Coronavirus : les mouvements de solidarité se multiplient

Photo by Roman Kraft on Unsplash - https://unsplash.com/photos/0EVKn3-5JSU — Roman Kraft,

En France, à l’heure où le confinement va entrer en vigueur, les initiatives individuelles de coopération sociale et de solidarité se multiplient.

Par Justine Colinet.

L’épidémie de coronavirus se propage en France, et avec elle son lot d’inquiétudes et d’incertitudes. Mais pas seulement : si les situations de crise peuvent malheureusement faire émerger les comportements les plus primaires chez certains d’entre nous, les mouvements solidaires des Français se font de plus en plus nombreux.

Vous l’avez certainement vu en Italie, pays d’Europe le plus touché par la crise : les citoyens se donnent rendez-vous sur les balcons et entonnent des chants pour faire face à l’ennui et au stress que peut occasionner le confinement.

En France, à l’heure où le confinement va entrer en vigueur, les initiatives individuelles de coopération sociale et de solidarité se multiplient. Il ne s’agit pas uniquement de se remonter le moral mutuellement, mais bien d’aider, d’échanger, d’agir pour permettre au plus grand nombre d’affronter l’épidémie dans les meilleures conditions possibles.

Des étudiants, dont les écoles sont fermées, se proposent en masse afin d’aider les  parents en offrant des services de garde d’enfants ou d’aide aux devoirs.

Des enseignants mettent tout en œuvre pour assurer au mieux la continuité de l’apprentissage à domicile.

Des éditeurs de manuels scolaires ont eux aussi réagi à l’épidémie en mettant gratuitement à disposition de tous les versions numériques de leurs ouvrages. Ces initiatives sont à mettre en parallèle avec celles visant à pratiquer l’école à la maison.

Des citoyens pensent, innovent, et créent des documents pour permettre à chacun de s’organiser au mieux afin d’aider les personnes confinées.

Les groupes de solidarité et d’entraide se multiplient sur les réseaux, comme ce groupe Facebook Coronavirus Entraide France ou d’autres plus régionaux tels que « Coronavirus Entraide en Alsace » par exemple.

N’oublions pas les personnes qui proposent de faire des courses pour permettre aux personnes plus âgées de rester confinées, celles qui offrent des repas aux pompiers et aux infirmières éprouvés, celles qui confectionnent des masques en tissu pour les offrir aux hôpitaux dans le besoin et bien d’autres encore.

La solidarité c’est aussi savoir gérer son stress, relativiser et ne pas dévaliser les grandes surfaces. C’est penser aux familles pour lesquelles il ne reste plus que des rayons vides.

L’entraide c’est également savoir prendre la décision de rester chez soi et de réduire ses contacts pour éviter la propagation du virus, de ne pas se rendre à la moindre inquiétude à l’hôpital ou dans les salles d’attente des généralistes, où les cas les plus graves attendent de recevoir des soins.

Beaucoup d’entre nous l’ont compris, pour faire face à cette crise, nous devons plus que jamais rester soudés, positifs, solidaires et altruistes. La vie continue, elle est parfois semée d’embûches et d’imprévus certes, mais ce sont ces initiatives individuelles qui aideront la France à se relever de cette épreuve.

Vous souhaitez nous signaler une erreur ? Contactez la rédaction.