet de réduire considérablement la mortalité parmi la population : les pays qui testent bien au-delà des seules personnes symptomatiques ont une mortalité bien inférieure à ceux qui testent moins.

La France est parmi les pays développés un de ceux qui testent le moins, qui confinent le plus, et qui ont le plus de décès au même stade de l’épidémie.

Nombre de tests cumulés par décès et décès par million d’habitants au même stade de l’épidémie par pays (40ème jour de chacun des pays)

La France constate 263 morts par millions d’habitants et 27 tests cumulés par décès, contre 43 morts par million et 590 tests par décès en Allemagne au même stade épidémique.

Vous souhaitez nous signaler une erreur ? Contactez la rédaction.