Coronavirus : les mouvements de solidarité se multiplient

En France, à l’heure où le confinement va entrer en vigueur, les initiatives individuelles de coopération sociale et de solidarité se multiplient.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo by Roman Kraft on Unsplash - https://unsplash.com/photos/0EVKn3-5JSU

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Coronavirus : les mouvements de solidarité se multiplient

Publié le 18 mars 2020
- A +

Par Justine Colinet.

L’épidémie de coronavirus se propage en France, et avec elle son lot d’inquiétudes et d’incertitudes. Mais pas seulement : si les situations de crise peuvent malheureusement faire émerger les comportements les plus primaires chez certains d’entre nous, les mouvements solidaires des Français se font de plus en plus nombreux.

Vous l’avez certainement vu en Italie, pays d’Europe le plus touché par la crise : les citoyens se donnent rendez-vous sur les balcons et entonnent des chants pour faire face à l’ennui et au stress que peut occasionner le confinement.

En France, à l’heure où le confinement va entrer en vigueur, les initiatives individuelles de coopération sociale et de solidarité se multiplient. Il ne s’agit pas uniquement de se remonter le moral mutuellement, mais bien d’aider, d’échanger, d’agir pour permettre au plus grand nombre d’affronter l’épidémie dans les meilleures conditions possibles.

Des étudiants, dont les écoles sont fermées, se proposent en masse afin d’aider les  parents en offrant des services de garde d’enfants ou d’aide aux devoirs.

Des enseignants mettent tout en œuvre pour assurer au mieux la continuité de l’apprentissage à domicile.

Des éditeurs de manuels scolaires ont eux aussi réagi à l’épidémie en mettant gratuitement à disposition de tous les versions numériques de leurs ouvrages. Ces initiatives sont à mettre en parallèle avec celles visant à pratiquer l’école à la maison.

Des citoyens pensent, innovent, et créent des documents pour permettre à chacun de s’organiser au mieux afin d’aider les personnes confinées.

Les groupes de solidarité et d’entraide se multiplient sur les réseaux, comme ce groupe Facebook Coronavirus Entraide France ou d’autres plus régionaux tels que « Coronavirus Entraide en Alsace » par exemple.

N’oublions pas les personnes qui proposent de faire des courses pour permettre aux personnes plus âgées de rester confinées, celles qui offrent des repas aux pompiers et aux infirmières éprouvés, celles qui confectionnent des masques en tissu pour les offrir aux hôpitaux dans le besoin et bien d’autres encore.

La solidarité c’est aussi savoir gérer son stress, relativiser et ne pas dévaliser les grandes surfaces. C’est penser aux familles pour lesquelles il ne reste plus que des rayons vides.

L’entraide c’est également savoir prendre la décision de rester chez soi et de réduire ses contacts pour éviter la propagation du virus, de ne pas se rendre à la moindre inquiétude à l’hôpital ou dans les salles d’attente des généralistes, où les cas les plus graves attendent de recevoir des soins.

Beaucoup d’entre nous l’ont compris, pour faire face à cette crise, nous devons plus que jamais rester soudés, positifs, solidaires et altruistes. La vie continue, elle est parfois semée d’embûches et d’imprévus certes, mais ce sont ces initiatives individuelles qui aideront la France à se relever de cette épreuve.

Voir les commentaires (20)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (20)
  • bof, c’est la nature humaine, il y aura de l’entraide et il y aura de l’égoïsme…et la même personne peut en fonction des circonstances passer de l’un à l’autre..

    et on peut parfaitement ne pas aider des gens en essayant des les aider..l’enfer est pavé de bonnes intentions..

    les proverbes vont souvent par pair…grosso modo, un qui vous dit prépare l’hiver qui sera long, et l’autre qui vous dit TROP préparer l’hiver est une folie.

  • réactions normales , c’est toujours dans les périodes dramatiques que les gens retrouvent la solidarité ; mais en temps normal , combien de gens ont été retrouvé décédés chez eux plusieurs mois après leur morts parce que personne ne s’en soucié …..

  • On dirait que cette demoiselle découvre qu’il y a encore des hommes et des femmes normalement éduqués ici . . .

  • il est a prévoir une flambée des banlieues..
    oui , car privées de leurs « clients » , toute l’économie parallèle va se voir menacée..voire plus
    il serait bon d’anticiper les conséquences et de préparer les blindés

    • apparemment les populations dont vous parlez ne se sentent pas trop concernées par le confinement. Sans doute parce qu’elles pensent que ça ne s’adresse qu’aux Français, ce qui voudrait dire, mais on s’en doutait déjà, qu’elles ne se considèrent pas françaises ?

  • N’en déplaise à tous les gens qui « râlent » ici, un article relayant les preuves de l’humanité des gens et surtout leurs actions, est toujours important et bienvenu. J’imagine que tous les gens qui râlent sont eux-mêmes extrêmement investis. Je l’espère. Peut-être serait-ce le moment de changer d’état d’esprit, de se dire que nous vivons une période dangereuse, oui, mais historique également. N’oubliez pas que si cette situation perdure, longtemps, nous allons voir s’effondrer les économies, et que cet esprit d’entraide et souvent de débrouille sera fort utile, combiné à la capacité à organiser, pour reconstruire ce qui aura été défait. En mieux ? Autrement peut-être. C’est le moment de croire en ses propres capacités, et de croire qu’elles peuvent avoir un impact. Rappelez-vous que si vous n’essayez pas, vous ne saurez pas. Gardez votre esprit critique pour les situations et les analyses qui les nécessitent réellement. C’est le moment d’être vraiment humain, et plus ces robots qui acceptent de se ranger dans les cases qu’on leur impose sous peine de se voir perdus pour la société. La société c’est nous tous. Le monde c’est NOUS.

  • Il se dit que depuis le début de la semaine, des gens applaudissent dans leur salon, le soir, les personnels de santé. Je serais infirmière, je serais contente, sans masque, sans gel, sans lit, sans médoc, que des gens à l’abri me félicitent de mon investissement (réquisitionnée) au péril de ma vie pendant qu’il se tapent la cloche en ayant vidé les supermarchés par « précaution » et en touchant leur salaire puisque confinés obligatoirement par le gouvernement. Franchement, il y a des claques qui se perdent…

  • Comme quoi la France n’est pas foutue.

  • Une fois les 15 j passes , le virus sera tjrs present , et cela repartira ….si pas de vaccin on aura tjrs la même situation…

    • mais si les gens sont resté isolés durant un temps d’incubation du virus ..les cas seront plus ciblés aussi,
      on aura le retour de personnels médical immunisés après infection aussi..

      on peut espérer qu’on aura mis en place des capacité de tests massifs ..
      je ne sais pas je ne suis pas un expert ..
      mais ça ne sera PAS la même situation.

  • https://clustrmaps.com/coronavirus/ Allez faire un tour sur cette carte et descendez jusqu’aux chiffres vous pourrez constater que ceux-ci sont bien différents de ceux qu’on nous donne. La seconde carte, plus visible par le grand-public n’est plus vraiment mise à jour, ou à peine….

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
masques
3
Sauvegarder cet article

Covid, covid, deux années à répéter ce mot, chaque jour, cent fois, à tout propos…

Alors que l’épidémie prend fin, comme les huit précédentes après deux années, je n’aurais jamais pensé l’écrire mais il se dégage un poil de rationalité des recommandations gouvernementales concernant la gestion sanitaire à l'occasion des prochaines élections. Impensable : nos médiocres commencent à réaliser. Deux à trois années, c’est donc le temps nécessaire à l’éclosion d’une immunité efficace et à l’émergence d’une pensée gouvernementale cohérente. N... Poursuivre la lecture

Par Christophe de Brouwer.

Il m’a été demandé d’aborder la problématique du port de masque dans des lieux non clos, en extérieur.

Je ne traiterai pas ici des autres gestes barrières (lavage des mains, distanciation, confinement, etc.).

Je voudrais aborder la question sous l’angle du risque.

Le risque se définit, sur le plan international, comme la probabilité d’un effet. En effet, le risque est la probabilité de contracter le covid, et le masque est un facteur du risque qui modifie, en la diminuant, la relation Sar... Poursuivre la lecture

Contrepoints : Le Québec semble être la région d'Amérique du Nord la plus dure sur le plan des restrictions covid, mais aussi sur le plan des taxes et des impôts. Pourquoi cette situation ?

Jérôme Blanchet-Gravel : Le Premier ministre québécois, François Legault, s’est lui-même vanté d’imposer les mesures sanitaires les plus sévères en Amérique du Nord, comme s’il s’agissait d’un noble exploit. Voilà de quoi donner le ton à l’esprit autoritaire qui caractérise le Québec actuel. Le 31 décembre dernier, le Québec fut le seul État sur 92 ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles