Confinés mais non testés, la potion toxique des Gaulois

Entre confiner sans tester et ne pas confiner, le gain sanitaire semble inexistant. La politique sanitaire la plus efficace semble l’approche d’un confinement ciblé.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Test Coronavirus 200420-N-LH674-1033 by U.S. Pacific Fleet (CC BY-NC 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Confinés mais non testés, la potion toxique des Gaulois

Publié le 2 mai 2020
- A +

Par Jean-Pierre Nordmann.

Derrière l’apparent confinement généralisé de la planète, on observe des approches différentes entre les pays. Les tests à grande échelle permettent notamment de mieux maîtriser l’épidémie. En refusant cette approche, le gouvernement français maintient le pays dans une politique coûteuse en vies humaines, alors que le confinement actuel de la population présente de grandes limites.

La France est l’un des pays où l’épidémie est la plus mortelle au monde

En comparant la France à d’autres pays au même stade de l’épidémie, on constate que le pays a un nombre de morts rapporté à sa population parmi les plus élevés au monde.

Ce taux est le double de la Suède qui ne confine pas ou le quintuple de l’Allemagne qui confine peu (au 40ème jour de l’épidémie de chacun des pays).

La France constate 263 morts par million d’habitants contre seulement 119 au même stade épidémique en Suède.

Source des données : https://ourworldindata.org/

Légende : le début de l’épidémie est considéré par pays comme « Days since daily confirmed Covid-19 cases reached 1 per million ». Le 40ème jour correspond par exemple au 16 avril en France ou au 24 avril aux USA.

Le classement par type de confinement est tiré d’une lecture des sources d’information publiques (AFP, Ouest France, médias nationaux en anglais…) à fin avril 2020.

Famille A : ceux qui ne confinent pas ou quasiment pas (exemple : la Suède).
Famille B : ceux qui pratiquent un confinement ciblé, avec en B1 ceux qui ont une approche géographique ou populationnelle (exemples : Chine, Corée du Sud), et en B2 ceux qui confinent de façon souple ou courte (exemples : Allemagne, Israël).
Famille C : ceux qui confinent tout en laissant une liberté d’appréciation en C1 (exemple : USA) ou de façon stricte, longue ou homogène en C2 (exemples : France, Italie, Espagne).

Le facteur de l’âge de la population n’est pas suffisant pour expliquer de tels écarts

La France comprend une population âgée très importante. C’est très certainement une cause majeure de surmortalité, mais qui n’est pas une exception parmi les pays occidentaux.

Si tous les pays ayant une forte mortalité ont bien une population très âgée, l’inverse n’est pas vrai.

La politique de dépistage est très hétérogène selon les pays

La France est l’un des pays développés qui dépistent le moins au même stade épidémique, que ce soit en rapport à sa population (seulement 7055 tests par million d’habitants) ou au regard du nombre de décès constatés (seulement 27 tests par décès constatés). C’est ainsi près de trois fois moins que la Suède (qui ne confine pas) ou 20 fois moins que l’Allemagne (qui confine peu).

Cette rareté des tests est atypique pour un pays développé et riche.

La France a réalisé 27 tests par mort constaté au 40ème jour de l’épidémie, quand la Suède en a réalisé 78 au même stade épidémique.

Source des données : https://ourworldindata.org/

Légende : le début de l’épidémie est considéré par pays comme « Days since daily confirmed Covid-19 cases reached 1 per million ». Le 40ème jour correspond par exemple au 16 avril en France ou au 24 avril aux USA.

Famille A : ceux qui ne confinent pas ou quasiment pas (exemple : la Suède).
Famille B : ceux qui pratiquent un confinement ciblé, avec en B1 ceux qui ont une approche géographique ou populationnelle (exemples : Chine, Corée du Sud), et en B2 ceux qui confinent de façon souple ou courte (exemples : Allemagne, Israël).
Famille C : ceux qui confinent tout en laissant une liberté d’appréciation en C1 (exemple : USA) ou de façon stricte, longue ou homogène en C2 (exemples : France, Italie, Espagne).

Le confinement non ciblé, une réponse sanitaire en trompe-l’œil

Ce qui peut surprendre, c’est que la dynamique de mortalité continue d’être plus forte en France alors même que le confinement est plus strict, avec 14 décès par million d’habitants contre seulement 10 en Suède et trois en Allemagne (en moyenne sur trois jours au même stade de l’épidémie).

La France constate en moyenne 14 morts par million d’habitants sur les 3 derniers jours, contre seulement 10 pour la Suède au même stade épidémique.

Source des données : https://ourworldindata.org/

Légende : le début de l’épidémie est considéré par pays comme « Days since daily confirmed Covid-19 cases reached 1 per million ». Le 40ème jour correspond par exemple au 16 avril en France ou au 24 avril aux USA.

Famille A : ceux qui ne confinent pas ou quasiment pas (exemple : la Suède).
Famille B : ceux qui pratiquent un confinement ciblé, avec en B1 ceux qui ont une approche géographique ou populationnelle (exemples : Chine, Corée du Sud), et en B2 ceux qui confinent de façon souple ou courte (exemples : Allemagne, Israël).
Famille C : ceux qui confinent tout en laissant une liberté d’appréciation en C1 (exemple : USA) ou de façon stricte, longue ou homogène en C2 (exemples : France, Italie, Espagne).

Confiner sans tester ou ne pas confiner ?

Certaines alertes avaient été émises dès le début du confinement sur la contamination intra-familiale. Ainsi, confiner ensemble des individus potentiellement contaminants pendant plusieurs semaines semble aboutir à la certitude que les contaminations s’accélèrent au sein des familles même si elles ralentissent en inter-familles (mais ne disparaissent pas pour autant)…

Entre confiner sans tester et ne pas confiner, le gain sanitaire semble inexistant.

La politique sanitaire la plus efficace semble l’approche d’un confinement ciblé. L’intensité des politiques de dépistage permet de réduire considérablement la mortalité parmi la population : les pays qui testent bien au-delà des seules personnes symptomatiques ont une mortalité bien inférieure à ceux qui testent moins.

La France est parmi les pays développés un de ceux qui testent le moins, qui confinent le plus, et qui ont le plus de décès au même stade de l’épidémie.

Nombre de tests cumulés par décès et décès par million d’habitants au même stade de l’épidémie par pays (40ème jour de chacun des pays)

La France constate 263 morts par millions d’habitants et 27 tests cumulés par décès, contre 43 morts par million et 590 tests par décès en Allemagne au même stade épidémique.

Voir les commentaires (49)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (49)
  • Le confinement est un réflexe du a la panique des politiques et des systèmes de santé, Confiner des groupes d’individus ensemble (familles) c’est rendre impossible le de-confinement partiel, si on ne sait pas tester correctement les individus pour les isoler,
    In Fine , tout reste une question de moyens, il eut fallu confiner individuellement les personnes a risque apres les avoir testées,,
    Parce que ce sont ces personnes qui sont vraiment menacées, toutes les statistiques
    le démontrent!Mais on ne veut pas le faire au nom de la morale ou des impacts sur les résultats électoraux,ou du manque de moyens je ne sais pas.

    Bref ce de-confinement  » a la carte » , est la conséquence de la panique et vous verrez
    sauf a changer de cap çà sera catastrophique

    • ça l’ est déjà. C’ est maintenant qu’ il faut commencer à compter les morts.

    • un c/c trouvé sur agoravox
      http://www.scmsa.eu/archives/BB_coup_etat_sanitaire.pdf
      l me paraît dangereux de considérer que le Président Macron est un imbécile, mal conseillé, perdu entre deux grèves de gilets jaunes et une douzaine de réformes laborieuses et inappropriées. Je crois au contraire qu’il sait parfaitement ce qu’il fait : il sait que l’épidémie est absolument bénigne, que le confinement ne sert à rien sur le plan sanitaire et qu’il ruine l’économie. Tout ceci relève d’une politique mûrement réfléchie

    • surtout on n’a ni test, ni masque… vive l’Administration française.

    • « In Fine , tout reste une question de moyens, il eut fallu confiner individuellement les personnes a risque apres les avoir testées » + 20.
      De moyens et de volonté politique aussi je pense. La testomania tous azimuths est un peu agaçante, les tests en soi c’est pas grand chose (PCR ou Sero, la marge d’erreur est grande) et à moins de se faire tester tous les jours (un jour tu l’as pas, 6 heures après tu le choppes) c’est le couplage Test + Suivi qui compte: confinement ciblé (domicile ou hosto selon la gravité et tant pis si dans le lot il y a qq faux positifs). Le Canada a testé bien plus que la Corée du Sud et pourtant question mortalité c’est le jour et la nuit. L’étude est intéressante mais ça fait un peu Apples and Oranges plus quelques cas non mentionnés et pourtant instructifs (Canada, Taiwan, New Zealand, Pays-Bas…). Se posent aussi la question des variables très différentes entre tous les pays (type et nombre de foyers initiaux, géographie, culture de l’hygiène et de la distanciation sociale, politique de santé en amont sur les pneumonies, pente de la courbe exponentielle quand le nombre de cas avérés dépasse 100 etc..)
      Bref, pour avoir suivi ça d’assez près avec des tas de sources (une vraie mine et mes amitiés aux amaots de service) plusieurs éléments archi-évidents me frappent: les pays ayant une gestion hyper bureaucratique de leurs système de santé ont dégusté à fond: Espagne, Italie, France, Belgique ET Royaume-Uni. Le différentiel profond Europe du Sud/Europe du Nord, le différentiel encore plus saisissant entre Europe de l’Ouest et Europe de l’Est et enfin le différentiel hallucinant entre Occident et Asie (Sud-Est, Extrême-Orient).

      • oops, mea culpa pour les Pays-Bas

      • Ok pour la bureaucratie, mais il faudrait aller dans les détails, parce que la Chine, ce n’est pas vraiment un pays dépourvu de bureaucratie…

        • +1 oui, tout à fait, La Chine est un cas d’école. D’ailleurs le confinement « géographique » mentionné n’avait rien à envier au confinement strict d’ici (récalcitrants attrapés avec des lassos etc…) . Ceci dit pas mal de facteurs qui ont joué au bénéfice de la plupart des pays de cette partie du monde ont dû avoir leur influence également.

      • Sur les tests, il semble aussi que le timing soit important : tester massivement ET dès le début, pour casser les pattes de l’épidémie – ce qu’a fait la Corée. Certains pays ont testé davantage que la Corée du Sud, mais c’est trompeur, parce que l’épidémie était bien plus avancée dans ces pays quand le dépistage est monté en puissance (ils n’étaient pas dans les starting-blocks comme l’était la Corée).

        • Exact, même chose pour Taiwan d’ailleurs, les facteurs de ‘proximité’ avec la Chine et l’expérience (SARS) ont dû peser en faveur de décisions rapides. Je ne sais pas trop dans le détail sur les temps de réaction des quelques 20+ pays qui déjà il y a un mois étaient devant la Corée quant au nombre de tests par million d’haCe que je voulais dire c’est que maintenant des tests massifs ici, ça ressemble à un gros coup d’épée dans l’eau qui va coûter une blinde. Il aurait été plus sage de cibler les personnes fragiles comme le suggérait claude henry de chasne mais bon la sagesse ces temps-ci.

          • Entierement d’accord, dépister massivement maintenant ça n’a plus autant d’interet : il faut depister les symptomatiques et les plus fragiles.

  • le poudré mignon en avait peut être ras le bol des contestations sociales , week end aprés week end , et qui duraient depuis plusieurs mois , avec les dégâts que cela engendrait ; avec le corona , l’occasion était trop bonne pour ne pas la laisser passer : allez zou ! confinement pour tout le monde ! on réfléchira après sur l’impact de ce confinement ;

  • « en marche » vers une catastrophe…

  • On peut se demander si le confinement de tous partout dans les mêmes conditions administrativement définies, avec petits papiers indispensables, n’est pas un résultat direct de la passion pour l’égalitarisme qui a, en France, fait disparaître tant la liberté que la fraternité.

    La carte des déconfinements montre à quel point cet égalitarisme a été absurde.

    Comme l’est le calcul des différents taux par états, alors que les phénomènes sont clairement régionaux ( voir les cartes pour les USA : https://www.nytimes.com/interactive/2020/us/coronavirus-us-cases.html et la carte de déconfinement pour la France )

  • pas le résultat qui étonne, on dit des trucs comme ça depuis le début..
    lavraie question est alors dans qeul mesure c’est l’etat qui a freiné les tests..

    j’ai lu hier que des soignants s’indignent qu’on trouvera des masques bientôt en grande surface…avec comme conclusion..salaud de grandes surfaces!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    mais le consensus et la stupidité quand salomon dit qu’ le confinement a sauvé 60 000 vies à ce jour…

    il faudrait lui demande par rapport à quel monde alternatif et hypothétique??

    on pourrait très bien lui dire que la politique à tué 20 000 personnes à ce jour… SI …

    il ya une rage qui monte, car les gens comprennent bien que c’est le bordel et que trop de gens sont morts…mais à mes yeux ils font une erreur fondamentale.. il pense que c’est une question de personne voire de malice, or ça reste une question d’organisation centralisée de trop de trucs…
    on lit macron assassin voir génocidaire mais peu d’attaque contre le centralisme bureaucratique..

    • Votre commentaire est saisissant de lucidité. Depuis des années, je lutte avec mes moyens contre l’administration centralisée: ça m’a coûté cher parce que c’est une évidence pour tout le monde, un gauchissement de l’esprit qui tient au jacobinisme mais pas que. Nos rois ont toujours été centralisateurs et la lutte de Louis XIV contre les parlement est une grande avenue de l’Histoire. Toutes les facultés de droit ou de science politique brocardent, certes, mais in fine, louent la centralisation. Il faut dire aussi que les pouvoirs locaux ont démontré leur corruption, leur médiocrité et leur tendance inflationniste clientèliste.
      Nous n’avons aucune chance d’en sortir, croyez-moi, sans un événement majeur, mais autrement grave que notre grippe actuelle. De toutes les façons, la population est tellement accro à l’Etat providence qu’il ne supporterait pas les efforts à faire pour atteindre à une vraie démocratie, et non pas à un succédané du régime soviétique.
      A Bondy, la mairie e la police ont abandonné tout contrôle et les gens font ce qu’ils veulent, population essentiellement immigrée donc insensible à la notion de communauté nationale et teintée de religiosité imbécile. La police, le gouvernement laissent faire, parce qu’ils savent qu’on ne peut plus sanctionner que les braves gens.

  • Une démonstration implacable, merci.
    Mais Nos gouvernants, nos mandarins, nos professeurs, nos médecins ne savent plus raisonner!!!
    Et pourtant la France est le pays de Descartes.

    • Ma colère et ma rage monte. J’attends le 11 mai mais ensuite je ne tiens plus compte du déconfinement confiné ou du confinement déconfinné. Cela suffit de nous supprimer les libertés au nom de la santé. Je refuse, cela suffit. On nous a réduit en esclavage en agitant la peur de la mort et de ma maladie.

      lire “Déconfinés, mais surveillés et (au besoin) punis: la magie du «en même temps»
      https://www.lefigaro.fr/vox/politique/deconfines-mais-surveilles-et-au-besoin-punis-la-magie-du-en-meme-temps-20200501?fbclid=IwAR0Pu-Eih8Z4MNn_JjoLaL1oIeovoA1rmEZweQLrZ2jV8w2a0oH-yw5JKm8

      Nous serons déconfinés mais en même temps plus contrôlés. Nous passerons de l’enfermement à l’examen, de l’isolement à la surveillance: massification des tests, identification des cas-contacts, mises en place de brigades, plan de mise à l’abri, quadrillage géographique départemental, kilométrage limité. On troque une restriction de liberté physique contre une restriction de liberté psychologique.
      Laissons le mot de la fin à Tocqueville: «Au-dessus de ceux-là s’élève un pouvoir immense et tutélaire, qui se charge seul d’assurer leur jouissance et de veiller sur leur sort. Il est absolu, détaillé, régulier, prévoyant et doux. (…) le souverain étend ses bras sur la société tout entière ; il en couvre la surface d’un réseau de petites règles compliquées, minutieuses et uniformes, à travers lesquelles les esprits les plus originaux et les âmes les plus vigoureuses ne sauraient faire jour pour dépasser la foule ; il ne brise pas les volontés, mais il les amollit, les plie et les dirige ; il force rarement d’agir, mais il s’oppose sans cesse à ce qu’on agisse ; il ne détruit point, il empêche de naître ; il ne tyrannise point, il gêne, il comprime, il énerve, il éteint, il hébète, et il réduit enfin chaque nation à n’être plus qu’un troupeau d’animaux timides et industrieux, dont le gouvernement est le berger.» (De la démocratie en Amérique).

      • Vous avez raison, mais le problème n’est-il pas aussi que beaucoup de Français acceptent cela : la restriction de plus en plus grande de leurs libertés, la négation de leur responsabilité personnelle, de leur individualité même, au profit du « bien collectif » ? Si majoritairement ils préfèrent s’en remettre à l’État tout puissant pour tout – ce qui est une forme de fuite… fuite devant ses responsabilités – ne sont-ils pas quand même responsables de ce qui leur arrive ? Vous me direz, et la minorité (dont les lecteurs de CP, en principe) qui refusent cette logique, quid ? Je ne vois que deux réponses : résister, ou subir (ou encore : partir, en se disant que CPEF).

        • Oui CPEF mais la dictature qui s’annonce sera mondiale. Nous y allons simplement plus vite que les autres.

        • l’échec de la prise en charge sanitaire de cette épidémie trouve sa responsabilite à trois niveaux :
          – le monde médical qui d’une part n’a pas su se liguer contre le pouvoir et faire entendre sa voix. Et d’autre part, sa corruption notoire avec les entreprises du médicament la disqualifie dans les prises de position par certain (ordre inclus). On a aucune excuse.
          – les institutions publiques et les politiques tellement loin des réalités de terrain et d’une telle lourdeur qu’il faut plusieurs mois/cerfa avant d’aboutir à une décision (maintenant qu’on a les teste il va falloir les utiliser… !)
          – la population contente d’avoir des soins à bas prix depuis des années : pas cher = pas qualitatif dans bien des cas ! Et incapable de s’assumer qu’il faut la contraindre au bon sens (et encore !), alors que le suédois, par exemple, attaché à sa liberté va prendre garde à celle des autres.

  • Oui mais n’oubliez pas un événement…les évangélistes à Mulhouse..Et leur dispersion aux quatre coins de l’hexagone..La même chose à Fribourg de l’autre côté de la frontière ..et l’histoire est bien différente et pour nous et nos voisins allemands..On peut faire de belles études sur ce qu’il aurait fallu faire etc etc..Mais aux Contamines cela a très bien été géré…A Carnac aussi avec un préfet réactif…Nul doute que la fermeture des frontières et le confinement localisé d’une partie frontalière changeait absolument tout…Quand vous écoutez le récit des urgentistes mulhousiens ..La vague ils savent ce que c’est..

    • C’est aussi une question que je me pose, le rassemblement évangélique a quand même un gros impact. Ils serait intéressant de savoir vers quels pays sont retournés les Chinois ayant fêté le Nouvel An à Wuhan, retour qui explique la vague dans le nord de l’Italie. Mais ils devaient venir aussi d’autres pays (et donc y retourner)

    • Les évangéliQUES ont quand même bon dos : et les 3.000 supporters de la Juve venus à Lyon alors que l’épidémie battait son plein en Italie ? Et Macron lui-même qui disait aux Français de vivre normalement jusqu’à quelques jours avant le confinement-qui-n’aurait-jamais-lieu ? Les évangéliques de Mulhouse ont vécu normalement, ils ont usé de leur liberté normalement, alors qu’on disait aux Français de vivre normalement. Leur mettre l’épidémie sur le dos est abject : cela permet d’éviter de voir les nombreuses fautes, erreurs, mensonges, lenteurs, contradictions, bâtons dans les roues aux gens et entrepreneurs qui tiraient dans le bon sens, de l’exécutif.

      • Tout à fait. Et que faire du fait qu’à peu près au même moment les services de santé des armées rapatriaient les Français de Wuhan mais en toute décontraction, sans quarantaine préventive au retour, sans désinfection massive etc. C’est d’ailleurs de là qu’est parti le cluster de l’Oise. Donc bon, les évangéliques (qui ne sont pas censés être garants de la sécurité et la santé de tous) sont officiellement les boucs émissaires et on oublie vite l’administration Française qui elle est censée être garante toussa, toussa…
        Nos médias disposent de privilèges (exorbitants) parce qu’ils sont supposés être les « combattants du peuple contre le pouvoir dévoyé » mais ils sont devenus les combattants du pouvoir contre le peuple supposé mal élevé, bête et coupable de tout les maux… Quelle déchéance.

    • Idem avec le foot : Bergame en Italie (Bergame /Valencienne), Lyon avec la « vague » 14 jours après…

  • Ces chiffres et tableau démontrent clairement, de manière indiscutable que l’on est dirigés par des incapables, Politiques , et Hauts-fonctionnaires, Ce sont ces gens nuisibles qui doivent être changés, quoiqu’ils leurs en coûtent !!!!

    • Ce n’est pas que les gens qui doivent être changés, c’est tout le système et son fonctionnement qui est en cause.
      Si vous ne changez pas ce fonctionnement et cette organisation, vous pourrez changer les têtes mais invariablement vous retrouverez les mêmes problèmes.
      Ce fonctionnement délétère détruit les énergies, casse les bonnes volontés qui finissent par s’éteindre ou s’enfuir. Cette organisation décourage la moindre prise de responsabilité (qui sera très rarement récompensée en cas de succès mais imparablement sanctionnée en cas de pb) et privilégie les phobiques rois des petites réglementations, du cerfa, du rapport en 3 exemplaires et de la gestion au petit pied.

  • Le nopbre de décès dépend de la manière de les comptabiliser. En France on a choisi d’avoir la main lourde: en cas de doute, le certificat indique « Covid19 », l’Allemagne ne pratique pas de cette façon.
    D’autre part, les chiffres sont, sembl-t-il, triturés par les « experts » de l’OMS présents dans tous les pays, avec un certain nombre de relais qui peuvent entrer en contradiction avec les politiques gouvernementales.
    L’Italie quant à elle, a révisé ses chiffres: seuls 12% des décès sont dus réellement au Covid19.
    Il est bien possible qu’après coup, on se rende compte qu’il n’y a pas eu de surmortalité significative.
    Le confinement, tests ou pas, est un objectif politique présenté comme un moyen sanitaire.

    • Un article qui permet de relier épidémie, crise économique et dictature
      https://www.levilainpetitcanard.be/mais-ou-est-le-loup/

    • La surmortalité Insee valide les chiffres de mortalité fournis chaque soir par le Salomon public.

      • Il faudra voir sur le long terme, les communications au jour le jour de Salomon sont orientées. Sur les 3 premiers mois de l’année, elle était inférieure à 2018. Ça augmenté début avril (on s’est trouvé avec un niveau similaire à la grippe de janvier 2017), et actuellement, le chiffre est en baisse, ce qui est logique puisque le nombre de cas critiques a commencé à diminuer mi-avril.

        • L’important est le nombre de décès qui auraient pu être évités, notamment si de vos proches en a été victime, et que les tests, partout où ils ont été conduits de manière avancée et extensive, ont manifestement évité bien des décès. Le confinement, en revanche, n’a pas eu le même effet, mais il faudrait encore une fois surestimer grandement la malignité de nos dirigeants pour penser que c’est une stratégie de leur part. Le confinement repose sur le même principe que les 80 km/h : saisir l’occasion d’apparaître comme les courageux sauveteurs de la population en s’imposant les sacrifices « nécessaires ». Pas besoin de machination pour que de telles occasions se présentent. Et le risque que l’énervement populaire déborde les dirigeants est tel qu’on ne peut raisonnablement penser que ces dirigeants l’aient inclus dans une stratégie à long-terme.

          • Notre gouvernement me paraît parfaitement décrit par l’expression : c’est l’occasion qui fait le larron.

          • On ne peut interréter correctement ce qui se passe sans l’arrière-plan du mondialisme qui est d’abord monétaire et financier, mais qui a des visées politiques totalitaires. Nos dirigeans en sont les marionnettes.

    • Allez sur le site de l’INSEE, vous y trouverez les chiffres de surmortalité par département depuis le 1er mars 2020. Un département comme le 93 a une surmortalité de 131% au 19 avril (231% de 2019), en valeur absolue près de 1.500 morts en plus. Les autres départements très touchés (Haut-Rhin, Bas-Rhin, etc.) : pareil. Il y a une vraie surmortalité liée au virus + il est vrai aussi à la gestion de crise (car des gens sont morts chez eux parce qu’on leur a dit de différer une opération, ou qu’ils ont eu peur d’aller chez leur doc, etc.).

      Estimer la surmortalité après coup sur l’ensemble de la France ne devrait pas être si difficile, on l’a bien fait pour la canicule de 2003.
      À partir de là, en divisant par le nb d’habitants, on pourra comparer entre pays de façon plus valable qu’actuellement où les modes de comptage à chaud diffèrent d’un pays à l’autre.
      Mon petit doigt me dit que la France restera très mal classée, sans parler des dégâts sur l’économie. Parmi les pays développés, nous serons parmi les pires globalement.
      La question sera de savoir si les Français auront la curiosité de faire ce bilan en comparant avec nos voisins. S’ils ne le font pas, c’est que CPEF.

      • Il y a du une forte surmortalité dans certains départements, mais le mois de mars 2020 a été moins meurtrier (57441) que mars 2018: 58641. Le mois d’avril a connu une augmentation sensible des décès mais on n’a pas encore les chiffres pour le mois entier. Il est notable que le nombre de décès Covid est tombé à environ 200/j en cette fin avril.
        Ce mois d’avril devrait ressembler au mois de janvier 2017 qui avait connu une virulente épidémie de grippe.
        En tout état de cause, il est parfaitement disproportionné d’arrêter toute l’économie ou presque, sans compter que ce n’est pas le meilleur choix en termes d’efficacitê.
        Sans parler des restrictions de libertés bien sûr.

      • Il y a une surmortalité « locale »… Sur le mois d’avril, clairement on meurt plus (mais pas partout) qu’en 2019 (mais toujours moins qu’en 2017, soigneusement non mentionné sur les chiffres, la grippe ayant été un peu musclée). Cependant la démographie des morts du COVID19 est « surprenante »… L’âge moyen et médian des morts est PLUS élevé que l’âge moyen au moment du décès pour tous les décès de 2017. Tout laisse à penser que, comme pour la canicule, les gens morts de cette maladie seraient de toute façon morts, en moyenne, cette année. Peut-être à l’automne, peut-être en mai, peut-être pour quelques uns bien plus tard, bien sûr, mais… Quand on comparera la mortalité globale de 2020 à celle des années précédentes on verra très probablement un pic. Mais il viendra après, à la rentrée : les morts du désespoir face à la crise économique, les morts du manque de soins, les morts de mal nutrition et de faim peut-être même, que le confinement ultra strict et son effet délétère sur l’économie auront causé.

    • Les certificats de décès en France sont trés mal conçus. De plus il est difficile de déterminer parfois les causes de décès, notamment dans les EHPAD. Il y a tellement de pathologies intriquées. La covid-19 a aggravé les décès sur des pathologies graves existantes : elle n’est pas la seule cause. Dans bien des cas une autre cause infectieuse aurait eu le même résultat. Tous les cas des EPHAD ont pour origine ; soit un personnel infecté (notamment suite aux elections) soit un retour d’un résident qui était hospitalisé, soit un infecté qui a été transféré faute se place ailleurs !

  • Le confinement ciblé, après tests, est en effet LA réponse idoine.
    Le confinement général n’est pas un confinement suffisant du point de vue sanitaire. On sort dans la rue, on fait ses courses dans les magasins, on est susceptible de ramener le virus dans son foyer, de le transmettre aux membres de sa famille qui à leur tour etc.
    La situation extrême est celle des maisons de retraites, où les gens sont confinés en grand nombre, et où il suffit d’un salarié pour faire une hécatombe.
    Et la condition nécessaire et suffisante pour faire du confinement ciblé est le dépistage.
    Le confinement général c’est le confinement du pauvre.
    Merci à l’auteur de le montrer de manière éclatante.

  • Le cafouillage semble mettre en lumière un dysfonctionnement du gouvernement et de son administration, le cafouillage est justifié par l’amélioration des connaissances scientifiques sur le Covid-19 et ces connaissances scientifiques sont validés ou invalidés par un conseil scientifique. Ce même conseil a été formé par Macron pour répondre à la crise sanitaire. CROIRE qu’un gouvernement jeune, sans expériences politiques est fait des erreurs est un biais facile à prendre. Croire que le mille feuille administratif nous a conduit à des retards importants dans la mise en place et l’achat de test, masque, respirateur ou encore de médicament est un biais facile à prendre. Je pense qu’ils savent très bien ce qu’ils font, où ils vont. Pour l’instant politiquement c’est du travail bien fait, le pays est de plus en plus fracturé, la crise économique aura bien lieu. « Le monde d’après » dont a parlé Macron dès sa première allocution sur le Covid-19, il l’a déjà en tête, manœuvrant son paquebot à cet effet. Mais nous en ignorons encore le contenu.

    • Malheureusement, ce n’est pas avec une pareille équipe de bras cassés (on en a déjà eu pas mal d’exemples avant le Covid-19) qu’un tel machiavélisme aurait la moindre chance d’être réalisé avec succès.
      Je pense plus au Rasoir de Hanlon (cf plus haut)

    • Le biais est devenu le point Godwin du Covid-19 pour tuer tout débat et tout questionnement sur cette crise.Est ce que votre théorie du biais tient aussi bien pour l’Allemagne,les pays de l’Est ….la Corée du sud,l’Islande,la Nouvelle Zélande qui au passage a baissé de 20% la rem de ses ministres,symbole peut-être mais pas pour ceux au chômage ou qui ont une baisse de revenu surement durable du fait de la crise,ce doit être aussi un biais!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Attention ! Pas de panique mais après le Covid-19, c’est la « triple épidémie » qui menace la France. Empressons-nous d’ajouter autant sur le plan sanitaire que des libertés publiques, ce que le tintamarre médiatique a un peu tendance à minorer.

[#COVID19] 📊 Point épidémiologique du 1er décembre ➡️ Nette accélération de la circulation du SARS-CoV-2 ➡️ Co-circulation des virus COVID-19, #Bronchiolite et #grippe : adoptons ensemble les gestes barrières 👉 Pour consulter le PE https://t.co/8UQFpghv4m pic.twitter.com/hD... Poursuivre la lecture

Depuis que les Chinois se révoltent contre trois années de politique autoritaire anti-covid, les admirateurs béats du modèle de gestion de crise de Pékin se font beaucoup plus discrets en France.

Ça y est, face à la pression populaire, les autorités chinoises ont décidé d’assouplir un peu la politique zéro covid. Un peu seulement, parce que la surveillance policière et numérique s’est étendue et la traque des dissidents et autres révoltés risque fort de s’intensifier.

La Chine de Xi Jinping est une dictature impitoyable, et comm... Poursuivre la lecture

Si l’on regarde la presse de grand chemin, la semaine écoulée fut parcourue des mêmes atermoiements énergétiques que d’habitude, des sempiternelles pleurnicheries politiques et sociales que la France connaît depuis trop longtemps et qui l’engluent dans un surplace maintenant problématique. En revanche, du point de vue des réseaux sociaux, la même semaine fut au contraire riche d’enseignements…

Si l’on suit un peu l’actualité balayée par un Twitter décidément très différent de ce qu’il fut il y a encore un mois, difficile de voir un lie... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles