Coronavirus : le coût de l’incompétence

L'incompétence du gouvernement actuel a directement et indirectement provoqué des victimes lors de cette pandémie.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Coronavirus : le coût de l’incompétence

Publié le 15 avril 2020
- A +

Par Nasier Ockham et h16.

Il aura fallu 58 jours après les premiers cas de Covid-19 en France pour qu’Olivier Véran, apparemment ministre de la Santé, déclare :

Nous étions un pays qui n’était pas préparé à une crise sanitaire du point de vue des masques et des équipements de protection en raison de décisions prises il y a neuf ans.

Deux jours plus tard, Sibeth Ndiaye, égale à elle-même, affirmera cependant avec aplomb :

On ne peut pas dire qu’il y a eu un défaut d’anticipation de cette crise, bien au contraire.

Nous avons à présent dépassé les 80 jours d’épidémie sur le territoire français et les mêmes prodiges sont maintenant durs à la tâche sur une éventuelle sortie de confinement, pendant qu’Emmanuel Macron, soignant avant tout sa communication, va rendre visite au Professeur Raoult. Devant ces prouesses d’organisation de nos dirigeants, difficile de se départir de l’image d’un poulet sans tête courant en tous sens.

Cependant, ce gouvernement pouvait-il mieux faire ?

Épluchons les faits et revenons en 2003, l’année où le Pr. Raoult est justement commissionné pour pondre un rapport (qu’on pourra lire ici) qui prévoit l’apparition de virus mutants respiratoires (ce qu’est le SARS-CoV-2), que sa diffusion se fera par l’avion, et qu’en conséquence, il faut organiser isolements et quarantaines aux aéroports. Raoult recommande bien sûr de développer l’usage des masques, d’équiper les aéroports (d’infirmeries), de développer la capacité des laboratoires pour les tests… Exactement ce qui a fait défaut en France, au contraire de l’Allemagne ou des pays asiatiques, dont la mortalité est bien plus basse que la France, l’Italie et l’Espagne.

En 2007, les USA publient un guide complet d’action en cas de pandémie – remis à jour en 2017, ici – qui contient tous les éléments de ce que n’ont justement pas fait les États déficients d’aujourd’hui : tests précoces, quarantaines des malades, traçabilité des contaminations, confinements partiels et volontaires, généralisation du port du masque, contrôles aux aéroports etc.

C’est d’ailleurs dans ce guide qu’apparaît pour la première fois l’illustration reprise sous différentes formes par beaucoup de nos médias depuis, sur la nécessité d’écraser la courbe épidémique :

Le premier mars de cette année, la veille même du jour où Sibeth Ndiaye explique qu’il n’y a pas d’épidémie en France, le Pr. Raoult publie un article expliquant par le détail comment, en l’absence de vaccin, une organisation rationnelle permet de minimiser la pandémie et la garder en dessous du niveau de saturation de l’accueil par les hôpitaux.

Il y décrit six grands principes pour une intervention correcte permettant de contrôler l’épidémie :

  • préserver le système de santé,
  • informer sur les traitements existants pour éviter les sur-médications,
  • mettre en quarantaine les cas de symptômes légers,
  • éviter les antagonismes entre pays, la communauté médicale devant fonctionner de façon globale ;
  • accélérer les recherches de traitement, parmi lesquelles il recommande le sien ;
  • contrôler la panique et éviter les mesures exagérées qui accroissent la frustration de la population, maltraitent l’économie et donnent un faux sentiment de sécurité.

Il apparaît donc, au vu de ces éléments que le gouvernement français, comme les autres gouvernements et l’OMS étaient tous bel et bien avertis. Par préférence politique, incurie, incompétence et peut-être aussi une bonne part de cynisme, le gouvernement français a donc choisi de ne pas se préparer, de ne pas se référer aux meilleurs spécialistes mondiaux et a choisi de minimiser l’épidémie.

Ainsi et par exemple, dans les aéroports français, il n’y a jamais eu et il n’y a toujours pas de scanners de température, de questionnaires obligatoires, de visite médicale pour les suspects et de mise en quarantaine des individus suspects, sans même parler de tests, alors que ceci est routinier dans d’autres pays.

Tous les épidémiologistes savent, et les gouvernements devraient le savoir aussi, qu’on contrôle une épidémie en testant très tôt de façon généralisée et en appliquant des mesures de distanciation sociale et de quarantaine ciblées ne confinant que les personnes testées positivement et celles qui ont été à leur contact. Des plans précis existent à ce sujet depuis 2007 ; dès le 19 février et sur tous les médias possibles, l’OMS rappelait encore que « plus les patients sont dépistés et traités tôt, mieux ils s’en sortent ».

Plus les tests sont généralisés, moins on aura besoin de confinement généralisé et de paralyser l’économie. Ceci suppose de pouvoir enquêter avec diligence, et signifie aussi annuler tous les grands rassemblements – au hasard, des événements comme des matchs de foot ou des élections.

On pourra d’ailleurs tester l’impact des mesures de distanciation sur un petit simulateur en ligne qui reprend les éléments des rapports américains de 2005 et 2017 ; si ce site web présente un cas théorique et didactique et n’est bien sûr pas calibré pour représenter le cas réel de ce qui se passe en France en ce moment, le scénario de base montre cependant bien comment approcher au plus près le cas idéal. On obtient ceci (cliquez sur l’image pour agrandir) :

Dans ce scénario, on y active des mesures de distanciation sociale généralisées dès le trentième jour de l’épidémie (tests généralisés et contrôles systématiques aux aéroports pour des quarantaines ciblées et systématiques, exactement comme ont fait la Corée du Sud, nombre de pays asiatiques, et l’Allemagne). En modifiant les paramètres, on verra que si les mesures sont prises 15 jours trop tard ou plus, la différence avec une épidémie incontrôlée devient faible (cliquez pour agrandir) :

À l’inverse de tout ce qui est pourtant recommandé, pendant ce mois crucial la France a cependant choisi la temporisation, l’improvisation, la communication et la politique politicienne : Véran ne déclarera le stade 1 de l’épidémie qu’à son 31ème jour, et son stade 2 au 34ème jour, alors même que la porte-parlote soutenait le 39ème jour qu’il n’y avait « pas d’épidémie » en France. Pire encore : le président lui-même recommandait d’aller au théâtre le 43ème jour de l’épidémie, et (pompon !) le gouvernement a maintenu des élections le 52ème jour… En lieu et place de distanciations sociales dès le 30ème jour.

Ce ne sera qu’au 55ème jour que le gouvernement se résoudra à un confinement généralisé dans la panique et la désorganisation complète, poussant la France au milieu du pire scénario possible, quasiment celui contre lequel le Pr. Raoult met en garde 21 jours auparavant.

Parallèlement, on notera que l’Allemagne a suivi les consignes générales des épidémiologistes, en s’organisant pour des tests généralisés dès janvier. Elle enregistre son premier cas de Covid-19 juste trois jours après le premier cas français, et, au 10 avril, n’a pas un système hospitalier aussi dégradé qu’en France : avec un peu moins de contaminés que la France (1466 par million, contre 1913), il semble au vu des chiffres que son pic épidémique soit passé, avec 33 morts par million d’habitants (contre 202 en en France, soit 6 fois plus).

Ce différentiel de traitement, cette légèreté française dans la prise en compte de l’épidémie, cette incompétence de nos dirigeants, leur communication consternante et leur désorganisation lamentable a un coût terrible. Outre des hôpitaux en saturation de capacité, la comparaison de l’évolution des épidémies entre les deux pays permet d’estimer avec une bonne appréciation le nombre de victimes que l’incurie gouvernementale a provoqué (cliquez sur l’image pour l’agrandir, toutes les données sont arrêtées au 10.04) :

Différentiel de mortalité France Allemagne

Si le gouvernement français avait agi dès le départ, en se calquant sur nos voisins allemands, il est très raisonnable de penser que la France n’aurait au 10 avril qu’entre 2000 et 3000 décès, au lieu de plus de 13000 et qu’on ne constaterait pas 169 morts par millions d’habitant de surmortalité par rapport à l’Allemagne, soit (169 x 65 millions de Français) 11.000 morts.

11.000 morts.

—-
Sur le web

Voir les commentaires (79)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (79)
  • ce gouvernement sera t’il préparé à l’après coronavirus ? tout ceux qui ont été impacté et qui sont sortis de l’hôpital ne pourront pas reprendre une vie normale ; ils auront besoin de soins lourds et indispensables durant des mois ; cela va coûter très cher ; l’imprévoyance , le laxisme et l’incompétence de quelques uns vont mettre ce pays en faillite complète ;

    • sans parler des vannes de pognon qui tombe du ciel qui se sont ouvertes aujourd’hui…primes exceptionnelles pour le personnel soignant, pour les plus pauvres, pour les entreprises etc…

  • Article intéressant et bien documenté. Reste une question: pourquoi?
    L’incompétence n’e plique pas tout.
    Mon opinion est que l’Etat est divisé au plus haut niveau, ou pour le dire autrement, qu’il existe un Etat profond comme aux Etats-Unis qui joue contre les intérêts de notre pays.
    Le PR est au milieu de tout ça… Il est notable qu’après chacun de ses discours, certains ministres communiquent pour quasiment le contredire, du moins pour durcir ce qu’il a annoncé.

  • Merci pour ces vérités, mais ma conclusion diffère un peu : si les Français avaient agi dès le départ, en montrant simplement dans les sondages qu’ils ne faisaient pas confiance à leur gouvernement pour leur faire traverser la crise sans trop de pertes, et malgré leur système de santé que le monde leur envie, un infléchissement salutaire de la politique gouvernementale aurait probablement eu lieu et sauvé une bonne partie de ces 11000 personnes.

    • le gouvernement n’infléchit sa politique que quand il a peur (ex Gilets jaunes violents…).

    • Cela suppose l’honnêteté et la représentativité desdits sondages.
      Cela suppose aussi que l’opinion de la population compte hors période préélectorale immédiate.
      Par contre, en renversant l’hypothèse:
      Si l’on pose que la feuille de route de Macaron et co est de solidifier l’emprise de la bureaucratie/ ploutocratie nationale et supranationale.
      Si l’on constate que la crise du covid leur fournit une occasion en or de nationaliser, de réglementer, d’interdire et de museler l’opposition comme jamais (c’est, n’est-ce-pas, pour notre bien.)
      Alors le govt agit de façon rationnelle et efficace en aggravant une crise providentielle.
      Je suis généralement plus partisan du « rasoir de Hanlon », mais je commence à me poser des questions.

    • « en montrant simplement dans les sondages qu’ils ne faisaient pas confiance à leur gouvernement »

      N’est-ce pas le cas ?

      https://www.bfmtv.com/politique/la-confiance-dans-le-gouvernement-pour-faire-face-au-virus-s-emousse-selon-un-sondage-1892543.html

      Quand 56% puis 62% des Français ne font pas confiance, c’est une immense majorité.

      Ce gouvernement n’a pas plus de légitimité pendant la crise qu’il n’en avait avant la crise.

    • @MichelO

      « en montrant simplement dans les sondages »

      Le truc qui a encore moins de valeur que le scrutin.

    • @MichelO
      Bonjour,
      « Selon neuf enquêtes d’opinion publiées en janvier par huit instituts de sondage, la cote de popularité moyenne du chef de l’État baisse de 0,5 point, à 31,8 % de bonnes opinions contre 32,3 % en décembre dernier. »
      (https://www.ouest-france.fr/politique/emmanuel-macron/sondages-baisse-de-la-cote-de-popularite-d-emmanuel-macron-en-janvier-6718498)

      « La popularité d’Édouard Philippe est également en baisse. Elle a chuté de trois points, passant de 36 % en décembre à 33 % en janvier. » (https://www.rtl.fr/actu/politique/emmanuel-macron-et-edouard-philippe-net-recul-de-leur-popularite-en-janvier-7799966935)
      « La cote de popularité d’Edouard Philippe baisse également à 33% » (https://www.ifop.com/publication/les-indices-de-popularite-janvier-2020/)
      Macron et Philippe peinaient à dépasser ou atteindre 33% de sondages favorables en janvier.
      A part le bourrage de crâne opéré par les médias, je ne vois pas comment leurs indices de popularité ont pu augmenter ces deux derniers mois, en particulier en mars.
      Macron… nous parlons du type qui a protégé son sbire qui cognait illégitimement sur des citoyens, dont une femme qu’il a tenté de mettre à terre sans y parvenir, et un homme qui était au sol, les mains levées, auquel il a fait une tentative d’étranglement ; c’est le type qui en réponse au mécontentement des Gilets-jaunes a donné tous les moyens possibles aux Forces de l’Ordre, quitte à tirer dans la foule (le LBD est une arme à feu) et éborgner des citoyens ; le même qui laisse la Police cogner sur le personnel hospitalier alertant sur l’état des hôpitaux, personnel qui est applaudi à 20h00, cogner et tirer sur les pompiers lesquels alertaient aussi sur leurs conditions d’interventions (et leur souci d’insécurité : agresssions, coups de couteau, guet-apens, caillassages, vols de véhicule, etc…)

  • mille mercis pour votre article très éclairant.
    La démonstration magistrale de l’incompétence de Macron, ses sbires, son gouvernement et des deux conseils scientifiques et du troisième.
    Cette incompétence nous amène tout droit dans la conséquence directe du confinement généralisé, une crise économique majeure jamais vue depuis la fin de la guerre en 1945.

  • Lecture après lecture, deux questions me taraudent.
    1. Comment font-ils pour être aussi « mauvais », quelque soit les problèmes et les circonstances, alors que nous avons (dans la plupart des cas) des ex-premiers de la classe, ayant mené de brillantes études et qui devraient donc faire preuve d’une intelligence au dessus de la moyenne ?
    2. Comment se débarrasser d’eux et les remplacer par des équipes compétentes ?

      • Science sans conscience n’est que ruine de l’âme, disait déjà Rabelais il y a près de 500 ans. (science étant à entendre au sens large : connaissance)
        Je crois que cela répond plutôt bien à la question.

        • et personne pour répondre à la question 2 ?

          • oui , quelque soit les politiques en place c’est l’administration qui gouverne
            vous venez d’en avoir l’exemple flagrant

          • En démocratie, ce sont les urnes qui tranchent. Donc pour répondre à votre question 2, personnellement je ne vois pas comment faire autrement qu’informer les Français (ce que contribue d’ailleurs à faire CP) de sorte qu’ils votent mieux la prochaine fois… je sais, c’est pas gagné, mais je ne vois pas comment faire autrement. Je ne crois pas aux Révolutions, qui dans la grande majorité des cas ne représentent pas la majorité de la population, mais une minorité violente…

            • comme vous dites , ce n’est pas gagné car commence déjà la grande distribution de primes , aides et secours divers !!! aux prochaines élections il ne restera plus qu’à débusquer  » l’impôt le plus injuste  » à supprimer d’urgence et la majorité de ceux qui en sont exonérés votera pour faire payer la minorité haïe de ceux qui en payent !!!!

            • On peut effectivement voter pour virer ces mauvais pieds nickelés. Mais cela ne résoudra pas le fond du problème qui est notre administration à qui on a presque tout donné et qui s’occupe de presque tout. Eux ne sont pas élus, ils sont nommés et ne sont « virés » que lorsque ils partent en retraite. Autant dire que ce n’est pas demain la veille. Notre Deep State à nous selon moi est bien notre armée mexicaine de fonctionnaires chargés de faire marcher, mais aussi de protéger la machine coûte que coûte contre vents et marées. Ils sont en passe de découvrir le mouvement perpétuel.

        • Science ?

          Macron: littéraire pur
          Philippe: Science po
          Lemaire : littéraire pur

          Rien que du bla-bla…aucun n’a jamais travaillé, n’a jamais eu de véritable responsabilité (celles qui s’accompagnent d’une éventuelle culpabilité).

    • Bons élèves ne riment pas avec intelligents, comme ils en apportent la démonstration. Pour apprendre il suffit d’une bonne mémoire. L’intelligence c’est la réflexion, qui leur manque!

      • ce n’est pas une question d’intelligence , c’est l’organisation meme de tout l’etat qui est foireuse.. personne n’aurait pu éviter la catastrophe avec ces structures administratives FOIREUSES et INAMOVIBLES

      • essentiellement le sens critique !!!

      • En effet, ne confondons pas instruction, qui permet de faire de beaux discours et intelligence, qui permet de s’adapter rapidement.

    • sélection uniquement sur des critères théoriques et scolaires initialement, puis de conformisme par la suite.

      le général Gamelin était sorti 1er de Saint Cyr, le président Lebrun, premier de polytechnique…

      comme le dit Charles Gave : https://www.youtube.com/watch?v=NFjA1LE1-qE

    • Ils sont savants (savoir beaucoup de choses) mais pas intelligents (souplesse pour comprendre, se retrouver et tirer des conséquences d’une grande quantité de données). Certains parlent du « syndrome Agnan » (du nom du premier de la classe du « Petit Nicolas » de Sempé).

    • @OlivierB

      Bannir les passions pour tout ce qui concerne l’intérêt général. Seul le pragmatisme doit régner à ce niveau.
      Si une affaire vous tient à coeur, vous investissez vos derniers privés, et ne l’a faite pas supporter par la loi à l’ensemble des contribuables.
      Comment y parvenir? Cela n’est pas possible dans un pays où on se tourne systématiquement vers l’état.

    • Ce ne sont pas des ex premiers de la classe qui manquent souvent de charisme, mais plus les types populaires et magouilleurs mais pas en décrochage scolaire.

    • Si vous pensez qu’ils sont mauvais, c’est parce que vous les jugez de votre point de vue.
      Macron a réussi à être élu dans une configuration qui était très défavorable au début. Il sera probablement réélu dans 2 ans (il faut bien manipuler le RN). Il est donc très compétent!!
      Il n’est pas compétent pour sauver la vie des français, mais ça il s’en fout…
      Vous confondez intelligent et vertueux, c’est une grave erreur. Exemple: la plupart des dictateurs sont intelligents et doués pour oppresser leur peuple. C’est sur cette capacité d’oppression qu’ils sont « jugés » (par les seuls qui comptent, leurs proches qui pourraient les détrôner). Pas sur le bien qu’ils apportent au peuple…

  • Article intéressant, mais il semble facile de décrire ce qu’il aurait fallut faire après coup (biais rétrospectif). A la place du gouvernement, à l’époque, auriez-vous fait tout ce qu’il fallait ??

    • « 2 mars, jour où Sibeth Ndiaye explique qu’il n’y a pas d’épidémie en France »
      Personnellement, j’étais sans possibilité d’agir et sans informations particulière jusqu’au 13 février (on parlait d’épidémie en Chine). Au vu de ce qui se profilait et des informations que j’ai pu glané dans les jours suivants, j’ai pu constituer toutes les réserves possibles et mettre mon entourage en sécurité avant le 26/02. A partir du 28/02, les commandes de masques sur les sites médicaux et industriels étaient confisquées par l’Etat.

    • Certains gouvernement y sont arrivés,l’Allemagne…l’Est de l’Europe ,Pologne,Hongrie,Tchéquie …a aussi très peu de décès.On ne parlera même pas de la Corée du Sud avec 28% de prélèvement du PIB.
      Nous ne sommes pas le gouvernement,certes nous commentons facilement mais c’est encore notre droit,surtout sur un blog dont c’est la finalité.
      Nous ne sommes pas le gouvernement mais nous sommes contributeurs à hauteur de 56% du PIB,OU PASSE L’ARGENT?
      Pas de masques,pas de tests ,pas assez de lits de réas,pas de respirateurs…le ^plus faible taux d’équipement en scanners et IRM en Europe car les ARS refusent l’installation,alors qu’ il a été démontré que quand la maladie est avancée au stade pulmonaire le test est négatif car le virus n’est plus là mais a fait des dégâts et que seul le scan thoracique est parlant pour détecter la maladie.
      Des virologues et des épidémiologistes sur tous les plateaux TV et qui n’ont rien vu venir.
      Par contre des Toubon,Jouanno,Saal and co qui continuent à toucher à toucher des salaires astronomiquement inversement proportionnels à leur utilité on en a un paquet.

    • Cet argument vaseux est servi a toute les sauces depuis 40 ans quel que soit le sujet. Nos irresponsables politiques auraient la garantie d’être trainé en justice en cas de grosse conneries, on peut être certain que leurs choix seraient bien différents (et que les gars qui se partages de pouvoir depuis des décennies ne seraient certainement pas les même. Assumer et payer ne faisant pas partie de leurs habitudes).

    • @djedje
      Bonjour,
      Vous posez la mauvaise question :
      Pourquoi Macron et le gouvernement n’ont pas appliqué les recommandations écrites dans les rapports, dont celui du Pr. Raoult (sommité mondiale, ne faisant pas partie du panel d’experts que consulte Macron) qui date de 2003, ou celui de l’OMS qui préconisait exactement ce qui n’a pas été fait soit : « plus les patients sont dépistés et traités tôt, mieux ils s’en sortent » en 2007 ?
      La France paie cette organisation mondiale de la Santé, alors qu’elle est dotée d’un ministère de la Santé, lui aussi, financé par les contribuables.
      Si vous vous souvenez un peu d’Histoire, avant 1939, un haut gradé de l’Armée française avait suggéré de doter l’Armée de chars et de les appuyer avec des avions, il avait même fait un bouquin. Plus tard, il est devenu Président.

      • Oui, et il était aussi ulcéré de voir le nombre de polytechnicien qui avaient colaboré avec les nazis, il disait à ce sujet que le plus compliqué n’était pas de sortir de Polytechnique, mais de sortir de l’ordinaire. Je pense aussi qu’après guerre le ménage n’a pas était bien fait, tout ces administratifs au service du régime nazi (juges, prefets…)ont continué leur vie payés par les français et maintenant cette bande d’incapable nous a emprisonné chez nous…

    • Vous ignorez ce qu’il faut faire en cas d’épidémie? Vous n’êtes pas futé! Il y a eu de nombreux films sur ce sujet qui tous décrivent l’isolement des malades et les protections pour éviter la contamination: masques ou combinaisons!

  • Attention de ne pas non plus tomber dans le piège qui nous est actuellement tendu : l’État utilise l’argument de sa propre faillite pour étendre ses prérogatives (« nous n’avons pas été capables de stocker des masques, mais ne vous inquiétez pas : on va se rattraper en réquisitionnant tous les masques qui ne nous appartiennent pas » ; « on n’a pas été capable de dé-pister les premiers cas, mais ne vous inquiétez pas, dès que ce se sera fini, on sera capable de tous vous dé-pister ». Etc.

    Et attention aussi à ne pas céder à la véritable hallucination collective dans laquelle le monde entier est aujourd’hui plongé face à ce qui, une fois l’écume retombée, n’aura été qu’une épidémie de grippe – on ne va pas dire grippette, ça énerve H16 – parmi d’autres, ni plus ni moins meurtrière – mortalité France mars 2020 (épidémie covid) : 57 441 / mars 2018 (épidémie grippe) : 58 641 / mars 2019 (pas d’épidémie particulière) : 52 011 / chiffres officiels INSEE – et qui touche presque exclusivement les personnes âgées ou souffrant d’une ou plusieurs autres pathologies.

    Pour se remettre un peu les idées en place, un site intéressant : https://swprs.org/a-swiss-doctor-on-covid-19/

    • Oui enfin le mois de mars n’a compté que 3.500 morts du Covid (disons 5000 avec les EHPAD), tandis que tout indique que le mois d’avril va se solder par environ 20.000 morts ((15729-5000)/14 puis *30).
      La mortalité du Covid, on l’approchera au mieux avec la surmortalité sur les mois de mars, avril, mai (et peut-être juin) cumulés. Car en plus des décès causés par le Covid en lui-même, il y a les décès de gens qui ne se soignent plus, ou ne sont plus hospitalisés/opérés à cause de la crise du Covid, et dont certains meurent seuls chez eux.

      • Il faudra mettre aussi le bilan en rapport avec les 60000 décès annuels de complicatins respiratoires.

      • Il y a tout ce qu’il faut à INSEE – il n’y a aucne excès de mortalité pour le moment, avons nous confiné pour les grippes de ’97, ’99, ’00!
        @ la petite bête je trouve pas ces stats

        • Morts par an de BPCO maxi 15.000. Pour le reste ce sont des arguments étalés par les écolos anti-particules diverses jamais réelle documentés. Des chiffres volontairement exagérés pour infléchir la politique gouvernementale.

    • Faites aussi votre idée en regardant les chiffres (interactifs et en français)) du « Bundesamt für Gesundheit » suisse , pays sans confinement individuel.
      Vous verrez aussi qu’il n’y a eu que 8 décès pour des moins de 50 ans…

      https://covid-19-schweiz.bagapps.ch/fr-1.html

  • Je ne suis pas du tout d’accord avec le diagnostic fait dans cet article : les auteurs veulent nous faire croire que l’unique problème est l’imprévoyance et l’incompétence du gouvernement. La situation sanitaire serait la même que celle de l’Allemagne sans ces incompétents-là, ce qui présuppose que le système de santé français est au niveau de celui de l’Allemagne. J’en doute fortement…

    • Jusqu’à récemment, nous avons toujours été classés devant l’Allemagne (11ème et 12ème) pour la qualité de nos services de soins. C’est vrai qu’à l’épreuve, quand l’Etat Français bloque la moitié du système, c’est forcément plus difficile de tenir son rang.

    • L’imprévoyance concerne également l’état général du système.

      Ce gouvernement a eu plus de deux ans à sa disposition pour mettre à niveau le système de santé, privatiser les hôpitaux, abolir le monopole de la SS, remettre le médecin de famille traditionnel, libéral en ville, à la tête du système de soins…

      Sa responsabilité est totale puisqu’il n’a rien fait de tout cela, alors que ces réformes élémentaires et de bon sens ne demandent que quelques jours de travail. Après l’étape politique, le système de santé revitalisé aurait eu le temps de se remettre à niveau, avant la crise sanitaire.

      Et la plupart des morts seraient encore en vie aujourd’hui.

    • L’Allemagne a 6 fois moins de morts a déplorer, et encore les Ehpads ne sont pas comptabilisés en France!

  • Vous avez tort sur un point: nos gouvernements sont extrêmement compétents. Ils parviennent à coup de milliards de dette sur notre dos à sauver leurs fesses et à faire passer ce gros délire comme une lettre à la poste. C’ est l’ arnaque du siècle.

  • Le confinement n’a apparemment pas le moindre impact sur l’épidémie, juste permettre à un système de santé défaillant – dont le gouvernement a aussi sa grande part de responsabilité, de pouvoir « tenir ». Et ceci a un prix économique et social exorbitant dont on ne voit pas encore vraiment le coût réel et les conséquences qui peuvent être catastrophiques. Et « sauvez des vies » qui devient le slogan unique de nos grands gouvernants – que le monde entier nous envie – est totalement grotesque. Ils n’ont évidemment pas été élus pour être des secouristes (très amateurs au demeurant) mais pour gouverner. Et, à part la mise en résidence surveillée de la totalité de la nation assortie d’amendes et de coercition digne d’un pays totalitaire, personne ne semble à la barre du navire France à la dérive des avis de médecins et de magistrats qui, eux, ne sont pas élus. Le bilan de ce quinquennat qui est dans sa troisième année est tout simplement lamentable, des gens incapables d’avoir su gérer les crises si ce n’est en les provoquant eux-mêmes.

    • A les écouter, tant qu’on n’a pas attrapé le coronavirus on n’est pas immunisé et tant qu’on n’est pas immunisé on reste confiné et on est confiné pour ne pas l’attraper et donc conclusion on finit par mourir confiné sans avoir attrapé le coronavirus. Il y a des jours où je me demande comment des gens, des professeurs de médecine en l’occurrence, peuvent dire de pareilles bêtises, j’ai de sérieux doutes sur leur intelligence.

      • si ça a sans doute impact sur la dynamique de l’épidémie…donc sur l’épidémie..

      • La réalité est que le confinement permet surtout de gagner du temps. Temps nécessaire pour que l’état français achète (avec votre argent bien sûr) le matériel nécessaire. Qui iront vers des personnes prioritaires (dont vous ne ferez pas partie bien sûr).
        La production mondiale de ces matériels augmentant, il arrivera un moment où les réquisitions de ces mêmes matériels ne seront plus suffisantes pour l’empêcher de vous parvenir (à vos frais bien sûr).
        A ce moment vous pourrez sortir protégés, et comme la plupart des gens (ceux dont il n’en a rien à faire, dont vous faites parti) auront eux aussi la possibilité de se protéger, l’épidémie disparaitra.

      • Justement, pour immuniser la population on renvoie au taf les moins de 50 ans, même les scolaires, en laissant de coté les enseignants les plus âgés.
        On équipe les anciens avec des protections adaptées et on leur demande sur base volontaire de limiter les contacts, et la machine repart…
        C’est ainsi qu’on fait en Suisse et sur cette base que l’Allemagne va redémarrer…

  • Ça n’a jamais été de l’incompétence, c’est de la corruption à grande échelle indigne suite à l’escroquerie climatique car il y a des morts par milliers… Et ce n’est sans doute qu’un test.

  • alors il faut quand même faire une remarque.. ça fait longtemps qu’on crie au virus tueur..
    et la dernière politique qui a joué la précaution n’est rétablie dans son honneur que maintenant..

    élise lucet est une présentatrice populaire…..
    en dépit de chanter précaution les gens ne semblent pas avoir compris que ça implique de souvent dépenser de l’argent « pour rien »..

    pourquoi ne s’indigent on pas de l’absence de masques par exemple lors des épidémies de grippe qui tuent depuis des lustres..
    en France si tu viens au boulot malade tu est un héros..les sales d(‘attentes sont bondées lors des épidémies demaladies contagieuses..
    problème culturel..si c’est un problème, on pourr

    • pourrait bien dire ..rien à foutre si je dois crever je crève..
      italie espagne france belgique uk usa..chemin similaire non?

  • Oui mais notre chef des armées refait ce que ses prédécesseurs ont fait avant la seconde guerre mondiale : tandis qu’un officier vantait la mécanisation des armées et l’utilisation des chars nos dirigeants devisaient sur le sexe des anges et nos adversaires potentiels ( l’Allemagne ) s’armaient en suivant les directives de notre brave officier avec le succès que l’on connait !!! On recommence dans un autre domaine de la même façon et avec les mêmes résultats : mauvais pour nous et bons pour ceux qui ont lu et mis en pratiques les conseils de nos sachants !!!! Tant que nous serons en état socialiste nous subirons ce type de revers déjà expérimentés dans les plans  » calcul  » ou les plans  » machine outil » ou plus récemment les plans  » informatiques  » !!! L’état et ses  » brillants serviteurs  » sont incapables car ce n’est pas leur métier de créer de l’industrie , des emplois productifs , une organisation efficace en un mot de la richesse et ne savent que consommer la richesse produite par d’autres !!!!

  • Choix délibéré a priori non. A posteriori, par récupération de la crise, oui.

  • J ai l’impression que toutes ces intelligences individuelles (nos hauts fonctionnaires) font une incompétence collective.
    De même, je constate que la désindustrialisation (des voitures aux médicaments ou masques) résulte non pas de la mondialisation, mais plutôt d.un empêchement de produire en France ( normes, taxes, législation du travail, écologie) qui fait que nos usines se sont t établies à l’étranger. Un exemple : ces labos qu’on empêche de faire des test, ces usines qu’onse empêche de faire des masques…,Amazon qu’on empêche de distribuer. pour moi, ce n’est pas la libéralisation qui desindustrialise, mais plutot le manque de libertés economiques

    • L’affaire Amazon démontre amplement ce que vous dites.

      Ce n’est pas la mondialisation qui a tué l’industrie mais l’Etat obèse, dans chacune de ses composantes, notamment la justice et les syndicats qui viennent de l’illustrer défavorablement aux yeux des Français.

      Si demain on veut se protéger efficacement des épidémies, si on veut réindustrialiser, si on veut redresser la France, il faudra se débarrasser des parasites qui prospèrent uniquement par leur pouvoir de nuisance.

  • absence de pluralité des médias…
    alors que tout le pays fait quoi les masques ne servent à rien?!!!
    les « journalistes » répètent sagement..
    à force de courir après l’opinion pour avoir de audience ils n’ont plus d’opinions et n’auront plus d’audience.

    Un pays entier supporte des absurdités.. en râlant dans sont coin..

  • Les USA n’ont vraiment pas fait moins bien que la France dans l’ignorance des préconisations d’experts. Le guide US détaillait pourtant de manière très claire les avantages – chiffrés en pourcentage d’efficacité – des mesures d’hygiène, de distanciation et de confinement, et la nécessité absolue de prendre ces mesures dès le début d’une pandémie.

  • Voila Tous est dit. Merci aux deux auteurs pour cette article

  • Le vrai pouvoir a été délégué aux syndicats (CGT,FO,SUD,CFDT FSU, etc . Pour être payé à 100 % dans les fonctions publiques il suffit de la signature du chef de service pour obtenir une ASA ( autorisation spéciale d’absence ) , prime , congés payés et RTT sont maintenus. Voilà pourquoi le pays est paralysé . Tant pis pour les entreprises les salariés du privé , la faillite du pays 20 % de la population active va vivre comme avant . En exigeant des vacances légales

  • es ce que les journeaux télévisés pourraient expliquer aux autres français comment obtenir les ASA ?

  • et à hier 15.700 morts soit proportionnellement plus qu’en Espagne

  • Un bon début pour résumer l’acte d’accusation a venir.

  • Pourtant Sanofi a déclaré en avoir suffisamment sur le territoire et que c’était une des rares molécules encore produite en France au point qu’ils ont du sécuriser leur site.

  • « Nous étions un pays qui n’était pas préparé à une crise sanitaire du point de vue des masques et des équipements de protection en raison de décisions prises il y a neuf ans »
    Dixit Olivier Veran…
    Oh ! Le beau bobard !
    9 ans, ça nous ramène à l’ère Sarkozy. Sauf que… La décision d’en finir avec les masques gérés et stockés par un organisme dépendant de l’État a été actée sous Hollande, en 2013. 2013, changement doctrine donc : on décentralise. Ce sera désormais aux employeurs locaux de s’équiper en fonction de leurs besoins. Les hôpitaux ont besoin de masques chirurgicaux, mais très peu de FFP2. Et c’est ainsi que le stock français d’environ 700 millions de FFP2 a été ramené rapidement à zéro.
    Qui était ministre de la santé à cette époque ? Marisol Touraine. Dont Veran sera plus tard un conseiller. On comprend mieux ainsi qu’il préfère charger le quinquennat Sarkozy…

    • @Jérémy Lapurée
      Bonjour,
      Marisol Tourraine qui lors d’une interview a déclaré qu’à son départ du ministère, il y avait un stock de 750 millions de masques.
      « https://www.youtube.com/watch?v=g5RZ7tNr24g »
      Elle est pour une enquête. C’est bien.

  • L’hypothèse du choix délibéré ne résiste pas au rasoir de Hanlon.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Daniel Lacalle.

Les chiffres macro-économiques les plus récents montrent que le ralentissement chinois est beaucoup plus sévère que prévu et qu'il n'est pas seulement imputable aux confinements liés au Covid-19.

Les confinements ont un impact énorme. 26 des 31 provinces de Chine continentale connaissent une augmentation des cas de covid et la crainte d'un confinement de type shanghaien est énorme. Les informations en provenance de Shanghai prouvent que ces fermetures drastiques causent d'énormes dommages à la population. Des... Poursuivre la lecture

l'inflation
0
Sauvegarder cet article

Par Jonathan Bydlak.  Un article de Reason

 

Les avis divergent pour savoir qui est à blâmer pour l'inflation. C'est le président. C'est l'ancien président. Les chaînes d'approvisionnement. La Russie. Les entreprises.

Avec une inflation de 8,5 %, il est important de comprendre d'où vient la faute. Et avec des problèmes sous-jacents allant des effets économiques liés au Covid-19 et des décisions prises par les banques centrales aux politiques adoptées par les récentes administrations présidentielles et à l'interconn... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Par David Waugh. Un article de l'American Institute for Economic Research

Shanghai, la capitale financière de la Chine, qui compte 25 millions d'habitants, connaît actuellement sa troisième semaine de forte augmentation des cas de covid-19.

En réponse, le Parti communiste chinois (PCC) a mis en place des restrictions sévères à Shanghai, en envoyant une armée de travailleurs de la santé pour les faire respecter. Les citoyens ne peuvent pas quitter leur domicile. Ils ne peuvent recevoir des soins médicaux que sur présentation d'un... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles