Pouvons-nous surmonter la crise économique ?

Nous avons actuellement un choc sanitaire avec des conséquences négatives sur la production. Il est vain de penser qu’une politique économique ou monétaire peut aider à surmonter les problèmes.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
money by Hans Splinter (CC BY-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pouvons-nous surmonter la crise économique ?

Publié le 28 mars 2020
- A +

Par Pascal Salin.

Il est malheureusement évident qu’il y a actuellement une crise économique, susceptible de se développer pendant un certain temps, en France comme dans la plupart des pays du monde.

Les crises économiques sont des événements qui apparaissent de temps en temps. De manière générale, elles sont dues à un choc de grande dimension. Le plus souvent ces chocs sont dûs à la politique économique ou à la politique monétaire.

En effet les États ont des activités de grande dimension de telle sorte que les chocs qui en proviennent affectent un très grand nombre d’activités productives. C’est ainsi que la crise économique précédente – celle de 2008 – a eu pour origine l’instabilité de la politique monétaire des États-Unis, mais aussi de la Banque centrale européenne et d’autres banques centrales dans le monde.

La crise actuelle a une cause totalement différente – et en fait plus rare – à savoir, comme on le sait bien, la diffusion dans le monde entier du coronavirus. Les causes de ces deux crises sont donc extrêmement différentes. Or nous devrions admettre de manière logique que, pour résoudre un problème, il faut en connaître les causes et que à causes différentes, remèdes différents.

L’idée fausse de la relance aux États-Unis et en Allemagne

Mais il existe malheureusement des préjugés dans ce domaine, en particulier l’idée dominante de l’opinion publique et des politiciens selon laquelle l’activité économique peut être stimulée — et donc une crise économique surmontée – en augmentant la demande globale, ce qui implique par exemple une augmentation des dépenses publiques ou une politique monétaire expansionniste.

II serait trop long de le faire dans le présent texte, mais on peut démontrer que la politique de demande globale est incapable d’aboutir aux conséquences positives qu’on lui attribue et même que le concept de demande globale est dépourvu de sens1.

La crise de 2008 nous semble constituer une illustration tout à fait justifiée de ce que l’on nomme la « théorie autrichienne du cycle économique », développée en particulier par Ludwig von Mises et Friedrich Hayek)2.

Selon cette théorie une crise peut être provoquée par la variabilité de la politique monétaire qui provoque des distorsions dans les structures productives. Ceci implique qu’il n’est pas possible de surmonter une crise de ce type en utilisant une politique monétaire ou une politique de demande globale ; il faut au contraire laisser les marchés faire les ajustements nécessaires pour supprimer les distorsions dans les structures productives.

Comme nous l’avons déjà dit, la crise actuelle est provoquée par une cause très différente de celle de 2008. Nous pouvons cependant faire des remarques similaires : la crise a une cause globale – en l’occurrence le découragement des activités productives du fait de la diffusion d’une maladie – mais les conséquences en sont spécifiques et il est incorrect – et même dangereux – de vouloir la surmonter par une politique monétaire expansionniste ou une politique d’augmentation de la demande globale, c’est-à-dire, en particulier, un déficit public.

En effet, puisque le problème actuel est un problème d’offre, résultant du fait que moins de personnes sont susceptibles de travailler comme salariées ou comme entrepreneurs, il est vain de penser qu’il est possible de le surmonter au moyen d’une politique économique d’augmentation de la demande globale ou d’une politique monétaire expansionniste.

De ce point de vue il est surprenant qu’un important plan de relance ait été décidé aux États-Unis – conformément au préjugé de type keynésien – puisque 2000 milliards de dollars vont être injectés dans l’économie.

Il est également surprenant qu’en Allemagne, un pays caractérisé par des excédents budgétaires au cours des années récentes, on décide un déficit budgétaire.

Les options françaises

En ce qui concerne la France, on doit reconnaître que le gouvernement n’a pas vraiment décidé – pour le moment tout au moins – une politique de croissance de la demande globale, mais qu’il a décidé une diminution des charges fiscales et sociales, comme cela est justifié. Dans la situation actuelle les décisions de politique économique ne consistent pas, purement et simplement, à augmenter les dépenses publiques.

En effet il a plutôt été décidé de diminuer les prélèvements d’impôts et de cotisations sociales afin d’aider les entreprises à maintenir leurs ressources en dépit des difficultés productives. Cette baisse est logique puisqu’une diminution de la production est nécessairement à l’origine d’une diminution de la valeur des prélèvements publics. Mais il en résulte un plus important déficit public.

Or, étant donné précisément que le problème est un problème d’offre et que le déficit public est incapable d’accroître la production globale, cela signifie que l’État doit prélever des ressources en empruntant des ressources d’épargne, ce qui diminue par conséquent les possibilités d’investissement privé.

Ainsi les individus et les entreprises disposent d’un peu plus de ressources du fait de la diminution des charges sociales et économiques, compensant ainsi un peu la diminution de leurs revenus. Mais par ailleurs l’État disposant de ressources plus faibles, il aurait été normal qu’il diminue ses dépenses d’un montant correspondant à la baisse des charges.

Étant donné que ce n’est pas le cas, il est obligé d’emprunter davantage, ce qui diminue l’épargne disponible pour financer les besoins de financement des entreprises dus aux difficultés actuelles.

Le gouvernement français a annoncé par ailleurs que l’État allait aider les entreprises en difficulté en investissant dans leurs fonds propres ou même en nationalisant certaines entreprises. Il est tout à fait surprenant que le président du Medef ait considéré comme souhaitable cette politique étatique concernant les fonds propres.

Il est certain que certaines entreprises vont se trouver en difficulté financière, par exemple parce qu’elles doivent produire moins du fait du confinement de leurs salariés, ou même éventuellement des entrepreneurs eux-mêmes, ou parce que la demande pour leurs produits diminue.

Mais on doit certes considérer que cette situation est provisoire et que les entreprises pourront retrouver leurs activités normales dès la fin du problème sanitaire. Pour subsister pendant cette période transitoire certaines d’entre elles doivent trouver un financement.

Normalement la solution consiste à emprunter des fonds que l’on remboursera après le retour à une situation normale. Bien entendu, cette possibilité dépend de la capacité des individus à se procurer de l’épargne. Or, le déficit public doit précisément être financé par l’épargne. Par conséquent si l’État achète des actions d’entreprises pour accroître leurs fonds propres, il diminue l’épargne disponible pour les emprunts éventuels des entreprises.

Autrement dit, cette soi-disant politique de soutien des entreprises par l’État correspond en fait simplement à une situation dans laquelle l’État joue un rôle d’intermédiaire dans le financement, ce qui n’a évidemment pas de justification. Par ailleurs il est regrettable qu’une partie des fonds propres de certaines entreprises – ou même la totalité en cas de nationalisation – soit possédée par une organisation dont les dirigeants sont irresponsables.

Certes on pourrait penser que l’augmentation du déficit public de l’État français, du fait de sa politique concernant les fonds propres, peut être financée par l’épargne étrangère. Mais ceci est actuellement illusoire puisque la plupart des pays se trouve dans la même situation que la France, de telle sorte qu’il n’y a probablement pas d’épargne disponible pour cette politique publique. Ceci constitue en tout cas un exemple du fait qu’il est vain d’attendre des conséquences positives d’une augmentation du déficit public.

Un choc sanitaire aux conséquences diverses sur la production

En résumé, nous avons actuellement un choc sanitaire avec des conséquences négatives et diversifiées sur la production. Il est vain de penser qu’une politique économique ou monétaire peut aider à surmonter les problèmes.

Il faut donc compter sur la capacité de chacun à s’adapter à cette situation provisoire en attendant le moment où l’on pourra retrouver les situations antérieures. Reconnaissons cependant que le confinement – qui constitue l’une des causes des difficultés économiques actuelles – est justifié pour atténuer le problème sanitaire.

En l’absence d’une politique obligatoire de ce point de vue, les Français auraient peut-être pris d’eux-mêmes la décision de se confiner. Mais dans la mesure où le résultat positif du confinement est d’autant plus important qu’il est respecté par un plus grand nombre de personnes, la politique de confinement obligatoire peut être considérée comme justifiée.

Le scepticisme à l’égard des capacités de la politique économique et de la politique monétaire à résoudre les problèmes conjoncturels ne concerne pas seulement la situation actuelle, mais il doit être considéré comme plus général. Par contre il est important d’essayer de résoudre les problèmes structurels de long terme.

Ainsi, pour accroître le taux de croissance économique et pour diminuer le taux de chômage, il convient d’atténuer ou de supprimer les mesures qui réduisent les incitations productives (incitations à entreprendre, à innover, à épargner, à investir, à travailler, etc.).

Cela signifie en particulier pour la France une diminution importante de la fiscalité et des règlementations. Peut-on espérer qu’il en soit ainsi après la récession actuelle ?

  1. Nous évoquons cette question dans un article du journal Le Monde du 28 mars 2020 et nous envisageons éventuellement la publication ultérieure d’une démonstration détaillée de la critique du concept de demande globale.
  2. On peut se reporter à ce sujet à notre ouvrage, Revenir au capitalisme… pour éviter les crises, éditions Odile Jacob, 2010
Voir les commentaires (18)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (18)
  • Merci de me conforter dans mon point de vue, je croyais être confiné dans ma solitude sur ce sujet.

  • La crise sanitaire n’est qu’un prétexte, les conséquences seront pour chaque pays, celles du traitement de cette crise.
    Cette crise sera surmontée, au prix de notre liberté individuelle et aussi, collective. Les européistes n’ont pas l’intention de laisser perdre une telle occasion.
    https://www.valeursactuelles.com/politique/mecanisme-europeen-de-stabilite-la-france-ne-doit-pas-accepter-le-pacte-faustien-de-lunion-europeenne-117545

  • Je n’ai pas entendu parler de plans de relance en Europe mais plutôt de mises à disposition de cash, par l’intermédiaire des banques et dans des conditions préférentielles, pour combler les trous de trésorerie des entreprises et des ménages en difficulté. L’économie c’est nous tous, et sans trésorerie, pas d’activité, les responsables économiques nationaux et européens ont quand même été capables de comprendre cela. Au niveau des états aussi, en France par exemple, le chômage partiel payé à 80% du salaire est une des mesures rendues possible par la mise en parenthèse des critères de Maastricht, les rachats d’obligations d’états par la BCE et les fonds que cette organisation prête à la Banque de France. En bref, pour laisser faire le marché, il faut qu’il y en ait un 🙂

    • sans trésorerie, pas d’activité
      Et pour une TPE c’est fermeture par faillite au moindre contrôle fistale débile engendrant des frais d’experts comptables. Vous passez dans le rouge => faillite immédiate, pas comme les grandes sociétés.

  • « L’État doit prélever des ressources en empruntant des ressources d’épargne ». L’auteur indique également plus loin que ces ressources ne pourront venir de l’étranger.
    Ceci est parfaitement exact et voilà pourquoi l’épargne en France sera controlée inéluctablement dans les prochains mois (et en particulier l’assurance vie), avec un bon contrôle des changes pour faire bonne mesure. Prenez vos précautions !

    • @Lesuisse-Christine Lagarde avait bien dit en janvier 2020 que les européens devraient choisir entre leur épargne et un emploi. Enfin c’est elle qui fixe le choix, donc ils vont disposez de l’épargne des européens pour leurs projets démoniaques de dépenses publiques, le virus n’a fait qu’accélérer le processus.

  • Ben non , l’etat est a la rue .. l »assurance vie c’est 1700
    milliards d’euros.. alors.. tout s’éclaire

  • un confinement sans solution de sortie ne rime à rien. il va durée combien de temps? 1 mois, 2 mois, 6 mois, 1 an? Et encore n’est il pas totale, beaucoup de gens travail encore. Et tant qu’un vaccin ou un traitement n’aura pas été trouvé l’épidémie repartira dès le confinement levé vu qu’un nombre indéterminé de personne sont contaminés vu qu’on ne test pratiquement personne en France. Concrètement c’est l’indécision qui est motelle pour l’économie (en plus d’être mortelle pour les gens).

  • « Reconnaissons cependant que le confinement – qui constitue l’une des causes des difficultés économiques actuelles – est justifié pour atténuer le problème sanitaire. »

    Il n’est justifié que par l’impéritie et l’incompétence de nos gouvernants.
    D’autres pays ont géré différemment (masques et tests systématiques) et n’ont pas eu à confiner leur population ni à stopper (ou presque) leur économie. Ces pays s’en remettront très bien. Leur économie reviendra très vite à la normale pendant que nous continuerons a galérer.

  • ok en theorie mais aujourd’hui, il y a plein d’argent crée par le banques centrales et donc la quasi totalité de cet argent injecte par les états est indépendant de l’épargne, donc en pratique tel qu’est le monde financier aujourd’hui pas d’accord avec l’article. Il faut bien a mon sens que l’état empêche l’industrie et l’economie de crever ou d’etre rachetee par l’etranger puisque personne ne respecte une juste orthodoxie monétaire, les americains chinois et autres utilisent le droit, l’omc pour leur interets propres.
    Il faudrait cependant alors que ce ne soit pas les technocrates qui gèrent les sociéés reprises ou nationalisées mais des industriels / banquier (peut etre en mettant leur remuneration en ligne avec le nombre des entreprises sauvées) de façon a ce qu’ à la fin ce ne soit pas la bande des Drahi qui touchent les benefs et le cadre sup moyen qui paye la facture comme d’habitude …

    • Le meilleur moyen de ne pas être racheté, c’est de se montrer assez fort pour vivre et prospérer avec ses seuls amis. Il faut beaucoup de naïveté pour imaginer que dépendre de l’état, qui est le pire gestionnaire, permet de gagner cette force. Et encore plus pour croire qu’il fait partie de vos amis…

    • il y a plein d’argent crée par le banques centrales
      Cela s’appelle de la fausse monnaie puisque aucun bien tangible n’est créé en même temps.

    • @rivalta-L’action de l’Etat n’est que pure politique. Comme nous l’a enseigné Frédéric Bastiat, il y deux siècles maintenant: « La vraie richesse est dans l’abondance des choses utiles propres à satisfaire nos besoins et nos goûts, vous comprendrez comme possible la prospérité simultanée. Le numéraire ne sert qu’à faciliter la transmission d’une main à l’autre de ces choses utiles…s’il y avait à la disposition de tous les Français une fois plus de toutes ces choses utiles, la France serait le double plus riche, bien que la quantité de numéraire restât la même ; mais il n’en serait pas ainsi s’il y avait le double de numéraire, la masse des choses utiles n’augmentant pas. » – Frédéric Bastiat 1801-1850

      • Vous avez parfaitement raison, sauf que les banques centrales ont crée d’énorme quantité de fausse monnaie qu’il est impossible de séparer de la vraie.
        Il faut faire avec l monde réel et ne pas se faire manger par les tricheurs.
        Sur un autre plan, le monde n’est pas qu’économique, il faut que la société civile existe car seule son existence permet l’état de droit qui rend possible le bon fonctionnement de ‘économie et si on ne fait rien cette concorde civile va disparaître et toute votre belle théorie avec

  • Il fautvtout de même noter que, si crise sanitaire il y a, elle se manifeste différemment suivant les régions, suivant les hôpitaux.
    Par contre les médias ne nous montrent qur les hôpitaux débordés, des chiffres non contextualisés…

  • « La crise actuelle a une cause totalement différente – et en fait plus rare – à savoir, comme on le sait bien, la diffusion dans le monde entier du coronavirus. »

    Si le coronavirus a indubitablement déclenché la crise, l’ampleur de celle-ci a une autre origine, la survalorisation générale des actifs suite à plusieurs décennies de politiques monétaires et budgétaires insensées disons depuis 1989 pour donner un point de repère historique facile avec la chute du mur. Il est vain d’espérer un rebond important, encore moins un retour au statu quo ante, quand le virus aura disparu.

    Retour soudain du risque alors que la majorité avait cru les promesses des apprentis-sorciers de faire disparaître tout risque pour toujours. Il est remarquable que les premières solutions à la crise (2000 milliards par ci, 1000 milliards par là), sont exactement celles qui ont mené au désastre, jusqu’à ce qu’on s’aperçoive que cette fois, elles ne serviront à rien, et qu’elles sont au contraire contre-productives. Le monde a changé.

    La crise durera tant qu’on ne sera pas revenu à la vérité des prix (et des quantités), à la mesure exacte du risque réel, notamment tant qu’on n’aura pas admis que les dettes publiques sont les placements les plus risqués qu’on puisse imaginer, puisque les Etats ne produisent rien (ou presque rien) et que leur garantie supposée repose sur l’appauvrissement économique de tous, ce qui est évidemment absurde.

    • merci d’avoir rappelé que le coronavirus n’est que le catalyseur (cygne noir) d’une économie complètement fragilisé par des dettes (publiques notamment) tout à fait excessive.
      Le coronavirus n’a fait que rompre l’équilibre instable du système installé par les banques centrales et mettre à jour la nullité de bon nombre de politiques.

  • Ça tombe bien on va pouvoir vendre de crédits à gogos à des gens qui n’y avaient pas encore songés…. Belle opération d’entourloupe mondiale, une de plus, le climat ne marchant plus.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
1
Sauvegarder cet article

Pour comprendre pourquoi les hommes politiques font fausse route face à la crise, il est bon de se rappeler les thèses défendues par Friedrich Hayek. Voici 10 idées-clés de l'auteur autrichien. Par David Azerrad. Un article de l'Institut Coppet.

Inspiré d’un essai de Bruce Caldwell, éditeur de The Collected Works of F. A. Hayek, dans lequel ce dernier identifie les 10 thèmes clés de la pensée de Hayek.

1.  Les récessions sont inévitables

Des alternances de périodes de croissance économique et de périodes de stagnation ou... Poursuivre la lecture

Par Yves Bourdillon.

Imaginez.

Imaginez qu’une pandémie démarre à Vert-le-Petit (Essonne), siège d’un des trois labos P4 français. Qui croirait les explications de Paris selon lesquelles ce virus aurait été transmis naturellement à l’Homme par une perdrix ?

C’est pourtant l’exploit qu’a réussi Pékin en imposant depuis un an au monde entier le récit selon lequel le SARS Cov 2 qui provoque la maladie Covid-19 proviendrait d’une chauve-souris vendue sur le marché de Wuhan, dont le hasard voulait qu’il se trouvât à proximité ... Poursuivre la lecture

Article disponible en podcast ici.

Pénurie de blé, de pétrole, de gaz, de métaux ou d’huile, etc. Le tout avec une inflation de 5 % et une belle croissance de 0 %. Notre situation ressemble à l’Allemagne de 1920 avant l’hyperinflation…

L'Allemagne de 1920

Durant la Grande guerre, le gouvernement allemand a massivement émis de la monnaie pour financer sa guerre, soit par l’émission d’obligations, soit par la création du mark-papier à la place du mark-or, mettant fin à l’étalon-or.

Une fois sorti des poches de l’État, tout ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles