Crise du Coronavirus : ce que traduit la quête du monde d’après

L’après ne doit probablement pas être conçu comme une sorte de 11 novembre 1918, quand tout à coup les canons se sont tus, mais plutôt comme une lente, très lente émergence.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
coronavirus source https://unsplash.com/photos/4I6VHLP5Ws4

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Crise du Coronavirus : ce que traduit la quête du monde d’après

Publié le 16 avril 2020
- A +

Par Philippe Silberzahn.

Passée la période de stupéfaction face à l’épidémie soudaine du coronavirus, tout le monde se précipite aujourd’hui pour nous parler du « monde d’après » qu’il faudrait construire. Le monde d’après, mais après quoi ? Nous sommes encore dans le pendant ! Déporter le débat sur le monde d’après traduit une incompréhension de ce que nous vivons et nous détourne de l’action pour résoudre les problèmes auxquels nous sommes confrontés aujourd’hui.

Plutôt qu’un « après », il y aura peut-être un long « pendant »

Parler du monde d’après traduit une incompréhension de ce que nous vivons, qui dès lors est caractérisé avec le mauvais modèle mental. Dans ce modèle, l’épidémie de coronavirus est vue comme un événement désagréable mais relativement bref, et donc après lequel nous pourrons rapidement passer à autre chose.

Mais rien n’est moins sûr. L’épidémie a débuté aux alentours de novembre 2019 en Chine (et peut-être bien avant) et se développe aujourd’hui progressivement dans le monde entier, pays après pays dans une espèce de long tsunami. Ce qu’on découvre peu à peu du virus peut laisser penser qu’il n’est pas une sorte de grippe qui disparaîtra bientôt, mais plutôt une maladie complexe, qu’on sait très mal soigner.

Il subsiste énormément d’incertitude : nous ne sommes même pas certains que ceux qui en sont guéris aient acquis une immunité. Le coronavirus est donc probablement avec nous pour longtemps, devenant une sorte de maladie chronique – au mieux – avec son cortège de malades et de morts au long cours, et d’habitudes sanitaires contraignantes qu’il faudra conserver.

Plutôt que regarder le coronavirus comme un événement bientôt terminé, il faudrait dès lors plutôt le voir comme un long processus qui se développera encore plusieurs semaines, voire plusieurs mois ou même plusieurs années. En cela le coronavirus est peut-être moins proche de la grippe espagnole (très mortelle mais très brève) que du Sida (un peu moins mortel mais très long), du moins dans sa nature : il a fallu près de trente ans pour réussir à maîtriser à peu près ce dernier.

C’est donc bien un long « pendant » qu’il faut gérer, et non pas un « après ». L’après ne doit probablement pas être conçu comme une sorte de 11 novembre 1918, quand tout à coup les canons se sont tus, mais plutôt comme une lente, très lente émergence.

Un modèle mental, celui de l’idéal

Plus généralement la quête du « monde d’après » qui se développe en ce moment traduit un modèle mental tout à fait dominant dans notre pensée et notre identité, surtout française, celui de l’idéal.

Ce modèle mental de l’idéal conduit le chef d’entreprise à développer une vision ambitieuse et lointaine, il conduit les stratèges à viser haut et à viser loin, mais il conduit aussi les responsables politiques à tracer de grands desseins, et à le faire avec des grands mots : pacte républicain, transition écologique, vivre ensemble, nouvelles solidarités, enfin plein de choses relativement vagues, suffisamment vagues en tout cas pour que personne ne puisse vraiment être contre et que tout le monde s’y retrouve, enfin presque.

C’est d’ailleurs la grande utilité du « monde d’après » : elle permet à chacun de placer ses propres modèles mentaux, de récupérer l’événement pour le mettre au service de sa propre cause. « Le coronavirus montre bien que le monde de demain devra … » remplis toi-même les pointillés avec la cause de ton choix et gagne deux places dans la commission citoyenne de ton quartier. Même Arnaud Montebourg et sa démondialisation semblent ressuscités par le virus, c’est dire ! Bien souvent, le monde d’après ressemble plutôt au monde d’avant rêvé depuis longtemps par des utopistes de tous bords, de droite à gauche, mais c’est un autre sujet.

Le paradoxe de tout cela, bien sûr, est que le coronavirus a bouleversé toutes les visions et toutes les prédictions sur le monde futur ; la réaction normale aurait pu être de cesser de faire de telles prédictions, mais non : rien n’a été appris, et on recommence à en faire. « Le monde d’après sera comme ci », « Le monde d’après sera comme ça », etc. Il ne sera rien de tout ça.

Évoquer le monde « d’après » nous éloigne du monde « de maintenant »

Mais ce n’est pas tout : le modèle mental de l’idéal nous amène surtout à disserter sur ce que devrait être le monde idéal de l’après coronavirus, plutôt que s’intéresser à ce qui se passe maintenant.

Pourquoi cette préférence pour là-bas, demain, dans l’idéal, plutôt que ici et maintenant ? Une des raisons est qu’il est naturellement plus facile de parler d’un idéal lointain que de se plonger dans la gestion de la dure réalité. Je l’ai observé chez beaucoup de chefs d’entreprises, mais c’est aussi la posture de la plupart des responsables politiques : quand la réalité nous échappe, et qu’au fond elle nous répugne, parlons d’un idéal lointain et de lendemains qui chantent.

Au fond, l’idée du monde d’après est une illusion, une forme d’opium du peuple, de religion qui permet d’accepter la souffrance d’aujourd’hui parce qu’il y a un demain, ailleurs, rédempteur. L’idéal est le refuge des ectoplasmes et des mouches du coche. On parle du monde d’après et on est toujours incapable de fournir des masques aux infirmières et de tester la population.

Cette illusion traduit en outre deux convictions étonnantes, chez ceux qui promeuvent ce monde d’après :

— La première conviction, c’est que l’épidémie appelle nécessairement un monde d’après, que plus rien ne sera comme avant ; or ce n’est pas ce que l’on a observé avec les épidémies précédentes, cela n’a donc rien d’évident. On peut très bien imaginer un retour à la normale après une grosse frayeur, c’est ce qui s’est passé avec la grippe espagnole et la grippe dite asiatique de 1956.

— La seconde conviction des promoteurs du monde d’après, c’est qu’ils seront en mesure de définir celui-ci. Quelle présomption ! Ainsi le député écologiste Yannick Jadot déclarait-il récemment : « Organisons un Grenelle du monde d’après ». Le choix du mot « Grenelle » n’étant évidemment pas anodin, il traduit un fort modèle mental selon lequel le monde devrait être organisé et régi par quelques démiurges autour d’une table, en France bien sûr, et à Paris cela va de soi.

On n’est pas certain que les Chinois soient d’accord, si tant est qu’ils prêtent la moindre attention à ce projet. La cruelle vérité est que le monde se fiche bien de ce que pensent les intellectuels français, tout officiellement estampillés qu’ils soient, du monde d’après. Il se fera sans eux.

Opérer un renversement : ici et maintenant

Opérons plutôt un renversement. Si l’épidémie soudaine du coronavirus montre une seule chose, au moins une, c’est que le monde correspond rarement à ce que nous prévoyons. Nous sommes dans un monde d’incertitude et de surprises. Ce qui arrivera ne sera pas ce que nous aurons prévu, et ce que nous aurons prévu n’arrivera probablement pas. Il faut donc abandonner ce terrible modèle mental de l’idéal, cette idée que nous ne pouvons avancer que si nous avons une grande ambition, un grand dessein, une vision ambitieuse.

Non seulement comme nous l’avons vu, elle permet aux dirigeants d’échapper à leurs responsabilités en nous parlant de demain plutôt qu’en gérant aujourd’hui, mais en outre elle nous envoie dans le mur. Le monde d’après est celui de la parole gratuite, celui des imposteurs intellectuels, celui des soldats de rencontre, des ralliés de la 25e heure, des prédateurs et de tous ceux qui ont quelque chose à nous vendre. Ayons simplement en tête que nous ne sommes pas obligés de leur acheter.

Le renversement à opérer, c’est celui proposé par le philosophe Clément Rosset et par la pensée entrepreneuriale de l’effectuation : il faut tuer notre double idéal, cette marionnette que nous créons avec nos objectifs inatteignables, et revenir à nous-même, à aujourd’hui, à ici et maintenant, au « pendant » le virus, et non plus au « après le virus ». Car chacun l’aura compris, nous ne pouvons agir que dans l’ici et maintenant, en acceptant ce qui est ici et maintenant, à partir de ce que nous avons sous la main et en fonction de la façon dont se déroulent les événements.

Sur le web

Voir les commentaires (19)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (19)
  • J’ai vécu à l’étranger pendant longtemps. Je vis toujours loin de la France Hexagonale et je bois les paroles de M. Silberzahn « la cruelle vérité est que le monde se fiche bien de ce que pensent les intellectuels français ».
    En fait, je vais en mettre une couche de plus : « le monde se fiche bien de ce que pensent les français (et les européens en général) sur l’avenir de la mondialisation ». Les sud-américains, les asiatiques, les africains par exemple se fichent de la décroissance comme de l’an 40, sans parler des délires de sobriété ou de justice sociale.
    En fait, quand je lis les délires gauchisants des médias français, je déprime, puis je me rappelle que cela ne concerne qu’une infime minorité de la population mondiale et je souris…

    • + 1000
      Dans le même cas que vous, Lucdloc (mais 6 mois par an seulement), je ne peux qu’approuver. En ajoutant que cette indifférence vis à vis des ces intellos français existe largement dans cette Europe d’autant plus méprisée par ceux-ci qu’elle est exclus de ce qu’il nomment « l’Europe » (la leur, c’est à dire l’UE et ses petitesses).
      Par contre, les Français qui ne participent pas à cette doxa gauchisto-écolo sont appréciés, leurs propos écoutés.
      Non, Ludloc, ne pas déprimer, si ce n’est par compassion pour ces pauvres c.nnes et c.ns qui ne comprennent pas la vie, et gâchent non seulement la leur mais également hélas celle de leurs concitoyens.
      Oui, « la cruelle vérité est que le monde se fiche bien de ce que pensent les intellectuels français » !

    • « Le monde se fiche bien de ce que pensent les français sur l’avenir de la mondialisation. » Très bon argument massue à ressortir à gogo. Bravo.

    • non seulement, ils s’en fichent, mais s’ils s’y intéressaient vraiment, ce serait pour déplorer que ces français paient avec leurs impôts ces « intellectuels » (qui n’existeraient tout simplement pas sinon !).
      Et d’arriver à la conclusion : qu’est-ce qu’ils sont c… !

  • Le problème dans un pays comme la France, « l’ici et maintenant » n’est, pour un grande partie de la population, qu’un immense blocage. Le niveau de difficulté étant bien trop élevé pour passer la plupart des étapes. Ces blocages sont autant psychologiques que physiques : déterminisme social et psychorigidité des structures publiques et privés. Une fois enfermé dans une case, seuls les plus doués ou les plus aidés peuvent prétendre s’en affranchir, le reste s’accroche à sa case comme l’arapède sur son rocher. En regardant bien on remarque, d’ailleurs, que dans nombre de secteurs d’activités (TPE, PME, Audiovisuel, etc.), le népotisme fait rage. « L’ici et maintenant » n’a donc pas le même potentiel selon l’endroit ou l’on vit et la famille dont on est issue. Incontestablement, c’est cela qui aide à nourrir cette idéalisme fatale.

    • @Margo
      L’excuse des blocages que vous évoquez est décourageante, elle empêche de voir le potentiel de la situation. Or il y en a toujours un et il y en a même toujours une infinité. Le blocage qui nous empêche de le voir, c’est celui qui nous bloque sur un idéal trop limitant car trop borné. Il faut lire, faire lire et approfondir cet excellent article très libérateur.

  • Mieux vaut l’imparfait présent que le plus que parfait futur.

  • Si un vaccin intervient d’ici 8 à 12 mois, cette histoire ne durera pas « des années ».
    Et si nous copions la Corée du sud, on pourra revivre à peu près normalement….. pardon, on me dit dans l’oreillette que ce n’est pas possible à cause de la RGPD.
    C’est ballot, hein, une réglementation imbécile qui va tuer quelques milliers de nos seniors de plus qui auraient bien aimer vivre encore un peu.

  • « elle permet aux dirigeants d’échapper à leurs responsabilités en nous parlant de demain plutôt qu’en gérant aujourd’hui » A quoi croyez vous que sert l ‘hystérie climatique ?

  • J’adore le discours de nos expats qui critiquent la France et ses composants et qui reviennent la queue entre les jambes dès qu’ils ont un problème dans leur pays d’accueil… Et le monde justement envie nos intellectuels. Soit dit le monde d’après…

  • Si monde d’après pouvait ressembler au monde d’il y a 10 ans, quand nous avions en stock 700 millions de FFP2, ce serait déjà pas si mal !

  • On ne sait pas ce que sera le monde d’après, mais en attendant, c’est un massacre.

    https://www.advisorperspectives.com/images/content_image/data/8b/8b57d990c8928bcbe766d07020c81101.png

  • J’avais délaissé l’article, car les divagations à la mode sur « le monde d’après » m’exaspèrent.

    En fait, bravo merci à P. Silberzahn qui exprime ce que je pense. Le « monde d’après » est le monde rêvé d’avant de ceux qui avant, pendant comme après continuent à nous enfumer de leurs lubies. Ils nont pas pris conscience du problème actuel ni de ses causes, ils n’ont aucune idée de quand et comment on peut en sortir, et ils nous resservent les mêmes utopies qu’avant.

    La seule question est : sont-ils simplement ridicules ou carrément dangereux ?

  • Concernant la France, c’est bien leur monde d’avant qui nous a mis dedans ?
    Et après, ils en veulent encore plus de ce monde d’avant pour après ?
    Débile…
    On ne veut pas de leur monde d’avant pour après mais au contraire plus de ce qui marche chez d’autres : c’est à dire tout ce qui est à l’opposé de leur monde d’avant qu’ils veulent encore nous vendre pour après.

  • Si le monde d’après c’est plus d’autonomies données à l’individu, beaucoup moins de centralisation, avec plus de pragmatisme et de consciences des réalités par nos dirigeants, je suis preneur. Sinon c’est sans intérêt.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Si l’on regarde la presse de grand chemin, la semaine écoulée fut parcourue des mêmes atermoiements énergétiques que d’habitude, des sempiternelles pleurnicheries politiques et sociales que la France connaît depuis trop longtemps et qui l’engluent dans un surplace maintenant problématique. En revanche, du point de vue des réseaux sociaux, la même semaine fut au contraire riche d’enseignements…

Si l’on suit un peu l’actualité balayée par un Twitter décidément très différent de ce qu’il fut il y a encore un mois, difficile de voir un lie... Poursuivre la lecture

Par Jacob Sullum.

 

Twitter a récemment annoncé qu'il n'appliquerait plus son interdiction des "fausses informations liées au Covid-19", une catégorie définie de manière floue allant des affirmations de faits manifestement fausses aux déclarations vraisemblables ou vérifiables jugées "trompeuses" ou contraires aux "conseils de sources faisant autorité en matière d'information sur la santé publique mondiale et locale".

Le changement de politique remarqué pour la première fois par les utilisateurs environ un mois après... Poursuivre la lecture

Au prétexte de protéger les gens, il y a eu des abus de toute part et on a dépensé sans compter.

Bien que loin des mesures chinoises, les politiques de plusieurs pays occidentaux durant la pandémie étaient à des années-lumière de leurs idéaux libéraux qui les séparent des régimes totalitaires. L’heure des comptes semble enfin avoir sonné pour certains.

Le Canada tient présentement des audiences au sujet des abus du gouvernement de Justin Trudeau dans son utilisation de lois d’urgence face au convoi des camionneurs plus tôt cette... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles