Du confinement évitable au déconfinement problématique (1)

À l’heure où Emmanuel Macron organise le déconfinement, revenons sur l’impréparation et la cascade de décisions inappropriées de l’État quant au confinement évitable que subissent les citoyens français.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo by Sharon McCutcheon on Unsplash - https://unsplash.com/photos/dW6FP74AhIU

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Du confinement évitable au déconfinement problématique (1)

Publié le 23 avril 2020
- A +

Par Patrick de Casanove.

Partie I : le confinement

On entend parfois qu’il était difficile d’imaginer une épidémie de cette ampleur, parce qu’il s’agit d’un nouveau coronavirus, pour lequel l’humanité n’a pas d’expérience. Certes. Mais si c’était vrai, il faudrait être sacrément inquiet, parce que des épidémies avec de nouveaux germes, l’Humanité en connaîtra d’autres. Certains probablement bien plus agressifs que SARS-coV2.

L’Humanité a l’expérience des épidémies et les médecins savent ce qui est nécessaire pour rompre la chaîne de contamination. Même si ce n’est pas facile cela reste valable quelle que soit l’épidémie. L’Humanité a aujourd’hui beaucoup de moyens et, espérons-le, en aura encore plus demain.

Ce qui était surtout difficile à imaginer c’était l’impréparation et la cascade de décisions inappropriées de l’État, qui précipiteraient la France dans une crise autrement plus grave que le Covid-19 lui même.

Ce que révèle le Covid-19 c’est que l’État-providence s’est effondré comme un château de cartes. L’État stratège s’est lamentablement « viandé ».

Une épidémie maîtrisable

L’épidémie en elle-même était médicalement maîtrisable, sans confinement collectif. Bien des pays l’ont fait : Corée du Sud, Taïwan, Singapour, mais aussi le Vietnam présenté comme moins développé que nous, ou Hong Kong.

Bien gérée l’épidémie s’est révélée peu meurtrière.

Malheureusement en France, elle n’a pas été gérée médicalement. L’État n’a pas mis en pratique les principes basiques nécessaires à la rupture de la chaîne de contamination. Il ne s’est pas appuyé sur les acteurs de terrain. Il a traité l’épidémie politiquement et de manière centralisée.

Les politiciens ont l’entière responsabilité de l’épreuve que nous traversons.

Face à l’épidémie de SARS-coV2 la France était et reste démunie. Les Français sont enfermés à cause de l’incurie de l’État, pas à cause de Covid-19.

Ne pas perdre la face

Bien sûr tout le monde peut se tromper. Il faut tenir compte du facteur humain qui est faillible. Au début, il est possible de mal interpréter les données disponibles. Les réactions face à un événement sont prises en fonction de la culture, de la mémoire, du contexte, de l’émotivité des décideurs ou de leurs conseillers.

Mais, en cas d’erreur, il est toujours possible de corriger. Or les Hommes de l’État, quand ils se trompent, ne corrigent pas leurs erreurs. C’est vrai sur le terrain sanitaire comme sur le terrain économique. Ils ne modifient pas leur comportement au fur et à mesure que la réalité du terrain s’impose, à eux comme à tous.

Quand Emmanuel Macron dit « Nous en tirerons toutes les conséquences, en temps voulu, quand il s’agira de nous réorganiser », c’est une ineptie. C’est tout de suite qu’il faut commencer à corriger et ne pas laisser perdurer les erreurs, au risque d’en faire des fautes dont les conséquences dramatiques auraient pu être évitées.

Le problème initial vient du fait que les Hommes de l’État ont affirmé que la France était prête à faire face à Covid-19. Version moderne de « Il ne manque pas un bouton de guêtre ». À partir de là, ils ont été préoccupés par l’idée de ne pas se contredire ni perdre la face.

Un exemple simple peut être donné par la trop longue Adresse aux Français du 13 avril où, dès le début, Emmanuel Macron ne dit pas la vérité.

Quand, dès 3 minutes 30, il affirme « comme tous les pays du monde, nous avons manqué de blouses, de gants, de gels hydroalcooliques », c’est un mensonge. Les pays ou l’épidémie a été vaincue avaient, et ont encore, ces dispositifs en abondance.

Quand, dès 3 minutes 59, il prétend « il est difficile d’entendre qu’une pénurie mondiale empêche les livraisons », c’est encore un mensonge. Les Hommes de l’État ont sans cesse contribué à aggraver la pénurie en France.

Pour ne parler que des masques, la pénurie a été considérablement accrue par la politique de réquisition de l’État au détriment de la population, au détriment d’entreprises privées de pays amis ou au détriment des régions par des confiscations sur les aéroports. Pire que les Américains qui, eux, surenchérissent.

Cadenasser la société civile

Non seulement le gouvernement fait des erreurs et s’y accroche, mais il empêche les gens de les corriger. Le problème en France est que les Hommes de l’État sont tellement imbus d’eux-mêmes qu’il ne se remettent jamais en question.

Au nom du principe, très français, qui veut que l’État ne se trompe jamais et que les Français sont incapables de gérer convenablement leur vie. La culture collectiviste centralisatrice est tellement ancrée qu’elle interdit les adaptations à l’épidémie qui viendraient du terrain.

Surtout quand il s’agit de pallier ou corriger l’incurie du pouvoir. C’est un crime de lèse-majesté. Le politicien ne peut pas supporter d’être ainsi pris en flagrant délit de nullité. Nous assistons à la lutte de l’initiative individuelle et de l’adaptabilité, contre le centralisme et la rigidité.

Par exemple, au début de l’épidémie,

  • l’utilisation des tests diagnostics étaient sévèrement codifiée et restreinte,
  • la fabrication de solutés hydroalcooliques était réservée à des structures agréées mais interdites en dehors, même aux pharmaciens.

Autre exemple : après avoir, il y a quelques semaines, drastiquement réglementé l’utilisation du seul traitement qui pourrait être efficace, la fameuse Chloroquine/hydroxychloroquine, voilà que pour la même raison (pas de consensus scientifique), il ne systématise pas aujourd’hui le port du masque. Malgré les faits et les avantages de le porter systématiquement, très bien synthétisés par l‘Académie de médecine.

Non seulement le gouvernement ne demande pas de porter le masque, mais il attaque les maires qui veulent l’imposer sur leur commune.

Sur demande de Christophe Castaner, les arrêtés des maires sont retoqués au contrôle de légalité..

Un zèle mal venu

Quand ce n’est pas l’État, il y a toujours des gens pour empirer les choses.

Pour la Ligue des Droits de l’Homme, le port du masque systématique serait une atteinte intolérable à la liberté de circuler, et le tribunal administratif lui donne raison. Le Conseil d’État également. On lit dans son ordonnance du 17 avril 2020 : « L’arrêté contesté porte une atteinte immédiate à la liberté d’aller et venir et à la liberté personnelle des personnes appelées à se déplacer sur le territoire de la commune de Sceaux. »

Porter un masque porterait atteinte à la liberté d’aller et venir mais le confinement, qui est un enfermement, ne le ferait pas. Pourtant porter un masque permet d’alléger le confinement et de rendre la liberté d’aller et venir à la population. (Voir l’Adresse aux Français du 13 avril). Il n’est pas inutile de remarquer que la Ligue des Droits de l’Homme n’a jamais brillé par la défense des droits naturels (personnalité, liberté, propriété) en France.

Pour l’Union syndicale Solidaires (Sud) il y aurait des problèmes de sécurité pour les employés d’Amazon et cette entreprise devrait se contenter d’envoyer des produits essentiels. Elle a été suivie  par le tribunal de Nanterre. Triste victoire syndicale au détriment des personnes confinées qui ne sont même plus jugées aptes à choisir ce qui leur est nécessaire pour tenir pendant l’enfermement. C’est un syndicat qui décide pour elles.

Même les forces de l’ordre s’y mettent pour empêcher :

Outre le côté inhumain, les personnes sont considérées comme incapables de juger correctement ce qui est important pour elles. Il est du ressort des forces de l’ordre de le déterminer.

Cela met en évidence que la France est un pays où la loi est tellement pervertie que toute notion du juste et de l’injuste a disparu, ou est en voie de disparition. Cette notion est remplacée par ce qui est légal ou ne l’est pas.

Il ne pouvait donc s’introduire dans la Société un plus grand changement et un plus grand malheur que celui-là : la Loi convertie en instrument de spoliation. Quelles sont les conséquences d’une telle perturbation. Il faudrait des volumes pour les décrire toutes. Contentons-nous d’indiquer les plus saillantes. La première, c’est d’effacer dans les consciences la notion du juste et de l’injuste.
Frédéric Bastiat, La Loi (1850) 

Voir les commentaires (58)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (58)
  • Sur la chloroquine, il n’y a pas que l’incurie, du moins on peut sérieusement se poser la question.
    L’efficacité de la chloroquine sur le coronavirus SRAS-Cov au stade précoce a été établie par 3 études de très haut niveau à la disposition gratuite de tous par internet depuis 15 ans. Ces études ne pouvaient être ignorées des chercheurs et de l’OMS.
    Le SRAS-CoV2 est très proche de celui de l’épidémie de 2003. C’est cette dernière qui avait engendré ces recherches publiées en 2004 et 2005.
    Ce sont ces études sur lesquelles les chercheurs chinois se sont basés pour traiter des malades avec du phosphate de chloroquine dès février 2020, ce qui a donné lieu à une publication avancée le 17 février . A la suite de quoi, le Pr Raoult a repris ces résultats en associant l’hydroxycloroquine à un antibiotique pour davantage d’efficacité.

    Au vu de ces connaissances, on aurait pu au moins s’interroger sur la pertinence de traiter le personnel médical avec de faibles doses quotidiennes d’hydroxycloroquine afin de le protéger du virus.

    Bien plus: la chloroquine a été classée substance vénéneuse – donc délivrée sur ordonnance – le 13 janvier après 71 ans de vente libre. Mais ce qui interroge est plutôt le refus réitéré d’utiliser ce traitement au stade précoce de la maladie par le décret du 26 mars, qui s’ajoute à la campagne médiatique massive visant à discréditer le professeur Raoult.
    De quoi ouvrir une commission d’enquête…

    • Exactement. J’espère que des associations comme Anticor, si promptes à attaquer les politiques de droite, fera de même dans cette affaire sans ménager ni les gouvernants ni les professionnels de santé pléthoriques des différents Conseils créés en rafales par le Président de la République.

    • Donc, ce n’est pas un complot de l’état contre les français. Ni contre le européens ni un acte de bravour de sanofi de bloquer toute utilisation de cette molécule en France… Sans doute que la valeur marchande de son stock s’en trouve valorisee chez les bons payeurs…

      • Si c’est véritablement Sanofi qui a bloqué les stocks, quand il veut, l’état peut très bien réquisitionner. Et il y a d’autres moyens de pression. Il y a eu d’autres blocages ou incurie

      • Sanofi n’a pas très marché en bourse sur la période… Contrairement à d’autres groupes pharmaceutiques. Faut voir que l’hydroxychloroquine n’est plus protégée par brevets ou autre, n’importe qui peut en fabriquer (et c’est pas très compliqué en plus)…

    • Comme l’a dit notre « tueur national » (16 000 morts de plus que l’Allemagne, c’est quand même pas la faute à « pas de chance » !), les français « en tireront toutes les conséquences, en temps voulu »

      • La différence du nombre de morts vient beaucoup (surtout ?) de la façon de les compter. En France quelqu’un qui tousse et qui meurt sans cause mécanique évidente est « mort du coronavirus » (même si un arrêt cardiaque chez quelqu’un suivi pour insuffisance cardiaque ou qui a fait un infarctus il y a quelques mois est une « cause directe plus probable »…. ) D’ailleurs à bien y regarder en France, comme en GB, en Italie et en Espagne (étrangement les pays avec le plus de morts) on ne meurt pas officiellement « du coronavirus » mais « avec le COVID19 ». En Allemagne ils sont plus sérieux (ou n’ont pas réussi à forcer leurs médecins à être aussi légers que nos praticiens hospitaliers) et un « mort du COVID19 » est une personne dont les fonctions vitales ont été interrompues par l’action directe ou indirecte d’une infection avérée au SARS-CoV-2… Pas vraiment la même chose.
        D’ailleurs si vous regardez les stats, c’est très « drôle » en France depuis mi mars on ne meurt plus de la grippe ou de pneumonie et presque plus de maladies cardio-vasculaires… En fait tous ces gens sont désormais « morts du COVID ». Un peu comme les vieux en EHPAD dont il suffit qu’un cas ait été détecté sur l’EHPAD en question pour que tous les autres morts de cet établissement (et il faut bien l’admettre, on meurt « assez souvent » à plus de 90 ans quand on est « dépendant ») sont « morts du COVID ». Et comme dans le même temps on ne dépiste plus que les nouveaux malades suffisamment graves pour être hospitalisés, le taux de mortalité chez nous est un des plus élevés du monde…

        • nos médecins sont des fonctionnaires , quand on aura compris çà
          il y aura un tas de questions qu' »on ne se posera plus

        • Il y a tellement de biais que les chiffres sont forcément très approximatifs. Ils ne sont même pas capables de nous donner des moyennes mobiles dans leur chiffres journaliers pour qu’on y voit un peu plus clair sur ce qui se passe. On est sauvé le dimanche et foutu le lundi !

          • alan : C’est le comportement normal des fonctionnaires. Quand un gendarme ne sait pas trop l’origine d’un accident de la route, il ne va pas se fatiguer à déclencher une enquête. C’est plus simple de cocher la case « vitesse excessive » en bas à droite.
            Pour le coranovirus, c’est pareil. Avec un bonus : plus vous déclarerez de cas, plus vous aurez de budget.

    • « traiter le personnel médical avec de faibles doses quotidiennes d’hydroxycloroquine  »

      C’est une question que je me pose : si on a des traitements même d’efficacité limitée pour traiter une infection, ne peut-on pas avoir un traitement prophylactique pour le personnel exposé et en particulier les médecins et infirmières ? On ne peut quand-même pas se mettre une capote sur la tête comme pour le VIH.

    • La chloroquine a été classée « substance vénéneuse » en 1999.C »est son dérivé, l’hydroxychloroquine qui a été classée de même en janvier. Pour cette dernière, la procédure de lancement était en cours depuis 2018. On peut se demander s’il était bien opportun de la terminer, mais c’est une autre question.
      https://www.liberation.fr/checknews/2020/03/21/agnes-buzyn-a-t-elle-classe-en-janvier-la-chloroquine-dans-les-substances-veneneuses_1782466

  • J’adhère pleinement à cet article . Une précision pour les pays asiatiques : leur libéralisme au sens politique large ( vie dans la cité ) est plus limité voire absent ( Vietnam pays communiste) .C’est efficace , certes.
    Nous , c’est « droit de l’hommisme » poussé jusqu’à l’absurde avec une bureaucratie administrative qui n’a rien à envier aux pays communistes …

  • Un excellent résumé de la nullité de nos zélites.
    La solution était pourtant simple: copier le pays qui a été le plus efficace dans la lute contre le virus: la Corée du sud. Oui mais:
    – on croyait ne pas avoir de tests, ce qui était faux (il y en avait dans les labos départementaux, équipés pour tester 300 000 mammifères par semaine)
    – on n’avait pas de stock de masques (merci les imbéciles du ministère de la santé); à ce stade, si on avait envoyé un commando en Chine avec du cash, ils seraient revenus avec des dizaines de millions de masques. On a préféré l’appel d’offres des marchés publics (3 mois de délai en général)
    – on ne saurait tracker les gens parce que a) on n’a pas l’application et on ne va quand même pas demander aux asiatiques de nous la fournir, elle ne serait pas aux normes EU36581 v2 modifée en 2002 puis à nouveau modifiée en 2004 à moins que… b) de toutes façons, le seul moyen pour que ce tracking soir efficace est qu’il soit obligatoire pour sortir de chez soi; mais vous n’y pensez pas, il y a la RGPD!
    -et tout est à l’avenant.

  • « la défense des Droits Naturels (Personnalité, Liberté, Propriété) »

    Droits naturels : vie (sûreté), liberté, propriété (échange), résistance à l’oppression.

    Personnalité ? C’est un gag ?

  • Bravo pour cet excellent article. Effectivement, contrairement à ce que disent nos gouvernants, tout le monde n’a pas été aussi impréparé ni si peu réactif: au Maroc par exemple parmi d’autres, on trouve masques, gels… en supérettes à un prix dérisoire. Et ceci depuis des semaines. Quant à l’usage de la chloroquine soudain retiré de la vente, j’avoue être surtout étonné qu’aucune transparence des éventuels conflits d’intérêt de ces pléthoriques et très bavards « Conseils » (Scientifique, Care…) n’ait été publié, contrairement à ce qui est obligatoire.

    • C’est l’équivalent de l’affaire du sang contaminé qui recommence, encore une fois. Mais l’opinion étant éclairée par ce qui s’était passé à l’époque, ça risque de se terminer beaucoup plus mal cette fois-ci pour ceux qui auront sciemment empêché les Français de se soigner.

  • Bonjour
    Je pense que le gouvernement a peur du déconfinement. La population est restée bouclée pendant deux mois, humilié par les contrôles policiers. Les zaddistes et autres GJ vont sortir et mettre le pays à feu et à sang
    Une crise sanitaire mineure >> une crise économique majeure >> le chaos.
    Le gouvernement a peur et la peur n’est pas bonne conseillère.

    • Le gouvernement a peur du déconfinement à juste raison :
      – il n’a servi à rien : on est dans une phase de plateau, c’est à dire que malgré le confinement on est dans un taux de propagation de 1
      – on n’est toujours pas préparé : disponibilité des masques, conscience de la population de la nécessité des masques et d’éviter les contacts
      – on est au pied du mur : économie à l’agonie, troubles sociaux en vue lors que les prix flambent, les revenus s’écroulent, les difficultés d’approvisionnement se multiplient
      – les erreurs dans la gestion de la crise sont chaque jour plus évidentes, et les mensonges à camoufler de plus en plus nombreux : douloureux revirements dans la communication, langue de bois en ébène massif …
      – le gouvernement est contredit par le corps médical : médecins de terrain, spécialistes, académie de médecine
      – le gouvernement a de plus en plus de mal à contrôler les maires, les médecins, les zones sensibles, l’ensemble de la population qui n’en peut plus d’être enfermée …

      En fait tout ce qu’ils ont voulu éviter leur tombe dessus en même temps car ils ont reculé pour mieux sauter …

      • Bien d’accord avec vous, sauf sur le premier point. Les notes des RG (qui ne s’appellent plus comme ça) prévoient en sortie de crise un climat social dramatique pour le gvt.
        Le confinement total a qd même fait chuter le R0 de 2,5 à 1, mais comme le port du masque l’aurait fait si on en avait eu…

      • on a surtout pas été clair sur les buts du confinement..ce qui rend la sortie difficile.

        foutre une prune à un type qui se balade seul sur la plage le lundi en le traitant de fou irresponsable et envoyer les mômes à l’école le mardi..

        il faut quand m^me rappeler un truc aux français..vous voulez vous confiner..vous pouvez…

      • Le déconfinement n’est pas vu en Quebec de la même façon. Ils ont plus peur d’une courbe en W avec reprise d’un confinement plus sévère suite à une version 2.0 de cette « pandémie » (je rappelle que la définition de pandémie par l’OMS a été modifié pendant la grippe H1N1).

        • En W ou en M ?

          Comme le problème de la pandémie dépasse largement le problème sanitaire, reprise ou plateau ou longue décroissance ne me semble pas changer beaucoup le problème ?

    • Des ministres ont dit à P. de Villiers (d’après son témoignage): «On est pétrifiés, on est prudents car on est obligés de se couvrir»
      Pathétique. L’économie sombre et ils songent à se couvrir!!!

      • Sortez les, couverts !

      •  » Cover your ass !  » (Couvrez-vous le cul),

        en abrégé CYA, est une activité effectuée par un individu pour se protéger contre d’éventuelles critiques ultérieures, des sanctions légales ou d’autres répercussions, généralement dans un contexte professionnel ou bureaucratique. *

        Wikipédia anglais

        * Je rajoute politique…

    • gillib : j’irai plus loin. Le gouvernement ne veut pas de déconfinement, car gouverner devient beaucoup plus simple en face de prisonniers. N’oublions pas que leur hantise est la révolte du peuple.
      Je suis prêt à parier que ces têtes pensantes (!) nous concoctent un beau prétexte pour surseoir indéfiniment à notre libération. Ils ont déjà commencé à évoquer un « rebond » de l’épidémie, galop d’essai.

  • En Pologne il y a même des distributeurs de masques dans la rue …curieusement on parle peu de l’est de l’Europe qui fait mieux que nous alors notre président a toujours des coups de menton à leur égard lors des sommets européens car ils refusent d’adhérer à notre laxisme ,il est vrai que le socialo-collectivisme ils ont donné!

    • Pour la quasi totalité des médias (et des Français à qui on a bien bourré le crâne), l’Est de l’Europe est peuplée de sauvages crypto-fascistes.
      Comment imaginer qu’ils pourraient nous donner des leçons ?

  • pas loin de 16 millions de contrôle de dérogations .. et une flopée d’amendes …..voilà à quoi servent les forces de l’ordre …j’espère que les gens s’en souviendront ; un gouvernement en dessous de tout mais qui rackettent les citoyens ;

  • Du Raoult dans le texte, quand le Savant de Marseille éparpille :

    L’épidémie :
    « Le temps qu’il faut pour traiter ça est très court. Si on commence à faire des études qui se terminent quand il n’y a plus de maladie, ça veut dire qu’on ne peut pas lutter contre la maladie du tout […]
    Prendre deux médicaments aussi simples pour traiter quelque chose qui est une pneumonie, ça tombe sous le sens, sauf si on ne veut pas la traiter. »

    La liberté de parole :
    « Les médias traditionnels peuvent éventuellement qualifier de fake news ce qui ne sont pas les news que eux propagent […]
    Tout d’un coup explose le droit à la parole de tous que sont les réseaux sociaux, ce qui, bien entendu, entre en conflit financier avec le droit à la parole des médias traditionnels. »

    Le principe de précaution :
    « L’arrivée d’une maladie nouvelle aiguë est quelque chose à quoi l’ensemble des pays riches n’est pas prêt […]
    Il y a une déconnexion actuellement entre la richesse et la capacité à répondre à des situations de cet ordre […]
    Le principe de précaution n’est pas en adéquation du tout avec une situation de crise dans laquelle les conseillers, les gens qui décident, ne doivent pas être les mêmes. Ils ne peuvent pas être les mêmes parce que la question est d’une autre nature. »

    https://youtu.be/HrJBppuSEmk

    • « sauf si on ne veut pas la traiter »: tout est dit ici. Nos dirigeants ont été extrêmement compétents dans le fait de bloquer tout ce qui pouvait freiner le virus. Il y a eu vraiment trop de décisions irraisonnées, ou de manque de décisions évidentes, pour que ce ne soit pas voulu.

  • En résumé, au lieu de mettre tous les moyens en œuvre pour casser la chaîne de contamination, l’état a choisi de casser les chaines d’approvisionnement et les chaines de compétences dont le pays pouvait disposer spontanément.

    Constatant son impuissance à mettre en place le protocole requis (tester, diagnostiquer, isoler et traiter), l’état s’est jeté dans une série de mesures absurdes de contrôle des prix, de réquisitions et d’interdictions en tous genres…

    Et le tout en évitant de faire appel aux compétences disponibles qui ne demandaient qu’à faire leur boulot : médecins généralistes, labos privés, labos vétérinaires, cliniques privées, importateurs et spécialistes de la logistique… etc…

    Résultat : confinement total et déconfinement chaotique en perspective…

    • Je dois dire que je ne me fais aucune illusion sur Macron depuis l’aveuglement et l’entêtement dont il a fait preuve dans la gestion de la crise des GJ.

      Mais je l’aurais cru suffisamment intelligent pour se méfier de la bureaucratie. Ben non !

      • Il s’en méfie. Cf ses discours sur l’Etat profond. Mais il reste impuissant, du fait de la grande puissance de la bureaucratie et surtout de sa propre inertie sur le sujet. Par ex, il avait promis de faire du spoil system, pourtant c’est le Président qui aura fait le moins valser ses directeurs d’administration centrale. Grand diseux, petit faiseux.

      • « C’est tout de suite qu’il faut commencer à corriger  »
        d’accord sauf que personne ne peut , meme pas macron , l’administration s’en tape de macron , elle gouverne avec les syndicats et basta

      • alan : « Mais je l’aurais cru suffisamment intelligent pour se méfier de la bureaucratie ».
        Eh, vous parlez de sa famille, là. Et il n’est pas encore assez mûr pour se dresser contre elle.

  • C’est un peu répétitif comme article… Presque du French baching. On parle plus
    des masques ou j’ai pas tout lu, ah non de la
    nivaquine…

  • Merci M. de Casanove, tout ce que vous dites est ce que je pense (en plus poussé souvent ?) et qui me fait bouillir de rage devant ces mensonges pourtant évidents et effectivement l’injuste qui devient la règle. Je faisais des bonds pendant la tirade de Macron qui disait « tous les pays » etc.
    Les chiffres de 19h15 curieusement ne mentionnent que les pays qui font pires que nous ! Etc etc.

  • Raoult = Montanier…on passe…
    Le cluster des évangélistes à Munich…Les allemands ne rigolent plus du tout..et nous ..confinés nous avons des régions touchées à 1,4%..Comme dans la mienne…et nous sommes très forts…lâchez vous sur les moins plus il y en aura plus j’en serais satisfait..!!!
    Ce qui ne veut pas dire qu’il n’y a pas plein de choses à revoir à tous niveaux…Pour conclure deux clusters initiaux:…Les Contamines et Carnac…Aucun problème de gestion et aucune propagation…bravo…A la Coréenne..

    • Raoult, Montanier … Il suffit d’aller sur Internet pour trouver tous les avis possibles et imaginables sur le virus, la crise, les causes, les conséquences, les complots, ce qu’il faut faire … Il faut passer sur les élucubrations, les délires « d’après » et essayer de trouver des propositions constructives

      Les régions confinées où il y a une dizaine de cas … On ne frôle plus mais enfonce le ridicule. Cela fait partie des délires – mais c’est carrément destructif.

      • Tout à fait d’accord avec vous…Hormis le quart Nord-est ..Tout le pays devrait être complètement déconfiné car en plus il y a largement les moyens de faire face au virus..et la grande majorité des français est plus que soucieuse des gestes barrières…

    •  » Les Allemands ne rigolent plus  »

      En fait mon frangin dans la région de Cologne se balade avec sa femme où et quand il veut; les restos et les magasins de fringues sont fermés, mais les « Baumarkte » (bricolage) n’ont jamais fermé.

      Et à quelques km de chez moi les magasins de meubles vont rouvrir le 27.04. (mais pas qu’eux)

      https://images.maileon-static.com/c/PoCAB7hpJco-BKaQQ8iZUQ

      Mais pas pour moi, la milice veille…

  • « toute notion du juste et de l’injuste a disparu, ou est en voie de disparition. Cette notion est remplacée par ce qui est légal ou ne l’est pas. » remarque tout à fait intéressante et qui débouche sur des questions de morale ou de transcendance philolog.fr/pourquoi-le-legal-nest-il-pas-toujours-le-juste/

  • Si a un moment donné il y a des problèmes d’appro alimentaire on va « rigoler » : réquisition suivie de son acolyte pénurie , je crois que l’on va finir avec des tickets comme feu nos aïeux en 40 …

  • En 2009, nous avions un stock de 1 milliard de masques chirurgicaux et de 723 millions de FFP2. Décision de constituer ce stock prise par l’État. Gestion par l’État lui-même.

    Puis l’État a décidé de décentraliser la gestion. Les chirurgicaux sont tombés à 150 millions, et les FFP2 se sont évaporés. L’État ne s’est pas inquiété du niveau du stock, mais faudrait savoir: la décentralisation consiste à laisser des responsabilités aux autorités décentralisées. Sinon, ce n’est plus de la décentralisation.

    https://www.lci.fr/sante/coronavirus-epidemie-covid-19-pourquoi-la-france-est-en-penurie-de-masques-ffp2-2148489.html

    • Des FFP2, j’en ai récupéré il y a quelques années pour bricoler les carrosseries.
      Ils étaient passés de date et bons à jeter…

      Aujourd’hui quand j’en met pour sortir, les gens se demandent à qui j’ai bien pu les voler, enfin je le suppose, à les entendre s’épandre en anonymes sur les réseaux asociaux…

  • Les deux articles de ce jours de M. de Casanove sauvent l’honneur de Contrepoints. Mieux vaut tard que jamais. Jusqu’à maintenant, il me semblait que La petite bête était bien seule pour tenter de faire le travail d’information qui s’imposait afin de sortir de la confusion entretenue par les pouvoirs en place.
    L’ignominie des mesures punitives prises par ce gouvernement indigne nous a humiliés comme seule une puissance ennemie aurait pu le faire. Au cas où nous en aurions douté, notre pays est bien sous la coupe d’un Occupant de l’intérieur, une bureaucratie monstrueuse, dont nous devons maintenant savoir comment nous en débarrasser.

  • Concernant l’hydrochloroquine l’erreur du gouvernement est plutôt d’avoir laissé la parole au Pr. Raoult qui sur une « intuition » a ridiculisé la science française et augmenté le risque pour des milliers de patients. Un chercheur qui triche sur ses résultats sur un sujet aussi chaud aurait dû immédiatement être mis au placard.
    Maintenant que toutes les études sérieuse sur le sujet font consensus pour dire que l’effet de la potion magique est d’augmenter le risque pour le patient il est déplacé de dire que le gouvernement aurait dû en distribuer a tout va.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Yves Bourdillon.

Imaginez.

Imaginez qu’une pandémie démarre à Vert-le-Petit (Essonne), siège d’un des trois labos P4 français. Qui croirait les explications de Paris selon lesquelles ce virus aurait été transmis naturellement à l’Homme par une perdrix ?

C’est pourtant l’exploit qu’a réussi Pékin en imposant depuis un an au monde entier le récit selon lequel le SARS Cov 2 qui provoque la maladie Covid-19 proviendrait d’une chauve-souris vendue sur le marché de Wuhan, dont le hasard voulait qu’il se trouvât à proximité ... Poursuivre la lecture

sécurité sociale
2
Sauvegarder cet article

Récemment, la Cour des comptes a refusé de certifier les comptes de la Sécurité sociale pour des raisons de fiabilité sur le montant de son déficit. Entre autres : un désaccord de près de 10 milliards d'euros sur le déficit du régime général entre 2020 et 2021… mais aussi des erreurs importantes sur le versement des prestations de retraite.

Cela n’aura échappé à personne : en plus d’être une gabegie financière, la Sécurité sociale souffre d’un cruel manque de transparence. Aujourd’hui, le niveau d’étatisation est tel que la France occu... Poursuivre la lecture

Par Daniel Lacalle.

Les chiffres macro-économiques les plus récents montrent que le ralentissement chinois est beaucoup plus sévère que prévu et qu'il n'est pas seulement imputable aux confinements liés au Covid-19.

Les confinements ont un impact énorme. 26 des 31 provinces de Chine continentale connaissent une augmentation des cas de covid et la crainte d'un confinement de type shanghaien est énorme. Les informations en provenance de Shanghai prouvent que ces fermetures drastiques causent d'énormes dommages à la population. Des... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles